samedi 30 septembre 2017

L'islam est médiocre comme religion et dangereux comme modèle de société (Al1 térieur)

De religion catholique, j'ai fait surtout les scouts quand j'étais môme et au rythme d'une messe par semaine ça m'a vacciné. Les bondieuseries c'était pas pour moi, tout simplement parce que je me sentais physiquement incapable de faire le mal à autrui alors me le rabâcher une fois par semaine c'était de trop. Les muslims c'était des potes pas super fut - fut qui mangeaient pas de porc et qui avaient des traditions un peu exotiques, pas plus pas moins Personne emmerdait personne pour des histoires de religions, c'était sympa. (Bon sang ce que j'ai la nostalgie de cette époque). J'ai grandi, j'ai vieillis, je me suis assagi, à l'inverse du monde qui devenait de plus en plus con. Et l'islam à commencé à devenir visible, très visible, trop visible. Avec des fringues, des barbes, des prières de rue. Et agressif aussi Orgueilleux et stupide en plus, Et un jour j'ai percuté que ces gens ne s'arrêteraient jamais. Ils allaient changer le monde en un endroit que je n'aimais pas. Les vidéos de merde de zahir naïk m'ont tellement donné envie de filer un coup de pied dans la fourmilière de propagande que ces pignoufs mettaient en place tranquillement que j'ai décidé d'intervenir. Bref un jour je me suis mis au service d'AmbiguitY car il (ou elle d'ailleurs) avait LA bonne méthode selon moi. J'ai cherché ce que je pouvais faire de mieux et de plus efficace et je l'ai fait. Quand on croit à quelque chose il faut le faire. L'islam est médiocre comme religion et il est dangereux comme modèle de société. Il déculture les gens pour leur imposer une culture d'emprunt et une langue complexe qu'ils ne maîtrisent pas où mal et en ont honte. Résultat ils ne parlent bien ni le français ni l'arabe classique. Bien peu y trouvent de la sagesse. Et les petits cons qui errent dans les rues y trouvent les justifications de nous pourrir la vie Et quand on cherche sur internet Les fruits de l'islam on tombe sur des statistiques monstrueusement déplorables. http://verite-islam.blogspot.fr/p/les-fruits-de-lislam.html?m=1 Mon crédo La vérité nous délivre La vérité fait grandir Dire la vérité aux gens est un acte d'amour même si ça leurs pique les yeux.

source : https://www.youtube.com/watch?v=Bgu2VvOCKrQ&lc


vendredi 29 septembre 2017

Le conflit palestino-israélien : Quelques repères historiques pour mieux comprendre

