jeudi 11 janvier 2018

Alain-Jean Mairet

https://ajm.ch/wordpress/?p=997
https://ajm.ch/wordpress/?page_id=5
https://ajm.ch/wordpress/?page_id=9
https://ajm.ch/wordpress/?page_id=6
https://ajm.ch/wordpress/?page_id=8
https://ajm.ch/wordpress/?page_id=7
https://ajm.ch/wordpress/?page_id=36
https://precaution.ch/wp/?m=200601

CONSEIL GÉNÉRAL AUX CRITIQUES DE L’ISLAM
En abordant les textes islamiques sérieusement, on est vite frappé par le déluge d’éléments très aisément critiquables qu’ils contiennent. Il y a dans ces textes médiévaux un véritable débordement de haine, sans aucune retenue, dirigée systématiquement non pas contre des criminels ordinaires, mais simplement contre des gens qui défendent une autre opinion, ou croient en un autre dieu. Et tôt ou tard, on est tenté d’en faire un inventaire, car la simple masse de ces éléments semble soudain prouver par elle-même l’aspect irrémédiablement criminogène de cette religion.


Et cela est vrai. Si l’on se donne la peine d’examiner attentivement les ordres que les Musulmans sont censés considérer comme divins, on comprend que rien, par ailleurs, ne peut venir compenser tant de ressentiment obligatoire. Mais qui va examiner ça avec attention? Sinon les islamistes, bien sûr? Et, s’imaginent tous ceux qui ne veulent pas salir leurs délicates pensées à ce contact, les intégristes de l’autre bord, ceux qui, se figurent les bien-pensants fiers de l’être, haïssent les Musulmans.

Ainsi, le problème, avec ce type de démonstrations basées sur les horreurs de l’Islam, est que les gens non informés s’imaginent généralement qu’elles résultent forcément d’un parti pris, d’un choix délibéré d’éléments favorisant la démonstration, au détriment de textes plus positifs. Et cela a souvent l’effet inverse de celui escompté – cela incite à penser que leurs auteurs, plus que l’Islam et les Musulmans qui défendent activement leur religion, souhaitent répandre la haine.

Il est donc extrêmement important de les accompagner de quelques éléments permettant de se rendre compte de la triste réalité: les textes islamiques sont parfaitement univoques. Contrairement aux bases des autres religions monothéistes moyen-orientales, ils ne contiennent strictement rien qui permettrait de prôner la réconciliation entre croyants et non-croyants. Ils en ont même visiblement été très soigneusement et sciemment expurgés.

Leur contenu normatif (phrases comprenant un ordre, une injonction, un appel, une exhortation, une loi) est systématiquement violent, haineux, méprisant ou au moins distant (en situation de faiblesse) envers «l’autre». Et les versets/hadiths pouvant être présentés comme «pacifiques», soit n’ont aucun caractère normatif (affirmations purement descriptives sur les beautés de la Création, par exemple), soit ne peuvent pas être valablement mis en liaison avec un comportement islamiquement correct vis-à-vis des non-Musulmans (le contexte oblige à comprendre que les bons sentiments sont réservés aux seuls Musulmans).

De sorte que l’écrasante majorité de ceux qui prêtent foi à ces textes deviennent bel et bien haineux ou méprisants, ou au moins condescendants et prosélytes, à l’égard des non-Musulmans. Seuls des saints peuvent éviter ce travers. Et il n’est ainsi tout simplement pas possible de fonder honnêtement sur les textes islamiques une foi musulmane tolérante et bienveillante.

Pour montrer cela, on peut mettre en lumière les tentatives dérisoires des Musulmans de démontrer le contraire, comme ici. Ou on peut lancer des défis dans ce sens, comme ici. Ou encore organiser des débats publics sur la question, comme ici. Mais il faut se rendre à l’évidence: très peu de gens sont capables d’accepter et de tester sérieusement cette hypothèse. La preuve définitive prendra donc probablement beaucoup de temps, d’efforts et de souffrances. Le mieux serait sans doute de mettre sur pied une action de grande envergure, si possible liée à un débat national, dans un petit pays encore tranquille, afin de s’éviter la lente dégradation qui accompagne la présence croissante de l’Islam.

Sinon, il faut s’armer de patience et chercher sans cesse de nouveaux moyens de révéler la vérité, mais sans trop froisser les âmes fragiles.

February 27th 2008 Posted to Islam


Comments
  1. Naibed
March 3rd, 2008 | 12:42 am
Je pense que la vidéo « ISLAM : What the West Needs to Know (An examination of Islam, violence, and the fate of the non-Muslim world)» est encore ce qu’il y a de plus accessible et de plus didactique, pour qui veut prendre la peine de s’informer valablement, sans être noyé sous une foule d’informations à digérer.
C’est une très bonne initiation, et elle reprend les principales facettes (la façon dont est composé le texte, son caractère intangible car supposé “incréé”, etc.., la personnalité et la vie du prophète, les hadiths ou témoignages des compagnons qui lèvent toute ambiguïté, etc. etc. ) pour comprendre le caractère éminemment politique de cette théocratie totalitaire, et son caractère fondamentalement prosélyte, intolérant, agressif, et oppresseur.
Après s’être rendu compte de la marge extrêmement réduite que cette « religion» qui s’occupe de tout, se mêle de tout, régente tout laisse à la liberté de l’individu, on comprend mieux le caractère difficilement réformable, pour ne pas dire irréformable de celle-ci.
Cet excellent travail donne les clés essentielles pour comprendre l’islam. Après, il est plus aisé de reprendre chacun des axes de réflexion et de l’approfondir, en confortant avec d’autres sources, et en approfondissant les choses, si on le souhaite, en prenant connaissance, petit à petit, de l’abondante documentation que l’on trouve sur un certain nombre de sites, dont, bien sûr, le vôtre.
——————–
La vidéo, sous-titrée en français par pistache peut être consultée ici :

et le texte intégral (un résumé + les 6 parties) est disponible sur mon blog ici :

ISLAM : Ce que l’occident doit savoir.
Un examen de l’islam, de sa violence, et du destin du monde non-musulman.

Le coran, par le sens non équivoque des termes qu’il emploie, vise de toute évidence à créer dans l’esprit de ses lecteurs un choc incitant à discriminer, à haïr et à porter très gravement atteinte à l’intégrité physique et à la liberté des non-Musulmans – démonstration
(Libellé basé sur la législation française permettant d’interdire la publication de textes respectant les critères en question, pdf, 95 pages, version du 18 mars 2006)
* * *
Voir aussi: The Calcutta Quran Petition – la description d’une telle tentative menée en Inde dans les années 1980. Pour une introduction à ce texte, voir cet article du Point de Bascule.


Sondage: la religion musulmane rend antisémite

 December 8th, 2005 by  ajmch
Article paru dans le Figaro du 7 décembre 2005
Les musulmans pratiquants ont plus de préjugés
Cécilia Gabizon
Pour la première fois, une étude détaillée sur les Français issus de l’immigration maghrébine, africaine et turque, menée par deux chercheurs du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), précise l’influence de l’islam dans l’intégration. Les 1 003 personnes de plus de 18 ans de l’échantillon représentatif appelé «Rapfi» viennent majoritairement des classes populaires et votent largement à gauche (63%). Dans deux domaines, la pratique de l’islam marque un véritable clivage : les moeurs et les préjugés antisémites.Alors que ces nouveaux Français sont plus jeunes, en moyenne plus diplômés et plus à gauche que le reste de la population, ils se montrent plus conservateurs en matière de moeurs. Quelque 39% condamnent l’homosexualité (contre 21% des Français). Ils sont 43% à approuver des horaires séparés pour les femmes dans les piscines et encore un tiers à exiger la virginité avant le mariage.
Une pratique qui décroît avec l’âge
Le décalage est d’autant plus frappant qu’il s’accroît parmi les jeunes générations. Alors que seulement 3% des Français de 18 à 35 ans donnent des réponses qui les classent comme «conservateurs», ils sont 40% parmi ceux issus de cette immigration. Ce rigorisme, essentiellement porté par les jeunes hommes musulmans, se heurte au désir d’émancipation des femmes de leur âge, beaucoup plus permissives. Ce qui explique les tensions observées ces dernières années. D’autant que les familles musulmanes refusent clairement les mariages exogames pour leurs filles (contrairement aux garçons). «Qu’ils soient immigrés naturalisés, de première génération ou de deuxième génération, l’effet de l’islam sur la tolérance sexuelle ne s’atténue pas», souligne le rapport.
La pratique religieuse évolue pourtant au fil du temps. Aujourd’hui, près de 59% des descendants de Turcs, Africains ou Maghrébins se disent musulmans, 13% catholiques, et 20% athées. Seuls 22% des musulmans pratiquent régulièrement – comme dans les autres religions. Mais ce processus de sécularisation cache deux tendances opposées. «D’un côté, certains s’éloignent de la religion de leurs parents, notamment les enfants de couples mixtes, qui adoptent massivement les comportements de l’ensemble des Français, précise Sylvain Brouard, l’un des auteurs. De l’autre, on observe une réislamisation des jeunes qui se montrent les plus pratiquants.» Ainsi 90% des jeunes maghrébins issus de mariage non mixte se déclarent musulmans. La pratique décroît ensuite avec l’âge et le niveau de revenu. En revanche, les études n’influencent pas l’engagement religieux.
Depuis le regain d’actes antisémites au tournant des années 2000, les sociologues expliquaient la forte implication de jeunes issus de l’immigration par leur antisionisme, l’identification aux Palestiniens, ou encore la jalousie sociale. «Nous avons été étonnés de constater que c’est avant tout la pratique religieuse musulmane qui conditionne les préjugés antisémites», explique Vincent Tiberj, auteur du rapport. Ainsi, 46% des musulmans pratiquants de l’échantillon manifestent des sentiments antisémites, tandis 28% s’en montrent exempts (voir infographie).
Un antijudaïsme religieux
Chez les musulmans non pratiquants, ils ne sont plus que 30% à exprimer des préjugés antijuifs. Ce sentiment diffère des autres racismes, insiste le chercheur. Il n’est pas la simple expression d’un ethnocentrisme, puisque 80% des pratiquants expriment une opinion positive sur la religion chrétienne. De plus, cet antisémitisme persiste en partie chez les plus éduqués et chez les jeunes.
Encore 37% des bac+ 2 et 20% des universitaires manifestent de l’hostilité aux juifs. «Les préjugés antijuifs ne sont pas un épiphénomène parmi ces Français issus de l’immigration», observe Vincent Tiberj. Cependant, l’antisémitisme est loin d’être l’apanage des banlieues. Parmi les Français, encore 18% pensent que les juifs ont trop de pouvoir. En mettant en lumière les points d’achoppement entre une certaine pratique de l’islam et la République, l’étude balise le chemin de l’intégration.
n * Français comme les autres ? Enquête réalisée sur les citoyens d’origine maghrébine, africaine et turque. Presses de Sciences-po. Echantillon de 1 003 personnes qui ont au moins un parent ou grand-parent de nationalité turque, algérienne, marocaine, et autres pays d’Afrique.


La différence entre l’islam et l’islamisme est-elle pertinente?

 December 3rd, 2005 by  ninshiki
Il existe de nombreuses entrées pour traiter de ce problème. Tentons une approche de tendance juridique.
En Occident, l’islam serait le domaine de la conviction libre et l’islamisme celui de la pratique délinquante.
Il faut tout de suite rappeler que le concept de délinquance ne signifie rien de plus que la commission d’un délit. Or, l’islamisme en tant que tel ne figure pas encore nommément dans les codes comme constitutif d’un délit.
L’islamisme n’est donc pas un délit. Ce qui est un délit, c’est de poser des bombes, prendre des otages, brûler vives des jeunes filles non voilées, commettre des incendies volontaires, etc. Pourquoi l’islamisme n’est pas un délit ? Justement parce qu’il est l’expression d’une religion…
Donc, dans sa grande sagesse, le droit ne fait pas de distinction entre islam et islamisme, tout simplement.
Pour autant, les intellectuels des pays non musulmans n’ont de cesse d’ajouter à l’imputation délictuelle de l’islamisme, la connotation d’une déviance théologique.
Ce faisant, ils renvoient à la superstition rassurante d’un fond commun des religions, égalitaires en valeurs. Ces valeurs seraient, par définition, porteuses d’élévation spirituelle, de sagesse, de paix et d’amour universels. L’islamisme serait dès lors la déviance systémique commune à toutes les religions, rencontrée dans tout autre système, chrétien, juif, hindou, bouddhiste, animiste, new âge et pourquoi pas scientologue et raëlien…
Dans les pays musulmans, les choses sont un peu différentes. L’islamisme est soit le système d’État lui-même (Iran), donc non délictuel par nature, soit des délits exprès d’atteinte à l’ordre établi, c’est-à-dire au pouvoir musulman. Or, la soumission à l’autorité musulmane, fut-elle despotique, est une obligation coranique : « ô vous qui croyez, obéissez à Dieu, obéissez au Prophète et à ceux d’entre vous qui détiennent l’autorité » (Sourate IV.59).
L’islamisme y est bien un délit mais somme toute mineur. L’islamiste ne sera jamais considéré comme un déviant théologique profond. En effet, aucun tribunal islamique ne s’est jamais risqué à considérer aucun islamiste comme un apostat et ça, c’est un point fondamental. Si l’islamisme était différent de l’islam, les juges religieux auraient émis les sentences d’apostasie sans hésiter.
Donc nous vivons dans la confusion suivante, parfaitement ethnocentrique : l’islamisme est considéré par les non pratiquants de l’islam comme une déviance de l’islam et pas comme un délit pénal alors que chez les musulmans, c’est exactement le contraire… Je connais des prédicateurs que cela amuse beaucoup.
Il en résulte que sous couvert d’un combat universel contre l’islamisme délictuel, on fait de la théologie partout et on se garde farouchement de toucher aux précurseurs actifs du problème.
Or, où sont-ils ces précurseurs ? Dans l’islam ou dans l’islamisme ? Force est de constater qu’ils sont dans l’islam, c’est-à-dire dans les injonctions sans faille de prendre le pouvoir, figurant au sein du Coran, de la Sunna, du Siyar et quantité d’autres sources exécutoires, concurrentes des pouvoirs établis.
Pour un musulman pratiquant en terre non musulmane, c’est-à-dire en « terre de guerre » (dar el Harb) ou « de témoignage martyriel » (dar el shahada) ce qui ne s’invente pas tout de même, le conflit de loyauté engendré par ces textes est potentiellement extrême, puisque son respect doit conduire au renversement du système non musulman, même contre la volonté des incroyants.
La modification du rapport de confiance qu’il suscite est également absolue, puisqu’il n’existe pas de place, à terme, pour une pensée concurrente et qu’il faudra bien choisir son camp un jour ou l’autre.
Il n’y a donc pas une différence de nature entre l’islamisme et l’islam mais seulement de degré d’implication, de rythme. Les islamistes combattants sont des subitistes, tandis que les idéologues islamistes bon ton, du type Frères Musulmans et leurs rejetons du « mouvement islamiste » de al Quaradawi et consorts, sont des gradualistes. L’irréversibilité du résultat voulu reste cependant strictement identique dans les deux cas.
L’islam n’est pas seulement le terreau de l’islamisme, il en est le précepte, sauf réforme drastique de l’islam, qui n’est nulle part à l’ordre du jour.
Il existe un moyen simple de condenser le débat : oser la définition des religions en droit.
Si la pensée religieuse est de libre parcours, immune aux injonctions politiques, alors réciproquement, elle doit se voir interdire l’injonction politique, faute de quoi, le politique sera le sujet du religieux, c’est-à-dire le sujet d’une maladie auto-immune incurable.
Or, si l’on ôte l’injonction politique de l’islam, que reste-t-il ? Pas grand chose n’est-ce pas…
Comment faire concrètement ? S’appuyer sur une règle juridique simple, celle du parallélisme des droits, de la réciprocité des engagements. Aujourd’hui, la liberté de religion est maintenue dans une situation bilatérale (ou synallagmatique) imparfaite. Elle présente tous les attributs d’un bénéfice unilatéral, alors qu’elle s’inscrit dans un système qui ne fait pas exception au principe de réciprocité, en particulier en termes d’ordre public, de menaces contre la sûreté de l’Etat, etc.
Inscrite dans les Droits de l’Homme comme droit subjectif, c’est-à-dire comme une prérogative apparente, un privilège inhérent à la qualité d’être humain, sa perception est donc faussée.
En effet, la liberté de religion ne saurait être un alibi au renversement du système qui en protège l’exercice. Un droit ne peut acquérir sa légitimité dans la négation de sa raison d’être. Il ne vaut que par son incorporation subordonnée au système qui le protège.
Il faut donc que le Souverain prohibe plus explicitement – et rapidement, l’exercice du politique… par le religieux en exercice.
Nous proposerons un projet en ce sens bientôt.

Kepel, Roy, Boniface, ces grands experts que le monde nous envie

 January 29th, 2006 by  ajmch
Dimanche 29 janvier 2006 sur extremecentre.org par jc durbant
Intéressante analyse, dans l’Express de cette semaine, de notre Kepel national sur l’islamisation et la chavezisation de la jeunesse européenne, comme… sous-produits de l’intervention américaine en Irak !
En ouvrant la boîte de Pandore irakienne, les Etats-Unis ont permis au message d’Al-Qaeda de sortir de la marginalité et de participer à une nouvelle nébuleuse géopolitique qui court d’Ahmadinejad à Chavez et de Birmingham à Amsterdam.
http://www.lexpress.fr/info/monde/dossier/islamisme/dossier.asp?ida=436714
Oui, oui, le même Kepel qui, on s’en souvient, avait joué en 2000 les Fukuyama de l’islam (Jihad, expansion et déclin de l’islamisme). Son collègue Antoine Basbous se contentant la même année de poser la question (L’Islamisme, une révolution avortée ?). Alors que dès 92, Olivier Roy avait été on ne peut plus clair (L’Echec de l’islam politique). Notre Boniface national y allant quant à lui de sa célèbre prédiction d’avant le 11/9 :
Je ne crois guère au développement d’un terrorisme de masse. (…) Je ne pense donc pas, contrairement à certains, que nous verrons des actes terroristes entraînant des milliers de victimes. (Les guerres qui menacent le monde de Béatrice Bouvet et Patrick Dernaud, Kiron – Editions du Félin, mai 2001)
Posted in Vigilance |  No Comments »

Pourquoi les Musulmans modérés sont absents du débat

 January 10th, 2006 by  ajmch
Les Musulmans réellement pieux, ou vraiment modérés, sont (presque) toujours silencieux. Cela tient à plusieurs phénomènes. D’abord, il y a bien sûr la coercition naturelle de l’esprit de groupe. Et pour un Musulman, s’opposer à d’autres Musulmans qui défendent leur foi est plus dangereux que pour un non-Musulman. Le non-Musulman, selon la loi, doit être «quitté dans la dignité» dans un tel cas – il faut lui «laisser un répit» et «faire confiance à Allah». Mais le Musulman qui se permet cela risque la mort. Cela va rarement aussi loin, mais c’est une possibilité très réelle, quoique le pire, au quotidien, soit plutôt l’ostracisme social et familial. Alors, être Musulman, c’est s’habituer à pratiquer l’autocensure avec talent.
Ensuite, les gens pieux répugnent à parler de religion sur un ton polémique, et même à en parler tout court. Parler de religion, c’est quelque chose pour les prophètes, et pour les «professionnels», pour ceux qui y consacrent le plus clair de leur temps. En parler, chercher à faire croire qu’on est capable de comprendre et d’interpréter la loi de Dieu – tout cela, c’est pour les malins, les hypocrites, les gens de peu de foi.
Ainsi, sur un forum ouvert, nous n’aurons guère que la participation d’islamistes. À moins que nous ne créions des conditions telles que des Musulmans réformateurs puissent évoluer à l’aise parmi nous. Alors, leur voix pourrait commencer à s’élever, leurs projets pourraient commencer à prendre forme. Alors, la réforme pourrait s’engager. Pour cela, pour créer ces conditions favorables, il faut interdire l’Islam dans certaines zones, dans certains pays, et autant que possible avec le soutien de la population et des Églises. Malgré toutes les critiques, pragmatiques ou religieuses, que ce projet peut susciter, je pense que la Suisse est le pays le mieux adapté à cette expérience.
Posted in Vigilance |  No Comm

C’est alors qu’il doit se réveiller, que l’Occident ferme les yeux

 February 28th, 2006 by  ajmch
Par Mark Steyn
Version originale: Jewish World Review 27 février 2006 / 29 Shevat, 5766
Adaptation française de Simon Pilczer, volontaire de l’IHC
Dans cinq ans, combien de Juifs vivront en France? Il y a deux ans à Paris, un disc jockey de 23 ans, Sébastien Selam se dirigeait vers son travail depuis l’appartement de ses parents quand il fut jeté dans un garage de parking par son voisin musulman, Adel. La gorge de Selam fut doublement tranchée, jusqu’à le presque décapiter, sa face lacérée avec une fourchette, et ses yeux arrachés. Adel sauta dans les escaliers de la maison où était l’appartement, dégoulinant de sang en hurlant: «J’ai tué mon Juif. J’irai au paradis.»
Read the rest of this entry »
Posted in Vigilance |  No Comments »

Wafa Sultan parle aux Musulmans

 February 21st, 2006 by  ajmch
Posted in Vigilance |  1 Comment »

Élevée pour haïr

 February 19th, 2006 by  ajmch
Nonie Darwish 
Par Nonie Darwish, écrivain, www.arabsforisrael.com 
Paru dans www.Telegraph.co.uk et www.FrontPageMagazine.com le 17/02/06
Traduit par Artus pour www.nuitdorient.com
Voir aussi sur extremecentre.org (nombreux commentaires)
La controverse concernant les caricatures danoises et le prophète Mohamed est totalement “à côté de ses pompes”. Ces caricatures sont bien sûr offensantes pour les Musulmans, mais des caricatures dans un journal ne sont pas une raison d’incendier des bâtiments et de tuer des innocents. Ces caricatures ne sont pas la cause de ce déclenchement de la haine que nous voyons dans le monde Musulman, sur nos écrans, tous les soirs; elles ne sont que le symptôme d’une maladie bien plus grave.
Read the rest of this entry »
Posted in Vigilance |  No Comments »

