lundi 26 février 2018

Mohammed et les berbères : "Vends-le même pour un dinar"

Résultat de recherche d'images pour "esclavage berbères"
Mohamed Bnou Ahmad Alhamadani rapporte dans son livre que Anass Ben Malik a dit :
je suis venu voir le prophète en compagnie d'un jeune (Wassif) Berbère.
Le prophète me dit alors : Anass, quelle est la race de ce gamin ?
Je lui répondis qu'il est Berbère.
Le prophète me dit : Anass vends le même pour un Dinar.
J'ai demandé pourquoi Prophète ?
Il m'a dit c'est une nation à laquelle Dieu a envoyé un prophète, ils l'ont égorgé et cuit, ils ont mangé sa viande et ont donné la sauce à leurs femmes. Depuis Dieu a dit qu'il n'auront plus jamais de prophète"


Voilà une curieuse histoire. Elle révèle l'ignorance de Mahomet dans plusieurs domaines. De plus, elle nous indique l'état spirituel du "prophète".
Il condamne un peuple, les berbères, sans ménagement. Savait ils seulement qui étaient les berbères?
Il ordonne de vendre un homme comme on vend une marchandise.
Il invente une histoire horrible pour justifier son racisme.
Il ne donne ni le nom du prophète ainsi tué, ni ne le situe dans le temps.

Les histoires de ce genre sont nombreuses dans les Hadiths. Pour se sortir d'un piège quelconque ou justifier un comportement ou une décision, oubien pour couvrir son ignorance sur un sujet donné, Mahomet fait souvent appel à des histoires tirées par les cheveux.


هذه الأسباب يكره السلفيون القبائليون الإنتساب إلى الأمازيغية

ورد في مسند الإمام أحمد بن حنبل عن عبد الله بن عمرو أن رسول الله صلى الله عليه و سلم قال: "من أخرج صدقة فلم يجد إلا بربريا فليردها"

و عن أبي هريرة قال: «جلس إلى النبي صلى الله عليه و سلم رجل، فقال له رسول الله صلى الله عليه وسلم: من أين أنت؟ قال "بربري"، فقال له رسول الله صلى الله عليه و سلم: "قم عني"، قال بمرفقه هكذا؛ فلما قام عنه، أقبل علينا رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال: "إن الإيمان لا يجاوز  حناجرهم".


ـ وجاء في "المعجم الكبير" للطبراني أن رَسُولَ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ قَال: "الْخَبَثُ سَبْعُونَ جُزْءًا: لِلْبَرْبَرِ تِسْعَةٌ وَسِتُّونَ جُزْءًا، وَلِلْجِنِّ وَالإِنْسِ جُزْءٌ وَاحِد"

http://mahomet.over-blog.com/article-mahomet-et-le-berberes-93372725.html

---------------------
An 715 – le califat compte les Esclaves Maghrébins en « têtes » comme du bétail
By Research Society -June 29, 2016 3916
https://islamlab.com/an-715-le-califat-compte-les-esclaves-maghrebins-en-tetes-comme-du-betail/

Il a envoyé son frère Marwane avec une armée. Il a réussi à toucher en esclaves, cent mille têtes. Et il a envoyé son neveu avec une armée. Lui aussi a pu toucher en esclaves cent mille têtes de Berbères.

Quand sa lettre est arrivée chez al-Walid, elle disait que le cinquième du butin est de quarante mille têtes [1].

Les gens ont dit : il est fou ! Comment peut-il avoir quarante mille têtes qui sont le cinquième du butin ? [2]

Il a entendu cela et il a envoyé quarante mille têtes qui étaient bien le cinquième du butin. Il n’y a jamais eu en islam autant d’esclaves que ceux de Moussa bin Noussayr [3] l’Emir du Maghreb.

— fin de la traduction —



Notes de traduction :

[1] : Le cinquième du butin revenait toujours au calife.

[2] : Les gens sont incrédules et croient qu’il y a erreur de calcul tellement le chiffre est grand. D’après le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU, la population mondiale de l’époque était de l’ordre de 300 millions d’habitants. D’autres comme l’économisme Angus Maddison l’estiment autour de 200 millions. Sur la base de ce dernier chiffre, à peu près 0.1% de la population mondiale a été réduite à l’esclavage en une seule année. C’est comme si aujourd’hui, 7 millions de personnes étaient mises en esclavage d’un coup.

[3] : Moussa bin Noussayr était un général Arabe travaillant pour le 6eme calife Omeyyade Al-Walid ibn Abd al-Malik. Une fois qu’ils avaient conquis une terre, ils étaient souvent nommés émirs à cet endroit et continuaient à dépendre du calife. En général, la terre conquise servait de base pour aller plus loin encore.





Page(s):

Bidaya-Nihaya-page-629-volume-12-c

Cliquez pour agrandir



Source:

Al Bidaya wa al-Nihaya

De : Ibn Kathir

Volume 12, Page 629



Analyse:

Les livres de l’Histoire du califat islamique ne sont qu’une longue suite de comptage d’esclaves, de femmes, d’enfants et de biens pris sur des mulets. Les populations déportées sont par la suite vendues sur les marchés. Les plus jolies femmes et beaucoup de jeunes garçons finissent dans des harems qui ne sont rien d’autre que des lieux d’esclavage sexuel au profit de la caste dirigeante.

Les mêmes marchands qui vendent le bétail, vendaient aussi des esclaves sur les souks. Les livres de Sharia expliquent en détail les règles du commerce d’humains qui était d’une banale normalité.

Moussa bin Noussayr qui comptait les Berbères par têtes comme du bétail est aujourd’hui traité en héros dans les pays du Maghreb. Il y a même des écoles qui portent son nom. Pourtant, les Maghrébins d’aujourd’hui ne sont pas descendants des conquérants Arabes ! Ces derniers sont venus en nom peu élevé pour occasionner un changement ethnique chez les populations locales.

Aujourd’hui, on enseigne aux enfants du Maghreb que les conquêtes arabes (appelées « foutouhates » = « ouvertures ». Ils ne disent pas conquérir un pays, mais ouvrir un pays) étaient une bonne chose parce qu’elles leur ont ramenée les « bienfaits de l’islam ». Elles habituent les enfants à accepter tout, y compris une attaque contre leur pays si celle-ci sert l’islam. Après il ne faut pas s’étonner de voir ces enfants plus tard rejoindre des groupes terroristes menant une guerre de religion à leur propre pays.



Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :

thumbnail of Bidaya-Nihaya-vol-12

(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)



Résultat de recherche d'images pour "esclavage berbères"