La présence du peuple d’Israël en Palestine, Terre de Canaan, remonte pour le moins à 1200 av. J-C et sa souveraineté sur cette Terre date de l’établissement du Royaume d’Israël en 1005 environ av. J-C.
ARTICLE | 
Pour ceux que le récit biblique laisse sceptiques, on rappellera que ce sont là des faits attestés par des vestiges archéologiques, tels, entre autres, que la stèle du Pharaon Méneptah datée de 1210 av. J-C., ou celle de Mesha, roi de Moab, datée de 830 av .J-C ,ou encore celle de Tell Dan datée du 9eme siècle av. J-C.
Dans tous ces témoignages archéologiques écrits, et dans bien d’autres autour des vestiges du Second Temple à Jérusalem, il est fait mention, comme dans la Bible, d’Israël parmi les Etats de cette région, avec ses rois et ses combats, pratiquant la même religion et parlant la même langue qu’aujourd’hui.
La destruction du Premier Temple par les Babyloniens en 586 av. J-C. et celle du Second Temple par les Romains en l'an 70 de notre ère, ne mirent pas fin à la présence juive en Terre d'Israël.
Depuis, la reconquête du pays devint l'aspiration suprême du peuple juif dispersé. Le "retour à Sion” est resté le fervent souhait exprimé dans les prières quotidiennes et à l’occasion de toute célébration nationale ou même familiale (la formule de condoléances: “Puisse la reconstruction de Jérusalem t’apporter réconfort “ étant caractéristique de cet état d’esprit ).
Après l'invasion arabe, en 636, les juifs devinrent certes, pour la première fois, minorité dans leur propre pays. Mais au XVIIe siècle déjà, la population juive se renforça à la suite de l'immigration provoquée par le faux messie Shabbtai Zvi, de sorte que dès 1868 les juifs constituaient la majorité de la population de Jérusalem.
Avec l'affaiblissement, puis l'effondrement de l'Empire ottoman, les perspectives de “reconquête” de la Terre d'Israël devinrent concrètes. Les espoirs frustrés de la période des Lumières et l’aggravation de manifestations d'antisémitisme en Europe (l’affaire Dreyfus étant parmi la plus connue), convainquirent de nombreux juifs et notamment Herzl, de la nécessité d’œuvrer activement pour le retour à Sion.
L'immigration juive en Terre d'Israël, qui s'intensifia dès 1881, contribua à un essor économique sans précédent. Cet essor attira une immigration arabe massive en provenance des autres provinces de l'Empire ottoman.
Avant ces grands mouvements migratoires de la fin du XIXe siècle, la Terre d'Israël, rebaptisée "Palestina” par l'Empereur romain Adrien après la révolte de Bar-Kochba (afin d’effacer toute trace du royaume de Judée prenant référence à la présence des Philistins dans la région côtière des siècles auparavant),était quasiment dépeuplée.”Un désert parsemé de quelques bourgades”, c’est là le témoignage de tous les archéologues, historiens et écrivains qui la visitèrent à l'époque.
Après la première guerre mondiale, le Proche Orient qui était jusqu’alors sous l’emprise de l’Empire ottoman fut découpé pour créer les pays que nous connaissons aujourd’hui (la Syrie ,le Liban ,l’Irak ) .Pour ce qui était de la Palestine, sur ses deux rives du Jourdain, la Société des Nations (source de la légitimité internationale avant la création de l’ONU ), décida en avril 1920,de la destiner à la création d’un Foyer
National Juif “compte tenu des liens historiques du peuple juif avec la Palestine “. Elle fut donc, à cette fin, confiée en Mandat à la Grande Bretagne qui devait mener à bien la mise en application de cette décision.
C’est alors que commencèrent les pressions du monde arabe pour torpiller ce projet : il était impensable pour ce monde arabo-musulman que “les Juifs puissent être souverains en Terre d’Islam” , et qui plus est, en référence à” leurs liens historiques à la Palestine “, liens que ce monde dénie purement et simplement
.Le Temple juif par exemple n’est qu’un “mythe” pour les Arabes. Le Coran en effet ne parle pas du Temple juif, il l’assimile à la “Mosquée très éloignée” ( al-Aqsa ). La Mosquée du même nom, construite quelques siècles après la destruction du Temple, en tient donc lieu et place puisque la seule nommée. Cette torsion, ce retournement du temps des événements bibliques sont d’ailleurs fascinants pour tout lecteur non musulman du Coran.
En 1922, à la suite de ces pressions politiques, les Arabes palestiniens se virent octroyer un Etat sur 80 % du territoire de la Palestine mandataire, toute la partie à l’Est du Jourdain qui pris le nom de Jordanie. Le feu roi Hussein lui-même le répétait en toute occasion : "La Jordanie est la Palestine”.
Il ne restait donc pour l’établissement du Foyer National Juif que la partie Ouest de la Palestine, entre le Jourdain et la mer.
Mais les pressions politiques arabes ne cessèrent pas pour autant. Elles devaient s’accompagner désormais d’actes de violences sanglants contre la population juive, le cas le plus tragique étant le pogrom de 1929 contre la population juive de Hébron.
Décimés par la Shoah, les Juifs durent se résigner à une deuxième amputation de leur pays en 1947 : bien que le plan de partage de l'ONU ne leur attribuât que 10 % de la Palestine mandataire, ils acceptèrent le compromis onusien. Mais constants dans leur refus de toute possibilité d’une souveraineté juive, les Arabes le rejetèrent et lancèrent une attaque concertée pour détruire, le minuscule Etat juif qui venait de naître.
Sûres de leur victoire, les armées arabes sommèrent leurs frères palestiniens de quitter leurs maisons en attendant leur imminent et victorieux retour. Ceux qui suivirent ce conseil et ceux qui fuirent les combats menés par Israël pour sa survie, se groupèrent dans des camps de réfugiés dans les pays arabes voisins. Conscient de l’arme politique que constitue la souffrance et la misère de ces réfugiés, le monde arabe s’est refusé à faire quoique ce soit pour améliorer leur sort. Israël pour sa part a donné asile à des centaines de milliers de réfugiés juifs provenant de pays arabes.
A l’issue de cette guerre furent fixées les lignes de cesser le feu pour l’Etat d’Israël, l'Egypte s'emparant de la bande de Gaza et la Jordanie de la Judée et de la Samarie rebaptisées Cisjordanie .Cette situation durera de 1948 à 1967 mais aucun pays arabe n’accepta pour autant de faire la paix avec Israël. C'est d’ailleurs en 1964, trois ans avant la guerre des six jours, que le Président égyptien, Nasser, créa l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) non pas pour libérer la “Cisjordanie” et la bande de Gaza (alors, comme précisé plus haut, sous occupation jordanienne et Egyptienne), mais pour raser l'Etat juif et le remplacer par une Palestine arabe sous égide égyptienne.
En 1967 l’Egypte pris l’initiative d’une attaque armée contre Israël avec le concours de la Syrie et de la Jordanie dans le but déclaré de le détruire. Israël réussit à contenir cette offensive concertée, repoussant ses attaquants au-delà du Jourdain et des hauteurs du Golan ainsi que de la péninsule du Sinaï.
C’est alors qu’on commença à parler d'un "Peuple palestinien" comme "fer de lance" de la lutte du monde arabe contre Israël.
Voici d'ailleurs ce que dit à ce propos Zouheir Mohsen, leader de la Saïka, composante pro syrienne de l’OLP, dans une déclaration au journal néerlandais Trouw en mars 1977 : " Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un état palestinien n’est qu’un moyen de poursuivre notre lutte contre l’état d’Israël pour notre unité arabe. En réalité, aujourd’hui, il n’y a pas de différence entre Jordaniens, Palestiniens, Syriens et Libanais. C’est uniquement pour des raisons tactiques et politiciennes que nous parlons d’un peuple palestinien, puisque les intérêts nationaux arabes sont mieux servis par l’existence d’un peuple palestinien distinct opposable au Sionisme. Pour des raisons tactiques, la Jordanie, qui est un état souverain avec des frontières délimitées, ne peut pas avoir des prétentions sur Haïfa et Jaffa, Beersheva, ou Jérusalem alors qu’en tant qu’arabe palestinien, j’ai indubitablement le droit de l'affirmer. Mais au moment même où nous recouvrerons nos droits sur l’ensemble de la Palestine, nous n’attendrons pas une minute pour réunir la Palestine à la Jordanie ".
En réaction l’opinion publique occidentale adopta, dans son ensemble, une attitude critique vis-à-vis d’Israël, substituant à l’analyse des racines véritables du conflit, une structure de pensée pertinente aux universaux occidentaux en vogue, à savoir: colonialisme, invasion, occupation, violation des droits de l’homme etc.
Un doigt accusateur était pointé sur Israël (qui n’avait fait que se défendre contre une attaque qui visait à le détruire), passant sous silence le refus permanent des Arabes de négocier un quelconque accord de paix avec l’Etat juif. Et pourtant, s’il en fallait confirmation, en septembre 1967, le Sommet arabe réuni à Khartoum décidait, officiellement et ouvertement, des fameux trois "NON": non à la négociation, non à la réconciliation et non à la reconnaissance d'Israël.
En 1974, l'OLP approuva le "plan par étapes", autrement dit, accepter dans un premier temps l'établissement d'un Etat palestinien en en “Cisjordanie” et à Gaza pour faciliter la destruction d'Israël.
En 1993, le chef de l’OLP, Arafat signa les accords d'Oslo puis expliqua peu après, dans une mosquée de Johannesburg, que pour lui, Oslo n'était que la répétition du pacte signé entre le prophète Mohammed et la tribu qurayshite en 629 : une trêve (houdna ) signée en position de faiblesse pour mieux vaincre l'ennemi, le temps venu. Rien d’étonnant donc que même le feu Fayçal Husseini, dirigeant palestinien, célébré par les médias pour sa “modération”, ait pu déclarer au journal égyptien,”Al Arabi” du 2 juillet 2001 que les Accords d'Oslo étaient “un cheval de Troie”, destiné à pourvoir les Palestiniens d'une base territoriale pour conduire une guérilla permanente qui devrait aboutir à la création d'un Etat palestinien sur les ruines d'Israël ?
En effet l'Autorité palestinienne qui, en 1995, devint souveraine sur la totalité de la population arabe de Judée-Samarie et de la bande de Gaza, confirma très vite ses véritables intentions : constitution d'une force armée, incitation à la haine anti-juive et délégitimation de l’existence même d’Israël dans les médias et dans les écoles
La propagande arabe n’a pas eu grand mal à convaincre l’opinion publique occidentale que les implantations juives étaient la cause principale du conflit.
Mais voilà, c’est précisément après qu'Ehoud Barak alors premier Ministre se soit engagé en Juillet 2000 à les démanteler, acceptant l'établissement d'un Etat palestinien sur 97 % de la Judée-Samarie et 100 % de la bande de Gaza que les Palestiniens déclenchèrent “l’Intifada al-Aqsa”, une guerre utilisant des bombes humaines explosant dans les concentrations de population civile en Israël….Les Palestiniens ne pouvaient accepter la seule condition posée en contre-partie par Barak : ”La fin du conflit”.
Rappelons qu’en 2008 Ehud Olmert à son tour proposa de nouveau à Abbas ce même plan de paix qui fut également rejetée par l’OLP, Mahmoud Abas dans une interview publiée dans le Washington Post du mois de mai 2009 ayant déclaré que « les écarts étaient encore importants ».
Il est donc clair que c'est ce refus de l'existence même d'Israël qui est la véritable racine du conflit palestino-Israélien. Eric Marty, dans son livre “Bref séjour à Jérusalem”, définit ce refus en ces termes : "L'un des scénarios - et pas le moindre -de la guerre que livrent les Palestiniens aux Israéliens a pour noyau métaphysique l'effacement absolu de l'être juif en tant qu'insupportable rival parce que dépositaire de l'origine."
C’est dire combien ardu semble être le chemin vers une solution pacifique avec les Palestiniens. Il n’est cependant pas démuni, réalisme aidant, de toute ouverture d’espoir. Les accords de paix avec l’Egypte et la Jordanie sont là pour en témoigner.
Mais pour cela il faudrait que dans l’opinion publique occidentale, ceux qui s’acharnent à considérer ce conflit comme “une lutte anticolonialiste du Peuple palestinien contre l’occupation et l’oppression”, prennent enfin conscience de la véritable raison du conflit, à savoir le refus de l’existence même d’Israël et la faisaient valoir en toute occasion, clairement et sans ambages en mettant tout en œuvre pour la neutraliser.
N’est-il pas prouvé que poser clairement les données d’un problème est la condition première de s’acheminer correctement vers sa solution ?
Dr Zvi Tenney
Ambassadeur d’Israël (retraité)

Not an act of evil exists on Earth that Muhammad did not commit.

Islam is the most evil death/rape/sex cult. Not an act of evil exists on Earth that Muhammed did not commit.
- Did he rape children? check. Ayesha at the age of 9.
- Did he rape deadbodies? check. Fathima, Muhammed's adopted mother. Muhammed laid with the deadbody of Fathima.

jeudi 28 septembre 2017

Chesnot, Sfeir, Orient-occident : le choc ? - les impasses meurtrières (2009)

Cliquer sur une image pour ouvrir le diaporama.
Plus grandes images, voir plus bas.


David Thomson, Les Français jihadistes (2014)

« Toutes les histoires que j’ai recueillies l’ont été de la bouche des jihadistes eux-mêmes.

Ils s’appellent Yassine, Alexandre, Abu Nai’ïm, Clémence, Éric, Omar, Souleymane… La plupart ont décroché avant le bac, mais tous n’étaient pas désœuvrés jusqu’à leur départ en Syrie. Beaucoup avaient même un travail et une famille aimante. Leur dénominateur commun est une intense activité sur Internet, YouTube, Facebook et les réseaux sociaux.
Début 2014, selon les chiffres officiels, 700 Français ont rejoint la Syrie, souvent en famille, 250 sont au combat. Une vingtaine sont morts, dont trois en réalisant une opération suicide. Les plus déterminés d’entre eux disent vouloir revenir un jour frapper le sol français.
Ce livre raconte l’histoire des petits soldats du jihad français, ces adolescents qui ont appris l’islam jihadiste sur Internet, loin des mosquées et à l’insu de leurs parents."

Cliquer sur une image pour ouvrir le diaporama.
Plus grandes images, voir plus bas.



mardi 26 septembre 2017

Sfeir, Les réseaux d'Allah - Les filières islamistes en France et en Europe (1997)

Cliquer sur une image pour ouvrir le diaporama.
Utiliser les flèches du clavier pour se déplacer dans les pages.
Plus grandes images, voir plus bas.


Islamophobie dans une église - Expérience sociale - Nabeel Qureshi et David Wood en francais



David Wood en français Traduction de la vidéo originale: https://www.youtube.com/watch?v=oqUuT... Tous les discours de haine devraient être condamnés.

Commentaires d'Apache de Tokyo :

Au début, quand je ne connaissais strictement rien à l'islam - naïvement, je pensais que les musulmans observaient leur religion, différente de la nôtre, et basta - Je mange du porc/toi t'en manges pas, je vais à l'église (oui avant j'allais régulièrement à l'église)/toi tu vas à la mosquée, je fête Noël/toi l'Aïd, etc... Tout n'était qu'une différence de CULTURE plus que d'IDÉOLOGIE. Et puis, on s'en fout et on va taper la balle ensemble. Je ne vis pas sur Mars, j'ai toujours vécu dans le Neuf-Trois, j'ai grandi dans des cités craignos, alors L'islam, bien que n'étant pas musulman, n'était absolument pas un problème... Il faut préciser que pendant mon enfance, il n'y avait pas ces revendications identitaires et spécifiques des musulmans. Des rebeus, des queturs, on s'en bat la race. Le raciste c'était le Français, blanc et catho. J'étais fier de me dire anti-raciste, et de me foutre de la gueule du français de base, assimilé au beauf. Et presque la tehon d'être français. Hexagone de Renaud, en voilà une chanson qu'elle est chouette.

Mais plus tard, la revendication anti-raciste à commencer à se transformer en revendication pro-musulmane...Et anti-française, anti-blanche, anti-européenne, anti-chrétienne,etc...Je commençais à voir que le racisme n'était pas en train de disparaître, mais plutôt de changer de camp. Et dans l'opinion generale, c'était vu comme justifié, normal. Avec l'appui même des assoces anti-racistes. Finalement, SOS racisme, le MRAP et consorts se foutait du racisme anti-blanc, et le niait, alors que bien réel pourtant. Moi même j'ai adhéré à toute cette mouvance Salut A toi des Berus. Je suis toujours anti-raciste - plus que jamais - mais je me bats pour lutter contre le(s) racisme(s), contre toute forme de racisme et d'intolérance. Je suis le premier à me manifester si un musulman est victime d'une agression, d'une discrimination à l'embauche, etc.. Mais pourquoi alors, ces fameux anti-fachos, enfin prétendus anti-fachos, ne lèvent pas le petit doigt si c'est un chrétien qui est victime. A la rigueur ça se transforme même en : "de toute façon il l'a bien mérité, ce con" et c'est la victime qui se retrouve bourreau.

Aussi, quand j'ai commencé à "m'intéresser" à l'islam et donner mon avis, on m'a rétorqué, que je ne pouvais pas en parler, qu'il fallait d'abord lire le Coran. Et tu va voir, le Coran c'est pas du tout ce que tu crois, c'est magnifico-genialo-trop-de-la-ballissime. (maintenant je pense que le Coran est plutôt TROU-DE-BALLISSIME) faut pas croire bêtement tout ce qu'on raconte, blabla, blablabla gnagnagna. (Ah, vous aussi vous avez eu les mêmes arguments ...) Donc, OK, c'est vrai après tout, faut pas juger sans connaître. Et...

...C'est ce que j'ai commencé à faire. J'ai bouquiné le Coran. Et ben mon pote, ça m'a cassé le cul. Je suis tombé sur de ces versets ! Des versets de haine, de guerre, d'intolérance, de violence. Des versets mysogines (la parole d'un homme vaut le double de celle d'une femme). Des versets absurdes, esclavagistes. Et plus je lisais le Coran, plus je le détestait. Après, c'est à partir de ça que les musulmans ont commencé leurs justifications à la mord moi le noeud (problèmes de traduction, d'interpretation, de contexte...). De contexte par exemple, quand Mahomet est revenu à la Mecque et à commencer à tout détruire (les "idoles" ! Putain mais qu'est-ce que ça peut te foutre si des gens prient devant une statue, c'est ton problème ! Occupes toi de ton...Dieu, et laisse celui, ou ceux des autres, tranquilles). Si actuellement des Raëliens venaient dans une mosquée foutre la merde. La réaction des musulmans : "oui, c'est intolérable, nous sommes de pauvres victimes innocentes". Victimes, tu parles, c'est pourtant ce que Mahomet et sa secte on fait. "Oui mais nous on a le droit ! C'est pas pareil". Oui c'est ce que je constate, c'est pas pareil. Quand ce sont les musulmans qui se font agresser alors c'est pas bien - C'EST PAS BIEEEN ! Dixit les Inconnus - mais quand ce sont eux les agresseurs, alors là, d'un coup, c'est bien. Morale binaire. De toute manière, la "morale" avec les musulmans est toute simple. Il y a le BIEN - musulman - et le MAL - pas musulman - c'est tout. Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse, devient : ne fait pas à un musulman ce que tu ferais avec un mécréant.

Est-ce que les mécréants disent que les musulmans sont les pires créatures de la création.
Pour L'islam, la morale classique, celle qu'on retrouve dans la plupart des religions, n'existe pas. Le meurtre, le vol, le viol, la pédophilie, ne sont pas des crimes. Le meurtre est un crime SEULEMENT sur un musulman. Sur un mécréant, c'est même recommandé. Recommandé, que dis-je, un devoir même. Les juifs, hop, un de moins ! Les chrétiens, couic, on a reglé ton problème de torticolis definitivement ! Les polythéistes, alors-eux, vu que c'est même pas "des gens du livre". Les apostats : celui qui quitte la religion, tuez le. Les "hypocrites", idem. C'est marrant, enfin je dis marrant, alors que c'est à pleurer, de voir des musulmans utiliser ce terme, quand on promeut la takhiya.''Pour un musulman, l'association est PIRE que le meurtre. Avoir une opinion religieuse différente mérite donc la mort. Quelle belle preuve de tolérance, de paix et d'amour. Les musulmans, entre-eux ne peuvent pas se blairer. Les sunnites DÉTESTENT les chiites. Les Salafistes exècrent les Soufis. Même Al Qaida est en guerre contre Daesh. Certes il existe des extrémistes dans toutes les religions, mais à l'heure actuelle, combien d'attentats chretiens y'a t'il eu dans les pays musulmans.

- Tu sais c'est quoi, un intégriste chrétien ?

- Oh, à peu près la même chose qu'un musulman modéré.

Dans les pays de culture chrétienne, les musulmans peuvent pratiquer leur culte comment bon leur semble. Est-il interdit de construire une mosquée en France ? Mais dans les pays musulmans, il est de plus en plus dur d'avoir une autre religion.

En Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Turquie, et dans bien d'autres pays musulmans, de nombreuses personnes quittent l'islam. Et quand bien-même, ils ne sont pas tués, ils sont rejetés et ont des problèmes avec la "justice" de leur pays.

Bien que Hitler, aimait le Coran (rien d'étonnant), si vous demandez à des musulmans si le nazisme est une bonne chose, ils vous répondrons, pour la plupart que non. POURQUOI, puisque dans le Coran on retrouve la même haine des non-musulmans que dans Mein Kampf, la haine des juifs.

Je précise que je ne suis absolument pas sioniste, ni Illuminati (Reptilien, peut-être, c'est à voir). Mon discours n'a rien à voir avec le problème Palestinien. Au cas où des musulmans voudraient encore user de cet argument Hors-sujet. Et la vanne supra-bidon des musulmans "Vous voulez souffler sur le Soleil pour l'éteindre" Non, on veut rien éteindre du tout, si ce n'est que la connerie, et on veut plutôt rallumer la lumière. De toute façon, Le Soleil est quand même atteignable vu qu'il se couche, paraît-il, dans un mare boueuse.
Le Coran est un livre rempli de versets haineux, et cons au possible, mais alors, bon Dieu de bon Dieu (version musulmanne : Allah-la-la-la !) pourquoi donc les musulmans, modérés continuent de le vénerer. Ce livre est rempli de versets haineux, c'est VÉRIFIABLE par n'importe quel pékin. Les Haddiths confirment mes propos. Le pire, c'est que ce sont LEURS sources, pas les nôtres, pas celles des "Ennemis d'Allah".

De deux choses l'une, soit on est un musulman occidentalisé, avec finalement des valeurs qui sont celles que nous partageons tous sur ce forum, et donc des valeurs incompatibles avec l'islam et par conséquent non-musulman, ou sinon hypocrite Takhiyiste. Soit on est musulman fondamentaliste, et là, Attention Danger ! C'est plus j'entends le bruit des bottes, mais le bruit des babouches.

J'ai beaucoup d'amis musulmans, ce sont des gens parfois formidables, mais il ne sont musulmans que de nom. Ce sont des musulmans bons, et non de bons musulmans. Ils ne connaissent pas la teneur réelle de leur livre Sacré. Ceux-là je les protège. Mais je dit à tout les extrémistes d'aller se faire sauter sur Pluton. Loin, très, très loin !

Je suis encore et toujours un militant anti-fasciste, DONC forcément anti-islam.... Et je reprends en cœur le refrain des Berus : PORCHERIE, PORCHERIE !

La jeunesse emmerde le front Al Nosra, la jeunesse emmerde le Front Al Nosra....


Ce qui m'a toujours surpris, c'est cette dénonciation à sens unique du racisme et de l'intolérance. Quand il s'agit de dénoncer le racisme anti-Arabe, l'islamophobie ou l'antisémitisme, des gens de gauche, des cocos, des anars etc..lèvent le poing bien haut et bien serré. Mais lorsqu'il s'agit de la haine anti-occidentale, anti-chrétienne, anti-européenne, c'est : "heu ! Faut qu'j'y aille, j'ai une casserole sur le feu !". Quand il s'agit de faire de l'anti-cléricalisme contre des curetons, on répond présent, mais contre des imams, le poing se desserre, il retombe très vite, en même temps que le pantalon. C'est strange. Des gens qui se prétendent anti-cléricalistes, Ni Dieu ni maître, on fait les marioles avec une croix inversée ; avec les musulmans, ils se la ferment (à double tour).Un peu comme Mr Hercule-Satan qui se la pète devant les journalistes et les humains, mais quand faut aller se fritter a Cell ou Boubou, hop, disparu derrière un rocher en pleurnichant. Ces anti-clericaux se prennent pour des rochers, mais ce ne sont que des cailloux. Ni Dieu, sauf Allah, ni maître, sauf les imams. Ça gonfle des pecs, mais tchouc, un verset bien pointu et pffouiiit. Que du vent. - Viens on va faire de la provoc avec des curetons ! - Ah ouais, trop d'la balle, on va s'éclater, on va jouer les rebelles, qui ont peur de rien - Après on fera la même avec des imams !!! - T'es malade, tu veux te faire éclater la tête ! On va faire avec les curés. C'est moins risqué. On est courageux mais y'a des limites. En effet, quel courage ! C'est vrai que faire de la provoc avec le christianisme, c'est super fastoche. Au Moyen-Âge, je dit pas, mais maintenant... Ceux-là se disent sûrement que pendant la guerre, ils auraient été des résistants. Perso, je préfère ne pas prétendre un telle chose. C'est trop facile après coup, une fois que le danger est passé. - Arrhh, mezieu Abaje de Dokyo, feuillez nous suifre.Nous afons les moyens te fous vaire barler. - Aaaah, arrêtez, arrêtez, je dirais tout, même ce que je ne sais pas ! - Mais nous n'afons même bas engore gommencé ! Matoub Lounes, un Algérien Kabyle, lui c'est un bonhomme. Il s'est opposé à la fois au gouvernement Algérien et au GIA. Il a osé dire publiquement qu'il n'était pas musulman (énormément de Byllekas ne sont pas musulmans, mangent du Hallouf 🐷 et boivent de la 🍺) D'ailleurs il a payé le prix fort. Le prix le plus fort !!! Mais je ne crois pas que ce soit uniquement la peur physique qui empêche ces messieurs de s'opposer à l'islamisme. C'est la peur de se retrouver assis au banc - médiatique -des accusés de ce qu'il ont toujours combattu : le racisme. En effet par le biais d'une rethorique habile : tu luttes contre l'islam, l'islam c'est d'origine arabe, donc t'es raciste. Et vouloir nous faire avaler que raciste et islamophobe c'est pareil ! En fait non, ce n'est pas pareil, mais se retrouver dans le même box médiatique que des fachos d'extrême droite, pour un type d'extrême gauche, avouez que c'est la honte suprême. Le summum, c'est que les accusateurs d'intolérance sont ceux qui tiennent des propos haineux et obscurentistes. Dans le Coran, il y a des appels clairs et nets au meurtre des non-musulmans. Et pas qu'une ou deux fois. Surtout qu'on ne me fasse pas le coup du "Oui mais c'est mal traduit, mal interprété, il faut connaître le contexte, et puis il faut chercher dans d'autres sources etc ..ce qui revient toujours à confirmer de toute façon le caractère "TOUT-CE-QUI-N'EST-PAS-MUSULMAN-O-PHOBE"du Coran. Je combat l'intolérance, le fascisme, et c'est pour cela JUSTEMENT que je combat l'islam. Je ne combat pas les musulmans, je combat l'islam, nuance. L'islam est une doctrine totalitaire, violente, agressive. L'islam est INTOLERANT. Le Coran est blindé de versets hallucinants de haine. Le problème avec les religions, c'est déjà cette PRÉTENTION à LA vérité ABSOLUE. Mais le Christianisme ou le bouddhisme ne prêchent pas à tuer les non-chretiens, ou les non-bouddhistes. L'islam si, il appelle à buter les kouffars. IL y a eu de nombreuses dérives du christianisme et du bouddhisme (et oui, même du bouddhisme) des morts, des guerres, des massacres, etc...Mais je ne crois pas que le message de ces deux religions soit la haine. Bien au contraire. Si des chrétiens sont violents, en fin de compte, ce ne sont pas vraiment des chrétiens, ils ne SUIVENT PAS le Christianisme. Bon soyons honnête il existe QUELQUES versets un peu rudes dans le nouveau testament, mais c'est du pipi de chat en comparaison avec le Coran, surtout que dans le Coran (anagramme de Conar) c'est très clair : les chrétiens, les feujs, les polythéistes, les machins, les trucs, une seule solution : COUIC, plus de tête. Mais si des musulmans sont violents c'est JUSTEMENT parce qu'il SUIVENT L'islam. Cela dit, les choses commencent à bouger. Des anti-clericaux et antiracistes véritables on eu le cran d'ouvrir leur gueule et de monter au créneau. Certains sont mort (je pense aux différents membres de Charlie). Il y a dorénavant des groupes de Rock, des artistes divers qui s'investissent dans cette lutte, et qui n'ont plus peur de dire Fuck Allah ! Fuck Daesh (Daesh ! Daesh on t'encule ! ) .