Une journée dans l’histoire du djihad

 February 18th, 2006 by  ajmch
Saturday, February 18, 2006
***** JIHAD WATCH *****
_____________________
Read the rest of this entry »
Posted in Vigilance |  No Comments »

Ayaan Hirsi Ali: Je suis une dissidente de l’Islam

 February 18th, 2006 by  ajmch

LE MONDE | 15.02.06
Je suis ici pour défendre le droit d’offenser. J’ai la conviction que cette entreprise vulnérable qu’on appelle démocratie ne peut exister sans libre expression, en particulier dans les médias. Les journalistes ne doivent pas renoncer à l’obligation de parler librement, ce dont sont privés les hommes des autres continents.
Read the rest of this entry »
Posted in Vigilance |  No Comments »

Dans un monde sainement normal…

 February 10th, 2006 by  ajmch
Posted in Vigilance |  No Comments »

Islam : ne rien abandonner à la politique de l’apaisement

 February 9th, 2006 by  ajmch
Article publié dans le Figaro du 8 février 2006:
http://www.lefigaro.fr/cgi/edition/genimprime?cle=20060208.FIG0209
Aurons-nous demain le courage – et la possibilité – d’exprimer ce que nous pensons, vrai ou faux, de l’islam ? Ou bien, au moment de dessiner une caricature, d’écrire, de publier, ou tout simplement de parler, et même de penser, devrons-nous nous autocensurer, nous souvenant des foules déchaînées incendiant des représentations diplomatiques du Danemark et de la Norvège, ces deux pays qui sont parmi les plus pacifiques, les plus démocratiques de tous les États du monde ?
«Ecartons les hypocrites, les habiles, les aveugles qui récusent l’évidence : il y a bien un choc de civilisations»
Read the rest of this entry »
Posted in Vigilance |  No Comments »

Le legs de (la bataille de) Badr

 February 8th, 2006 by  ajmch
Reprise d’extremecentre
Ah, Médine (Medinat al-Nabi – «la ville du prophète»)!
En fait, un temps avant d’être expulsé de La Mecque, Mahomet en avait été banni, de la ville et de son propre clan, chassé à coups de pierres (par des enfants). Il avait retrouvé d’autres protecteurs, mais beaucoup moins bien vus, et était revenu. Puis il avait pactisé («pacte d’aqaba») avec des Arabes de Yathrib en juin 622 avant de quitter La Mecque en juillet (le calife Omar dixit).
Read the rest of this entry »
Posted in Vigilance |  No Comments »

Questions d’Islam

 February 8th, 2006 by  ajmch
Reprise d’extremecentre
Donc récapitulons. Dans la série «les questions les plus stupides génèrent parfois des réponses sensées», nous avons tenté, sur le fil «Halte à l’Iintimidation» (notre produit phare, avec plus de 6000 lectures et 376 commentaires, dont une ou deux fatwas) de savoir
– si Mahomet mentait,
– s’il restera toujours des non-Musulmans sur terre.
Read the rest of this entry »
Posted in Vigilance |  No Comments »

Sans commentaire

 February 8th, 2006 by  ajmch
Posted in Vigilance |  No Comments »

Pourquoi le Hamas? Sondons donc les Palestiniens!

 February 6th, 2006 by  ajmch
La majorité des sondages impliquant des Palestiniens sont réalisés sous la houlette d’un homme, Khalil Shikaki, qui dirige le Palestinian Center for Policy and Survey Research. Tout au long de l’année passée, ce gentleman a systématiquement annoncé la victoire du Fatah et nié toute chance de succès au Hamas, sondages à l’appui (juin 2005septembre 2005 et décembre 2005).
Read the rest of this entry »
Posted in Vigilance |  No Comments »

Le Yémen laisse s’échapper 13 terroristes d’Al-Qaida

 February 5th, 2006 by  ajmch
Interpol à Lyon lance une alerte orange, après l’évasion, au Yémen, grâce à un tunnel de 140 (!) mètres de long, de 23 criminels, dont 13 membres d’Al-Qaida, y compris le cerveau de l’attentat contre l’USS Cole.
The escape from a Yemen prison took place on Friday and involved a 140-metre long tunnel dug by the prisoners and co-conspirators outside. Yemeni officials have confirmed to Interpol that that the escapees included Jamal Ahmed Badawi mastermind of the bomb attack on the navy ship USS Cole in 2000, and Fawaz Yahya Al-Rabeei, one of those responsible for attacking the French tanker Limburg in 2002.
Je me souviens, il y a quelque temps, quand on entendait beaucoup parler de ces spécialistes yéménites, qui allaient pouvoir interroger les membres d’Al-Qaida mieux que quiconque, en douceur, tout en psychologie, grâce à leurs connaissances approfondies du Coran et de l’idéologie des terroristes.
Posted in Vigilance |  No Comments »

UE: Al-Qaida, connaît pas

 February 5th, 2006 by  ajmch
Le saviez-vous? L’UE tient une liste officielle des personnes et organisations terroristes. Les États de l’UE sont tenus de saisir les avoirs de ces individus et groupes d’individus. Mais ladite liste, comme chacun peut s’en appercevoir, ne contient pas Al-Qaida (et le Hezbollah en a été supprimé).
Selon Olivier Guitta, du Counterrorism Blog,
THE EU is using two different lists: this one and the one mirrorring the UN Consolidated List. But recently talking to European officials, they confirmed that there was a heated debate to include AQ on the main list that I linked to. But the refusal front won. Even though the EU has another list, it still does not make any sense why they did not put Al Qaeda on the main list. Every nation has just one terrorist list except the EU, why make things complicated?
Les raisons en sont exposées dans cet autre article, plus détaillé, du même auteur:
The reason behind this is that Osama Bin Laden’s organization is much more a franchise than an organized entity. Al Qaeda is a loose collection of different terror networks and therefore cannot be construed as one group per se. This argument does not hold water because Al Qaeda always had a centralized command, a clear hierarchy.
Et de noter qu’il est plus que temps, quatre ans après l’attentat terroriste le plus sanglant de l’histoire, de combler cette lacune. Y a-t-il des députés européens dans la salle? Qui, à Bruxelles, est contre la désignation officielle d’Al-Qaida parmi les organisations terroristes?
Posted in Vigilance |  No Comments »

Quelque chose de pourri au Danemark?

 February 5th, 2006 by  ajmch
Il est clair à présent que les troubles fomentés dans les pays islamiques et soi-disant provoqués par la publication des caricatures de Mahomet sont dus à l’activisme pervers de Musulmans danois. Le gouvernement et les élus danois vont-ils enfin se réveiller? En 2002, en tout cas, ils dormaient encore à poings fermés, comme le révèle l’article suivant. Il faut apprendre des erreurs des autres.

Quelque chose de pourri au Danemark?par Daniel Pipes et Lars Hedegaard
New York Post, 27 août 2002
Un groupe musulman du Danemark annonça il y a quelques jours qu’une rançon de 30 000 dollars serait versée pour le meurtre de plusieurs personnalités danoises juives, une menace qui suscita une grande attention à l’échelle internationale. On sait moins, en revanche, qu’il ne s’agit là que de l’un des problèmes liés à la communauté d’immigrants musulmans – quelque 200 000 personnes – au Danemark. Le problème central est qu’un grand nombre d’entre eux ne semblent guère souhaiter s’adapter à leur pays d’adoption.
Read the rest of this entry »
Posted in Vigilance |  No Comments »

L’Islam des Interdits – extrait

 February 5th, 2006 by  ajmch
Posté sur extremecentre.org le 4.2.2006

Introduction
Appelé à donner son avis sur l’attentat du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, Salman Rushdie déclara, dans un article paru dans le New York Times à propos de la phrase : « Cela n’a rien à voir avec l’Islam ! » : « Nombreux sont les leaders de ce monde qui répètent ce thème, en partie dans l’espoir louable d’éviter que des musulmans innocents ne soient victimes de représailles en Occident depuis le drame de New York. L’ennui, avec ce démenti nécessaire, c’est qu’il est trop rapide et largement inexact. Si cela n’a rien à voir avec l’Islam, pourquoi ces manifestations de soutien à Oussama Ben Laden et à Al Qaida qui ont eu lieu dans tout le monde musulman ? Bien sûr que si, cela a « à voir avec l’Islam ». Reste à savoir ce que l’on entend exactement par là. »
Read the rest of this entry »



C’est alors qu’il doit se réveiller, que l’Occident ferme les yeux

 February 28th, 2006 by  ajmch
Par Mark Steyn
Version originale: Jewish World Review 27 février 2006 / 29 Shevat, 5766
Adaptation française de Simon Pilczer, volontaire de l’IHC
Dans cinq ans, combien de Juifs vivront en France? Il y a deux ans à Paris, un disc jockey de 23 ans, Sébastien Selam se dirigeait vers son travail depuis l’appartement de ses parents quand il fut jeté dans un garage de parking par son voisin musulman, Adel. La gorge de Selam fut doublement tranchée, jusqu’à le presque décapiter, sa face lacérée avec une fourchette, et ses yeux arrachés. Adel sauta dans les escaliers de la maison où était l’appartement, dégoulinant de sang en hurlant: «J’ai tué mon Juif. J’irai au paradis.»
S’agit-il d’une histoire captivante? Vous pourriez le croire. En particulier quand dans la même ville, la même nuit, une femme juive fut brutalement assassinée en présence de sa fille par un autre musulman. Vous avez là le scénario d’une mini-tendance, et les médias raffolent des tendances.
Pourtant aucun journal français important n’a rapporté l’histoire.
Ce mois-ci, il y a eu un autre meurtre. Ilan halimi, également âgé de 23 ans, également juif, a été retrouvé près d’une voie ferrée en dehors de Paris, brûlé et poignardé sur tout le corps. Il est mort lors de son transfert à l’hôpital, après avoir été retenu prisonnier, la tête recouverte et nu, et brutalement torturé pendant près de trois semaines, par un gang qui avait exigé un demi-million de dollars à sa famille. Pouvez-vous faire un terrible pari sur l’identité spécifique du gang? Pendant les appels téléphoniques sur la rançon, l’oncle d’Ilan a rapporté qu’ils devaient entendre ses hurlements pendant qu’il était brûlé alors que ses tortionnaires récitaient des versets du Coran.
Cette fois-ci, les médias français ont rapporté l’histoire, mais chaque responsable officiel a publiquement insisté sur le fait qu’il n’y avait pas d’élément anti-juif. Juste l’une de ces affaires. Cela aurait pu arriver à n’importe qui. Et si le gang était extrêmement fixé, ah, sur les Juifs, c’était seulement parce que, comme un officier de police l’a formulé: «Juifs égalent argent». A Londres, The Observer n’en n’est même pas venu à examiner l’affaire sous cet angle. Son reportage sur le meurtre est parvenu à éviter toute mention de la, hum, judéïté de l’infortuné Halimi ; Un autre journal britannique, The Independent, s’est étendu sur les groupes d’identité, euh, spécifiques dans l’incident, mais seulement dans le contexte de la marche de protestation de Juifs parisiens gâchée par de «jeunes hommes juifs radicaux» qui ont attaqué une «épicerie gérée par un Arabe».
A un certain niveau, ces beaux parleurs ont raison. Cela pourrait arriver à n’importe qui. Même dans les sociétés les plus civilisées, il y a des monstres dépravés qui commettent des actes terribles. Quand ils les accomplissent, ils déchiquètent des familles entières, comme les Halimi et les Selam. Mais ce qui inflige le vrai dommage durable à la société dans son ensemble, c’est le silence et les échappatoires de l’État et des média sur la culture à un niveau plus large.
Beaucoup de gens sont, pour le dire de la manière la plus modérée, indifférents à l’égard des Juifs. En 2003, une enquête de la commission européenne a découvert que 59% des Européens considéraient Israël comme «la plus grande menace pour la paix du monde». Seulement 59%? Que diable y a-t-il de mauvais avec le reste? Bien, ne vous faites pas de souci. En Allemagne, c’était 65%, en Autriche 69%, en Hollande, 74%. Depuis lors, l’Iran a sportivement offert de résoudre le problème de la menace israélienne pour la paix mondiale, en effaçant l’entité sioniste de la carte. Mais quelle tragédie que ces amoureux de la paix iraniens aient été poussés à lancer l’Armageddon nucléaire par ces juifs arrogants! Comme Paul Oestreicher, chapelain anglican de l’Université du Sussex, l’a écrit dans le Guardian l’autre jour: «Je ne peux écouter calmement un président iranien parler d’effacer Israël de la carte. Les craintes juives sont profondes. Elles ne sont pas irrationnelles. Mais je ne peux entendre calmement non plus un grand nombre de citoyens d’Israël pense et parler des Palestiniens de la façon dont une grande partie des Allemands pensaient et parlaient des Juifs quand j’étais l’un d’entre eux et que j’ai dû m’enfuir.»
Il n’est pas surprenant, quand vous êtes aussi lourdement investi que l’Establishment européen l’est dans une équivalence absurde entre un cinglé nucléaire, qui croit qu’il est l’acte d’échauffement pour le douzième imam, et les compagnons qui construisent la barrière de sécurité d’Israël, que vous perdiez tout sens des proportions quand on en revient à votre propre arrière cour. «Des jeunes hommes juifs radicaux» ne sont pas une menace pour les «épiceries gérées par un Arabe». Mais des jeunes hommes musulmans radicaux changent les réalités de la vie quotidienne des Juifs et des gays et des femmes à Paris, Bruxelles, Amsterdam, Copenhague, Oslo, et au-delà. Si vous ne prenez pas soin des «Yids», la belle affaire, débrouillez-vous. Les Juifs jouent leur rôle traditionnel de canaris dans la mine de charbon.
Quelque chose de très remarquable arrive autour du globe et, si vous en voulez une version courte, une manifestation musulmane à Toronto l’autre jour le résume très bien:
«Nous ne cesserons pas les protestations jusqu’à ce que le monde obéisse à la loi islamique.»
Formulé ainsi sans détours, cela semble ridicule. Mais simplement en fait, chaque année une part de plus en plus grande du monde vit sous la loi islamique: Le Pakistan a adopté la loi islamique en 1977, l’Iran en 1979, le Soudan en 1984. Il y a quatre décennies, le Nigéria vivait sous la loi civile britannique; maintenant, la moitié du pays est sous l’emprise de la sharia, et l’autre moitié se sent rétrécir, comme le nombre de morts liés au jihad des caricatures l’indique. Mais toute aussi parlante, la vitesse à laquelle le monde développé a internalisé une perspective essentiellement islamique. Dans leur pitoyable couverture de l’intifada de basse intensité qui se déroule en France depuis cinq ans, la presse européenne s’est montrée à peine moins loufoque que les médias du Moyen-Orient.
En définitive, à quoi seraient dues toutes ces affaires présumées sans lien entre elles, des caricatures danoises au meurtre du réalisateur hollandais, en passant par les séances séparées par sexe dans des piscines municipales en France? Réponse: à la souveraineté. L’islam proclame une juridiction universelle et l’a toujours fait. La seule différence est qu’ils passent aujourd’hui à l’action. L’acte d’instauration de ce nouvel âge a été la prise de l’ambassade des USA à Téhéran: même des États hostiles respectent généralement la convention selon laquelle des missions diplomatiques sont un territoire souverain de leur pays respectif. Téhéran s’est alors avancé en proclamant sa souveraineté sur les citoyens d’États souverains et en les tuant – comme il l’a fait à l’encontre des traducteurs et des éditeurs de Salman Rushdie. Maintenant dans le jihad des caricatures et d’autres épisodes, les restrictions de la loi islamique sont avancées petit à petit dans le monde civilisé, par l’intimidation et la violence, mais aussi par la promotion de la roucoulade habituelle du respect «multiculturel» fallacieux par Bill Clinton, l’Église unifiée du Canada, les ministres européens des Affaires étrangères, etc.
La foule des «je voudrais apprendre au monde à chanter en parfaite harmonie» s’est toujours prononcé pour un monde unique. Depuis les éditoriaux des journaux du Jutland (Danemark) jusqu’aux banlieues de Paris [en français dans le texte], les panislamistes y travaillent à fond.


Élevée pour haïr

 February 19th, 2006 by  ajmch
Nonie Darwish 
Par Nonie Darwish, écrivain, www.arabsforisrael.com 
Paru dans www.Telegraph.co.uk et www.FrontPageMagazine.com le 17/02/06
Traduit par Artus pour www.nuitdorient.com
Voir aussi sur extremecentre.org (nombreux commentaires)
La controverse concernant les caricatures danoises et le prophète Mohamed est totalement “à côté de ses pompes”. Ces caricatures sont bien sûr offensantes pour les Musulmans, mais des caricatures dans un journal ne sont pas une raison d’incendier des bâtiments et de tuer des innocents. Ces caricatures ne sont pas la cause de ce déclenchement de la haine que nous voyons dans le monde Musulman, sur nos écrans, tous les soirs; elles ne sont que le symptôme d’une maladie bien plus grave.
Je suis née comme Musulmane au Caire (Egypte) et j’y ai vécu, ainsi que dans la bande de Gaza. Dans les années 50, mon père a été envoyé par le président égyptien Gamal A’bdel Nasser pour diriger le Renseignement militaire à Gaza et au Sinaï. Il y a créé le groupe des “Fédayine palestiniens” qui était la résistance armée de l’époque. Ces “fédayine” traversaient la frontière et ils ont massacré en Israël 400 personnes, en blessant 900 autres.
Comme résultat des opérations de ces “fédayine”, mon père a été tué quand j’avais 8 ans. Il a été salué par Nasser comme un héros national, considéré comme un “shahid” ou martyr (témoin). Dans son discours annonçant la nationalisation du Canal de Suez, Nasser a fait le vœu que toute l’Egypte vengerait la mort de mon père. Nasser me demanda ainsi qu’à mes parents “Lequel d’entre vous vengera la mort de votre père, en tuant des Juifs?” Nous nous sommes regardés sans voix, incapables de répondre.
À l’école à Gaza, on m’a enseigné la haine, la vengeance et la rétorsion. La paix n’a jamais été une option, en fait elle était perçue comme un signe de défaite et de faiblesse. À l’école on chantait des chants avec des mots traitant les Juifs de chiens (c’est à dire impurs, dans la culture arabe).
Critique et questionnement étaient interdits. Et quand je les pratiquais, on me disait “les Musulmans ne peuvent pas aimer les ennemis de Allah, et ceux qui le font n’auront aucune miséricorde en enfer”. Jeune femme, j’ai visité une amie chrétienne au Caire lors des prières du vendredi, quand toutes les deux nous entendîmes les attaques verbales contre les Juifs et les Chrétiens se répandant des haut-parleurs de la mosquée. On entendait “qu’Allah détruise les infidèles et les Juifs, les ennemis de Allah. Nous ne les fréquenterons pas et nous ne signerons aucun traité avec eux” et la foule des fidèles répondait Amen! Mon amie avait peur et moi j’avais honte. Et c’est là où j’ai compris que l’enseignement et la pratique de ma religion étaient erronés. Malheureusement je ne suis pas la seule à avoir subi cette forme d’éducation religieuse. Des centaines de millions de Musulmans ont été élevés dans cette haine de l’Occident et des Juifs, comme moyen de détourner leurs sentiments à l’égard de leurs chefs. Et les choses n’ont pas changé depuis les années 50 quand j’étais une gamine!
La télévision Palestinienne prône le terrorisme et les livres scolaires nient l’existence de l’état d’Israël.. plus de 300 écoles ont pour nom un martyr, dont mon père. Des rues en Egypte et à Gaza portent le nom de mon père comme celui d’autres “martyrs”. Quel type de message ceci envoie-t-il aux terroristes? Qu’ils ont des héros! Les chefs qui ont signé des traités de paix, comme le président Anwar al Sadat, ont été assassinés. Et aujourd’hui le président iranien, un islamo-fasciste propose des rêves nucléaires, nie l’Holocauste et menace d’effacer Israël de la carte, comme moyen de contrôler son pays divisé.
En effet, comme le Danemark doit présider le Conseil de Sécurité de l’Onu, les flammes de la controverse ont été attisées par l’Iran et la Syrie (pour intimider ce pays). Nous sommes à un moment critique, car l’IAEA doit déférer l’Iran devant le Conseil de sécurité et demander des sanctions. En même temps la Syrie est sous examen pour ses actions au Liban. L’Iran et la Syrie cherchent cyniquement à embarrasser le Danemark afin de parvenir à leurs fins dangereuses.
Mais les émeutes et les manifestations sont le fait de foules mûres de rage. Depuis mon enfance à Gaza jusqu’aujourd’hui, j’ai toujours vu qu’accuser l’Occident et Israël était un véritable business dans le monde musulman. À chaque fois que la paix était à portée de main, le chefs Palestiniens ont toujours trouvé un groupuscule qui réussit à la saper.
Ils ont accepté que leur peuple soit la chair à canon du “jihad arabe”. Les dictateurs des pays avoisinant sont tous heureux de trouver une population qui serve de diversion aux problèmes qu’il rencontrent chez eux. La seule voix libre de s’exprimer dans ces pays en dehors du gouvernement, c’est celle de la mosquée et dans ce lieu de prière, on appelle au jihad.
Est-ce si surprenant qu’après des décennies d’endoctrinement à une culture de haine, le peuple exprime sa haine réellement? Le société arabe s’est créée un système qui repose sur la peur d’un ennemi commun, système qui apporte l’unité dont on a besoin cruellement, la cohésion et la conformité dans une région ravagée par les luttes tribales, l’instabilité, la violence et la corruption égoïste. Ainsi on accuse Juifs et Chrétiens de tous les maux (même de la grippe aviaire) plutôt de se préoccuper de construire de bonnes écoles, des routes, des hôpitaux, des logements et de fournir des emplois et de l’espoir au peuple.
J’ai vécu 30 ans dans cette zone de guerre, d’oppression et de dictature, d’état policier. Les citoyens se précipitaient pour apaiser et glorifier leur dictateur, tout en détournant le regard lorsque des Musulmans torturaient et terrorisaient d’autres Musulmans. J’ai été le témoin de meurtres de filles pour l’honneur, de l’oppression de femmes, de mutilations génitales, de la polygamie et de ses effets dévastateurs dans les relations familiales. Tout cela est en train de détruire la foi musulmane de l’intérieur.
Il est grand temps que les Arabes et les Musulmans se mettent debout pour sauver leur famille. Il faut que nos chefs cessent d’utiliser l’Occident et Israël comme une diversion et une excuse à leur propre faillite et au manque de liberté de leurs citoyens. Il est temps d’arrêter cette mascarade à propos des caricatures, alors qu’on se tait quand des Musulmans, le Coran à une main, tue des innocents avec l’autre main.
Les Musulmans ont besoin d’emplois et pas de jihad. Les excuses demandées à propos des caricatures ne résoudront pas ce problème. Nous voulons l’espoir, pas la haine!
À moins de reconnaître que la culture de la haine est la raison profonde de ces manifestations autour des caricatures, ces réactions violentes ne seront alors que le prélude d’une confrontation plus large entre des civilisations, que le monde ne pourra pas supporter.

Une journée dans l’histoire du djihad

 February 18th, 2006 by  ajmch
Saturday, February 18, 2006
***** JIHAD WATCH *****
_____________________
“Responsible editors must be punished”
At the New York cartoon rage rally yesterday, a call for the suppression of free speech:…
_____________________
“Allah’s wrath is on its way”
Death threats to, notably, Flemming Rose of Jyllands Posten, the newspaper that originally published the cartoons, and the great ex-Muslim Dutch politician Ayaan Hirsi Ali — at the New York cartoon rage demonstration yesterday:…
_____________________
“Islam will dominate”
At the New York cartoon rally yesterday, a sign we have seen before: Note again the black flag of jihad flying over the White House….
_____________________
Iran Demands British Troops Quit Basra
Apparently the Iranians believe that they are already in a position to assert their power in Iraq. From AP, with thanks to Mackie: BAGHDAD, Iraq (AP) — Iran’s foreign minister demanded the immediate withdrawal of British forces from Basra on…
_____________________
Hamas Leader Says Group Misunderstood
This is a group that up until a few years ago celebrated on its website its murders of civilians on buses and in restaurants as jihad victories. Was that website designed by the Israelis? From AP, with thanks to Mackie:…
_____________________
At Least 10 Killed in Libya Cartoon Riot
More cartoon madness from AP, with thanks to Sr. Soph: TRIPOLI, Libya – Libyans angry over caricatures of the Prophet Muhammad rioted at the Italian consulate on Friday, storming the building and setting it on fire. A diplomat said at…
_____________________
Pakistan recalls envoy, Denmark shuts embassy in cartoon row
Cartoon Madness Update from AFP, with thanks to Sr. Soph: KARACHI (AFP) – Denmark temporarily shut its embassy in Islamabad and Pakistan recalled its envoy from Copenhagen, amid relentless protests over cartoons of the Prophet Mohammed. An Islamic cleric added…
_____________________
Indian state government official offers reward for beheading of cartoonist
This follows the rewards offered by a Pakistani cleric. Which cartoonist is not specified, perhaps because Haji Yaqoob Qureishi is under the impression that the same person drew them all, or perhaps because only one offends him. “Rs 51-crore reward…
_____________________
‘Offensive Cartoons Like 9/11 of Islamic World’
Outrageous Cartoon Whining Alert. Publishing twelve cartoons of Muhammad in the newspaper is equivalent to murdering 3,000 unsuspecting office workers as they went about their business on a sunny September morning. From zaman.com, with thanks to Romy: The publication of…
_____________________
India: Muslims go on rampage against controversial cartoons
Stirred up, evidently, by fiery khutaba in the mosques on Friday, Muslims go on a cartoon rampage in India. “Muslims go on rampage against controversial cartoon,” from Newindpress.com, with thanks to Twostellas: HYDERABAD: The controversial cartoon in a Danish newspaper…
_____________________
Egyptian Ambassador to Denmark replaced
Cartoon Rage Update: Egyptian Sandmonkey has the news that the Egyptian Ambassador to Denmark has been replaced and sent to South Africa. Sandmonkey comments: I guess her job as ambassador got really hard after it was found out that the…
_____________________
Hamas taps moderate for Palestinian prime minister
There’s that word, “moderate” again. A terrorist elected by popular acclaim must perforce become a moderate, right? From the Bandar Beacon, also known as the Washington Post. JERUSALEM — Hamas leaders say they have agreed to nominate Ismail Haniyeh, a…
_____________________
Russia: Peace process needs Hamas
>From AP: MOSCOW, Russia — Russian Foreign Minister Sergey Lavrov said Friday that next month’s Moscow talks with Hamas leaders were aimed at bringing the militant Palestinian group into the Mideast peace process. “We are counting on all this to…
_____________________
Cleric offers reward for killing Prophet cartoonist
>From Ireland Online: A Pakistani cleric offered a 1.5 million rupee (€28,000) reward and a car for anyone who kills the cartoonist who drew Prophet Mohammed. Another Islamist leader was put under house detention, amid fears of more deadly demonstrations…


Ayaan Hirsi Ali: Je suis une dissidente de l’Islam

 February 18th, 2006 by  ajmch

LE MONDE | 15.02.06
Je suis ici pour défendre le droit d’offenser. J’ai la conviction que cette entreprise vulnérable qu’on appelle démocratie ne peut exister sans libre expression, en particulier dans les médias. Les journalistes ne doivent pas renoncer à l’obligation de parler librement, ce dont sont privés les hommes des autres continents.
Mon opinion est que le Jyllands Posten a eu raison de publier les caricatures de Mahomet et que d’autres journaux en Europe ont bien fait de les republier.
Permettez-moi de reprendre l’historique de cette affaire. L’auteur d’un livre pour enfants sur le prophète Mahomet n’arrivait pas à trouver d’illustrateur. Il a déclaré que les dessinateurs se censuraient par peur de subir des violences de la part de musulmans, pour qui il est interdit à quiconque, où que ce soit, de représenter le Prophète. Le Jyllands Posten a décidé d’enquêter sur le sujet, estimant – à juste titre – qu’une telle autocensure était porteuse de lourdes conséquences pour la démocratie. C’était leur devoir de journalistes de solliciter et de publier des dessins du prophète Mahomet.
Honte aux journaux et aux chaînes de télévision qui n’ont pas eu le courage de montrer à leur public ce qui était en cause dans “l’affaire des caricatures” ! Ces intellectuels qui vivent grâce à la liberté d’expression, mais acceptent la censure, cachent leur médiocrité d’esprit sous des termes grandiloquents comme “responsabilité” ou “sensibilité”.
Honte à ces hommes politiques qui ont déclaré qu’avoir publié et republié ces dessins était “inutile”, que c’était “mal”, que c’était “un manque de respect” ou de “sensibilité” ! Mon opinion est que le premier ministre du Danemark, Anders Fogh Rasmussen, a bien agi quand il a refusé de rencontrer les représentants de régimes tyranniques qui exigeaient de lui qu’il limite les pouvoirs de la presse. Aujourd’hui, nous devrions le soutenir moralement et matériellement. Il est un exemple pour tous les dirigeants européens. J’aimerais que mon premier ministre ait autant de cran que Rasmussen.
Honte à ces entreprises européennes du Moyen-Orient qui ont mis des affiches disant “Nous ne sommes pas danois”, “Ici on ne vend pas de produits danois” ! C’est de la lâcheté. Les chocolats Nestlé n’auront plus le même goût après ça, vous ne trouvez pas ? Les Etats membres de l’Union européenne devraient indemniser les sociétés danoises pour les pertes qu’elles ont subies à cause des boycottages.
La liberté se paie cher. On peut bien dépenser quelques millions d’euros pour la défendre. Si nos gouvernements ne viennent pas en aide à nos amis scandinaves, alors j’espère que les citoyens organiseront des collectes de dons en faveur des entreprises danoises.
Nous avons été submergés sous un flot d’opinions nous expliquant que les caricatures étaient mauvaises et de mauvais goût. Il en ressortait que ces dessins n’avaient apporté que violence et discorde. Beaucoup se sont demandé tout haut quel avantage il y avait à les publier.
Eh bien, leur publication a permis de confirmer qu’il existe un sentiment de peur parmi les écrivains, les cinéastes, les dessinateurs et les journalistes qui souhaitent décrire, analyser ou critiquer les aspects intolérants de l’islam à travers l’Europe.
Cette publication a aussi révélé la présence d’une importante minorité en Europe qui ne comprend pas ou n’est pas prête à accepter les règles de la démocratie libérale. Ces personnes – dont la plupart sont des citoyens européens – ont fait campagne en faveur de la censure, des boycottages, de la violence et de nouvelles lois interdisant l'”islamophobie”.
Ces dessins ont montré au grand jour qu’il y a des pays qui n’hésitent pas à violer l’immunité diplomatique pour des raisons d’opportunité politique. On a vu des gouvernements malfaisants, comme celui d’Arabie saoudite, organiser des mouvements “populaires” de boycottage du lait ou des yaourts danois, alors qu’ils écraseraient sans pitié tout mouvement populaire qui réclamerait le droit de vote.
Je suis ici aujourd’hui pour réclamer le droit d’offenser dans les limites de la loi. Vous vous demandez peut-être : pourquoi à Berlin ? Et pourquoi moi ?
Berlin est un lieu important dans l’histoire des luttes idéologiques autour de la liberté. C’est la ville où un mur enfermait les gens à l’intérieur de l’Etat communiste. C’est la ville où se concentrait la bataille pour les esprits et les coeurs. Ceux qui défendaient une société ouverte enseignaient les défauts du communisme. Mais l’oeuvre de Marx était discutée à l’université, dans les rubriques opinions des journaux et dans les écoles. Les dissidents qui avaient réussi à s’échapper pouvaient écrire, faire des films, dessiner, employer toute leur créativité pour persuader les gens de l’Ouest que le communisme n’était pas le paradis sur Terre.
Malgré l’autocensure de beaucoup en Occident, qui idéalisaient et défendaient le communisme, malgré la censure brutale imposée à l’Est, cette bataille a été gagnée.
Aujourd’hui, les sociétés libres sont menacées par l’islamisme, qui se réfère à un homme nommé Muhammad Abdullah (Mahomet) ayant vécu au VIIe siècle et considéré comme un prophète. La plupart des musulmans sont des gens pacifiques ; tous ne sont pas des fanatiques. Ils ont parfaitement le droit d’être fidèles à leurs convictions. Mais, au sein de l’islam, il existe un mouvement islamiste pur et dur qui rejette les libertés démocratiques et fait tout pour les détruire. Ces islamistes cherchent à convaincre les autres musulmans que leur façon de vivre est la meilleure. Mais quand ceux qui s’opposent à l’islamisme dénoncent les aspects fallacieux des enseignements de Mahomet, on les accuse d’être offensants, blasphématoires, irresponsables – voire islamophobes ou racistes.
Ce n’est pas une question de race, de couleur ou de tradition. C’est un conflit d’idées qui transcende les frontières et les races.
Pourquoi moi ? Je suis une dissidente, comme ceux de la partie est de cette ville qui passaient à l’Ouest. Moi aussi je suis passée à l’Ouest. Je suis née en Somalie et j’ai passé ma jeunesse en Arabie saoudite et au Kenya. J’ai été fidèle aux règles édictées par le prophète Mahomet. Comme les milliers de personnes qui ont manifesté contre les caricatures danoises, j’ai longtemps cru que Mahomet était parfait – qu’il était la seule source du bien, le seul critère permettant de distinguer entre le bien et le mal. En 1989, quand Khomeiny a lancé un appel à tuer Salman Rushdie pour avoir insulté Mahomet, je pensais qu’il avait raison. Je ne le pense plus.
Je pense que le Prophète a eu tort de se placer, lui et ses idées, au-dessus de toute pensée critique.
Je pense que le prophète Mahomet a eu tort de subordonner les femmes aux hommes.
Je pense que le prophète Mahomet a eu tort de décréter qu’il fallait assassiner les homosexuels.
Je pense que le prophète Mahomet a eu tort de dire qu’il fallait tuer les apostats.
Il avait tort de dire que les adultères doivent être fouettés et lapidés, et que les voleurs doivent avoir les mains coupées.
Il avait tort de dire que ceux qui meurent pour la cause d’Allah iront au paradis.
Il avait tort de prétendre qu’une société juste pouvait être bâtie sur ses idées.
Le Prophète faisait et disait de bonnes choses. Il encourageait la charité envers les autres. Mais je soutiens qu’il était aussi irrespectueux et insensible envers ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui.
Je pense qu’il est bon de faire des dessins critiques et des films sur Mahomet. Il est nécessaire d’écrire des livres sur lui. Et tout cela pour la simple éducation des citoyens.
Je ne cherche pas à offenser le sentiment religieux, mais je ne peux me soumettre à la tyrannie. Exiger que les hommes et les femmes qui n’acceptent pas l’enseignement du Prophète s’abstiennent de le dessiner, ce n’est pas une demande de respect, c’est une demande de soumission.
Je ne suis pas la seule dissidente de l’islam, il y en a beaucoup en Occident. Et s’ils n’ont pas de gardes du corps, ils doivent travailler sous de fausses identités pour se protéger de l’agression. Mais il y en a encore beaucoup d’autres à Téhéran, à Doha et Riyad, à Amman et au Caire, comme à Khartoum et Mogadiscio, Lahore et Kaboul.
Les dissidents de l’islamisme, comme ceux du communisme en d’autres temps, n’ont pas de bombes atomiques, ni aucune autre arme. Nous n’avons pas l’argent du pétrole comme les Saoudiens et ne brûlons ni les ambassades ni les drapeaux. Nous refusons d’être embarqués dans une folle violence collective. D’ailleurs, nous sommes trop peu nombreux et trop dispersés pour devenir un collectif de quoi que ce soit. Du point de vue électoral, ici en Occident, nous ne sommes rien.
Nous n’avons que nos idées et nous ne demandons que la possibilité de les exprimer. Nos ennemis utiliseront si nécessaire la violence pour nous faire taire. Ils emploieront la manipulation ; ils prétendront qu’ils sont mortellement offensés. Ils annonceront partout que nous sommes des êtres mentalement fragiles qu’il ne faut pas prendre au sérieux. Cela n’est pas nouveau, les partisans du communisme ont largement utilisé ces méthodes.
Berlin est une ville marquée par l’optimisme. Le communisme a échoué, le Mur a été brisé. Et même si, aujourd’hui, les choses semblent difficiles et confuses, je suis sûre que le mur virtuel entre les amoureux de la liberté et ceux qui succombent à la séduction et au confort des idées totalitaires, ce mur aussi, un jour, disparaîtra.
AYAAN HIRSI ALI
Article paru dans l’édition du 16.02.06
——————————————————————————–
Ayaan Hirsi Ali, d’origine somalienne, est députée au Parlement néerlandais, membre du parti libéral VVD. Scénariste du film Submission, qui valut à Theo Van Gogh d’être assassiné par un islamiste en novembre 2004, elle vit sous protection policière.

Acte I Police

Ma Vérité Politique ♦️MVP ✔ Voici l'appel à manifester des policiers pour le #20décembre ! #LREM vers l'implosion ? #Gilets...