lundi 21 mai 2018

Violences anti-policières (mai 2018)


Tony Thommes @tonythommes : Faut se rendre compte de ce qui se passe dans notre pays : la BAC arrive dans une cité car "de nombreux coups de feu" ont été reportés et les policiers se font bloquer par une voiture remplie de mecs armés de kalachnikovs qui les mettent en joue. ➡️ 10 lignes dans le Parisien.
http://www.leparisien.fr/faits-divers/marseille-des-policiers-mis-en-joue-par-des-malfaiteurs-dans-une-cite-21-05-2018-7728099.php



Si seulement Macron mettait autant d'énergie à régler ces situations complètement dingues qu'il n'en met pour pavaner à l'international avec son anglais de TOEIC 750...

Et ça n'a rien d'isolé. Le même jour 4 CRS se font lyncher par 15 mecs masqués à Grenoble.
http://www.lejsl.com/edition-de-chalon/2018/05/21/plusieurs-crs-chalonnais-blesses-a-grenoble

Courcouronnes (91) : un policier grièvement blessé après avoir été lynché par une dizaine de jeunes, deux mineurs de 14 et 15 ans interpellés
http://www.fdesouche.com/1009373-courcouronnes-91-un-policier-grievement-blesse-apres-avoir-ete-lynche-par-une-dizaine-de-jeunes-deux-mineurs-de-14-et-15-ans-interpelles




#ThingsICantStopDoing: Laughing at those alive today who joke about how ridiculous the witch hunts of the 1600s were but at the same time also believe that type of mentality is impossible today.
History will not be kind to those who refuse to learn from it.


Marseille : des policiers mis en joue par des malfaiteurs dans une cité (21.05.2018)
>Faits divers|Le Parisien avec AFP| 21 mai 2018, 20h27 |5

Illustration police LP/Olivier Boitet
Deux équipages ont été pris pour cible en plein jour ce lundi après-midi. Il n’y a pas de blessé.
Des policiers ont été « mis en joue » par des hommes armés de kalachnikovs après une fusillade dans une cité sensible de Marseille lundi en plein après-midi. « Aucun blessé par balle n’est à déplorer mais une personne, qui s’est présentée spontanément à la police, a été blessée à la tête par un coup de crosse porté par un malfaiteur », a ajouté une source, confirmant une information de La Provence.

Vers 16h50, des policiers de la brigade anticriminalité sont intervenus dans la cité de la Busserine (XIVe arrondissement), haut lieu du trafic de drogue à Marseille, à la suite de « nombreux coups de feu » entendus par des habitants, a-t-on expliqué de sources policières.

View image on Twitter
View image on Twitter

La Provence

@laprovence
 #Marseille : des hommes armés et cagoulés tirent sur un groupe de jeunes à la Busserine (14e) http://sur.laprovence.com/lWnv-1mQL  #Faitsdivers

6:46 PM - May 21, 2018
16
57 people are talking about this
Twitter Ads info and privacy
« De nombreuses douilles ont été retrouvées sur place », ont-elles indiqué. A son arrivée, le premier équipage de police a été intercepté par une voiture à bord de laquelle se trouvaient deux malfaiteurs - l’un armé d’une « arme longue » de type kalachnikov, le second d’une arme de poing - qui ont tiré en l’air, a détaillé la préfecture de police.

Les policiers bloqués par un véhicule
Une autre voiture de police est alors arrivée en renfort avant d’être, elle aussi, bloquée par un second véhicule où se trouvaient quatre hommes qui ont « mis en joue » les deux policiers, a poursuivi la même source. L’un des policiers a alors tiré brisant une vitre du véhicule des malfaiteurs qui ont aussitôt pris la fuite.

En février 2015, une spectaculaire fusillade avait éclaté entre des policiers et des trafiquants de drogue qui avaient recruté des « mercenaires kosovars » pour une opération commando contre des concurrents dans une autre cité sensible de Marseille, à La Castellane. De nombreux coups de feu avaient été échangés sans faire de blessés.

Jugés le 6 avril, ces trafiquants ont été condamnés à des peines allant jusqu’à 13 ans de prison.

Marseille : Un membre du GIGN invite la population française à se « préparer » à un scénario de « guérilla » faute de réaction politique
mai 22, 20182968
https://breizatao.com/2018/05/22/marseille-un-membre-du-gign-invite-la-population-francaise-a-se-preparer-a-un-scenario-de-guerilla-faute-de-reaction-politique/


BREIZATAO – POLITIKEREZH (22/05/2018) Le journaliste Laurent Obertone, spécialiste en criminologie, a indiqué sur sa page Facebook avoir reçu d’un gendarme du GIGN un « avertissement » quant à la situation sécuritaire générale dans l’Hexagone.