source : https://www.youtube.com/watch?v=Bgu2VvOCKrQ

Au début, je ne connaissais rien à l'islam (Apache de Tokyo)


Au début, quand je ne connaissais strictement rien à l'islam - naïvement, je pensais que les musulmans observaient leur religion, différente de la nôtre, et basta - Je mange du porc/toi t'en manges pas, je vais à l'église (oui avant j'allais régulièrement à l'église)/toi tu vas à la mosquée, je fête Noël/toi l'Aïd, etc... Tout n'était qu'une différence de CULTURE plus que d'IDÉOLOGIE. Et puis, on s'en fout et on va taper la balle ensemble. Je ne vis pas sur Mars, j'ai toujours vécu dans le Neuf-Trois, j'ai grandi dans des cités craignos, alors L'islam, bien que n'étant pas musulman, n'était absolument pas un problème... Il faut préciser que pendant mon enfance, il n'y avait pas ces revendications identitaires et spécifiques des musulmans. Des rebeus, des queturs, on s'en bat la race. Le raciste c'était le Français, blanc et catho. J'étais fier de me dire anti-raciste, et de me foutre de la gueule du français de base, assimilé au beauf. Et presque la tehon d'être français. Hexagone de Renaud, en voilà une chanson qu'elle est chouette.

Mais plus tard, la revendication anti-raciste à commencer à se transformer en revendication pro-musulmane...Et anti-française, anti-blanche, anti-européenne, anti-chrétienne,etc...Je commençais à voir que le racisme n'était pas en train de disparaître, mais plutôt de changer de camp. Et dans l'opinion generale, c'était vu comme justifié, normal. Avec l'appui même des assoces anti-racistes. Finalement, SOS racisme, le MRAP et consorts se foutait du racisme anti-blanc, et le niait, alors que bien réel pourtant. Moi même j'ai adhéré à toute cette mouvance Salut A toi des Berus. Je suis toujours anti-raciste - plus que jamais - mais je me bats pour lutter contre le(s) racisme(s), contre toute forme de racisme et d'intolérance. Je suis le premier à me manifester si un musulman est victime d'une agression, d'une discrimination à l'embauche, etc.. Mais pourquoi alors, ces fameux anti-fachos, enfin prétendus anti-fachos, ne lèvent pas le petit doigt si c'est un chrétien qui est victime. A la rigueur ça se transforme même en : "de toute façon il l'a bien mérité, ce con" et c'est la victime qui se retrouve bourreau.

Aussi, quand j'ai commencé à "m'intéresser" à l'islam et donner mon avis, on m'a rétorqué, que je ne pouvais pas en parler, qu'il fallait d'abord lire le Coran. Et tu va voir, le Coran c'est pas du tout ce que tu crois, c'est magnifico-genialo-trop-de-la-ballissime. (maintenant je pense que le Coran est plutôt TROU-DE-BALLISSIME) faut pas croire bêtement tout ce qu'on raconte, blabla, blablabla gnagnagna. (Ah, vous aussi vous avez eu les mêmes arguments ...) Donc, OK, c'est vrai après tout, faut pas juger sans connaître. Et...

...C'est ce que j'ai commencé à faire. J'ai bouquiné le Coran. Et ben mon pote, ça m'a cassé le cul. Je suis tombé sur de ces versets ! Des versets de haine, de guerre, d'intolérance, de violence. Des versets mysogines (la parole d'un homme vaut le double de celle d'une femme). Des versets absurdes, esclavagistes. Et plus je lisais le Coran, plus je le détestait. Après, c'est à partir de ça que les musulmans ont commencé leurs justifications à la mord moi le noeud (problèmes de traduction, d'interpretation, de contexte...). De contexte par exemple, quand Mahomet est revenu à la Mecque et à commencer à tout détruire (les "idoles" ! Putain mais qu'est-ce que ça peut te foutre si des gens prient devant une statue, c'est ton problème ! Occupes toi de ton...Dieu, et laisse celui, ou ceux des autres, tranquilles). Si actuellement des Raëliens venaient dans une mosquée foutre la merde. La réaction des musulmans : "oui, c'est intolérable, nous sommes de pauvres victimes innocentes". Victimes, tu parles, c'est pourtant ce que Mahomet et sa secte on fait. "Oui mais nous on a le droit ! C'est pas pareil". Oui c'est ce que je constate, c'est pas pareil. Quand ce sont les musulmans qui se font agresser alors c'est pas bien - C'EST PAS BIEEEN ! Dixit les Inconnus - mais quand ce sont eux les agresseurs, alors là, d'un coup, c'est bien. Morale binaire. De toute manière, la "morale" avec les musulmans est toute simple. Il y a le BIEN - musulman - et le MAL - pas musulman - c'est tout. Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse, devient : ne fait pas à un musulman ce que tu ferais avec un mécréant.

Est-ce que les mécréants disent que les musulmans sont les pires créatures de la création.
Pour L'islam, la morale classique, celle qu'on retrouve dans la plupart des religions, n'existe pas. Le meurtre, le vol, le viol, la pédophilie, ne sont pas des crimes. Le meurtre est un crime SEULEMENT sur un musulman. Sur un mécréant, c'est même recommandé. Recommandé, que dis-je, un devoir même. Les juifs, hop, un de moins ! Les chrétiens, couic, on a reglé ton problème de torticolis definitivement ! Les polythéistes, alors-eux, vu que c'est même pas "des gens du livre". Les apostats : celui qui quitte la religion, tuez le. Les "hypocrites", idem. C'est marrant, enfin je dis marrant, alors que c'est à pleurer, de voir des musulmans utiliser ce terme, quand on promeut la takhiya.''Pour un musulman, l'association est PIRE que le meurtre. Avoir une opinion religieuse différente mérite donc la mort. Quelle belle preuve de tolérance, de paix et d'amour. Les musulmans, entre-eux ne peuvent pas se blairer. Les sunnites DÉTESTENT les chiites. Les Salafistes exècrent les Soufis. Même Al Qaida est en guerre contre Daesh. Certes il existe des extrémistes dans toutes les religions, mais à l'heure actuelle, combien d'attentats chretiens y'a t'il eu dans les pays musulmans.

- Tu sais c'est quoi, un intégriste chrétien ?

- Oh, à peu près la même chose qu'un musulman modéré.

Dans les pays de culture chrétienne, les musulmans peuvent pratiquer leur culte comment bon leur semble. Est-il interdit de construire une mosquée en France ? Mais dans les pays musulmans, il est de plus en plus dur d'avoir une autre religion.

En Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Turquie, et dans bien d'autres pays musulmans, de nombreuses personnes quittent l'islam. Et quand bien-même, ils ne sont pas tués, ils sont rejetés et ont des problèmes avec la "justice" de leur pays.

Bien que Hitler, aimait le Coran (rien d'étonnant), si vous demandez à des musulmans si le nazisme est une bonne chose, ils vous répondrons, pour la plupart que non. POURQUOI, puisque dans le Coran on retrouve la même haine des non-musulmans que dans Mein Kampf, la haine des juifs.

Je précise que je ne suis absolument pas sioniste, ni Illuminati (Reptilien, peut-être, c'est à voir). Mon discours n'a rien à voir avec le problème Palestinien. Au cas où des musulmans voudraient encore user de cet argument Hors-sujet. Et la vanne supra-bidon des musulmans "Vous voulez souffler sur le Soleil pour l'éteindre" Non, on veut rien éteindre du tout, si ce n'est que la connerie, et on veut plutôt rallumer la lumière. De toute façon, Le Soleil est quand même atteignable vu qu'il se couche, paraît-il, dans un mare boueuse.
Le Coran est un livre rempli de versets haineux, et cons au possible, mais alors, bon Dieu de bon Dieu (version musulmanne : Allah-la-la-la !) pourquoi donc les musulmans, modérés continuent de le vénerer. Ce livre est rempli de versets haineux, c'est VÉRIFIABLE par n'importe quel pékin. Les Haddiths confirment mes propos. Le pire, c'est que ce sont LEURS sources, pas les nôtres, pas celles des "Ennemis d'Allah".

De deux choses l'une, soit on est un musulman occidentalisé, avec finalement des valeurs qui sont celles que nous partageons tous sur ce forum, et donc des valeurs incompatibles avec l'islam et par conséquent non-musulman, ou sinon hypocrite Takhiyiste. Soit on est musulman fondamentaliste, et là, Attention Danger ! C'est plus j'entends le bruit des bottes, mais le bruit des babouches.

J'ai beaucoup d'amis musulmans, ce sont des gens parfois formidables, mais il ne sont musulmans que de nom. Ce sont des musulmans bons, et non de bons musulmans. Ils ne connaissent pas la teneur réelle de leur livre Sacré. Ceux-là je les protège. Mais je dit à tout les extrémistes d'aller se faire sauter sur Pluton. Loin, très, très loin !

Je suis encore et toujours un militant anti-fasciste, DONC forcément anti-islam.... Et je reprends en cœur le refrain des Berus : PORCHERIE, PORCHERIE !

La jeunesse emmerde le front Al Nosra, la jeunesse emmerde le Front Al Nosra....


Ce qui m'a toujours surpris, c'est cette dénonciation à sens unique du racisme et de l'intolérance. Quand il s'agit de dénoncer le racisme anti-Arabe, l'islamophobie ou l'antisémitisme, des gens de gauche, des cocos, des anars etc..lèvent le poing bien haut et bien serré. Mais lorsqu'il s'agit de la haine anti-occidentale, anti-chrétienne, anti-européenne, c'est : "heu ! Faut qu'j'y aille, j'ai une casserole sur le feu !". Quand il s'agit de faire de l'anti-cléricalisme contre des curetons, on répond présent, mais contre des imams, le poing se desserre, il retombe très vite, en même temps que le pantalon. C'est strange. Des gens qui se prétendent anti-cléricalistes, Ni Dieu ni maître, on fait les marioles avec une croix inversée ; avec les musulmans, ils se la ferment (à double tour).Un peu comme Mr Hercule-Satan qui se la pète devant les journalistes et les humains, mais quand faut aller se fritter a Cell ou Boubou, hop, disparu derrière un rocher en pleurnichant. Ces anti-clericaux se prennent pour des rochers, mais ce ne sont que des cailloux. Ni Dieu, sauf Allah, ni maître, sauf les imams. Ça gonfle des pecs, mais tchouc, un verset bien pointu et pffouiiit. Que du vent. - Viens on va faire de la provoc avec des curetons ! - Ah ouais, trop d'la balle, on va s'éclater, on va jouer les rebelles, qui ont peur de rien - Après on fera la même avec des imams !!! - T'es malade, tu veux te faire éclater la tête ! On va faire avec les curés. C'est moins risqué. On est courageux mais y'a des limites. En effet, quel courage ! C'est vrai que faire de la provoc avec le christianisme, c'est super fastoche. Au Moyen-Âge, je dit pas, mais maintenant... Ceux-là se disent sûrement que pendant la guerre, ils auraient été des résistants. Perso, je préfère ne pas prétendre un telle chose. C'est trop facile après coup, une fois que le danger est passé. - Arrhh, mezieu Abaje de Dokyo, feuillez nous suifre.Nous afons les moyens te fous vaire barler. - Aaaah, arrêtez, arrêtez, je dirais tout, même ce que je ne sais pas ! - Mais nous n'afons même bas engore gommencé ! Matoub Lounes, un Algérien Kabyle, lui c'est un bonhomme. Il s'est opposé à la fois au gouvernement Algérien et au GIA. Il a osé dire publiquement qu'il n'était pas musulman (énormément de Byllekas ne sont pas musulmans, mangent du Hallouf 🐷 et boivent de la 🍺) D'ailleurs il a payé le prix fort. Le prix le plus fort !!! Mais je ne crois pas que ce soit uniquement la peur physique qui empêche ces messieurs de s'opposer à l'islamisme. C'est la peur de se retrouver assis au banc - médiatique -des accusés de ce qu'il ont toujours combattu : le racisme. En effet par le biais d'une rethorique habile : tu luttes contre l'islam, l'islam c'est d'origine arabe, donc t'es raciste. Et vouloir nous faire avaler que raciste et islamophobe c'est pareil ! En fait non, ce n'est pas pareil, mais se retrouver dans le même box médiatique que des fachos d'extrême droite, pour un type d'extrême gauche, avouez que c'est la honte suprême. Le summum, c'est que les accusateurs d'intolérance sont ceux qui tiennent des propos haineux et obscurentistes. Dans le Coran, il y a des appels clairs et nets au meurtre des non-musulmans. Et pas qu'une ou deux fois. Surtout qu'on ne me fasse pas le coup du "Oui mais c'est mal traduit, mal interprété, il faut connaître le contexte, et puis il faut chercher dans d'autres sources etc ..ce qui revient toujours à confirmer de toute façon le caractère "TOUT-CE-QUI-N'EST-PAS-MUSULMAN-O-PHOBE"du Coran. Je combat l'intolérance, le fascisme, et c'est pour cela JUSTEMENT que je combat l'islam. Je ne combat pas les musulmans, je combat l'islam, nuance. L'islam est une doctrine totalitaire, violente, agressive. L'islam est INTOLERANT. Le Coran est blindé de versets hallucinants de haine. Le problème avec les religions, c'est déjà cette PRÉTENTION à LA vérité ABSOLUE. Mais le Christianisme ou le bouddhisme ne prêchent pas à tuer les non-chretiens, ou les non-bouddhistes. L'islam si, il appelle à buter les kouffars. IL y a eu de nombreuses dérives du christianisme et du bouddhisme (et oui, même du bouddhisme) des morts, des guerres, des massacres, etc...Mais je ne crois pas que le message de ces deux religions soit la haine. Bien au contraire. Si des chrétiens sont violents, en fin de compte, ce ne sont pas vraiment des chrétiens, ils ne SUIVENT PAS le Christianisme. Bon soyons honnête il existe QUELQUES versets un peu rudes dans le nouveau testament, mais c'est du pipi de chat en comparaison avec le Coran, surtout que dans le Coran (anagramme de Conar) c'est très clair : les chrétiens, les feujs, les polythéistes, les machins, les trucs, une seule solution : COUIC, plus de tête. Mais si des musulmans sont violents c'est JUSTEMENT parce qu'il SUIVENT L'islam. Cela dit, les choses commencent à bouger. Des anti-clericaux et antiracistes véritables on eu le cran d'ouvrir leur gueule et de monter au créneau. Certains sont mort (je pense aux différents membres de Charlie). Il y a dorénavant des groupes de Rock, des artistes divers qui s'investissent dans cette lutte, et qui n'ont plus peur de dire Fuck Allah ! Fuck Daesh (Daesh ! Daesh on t'encule ! ) .




source : https://www.youtube.com/watch?v=Bgu2VvOCKrQ

Actualité islamisme et politique 22 septembre 2017

Les forces irakiennes à Al-Charqat, fief de l'EI (22.09.2017)

Mis à jour le 22/09/2017 à 11h22 | Publié le 22/09/2017 à 11h08


Les forces gouvernementales irakiennes sont parvenues aujourd'hui au centre d'Al-Charqat, une localité au nord de Bagdad tenue par le groupe État islamique (EI), ont constaté des journalistes de l'AFP.

Cette localité se trouve à 30 km au nord-ouest du principal objectif des forces irakiennes dans le nord de l'Irak: Hawija, une localité tombée aux mains de l'EI en juin 2014.

Les forces irakiennes ont enlevé les drapeaux des djihadistes, ont obligé des hommes à se dévêtir pour voir s'ils ne cachaient pas d'armes tandis que d'autres civils dansaient et des femmes poussaient des youyous, selon le vidéaste de l'AFP.

Trois ans après l'offensive-éclair qui avait permis aux djihadistes de s'emparer d'un tiers de l'Irak et de près de la moitié de la Syrie, leur territoire se réduit comme peau de chagrin.

Outre Hawija, les djihadistes contrôlent encore trois localités dans la province d'Al-Anbar, dans l'ouest du pays: Anna, Rawa et surtout Al-Qaïm, tout près de la frontière syrienne.

Un officier supérieur irakien dans la région a indiqué à l'AFP que les forces irakiennes s'étaient emparés hier de la ville d'Anna et poursuivaient leur offensive.

LIRE AUSSI :

La diffusion d'une critique de l'islam à travers l'étude des textes islamiques.

Il existe une littérature sur l'islam dans les pays anglo-saxons venant d'ex-musulmans convertis au christianisme ou athées qui mériterait d'être traduite et diffusée en langue française et arabe, pour commencer par les deux plus évidentes à mon sens.



Je redis les noms de ceux que j'aime bien, vous compléterez si vous voulez : David Wood, Robert Spencer, Bill Warner, Mark A. Gabriel, Sandra Salomon, The Masked Arab, Brother Ismaël, Brother Rasheed, Hamed Abdel-Samad (allemand et arabe), Brigitte Gabriel.

Certains youtubeurs font un travail de sous-titrage en français et ces vidéos peuvent toucher des personnes alphabétisées qui ne comprennent pas l'anglais.

Mais il serait bon de proposer aussi un doublage pour permettre aux illettrés de s'instruire malgré tout, en tous les cas d'entendre un autre son de cloche.
Soutenons également ceux qui font ce travail de critique philosophique et juridique de l'islam en langue française : Majid Oukacha, Sami Aldeeb, Sami et Lyes, Aldo Sterone, Odon Lafontaine, etc.
ll existe aussi une chaîne en arabe Al-Hayat (voir Frère Rachid) qui combat la propagande islamophile en donnant de vrais informations sur l'islam.

-------------------------

L'islam est une idéologie politico-religieuse totalitaire qui commande chaque geste, chaque parole et chaque attitude de ses adeptes quand elle est suivie radicalement, salafistement. Les musulmans "modérés", pacifiques sont une majorité et heureusement, mais si on considère que 15 à 25 % sont radicalisés dans le monde, on obtient de 240 à 400 millions de musulmans hostiles aux droits de l'homme et à la démocratie. C'est de cette minorité hostile et agissante qu'il faut s'occuper en premier lieu et la principale source de l'hostilité de cette minorité, c'est l'islam traditionnel, encore renforcé dans sa nocivité première par toute une littérature récente au 19e et 20e siècles (frères musulmans, Khomeini, Ben Laden, al-Qaradawi, etc.).

Voir la vidéo plus bas "La majorité pacifique des musulmans n'a aucune importance" pour avoir le raisonnement complet

Connaître le Coran, les hadiths et tout le toutim, c'est entrer dans le cerveau des mecs qui veulent ta peau, ta maison, tes biens, ton argent, violer ta femme qui n'est pas grosse et moche comme la mienne, épouser tes filles ou les garder comme esclaves, tuer tes fils, etc.

Ça peut se révéler utile de connaître le mode de fonctionnement de l'ennemi, non ? Ses vues ? Ses envies ? Ses volontés ? Ses habitudes ? Ce qu'il considère comme bien ou mal, possible ou impossible, beau ou laid, normal ou anormal.

Cela peut permettre de prévenir des batailles à l'avance : exemple : Voir la vidéo plus bas : "Souviens-toi de Khaybar (Islam et Israël)"

Cela peut permettre d'empêcher des conversions à l'islam : par exemple, si les gens savaient que l'apostasie était punie de mort, ils hésiteraient à se convertir à l'islam.

Cela peut permettre d'ébranler et éventuellement de faire sortir des musulmans de l'islam par la remise en question de leurs textes et donc de leur adhésion à ces textes. Intérêt : Un non-musulman ne fera pas le jihad.

Il y a encore plein d'autres avantages, je pense, mais c'est déjà suffisant pour ma démonstration.



Commentaire intéressant : 
Dommage que cette dame raconte n'importe quoi : ce sont les occidentaux qui financent les radicaux qu'elle dénoncent contre les musulmans pacifiques : qui finance les rebelles qui égorgent des gamines chrétiennes en Syrie ? Elle appartient à une caste de gauchistes menteurs et manipulateurs par excellence. Moi je pose la question : ou sont les juifs qui dénoncent les BHL, Attali et autres fouteurs de guerre professionnels (Yougoslavie, Rwanda, Irak, Libye, Syrie, Afghanistan... etc) ? De plus en Irak visiblement pour cette cinglée, ça n'avait pas d'importance en 2003 quand les USA sont entrés en guerre, que les irakiens n'avaient rien avoir avec les attentats du 11 septembre et n'avaient pas d'armes de destruction massives. Parce que c'est sur cette imposture que la guerre au terrorisme est née. Continuez de haïr les gens quand on vous le dis, de toute façon, c'est un prétexte à défouler votre bêtise.




Question : 
Tu ne vois pas que toutes ces questions religieuses c'est de la provoc. Le voile, le burkini, les prières de rue, les barbes...c'est de la provoc individuelle. Les attentats c'est de la provoc collective. Et toi, tu y réponds positivement. Vite, vite aller se renseigner sur le coran, des fois qu'on loupe quelque chose. Avant j'en savais rien mais maintenant je connais tous les hadiths et je vais pouvoir aussi apprendre l'arabe pour mieux leur répondre sur les forums !
Tu penses que les compagnons de la libération avaient fait une recension de mein kampf et appris l'allemand avant d'aller combattre ?
Plus tu en apprends sur l'islam, plus tu les comprends et plus t'es prêt à tout lâcher.

Réponse : 
C'est possible que cela fasse cet effet-là chez certains. Y en a même qui se convertissent après des attentats. 
Pour une explication plausible de cette bizarrerie, taper "Les 2 visages de l'Islam - Tous les musulmans profitent du terrorisme - David Wood en francais"

Mais bon, c'est une petite minorité de masos et de débiles mentaux. Personnellement, je ne considérerais pas mon apprentissage de l'arabe - si je le faisais - comme une soumission, une reddition ou une collaboration, mais comme une partie de mon instruction et comme un moyen de mieux résister. 

L'exemple que tu donnes avec les compagnons de la libération qui n'ont pas eu besoin de Mein Kampf serait bon d'après moi si l'analogie était correcte. Elle est presque correcte, mais elle est en décalage de temps à mon avis. Je pense que si on compare l'islamisation avec l'avancée nazie en Europe, on n'est pas encore arrivé à l'équivalent de 1939-1945 en France, sinon on le saurait, mais à quelque chose qui ressemble un peu à ce qui s'est passé dans les années 30. 

L'aveuglement qui touche une grande partie de l'élite politique et médiatique et la complaisance à l'égard des pays musulmans sur les droits de l'homme et leur financement du salafisme de nos jours est un peu analogue à l'aveuglement ou la complaisance de l'Europe à l'égard de la montée du fascisme et du nazisme dans les années 30 .

Il y a eu par exemple les jeux olympiques de 1936 à Munich : 
http://www.lepoint.fr/sport/jo-2016-1936-un-champion-noir-defie-hitler-16-07-2016-2054849_26.php#

Nous, on va avoir la coupe du monde de foot au Qatar en 2022. Or le Qatar, c'est notamment al-Jazeera, et al-Jazeera, c'est des intervenants comme al-Qaradawi qui sont le fer de lance de l'islamisme radical dans le monde, de la haine anti-occidentale et de la radicalisation islamiste qui précède et construit le passage à l'acte jihadiste. 

* Antisémitisme radical prêché et conséquences : 

Selon l’Associated Press, al-Qaradawi aurait écrit en 1998 à propos du peuple israélien « qu’il ne devrait y avoir aucun dialogue avec ces gens, sauf au moyen de l’épée. »

Youssef Al Qaradawi fait fréquemment l'apologie des exactions nazies à l'encontre des juifs. En 1998, alors que la condamnation de Roger Garaudy pour négationnisme à la suite de la parution de son ouvrage Les Mythes fondateurs de la politique israélienne provoque dans le monde arabe des vagues de soutien en faveur du négationniste français, al-Qaradawi participe en tant qu'intervenant à un meeting de soutien à ce dernier, organisé par l'une des femmes de l'émir du Qatar.

Youssef Al-Qaradâwî nomme clairement les juifs comme ennemis des musulmans et appelle à les tuer, même s'il reconnaît que le judaïsme partage avec l'islam beaucoup de points communs dans la religion, comme l'interdiction de manger du porc, le fait que la viande cachère soit aussi halal, l'absence de représentations dans les mosquées et les synagogues, etc. Au sujet des juifs, il déclare le 28 janvier 2009 : « La seule chose que j'espère est qu'à l'approche de la fin de mes jours, Allah me donne l'occasion d'aller sur la terre du jihad et de la résistance, même sur une chaise roulante. Je tirerai sur les ennemis d'Allah, les juifs, et ils me lanceront une bombe dessus et ainsi, je clorai ma vie en martyr. »

Intervenant sur la chaîne Al Jazeera le 30 janvier 2009, al-Qaradâwî tient ces propos : « Tout au long de l'histoire, Allah a imposé aux [juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu'il leur a fait — et bien qu'ils [les juifs] aient exagéré les faits —, il a réussi à les remettre à leur place. C'était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants. »

--> 2006 : Ilhan Halimi gang des barbares, 2012 : Mohamed Merah, 2017 : Sarah Halimi. Ca, c'est juste en France et la partie émergée de l'iceberg, la partie médiatisée. 

* Opinion sur le califat et conséquences sur la politique mondiale : 

En 2014, Qaradawi a déclaré que le président turc Recep Tayyip Erdoğan était son candidat pour être le prochain calife de l'islam : « [...] le Califat doit être instauré à Istanbul, car elle est la capitale du Califat [...] Recep Tayyip Erdogan [...] C'est le dirigeant qui connaît son Dieu, qui se connaît, qui connaît son peuple, qui connaît la « Oumma », qui connaît le monde. Vous avez le devoir de le soutenir, de lui prêter allégeance [...] »

--> En admettant que de nombreux musulmans suivent ce conseil, ce qui est possible, même si je ne saurais donner les probas, cela a une incidence fondamentale sur la conduite des musulmans sunnites. En effet, seul le calife peut mener le djihad offensif, c'est-à-dire faire la guerre à des nations qui n'ont pas attaqué l'islam. 

Mein Kampf --> espace vital, judenrein, supériorité de la race aryenne, etc. 

Coran et autres textes --> supériorité de la communauté musulmane, terre d'islam et terre de guerre, guerre contre les mécréants, etc. 

Si on avait pris au sérieux la menace hitlérienne en lisant et décortiquant Mein Kampf et les discours d'Hitler, et agit en conséquence, y aurait-il eu besoin de résister à l'occupation nazie qui n'aurait pas eu lieu ? 

Voilà l'intérêt de se casser la tête à lire des textes pourris. C'est de permettre éventuellement d'éviter par des réactions et mesures préventives appropriées à la situation, l'embrasement général causé par des illuminés qui ont lu ces textes débiles 


Mark A. Gabriel

Mark A. Gabriel, a former egyptian muslim who was teacher at Al Azhar.

https://www.amazon.com/Mark-A.-Gabriel/e/B001JP22W4

- Islam and Terrorism : The Truth About ISIS, the Middle East and Islamic Jihad

- Jesus and Muhammad: Profound Differences and Surprising Similarities

- Islam And The Jews: The unfinished battle

- Islam And Terrorism: What the Quran really teaches about Christianity, violence and the goals of the Islamic jihad

- Culture Clash: Islam's War on America

- Journey Inside The Mind Of an Islamic Terrorist: Why They Hate Us and How We Can Change Their Minds

lundi 25 septembre 2017

L'islam et le peuple juif : les raisons du conflit (Mark A. Gabriel)

Après les attentats du 11 septembre 2001, j'ai publié Islam et terrorisme, livre qui montre comment les enseignements de l'islam soutiennent les activités terroristes.
Dans L'islam et le peuple juif, j'aimerais examiner avec vous ce que disent les écrits islamiques sur le peuple juif. La situation internationale actuelle démontre une nouvelle fois la nécessité d'un tel ouvrage.
Chaque fois qu'on entend parler de terrorisme islamique, on entend aussi parler de la haine à l'égard du peuple juif et de ceux qui soutiennent Israël, notamment les États-Unis. Soyez attentif, la prochaine fois qu'il y aura un attentat et que vous écouterez les nouvelles : si un musulman est interrogé, vous l'entendrez certainement accuser Israël et l'Amérique et affirmer que ce sont eux les véritables terroristes. Quant aux Occidentaux, ils regardent consternés et perplexes Israéliens et Palestiniens se faire la guerre, se rendre œil pour œil et dent pour dent.
Pourquoi les musulmans arabes ne peuvent-ils pas trouver un moyen de faire la paix avec Israël ? se demande-t-on. A travers ces pages, nous retournerons au Coran et à la tradition islamique et nous verrons pourquoi les musulmans ne feront pas la paix.

Trompés par les médias

Pour rédiger ces pages, je n'ai pas simplement recopié le contenu d'un livre. Mes informations proviennent de nombreuses sources différentes et ont été collectées dans le cadre d'un travail de recherche rigoureux, qui a duré des années. Ce que j'expose ici au sujet de l'islam est basé sur le Coran, sur les biographies du prophète Mahomet, sur la tradition islamique et sur mon expérience personnelle. Je suis titulaire d'un doctorat en histoire de l'islam et en culture islamique, obtenu à l'Université Al-Azhar du Caire. Ce que vous lirez dans cet ouvrage est tout à fait différent de ce que vous pourrez trouver dans les livres qui paraissent en Occident sur des thèmes semblables. Les informations véhiculées par les médias occidentaux sont en effet très ambiguës et trompeuses. Je pense notamment à un titre paru en anglais, qui est devenu un best-seller et qui est même utilisé dans les collèges et lycées aux États-Unis. Il s'agit de Islam : A Short History, de Karen Armstrong. En voici trois extraits :

Mahomet n'a jamais demandé aux Juifs et aux chrétiens d'accepter l'islam, sauf s'ils y tenaient particulièrement, car ils avaient eux-mêmes reçu des révélations tout à fait valables.
Le Coran a continué à... inciter les musulmans au respect à l'égard des gens du Livre.
Les Juifs, tout comme les chrétiens, jouissaient d'une liberté religieuse totale dans les différents empires islamiques.

Cet ouvrage a aussi été fréquemment cité dans une émission spéciale sur la vie de Mahomet, diffusée sur le réseau de télévision américain PBS.
Permettez-moi de dire clairement que ces affirmations ne sont pas justes. Les citations du Coran et des hadiths que vous trouverez dans les pages qui suivent en sont la preuve. Je suis étonné de voir le nombre d'Occidentaux qui, au nom de la tolérance, donnent une fausse image de l'islam.

Présentation de l'éditeur

Mark A. Gabriel connaît le sujet de l intérieur. Versé dans l étude des écrits islamiques, il nous propose ici une étude extrêmement documentée sur un thème particulièrement actuel. Que dit le Coran du peuple juif? Quel message transmettent les médias? A quand remontent les tensions? Pourquoi la paix au Proche-Orient est-elle si difficile? Voilà quelques-unes des questions auxquelles l auteur répond, avec la clarté et l équilibre qu on lui connaît, pour finalement nous conduire, par-delà la réalité d un conflit vieux de plusieurs siècles, vers un chemin de paix et de réconciliation. Un formidable message d espoir pour tous!

Coronavirus 27.03.2020

Dadou 25 mars Mon père, médecin à la retraite, vient d'être appellé pour venir aider dans une maison de retraite. Il veut y aller. ...