mercredi 20 septembre 2017

Et si le prophète Mahomet n'avait pas été illettré ?


Pour l'islam officiel, le Coran provient directement de Dieu, dicté au prophète Mahomet, qui ne savait ni lire ni écrire. Un livre remet totalement en cause cette version.

PAR IAN HAMEL, À ROUBAIX

Publié le 19/09/2017 à 17:17 | Le Point.fr

D'autres versions du Coran auraient été retrouvées au Yémen. © RIZWAN TABASSUM / AFP/

Dans la première biographie du Prophète, écrite par Mohammed Ibn Ishaq (704-767), l'archange Gabriel serait apparu dans un songe à Mahomet et lui aurait dit « Lis ! ». Le prophète aurait répondu : « Que dois-je lire ? » Un siècle plus tard, Al-Bukhâry transforme la réponse de Mahomet en : « Je ne sais pas lire. » Depuis, la tradition islamique classique assure que le Prophète était illettré et qu'il n'a pu que retenir par cœur tout ce que lui transmettait Dieu, par l'intermédiaire d'un archange… Ce fait exclut toute influence humaine, et donc tout moyen de réformer le Coran.

dimanche 17 septembre 2017

Islamisme et politique 16.09.2017

Terrorisme: la police craint des déraillements de trains (16.09.2017)
Mis à jour le 16/09/2017 à 19h07 | Publié le 16/09/2017 à 18h16

Les djihadistes prôneraient ces derniers temps le déraillement de train comme mode opératoire, s'inquiète la police nationale dans une note que l'AFP a pu consulter samedi.


"En raison d'une incitation récente de la propagande djihadiste à planifier un déraillement de train, une attention toute particulière doit être accordée à toute remontée d'information relative à une intrusion ou tentative de sabotage dans les emprises destinées à la circulation des trains", peut-on lire dans ce télégramme de la Direction générale de la police nationale (DGPN), émis début septembre et révélé par Le Parisien.

Hossain Salahuddin : L'islam, une idéologie arabe impérialiste, colonialiste et totalitaire

Publié le 6 mars 2013 par Ex-musulmans

«L’islam est une idéologie arabe colonialiste et impériale engagée dans un combat cosmique pour conquérir la planète. Les djihadistes divisent le monde en deux – le monde islamique et le monde non islamique. C’est l'ultime bataille entre ceux qui valorisent la liberté, la paix et l'humanité et ceux qui les combattent, et nous devons triompher à tout prix dans l'intérêt de notre propre survie.» – Hossain Salahuddin, 24 ans, poète, essayiste et ex-musulman.

Dans une entrevue accordée à Front Page Magazine, le jeune Hossain Salahuddin, d’origine Bengladeshi, raconte les raisons qui l’ont poussé à quitter l’islam. Comme pour plusieurs autres ex-musulmans, par exemple un Indonésien et un Iranien, l’étude approfondie de l’islam et son observation du monde musulman dans lequel il vivait l’a convaincu que cette religion irréformable mène à la violence et à la haine et constitue une véritable camisole de force de l’esprit qui étouffe tout progrès et créativité.

Dr Younus Shaikh : L'islam et les femmes

Publié le 6 mars 2013 par Ex-musulmans

Le docteur Younus Shaikh, rationaliste Pakistanais et fondateur des "Lumières", organisation rationaliste du Pakistan, et qui y fut condamné à mort pour blasphème, écrit sur l'Islam et les femmes.

I

Avant l'avènement de l'Islam, les femmes arabes païennes bénéficiaient d'un statut respectable dans la société. Nombre d'entre elles, notamment Khadija, la première femme du prophète de l'Islam, avaient le droit de faire des affaires et de choisir et répudier leurs maris de façon matrilinéaire. Elles prenaient part à la plupart des activités guerrières et pacifiques, notamment le culte public. Dans le paganisme arabe d'orientation féminine, les déesses avaient un statut spécial. A la Mecque, la déesse Al-Uzza, à Taif la déesse Al-Lat et à Médine la déesse Manat étaient les divinités les plus populaires, et leurs statues étaient les plus vénérées, tandis que la statue du sévère Allah était presque négligée.

Islam, prophète auto-proclamé, idéologie totalitaire, guerre, pillage, razzia, viols


Publié le 6 mars 2013 par Ex-musulmans

"Contrairement à ce que veulent nous faire croire les zélateurs de cette "religion" et leurs "idiots utiles", l'islam est avant tout une IDEOLOGIE TOTALITAIRE et agressive utilisée par son prophète auto-proclamé pour soumettre les hommes à son autorité, en faisant du BUTIN sa source légitime de revenu ainsi qu'un moyen de recruter des adeptes attirés par l'appât du gain.

Non seulement le CORAN fait de la GUERRE TOTALE une OBLIGATION impérative comme on peut le constater dans la SOURATE IX surnommée "La sourate de l'épée" (tout un programme) et rappelée dans de nombreuses autres sourates, la plupart de l'époque médinoise, mais la SÎRA (la vie de Mahomet rapportée par ses proches) confirme cette obligation guerrière en montrant comment le prophète de l'islam a combattu par tous moyens tous ceux qu'il qualifiait d'infidèles, depuis l'hégire jusqu'à sa mort, attaquant les "riches caravanes" marchandes de La Mecque et expulsant les juifs de leurs oasis pour s'emparer de leurs biens.

Dr Tawfik Hamid : Du fond du coeur d'un musulman



Publié le 6 mars 2013 par Ex-musulmans

Par le Dr Tawfik Hamid, écrivain et universitaire égyptien tawfikhamid.com

Traduction par Albert Soued pour nuitdorient.com, copyright autorisé sous réserve de mention du site

Je suis né de religion Musulmane, mais je suis Chrétien d’Esprit et Juif de Coeur. Je suis surtout un être humain, opposé au fondamentalisme de l’Islam.

Après les nombreuses attaques terroristes de certains de mes coreligionnaires à travers le monde, après de nombreux actes de violence perpétrés par des islamistes dans de nombreux pays, je me sens responsable comme être humain et comme Musulman de parler et de dire la vérité pour protéger mes concitoyens du monde d’une catastrophe à venir, une guerre de civilisations.

J’admets que l’enseignement actuel prodigué dans nos écoles et dans nos mosquées crée la violence et la haine contre les non-Musulmans. Nous autres Musulmans nous avons besoin de changer notre perception du monde.

Islamisme et politique 13.09.2017

A surprising solution to illegal immigration

Greece sends refugees packing with a helping hand

In this undated photo provided on Monday, Sept. 11, 2017 by Hellas Gold company, an aerial view of a gold mine complex in Skouries, in the Halkidiki peninsula, northern Greece. Canadian mining company Eldorado Gold on Monday threatened to suspend ... more >


By Daniel Pipes - - Monday, September 11, 2017

ANALYSIS/OPINION:

ATHENS | As Western states prove incapable of deporting their millions of illegal migrants — the current crisis features Italy — authorities in Greece have found a surprising and simple way to convince them to take the long route back home.

The migration crisis simmered in Greece at about 10,000 illegals arriving a year. Then, thanks to a combination of violence in Syria and welcoming words from Germany’s Chancellor Angela Merkel in 2015, that number surged to 10,000 illegals a day pouring into Greece. Coming mostly from Turkey, they made their way unimpeded to such favored destinations as Germany and Sweden.

Eventually, as the borders to northern Europe clanged shut, more than 62,000 migrants found themselves “stranded” (in the nomenclature of the United Nations’ International Organization for Migration, or IOM) in Greece. Unable to reach their destinations of choice, they could not find work or sympathy in a Greece going through economic crisis, and they refused to return to Turkey.

At this point, the IOM director in Athens, Daniel Esdras, devised a creative solution to encourage stranded migrants to take the difficult step to give up their European dreams, dreams for which they sacrificed time, money, self-respect, and perhaps endangered their lives, and instead to return to their homelands.

The solution, it turns out, is counterintuitive: treat them very, very nicely, with generosity and respect, then spread the word widely.

That is the experience since the opening in December 2015 of a hostel for impoverished returnees, 80 percent male, as they went through the one-to-three-month process (including in-depth interviews by embassy personnel) to arrange their departure.

Burdened with the arch-bureaucratic name of the Open Center for Migrants Registered for Assisted Voluntary Return and Reintegration (OCAVRR for short), the hostel offers free residence to illegals (or, in its delicate parlance, “irregulars”) who of their own will have agreed to be returned to their countries of origin (other than war zones, namely Libya, Somalia, Yemen, Syria, and parts of Afghanistan).

“Open center” means the residents (whom staff politely refer to as “beneficiaries”) may enter and leave the building at will. Located in a posh part of Athens with excellent vistas and co-funded by the European Return Fund and the Greek Ministry of Interior, OCAVRR provides up to 120 residents at a time with air-conditioned rooms, three catered meals a day, linens, toiletries, and basic clothing, health care and medicines, psychological counseling and social workers. It also offers Wi-Fi, large Blu-ray televisions, telephone cards to call home, one toilet per four residents, and one shower per nine residents.

Bathrooms and floors are scrubbed through the day by a cleaning service; residents need only make their beds and wash their clothing in the free laundry machines with free soap. Families get private rooms. Interpretation is offered in nine languages. A Greek staffer joked that OCAVRR may be the only building in all of Athens completely up to the fire code. He also noted that an ambulance would get to a returnee faster than to his house.

Residents must sign an “accommodation agreement.” Smoking, alcohol, guests and pets are prohibited. A criminal record, drug addiction, or a communicative disease disqualify one; armed guards and an airport-style metal detector at the entrance of OCAVRR assure security.

Of the 80 OCAVRR current residents when I visited, 79 were Muslim (the other a Georgian Christian). Every meal is halal. All toilets are outfitted with water sprays. The prayer room is exclusively for use by Muslims and a refrigerator by the front door holds food for residents keeping the Ramadan fast, though a surprisingly small number of residents pray or fast.

Of the 2,200 returnees who have passed through OCAVRR, 94 percent eventually left Greece for home. On leaving, they receive $570 in pocket money and a promise of $1,800 for in-kind support to get them economically on their feet (livestock, a taxi, and a sewing machine are common purchases) The total spent per person is about $4,800, less than 1 percent of the welfare, unemployment, health, and other spending on the typical long-term illegal migrant.

Subsidizing the inherently difficult process of returning home to make it more pleasant and dignified is a winning formula; indeed, every Western country suffering from the problem of illegal migrants can learn from, adapt and scale up this model to its specific circumstances. Done right, large numbers of former illegal migrants will be in business in their homelands.

• Daniel Pipes (DanielPipes.org, @DanielPipes) is president of the Middle East Forum.

Toulouse: il agresse des policiers en criant «Allah akbar» (13.09.2017)


  • Par  Le Figaro.fr 
  • Mis à jour le 13/09/2017 à 19:54 
  • Publié le 13/09/2017 à 19:38
Un individu a été difficilement maîtrisé et arrêté par la police après avoir agressé plusieurs passants dans le quartier des Minimes, à Toulouse, dans la soirée. Selon La Dépêche , l'homme de 42 ans s'en est pris sauvagement à plusieurs passants en les rouants de coups et en hurlant "Allah akbar", pour des raisons inconnues.

Les victimes ont pu s'enfuir et alerter des officiers de police en patrouille dans le quartier. Les trois fonctionnaires ont eu bien des difficultés à maîtriser l'individu qui, en se débattant, les a blessés au tibia, à l'épaule ou aux cervicales. Deux civils ont été transportés à l'hôpital.

L'agresseur n'aurait aucun casier judiciaire, selon La Dépêche, mais aurait séjourné en hôpital psychiatrique jusqu'en avril dernier.

Pays-Bas: 4 djihadistes déchus de leur nationalité (13.09.2017)

  • Par  Le Figaro.fr avec AFP 
  • Mis à jour le 13/09/2017 à 19:00 
  • Publié le 13/09/2017 à 18:57
Les Pays-Bas ont déchu quatre djihadistes de la nationalité néerlandaise après l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi antiterroriste, a annoncé le ministre de la Sécurité et de la Justice aujourd'hui.

"Ces quatre personnes ont rejoint une organisation terroriste dans une zone de conflit" et "ont été déclarées comme étrangers indésirables... Ils ne peuvent donc plus se rendre aux Pays-Bas ou circuler dans l'espace Schengen légalement", a déclaré Stef Blok dans un communiqué.

Bien que le ministre n'ait pas nommé les quatre hommes, ni précisé leur autre nationalité, les médias néerlandais les ont identifiés comme "Driss B., Noureddin B., Anis Z. et Hatim R.", partis combattre en Syrie.

Les quatre hommes, dont la localisation actuelle est inconnue, se sont rendus en Syrie pour se joindre à des groupes djihadistes, y compris l'Etat Islamique, selon les médias néerlandais. "C'est le cas de Driss B., qui n'est peut-être plus en vie", a rapporté l'agence de presse ANP.

Les Pays-Bas avaient approuvé en mars une nouvelle loi qui confère au gouvernement le pouvoir de retirer à un individu la nationalité néerlandaise, même s'il n'a jamais été condamné auparavant.Toutefois, la déchéance de nationalité pour ces quatre personnes doit encore être approuvée par un juge, a précisé le gouvernement. 

Migrants : «L'Europe a créé une machine infernale» (13.09.2017)

INTERVIEW - L'association d'aide aux migrants, Utopia 56, a décidé mercredi de quitter le centre humanitaire pour migrants à Paris. «L'État assume complètement de vouloir débouter et trier les gens» déplore son cofondateur et vice-président, Yann Manzi.

Ouvert il y a un an, le centre humanitaire pour migrants à Paris avait plusieurs objectifs: les accueillir, garantir leurs besoins vitaux, et les orienter vers des dispositifs de prise en charge à long terme, le temps que leur demande d'asile soit étudiée. Mais le lieu, situé dans le 18e arrondissement de la capitale, a été rapidement saturé. Conséquence, de nombreux campements sauvages se sont formés aux alentours. Le 17 août dernier, 2400 personnes ont été évacuées par les autorités. Ce mercredi, l'association d'aide aux migrants Utopia 56 a annoncé qu'elle se retirait de ce centre humanitaire. Son cofondateur et vice-président, Yann Manzi, nous explique les raisons de ce départ.


LE FIGARO.- Pourquoi avoir décidé de quitter le centre humanitaire de Paris?

Yann MANZI.- Depuis l'annonce du «plan migrants» par le gouvernement cet été, on assiste à une accélération des procédures Dublin vers la Grèce, l'Italie (les étrangers sont censés être renvoyés dans le pays européen où ils ont fait leur première demande d'asile, NDLR). L'État assume complètement de vouloir débouter et trier les gens, et ne veut pas que les citoyens s'organisent pour améliorer l'accueil des migrants. Quant à l'Europe, elle a créé une machine infernale, un mur administratif. Et ça, on le refuse.

Comment se matérialise cette «machine infernale»?

Il y a une pression énorme de l'État sur les «dublinés». On a piégé plein de gens avec un dispositif qui a dérivé vers un centre de tri. Les migrants hébergés porte de la Chapelle doivent passer par le centre d'examen de situation administrative (Cesa), créé spécifiquement pour accélérer la procédure Dublin. On prend leurs empreintes, et ensuite, ils sont censés pouvoir déposer une demande d'asile. Or nous avons plusieurs cas de migrants qui sont passés par le Cesa et qui n'ont pas pu effectuer cette demande. Nous avons alerté la mairie de Paris pour dénoncer cette situation. Cela ne se produisait pas sous le gouvernement Hollande. Mais depuis l'arrivée de Macron au pouvoir, le rodage est terminé. Les chiffres de 2017 concernant les procédures Dublin vont connaître une remontée spectaculaire.

Depuis son élection, Emmanuel Macron a annoncé son intention de réguler les flux migratoires. Pour le coup, il joue franc jeu...

C'est sûr, il n'y a plus de complexe! Mais on nous vend toujours une vitrine, comme quoi les centres permettent de mettre «tout le monde à l'abri», alors qu'en réalité, on renvoie ces populations en Grèce, en Italie. Mais aussi dans des pays beaucoup moins riches comme le Liban, la Jordanie, le Pakistan. Les droits de l'homme ne sont plus respectés, les humanitaires sont stigmatisés. Il y a tout une campagne de médiatisation afin de faire en sorte que les migrants continuent à mourir dans leur pays. Les migrants représentent 0,17% de la population européenne. C'est ça notre quota? On ne veut pas accueillir toute la misère du monde, mais on doit pouvoir prendre notre part.

Quitter le centre humanitaire ne va-t-il pas vous fermer des portes, et vous empêcher d'aider les migrants?

Je ne suis pas inquiet car le travail avec le centre humanitaire ne constituait que 10% de nos actions. Les 90% qui restent, c'est dans la rue. Nous allons continuer à collaborer avec différents collectifs et associations. Et si les portes se ferment, on en ouvrira d'autres. Les bénévoles sont notre principale arme. Les Parisiens ont ouvert leurs portes pour accueillir femmes, enfants, bébé. Il y a eu une vraie générosité citoyenne et tout ça va se poursuivre. Dans un sens, notre boulot va être aussi plus libre, même si les confrontations seront plus dures avec la police. On sera là, comme à Calais, avec des caméras pour vérifier que tout le monde respecte la loi. Demain, tout sera plus compliqué pour nous mais ça ne changera pas notre motivation et notre envie d'aider la population.

La rédaction vous conseille

Syrie : après la guerre, comment gagner la paix ? (13.09.2017)


  • Par  Caroline Galactéros 
  • Mis à jour le 13/09/2017 à 17:24 
  • Publié le 13/09/2017 à 15:36

FIGAROVOX/TRIBUNE - Alors que la fin de l'EI approche, ses territoires reconquis inéxorablement par Damas, la Syrie sera-t-elle libérée des jeux d'influence des grandes et moyennes puissances qui cherchent à sécuriser leurs intérêts économiques et politiques au Moyen-Orient? Analyse de Caroline Galactéros.


Docteur en Science politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées, Caroline Galactéros dirige le cabinet d'intelligence stratégique «Planeting». Auteur du blog Bouger Les Lignes, elle a publié Manières du monde. Manières de guerre(Nuvis, 2013) et Guerre, Technologie et société (Nuvis, 2014).

Alep, Palmyre, Mossoul, Deir Ez-Zor, bientôt Raqqa: l'Etat islamique et ses affidés sont en déroute, la dimension territoriale du Califat réduite à peau de chagrin. Chacun revendiquera bientôt la victoire sur l'hydre qui déjà est en reconstitution ailleurs et autrement.

Syrie a donc résisté, au prix d'innombrables souffrances, à sa destruction programmée. Et maintenant la paix?

La Syrie a donc résisté, au prix d'innombrables souffrances, à sa destruction programmée. Elle a su trouver des alliés de conviction mais surtout de circonstance, qui entendent désormais maîtriser le volet politique de sa renaissance au mieux de leurs intérêts régionaux et globaux. Et maintenant la paix?

Pas si simple et encore moins sûr. Car le théâtre syro-irakien est celui d'une confrontation politico-stratégique de fond entre USA, Russie et Chine et leurs alliés, concurrents et proxys respectifs, tous conduits à monnayer leur allégeance. Car l'instrumentalisation tous azimuts de la querelle confessionnelle sunnite-chiite montée en épingle, masque simplificateur de convoitises plus prosaïques et de rivalités dynastiques ou simplement politiques - a atteint des sommets et entraîné puissances régionales et globales dans une course à l'influence que nul ne maîtrise vraiment.

Russie, Iran, Turquie, monarchies sunnites du Golfe mais aussi Chine, Etats-Unis, Israël, Grande-Bretagne - en retrait mais depuis toujours à la manœuvre - et même nous Français, naïvement englués dans des allégeances indéfendables et dangereuses, tous se liguent et/ou se déchirent au gré des gains espérés et des rapports de force exprimés.

Il s'agit surtout pour le camp occidentalo-sunnite et en urgence désormais, d'effacer l'affront de cette impensable victoire du régime syrien.

C'est là que le bât blesse. Car si l'on feint aujourd'hui la convergence radieuse des volontés au service de la paix et de l'éradication de «Daech», la réalité est bien moins claire, et encore moins «morale». Il s'agit surtout pour le camp occidentalo-sunnite et en urgence désormais, d'effacer l'affront de cette impensable victoire du régime syrien décrit comme moribond depuis presque le premier jour de la «révolte populaire» de 2011, qui est toujours bel et bien là et fait spectaculairement mentir toutes les incantations occidentales appelant à son effacement.

L'homme «qui ne méritait pas d'être sur Terre» selon un ancien ministre des affaires étrangères? Toujours au pouvoir, auréolé de sa résistance victorieuse à une pression extrême impuissante à le faire tomber.

L'armée syrienne exsangue, incapable, composée uniquement de milices étrangères? Une force incroyablement résiliente et désormais très aguerrie en contre-guérilla.

La Syrie, Etat promis au dépècement et réduit à sa portion «utile»? Un pays qui recouvre à grands pas sa souveraineté territoriale.

«Le peuple syrien massacré par son tyran Assad»? Une population martyrisée, exilée pour une grande part, mais dont le gros est demeuré sous la protection du «tyran» contre la terreur djihadiste depuis des années.

Bachar el Assad, qui, avec la Russie, ne combat pas l'EI et en est même carrément le créateur? Un homme dont l'armée et ses alliés, après avoir réduit à ses portes ses avatars -al Nosra et consorts- cherche sans équivoque à en finir avec le Califat à Deir ez-Zor.

C'est toute une rhétorique, un matraquage ahurissant qui en cet automne 2017 font… Pshitt! La méthode Coué

Alep, Palmyre, Mossoul, Deir Ez-Zor, bientôt Raqqa : les faits sont plus têtus encore que les sinistres calculs d'un « Occident » qui a cru pouvoir régner encore en divisant à l'infini.

a des limites et les faits sont plus têtus encore que les sinistres calculs d'un «Occident» qui a cru pouvoir régner encore en divisant à l'infini. Le verdict est sans appel. Mossoul est tombée, puis Palmyre, demain Raqqa, les islamistes stipendiés par Washington, Tel-Aviv, Londres, Ankara, Doha et Riyad sont pour certains lâchés par leurs mécènes et réduits à monnayer leur reddition à Idlib, pour d'autres, en train d'échafauder leur prochaine réincarnation maléfique. Avec les mêmes parrains? Il faut souhaiter que non.

Dès lors, l'équation est malheureusement assez claire: Comment pour Washington, Tel Aviv et les puissances qui leur ont emboîté le pas et déchantent cruellement désormais, supporter cette triple humiliation militaire, politique et stratégique sans chercher désormais à miner la paix? Comment sauver la face … et sa mise?

Comment, pour Israël, entrer dans les bonnes grâces de Moscou et faire pièce à l'émergence du Hezbollah comme acteur régional puissant? La récente violation de l'espace aérien libanais par l'Etat Hébreu pour frapper la Syrie en échappant à la bulle de surveillance russe témoigne que ce n'est pas gagné… Surtout, comment entraver désormais l'avance du projet iranien d'un «corridor chiite» terrestre reliant Téhéran au Sud-Liban (grâce au Hezbollah) et passant par l'Irak chiite et la Syrie d'Assad?

Les peuples syrien, irakien, libyen et yéménite n'ont pas fini de souffrir pour permettre aux ambitions des puissances de se mesurer sur leur dos et comble du cynisme, au nom de leur bien-être ….

L'heure n'est donc pas à la reconnaissance des erreurs d'interprétation et des torts ou au compromis pragmatique visant à libérer la région de l'engeance islamiste. La fin de partie n'est pas sonnée et le jeu demeure assez «tordu». Les peuples syrien, irakien, libyen et yéménite n'ont pas fini de souffrir pour permettre aux ambitions des puissances de se mesurer encore sur leur dos et comble du cynisme, au nom de leur bien-être ….

A la veille d'un nouveau round de négociations à Astana sur l'avenir politique de la Syrie, sous maîtrise russe (et iranienne) les 14 et 15 septembre, qui manifestera plus encore la marginalisation de Washington et de ses alliés, cette urgence s'exprime désormais clairement sur le terrain. Car, sans l'Est syrien et l'accès des forces du régime à la frontière syro-irakienne, le corridor chiite est mis à mal (d'où la volonté farouche des Iraniens de gagner la bataille de Deir ez-Zor).

Les Etats-Unis, pour contrer cette offensive iranienne, ont d'abord lancé contre l'Armée syrienne et les milices chiites, les «rebelles modérés» du Front Sud, venus de Jordanie et appuyés par la base américaine d'Al-Tanf. Cette stratégie a échoué, les rebelles ont été encerclés et les check-points à la frontière jordanienne au Sud de la Syrie progressivement repris par les troupes loyalistes. Désormais, Washington s'appuie sur l'alliance arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), commandées par les YPG kurdes mais dont la majeure partie des combattants sont au Sud des Arabes, suite au ralliement de tribus locales. Ce sont ces forces qui sont engagées dans la bataille de Raqqa.

Si l'alliance arabo-kurde s'emparait de l'Est de Deir ez-Zor, la ville serait alors coupée en deux, des deux côtés de l'Euphrate, Elle deviendrait un petit Berlin version 1945

De son côté, l'armée syrienne, depuis la reprise de Palmyre fin mars dernier, a réalisé la semaine dernière une percée sans précédent sur la route Damas - Deir ez-Zor, brisant le siège qui touchait l'ouest de la ville encerclé par l'EI depuis 2014. L'armée syrienne rejoint ainsi la rive occidentale de l'Euphrate.

Et voilà que, comme par hasard, elle s'y trouve confrontée aux FDS, qui elles ont effectué une percée au Sud vers Deir ez-Zor et sont désormais aux portes de la ville, mais à l'Est de l'Euphrate cette fois-ci, pour empêcher les forces loyalistes de franchir le fleuve.

Parallèlement, il se dit qu'une «armée nationale» (confusion sémantique intentionnelle) financée par Doha, Ankara et Ryad, émanant de la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution (CNFOR) et composée d'une quarantaine de groupes djihadistes liés de près ou de loin à l'ex Front al Nosra (al Qaeda) serait en train de naître avec pour objectif de «combattre Assad» et les terroristes (sic)...

Si l'alliance arabo-kurde s'emparait de l'Est de Deir ez-Zor, la ville serait alors coupée en deux, des deux côtés de l'Euphrate, Elle deviendrait un petit Berlin version 1945, divisé en zones d'influence où les chiens de faïence se toisent …

Pour l'heure, Damas a dépêché des barges de débarquement et des ponts flottants. L'Armée syrienne n'acceptera pas d'être cantonnée sur la rive occidentale de l'Euphrate. Ce serait un coup d'arrêt insupportable porté à la reconquête. Un conflit ouvert entre les deux protagonistes est néanmoins peu probable, Washington et Moscou n'ayant rien à gagner d'une confrontation directe et cherchent plutôt à ouvrir des zones de déconfliction. Trump, toujours pragmatique, a même récemment déclaré que l'objectif américain principal en Syrie était de «tuer ISIS», non de renverser Assad…

Mais chaque jour qui passe le voit plus isolé et contrôlé par le tentaculaire système qui décide de facto à Washington, fossilisé sur les vieilles logiques néoconservatrices toujours à l'œuvre au sein des armées, des Services et des lobbys économiques. Le front diplomatique enfin n'est pas plus rassurant. Que ce soit à Astana, à Genève ou au sein d'un quelconque «Groupe de contact», l'enjeu demeurera pour Moscou comme pour Washington, de sélectionner et de promouvoir des interlocuteurs sunnites présentables, anciens islamistes pouvant apparaître représentatifs mais surtout contrôlables pour peser sur la négociation politique lorsque le statu quo militaire optimal sera atteint.

Ce «casting» largement artificiel n'est pas une mince affaire, on en conviendra, mais aussi un grand classique de la scène internationale. Quels qu'ils soient, ces interlocuteurs n'auront de poids politique qu'en fonction de l'évolution du rapport de force sur le terrain.

Quant aux Kurdes enfin, cessons là aussi de feindre de croire que leur rêve étatique, légitime ou non, prendra corps. Le soutien américain à leur «cause» disparaîtra lorsque Daech sera défait. Les pays rivaux qui abritent des minorités kurdes sont tous d'accord sur une chose: pas question d'entamer leur intégrité territoriale à leur profit. Téhéran et Damas, qui se rapprochent à grands pas, en témoignent.
Peut-être ce réalisme opportuniste ira-t-il demain jusqu'à permettre une réconciliation entre Damas et Ankara, parrainée par la Russie et l'Iran.

La rédaction vous conseille

Juncker se démarque de Macron et veut un président élu pour l'UE (13.09.2017)


Le président de la Commission européenne a dévoilé mercredi à Strasbourg un programme ambitieux et sa vision pour l'avenir d'une Union, en écartant notamment en bloc l'idée d'un parlement spécifique de la zone euro prônée par le chef d'État français.

Envoyé spécial à Strasbourg

La refondation de l'Europe à partir des 19 pays de la monnaie commune n'est pas la bonne solution et le sursaut démocratique du continent passe par l'élection d'un président de l'UE au suffrage universel: à l'approche d'échéances décisives, Jean-Claude Juncker choisit de marquer une vraie distance avec les projets d'Emmanuel Macron.

Pour sa dernière année pleine à la tête de la Commission, le vieux routier de Bruxelles écarte en bloc le triptyque poussé par le jeune président français: un budget massif pour les 19 économies de l'euro, un ministre unique des Finances pour la monnaie commune et un parlement distinct chargé investi du contrôle politique. «L'euro n'est pas la monnaie de pays élus, explique le chef de l'exécutif européen. De nouveaux traités, de nouvelles institutions ne sont pas le meilleur moyen de répondre aux attentes de centaines millions d'Européens.»

Au repli sur l'euro et à l'Europe à plusieurs vitesses, Jean-Claude Juncker oppose un modèle inclusif qui évite les clivages et trouve les compromis à Vingt-Sept. Il s'agit non pas de diviser, mais d'unir et d'étendre à tous les États membres - sans exception - les privilèges de la monnaie commune, de l'espace de Schengen et l'Union bancaire. «L'Europe, c'est la règle de droit et non pas la loi du plus fort (...) L'UE doit respirer à pleins poumons, à l'Est comme à l'Ouest, sans quoi elle s'essoufflera».

Un projet ancien ressuscité

Le chef de la Commission s'adressait, à Strasbourg, à un auditoire d'eurodéputés conquis et souvent inquiets de l'éventuelle concurrence d'une seconde assemblée, restreinte aux élus de l'Eurozone. «Le parlement de l'euro, c'est le parlement européen», dit-il. À dix jours des législatives allemandes, il y a fort à parier aussi que Jean-Claude Juncker a pris le conseil d'Angela Merkel, elle-même circonspecte devant l'activisme et les ambitions du président français, bien qu'elle se garde de critiques ouvertes.
L'Élysée justifie la priorité qu'il donne à la zone euro en regrettant un sérieux déficit démocratique à Bruxelles, la lourdeur de procédures propres à l'UE et l'absence d'outils efficaces de politique économique ou industrielle. Jean-Claude Juncker botte en touche et ressuscite un projet ancien qui permettrait, à ses yeux, de redynamiser politiquement l'édifice, à vingt-sept et de haut en bas: l'élection par 350 millions d'Européens d'un président unique de l'UE, fusionnant le fauteuil qu'il occupe lui-même jusqu'en 2019 avec celui de président du Conseil européen, aujourd'hui détenu par Donald Tusk.

« Le parlement de l'euro, c'est le parlement européen »
Jean-Claude Juncker

C'est un serpent de mer mais les traités européens, en l'état, n'interdisent pas cette simplification. Elle donnerait au titre une autorité et une visibilité inédite. Elle s'est toujours heurtée à la susceptibilité des chefs d'État et de gouvernement, peu enclins à se laisser chapeauter par un «superprésident» européen. L'élection au suffrage universel est un autre écueil: les seuls élus directs de l'UE restent aujourd'hui les eurodéputés.

Jean-Claude Juncker, intraitable dans la quête de l'unité à vingt-sept et dans le rejet d'une Europe à «formats» différenciés, soutient néanmoins plusieurs initiatives particulières poussées par le président Macron: un droit de regard européen sur les investissements étrangers - chinois surtout dans les secteurs stratégiques, une surveillance serrée du travail détaché grâce à une «autorité commune» de régulation de l'emploi et le lancement, en 2018 et à travers toute l'UE, de «conventions» permettant de sonder les citoyens sur leur désir d'Europe.

Le patron de la Commission souhaite que ces projets deviennent réalité d'ici au printemps 2019, saison qui verra le crépuscule de son mandat, les élections européennes et la rupture effective avec le Royaume-Uni. Dès le 28 septembre, un sommet européen devait préciser la feuille de route, à Tallinn (Estonie).

La rédaction vous conseille


Le projet de droit du sol reporté sine die en Italie (13.09.2017)


Dans un contexte migratoire tendu, alors que des élections législatives doivent se tenir début 2018, le projet de loi instaurant le «droit du sol» a été repoussé au Sénat après le dépôt de plus de 40.000 amendements de l'opposition.

L'examen au Sénat italien du projet de loi sur le droit du sol («ius soli»), promis pour l'automne, a été reporté sine die face à la mobilisation de la droite et au fléchissement de l'opinion à quelques mois des législatives. Déjà adopté par les députés, le texte qui permettrait la naturalisation des enfants étrangers nés ou grandis en Italie a été débattu au Sénat en juin-juillet avant d'être renvoyé à septembre.

Le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, avait exprimé son «engagement personnel» pour que cette «loi juste» soit adoptée à l'automne. «Les enfants nés en Italie sont Italiens et il est du devoir d'un pays civilisé de les accueillir», s'était justifié le président du conseil, ardemment soutenu par son prédécesseur, Matteo Renzi, patron du Parti démocrate (centre-gauche, au pouvoir), qui évoque «une loi de civilisation».

Mais face aux plus de 40.000 amendements déposés par l'opposition, Paolo Gentiloni a, selon la presse italienne, choisi de donner la priorité au débat sur la loi de finances 2018 et n'aura probablement plus le temps de faire passer le texte avant les élections prévues début 2018. «Les lois ont besoin d'une majorité et pour l'instant il n'y en a pas», a reconnu Luigi Zanda, président du groupe Parti démocrate au Sénat.

Vive opposition politique et retournement de l'opinion publique

Matteo Salvini, le chef de la Ligue du Nord, parti anti-euro et anti-immigration, opposant le plus virulent au texte, a salué «une victoire du bon sens» en répétant ses slogans sur les réseaux sociaux: «On ne fait pas cadeau de la citoyenneté», «Stop à l'invasion». Beppe Grillo, le leader du M5S, a quant à lui exprimé son refus du droit du sol à plusieurs reprises depuis plus de dix ans, avant même la création de son mouvement. «Il a pris une position très nette contre ce projet, ce qui a tout de suite valu aux ‘grillini' d'être accusés d'être des xénophobes ou des racistes masqués ou, dans le meilleur des cas, d'exploiter ce sujet à des fins de concurrence électorale avec la Lega Nord [Ligue du Nord] ou Fratelli d'Italia», note Marco Torchi, spécialiste italien du populisme.

«Ce sont les premières escarmouches de la campagne électorale alors que les deux enjeux majeurs sont la relance économique et l'adoption d'un nouveau mode de scrutin»
Christophe Bouillaud, professeur à l'IEP de Grenoble

Alors que l'Italie a vu débarquer plus de 600.000 migrants sur ses côtes depuis 2014 et que Rome durcit sa politique migratoire en coopérant avec la Libye, l'ancien président du Conseil, Silvio Berlusconi (Forza Italia), lui aussi vivement opposé au projet, avait déclaré en juillet que le texte était un «mauvais signal». «Faire savoir qu'à partir d'aujourd'hui il est plus facile de devenir Italien va susciter des illusions et de faux espoirs en Afrique et rendra plus forte la pression migratoire», assurait-il. Dans ce contexte migratoire, un récent sondage a montré que le soutien au texte a chuté dans l'opinion publique, passant de 80% en 2014 puis 70% en février à 52% ces derniers jours.
Selon l'Institut italien de la statistique (Istat), l'adoption du droit du sol donnerait aujourd'hui la nationalité italienne à quelque 800.000 enfants nés dans la péninsule et à 60.000 jeunes immigrés chaque année. Débattue en Italie depuis une quinzaine d'années, la réforme du code de la nationalité vise à modifier la législation en vigueur fondée sur le droit du sang («ius sanguinis»), la nationalité italienne étant transmise par au moins l'un des deux parents. Le projet de loi consacrant le droit du sol est dit «tempéré» puisqu'il pose des conditions: l'un des parents doit avoir été présent sur le territoire italien depuis au moins cinq ans ou l'enfant doit effectuer un cycle scolaire complet en Italie. En adoptant le «ius solis», l'Italie se rapprocherait de la majorité de ses voisins européens comme la France, la Belgique, la Grande-Bretagne ou le Portugal, où cette règle s'applique, sous des formes variées.

Une réforme symbolique, non prioritaire pour les Italiens

Cette réforme ne concernerait pas immédiatement les migrants arrivés récemment en Italie. «Ce projet de loi arrive au moment où l'immigration extracommunautaire du début des années 1990 oblige un certain nombre de jeunes à faire un choix», explique au Figaro Christophe Bouillaud, professeur à l'Institut d'Études de Grenoble. Pour ce spécialiste de la politique italienne néanmoins, «cette réforme n'a aucun caractère d'urgence». «C'est avant tout un combat symbolique pour se positionner politiquement. Ce sont les premières escarmouches de la campagne électorale alors qu'en réalité, les deux enjeux majeurs pour l'Italie sont la relance économique et l'adoption d'un nouveau mode de scrutin», ajoute-t-il.

L'Italie doit encore faire face à un chômage de 11%, supérieur à la moyenne des pays de la zone euro (9,3%) et particulièrement fort chez les jeunes puisqu'il atteint 37% chez les 15-24 ans. Quant à la gouvernance italienne, elle risque d'être paralysée par un mode de scrutin différent entre les deux assemblées -la chambre des députés et le Sénat- qui possèdent des modes de scrutin différents. Signe des priorités de l'opinion publique italienne, un sondage du Messaggero montrait ainsi en juillet qu'une majorité d'Italiens (42,9 % contre 22,9 %) jugeait le moment mal choisi pour voter le texte sur le droit du sol et préférait qu'il soit confié au gouvernement qui sortira des urnes lors des élections législatives de 2018.

La rédaction vous conseille

Israël appelle sous les drapeaux les jeunes ultraorthodoxes (13.09.2017)


Mis à jour le 13/09/2017 à 18h28 | Publié le 13/09/2017 à 18h12

La Cour suprême a invalidé, mardi, un amendement datant de 2015 limitant l'intégration des hommes en noir dans l'armée.

De notre correspondant à Jérusalem

La Cour suprême israélienne a invalidé mardi soir, au nom du principe d'égalité devant la loi, un amendement adopté en 2015 pour limiter l'intégration des jeunes ultraorthodoxes dans l'armée. Estimant que cette disposition favorise injustement les étudiants inscrits au séminaire talmudique (yeshiva), les hauts magistrats ont donné un an au gouvernement pour revoir sa copie. Les représentants du monde harédi (littéralement: les «craignant-Dieu») ont accueilli avec colère ce nouvel épisode d'une querelle qui, pour anecdotique qu'elle puisse paraître, touche au cœur même du pacte national israélien.

«Ce qui fut d'abord un problème marginal a fini par constituer une atteinte manifeste à l'égalité entre les citoyens»
Gilad Malach, chercheur à l'Institut israélien pour la démocratie

L'exemption de service militaire dont bénéficient les étudiants en religion remonte à la création de l'État (1948). David Ben Gourion crut ainsi pouvoir s'assurer à peu de frais le soutien des quelques centaines d'ultraorthodoxes alors établis en Israël ainsi que de leurs rabbins. Mais cette population n'a depuis cessé de croître, au point qu'un quart des enfants rentrant actuellement à l'école primaire en sont issus et qu'environ 10.000 jeunes religieux atteignent chaque année l'âge de la conscription. «Ce qui fut d'abord un problème marginal a fini par constituer une atteinte manifeste à l'égalité entre les citoyens, observe Gilad Malach, chercheur à l'Institut israélien pour la démocratie. C'est pourquoi la Cour suprême a réclamé en 1997 qu'une loi définissant clairement le périmètre de ce privilège remplace l'arrangement informel des débuts.»

Bras de fer

Un texte voté en 2002 déboucha sur la création, par l'armée, d'unités non-mixtes adaptées aux conscrits issus du monde harédi ainsi que sur la mise en place d'un service civil. Mais il fallut attendre la formation d'un gouvernement excluant les deux grands partis ultraorthodoxes, en 2013, pour que cette loi soit rendue plus opérationnelle. Au nom du «partage équitable du fardeau», il fut alors décidé qu'un quota d'ultraorthodoxes devrait à l'avenir passer sous les drapeaux. Dans le cas contraire, précisait l'amendement, les subventions versées aux yeshivas seraient revues à la baisse et les appelés réfractaires pourraient être envoyés en prison. Une perspective qui provoqua une gigantesque manifestation des hommes en noir dans les rues de Jérusalem - avant que des élections anticipées ne mettent temporairement fin à ce psychodrame.

«Ce jugement constitue une avancée importante alors qu'une minorité s'obstine avec cynisme à empêcher l'État d'Israël de devenir un peu plus juste et un peu plus fonctionnel»
L'éditorialiste Ben Dror-Yemini dans le quotidien « Yedioth Ahronoth »

Les partis ultraorthodoxes, revenus au gouvernement au printemps 2015, ont en effet convaincu Benyamin Nétanyahou de mettre en sommeil cette politique d'intégration. Seuls 2800 harédim ont endossé l'uniforme en 2016 alors que le ministère de la Défense en attendait 3200. Mais le bras de fer n'est pas terminé, comme en atteste la décision rendue mardi soir par la Cour suprême. Tandis que ces religieux disent œuvrer au salut du peuple juif en consacrant leur temps à l'étude de la Torah, des voix de plus en plus en plus nombreuses estiment en effet que leur intégration à l'armée et au marché du travail est inéluctable. «Ce jugement constitue une avancée importante, se réjouit l'éditorialiste Ben Dror-Yemini dans le quotidien Yedioth Ahronoth, alors qu'une minorité s'obstine avec cynisme à empêcher l'État d'Israël de devenir un peu plus juste et un peu plus fonctionnel.»

La rédaction vous conseille :


Actualité islamisme et politique 15.09.2017

Irak: le bilan de la double attaque de l'EI monte à 84 morts (15.09.2017)

  • Par  Le Figaro.fr avec AFP 
  • Mis à jour le 15/09/2017 à 11:33 
  • Publié le 15/09/2017 à 10:11
Au moins 84 personnes, dont des Iraniens, ont été tuées jeudi dans une double attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI) près de Nassiriya, dans le sud de l'Irak, selon un nouveau bilan communiqué vendredi. "Le bilan s'élève maintenant à 84 morts après la découverte de dix nouveaux corps sur le site de l'attaque", a indiqué à l'AFP Jassem al-Khalidi, directeur général de la Santé pour la province de Zi Qar, généralement à l'abri des violences.

Tous les fous ne deviennent pas terroristes : commentaires

1400 ans de déséquilibre psychologique mahométan :
622 : l'an 1 de l’hégire - début du Jihad. Mahomet reçoit le verset : "tuez les infidèles où vous les trouverez, faites-les prisonniers..."
623 : combat de Nakhla ; premières morts violentes ; quatre bédouins tués par huit musulmans.
623 : meurtre d'Amrou ben Al Hadhrami, chef de caravane, contre l'avis de Mahomet : premier tué notable par les musulmans.
624 : bataille de Badr ; première victoire sur les infidèles et prise de captifs.
624 : après la victoire de Badr, début de l'élimination des juifs.
624 : bataille de Badr : mahomet à Oqba : "je fais à Dieu le voeu que si je te saisis en dehors de la Mecque, je te ferai couper la tête".
624 : bataille de Badr ; Mahomet à ses hommes : "quiconque d'entre vous rencontrera Djahl, tranchez-lui la tête et apportez-la moi".
624 : révélation de Mahomet : "il n'a pas été donné à un prophète d'avoir des prisonniers, sans faire de grands massacres sur la terre."
624 : décapitation de Kab ben Asraf, poète critique.
624 : décapitation de deux poètes anonymes après la bataille de Badr.
624 : décapitation du poète Abu Afak en Arabie pour avoir critiqué l'islam.
624 : exécution d'Asma Bint Marwan, femme ayant critiqué Mahomet.
La suite jusqu'en 2017 : http://lislampourlesnuls.bl...



Icone

Peter Bremin : bcp de circonvolutions pour éviter de voir la réalité en face: les "foyers" musulmans dérivent partout de la même manière : non intégration, repli sur soi, priorité donnée à la religion avant tout ( mosquées, prêcheurs arriérés ) générant en conséquence une débilité extrême religieuse, fabrication systématique de fanatiques, que ce soit en banlieue parsienne ou de celle de sydney ou du caire : le coupable est : l'islam quel que soit sa forme, une femme voilée est déjà une aliénée (ou forcée) , un crétin barbu est un aliéné , et on leur laisse élever leurs enfants dans le rejet et la haine de la société qui les accueille ; ainsi que dans une religion qui est un crime contre l'humanité par définition et qui les rends malades mentaux relgieux .... il n'y a qu'une réponse à tout celà : l'eradication de l'islam déjà de nos contrées par remigration, l'interdcition de toute mosquée et bien sur du livre le plus criminogene qui soit : l'immonde coran

accenteur : 
Se rappeler Le vieux de la montagne en Syrie au temps des croisées et sa secte des assassins haschichins parce qu'ils prenaient du haschich pour être ivres de fureur et tuer ceux qu'ils appelaient des "colonisateurs. 'C'était culotté, parce que quand même la Syrie n'est devenue musulmane qu'au 8° siécle et qu'avant cela elle était juive, chrétienne, zoroastrienne, tout ce que l'on veut mais pas musulmane et pour cause, l'islam n'existait pas encore. C'est de là que vient l'histoire des vierges comme récompense aux tueurs fous.

Roanluis : 
"Les enfants d'hitler" : un excellent documentaire avec le témoignage de survivants (parmi les enfants...). Aucun souci pour les medias pour décrire comment le nazisme les a "fabriqué", comment ils se sont fait tuer pour le nazisme. Remplacer nazisme par islamisme? Nos medias ont un tabou féroce qui les en empèche. Causeur c'est pour causer , mais apparemment le tabou est là aussi. Ben Laden ? Mohamed Atta? Al caïda ? On a oublié comment ils ont été "fabriqués". Sont ils tous fous ? Qui les a radicalisé ? Et si leur cause était juste ? La religion les radicalise ?
------------------------------



    Is Anders Behring Breivik a Christian?
      On the Radicalization of Anders Behring Breivik

      Imperialyunan : L'enculage de mouches ad nauseam....pas un mot sur l'islam, religion obscurantiste qui ne supporte pas ce qui est "autre".
      1000 sabords : Effectivement, on est complètement à côté de la plaque si on ne parle pas de l'islam. Les textes islamiques, si on y croit et si on les connaît (il faut les deux conditions), retire l'humanité, la tolérance et la miséricorde des musulmans envers les non-musulmans. C'est expliqué noir sur blanc dans le Coran et par tous les commentateurs musulmans. Le Coran, la Sirah et les hadiths sont des textes politiques impérialistes qui visent à endoctriner une masse de guerriers pour les amener à se soumettre et à soumettre pour le calife les masses actuelles et les peuples non encore musulmans. Donc donner l'explication de la folie ou du déséquilibre quand on a affaire à un terroriste musulman, c'est ne donner aucune explication valable.
      Pour régler cette ignorance qui s'avérera mortelle, il faut regarder une vidéo de Wafa Sultan, David Wood, The Masked Arab, Frère Rachid, Frère Ismaël ou Bill Warner à raison de 10 minutes par jour.
      2001-2017 : On n'est qu'au début de la vague d'attentats. Cela ne va faire que s'accélérer au fur et à mesure de l'islamisation des pays européens.
      Quand l'islam s'installe quelque part, il ne repart qu'avec la force ou alors il chasse ou convertit par la force, le mariage forcé, l'esclavage, le viol, la persécution et l'intimidation tous les occupants jusqu'au dernier.

      Moumine : 
      Merci pour cette vidéo impressionnante et édifiante. Cette femme est si courageuse et lumineuse.

      1000 sabords : Je ne dirai pas mieux. Cette dame a écrit des livres dont deux sont traduits en français :
      - L'Islam : Fabrique de déséquilibrés ? (2016)
      - L'islam en question (2011)
      Ces propos sur l'imbécillité de la distinction entre islam et islamisme sont confirmés par Erdogan : "L’expression “islam modéré” est laide et offensante. Il n’y a pas d’islam modéré."
      http://www.blog.sami-aldeeb...

      Site génial et personnage génial : Sami Aldeeb a montré que le Coran a été écrit soit par un rabbin soit par un moine, mais il penche plus pour un rabbin. 

      Il fait la démonstration dans une vidéo sur le net et sûrement dans ses livres que je n'ai pas encore lus. 


        Et si le prophète Mahomet n'avait pas été illettré ?

        http://www.lepoint.fr/culture/et-si-le-prophete-mahomet-n-avait-pas-ete-illettre-19-09-2017-2158245_3.php Pour l'islam officiel, le...