Selon ce dernier, la récente fusillade de Marseille est un « signal » parmi de nombreux autres de l’instauration d’une guérilla

« Pendant que les mass médias nous inondent de mariage en Angleterre et de festival de Cannes, bon nombre d’événements classés « faits divers », violences inédites sur le territoire national, se mettent en place » écrit le gendarme en préambule.

« Marseille « busserine » avec des groupes armés et des techniques para-militaires parfaitement rodées, un procureur satisfait du dispositif policier et qu’il n’y ait pas eu de blessés, de nombreuses attaques de policiers en civils par des groupes de jeunes (Grenoble, Courcouronne…), violences par 200 personnes à Lyon la Duchère, un homme a Pau battu à mort par des ados, appel au djihad en France par des imams dans des mosquées françaises mais aussi les suicides à répétition des policiers et gendarmes abandonnés par la Justice et rabaissés par la hiérarchie, avec un projet de CDD à venir pour les forces de l’ordre alors que la formation est déjà un réel problème » égrène le membre du GIGN dont l’identité n’a pas été dévoilée.
« Bon nombres d’autres « signaux faibles », comme aiment les appeler les politiques, passent inaperçus. Dans les rangs de mes camarades de l’unité d’assaut du GIGN, actifs et connectés aux unités de renseignement, tous ces signaux confirment qu’un scénario de guerilla se met en place dans un mutisme ahurissant. Notre message est simple : préparez-vous«  ajoute-t-il, sibyllin.


« Se préparer », mais à quoi ?

La population civile hexagonale, notamment dans les grands centres urbains de France, est à la fois sous l’étroite surveillance politique du gouvernement et exposée à une rééducation systématique, notamment via les médias d’état, sur la nature fondamentalement positive et bénéfique du processus de libanisation ethnique de l’Hexagone.

Tout propos contredisant cette vérité d’état se conclut, pour le citoyen déviant, par un cocktail mêlant menaces de la part de la police sur ordre de la magistrature – donc du gouvernement – et procès politiques à spectacle.

Si l’ultra-gauche bénéficie d’une bienveillance évidente de la part de la presse d’état et du gouvernement, qui vient par exemple d’allouer des centaines d’hectares aux Zadistes de Notre-Dame des Landes, le moindre local associatif réunissant des citoyens sceptiques quant à l’immigration de masse, l’islam radical ou le caractère criminogènes des bandes ethniques, est immédiatement ciblé par le sommet du pouvoir.

En d’autres termes, il ne peut y avoir aucune « préparation » car l’instinct de conservation des populations a été méthodiquement détruit pour permettre, précisément, la balkanisation raciale et religieuse de l’Hexagone de s’opérer à leur détriment.

La population indigène désignée comme ennemie par l’Etat Français

La France n’est pas l’Italie, l’Autriche ou la Hongrie : c’est le berceau de l’idéologie révolutionnaire égalitariste et internationaliste. C’est aussi la plus vieille république de gauche d’Europe. La marxisation de son appareil d’état remonte au début du 20ème siècle et, après 1945, la totalité du monde culturel institutionnel y a subi une communisation à outrance. Son système d’éducation est, depuis 1875, sous la coupe des factions jacobines, socialistes puis marxistes les plus diverses, menant à un lavage de cerveau de masse, sur 5 générations.

La préférence étrangère y est un dogme.

Le socialisme d’état français a parfaitement compris que l’immigration extra-européenne activerait des forces centrifuges indigènes. Il a donc décidé de les réduire car il tient la population autochtone comme le véritable ennemi stratégique et non pas les millions d’allogènes établis en France.

L’Etat Français a déjà acté de son islamisation comme le démontre l’attitude d’Emmanuel Macron, ouvertement allié aux Frères Musulmans. Dans ces conditions, tout ce qui s’oppose à cette « évolution politique » soutenue au plus haut niveau est identifié comme un obstacle à éradiquer.

Toute « préparation » des autochtones amènera, invariablement, l’Etat Français à durcir ses opérations contre la population hexagonale tentant de se révolter. L’alliance entre la caste dominante et ses auxiliaires extra-européens procède de la prise en étau de la classe moyenne blanche.

La vérité c'est celle là malheureusement dans nos cités sur notre territoire des "salaires " de cadres sup pour le trafic de cannabis que des gamins perçoivent, le moindre guetteur ou chouf de 15 ans touche + qu'1 policier avc 30 ans de métier, le nerf de la guerre c'est l'argent


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire