jeudi 11 janvier 2018

blog de Naibed (sauvegarde 3)

06 AOÛT 2008

Comment les médias français entretiennent l'irénisme ...et le mensonge permanent (3)

Pour les détails de l'affaire "Al Doura" voir les épisodes précédents de
« Comment les médias français contribuent à entretenir l'irénisme en France ». 
  1. Comment les médias français ... (1)
  2. Comment les médias français ... (2)
Pour la notion d'Irénisme , voir : Irénisme et Islam


Cette fois, dans le cadre de l'Affaire Al Dura, je vous parlerai moins du dhimmi alter-juif Charles Enderlin, que de la chiée de beaufs qui le soutiennent dans sa campagne de désinformation, campagne qui consiste à nier envers et contre toute vraisemblance, la fable de la Mort de Mohammed Al-Dura.






Premier exemple (1) : le «caricaturiste» gauchiste, pacifiste, tiers-mondiste, multi-cucul et antisémite(oui je sais: ça commence à faire beaucoup ! Pourtant...) dont le nom est Jean Plantureux, alias Plantu.
(1) Notez que je n'avais que l'embarras du choix, dans ce panier de crabes de "journalistes", "chroniqueurs", "éditioralistes" et "dessinateurs" de Charlie-Hebdo, Marianne, le Nouvel Obs (de ce cher antisémite Jean Daniel), L'Express, sans oublier - bien sûr - ces grands classiques de la presse gaucho-gnangnan que sont Libé, l'Huma, et l'(Im)Monde (version "normale" ou "Diplodocus") et j'en passe...
En bon gramscien rodé à la lutte culturelle, et convaincu que le noir, le musulman, le palestinien sont - par définition - des exploités et les meilleurs êtres de la terre, et que le blanc, le juif, l'occidental sont les pires exploiteurs, et que leur culture et leur civilisation, c'est caca,Plantu est viscéralement opposé à toute vérité qui contredit le dogme gramscien qu'il défend bec et ongles dans ses caricatures (2)

(2) caricatures qui sont assommantes de répétitions, car elles vont toutes dans le même sens : l'africain pauvre, digne, victime, est magnifié par rapport au blanc, gras, laid, profiteur, etc.. ad nauseam ! Et, bien entendu, du "pauvre" palestinien du Fatah ou du Hamas, qui doit faire face au vilain « oppresseur » israélien qui l'empêche d'accomplir ce que sa "culture" et sa "religion" lui imposent : rejetter tous les juifs à la mer. Logiquement, Plantu futdonc un des premiers à s'offusquer à l'AFP des caricatures danoises de Mahomet, en déclarant « je revendique le droit à la nuance » (le ridicule ne tue pas). Quand Plantu vole au secours de son copain Siné, un autre antisémite notoire (2a) , dessinant Val (le propriétaire de Charlie-Hebdo, qui a - à juste raison- éjecté Siné du journal), en nazi, mettant un coup de pied au cul de Siné, il fait, bien sûr, dans la nuance... C'est vrai qu'il prend la précaution de dire que, selon lui, ça ne signifierait, en aucun cas, qu'il cautionne les éructations antisémites de Siné (ben tiens !) .
On appréciera, au passage, l' «imagination» en perpétuel renouvellement de «l'artiste» Plantu : outre ses nombreuses caricatures de Le Pen, toutes basées sur le même moule, il caricaturait déjà, dans le Monde, dans la foulée du "tout sauf Sako", Sarkosy en nazi. Bigre, quelle imagination !
(2a) Siné, c'est ce charmant thuriféraire des fedayinns palestiniens, qui a notamment été condamné en France pour avoir déclaré le 9 août 1982, quelques heures seulement après l'attentat terroriste de la rue des Rosiers, qui fit un carnage (six morts et 22 blessés) en plein quartier juif : "Je suis antisémite. Je vais faire dorénavant des croix gammées sur tous les murs… Je veux que chaque juif vive dans la peur, sauf s’il est pro palestinien…"

Même - et surtout - lorsqu'elle émane des attendus d'une justice française pour une fois exemplaire, car elle a pris le temps d'examiner soigneusement tous les faits, prenant toutes les précautions nécessaires, et ayant visionné attentivement les rushes avant de conclure - de la manière la plus nette et la plus complète possible - que Philippe Karsenty, en qualifiant le « reportage » de Charles Enderlin de supercherie médiatique n'avait - en rien - diffamé ni Charles Enderlin, ni France 2.

Exit le chantage juridique contre ceux qui exercent leur sens critique, en même temps que leur liberté d'opinion à l'égard de ce « grand journalissst » (autoproclamé) qu'est Charles Enderlin. Les nains-tellectuels manipulateurs et liberticides, les maîtres-chanteurs gramsciens du multiculturalisme et les policiers de la pensée stalinienne ont peut-être perdu là une bataille décisive.

Les Siné, Plantu, Charles Enderlin et consorts en sont donc réduits à pleurnicher entr'eux, en ressassant sans fin leur ignoble propagande : l'original de la caricature (évidemment beaucoup moins drôle que la « caricature de la caricature ») se trouve, bien évidemment, publiée sur le blog de Charles Enderlin (il n'y a pas de petites ignominies)

[to be continued]





22 JUILLET 2008

Gramscisme et homosexualité.

Suite de l'article précédent : « Chanson tapettement incorrecte » .


Sur base de la vidéo de LaBaf publiée en fin d'article : La BAF à la Gaypride - Et si on essayait les femmes ? » Naibed vous invite à faire un tour avec elle dans les profondeurs insondables de la bêtise gramscienne. (attention à ceux et celles d'entre-vous qui sont sujets au vertige !)

(Cindy tente d'expliquer le B.A. BA de la biologie aux participants de la Gay Pride)


[01:26] Refus d'interview

Ah ben non, Cindy :
ils ne sont pas gais
ces gays 
!
(la plupart d'entre eux ne sont d'ailleurs pas venus pour s'amuser, mais bien pour «lutter» contre une soi-disant «oppression» hétérosexuelle qui n'existe que dans leurs esprits malades)



Première partie: petite introduction au gramscisme.

Le gramscisme comme lutte culturelle
Bien qu'elle essaie de se donner des allures de « fête bon enfant », la Gay-Pride est d'abord une lutte culturelle, qui fait partie d'une lutte bien plus générale: la lutte gramscienne, une lutte acharnée, souvent méchante, perverse, hargneuse et hystérique contre les valeurs de l'occident. Une lutte ou le parti communiste est omniprésent. Ce qui est logique, puisque le gramscisme fut inventé par Antonio Gramsci, un des fondateurs du parti communiste italien, pour substituer la lutte culturelle à la lutte des classes, dont il constatait l'échec, les ouvriers ayant tendance à s'embourgeoiser (bref ! ...à passer à l' « ennemi ») dès qu'ils en avaient l'occasion.

La grande trouvaille du gramscisme était donc de provoquer la fragmentation de la société en de multiples petits groupes auto-proclamés « opprimés » (les juifs, les noirs, 
les homos, les femmes, les pov' z'immigrés, les clandestins, etc., et ..last but not least, les musulmans) contre un soi-disant groupe "oppresseur" que personne ne précise, mais dont on comprend bien, par déduction (et après élimination des autres possibilités) qu'il vise l'homme occidental, blanc, hétérosexuel, judéo-chrétien... dont il faut absolument dénigrer la culture (et donc aussi la civilisation) considérée comme "dominante" pour la détruire.
Le gramscisme comme lutte liberticide
Les scandaleuses lois liberticides votées en France, ce pays qui s'auto-proclame (sans aucune justification historique, d'ailleurs) la (petite) patrie des drwâââhs de l'homme, et qui visent à interdire les "propos homophobes" en sont une parfaite illustration. Il ne s'agit pas tant, dans ce pays, de protéger les homosexuels contre les insultes et la diffamation comme n'importe quel citoyen (dans tous les pays démocratiques, même en France, il y a des lois générales pour cela: nul besoin de faire des lois d'exception) que d'établir légalement des droits spéciaux, des droits dérogatoires pour un groupe particulier que l'on cherche à avantager. Et surtout, il s'agit de faire taire la liberté d'expression à l'égard de ce groupe particulier, celui des homosexuels, dans notre exemple. Dans le but de museler toute critique envers les excès communautaristes dont ce dernier groupe se rend coupable.
Le gramscisme et le « processus victimaire »
Pour faire passer ces lois liberticides, les milieux de gauche n'ont pas hésité à inventer de toutes pièces une soi-disant "persécution" dont seraient "victimes" les homosexuels, les immigrés, les noirs, etc. .. en France. 
Le même procédé a aussi été repris pas les « féministes » françaises de gôche (dont, entre autres, les brêles de « chiennes de garde ») pour tenter de particulariser les insultes « sexistes » ..à l'égard des femmes (pas à l'égard des hommes ...bien entendu !). 
Notons au passage que les hum ! « féministes » les plus hystériques pour interdire toute insulte à l'égard d'une femme sont paradoxalement - souvent - les premières à s'aplatir devant cet autre communautarismequ'est l'islam, le communautarisme musulman, à propos du voile, et de toutes les autres monstruosités sexistes. Chercher l'erreur... !

La lutte des classes gramscienne justifie que les groupes « dominés » autoproclamés puissent tout se permettre, mais - surtout pas ! - le groupe déclaré « dominant » .(1)

Une telle incohérence apparente ne se comprend que si on dévoile le motif profond du gramscisme : poursuivre l'hideuse et criminelle lutte des classes (2) sous la forme - extérieurement plus acceptable - d'une lutte culturelle contre le fameux groupe gramscien qualifié de "dominant". 
On le voit très clairement dans l'exemple ci-dessus: pour ce genre de, hum !, « féministes » "de gôche" seul le sexisme de l'homme blanc est intolérable. S'il est le fait d'un noir ou d'un musulman, il trouve grâce à leurs yeux, et ce dernier pourra se permettre infiniment pire (3) sans s'attirer de reproche : c'est « culturel » !
(1) Ce qui est évidemment une manière efficace de museler la majorité (déjà généralement silencieuse), et donc, la démocratie, tout en s'assurant une sur-représentation des associations -prétendument « citoyennes » - d'activistes (bruyants et monopolisant le crachoir médiatique) de nos (prétendus) groupes « dominés », ... à qui il faut « donner une meilleure "visibilité" ». 
(2) ce racisme ignoble à l'égard des "riches", mais surtout des entrepreneurs, des classes moyennes, bref ...de tous ceux qui travaillent à la prospérité d'un pays, qui prennent le risque d'entreprendre, de miser leur argent, de faire faillite, et donc "coupables" de s'enrichir
(3) on le voit clairement à propos de la violence envers les femmes. Dans les années années '70, les années du féminisme triomphant, à une époque où la migration extra-européenne était quasi inexistante, la violence envers les femmes était de l'ordre de 5%. Une femme sur vingt était victime de violence, et on jugeait déjà cela - à juste raison - intolérable.
Avec l'immigration extra-européenne, ce taux allait progressivement exploser (c'est un grand tabou, particulièrement en France, ce dernier pays soviétique, où le simple fait de tenir des statistiques pour analyser ce phénomène et ses causes constitue ...un délit !), pour atteindre la proportion d'une femme sur trois dans certaines banlieues de « jeunes » où le femme blanche est considérée comme du gibier (de même que la beurette qui aurait un peu trop tendance à se croire en démocratie, et à s'émanciper, voire à simplement refuser de porter le voile), où les viols en tournante dans des caves sordides sont devenus chose banale, entre deux incendies de voitures ou deux deals de drogue. Où les crimes dits « d'honneur » (voire les lapidations) se multiplient, etc.. sans qu'il soit « politiquement correct » de s'interroger sur les causes culturelles, ethniques et religieuses de ces phénomènes, car celles-ci sont trop clairement afro-musulmanes.
Bonjour le racisme inversé !
L'infiltration du gramscisme dans toute la société occidentale
Ce gramscisme, qui prône le relativisme culturel (comme moyen de subversion) et le multiculturalisme (comme dogme, pour remplacer le pluriculturalisme) a depuis longtemps quitté les sentiers de l'extrême gauche, pour s'infiltrer dans toutes les classes de la population, et particulièrement les milieux affairistes mondialistes, comme l'upper-class "démocrate" américaine (notamment à Washington), ou la gauche française dans son ensemble.

Infiltration faite à la faveur de 
concepts foireux comme la discrimination positive, la « diversité », l' « impératif » démographique, ou le multiculturalisme (qui pose que toutes les cultures - même celle des anthropophages - et toutes les religions - même les théocraties totalitaires militaro-religieuses comme l'islam - se « valent » et méritent « le respect »). Plus évidement, d'autres dogmes tout aussi foireux : la "sacro-sainte" protection des « minorités» (même malveillantes), le dogme du "vivre ensemble" à tout prix (vive le "vivre ensemble" des poules et des renards !), le pacifisme, cette horreur monstrueuse qui nous a valu la seconde guerre mondiale (au lieu d'une guerre bien plus courte si on avait tout de suite décidé d'y mettre bon ordre en tapant sur les boches), l'antiracisme (à sens unique), l'antifascisme (stalinien), etc. Bref ...tout l'attirail classique des gauchistes. 
Les collabos gramsciens détestent les résistants
Cette guerre culturelle masquée a déjà fait les nombreux ravages que l'on sait: il aboutit à l'actuelle haine de soi, l'auto-dénigrement des valeurs occidentales (alors que si on considère une bonne partie du reste de l' « humanité » ... bonsoir ! l'obscurantisme et la barbarie !!) trouvant son point d'orgue avec la fameuse« repentance » ..uniquement occidentale, comme de bien entendu !, et une hostilité incroyable des soumis - non, comme on devrait logiquement contre ceux qui les oppressent, mais contre ceux qui ne suivent pas les chemins du lopettisme généralisé, ceux pour qui les valeurs supérieures de l'occident ont encore du sens, et qui osent encore se battre pour leurs libertés : les américains et les israéliens


Deuxième partie: le gramscisme chez les tapettes (*)
(*précisons bien, pour les policiers de la pensée, que j'utilise les termes de tapettes ou debrêles tapettoïdes par respect pour les homosexuels. En effet, j'ai la faiblesse de croire que la plupart des homosexuels sont des gens tout ce qu'il y a de plus normaux, responsables, citoyens, etc. Des gens qui ont en horreur ces exhibitions narcissico-hystériques comme la Gay Pride, qui veulent vivre leur sexualité comme n'importe quel autre individu, en toute 'intimité et dans une relative discrétion. Tout comme moi, hétérosexuelle poly-amoureuse, je le fais (je ne me balade pas en rue en tenant un amant de chaque côté par les fesses). Donc, pour distinguer ces homosexuels respectables des brêles chtarbées hystériques d'Act Up et consorts, précisons encore que je réserve le terme de « tapettes» à ces dernières..

Examinons maintenant quelques passages de la vidéo précédente :
[02:54] Interview d'un noir plutôt sympathique.


Question: Que faites-vous là, Monsieur ? Pourquoi êtes-vous là ?

R: Pour la Pride, la marche de la fierté.

Q: expliquez-nous cette "fierté" ?

R: La fierté : être homosexuel c'est une fierté. Il faut être fier d'être homosexuel.

commentaires : il a beau avoi' l'ai' intelligent et sympa, le noir ...bonjour la connerie quand même ! Je conçois que l'on soit fier de ses actions, de ses réalisations, etc ... mais je ne vois pas pourquoi certains devraient se sentir particulièrement fier d'une situation, d'un état auquel (de l'aveu des intéressés eux-mêmes) ils ne sont pour rien.
Car, à ce compte, je ne vois vraiment pas pourquoi je ne serais pas particulièrement fière ...d'être hétérosexuelle : après tout, n'en déplaise à ces nouveaux biologistes que sont les juristes frönçais, non seulement nous sommes (clairement) supérieurs aux homos du point de vue de la reproduction de l'espèce, mais
, de plus, nous sommes plus de 95% d'hétéros (1) (c'est quand même pas rien, comme minorité ! (2) ).
Pour rester dans cette, hum ! « logique » ...à quand la reconnaissance des « droits gramsciens » des hétéros ?? 
A quand donc une « Hétéro-Pride » rassemblant des dizaines de millions de personnes, pour montrer à tous toute notre joie et notre fierté d'être hétérosexuels ?


(1) même si la simple mention de cette statistique est déjà considérée comme une provocation "homophobe" par les brêles gramsciennes tapettoïdes !(2) notons - pour pasticher le "langage" gramscien sur la «protection» des «minorités» - que cette minorité majoritaire est clairement bafouée dans ses droits "suprématistes", contrairement aux autres minorités, alors même que (où serait ce "parce que" ?) elle a plus de raisons, et notamment des raisons scientifiques solides, de faire valoir sa propre suprématie !


[04:14] Interview d'un homo plutôt "typé" : torse-nu, lunettes noires, une casquette de type soviétique, et avec - en prime - un drapeau du PCF
(vous croyez que j'exagère, que j'invente ?)


Question: Est-ce que vous saviez que Che Guevara était particulièrement homophobe ?

R: Che Guevara peut-être... mais la nièce de Fidel Castro [...] a réussi à faire qu'en 79, deux ans avant la France, l'homosexualité soit dépénalisée. C'est quand même deux ans avant la France ! Donc en effet, ...peut-être que Fidel Castro a commis d'énormes erreurs avec ses camps, avec tout ça pour les homosexuels, mais depuis ça c'est largement rattrapé quand même !

commentaires : traduisons : pour les cocos-tapettes, ce qui est important pour Cuba, ce sont les apparences légales ("deux ans avant la France !"). Après, ce que font réellement les communistes...

Q: Il vient d'interdire la parade gay à Cuba. Vous êtes d'accord ? Si vous avez raison, il faut interdire la Gay Pride à Cuba ?

R: Non. C'est parce qu'il interdit toute manifestation. C'est pour ça. J'ai jamais dit que c'était un régime démocratique... Je dis juste que pour les trans, pour les homosexuels, il y a quand même des progrès qui sont assez énormes.

Q: ..pour autant qu'ils ne manifestent pas et qu'ils se cachent, quoi, en gros ?

R: Ah ben... ça ! je suis d'accord qu'il faut absolument autoriser heu ..la marche ! la marche de la fierté partout.

commentaires : traduisons : ce qui est important, toujours pour les cocos-tapettes gramsciennes, c'est apparemment de surtout bien montrer que les droits des homos ne sont pas inférieurs à ceux des hétéros dans les pays communistes. Après ça, ce qui se passe réellement, ce que font réellement les camarades garde-chiourmes du régime, bof...


[06:00] Un gros beauf en t-shirt rouge
(Mayday, mayday ! ... la police de la « bien-pensance » s'inquiète !)



Gros Beauf: donc je rentre chez moi et je m'inquiète du risque que vous pouvez représenter, c'est-à-dire c'est un militantisme purement idéologique,

(Cindy brandit une pancarte : "Avec une femme, c'est plus gai !!!" )

Gros Beauf: ...un autre moyen d'être anti-homos !

commentaires : traduisons : pour le gros beauf PC - hétéro mais "bien pensant" - tout ce qui pourrait contester l'action militante hystérique des tapettes chtarbées, même par l'humour, est « anti-homos ! ». Faudrait quand même pas que des hétéros se mettent à critiquer, sinon, où va-t'on ?!

Mais, bien entendu Gros Beauf ne voit sans doute rien d' « idéologique » dans le gramscisme gauchiste liberticide, ni dans l'action militante hystérique des tapettes gaucho-chtarbées, façon Act-Up et consorts... En gros, ces derniers peuvent bien faire n'importe quoi, presque tout se permettre (y compris chercher à miner les fondements même de la société judéo-chrétienne hétérosexuelle (qui est bien bonne, dans son humanisme, de les tolérer en son sein) dans une sorte de rage nihiliste gauchiste, et de haine de la civilisation occidentale judéo-chrétienne (qui est pourtant la seule où ils peuvent presque tout se permettre) sans qu'on puisse réagir !

Belle conception de la liberté de pensée et d'expression, chez ces "policiers de la pensée" !


[08:40] Voix de fausset, un droitdelhommiste, nous explique - sans rire - que "l'islââm cé pââ la Charia" (crise de fou rire assuré, si le ridicule ne tuait pas ! Hélas ici en l'occurence, ...le ridicule tue ! ...Et pas qu'un peu !!)



Q: 
Nous sommes avec "Ensemble contre la peine de mort". Alors Monsieur va nous expliquer la raison de leur présence à ..

Voix-de-fausset: Nous sommes présents à la Gay Pride, à la marche de la fierté depuis maintenant quatre ans, puisqu'il y a toujours de part le monde neuf pays qui condamnent les homosexuels à mort, dont certains les exécutent, dont l'Iran. Donc chaque année, à la Gay Pride, nous rappellons à tous les gens [...] notamment en Afrique et en Asie, pour leur homosexualité, et il faut arrêter cette barbarie, arrêter la peine de mort dans tous les pays qui la pratiquent, et en particulier dans ces
neuf là !

commentaires : Remarquons au passage comment Voix-de-fausset le « n'humaniste » prend bien soin d'amalgamer le principe de la peine de mort avec l'utilisation dévoyée et barbare qui en est faite dans les pays islamiques obscurantistes arriérés ! Si leur but était de faire cesser la barbarie qu'ils dénoncent, pourquoi s'embarrasser de préjugés idéologiques qui heurterons les humanistes qui sont pour une application raisonnable de la peine de mort (1) dans des conditions démocratiques stictes, pour des cas graves (viols d'enfant, terrorisme, etc.)? C'est d'ailleurs bien à leurs manipulations qu'on reconnait les crapules-aux-bons-sentiments-qui-puent comme chez Amnesty International et consort ! Leur mauvaise foi n'a d'égale que leurs présupposés idéologiques, qui priment toute autre considération : le sort des victimes de barbarie importe peu, finalement...

(1) et ils sont nombreux, puisque les plus grandes démocraties du monde, dont l'Inde et les Etats-Unis sont attachés à la peine de mort (dont les deux candidats à la Maison Blanche). Une majorité des européens, dont la volonté a été baffouée par une minorité d'idéologues, continue d'ailleurs, malgré le mattraquage idéologique de la pensée unique au service du politiquement correct, à être obstinément pour la peine de mort.

Q: OK. Je vois sur les drapeaux qu'il y a beaucoup de vert. Donc ça représente les pays musulmans. Est-ce que vous pensez que l'islam a un problème avec l'homosexualité ?

Voix-de-fausset: Alors, l'islam n'a pas un problème avec l'homosexualité. En revanche, la charia en a un ..[agaga][agaga]..

commentaires : Hep débilard ! charia = loi de l'Islam = Coran + hadiths. 
Pas de Charia sans l'islam, et pas d'islam sans la charia !
 

(le couple « parfait » en quelque sorte !)


Voix-de-fausset: puisqu'effectivement les neuf pays qui sont représentés sur les drapeaux, les neuf pays qui condamnent à mort les homosexuels sont des pays qui appliquent tout ou partie de la Charia.

commentaires : Tsss... tss... même PAS UN pays non-musulman ? ...Finalement, c'est tout vert, si j'ai bien capté ! ...Comment ce fait-ce ??Ceci dit, pendant que vous réfléchissez à vos contradictions, je vous signale que *tous* les pays musulmans appliquent « tout ou partie » de la Charia. D'ailleurs, plus ça va, et plus ils privilégient le « tout » à une « partie », si large soit-elle. Et quand c'est une « partie » c'est généralement au prix de contorsions sans nombre. Un peu comme vous, bichtouflard ! ...quand vous tortillez du cul comme si vous aviez un ver solitaire. 
Voix-de-fausset: [n'hésitant pas à nous servir, sans ciller, un mensonge gros comme une maison] En revanche, l'islam n'a pas un problème avec l'homosexualité : regardez au Maroc regardez le mouvement qui est en train de naître au Maroc ..[agaga][agaga].. pour l'abolition de la peine de mort, et qui est porté en grande majorité par LES ..[agaga].. religieux musulmans et par LES ..[agaga][agaga].. représentants de l'islam au Maroc qui sont entièrement pour l'abolition, de la peine de mort.. [coin][coin]

commentaires : Essayez d'être un minimum crédible dans la formulation, quand vous débitez vos débilités mensongères, SVP ...petit débilard ! : si le mouvement est « en train de naître », comment voulez-vous qu'il draine une majorite de [et blah][et blah] ? Ca va se voir que vous mentez ..comme le nez [de Pinoccio] au milieu de la figure !!

Q: [interrompant cette salade de délires mensongers passablement grotesques] Est-ce que ça reste des gens qui condamnent l'homosexualité ? Vous savez que le Coran condamne clairement l'homosexualité ? Et les hadiths aussi, qui condamnent clairement l'homosexualité, au même titre que l'adultère. Et que la peine de mort, quoi qu'il arrive, est le ..

Voix-de-fausset: Alors, certains pays musulmans ont déjà aboli la peine de mort, y compris pour homosexualité, et il ne faut pas mettre au ban forcément les pays musulmans, ils sont plus regardé sur l'application de la Charia, qui est la raison pour laquelle les homosexuels sont condamnés et exécutés chaque année.

commentaires : Rappelons donc à ce tartuffe gaucho-gnangnan droitdelhommiste « à-la-petite-semaine » que TOUS les pays musulmans ont TOUJOURS refusé de signer la DUDH, la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Et qu'AUCUN pays musulman n'a non plus aboli la peine de mort, n'en déplaise aux allégations de Voix-de-fausset !


Troisième partie: Conclusions.

Peu d'homosexuels, je pense (enfin, je l'espère), se reconnaîtront dans cette parodie carnavalesque de l'homosexualité qu'est la Gay Pride. Certains diront que la sur-affirmation de l'homosexualité était nécessaire pour « compenser ». Compenser quoi ? ...une impossible mise en équivalence ?
De la fausseté de la posture victimaire des homosexuels en occident 
Je voudrais mettre clairement les choses au point : il y a belle lurette que la société occidentale a cessé de considérer l'homosexualité comme une tare ou une maladie, voire même (ce qu'elle est pourtant) comme une anomalie commune, comme la nature, qui procède par essais et erreur, en commet beaucoup.

Il y a belle lurette aussi que la société occidentale a admis que l'on ne choisit pas sa sexualité, et qu'il est absurde de croire qu'on puisse y changer quelque chose. Les églises elle-mêmes le reconnaissent, et deviennent très prudentes avec la notion de « péché », distinguant clairement l'inclination des actes.

La société occidentale fait donc tout ce qui est possible (et même parfois beaucoup plus) pour intégrer au mieux ses homosexuels : dans tous les domaines où c'est normal, les homosexuels ont les mêmes droits que les hétérosexuels. Les homosexuels ont la possibilité de vivre en union civile et même de se marier dans certains pays comme le mien (ce qui est un non-sens absolu, mais bon ...bref !). Rare sont donc, contrairement aux allégations victimaires des associations gays, les agressions et même les insultes contre les homosexuels. On pourrait même dire, à contrario, qu'elles sont peu nombreuses (exception faite des zones à forte concentration musulmane) surtout si on tient compte de l'agacement que provoque l'activisme outrancier de ces associations.
Du caractère liberticide des lois scélérates sur « l'homophobie »
C'est ce qui s'est passé en France notamment, où les gauchistes ont monté de toutes pièces une prétendue haine contre les homosexuels, pour justifier l'instauration de lois d'exception dans un but gramscien. (Ils ont d'autant plus facilement "justifié" leurs allégations que l'établissement de statistiques sur base de groupes ethniques et autres est interdite dans ce pays).
Bien que rédigées sur un mode prétendument « neutre », ces lois, comme celles sur le racisme, ne sont nullement neutres dans les faits : de la même façon que le racisme anti-blanc, anti-occidental, anti-femmes omniprésent chez les musulmans n'est pratiquement jamais réprimé (1), de la même façon, jamais des propos hétérophobes n'ont fait l'objet d'une condamnation. Tout fonctionne sur le mode « à sens unique » (devinez lequel !) . A l'antiracisme stalinien des multiculturalistes islamophiles et palestinophiles répond l'hétérophobie des militants hystériques d'Act-Up et consorts.
Le but, comme expliqué très clairement plus haut (cf. "Le gramscisme comme lutte liberticide") , étant de dédouaner le groupe autoproclamé des opprimés (des musulmans, dans le premier cas, des homosexuels, dans le second) "opprimés" qui peuvent à peu près tout se permettre, tandis que le groupe désigné par les gauchistes et les islamistes comme le groupe « oppresseur » est prié d'encaisser en silence leurs diffamations, manipulations et mensonges ignobles, et de « faire repentance »...

(1) tout au plus, l'antisémitisme est-il encore désavoué du bout des lèvres, quand il est décliné sur le mode du négationnisme ou le mode hitlérien, mais on le laisse tranquille, lorsqu'il est décliné sur le mode de la haine d'Israël, l'État juif systématiquement diabolisé, comme substitut à la haine des juifs. Le comble de la dérision et du grotesque étant atteint lorsque Charles Enderlin, alter-juif, et l'un des pires antisémites qui soient, notament par son ignoble montage médiatique de la prétendue mort de Mohammed Al-Dura sous des balles israéliennes destiné à diaboliser les juifs d'Israël, arrivera avant que son propre mensonge ne soit démasqué par la justice, à faire condamner un grand ami des juifs, Nicolas Ciarapica, pour ...antisémitisme !
De l'égalité de droits des homosexuels
N'en déplaise aux brêles égalitaristes, et autres nihilistes, l'égalité de droits ne postule pas mise en équivalence de ce qui n'est pas comparable, elle ne postule pas une indifférenciation qui viderait ces droits de leur sens (comme le droit au mariage, par exemple, ou celui de l'adoption). L'égalité des droits des individus placés dans les mêmes circonstances : il ne viendrait à personne de censé l'idée de taxer de discrimination sexiste les hommes qui ne bénéficient pas du repos d'accouchement.
De l'hétérosexualité en tant que fondement - incontournable - de la société,
De même, n'en déplaise aux brêles nihilistes, l'hétérosexualité constitue la base même, le socle de toute société, humaine ou non. Toute société, même animale, comporte un certain nombre d'individus homosexuels, ne fut-ce que parce que la Nature procède par essais et erreurs. La nature se sert d'ailleurs souvent de l'homosexualité pour réguler la démographie d'une espèce par rapport aux ressources dont elle dispose. Ainsi en va-t'il par exemple chez le pou des éponges, où des mâles se font passer pour des femelles (des travestis, quoi !), ce qui permet une bonne régulation de la croissance de la population par rapport à son milieu tout ...en contentant tout le monde :)
Une société n'est pas seulement une collection d'individus, mais également une espèce qui a en charge sa propre préservation, qui inclut la reproduction et l'élevage (éducation) et la protection de ses petits, comme toute espèce animale.
A cet égard, l'homosexualité n'est pas un simple détail de l'apparence de la personne, comme la couleur de la peau (comparaison utilisée à tort et à travers par les imbéciles gramsciens) et justifie amplement que la société s'inquiète de ses fondements comme la famille, la reproduction, et l'éducation des enfants. Des fondements qu'il s'agit de préserver dans l'intérêt même de l'espèce, tout comme dans celui de ses individus les plus jeunes, n'en déplaise à une petite minorité d'individus !
Des droits fondamentaux - inalinéables - des hétérosexuels, et du respect de la démocratie par les minorités (en ce compris celle des homosexuels, qui n'en est pas "dispensée")
Là se trouve la ligne rouge, pas seulement pour des croyants de diverses obédiences, mais également pour de véritables laïcs comme moi (à ne pas confondre avec des brêles laïcardes "à la frönçaise" qui ne sont qu'une caricature grotesque de la laïcité) par rapport à ceux qui utilisent - à tort et à travers - l'argument de « non-discrimination » : la majorité hétérosexuelle a aussides droits fondamentaux inaliénables, et elle a le droit, parfaitement démocratique, de les défendre.
Un autre point est le respect du jeu démocratique. La protection des minorités est un fondement de la démocratie, mais ne peut dégénérer en communautarisme : elle doit être strictement limitée aux droits individuels, tels qu'ils sont établis démocratiquement. Et elle ne peut devenir, comme c'est hélas devenu trop souvent le cas aujourd'hui, un moyen d'asseoir une tyrannie anti-démocratique des minorités, qu'elles soient "sexuelles", culturelles, ethniques, religieuses etc.
De la subversion gramscienne de (la plupart des) associations d'homosexuels

Bien entendu, pour ceux qui, inconsciemment ou non, font du gramscisme, là est l'objectif : déruire ce qu'ils considèrent, dans leur petite tête de gauchistes, comme une intolérable « discrimination » : le fait que la société soit majoritairement faite par et pour des hétérosexuels !
De la concurrence des groupes gramsciens.
Ou : « Quand le gramscisme des brêles tapettoïdes d'Act Up et consorts se mort la queue »
(si j'ose ainsi m'exprimer)
Il est pourtant une chose que les brêles gramsciennes tapettoïdes tout à leur exhaltation de l'homme maghrébin perçu comme une nouvelle terre promise (il faut lire certains délires sur les sites tapettoïdes !) n'ont pas compris, c'est que le même maghrébin, s'il est tapette, évitera soigneusement de le dire, et même de le sous-entendre (adieu la fameuse "terre promise"). Pire : de plus en plus nombreuses sont les bandes de jeunes maghrébins qui, se sentant de plus en plus en « terrain conquis », donnent facilement la « rattonnade » aux homosexuels, comme à Amsterdam ou à Rotterdam, ou encore (mais ceci est absolument "tabou" pour les medias français, comme les viols en tournante dans des caves sordides, ou les crimes « d'honneur ») dans les banlieues françaises.

Pire encore, un certain nombre de pays musulmans (et pas des moindres) ne se cachent même pas pour torturer et pendre leurs homosexuels, comme en Iran, au bout d'une grue. Lorsque - pour une fois - ces associations d'homosexuels essaient de faire entendre de légitimes récriminations, face à ces horreurs manifestes et immondes commises à l'encontre d'homosexuels, les associations droitdelhommistes font comprendre à ces déviants : «doucement les basses !». Dame ! C'est qu'il ne faudrait pas verser dans l' «islamophobie» sous prétexte de mettre en cause l'homophobie de certains actes, n'est-ce pas ? Et puis, où serait la discipline du parti, si les groupes gramsciens de victimes autoproclamées se mettaient à se déchirer entre-eux.
Allons allons ! ...rappelle-toi la lutte des classes, camarade : ne te trompe pas d'ennemi !
On voit donc clairement, ici, une limite interne de la lutte culturelle gauchiste menée au nom du renouvellement de la lutte des classes, autrement dit, du gramscisme. Tant que l'on pouvait exciter les groupes gramsciens, c-à-d: les minorités dominées et oppressées autoproclamés, contre le même groupe dominant et oppresseur non ouvertement désigné (et largement fantasmé), dont on pouvait discréditer la culture et la civilisation à tout-va, tout allait bien : il en va tout autrement lorsqu'un groupe gramscien "opprimé" l'est par un autre groupe gramscien, réellement oppresseur et réellement dominant, sous le masque de "minorité opprimée".
Les imbéciles gramsciens, qui se font volontiers les idiots utiles, voire les compagnons de route de l'obscurantisme totalitaire qu'est l'islam feraient bien de s'en souvenir !


18 JUILLET 2008

Chanson tapettement incorrecte (She Is In Love With The boy)

Pour continuer dans la veine des chansons politiquement incorrectes pour débiles gramsciens, et autres brêles nihilistes de gauche (coucou, Laure Fournier !) voici une chanson politiquement / tapettement incorrecte. Traduisez : c'est une somptueuse ode à l'amour, au véritable amour, l'amour vrai, naturel tel qu'il existe entre une femme et un homme, une somptueuse ode à l'amour chantée par l'éblouissante et talentueuse Trisha Yearwood.

Katie's sitting on the old front porch
Watching the chickens peck the ground
There ain't a whole lot going on tonight
In this one horse town.
Over yonder, coming up the road
In a beat-up Chevy truck
Her boyfriend Tommy, he's laying on the horn
Splashing through the mud and the muck

Her daddy says, "he ain't worth a lick
When it came to brains, he got the short end of the stick"
But Katie's young and man she just don't care
She'd follow Tommy anywhere


She's in love with the boy (3x)
And even if they have to run away
She's gonna marry that boy someday


Katie and Tommy at the drive-in movie
Parked in the very last row
They're too busy holding on to one another
To even care about the show
But later on outside the Tastee Freeze,
Tommy slips something on her hand
He says, "my high school ring will have to do
Till I can buy a wedding band"

Her daddy says, "he ain't worth a lick
When it came to brains, he got the short end of the stick"
But Katie's young and man she just don't care
She'd follow Tommy anywhere


She's in love with the boy (3x)
And even if they have to run away
She's gonna marry that boy someday


Her daddy's waiting up till half past twelve
When they come sneaking up the walk
He says, "young lady get on up to your room
While me and junior have a talk"
But Mama breaks in and says, "don't lose your temper
It wasn't very long ago
When you yourself was just a hay-seed plowboy
Who didn't have a row to hoe"

"My daddy said you wasn't worth a lick
When it came to brains, you had the short end of the stick
But he was wrong and honey you are too
Katie looks at Tommy like I still look at you"


She's in love with the boy (3x)
What's meant to be will always find a way
She's in love with the boy (3x)

What's meant to be will always find a way
She's gonna marry that boy someday.
She's in love with the boy....



Enfin, comme la vidéo ci-dessus risque de heurter la hum ! « sensibilité » des lopettes qui habitent la petite patrie (auto-proclamée) des drwâââhs de l'homme (enfin ! ...du moment qu'il n'est pas blanc, occidental, hétérosexuel, masculin et d'origine judéo-chrétienne) habituées à se mettre à plat-ventre devant le crédo liberticide des immondes crapules gramsciennes et multicuculs liberticides, publions donc une petite vidéo qui rétablira l'équilibre en faveur des brêles de nazi-tapettes, façon Act-Up et consorts. Pour les remercier de participer si activement à l'étouffement tant de la liberté d'expression qu'à celle du simple bon sens et de l'évidence naturelle. Et d'abord, pour les caresser (pas nécessairement dans le sens du poil), un rappel d'une petite citation interdite dans la dernière ripoublique soviétique d'Europe :
Christian Vanneste : "Je n'ai pas dit que l'homosexualité était dangereuse, j'ai dit qu'elle était inférieure à l'hétérosexualité. Si on la poussait à l'universel, ce serait dangereux pour l'humanité. Il y a un modèle social qui est celui du mariage hétérosexuel et de l'éducation des enfants".


La BAF à la Gaypride 2008 - Opération : Et si on essayait les femmes ?
Vidéo envoyée par Labaf

Enjoy !


Pour bien comprendre les tréfonds de la bêtise / capulosité gramscienne des tapettes chtarbées, façon "Act up" et consort, lisez la suite ici : Gramscisme et homosexualité 

12 JUILLET 2007

ISLAM : une menace voilée



Femme en NiqabISLAM: Femmes voilées et Terroristes sont les deux faces d'une même pièce de monnaie, une pièce de monnaie totalitaire..


--------------------------------------------------------------------------------------------
A Veiled Threat (The Wall Street Journal, July 3, 2007)
The flip side of radical Islamic totalitarianism. 
by BRET STEPHENS

Une menace voilée. (The WSJ, 3 juillet 2007)
L'autre aspect du totalitarisme islamique totalitaire
-------------------------------------------------------------------------------------------
(Traduction intégrale par Naibed)

Fin octobre de l’année passée, Jack Straw, à l’époque chef de la Chambre des Communes et ancien ministre des affaires étrangères, a déchaîné un tollé en Grande-Bretagne quand il a suggéré que quelque chose allait de travers avec cette tendance croissante, parmi les femmes musulmanes, à porter cette toile qui couvre le visage, un vêtement qui couvre de la tête aux pieds, généralement connu sous le nom de niqab. "Indélicat et surprenant" a reniflé Simon Hughes, président du parti des démocrates libéraux, au sujet des remarques de M. Straw's. "Une doctrine dangereuse," a renchéri Oliver Letwin, du parti des conservateurs. Jack Straw a provoqué une tempête de réactions préjudiciables et une intense division," estime Madeleine Bunting, chroniqueuse dans le Guardian.

Et quelle était cette chose dangereuse, peu délicate, préjudiciable et discriminante que l’honorable membre disait ? Il a dit que le port du voile avait "pour effet de rendre plus difficile l’établissement de bonnes relations entre les deux communautés." Il a dit qu'il "préfèrerait plutôt" que les femmes musulmanes abandonnent entièrement le niqab. Il a dit que "voir les visages des personnes est fondamental dans les rapports entre personnes" et il a demandé aux porteuses de niqab d’enlever leur voile en le rencontrant dans son bureau - une demande à laquelle elles avaient apparemment été heureuses de se conformer. Il a dit qu'il n'avait pas voulu être "prescriptif", que le port du voile était "une question de choix", mais que c’était néanmoins "important de mettre sur table un problème qui se présente de toute façon."

Actuellement six hommes et une femme sont retenues en garde à vue par la police en liaison avec les attentats à la voiture piégée de la semaine dernière, à Londres et à Glasgow. La vitesse avec laquelle les arrestations ont été opérées n'étonne pas : Scotland Yard et le MI5, service de renseignement intérieur de la Grande-Bretagne, sont connus pour garder des fiches sur littéralement des milliers de radicaux musulmans. Mais ce qui est surprenant, c’ est l’incapacité d’une grande partie de l'établissement britannique de faire le lien entre les terroristes du Jihad (jihadis) dans la jeep cherokee et les femmes voilées dans la rue. Les premiers sont traités comme un problème qui concerne la sécurité ; les secondes comme un problème qui concerne les droits civiques. Alors qu’il ne s’agit que les deux faces d’une même pièce de monnaie, une pièce de monnaie totalitaire.


Vu sous un angle étroit, il est facile de se prendre les pieds dans des noeuds en discutant de l'attitude correcte des sociétés occidentales envers le voile. Le libéral dit : les gens doivent généralement être autorisés à s'habiller comme ils le veulent. Mais le libéral ajoute aussi : voiler le visage d’une femme n'est pas simplement une expression de modestie sexuelle, mais aussi une oblitération de son identité publique et par conséquent une violation (même si elle est auto-imposée) de ses droits politiques. Le conservateur dit : si la liberté religieuse est élément fondamental des valeurs occidentales, et donc les droits accordés aux Amish ou aux juifs hassidiques de s'habiller comme ils le font s’applique également aux musulmans ultraconservateurs. Mais le conservateur ajoute également : les sociétés libérales ne peuvent pas permettre des pratiques intolérantes et discriminantes de s'épanouir sous la bannière du multiculturalisme, en particulier si ces pratiques sont souvent imposées par violence.


Pourtant toutes ces considérations manquent l'élément tactique 
fondamental du niqab."C’est celui d'imposer une séparation" note un ancien fonctionnaire intérieur français du ministère de l’intérieur qui a aidé à l'ébauche de l'interdiction par son pays en 2004 du couvre-chef religieux dans des écoles publiques et dans les bâtiments du gouvernement. "On le comprend mieux comme une démonstration de force intra-Musulmans, une manière d'intimider leurs propres femmes, une manière d'intimider les infidèles, une manière de se rendre eux-mêmes plus visibles, une manière de s'assurer que personne n’ignore leur vision du monde."

Dans l'Islam radical, la stratégie consiste à avancer selon deux axes : en menant une guerre pour la suprématie à l’intérieur de la communauté musulmane, et en menant une guerre pour la suprématie en dehors.


Il est un peu futile de vouloir spéculer sur ce qui a précisément incité les jihadis à l’action en ce moment particulier : ce pourrait avoir été en réaction à l’anoblissement du romancier Salman Rushdie ; ce pourrait avoir été un adieu au caniche détesté de Bush, Tony Blair; ce pourrait avoir été une invitation au cabinet du premier ministre Gordon Brown – confronté aux opposants à la guerre en l'Irak et à celle d'Israel contre le Hezbollah - de tirer les mêmes leçons que les espagnols ont tirée des attentats à la bombe à Madrid et de retirer leurs forces d'Irak et d'Afghanistan. Quoi qu’il en soit, la motivation profonde est une haine généralisée envers une civilisation qui n’arrive pas à se décider sur quoi dire ou quoi penser à propos du niqab..


Les Islamistes radicaux perdront presque certainement cette dernière guerre: la Grande-Bretagne a près de quatre décennies d'expérience dans la manière de combattre et de défaire, des terroristes autrement plus compétents. Mais le pays a les pieds bien plus fragiles, quand il s’agit de mener la première guerre contre l'Islam radical, la guerre interne.


Considérons le cas de Hizb ut-Tahrir (Parti de libération). Ce dernier est interdit en
 Allemagne pour antisémitisme et dans la plupart des pays du Moyen-Orient et d'Asie centrale parce qu’il préconise le remplacement des gouvernements existants par un califat islamique, Hizb ut-Tahrir n'a néanmoins aucun lien avéré avec le terrorisme et ne figure pas sur la liste des organisations terroristes établie par le département d'État des États-Unis.

En Grande-Bretagne « il dissémine ses pensées par la discussion avec les masses, des cercles d'étude, des conférences, la distribution de tracts," comme il l’explique sur son site Web, régulièrement mis à jour, hizb.org.uk1. Il ne voit aucune distinction entre l'Islam "politique" et "traditionnel".

Sans surprise, il est au premier rang de l'opposition à limiter l'utilisation du voile. 
Sans surprise non plus, la réaction du gouvernement britannique face à Hizb ut-Tahrir a été proche d’une paralysie totale. M. Blair a bien essayé de le faire interdire après les bombardements de juillet 2005, mais il a été repoussé par son propre gouvernement, qui ne trouvait aucune base juridique pour justifier cette interdiction et qui craignait que ce mouvement ne radicalise encore d’avantage ses membres. Ce parti (« Parti de Libération » – parti islamiste radical) s’est également facilité la vie en rejoignant les rangs de la coalition « Arrêter la Guerre », qui possède ses propres leviers dans le parti travailliste britannique.

Et c’est ainsi que l'idéologie de l'Islam radical – qui préconise la destruction de l’État d'Israël et de douzaines de gouvernements musulmans, qui justifie le massacre de troupes britanniques en Irak et en Afghanistan au nom d’Allah, qui approuve les buts d'Al Qaeda même si il n'approuve pas explicitement les moyens , et qui utilise le vocabulaire de la liberté pour favoriser un totalitarisme théocratique - prend pied dans la vie politique britannique. Il fait tout ceci ouvertement et librement, parce que la seule menace que le gouvernement semble prendre au sérieux est celle qui accompagne du bruit d'une explosion. Mais il y a des menaces plus graves qui se cachent dans une vue plus large. Pour les voir, M. Brown et tout son gouvernement auraient besoin d’enlever le voile qu’ils ont devant leurs propres yeux.


.

30 JUIN 2007

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir

ISLAM : What the West Needs to Know
An examination of Islam, violence, and the fate of the non-Muslim world.Un examen de l'Islam, de sa violence, et du destin du monde non-musulman.
Main Idea
Virtually every major Western leader has over the past several years expressed the view that Islam is a peaceful religion and that those who commit violence in its name are fanatics who misinterpret its tenets. This claim, while widely circulated, rarely attracts serious public examination. Relying primarily on Islam’s own sources, this documentary demonstrates that Islam is a violent, expansionary ideology that seeks the destruction or subjugation of other faiths, cultures, and systems of government.

Idée principale.
P
ratiquement chaque responsable occidental de quelque importance a défendu l’opinion, par le passé, que l'Islam était une religion paisible et que ceux qui commettent la violence en son nom sont des fanatiques qui interprètent mal ses principes. Cette assertion, bien que largement diffusée, a rarement fait l’objet d’un examen sérieux et public. Fondé principalement sur les propres sources de l'Islam, ce documentaire démontre au contraire que l'Islam est une idéologie violente et expansionniste qui vise à la destruction ou à l'assujettissement des autres religions, des autres cultures, et des autres systèmes de gouvernement.
Content
The documentary consists of original interviews, citations from Islamic texts, Islamic artwork, computer-animated maps, footage of Western leaders, and Islamic television broadcasts. Its tone is sober, methodical, and compelling.

Contenu
le documentaire se compose des interviews originales, des citations de textes islamiques, de reproductions de dessins islamiques, des cartes animées par ordinateur, d’enregistrement d’interventions de responsables occidentaux, et d’émissions de télévision islamique. Sa tonalité est sobre, méthodique, et irréfutable.
Robert Spencer
JihadWatch.org
The Truth About Muhammad
Walid ShoebatWhy I Left Jihad
Bat Ye'orThe Decline of Eastern Christianity Under Islam
Serge TrifkovicThe Sword of the Prophet
Abdullah Al-ArabyThe Pen vs. Sword Publications
Vidéo originale (anglais, sans sous-titres):
http://www.whatthewestneedstoknow.com/about_the_project.asp
Traduction française (vidéo complète - durée environ 1heure):
http://video.google.com/googleplayer.swf?docId=-7524727529706125858
NB: Ce même document vidéo, mais scindé, pour la commodité, en 7 parties (une intro + six chapitres) est consultable dans les parties détaillées de ce dossier (ou encore, ici )



Outline of the Documentary

Introduction
We hear from prominent Western leaders that Islam is peaceful and that those who commit violence in its name are heterodox fanatics.

IntroductionNous entendons des personnalités occidentales de premier plan nous affirmer que l'Islam est paisible et que ceux qui commettent la violence dans son nom sont des fanatiques hétérodoxes.
Part 1: ‘There is no God but Allah and Muhammad is his Prophet’
Our interviewees affirm their belief that Islamic violence is entirely orthodox behavior for Muslims and stems directly from the teachings and example of the Prophet Muhammad and the commands of the Koran. We learn that the example of Muhammad is one of a violent warlord who killed numerous people. The Koran – the verbatim words of Allah – prescribes violence against non-Muslims and Muhammad is the perfect example of the Koran in action.
Partie 1 : « Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est Son Prophète »Nos interviewés affirment leur conviction que la violence islamique est comportement entièrement orthodoxe pour des musulmans et découlent directement des enseignements et de l’exemple du prophète Muhammad et des injonctions de Coran. Nous apprenons que l'exemple de Muhammad est celui d’un seigneur de guerre extrêmement violent, qui a tué de nombreuses personnes. Le Coran - les mots in extenso d'Allah - prescrit la violence contre les non-musulmans et Muhammad est l'exemple parfait du Coran en action.
Part 2: The Struggle
We learn that jihad, while literally meaning 'struggle', in fact denotes war fought against non-Muslims in order to bring the rule of Islamic law to the world. Violent death in jihad is, according to the Koran, the only assurance of salvation. One of our interviewees tells of his personal involvement in terrorism and his leaving Islam.

Partie 2 : La lutte
Nous apprenons que le jihad, tout en littéralement signifiant la 'lutte', désigne en fait la guerre, le combat contre les non-musulmans, afin d'imposer la règle de la loi islamique au monde.
La mort violente dans le jihad est, selon Coran, la seule assurance du salut. Un de nos interviewés raconte sa participation personnelle dans le terrorisme et comment il a été amené à abandonner l’Islam.
Part 3: Expansion
Following the death of Muhammad, his 'rightly-guided' successors carried his wars to three continents, fighting, enslaving, and massacring countless Christians, Jews, Zoroastrians, Hindus, and others. Islam did not spread through evangelism or through its natural appeal, but through aggressive wars of conquest. The Crusades were largely a belated response on the part of Christian Europe to rescue Christians in the 
Holy Land suffering under Muslim oppression. The Muslim world today, while no longer the unified empire of the Caliphs, is exceptional for being responsible for the vast majority of conflicts around the world and for almost all of international terrorism.
Après la mort de Muhammad, ses successeurs, dans le droit fil de son action, ont étendu la guerre à trois continents, combattant et asservissant les chrétiens, les juifs, les zoroastriens, les hindous, tout en perpétrant d’innombrables massacres. L'Islam ne s’est pas développé par l'évangélisation ou par un attrait naturel de la religion, mais par des guerres agressives de conquête. Les croisades étaient en grande partie une réponse tardive de la part de l'Europe chrétienne pour délivrer les chrétiens souffrant en terre sainte de l'oppression musulmane.
Le monde musulman d’aujourd'hui, bien que n’étant plus l'empire unifié des Califes, continue à être exceptionnellement violent, et est responsable de la grande majorité de conflits autour du monde et de presque de tout le terrorisme international.
Part 4: ‘War is Deceit’
A great problem with Western efforts to understand Islam is due to the Islamic principle of 'religious deception', which enjoins Muslims to deceive non-Muslims in order to advance the cause of Islam. Muslim groups today in the West employ deception and omission to give the impression that 'Islam is a religion of peace', an utter fiction.

Partie 4 la guerre est tromperie
Un sérieux problème entrave les efforts occidentaux de comprendre l'Islam, et il est dû au principe islamique de la ‘tromperie religieuse’, (al Taqqiya). Ce principe encourage les musulmans à tromper des non-musulmans pour faire avancer la cause de l'Islam. Les groupes musulmans aujourd'hui en occident utilisent la dissimulation et l'omission pour donner l'impression que l' Islam est une ‘religion de paix ‘, ce qui est une fiction totale.
Part 5: More than a Religion
The most important characteristic of Islam not understood by the West is that it is more a system of government than a personal religion. Throughout its history, Islam has never recognized a distinction between the religious and the secular/political. Islamic law governs every aspect of religious, political, and personal action, which amounts to a form of totalitarianism that is divinely enjoined to dominate the world, analogous in many ways to Communism.

Partie 5 : Bien plus qu'une religion
La caractéristique la plus importante de l'Islam, une caractéristique mal comprise de l'occident, est que l’islam est bien plus un système de gouvernement qu'une simple religion personnelle.
Dans toute son histoire, l'Islam n'a jamais fait de distinction entre la sphère religieuse et la sphère laïque et politique. La loi islamique régit chaque aspect de l'action religieuse, de l'action politique, et de l'action personnelle, ce qui en fait une forme de totalitarisme d’ordre divin encouragé à dominer le monde ; et qui présente, de bien des manières, des analogies avec le communisme.
Part 6: The House of War
Islamic theology divides the world into two spheres locked in perpetual combat, dar al-Islam(House of Islam - where Islamic law predominates), and dar al-harb (House of War - the rest of the world). It is incumbent on dar al-Islam to fight and conquer dar al-harb and permanently assimilate it. Muslims in Western nations are called to subvert the secular regimes in which they now live in accordance with Allah's command. Due to political correctness and general government and media irresponsibility, the danger posed by observant Muslims in the West remains largely unappreciated.
Partie 6 : La Maison de la GuerreLa théologie islamique divise le monde en deux sphères bien closes, et en combat perpétuel. Le Dar Al-Islam (la Maison de l'Islam) - où la loi islamique prédomine, et le dar Al-harb (la Maison de la guerre) - le reste du monde. Il incombe au Dar Al-Islam de combattre et de conquérir le Dar Al-harb, et de l'assimiler de manière permanente. Les musulmans vivant dans les nations occidentales sont appellé à renverser les régimes séculaires dans lesquels ils vivent actuellement, selon l’ordre d'Allah.
Pour des raisons de « politiquement correct » et pour des raisons d'irresponsabilité de nos gouvernements et de nos médias, le danger posé par les musulmans pratiquant en occident reste, en grande partie, oblitéré.


ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (Intro)


Introduction
Tony Blair : Pour finir, je souhaite rappeler, comme je l’ai déjà fait souvent, qu’il ne s’agit pas d’une guerre avec l’islam. Ce qui me met en colère, tout comme cela irrite une vaste majorité de musulmans, c’est que l’on décrive Ben Laden et ses associés comme des « terroristes islamiques » : ce ne sont que des terroristes, purement et simplement. L’islam est une religion pacifique et tolérante. Et les actes de ces gens sont tout à fait contraires aux enseignements du Coran
G.W. Bush Je veux aussi, ce soir, m’adresser directement aux musulmans de par le monde. Nous respectons votre foi. Elle est pratiquée librement par des millions d’Américains, et par des millions d’autres dans des pays que l’Amérique compte parmi ses amis. Ses enseignements sont bons et pacifiques. Et ceux qui font le mal au nom d’Allah profanent le nom d’Allah, des terroristes
Bill Clinton Je veux que vous compreniez, je veux que le monde comprenne, que nos actions aujourd’hui ne visaient pas l’islam, la religion de millions de bonnes gens, qui aiment la paix, de par le monde, y compris aux Etats-Unis. Aucune religion n’excuse le meurtre d’innocents, hommes, femmes ou enfants. Mais nos actions visaient les fanatiques et les assassins qui habillent le meurtre du manteau de la vertu et qui, en agissant ainsi, profanent la grande religion au nom de laquelle ils prétendent agir.
[Kenneth Bigley]
[Born England – 1942 ]
[Kidnapped and Executed Iraq – 2004]
Mon nom est Ken Bigley de Liverpool, du quartier de Walton.
Je suis ici en Irak, et je pense que c’est peut-être ma dernière chance de parler à quelqu’un qui m’écoutera depuis l’Europe. J’ai besoin que vous soyez compatissant comme vous avez toujours dit que vous l’étiez et que vous m’aidiez […] Je ne veux pas mourir […]
(suivent les vociférations du groupe musulman d’Abu Musab al-Zarqawi, psalmodiant le coran, avant d’égorger leur victime, Ken Bigley, aux cris de « Ouallah Akhbar », « Ouallah Akhbar»..)

ISLAM : WHAT THE WEST NEEDS TO KNOW
( ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir )
Serge TRIFKOVIC : La tendance qu’ont les dirigeants politiques occidentaux à nier le lien entre l’islam orthodoxe prédominant et la violence terroriste est reproduite dans les universités et dans les médias où que vous regardiez… A la fois en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord. Les membres de l’élite ont cette tendance à déclarer que l’islam - un islam mystérieux et « authentique » - est pacifiste et tolérant, et que ces musulmans enclins à la violence ne constituent qu’une frange aucunement représentative. J’apprécierais vraiment si les gens qui font de telles déclarations pouvaient ensuite expliquer la continuité de la violence depuis les premiers temps de l’islam, depuis les jours du Prophète et de se successeurs immédiats, à travers les quatorze siècles d’histoire attestée.
Robert SPENCER : La question vraiment cruciale dans le monde d’aujourd’hui est : Est-ce que l’islam – et la civilisation islamique – approuvent réellement la violence que nous observons, perpétrée en son nom de par le monde. Et à cela, nous devons répondre, si nous voulons être honnêtes, par un « oui » sans réserves. Les sources islamiques, les textes islamiques, à commencer par le Coran, mais sans se limiter à lui, les textes islamiques, incluant les hadiths, la tradition islamique, la théologie islamique, le droit islamique, la tradition de l’interprétation du Coran à travers l’histoire, et l’histoire islamique elle-même, tous témoignent du fait que la doctrine, la théologie et la loi de l’islam autorisent l’usage [de la violence] contre les non-croyants.
(BAT YE’OR, auteur de « The Dhimmi : Jews and Christians under Islam »)
Bat Ye’or : Les origines se trouvent, bien entendu, dans le désir musulman d’imposer au monde entier la seule religion - la seule religion légitime – qui est l’islam. Et la suppression de toutes les autres religions afin d’instaurer le respect des règles d’Allah sur la planète toute entière. C’est un devoir religieux, qui incombe à la communauté toute entière, et que la communauté musulmane est obligée d’imposer, parce qu’ils sont obligés d’obéir aux ordres d’Allah et que c’est le désir d’Allah ainsi qu’il est exprimé dans la révélation coranique.
Abdullah Al-ARABY : Je crois que ces terroristes qui veulent faire du mal aux autres appliquent le vrai islam, celui qui était pratiqué par Mahomet et ses compagnons dans les premiers temps de l’islam.


[◄ PRECEDENT] - - - - - - [RETOUR AU RÉSUMÉ] - - - - - - [SUITE ►]

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (1)


PART 1. « There is no God but Allah and Muhammad is his Prophet »
Partie 1. « Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est Son Prophète »
Dans la théologie islamique, le prophète Mahomet est considéré comme « al-insan al-kamil », c'est-à-dire l’Homme Parfait. Il est le modèle par excellence à imiter, il est la personne à qui plus un musulman ressemble, mieux cela vaut pour lui. Le prophète Mahomet est donc révéré, de nos jours, dans le monde islamique, en tant que principal modèle de comportement humain.
(Walid SHOEBAT, Auteur de « Why I left Jihad »)
Walid SHOEBAT : Mahomet, le prophète de l’islam, nettoya l’Arabie Saoudite de la présence juive ; il y avait trois tribus – les Banu Nadhir, les Banu Qorayza et les Banu Qaynoqa. Nous étudiions cela fièrement à l’école, la façon dont Mahomet, prophète de l’islam, avait ordonné la décapitation des hommes juifs des Banu Qorayza, et dont leurs femmes avaient été prises comme concubines. Un enfant qui présentait des poils pubiens était décapité. La population juive a donc été, selon le cas exilée, ou décapitée.
L’histoire de Rabbi Kinana est une histoire bien connue et documentée en islam. Rabbi Kinana fut torturé sur ordre du prophète de l’islam lui-même. On lui arracha les yeux, on le brûla, pour lui faire avouer où la tribu juive cachait son or, son argent, etc. Ca vient tout droit des hadiths. Cela nous inspirait, nous les palestiniens, cela nous donnait l’inspiration pour mener le jihad contre les juifs, en Palestine
AUTHORATIVE ISLAMIC HISTORY
The Life of Muhammad / Sirat Rasul Allah
By Muhammad bin Ishad (d 773 AD)
Edited by Abdul Malik bin Hisham (d 840 AD)
Translated by Prof Alfred Guillaume (1955)
HISTOIRE ISLAMIQUE OFFICIELLE
La vie de Mahomet (Sirat Rasul Allah)
Par Mohammed ibn Ishâq (mort en 773 ap. JC)
Edité par Abdul Malik ibn Hishâm (mort en 840 ap. JC)
Traduit par le professeur Alfred Guillaume (1955)
(traduction française basée sur celle de Wahib Atallah (2004) )
Alors les Banu Qurayza (ou ‘Qorayza’) se rendirent, et le prophète les fit enfermer à Medine […].
Il alla ensuite sur la place du marché de Médine, et y fit creuser des fossés. Puis il les fit venir et, par petits groupes, leur coupa la gorge sur le bord des fossés. Ils étaient 600 à 700 hommes, bien que certains disent même 800 ou 900.
[Naibed] NB: pour trouver une source de documentation très complète sur les origines de l’Islam :
http://www.islam-documents.org/
http://www.islam-documents.org/chap11.html
Robert SPENCER : un autre exemple, qui est peut-être encore plus terrifiant, de l’influence nocive qu’à le modèle de Mahomet sur le monde islamique, est celui, récent, de cet égyptien, leader d’un parti extrémiste musulman, qui a écrit tout récemment qu’il ne pouvait pas croire que les décapitations en Irak soient causes de protestations chez des musulmans. Ne savaient-ils pas que le prophète Mahomet lui-même avait décapité personnellement entre 600 et 900 hommes, des membres de la tribu des Qorayza en Arabie, après les avoir vaincus ? Ne réalisaient-ils pas que, si le prophète l’avait fait, alors c’était la bonne façon de se comporter.
Et donc que les moudjahiddins qui décapitent des gens en Irak ne font que suivre l’exemple du prophète. Nous pouvons dès lors voir que puisque le prophète Mahomet a pris part lui-même à beaucoup de batailles et de raids, et qu’il a effectué ces décapitations, qu’il a ordonné l’assassinat de plusieurs de ses adversaires politiques, et qu’il se soit comporté de manière générale en chef de guerre typique du VII° siècle, le problème est que lorsque tout ceci est transféré au XXI° siècle, à un comportement dans le contexte du XXI° siècle, ce que vous obtenez, ce sont des terroristes.
Le Coran occupe une place qui n’a pas de parallèle dans la civilisation occidentale. Le Coran est considéré par les musulmans et par la théologie islamique traditionnelle comme ayant été dicté mot à mot par Dieu, par Allah lui-même, via l’ange Gabriel au prophète Mahomet.
En conséquence, chacun de ses mots est un mot de Dieu lui-même. Chaque mot du Coran, à moins qu’il ne soit annulé par un autre passage du Coran lui-même, est valable à jamais et ne peut pas être mis en doute, ne peut pas être réformé, ne peut pas être changé dans un contexte islamique. Ceci signifie que les musulmans modérés, les musulmans pacifiques, s’ils sont sincères, doivent rejeter entièrement le littéralisme coranique.
Mais agir ainsi les place hors de la sphère de tout ce qui a jamais été considéré comme étant l’islam orthodoxe à travers les siècles. Parce qu’agir ainsi, c’est rejeter le principe de base même de l’islam, à savoir que ce livre a été dicté par Dieu, et qu’il est la copie parfaite d’un livre parfait – « Umm al-Kitâb », la « mère du livre » - qui existe depuis toujours auprès d’Allah dans les Cieux.
THE NOBLE KORAN
Translated with Parenthetical Notes by Dr Muhammad Taqi-ud-Din Al-Hitali
Traduction française basée sur celles de Muhallad Hamidullah et de Regis Blachère.
Coran Sourate 98, verset 6 : les infidèles [ceux qui n’auront pas cru à l’islam, au Coran et à Mahomet] parmi les gens du Livre [juifs et chrétiens], ainsi que les Associateurs [polythéistes] iront au feu de l’Enfer, pour y demeurer éternellement. De toutes les créatures, ce sont les pires.
Serge TRIFKOVIC : Le Coran est donc simplement un ensemble d’ordres directs et de descriptions narratives de ce qui arrivera si ces ordres ne sont pas suivis, des descriptions parfois très déformées provenant du judaïsme et du christianisme. A cause de la nature normative de ces commandements, le deuxième corpus le plus important pour la jurisprudence et l’entité islamique est la Tradition prophétique, les hadiths.
Robert SPENCER : Les hadiths sont indispensables pour donner un quelconque sens au Coran, parce que dans le Coran, Allah s’adresse à Mahomet et ils discutent d’incidents de la vie de Mahomet, mais ils ne disent pas ce dont il est question. Il faut donc aller chercher dans les hadiths, la tradition du prophète Mahomet, pour comprendre ce qui est dit dans le Coran et pourquoi.
Les hadiths comprennent de très nombreux volumes de traditions liées au prophète. Différents érudits musulmans à partir du VIII° siècle, ce qui représente un temps considérable écoulé depuis la mort du prophète en 632, ont commencé à collecter ces traditions et à essayer par différents moyens, de séparer celles qui étaient authentiques de celles qui ne l’étaient pas.
D’un point de vue islamique, si quelque chose que Mahomet a fait ou dit est enregistré dans l’un de ces livres, elle possède une autorité qui n’est inférieure qu’à celle du Coran. Et dans ces livres, il y a beaucoup de choses qui éclairent ce que dit le Coran, et comment il s’applique aux musulmans de nos jours.
AUTHORATIVE TRADITIONS OF THE PROPHET MUHAMMAD
The hadiths of SAHIH AL-BUKHARI
Translated with Parenthetical Notes byDr Muhammad Muhsin Khan.
TRADITIONS OFFICIELLES DU PROPHETE MAHOMET
Les hadiths du SAHIH AL-BOUKHARI
Traduction française basée sur Al-Bayan v2.0
SAHIH AL-BOUKHARI Volume 4, livre 52, Hadith 53 : Le prophète a dit :
« Il n’est point d’homme ayant obtenu auprès d’Allah une récompense [dans l’au-delà] qui se réjouirait à l’idée de revenir sur cette terre, obtînt-il même tout ce bas monde et ce qu’il contient. Il faut cependant faire une exception pour le martyr, qui, ayant vu la supériorité de son statut, se réjouirait de revenir sur terre pour être de nouveau tué (dans la voie d’Allah) ».
Le prophète a dit : « Une matinée ou une soirée d’effort [de lutte] dans le sentier d’Allah vaut mieux que tout ce sur quoi le soleil se lève et se couche. »
Serge TRIFKOVIC : Puisqu’il n’y a pas de notion de moralité naturelle en islam, vous devez aller dans le Coran ou dans les hadiths pour trouver ce qui est permis et ce qui n’est pas permis…
Robert SPENCER : Et dans ces livres, nous avons des instructions très claires de la part du prophète Mahomet, disant qu’il est de la responsabilité des musulmans de rencontrer les non-croyants sur le champs de bataille, de les inviter à accepter ou l’islam, ou le statut de dhimmi, statut de citoyen de seconde classe dans l’état islamique. Et s’ils refusent ces deux options, alors de leur faire la guerre.
Coran 9:29 Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit, et qui ne professent pas la religion de la vérité [l’islam],parmi ceux qui ont reçu le Livre [juifs et chrétiens], jusqu’à ce qu’ils versent la Jizyah [taxe de capitation] de leurs propres mains, et alors qu’ils sont humiliés.
Walid SHOEBAT : Le Coran peut être décomposé en deux partie. L’une est appelée « Mekkiya », c'est-à-dire ce qui a été inspiré à Mahomet, prophète de l’islam, à La Mecque ; l’autre est nommée « Mediniya », ce qui a été inspiré au prophète de l’islam, à Médine (ou Yathrib). A la Mecque, vous trouvez la plupart des versets pacifiques ; Mahomet vivait alors en paix et en harmonie avec les communautés juives et chrétiennes, alors il y avait de nombreux versets dans le Coran qui [reflètent ça], les musulmans priaient même en se tournant vers Jérusalem ! Il y a alors beaucoup d’éléments qui montrent une unité entre les confessions juive, chrétienne et musulmane.
Serge TRIFKOVIC : Il y a en effet quelques versets dans le Coran qui pourraient être qualifiés de pacifiques et tolérants ; notamment l’injonction contre l’utilisation de la contrainte en matière de religion. Ces versets datent presque toujours des débuts de la carrière prophétique de Mahomet dans sa ville natale de La Mecque, alors qu’il était sans pouvoir, qu’il commençait à peine à attirer des disciples.
Abdullah Al-ARABY : Seuls quelques parents et amis avaient accepté la religion à cette époque, et il avait beaucoup d’ennemis, alors les révélations de cette époque étaient très pacifiques.
Serge TRIFKOVIC : Et tout change avec l’instauration du petit état théocratique de Mahomet dans la ville de Médine. Il devient un seigneur de guerre, il devient le chef d’un état totalitaire, il devient très riche, très puissant, et très intolérant. Et alors, beaucoup de ces premiers versets sont en fait abrogés.
Robert SPENCER : Dans le Coran, sourate 2, verset 106, il est dit, ou plutôt Allah dit que « Si nous abrogeons (« Nous », c’est Allah), si nous abrogeons un verset quelconque, nous en apportons un meilleur. »
Coran 2:106 : Si nous abrogeons un verset quelconque ou que nous le fassions oublier, nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent ?
Robert SPENCER : C’est la base, le fondement de la doctrine coranique du « naskh », c’est-à-dire de l’abrogation. L’idée est que, lorsque des versets sont contradictoires, ou semblent être contradictoires dans le Coran, celui qui a été révélé le plus tardivement, chronologiquement, est le meilleur, comme Allah l’a promis, et annule le premier.
Walid SHOEBAT : C’est alors que la violence commença. A partir de là, il fallut choisir entre versets pacifiques et non pacifiques, et …le décret fut que les premiers étaient dès lors annulés.
Serge TRIFKOVIC : C’est en effet un concept très curieux pour un non-musulman d’accepter l’idée que Dieu puisse changer d’avis sur certains sujets, et puisse émettre une injonction en 614 ap. JC …
=> Coran 2:256 : Nulle contrainte en religion !
Serge TRIFKOVIC : …puis une autre, très différente en 627 ap. JC …
=>
Coran 9:5 : […] Tuez les infidèles où que vous les trouviez […].
Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakat
[càd : acceptent l’islam] alors laissez leur la voie libre.
Serge TRIFKOVIC : mais c’est effectivement ce qui s’est passé en islam.
Robert SPENCER : Il est très important de comprendre que le Coran n’est pas organisé chronologiquement, il est organisé simplement [selon la longueur des sourates], en commençant par le chapitre le plus long et en terminant par le plus court.
Serge TRIFKOVIC : Vous trouverez donc dans le livre lui-même certains des versets les plus tolérants plus loin dans le livre que les plus intolérants, ceux qui prônent la violence et la subjugation des infidèles, mais ça ne veut pas dire qu’ils soient venus plus tard, c’est même plutôt le contraire. S’il y a jamais deux injonctions, celles qui ont été révélées plus tard à Médine sont celles qui restent valables, et les plus anciennes, datant de La Mecque, qui sont abrogées.
Walid SHOEBAT : Les versets pacifiques furent rendus « mansukha », c'est-à-dire, nuls et non avenus, par des versets comme celui de l’Épée.
Robert SPENCER : La théologie islamique traditionnelle affirme que le neuvième chapitre du Coran, la sourate 9, est la dernière révélée dans la carrière du prophète ; et c’est la seule à ne pas commencer par « Bismillah ar-rahman ar-rahim » (Au nom d’Allah, le clément, le miséricordieux). Certains ont dit que c’était parce qu’il n’y a ni clémence, ni miséricorde dans ce chapitre, et qu’il contient l’avis final du Coran sur le jihad et, en particulier, sur la façon dont les musulmans doivent se comporter vis-à-vis des non-croyants. C’est dans cette sourate que l’on trouve le célèbre « verset de l’Épée ».
Walid SHOEBAT : Que dit le verset de l’Épée. C’est très clair. « Lorsque les mois sacrés sont écoulés, tuez les associateurs où que vous les trouviez, capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Tuez-les où que vous les trouviez ! »
En fait, je me suis converti au christianisme. Mahomet a clairement déclaré qu’à la fin
des temps, nombre de gens quitteront la foi pour une autre. « Tuez-les où que vous les trouviez »…Alors… c’est ce que l’Occident doit comprendre. Quelle partie de « Tuez » ne comprennent-ils pas ?

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (2)


PART 2. The Struggle
Partie 2. La lutte
(The White House. Washington)
Interview de Condoleeza Rice à la Maison Blanche. Washington)
Journaliste : …vous dites que le Président a réitéré son message de tolérance, et l’importance du fait qu’il ne s’agit pas d’une campagne contre l’islam, ni contre les nations arabes en général. Est-ce que ça a été communiqué aux administrations des nations de cette partie du monde à laquelle vous avez récemment parlé, que c’est quelque chose d’absolument crucial qu’il faut que le Président fasse, non pas juste une fois, mais constamment ? Et si oui, pourquoi ?
Condoleeza Rice : Nous sommes un pays qui estime les gens non pas selon leurs croyances religieuses, ni suivant leur couleur, mais selon le fait que nous sommes tous américains. C’était la première partie du message. La seconde partie du message, c’est que nous avons beaucoup d’amis de par le monde qui sont musulmans. Nous avons des pays qui sont amis de longue date des Etats-Unis et qui sont de confession islamique, et le Président voulait qu’il soit très clairement dit qu’il ne s’agit pas d’une « guerre de civilisations », que ce n’est pas une guerre contre l’islam. C’est une guerre contre des gens qui, de maintes façons, dénaturent ce que l’islam représente. L’islam soutient la paix, et soutient la non-violence, et il voulait que ce soit très clair. Oui. Bien sûr.
Robert SPENCER : L’islam et la civilisation islamique sont uniques par leur position vis-à-vis des non-croyants ; l’islam est la seule religion qui ait développé une doctrine, une théologie et un droit qui donne mandat d’utiliser la violence contre les non-croyants.
Il y a des musulmans pacifiques, des musulmans qui sont modérés de par le monde, qui vivent harmonieusement avec leurs voisins non-musulmans, et n’ont nulle intention de leur faire la guerre d’aucune façon. Mais le fait est qu’ils ne trouvent que de très minces justifications à leur propre tranquillité dans les sources islamiques elles-mêmes. Et s’ils veulent vivre en paix avec leurs voisins, ce n’est que parce qu’ils ignorent ce que l’islam préconise comme comportement aux musulmans envers les non-croyants, ou bien parce qu’ils ont explicitement, consciemment rejeté ces éléments de l’islam. En résumé, il y a des musulmans pacifiques et modérés, mais pas d’islam pacifique et modéré.
Toutefois, l’idée que l’islam est une religion de paix est paradoxalement soutenue même par les plus violents et les plus extrémistes des musulmans. Saïd Qutb (1), le théoricien musulman égyptien, dont les écrits sont tenus en haute estime par les musulmans radicaux actuels, écrivait que l’islam était une religion de paix, et insistait là-dessus. Lorsqu’on étudie ses écrits, il devient clair que ce qu’il voulait dire, c’est que l’islam est destiné à établir l’hégémonie de la loi islamique sur le monde. Lorsque cette hégémonie sera établie, la paix règnera sur le monde. D’où : l’islam est une religion de paix.
(1) Sayyid Qutb 1906 - 1966
Walid SHOEBAT : Mais le problème est que les musulmans paisibles ne comprennent pas ce qui découle de la jurisprudence de l’islam. Si vous examinez l’interprétation de ces versets à l’université d’Al Azhar, dans les écoles enseignant la charia, à Jérusalem, en Jordanie, en Syrie, à Damas, à travers tout le Moyen-Orient, la jurisprudence de l’islam décrète clairement et énergiquement que le verset de l’Épée a annulé tous les versets pacifiques. Que dit le verset de l’Épée ?
Coran 9:5 : Quand les mois sacrés seront expirés, tuez les Mouchrikoun [infidèles] où que vous les trouviez ! Capturez-les, assiégez-les et dressez pour eux des embuscades. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât [la prière islamique] et acquittent la Zakat [l’aumône], alors laissez leur la voie libre, car Allah est pardonneur et miséricordieux.
Walid SHOEBAT : « Tuez-les où que vous les trouviez ! »… Il ne s’agit pas de tuer allégoriquement. C’est tuer littéralement. Ce sont les meurtres de Zarqaoui, face à la caméra, ce sont les lynchages que vous voyez à Ramallah, c’est le massacre de plus d’un million de soudanais au Soudan, c’est le fait de couper les mains et pieds opposés, et voilà le dilemme…
Les versets pacifiques, même dans les versets pacifiques qui sont cités, même par Bush… voyez le verset suivant : « quiconque tuerait une personne sans que celle-ci ait tué ou semé le scandale sur la terre, [sera jugé] comme s’il avait tué tous les hommes ». Vous trouverez le même verset dans la tradition biblique judéo-chrétienne. Mais la plupart des occidentaux ne vont jamais voir la suite qui rend les choses très claires : « mais pour ceux qui sèment la corruption sur terre, alors, coupez leur la main et le pieds opposés, et crucifiez-les. »
Littéralement.
Et c’est ce que vous voyez. Ce qui se passait en Afghanistan. C’est ce que vous voyez se produire au Soudan. Une énorme quantité de crucifixions, de massacres, de décapitations. Et les amputations, et les assassinats en publics.
Ils veulent vraiment revenir à l’islam tel qu’il était jadis. C’est pour cela que cela s’appelle le fondamentalisme islamique.
Coran 5:33 « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, qu’ils soient tués ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment ».
Sahih Al-Bukhari Vol 8 Book 82, Hadith 795 : le prophète ordonna de couper les mains et les pieds d’hommes appartenant à la tribu d’Urayna et de ne pas cautériser [leurs membres qui saignaient] jusqu’à ce qu’ils meurent »
ABDULLAH Al-ARABY : Il n’y a aucune assurance de ce que l’on nomme dans le christianisme le salut, pas d’assurance d’être sauvé, ni de garantie d’aller au Ciel. Cependant, il y a des choses qui peuvent aider. Par exemple, si un musulman meurt alors qu’il exerce le jihad, il est censé aller au Paradis.
Walid SHOEBAT : Dans la pensée islamique, l’assurance de votre salut est de mourir en martyr, en accord avec les versets du Coran : Wala tahsabanna allatheena qutiloo fee sabeeli Allahi amwatan bal ahyaon AAinda rabbihim yurzaqoona. « Et ne crois point que ceux qui ont été tués dans le Chemin d’Allah – dans le jihad – sont morts. Au contraire ! ils sont vivants… ». Ceci assure donc le salut.
Robert SPENCER : C’est le calcul qu’il y a derrière les attentats-suicides modernes. Beaucoup de gens diront, les défenseurs contemporains de l’islam diront que l’islam interdit le suicide. Et c’est tout à fait malhonnête, aprce que tous ceux qui prônent, tous ceux qui défendent les attentats-suicides dans le monde islamique commencent par dire qu’il ne s’agit pas de suicide, l’intention de la personne n’est pas de se tuer elle-même, l’intention de la personne est d’en tuer d’autres, et ça, c’est approuvé, parce qu’il s’agit du jihad islamique. Et s’ils sont tués eux-mêmes dans l’opération, c’est une conséquence inévitable de leur action, pour laquelle ils seront récompensés en tant que martyrs au Paradis.
Serge TRIFKOVIC : Le Coran est assez clair quand à la récompense céleste qui attend un jihadiste qui tombe en combattant dans le sentier d’Allah. Il se verra accorder l’accès immédiat au Paradis, et le paradis est un paradis extrêmement sensuel. Il est rempli de houris, des beautés aux yeux noirs qui attendent les martyrs, et la gratification qui s’ensuite est tout à fait inappropriée pour un public familial.
Robert SPENCER : Le Coran ne contient aucune garantie d’accéder au Paradis, excepté pour ceux qui tuent et sont tués pour la cause d’Allah.
Coran 9:111 : En vérité, Allah a acheté aux croyants leur personne et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le Chemin d’Allah. Ils tuent ou sont tués.
[…] Réjouissez-vous de l’allégeance que vous avez conclue avec Lui. C’est là l’Immense [le Suprème] Succès.
Robert SPENCER : En d’autres mots, le Paradis n’est garanti que pour les gens qui sont tuéstandis qu’ils tuent eux-mêmes pour établir l’hégémonie d’Allah ou de la Loi islamique dans le monde.
ABDULLAH Al-ARABY : Le jihad en islam peut être spirituel ou physique. Le jihad spirituel, c’est s’évertuer à être un meilleur musulman. Mais il y a aussi la partie physique du jihad, que l’on ne peut éliminer de l’islam…
Walid SHOEBAT : « Jihad », en islam, veut dire « lutte ». C’est la signification littérale du mot « lutte ». Mais c que l’Occident ne comprends pas, c’est que les hadiths, la compilation des traditions liées à Mahomet, prophète de l’islam, contiennent près d’une centaine de hadiths concernant le jihad ; et si vous les examinez, ils concernent tous le glaive, la guerre, ou un effort militaire.
Et à la fin d’une expédition militaire, une expédition de jihad, il a dit « je retourne maintenant au jihad intérieur », à la lutte intérieure. En fait, j’ai eu cette conversation avec un islamiste un jour, qui m’a dit : « Allez, Walid, dit à l’Occident que jihad veut simplement dire lutte ». je lui ai dit : « Oui, ça veut dire ‘lutte personnelle’, tu as raison. Jihad veut dire ‘ lutte personnelle’ . Mais ‘ Mein Kampf’ aussi ! ‘ Mein Kampf’ veut dire ‘Mon combat’ ; et c’est ainsi que les islamistes voient le jihad.
Serge TRIFKOVIC : C’est un élément très dangereux des enseignements islamiques parce que cette gratification immédiate qui récompense le martyr est un concept séduisant. Et, en passant, lorsque ces soi-disant opérations de martyre sont menées par le Hamas, ce qui est annoncé des minarets des mosquées, ce n’est pas la mort d’untel ou d’untel, qui a mené l’attaque, mais le mariage d’untel ou untel avec les houris. En d’autres mots, ils suggèrent immédiatement que, loin de devoir pleurer sa disparition, la fin de sa vie physique, ses parents devraient être heureux et célébrer, organiser une fête, parce que leur fils est maintenant non seulement au Ciel, mais y est accueilli par ces beautés voluptueuses.
Walid SHOEBAT : Chahid… le mot « chahid » signifie « témoin ». « Témoigner », « attester ».Attester qu’il n’y a de Dieu qu’Allah et que Mahomet est son prophète. Et vous mourrez en chahid pour cette cause. Vous êtes un témoin, on vous considère comme un témoin, un « martyr ».
Et un martyr, on lui rend gloire. Votre famille vous rendra gloire après votre mort.
En tant que fondamentaliste vivant au Moyen-Orient, j’ai du être initié, je devais en gros ou tuer mon premier juif, ou détruire ma première infrastructure « sioniste ». Je devais prouver, sans l’ombre d’un doute, que j’étais méritant. Et il y a une grande quantité d’étudiants, d’adolescents, d’hommes, qui sont prêts à mourir en « martyrs », prêts à s’harnacher d’explosifs. La liste des candidatures au martyre est pleine. Il y a beaucoup de candidats. Il n’y a pas assez de bombes pour tous les candidats. Et pour obtenir l’une de ces missions, vous devez effectivement avoir été choisi. Vous devez avoir été très bon. Vous devez avoir été suffisamment violent, vous devez avoir été de toutes les manifestations, dans les rues de Jérusalem, ou de Bethléem, ou de votre village ; vous devez vous être montré digne d’une grande opération.
Donc, …ce que je vous explique, je l’ai fait, et les gens de ma communauté l’ont vu, et j’ai été jugé digne. J’ai fini par me retrouver en prison, et j’ai été recruté. Et je me souviens de monsieur Mahmoud al-Mughrabi. Sa grande fierté était d’avoir posé quinze bombes, et tué beaucoup d’israéliens. Et on allait le libérer sous caution grâce à un avocat israélien juif ! Il retourna immédiatement dans la rue …
Donc, vous trouvez la personne qui vous procure votre bombe, et vous posez votre candidature. Vous dites, écoutez, je veux participer, je veux effectuer une opération martyre, poser une bombe, peu importe, …et vous avez besoin de relations. Je trouve quelqu’un, j’ai rendez-vous avec lui, à Jérusalem, et il me fabrique cette charge explosive avec une minuterie dans une miche de pain, et je devais l’amener subrepticement depuis le Mont du Temple, sous les auspices du Waqf [autorité musulmane qui administre le Mont du Temple]. La police d’al-Waqf est une police islamique, nommée par le gouvernement, pour surveiller les lieux saints. Sachant très bien que j’avais des explosifs, ils m’ont fait passer clandestinement, pour que je puisse éviter les postes de contrôle. Ensuite, j’ai emporté ma charge explosive de Jérusalem jusqu’à la branche israélienne Leumi à Bethléem.
J’étais censé déposer la bombe à exactement 18:00. J’étais censé avoir cette charge explosive dans mes mains à 18:00 précises. A six heures moins cinq, je vois des enfants arabes courir ça et là. Et je ne voulais pas tuer d’arabes. J’ai donc décidé de placer la charge explosive sur le toit ; je l’ai lancée sur le toit. A six heures, elle a explosé ; une grosse explosion. En regardant derrière moi, j’ai vu cette fumée épaisse et blanche sortir du bâtiment. Et j’ai commencé à courir. Et c’est à ce moment que j’ai entrevu pour la première fois ce que c’était vraiment de tuer. J’ai pensé « des gens sont morts ». Et je me souviens n’avoir pas dormi pendant trois jours entiers ; inquiet d’avoir tué quelqu’un.
Même les terroristes sont ramenés à la réalité, au fait que vous tuez, ou que vous allez mourir. Vous pouvez le détecter. C’est pourquoi, en Israël, la façon de détecter des terroristes, des attaquants kamikazes, c’est de regarder leurs yeux. Ils auront ces yeux brillants, ils transpirent abondamment,ils ne font pas attention, parce que, dans leur esprit, ils seront bientôt partis. Et… vous considérez la réalité du fait que, maintenant, vous allez mourir.
Plusieurs fois, j’ai été dans la situation où j’ai pensé que j’allais être tué – dans des fusillades, lorsque nous jetions des pierres aux israéliens, et qu’ils ripostaient en nous tirant dessus, ou des trucs comme ça – J’étais face à face avec la mort.
Vous pensez que vous allez mourir, vous vous débattez entre les exigences de votre éducation islamique et la réalité qui vous pousse à accorder de la valeur à votre vie. Et, à un moment, l’un emporte sur l’autre. Et un fondamentaliste musulman choisira toujours la mort, choisira toujours e suicide. Mon cousin est mort alors qu’il allait [poser une bombe] rue Ben Yehuda. Il a été tué. Il est mort… Des gens de ma famille sont morts en combattant les israéliens. Et quand je regarde tout ça maintenant, je pense… quel gâchis. Quel gâchis de vies.

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (3)


PART 3. Expansion.
Partie 3. Expansion.
Diplomate arabe : …ok, alors nous nous disons au revoir et nous nous serrons la main, OK ?
Caméraman : Etes-vous prêts messieurs ?
Diplomate arabe : OK
Caméraman : Caméra ! Je filme.
Diplomate arabe (s’adressant à Tony Blair): Donc, en d’autres mots, vous voulez changer.. [il se reprend]. En d’autres mots, qui vous donne le droit de changer ou de renverser le gouvernement d’un autre pays ? .
Tony Blair : Ca ne devrait pas être à nous d’assembler le nouveau gouvernement. Ca devrait être au peuple afghan de le faire, en Afghanistan ; mais aussi ceux qui ont eu à fuir l’Afghanistan. Je crois que c’est la bonne manière de procéder.
Maintenant… Puis-je vous dire que j’ai beaucoup apprécié de faire cette interview avec vous, et que je pense que, quelques différences qu’il puisse y avoir entre nous, il est important que nous poursuivions ce dialogue. Peut-être que l’un des problèmes soulevés par tout cela est qu’il n’y a pas eu suffisamment de dialogue entre le monde Arabe et l’Occident, entre l’islam et les gens des autres religions. Et j’espère que nous puissions établir un vrai dialogue, et peut-être qu’un peu de bien pourra émerger des terribles événements du 11 septembre.
Diplomate arabe : Une question personnelle, Mr Blair, pour terminer – je sais que vous avez tellement de réunions, et que des gens attendent dehors, j’ai lu dans le Times, je crois, que vous lisez des choses sur l’islam. Que savez-vous de l’islam ?
Tony Blair : Et bien… je ne prétends nullement être un expert, mais je lis le mess…
Diplomate arabe : Que lisez-vous, qu’est-ce qui vous intéresse ?
Tony Blair : Je lis le message du Coran, dans la mesure où il peut être traduit, et je lis sur l’islam, et ça me plait de le faire. Et je pense qu’il y a …Vous savez, j’ai appris des choses sur le Coran que j’ignorais jusqu’alors, et je pense que beaucoup de chrétiens seraient intéressés, et c’est une des raisons pour lesquelles je vous dis cela. Ce serait bien si, après ceci, nous pouvions davantage dialoguer, et nous faire confiance, et la raison pour laquelle je dois vous quitter maintenant, c’est parce que je dois rencontrer certains leaders religieux, à la fois des musulmans, des chrétiens, et des juifs, ici à l’étage, pour discuter de la façon dont nous pouvons rapprocher les religions. Alors… Choukran al-Jazeera, et…
Diplomate arabe : Au revoir, Mr Blair ! Qu’avez-vous dit en arabe ?
Tony Blair : Choukran ‘l’ al-Jazeera
Diplomate arabe : Choukran ! Merci beaucoup !
Robert SPENCER : L’islam conçoit sa mission terrestre comme étant de répandre la loi d’Allah sur le monde par la force. Attention, c’est différent de répandre la religion par la force. Les musulmans démentent souvent avec indignation que l’islam ait été propagé par l’épée, selon la vieille expression, et que quiconque ait jamais été forcé de se convertir à l’islam.
Maintenant, bien sûr, les conversions forcées sont un élément constant de l’histoire islamique,mais elles sont théoriquement interdites par la loi islamique. Maintenant, l’idée en islam est que les musulmans doivent faire la guerre pour établir l’hégémonie de la loi islamique, tout le monde ne sera pas forcé de devenir musulman, mais les non-musulmans seront relégués à un statut de seconde classe, ils ne pourront pas vivre sur un pied d’égalité avec les musulmans.
Et il est de la responsabilité des musulmans dans le monde de combattre pour instituer ce type de société.
Sahih Al-Bukhari Vol 4 Book 53, Hadith 392 : Un jour que nous étions à al mosquée, l’Envoyé d’Allah sorti de chez lui et dit : « Allons chez les juifs ». Nous nous mîmes en route avec le prophète. Le prophète les interpella en ces termes : « Embrassez l’Islam et vous trouverez le salut. Sachez que la terre n’appartient qu’à Allah et à son Envoyé, et que je peux vous expulser du territoire que vous occupez. Que celui qui possède quelque bien le vende. Sinon, sachez bien que la terre n’appartient qu’à Allah et à son Envoyé. ».
Bat Ye'or : Les musulmans voient l’extension du jihad comme une guerre qui libérerait les infidèles de leur infidélité, et comme un privilège qui leur est accordé, celui d’avoir l’occasion d’entrer dans la religion islamique, et d’ainsi abandonner leurs croyances erronées. Donc, le jihad est vu comme une faveur qui est accordé à la population infidèle afin qu’ils puissent changer leurs coutumes et se convertir à la vraie religion : l’islam.
Coran 8:67 : Il n’appartient pas à un prophète de faire des captifs [et de les libérer contre rançon] avant qu’il ait prévalu [mis les infidèles hors de combat] sur la Terre. Vous voulez ce qu’offre ce monde [càd l’argent de la rançon des prisonniers], tandis qu’Allah veut [pour vous] l’au-delà. Allah est puissant et sage.
Walid SHOEBAT : Dans la pensée musulmane, dans la sharia musulmane, le monde est décrit comme étant composé de deux demeures. Elles se nomment Dar al-islam et Dar al-Harb. La « Maison de l’islam » et la « Maison de la Guerre ». Le monde entier fait donc partie de ces deux maisons. Si vous n’êtes pas musulmans, vous apaprtenez à la Maison de la guerre. Cependant, en Occident, les apologistes musulmans disent : « Non, ce n’est pas ça, c’est la maison de la trève et la Maison de l’islam, mais ce n’est pas correct en fait , si vous regardez les hadiths, si vous examinez ce qui est issu de la jurisprudence. Au Moyen-Orient, c’est ça qui est enseigné.
Homme1 : J’ai un fils. Je le prépare déjà au martyre, le mien ou bien le sien. Je lui raconte qu’Allah a créé un vaste paradis et qu’il s’y trouve des choses que l’œil n’a jamais vues et l’oreille jamais entendues, des choses qu’un homme ne peut même pas imaginer. Il me demande : « si j’exécute une opération et me fait exploser, est-ce qu’A1lah me donnera une voiture, ou un fusil pour tirer, ou des jouets ? Je lui réponds : tu obtiendra tout ce que tu voudras.
Homme2 : C’est une discussion que vous avez vraiment eue avec votre fils ?
Homme1 : Oui, ça s’est vraiment produit.
Imam (en blanc) : Rassemblons nos micros et demandons-nous quelle est la bonne réponse
à donner à un enfant qui demande : « Ou est mon père ? » ou bien « où est ma mère ? » après que l’un d’entre eux ou les deux aient mené une opération - martyre ?
Homme2 : La réponse est, en bref, que lorsque Saïd a connu la mort d’un martyr, nous avons dit, il est un martyr. « Ne considérez pas ceux qui sont morts pour la cause d’Allah comme morts, mais comme vivants et comme nourris par Dieu. » et nous avons calmé les enfants. Lorsque la télévision est venue, la chaîne d’Abu Dhabi, je crois, ou une autre, nous leurs avons dit : « Nous sommes prêts à sacrifier nos quatre enfantse. Et alors, le benjamin (le cinquième) a dit : « [Et moi], pourquoi je peux pas ? »
[L’imam écoute un enfant.]
L’enfant : « Je souhaite devenir martyr pour la cause d’Allah, et tuer des juifs et des infidèles qui vénèrent d’autres dieux qu’Allah et son Prophète, et qui suivent une religion qu’Allah n’a pas autorisé et qui ne figure pas dans le Coran.
(l’imam esquisse un sourire – sans doute à cause de la formulation maladroite - et fait mine de vouloir rectifier, puis se ravise).
L’enfant : « j’ai 12 ans et je mémorise le Coran.
(l’imam sourit, attendri, et approuve)
L’imam : Qu’Allah te protège et fasse de toi un combattant dans le sentier d’Allah.
Bat Ye’or : Maintenant la population infidèle voit cette guerre comme une guerre de génocide, puisque décrite comme elle l'est, tant par les historiens musulmans du jihad que dans de très nombreuses sources chrétiennes. Cette guerre a été conduite avec une grande férocité, des villes entières furent livrées au massacre, des populations entières furent emmenées en esclavage ou massacrées.
Sahih Al-Bukhari Vol 4 Book 53, Hadith 386 :
Les compagnons du Prophète et le second calife Omar envoyèrent les musulmans combattre les païens dans les grands pays. Lorsque nous eûmes atteint le pays de l'ennemi, le représentant de Khosrau [le souverain perse] sortit avec 40.000 guerriers et un interprète s'avança et dit: "que l'un d'entre vous me parle. Al-Mughira répondit (...): "Notre Prophète Messager de notre Seigneur nous a ordonné de vous combattre jusqu'à ce que vous n'adoriez qu'Allah seul ou que vous payiez la Jizya (le tribut) et notre Prophète nous a informé que notre Seigneur a dit que quiconque d'entre nous qui est tué (en martyr) ira au Paradis pour y mener une vie si voluptueuse qu'il n'en a jamais connue de telle, et quiconque d'entre nous qui reste vivant deviendra votre maître."
Bat Ye’or : Il y a eu en fait deux grandes vagues de jihad. La vague arabe qui commença au VIIe siècle et qui en un siècle seulement islamisa d'énormes territoires, des territoires chrétiens dans l'ensemble du Portugal à l'Arménie, et qui islamisa également la Perse, (non pas chrétienne, mais principalement zoroastrienne à l'exception de l'Irak, qui était essentiellement chrétien au nord, juif et chrétien au sud).
La seconde vague d'islamisation débuta au XIe siècle avec les tribus turques ; toutes ces régions d'Europe de l'Est, la Grèce, l'Anatolie - qui est aujourd'hui la Turquie mais qui était alors au coeur de l'empire chrétien byzantin - ainsi que la Serbie, la Bulgarie, la Roumanie furent intégrées dans le Dar al-Islam, c'est-à-dire le territoire de l'islam.
Ainsi tous les pays bordant la Méditerranée qui à une époque furent chrétiens devinrent terres de l'empire islamique. Cette vague turque dura du XIe au XVIIe siècle, jusqu'à ce que les armées turques soient arrêtées devant les portes de Vienne en 1683.
THE CRUSADES (1095 – 1270 AD)
Les Croisades (1095 - 1270 ap. JC)
Serge TRIFKOVIC : Les Croisades ne sont pas vues très différemment dans le monde musulman contemporain de la façon dont elles sont vues par le monde académique occidental et dont elles sont traitées dans les discours de l'élite occidentale. Tous parlent des croisades comme d'agressives guerres de conquête menées par l'Europe chrétienne contre d'innocents et paisibles musulmans.
On peut toutefois se demander ce que ces musulmans faisaient en Terre Sainte d'abord !!
Et bien ce qui s'est passé c'est que Mahomet et ses successeurs ont menés une série de guerres de conquête et que lors de l'une de ces campagnes durant la quatrième décennie du VIIe siècle, la Terre Sainte - Palestine Israël - fut conquise par les musulmans.
Et donc lorsque les Turcs seldjoukides commencèrent à compromettre la possibilité que les pèlerins chrétiens avaient de faire le pèlerinage de se rendre à Jérusalem lorsque leur sécurité physique ne fut plus garantie, les chrétiens d'occident agirent non seulement en tant que re-conquérants de terres qui avaient un jour été leurs mais aussi, assez justement pourrait-on dire, en tant que protecteurs de leurs lieux saints.
Dans le cas des musulmans même une guerre défensive est une guerre de conquête parce qu'ils sont obligés de diffuser l'islam, mais une terre qui fut un jour musulmane doit particulièrement être re-conquise et le jihad est le nom légitime de cette guerre de reconquête.
Ils ne purent donc jamais accepter l'existence des Etats Croisés à Antioche et Jérusalem, parce qu'ils constituaient un Dar al-Harb rétabli dans le Dar al-Islam.
C'est un aspect que l'on retrouve dans le conflit israélo-palestinien aujourd'hui dont beaucoup d'Occidentaux ne sont pas pleinement conscients.
La même psychologie qui poussa Saladin et d'autres à combattre les Croisés anime maintenant le Hamas. Dans les deux cas ce n'est pas seulement une question de désir nationaliste d'Arabes qui voudraient expulser de nouveaux venus européens ou juifs, mais c'est aussi une obligation coranique qui enjoint à tout bon musulman de s'assurer qu'un territoire gouverné à une époque par des musulmans retombera sous leur autorité.
From the British historian Hilaire Belloc "The creat Heresies" - 1938
D'après l'historien britannique Hilaire Belloc dans "Les Grandes Hérésies" (1938)
« Il m'a toujours semblé possible et même probable qu'il y ait une résurrection de l'islam, et que nos enfants ou nos petits-enfants voient la reprise de cette formidable lutte entre la culture chrétienne et ce qui est depuis plus de 1000 ans son plus grand adversaire.
Suggérer que l'Islam puisse à nouveau se lever paraît inouï - mais ce n'est que parce que les hommes sont toujours puissamment influencés par le proche passé : on pourrait dire qu'ils sont aveuglés par lui. (...) Mais il n'y a pas si longtemps moins de cent ans avant la Déclaration d'Indépendance [américaine] (...) Vienne fut presque prise et ne fut sauvée que par l'armée chrétienne réunie sous la bannière du roi de Pologne (...) à une date qui devrait compter parmi les plus célèbres de l'Histoire - le 11 septembre 1683.
Robert SPENCER : Le 11 septembre 1683 le siège de Vienne fut brisé ; c'était l'apogée de l'expansion du jihad islamique en Europe. Après cela l'islam sombra dans le déclin et le monde islamique connut la colonisation et un affaiblissement radical.
Il semble très plausible, presque certain selon moi, qu'Oussama Ben Laden a choisi la date du 11 septembre en 2001 pour envoyer le signal que le déclin du monde islamique était terminé, et que les jihadistes étaient de retour, et qu'ils allaient reprendre au point où ils avaient été arrêtés à Vienne en 1683.
Serge TRIFKOVIC : Si nous examinons les plaques "tectoniques" entre le monde islamique" et non-islamique aujourd'hui, nous pouvons constater quelque chose de très intéressant, à savoir que même des sociétés islamiques très différentes, qu'il est difficile de réunir sous une seule étiquette civilisationnelle, ont quelque chose en commun : c'est la tendance à être en conflit avec leurs voisins.
Si vous regardez à l'extrémité sud-est des territoires atteints par l'islam, nous avons le Timor oriental où les musulmans indonésiens ont massacré un tiers de la population de cette ancienne colonie portugaise, qui en passant, est catholique. Au sud des Philippines, nous avons une rébellion islamique extrêmement violente, qui couve et se fait plus ou moins violente depuis des années. En Indonésie même, nous avons eu des conflits religieux dans les Moluques où la minorité chrétienne harcelée de toutes parts est en danger d'extinction, nous avons des mouvements islamiques très actifs à la fois en Thaïlande, et en Chine, au Xinjiang.
Dans le sous-continent indien l'histoire est carrément tragique, c'est là que l'holocauste indien a eu lieu à l'époque médiévale un épisode de l'histoire de l'islam que le monde occidental connaît peu, mais qui a laissé une profonde marque traumatique chez les peuples de cette région, et le conflit est toujours présent de manière latente dans la province du Cachemire.
En Afrique il y a une guerre constante au Soudan, qui trouve enfin une place au premier plan des préoccupations des cercles décisionnels occidentaux, mais qui se poursuit depuis vingt ans ; il est impossible d'estimer le nombre de vies qu'elle a fauchées, mais c'est certainement de l'ordre de plusieurs centaines de milliers. Il y a l'instabilité constante au Nigeria entre les états renaissants du Centre et du Nord, qui font de plus en plus pression sur le gouvernement de Lagos, pour qu'il accepte la loi islamique la charia en tant que loi nationale de ces provinces. Il y a bien sûr la Mauritanie où les musulmans combattent sans cesse les habitants non-musulmans du sud du pays ; puis il y a bien sûr le Caucase la Tchétchénie. Et en Europe même le conflit en ex-Yougoslavie entre les musulmans bosniaques et respectivement les Serbes et les Croates, et le conflit entre les Albanais et les Serbes et les Macédoniens. Et peut-être sous peu entre les Albanais et les Grecs.
Si nous éliminons ces conflits, si nous sortons de l'équation la Tchétchénie, les Balkans, le Soudan, ... le monde est relativement paisible. Si nous éliminions de l'équation terroriste les actes de terrorisme accomplis par les musulmans ces cinq dernières années, nous en viendrions à réaliser que la "Guerre contre le Terrorisme" n'est pas nécessaire, parce que la terreur ne serait pas un très grand problème.


30 JUIN 2007

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (4)


PART 4. WAR IS DECEIT.
Partie 4. La guerre est tromperie .
[Senateur Harry Reid (Nevada) Octobre 2001]
- Madame la présidente
- Sénateur du Nevada.
- J'ai déjà pris la parole dans le passé pour parler de l'islam, et de la grande religion qu'elle est. J'ai déjà dit auparavant et je répète que les principaux médecins de ma femme sont deux membres de la confession islamique - son spécialiste de médecine interne et celui qui l'a opérée. Je les connais bien ; j'ai été chez eux, m'en suis fait des amis, j'ai parlé de sujets très sérieux avec eux. Nous nous sommes mutuellement soutenus dans nos problèmes familiaux.
Je me suis rendu avec eux à la nouvelle mosquée à Las Vegas. Ce sont des gens merveilleux avec de belles familles. Et j'en suis venu à réaliser que l'islam est une bonne religion, une bonne façon de vivre ; ces gens ont une bonne hygiène de vie, comme le leur dicte leur religion, et ils ont de grandes valeurs spirituelles comme leur religion le leur dicte.

Et c'est dommage qu'il y ait quelques personnes mal renseignées dans le monde qui essayent de diminuer la valeur de cette très belle religion. Je pense qu'ils ne peuvent pas faire une mauvaise réputation à cette religion. Je pense que le pouvoir de cette religion, et le pouvoir des gens de cette religion, triomphera de ces gens malveillants qui se servent de cette belle religion pour commettre de mauvais actes envers des innocents.
Robert SPENCER : L'islam est une religion et un système politique qui dicte que l'on doit faire la guerre aux mécréants jusqu'à ce qu'ils se convertissent ou se soumettent. Et c'est ainsi que les terroristes de par le monde justifient leurs actes, et cette justification est basée sur des éléments centraux de la tradition islamique.
En conséquence il est très difficile pour des musulmans modérés paisibles de se lever au sein de la communauté islamique et de dire: ça ne fait pas partie de l'islam. Ce n'est que par duperie délibérée qu'ils font cela, dans l'intention d'induire en erreur les Occidentaux, en accord avec la doctrine islamique de la "Taqqiya", le "mensonge pieux". Ou alors, ils font cela tout simplement parce qu'ils ne sont pas conscients de ce que l'islam enseigne réellement.
Sahih Al-Bukhari Vol 4 Book 52, Hadith 269 :
Le Prophète a dit : "La guerre est tromperie."
En général mentir n'est pas permis en islam. Mais à la différence d'autres religions, il y a certaines circonstances dans lesquelles un musulman peut mentir et où c’est considéré comme acceptable, voire même encouragé. Ce concept est appelé "al Taqqiya". Al Taqqiya signifie "dissimulation préventive"; un musulman est autorisé à mentir pour se sauvegarder d'un mal qui pourrait lui arriver, à lui ou à l'islam.
Robert SPENCER : Lorsque quelqu'un est sous pression, il peut mentir afin de protéger la religion. Ca vient du Coran chapitre III verset 28 et chapitre XVI, verset 106.
Abdullah Al-ARABY : Il y a certaines clauses pour le mensonge. Ainsi, un musulman peut mentir pour la cause de l'islam, il peut mentir pour maintenir la paix dans sa famille , il peut donc mentir à sa femme. Un musulman peut mentir à ses coreligionnaires, afin de préserver la paix dans la société.
Mahomet lui-même ordonna à des gens de mentir. Lorsque des gens à qui il avait ordonné d'aller tuer quelqu'un lui dirent « Nous ne saurions pas le tuer si nous ne lui mentons pas », il leur répondit : « D'accord, c'est bon, mentez. »
The Life of Muhammad, p. 367 : l'Envoyé d'Allah a dit: ''Qui me débarrassera de Ka`b ibn Al-'Achraf (...) ?" Muhammad ibn Maslama frère des Bani Abdul-Ashal répondit " Ô Envoyé d'Allah je peux m'en occuper ; veux-tu que je le tue?''
"Certes oui, si tu peux'' répliqua le Prophète.
(...) Muhammad dit: "Ô Envoyé de Dieu nous aurons à raconter des mensonges."
Il répondit "Dites ce que vous voulez, vous êtes libres en la matière."
Présentation TV: L'Amérique est un pays de diversité et de service.
Je suis afro-américain. Mes ancêtres ont surmonté l'épreuve de l'esclavage.
Je suis amérindienne. Je suis journaliste épouse et mère.
Je suis d'ascendance européenne. Un de mes ancêtres fut membre de la première assemblée législative des USA.
Je suis hispano-américaine. Je pratique le scoutisme depuis mes six ans et je suis maintenant chef de troupe.
J'ai servi dans les forces armées de notre nation, comme beaucoup d'autres de ma famille.
Mon père a effectué deux séjours comme militaire au Vietnam.
Un autre [de mes ancêtres] s'est battu pour la liberté à Gettysburg.
Deux de mes oncles ont combattu pour notre pays lors de la guerre de Corée
…Et je suis un musulman américain.
…Et je suis une musulmane américaine.
…Et je suis un musulman américain.
…Je suis une musulmane américaine.
Conclusion « rassurante » du clip : Les musulmans font partie intégrante de ce grand pays qu’est Amérique et oeuvrent à construire une Amérique meilleure.
Serge TRIFKOVIC : Les porte-parole de l'islam dans le monde occidental savent comment jouer la partie. Ils savent comment présenter leur cause d'une façon qui soit non seulement considérée comme acceptable par le la majeure partie de la société, mais qui soit aussi considérée comme sensée et même pourrait-on dire juste. Ils feront appel aux institutions démocratiques, et aux Droits de l'Homme, tout en sachant très bien que s'ils en avaient le pouvoir ils aboliraient ces institutions et refuseraient ces droits aux autres.
Sahih Al-Bukhari Vol 7 Book 67, Hadith 427 : Le Prophète a dit "Par Allah et s'il plaît à Allah! Je ne ferai pas un serment et trouvant ensuite qu'il y a mieux à faire, sans que j'expie ce serment et fasse ce qu'il vaut mieux''.
Walid SHOEBAT : Lorsque je travaillais comme traducteur au Loop College à Chicago pour la collecte de fonds pour les mouvements jihadistes, pour l'Autorité Palestinienne - l'OLP à cette époque - nous faisions les traductions pour les annonces pour les tracts que nous distribuions ou que nous affichions sur les murs de l'université. Et je me souviens que la version arabe était au fond très factuelle : "Amenez vos amis, nous avons l'intention de collecter des fonds pour soutenir nos frères de jihad au Liban qui combattent dans le sud contre Israël..." ou quelque chose dans le genre
Et ensuite venait la partie en anglais. Dans la version anglaise c'était les trucs standards : « Nous organisons une fête culturelle moyen-orientale, vous êtes les bienvenus. Nous servirons de l'agneau et du baklava. ». Ainsi ce que l'Occident ne comprend pas, c'est que lorsque nous nous réunissons, nos conversations sont différentes. Dès qu'un Occidental arrive, la conversation change complètement. Elle devient "acceptable" pour un esprit occidental.
J'allais au travail par exemple durant la Guerre du Golfe, je travaillais dans une compagnie américaine. Et tout le monde traînait près du poste de télévision, dès qu'un SCUD tombait sur Riad ou quelque chose comme ça, tout le monde était angoissé, inquiet, qu'un SCUD soit tombé sur un camp américain. Et je me tenais au milieu de tous ces employés américains : " oh, c'est vraiment moche" ... vous savez, "oh, c'est trop moche... je suis désolé que nous ayons perdu des hommes... ". Et, …de frustration, frustré d'avoir à cacher ce que je ressentais vraiment, je baissais ma vitre sur l'autoroute en rentrant à la maison, et je criais à pleins poumons "Allah Ouakbar !" (Allah est grand). "Allah Ouakbar ! " parce que c'est ce que vous scandez lorsque l'ennemi est tué, lorsque vous gagnez.
Ainsi, si c'était une journée fructueuse pour les Irakiens, s'ils plaçaient un missile SCUD, c'était "Allah Ouakbar!" sur l'autoroute ; là où je savais que personne ne pouvait m'entendre.
Et lorsque j'arrivais à mon appartement, le reste des occupants du complexe étaient aussi des Arabes du Moyen-Orient : on se réunissait dans mon appartement pour regarder la Guerre du Golfe, et nous louions Allah à chaque fois que des Américains étaient tués dans quelque évènement.
Mais nous avions un autre visage lorsque nous étions dans un environnement américain.
Dans un environnement américain vous suiviez un autre scénario. Vous faisiez comme si vous étiez de leur côté. Il y a donc cette face tout entière qui est cachée de l'Occident : cette tactique grâce à laquelle les fondamentalistes musulmans qui veulent propager le jihad en Amérique peuvent agir publiquement.
Animateur TV : assistons-nous aujourd'hui à un "Choc des Civilisations"?" C'est la question que nous avons posée au célèbre intellectuel palestinien et professeur d'anglais et de littérature comparée à l'Université de Colombia le docteur Edward Saïd.
Edward Saïd : Non, je ne pense pas. Et je crois que cette théorie tout entière est quelque peu erronée, parce que tout d'abord les civilisations ne sont pas, vous savez, de petits paquets nettement séparés les uns des autres, elles sont toutes connectées d'une façon ou d'une autre et la soit-disant civilisation occidentale a beaucoup d'éléments qui sont islamiques, confucéens, latino-américains, russes, qui tous …[blah blah]
Bat Ye’or : La base, le prophète de cette nouvelle version de l'islam en tant que religion de paix et de tolérance, était Edward Saïd qui a établi dans toutes les universités et dans le monde académique cette vision islamique de la paix. Sur cette base, toute l'histoire de la dhimmitude et du jihad disparaît.
Robert SPENCER : Edward Saïd qui dans son livre "Orientalisme" postulait que la critique du monde islamique émanant d'occidentaux était raciste et impérialiste. Cette thèse [l'islam pacifique et tolérant] est diffusée afin de permettre de marquer des points politiques, d'habituer les Occidentaux à l'idée que les musulmans sont aux USA pour y rester, et qu'il ne faut pas mettre en doute leur loyauté aux structures laïques des sociétés occidentales aux Etats-Unis comme en Europe. Qu'il ne faut pas douter d'eux quant à cela, en dépit de la caractéristique politique historiquement liée à l'islam, parce que l'islam est une religion de paix. Et cette fiction s'est si bien implantée dans le débat public américain, qu'il est pratiquement impossible de la remettre en question, et que quiconque osant le faire est immédiatement étiqueté comme raciste, comme incitant à la haine comme sectaire.
Et c'est très efficace, dans un pays où le racisme est considéré comme un péché cardinal supérieur à tout autre, pour réduire au silence tout débat qui toucherait à l'attachement indéfectible des immigrants musulmans à la loi islamique et à leurs intentions envers le système laïque dans lequel ils vivent maintenant.

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (5)


PART 5. More than a religion.
Partie 5. Plus qu'une religion
Au parti démocrate : ... Il ne s'agit pas d'un affrontement avec l'islam ou les Arabes, il s'agit de liberté pas de culture. Il s'agit de travailler avec les gouvernements islamiques qui veulent aller de l'avant dans le monde moderne. Travailler avec les gouvernements islamiques qui considèrent leur religion comme une religion de paix et oeuvrer contre la violence et la terreur, et les gens qui cherchent à faire régresser le monde et qui cherchent à perturber la paix et la liberté des autres. Et c'est donc de cela qu'il s'agit pour nous.
La vraie confession islamique est, nous le pensons, une religion de paix, et nous avons l'intention de collaborer avec eux dans cette optique. La vraie confession islamique est, nous le pensons, une religion de paix...
« La vraie confession islamique est, nous le pensons, une religion de paix... »
Abdullah Al-ARABY : L'islam doit être perçu comme étant bien plus qu'une religion. L'idée que l'islam est une religion spirituelle, comme par exemple le christianisme, est complètement incorrecte.
Serge TRIFKOVIC : Il serait inexact de décrire l'islam comme étant principalement, sans même dire "seulement" une religion. Depuis ses tout débuts à l'époque de Mahomet, elle a également été un projet géopolitique, et un système de gouvernement ; une idéologie politique si vous voulez.
Robert SPENCER : Dès son commencement l'islam fut à la fois religion et système de gouvernance. Par exemple, le calendrier islamique ne prend pas son origine à la naissance de Mahomet ni à la date à laquelle Mahomet reçut sa première révélation divine, ce qui est, je pense, ce à quoi des Occidentaux s'attendraient, mais à la date à partir de laquelle Mahomet devint un chef militaire et un chef d'état, à Médine.
C'est là le point de départ du calendrier islamique, parce que, dans l'entendement islamique, l'islam est un système politique et social tout autant qu'une religion individuelle.
Serge TRIFKOVIC : En islam la séparation entre le pouvoir temporel, séculier, et le religieux n'est pas seulement impossible, il est une hérésie. Il n'y a qu'en mêlant complètement tous les aspects des activités humaines et tous les aspects des fonctions politiques et légales de l'Etat que l'on peut parvenir au Califat, l'état convenablement organisé qui plaît à Allah.
Walid SHOEBAT : Lorsque les Occidentaux pensent à la religion, que ce soit l'islam, le christianisme, le judaïsme, l'hindouisme, … et tous ces –ismes dans le monde, les Occidentaux pensent que c'est une question personnelle.
Un bouddhiste va au temple rend paisiblement culte à l'objet de sa vénération, médite, contemple; un juif va à sa synagogue et fait ses mitzvot, ses bonnes actions; un musulman va à la mosquée, paie la zakat (l'aumône), ou bien va en pèlerinage al-Hajj à La Mecque; ou un chrétien va à l'église le dimanche...
Ils pensent que c'est quelque chose de personnel, que la religion est une question privée. Et donc quand ils regardent l'islam, ils le considèrent de la manière dont ils envisagent la religion.
Et c'est la première erreur. L'islam n'est pas une religion à usage privé. L'islam, c'est la loi de la charia. L'islam est une forme de gouvernance du monde. D'abord !.
Et ensuite c'est une question d'application personnelle.
Ce n'est pas seulement la façon dont vous priez ou que vous priiez face à La Mecque, c'est la façon dont vous vous habillez - vous vous habillez à la mode arabe. Vous parlez arabe; vous ne pouvez accéder au Ciel si vous ne priez pas en arabe. Vous ne pouvez pas lire le Coran en anglais et espérer en recueillir un bon point pour aller au Ciel. Vous lisez le Coran en arabe.
Ca devient [peu à peu] un système impérialiste, où tout le monde doit parler en arabe, penser en arabe, pratiquer la religion en arabe, c'est une forme de loi, qui ne concerne pas seulement la façon dont vous mangez, mais aussi celle dont vous vous mariez, quelles sont vos relations avec votre gouvernement, les relations avec votre armée, comment vous vous occupez des jeunes, comment vous traitez les femmes, tous les aspects de votre vie deviennent islam.
Tout est islam.
Sahih Al-Bukhari Vol 2 Book 23, Hadith 413 : Les juifs amenèrent devant le prophète un homme et une femme des leurs, qui s'étaient rendu coupables de relations sexuelles illicites (adultère). Le prophète ordonna que les deux soient lapidés (à mort) près de l'endroit où l'on faisait les prières funéraires à côté de la mosquée.
Sahih Al-Bukhari Vol 7 Book 62, Hadith 88 : Le prophète passa [le contrat de mariage] avec Aïcha lorsqu'elle avait six ans, et consomma son mariage avec elle alors qu'elle en avait neuf, et elle resta à ses côtés durant neuf ans [c'est à dire jusqu'à sa mort]
Robert SPENCER : La charia islamique, la gouvernance islamique n'est en aucun cas compatible avec la conception que l'Occident a des Droits de l'Homme et de la Liberté de Conscience. L'islam traditionnel interdit la conversion hors de l'islam, interdit à quiconque de quitter l'islam. Il n'y a pas de sortie.
Et il interdit que musulmans et non-musulmans vivent sur pied d'égalité en société : il préconise le statut de deuxième classe pour les non-musulmans, en leur interdisant de détenir une quelconque autorité sur des musulmans, en leur interdisant par conséquent certaines positions professionnelles ; il a même par le passé édicté que les lieux de cultes des juifs et des chrétiens ne pouvaient être ni édifiés ni réparés, reléguant ces communautés à une condition déclinant sans cesse.
Coran 5:51 : "Ô vous qui croyez! Ne prenez point les Juifs et les Chrétiens pour auliya [amis, protecteurs, alliés]; ils sont auliya les uns avec les autres. Quiconque parmi vous les prendra pour auliya sera des leurs.
Serge TRIFKOVIC : il n'est pas possible pour un non-musulman, vivant dans une société musulmane, de faire appel à ses droits civiques, aux droits de l'homme, [des droits] qui seraient indépendants ou distincts des concepts de la charia.
Il est attendu de lui qu'il se soumette de son plein gré à la charia, et s'il accepte sa dhimmitude, sa position de dhimmi, sa personne sera protégée. Une personne "protégée" est en fait quelqu'un qui accepte complaisamment d'être le subordonné des suzerains musulmans.
The life of Muhammad p 368 : Nous saluâmes le prophète alors qu'il priait et il vint à nous, et nous lui dîmes que nous avions tué l'ennemi de Dieu. Il cracha sur les blessures de notre camarade puis nous rentrâmes chacun dans nos foyers.
Notre attaque contre l'ennemi de Dieu jeta la terreur chez les Juifs, et il n'y eût plus guère de Juif à Médine qui ne craignît pour sa vie.
Walid SHOEBAT : Les hadiths le disent très clairement, les hadiths, c'est-à-dire les paroles de Mahomet: « J'ai reçu l'ordre de combattre sans relâche jusqu'à ce que tous professent qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah et que Mahomet est l'Envoyé d'Allah ».
C'est ainsi que l'islam s'est répandu en Afrique du Nord, c'est ainsi que l'islam s'est propagé jusqu'à l'Indonésie, c'est ainsi que l'islam s'est diffusé au Moyen-Orient... La Syrie n'était pas un pays musulman; le Liban n'était pas musulman; même en Arabie Saoudite il y avait une multitude [de confessions].
A travers tout le Moyen-Orient l'islam s'est diffusé par l'épée. C'est pourquoi vous ne voyez aucune synagogue en Arabie Saoudite, vous ne voyez aucune église en Arabie Saoudite, le christianisme y est virtuellement non-existant. Même dans mon village de Bethléem, les musulmans prennent le dessus; il n'y reste que 20% de la population chrétienne.
Au Liban les Libanais chrétiens s'en vont par foules entières ; le Hezbollah y est très actif. Le Liban était auparavant une nation chrétienne ; maintenant tout d'un coup elle est en train d'être islamisée. Donc... l'islam est en marche.
Manifestation d’intimidation à NEW YORK CITY (2002)
[pancarte: Medias soyez responsables]
[pancarte: Masjid al-Salam veut dire mosquée de la paix ]
[chanté: il n'y a de Dieu qu'Allah]
[pancarte : Nous ne tolérerons pas les préjugés]
[chanté: il n'y a de Dieu qu'Allah - Mahomet est son Messager]
[pancarte : L'islam n'est pas le terrorisme]
[chanté: Mahomet est son Messager]
Lâ ilâha illâ Llâh [= il n'y a de dieu qu'Allah]
Jihad fi sabil'Allah [= jihad dans le Chemin d'Allah]
Pour Allah il commande
Pour le Saint Coran
Il n'y a de dieu qu'Allah
Mahomet est son Messager
Unissez-vous Musulmans de partout!
Allahou Akbar! Allahou Akbar! [=Allah est le plus grand]
Allahou Akbar! Allahou Akbar! Allahou Akbar! Allahou Akbar!
Robert SPENCER : Les musulmans qui viennent aux Etats-Unis et en Europe occidentale avec l'idée que la charia est la loi d'Allah, observent notre liberté de religion et ils constatent le fait que les non-musulmans sont au pouvoir, aux Etats-Unis et en Europe occidentale, qu'ils font les lois, et qu'ils ne font pas ces lois sur la base de la loi d'Allah mais sur base de consensus et d'élections libres.
Ils considèrent tout cela comme une manifestation de jâhiliyya, de mécréance durant la "période de l'ignorance" pré-islamique, qui est le nom employé pour désigner l'époque anté-islamique de l'histoire de toute nation. Ainsi le Pakistan, l'Iran, etc. font référence à la période de leur histoire précédant leur islamisation par l'expression "période de la jâhiliyya"."
Ils considèreront donc également que les USA et l'Europe de l'Ouest sont à l'heure actuelle dans des périodes de jâhiliyya. Et nombre de musulmans qui viennent aux Etats-Unis et en Europe de l'Ouest oeuvreront pour y établir des états islamiques, partant de l'idée qu'un état profane basé sur des élections n'a pas de légitimité. Vous ne tenez pas d'élections quant aux lois d'Allah, vous vous contentez d'obéir aux injonctions divines.
MANIFESTATION LONDON, ENGLAND (MAY 2005)
Lâ ilâha illâ Llâh [= il n'y a de dieu qu'Allah]
Lâ ilâha illâ Llâh, Lâ ilâha illâ Llâh, Lâ ilâha illâ Llâh, Lâ ilâha illâ Llâh
[affichette: Allah ne peut être vaincu ô Amérique!]
Mohamed rasul Allah [= Mahomet est Son Messager]
Lâ ilâha illâ Llâh, Lâ ilâha illâ Llâh
[pancarte: l'Islam dominera le monde]
Mohamed rasul Allah
[pancarte: Profanez aujourd'hui, affrontez l'armée d'Allah demain]
Ô Allah prie sur notre maître Mohamed!
Jihad! Jihad! Jihad! Jihad! Jihad!...
Imam : Il est grand temps que l'Occident tout entier réalise que l'islam est la Vérité et que ce n'est qu'une question de temps pour qu'il soit appliqué, et que le géant de l'Islam, et que le géant de l'état islamique va à nouveau se lever, et il va y avoir une alliance...
Foule : Allahou Akbar!
Imam : et il va y avoir réellement une vraie alliance... Regardez les musulmans en Egypte ils veulent un état islamique, regardez le jihad pour instaurer le Coran, regardez en Irak, regardez en Afghanistan, dans tout le Pakistan , au Baltistan [région du Cachemire], même en Europe les gens se mettent à dire "Lâ ilâha illâ Llâh Mohamed rasul Allah" [profession de foi islamique]. Ce n'est qu'une question de temps... Ce n'est qu'une question de temps pour que la charia soit appliquée et que l'oumma musulmane [communauté des croyants] s'unisse.

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (6)


PART 6. The House of War. 
Partie 6. La Maison de la Guerre.
Robert SPENCER : La chose la plus importante que l'Occident doit savoir sur l'islam aujourd'hui, c'est qu'il a un caractère politique et que ce n'est pas simplement une religion, mais que c'est une religion, ou un système de croyances, qui donne mandat pour faire la guerre aux incroyants afin d'établir un modèle sociétal qui est absolument incompatible
avec la société occidentale.
Les Américains doivent savoir cela, et les Européens de l'Ouest doivent aussi savoir cela. Parce que les musulmans arrivent dans les pays occidentaux avec ces convictions et en ayant bien l'intention d'agir sur base de celles-ci. Ce sont les motivations [que l'on retrouve] derrière les activités terroristes modernes, et ce sont les objectifs de millions de musulmans aux Etats-Unis et dans le monde. Nous devons savoir cela afin de pouvoir nous protéger, mais malheureusement, à cause du "politiquement correct", et à cause de la réticence qu'ont les médias et les gouvernements à affronter les sources du terrorisme islamique, ces éléments restent largement inconnus.
Walid SHOEBAT Le fondamentalisme islamique est un agent dormant en Amérique.
Un bon exemple un bon exemple typique est l'histoire de Saladin. Saladin est un grand héros en islam. Saladin fut celui qui vainquit les croisés. Il y a un traité qui est censé avoir été passé entre les croisés et Saladin. Et le récit se déroule comme suit : le médiateur arabe va voir Saladin et lui dit: "Le Coran dit que s'ils acceptent la paix alors admets la."
Ce qui signifie si l'ennemi désire la paix faisons la paix. C'est un verset que vous pouvez trouver directement dans le Coran [8.61]. Et Saladin lui fait cette grande réponse : "Tu es un Arabe, et je suis un Kurde. Tu devrais connaître le Coran mieux que moi. N'oublie pas que le Coran dit aussi [47.35]: "N'appelez point à la paix alors que vous avez le dessus"
Vous trouvez les deux versets dans le Coran.
La paix... vous faites la paix lorsque vous êtes la partie la plus faible; c'est pourquoi l'on entend parler du terme "hudna". Hudna c'est un traité de paix, un cessez-le-feu. En Irak, Sadr a demandé la hudna parce qu'il se savait incapable de vaincre les Américains. Vous avez des hudnas un peu partout quand l'ennemi est plus fort que vous.
Mais dès lors que vous gagnez en force …vous ne concédez plus la paix !
C'est pour ça que le fondamentalisme islamiste en Occident présente "l'islam religion de paix" comme façade, parce qu'ils attendent qu'il y ait plus d'immigrants islamiques, que leur nombre ait augmenté que leur pouvoir politique se soit accru, et une fois que ce sera le cas alors attention... Vous verrez le vrai visage du fondamentalisme islamique ici en Amérique.

Extraits d'une vidéo de recrutement pour le jihad
Cette séquence montre quelqu’un en train de piéger un minibus avec quelques roquettes
Terroriste : Nous avons piégé cette voiture pour contrer les Américains, et et nous jurons par Allah tout puissant que notre cible, ce sont ces soldats mécréants et colonisateurs, et que nous ne voulons atteindre aucun civil car le sang d’un musulman est ce que nous considérons comme le plus précieux !
Robert SPENCER : C'est malheureux mais il n'y a pas de négociation [possible] avec les jihadistes. Il n'y a pas d'accord à conclure avec eux. La loi islamique est très claire là-dessus.
Et ici à nouveau, c'est un exemple du fait qu'il faut prendre l'islam au sérieux. La loi islamique ne permet pas les traités. Elle ne permet pas de solutions négociées entre états musulmans et non-musulmans. Tout ce qu'elle autorise c'est une période temporaire d'une durée, allant jusqu'à dix ans, de "hudna" ou ce qui est généralement traduit par "trève", pour permettre aux troupes islamiques de rassembler leurs forces.
Mais ce n'est pas la même chose que la "paix" comme nous l'entendons. Ce n'est pas la même chose que l'absence d'un état de guerre, ce n'est qu'un édit temporaire, dans une guerre dont les jihadistes considèrent qu'elle se poursuit depuis quatorze siècles, et qu'ils sont prêts à combattre quatorze siècles de plus.
Coran 47:4 : Quand donc vous rencontrerez [au combat dans le Jihad pour la cause d'Allah] ceux qui sont Infidèles, frappez au col jusqu'à ce que vous les réduisiez à merci ! [Alors] serrez les liens! [c'est-à-dire faites les prisonniers] (...) Il en est ainsi de par la volonté d'Allah [càd: Il vous ordonne de continuer à mener le jihad contre les Infidèles, jusqu'à ce qu'ils embrassent l'Islam - et soient sauvés du châtiment des feux de l'Enfer - ou jusqu'à ce qu'ils passent sous votre protection].
Si Allah voulait, il se vengerait lui-même contre eux mais [Il vous laisse combattre] pour vous éprouver les uns par les autres. Ceux qui seront tués dans le Chemin d'Allah, Allah ne rendra jamais vaines leurs actions.
Serge TRIFKOVIC : Dans la pensée islamique le monde est divisé en "Maison de l'Islam", là où la politique islamique a été instaurée, où Allah règne en maître, et en "Maison de la Guerre" c'est-à-dire le reste du monde.
Cette dichotomie rappelle d'autres idéologies totalitaires, et particulièrement le communisme.
Le communisme et l'islam cherchent tous deux la Fin de l'Histoire en ce bas-monde ; la Fin de l'Histoire adviendra ou bien lorsque notre planète toute entière sera devenue Dar al-Islam ou bien lorsque la révolution prolétarienne aura amené l'avant-garde de la classe ouvrière au pouvoir dans le monde entier ce qui signifiera la fin des états, la fin de l'argent, et la fin de l'oppression de classe.
Dans les deux cas il est possible de connaître une période de trêve. Il est possible d'obtenir ce que l'on nommerait de nos jours une "coexistence pacifique". Mais cette coexistence pacifique n'est qu'un stratagème tactique, et non une solution permanente.
Sahih Al-Bukhari Vol 4 Book 52, Hadith 196 : L'Envoyé d'Allah a dit "J'ai reçu l'ordre de combattre les gens jusqu'à ce qu'ils confessent qu'il n'y a pas d'autre divinité qu'Allah (...)"
Robert SPENCER : Si nous croyons que "si seulement nous changions notre politique envers Israël" et "si seulement nous changions de politique quant à l'Irak", ou si changions notre politique quant à autre chose. « Si seulement nous n'avions pas renversé le régime Mossadegh en Iran en 1953 » et d'autres choses [du genre] que les gens m'ont dites...
Ces idées sont ridicules. Elles sont basées sur une mécompréhension fondamentale des motivations et des objectifs des jihadistes.
Ce n'est pas un conflit qui a vu le jour avec la création de l'état d'Israël. Ni un conflit créé lorsque l'armée américaine a mis les pieds en Irak. Le Jihad planétaire s'est poursuivi sans interruption sans interruption notable depuis le VIIe siècle. Et il n'a jamais été en déclin en termes de force et d'activités qu'à des époques où le monde islamique était trop faible pour le poursuivre.
Bat Ye’or : La question que nous devons maintenant nous poser est: "Voulons-nous préserver nos valeurs judéo-chrétiennes et notre propre civilisation, ou voulons-nous choisissons-nous de nous diriger vers la dhimmitude ?" En Europe, une dhimmitude à grande échelle, qui engloutira l'Europe tout entière. Peut-être pas l'Amérique, mais l'Amérique sera isolée, parce qu'elle aura à traiter d'un point de vue géopolitique avec une Europe dhimmie, islamisée.
Et ce sont là des problèmes qui doivent être pris en compte par les Européens eux-mêmes dans les choix qui engagent leur identité et leur futur - la liberté ou la dhimmitude - et également par les Américains.
Afin de pouvoir se défendre des assauts du Jihad mondial, qui arrive dans le siècle à venir je n'ai aucun doute là-dessus, l'Occident devra se redéfinir et indiquer quel est exactement l'espace culturel et géographique à défendre et au nom de quoi.
Le défendre au nom de l'idéologie tiédasse du multiculturalisme est impossible. Le multiculturalisme et le libéralisme post-moderne ne valent pas que l'on meure pour eux. Ils ne constituent pas un motif pouvait inspirer les gens et les pousser à faire ce que leurs ancêtres ont fait à Poitiers ou devant les remparts de Vienne en 1683.
Ce que le Jihad planétaire a pour lui c'est l'engagement total de millions de gens, prêts à non seulement répandre leur religion, mais aussi à améliorer leur sort aux dépens des Infidèles ;
en premier lieu par l'immigration et par la suite par d'autres moyens si nécessaire.
Walid SHOEBAT : Ce que l'Occident doit comprendre à propos de l'islam, c'est que l'islam a le potentiel nécessaire pour remplacer les dangers dont nous venons tout juste en quelque sorte de nous débarrasser : le nazisme et le communisme. Comme pour le nazisme et comme pour le communisme, pour l'islamisme la fin justifie les moyens. Il n'y a pas de respect des frontières nationales, et toute son idéologie consiste à promouvoir sa façon de penser, et promouvoir sa façon de vivre dans le monde entier.
C'est ce qui est enseigné au Moyen-Orient, et c'est ce qui ressort de toute la jurisprudence à Al-Azhar en Arabie Saoudite et à travers le monde islamique tout entier : L'islam conquerra et continuera de conquérir jusqu'à ce qu'il triomphe, jusqu'à ce que tous les gens dans le monde disent "Il n'y a de dieu qu'Allah et Mahomet est Son Prophète".
Sermon du vendredi mosquée Abd al-Qader al-Kilani - Bagdad(Irak)
Imam : Je vous conseille, ô Amérique, Grande-Bretagne et vous dont Allah a dit que Sa colère était contre vous les Juifs ô fils de singes et de porcs, il n'y a pas de conflit sur la surface de la Terre que vous n'ayez allumé. A chaque fois qu'ils amorcent le feu d'un conflit Allah l'éteint.
Puisse Allah éteindre vos lumières et vos feux. Mais nous nous sommes les hommes qu'Allah a choisi et a voulu et il nous a rendu forts pour pouvoir cueillir vos têtes mûres pour la récolte qui se sont levées et ont agi avec tyrannie et arrogance. Nous serons ceux qui les cueillerons si Allah le veut.
Serge TRIFKOVIC : Il faut faire face à la particularité de l'islam, et il faut y faire face franchement et publiquement. A la différence des autres - et je dis ceci en sachant très bien à nouveau que cela heurtera certaines oreilles occidentales - à la différence des hindous, à la différence des confucéens, à la différence des animistes d'Afrique sub-saharienne, les musulmans ont une tendance inhérente à l'expansionnisme et à [vouloir] convertir le reste du monde non seulement à leur religion mais à leurs conceptions et à leur système moral et légal.
Ils ne déclareront pas cela ouvertement tant qu'ils sont une minorité d'immigrants, mais nous avons vu ceci à de nombreuses reprises déjà dans l'Histoire : une fois qu'ils atteindront le nombre nécessaire pour imposer leurs volontés, ils le feront.
Suite des vociférations du sermon de la mosquée
Ils sauront... !!
(et je ne veux pas mentionner leurs noms du haut de cette chaire), les Américains et leur président, et les Britanniques et leurs alliés, et les Sionistes, les enfants gâtés de cette entité
Allahou Akbar ! Si Allah le permet, Ô nation de Mahomet, même le rocher dira "Ô Musulman, un Juif se cache derrière moi viens et coupe-lui la tête. Et nous lui couperons la tête. Par Allah nous la couperons!Ô Juifs, Allahou Akbar! Allahou Akbar! Allahou Akbar !
Jihad dans le Chemin d'Allah! Jihad dans le Chemin d'Allah! Jihad dans le Chemin d'Allah!
Victoire à Allah! Allahou Akbar! Les Croyants [Musulmans] vont triompher!
Allahou Akbar! Allahou Akbar! Les Croyants [Musulmans] vont triompher!
Serge TRIFKOVIC : Les miracles existent. Je ne sais pas si ce sera une autre attaque terroriste, peut-être plus meurtrière encore, qui servira de catalyseur ou si ce sera une confrontation géopolitique au Moyen-Orient même, peut-être une crise qui verrait Israël sérieusement en danger, mais j'espère qu'une secousse ramènera dans l'esprit et le coeur des Occidentaux la conscience du besoin qu'il y a de se lever et de répondre présent.

[◄ PRECEDENT] - - - - - - [RETOUR AU RÉSUMÉ] - - - - - - [SUITE ►]

26 DÉCEMBRE 2006

Irénisme et Islam



réfugiées afghanes au camp de Shamshatoo (fin 2001)Irénisme:Attitude d'esprit selon laquelle on tolère l'intolérable, par désir exagéré de paix et de conciliation.
Photo Paul Jeffrey ©

En parcourant au hasard la blogosphère, ce ramassis d'un peu tout et «nimportkwa» (et particulièrement ce dernier), je suis «tombée» (1) sur un gugusse pompeux qui, comme beaucoup de français, ne connaît rien grand chose à la langue française, mais s'autoproclame "garde des mots" (ne rigolons pas, SVP !) ..

Ce spécimen de gnangnan politiquement correct (2) et qui prétend expliquer aux autres le sens des mots en les déformant est hélas courant, mais quand même ! Celui-ci n'hésite pas à voir dans l'irénisme une forme plus noble du pacifisme et de la tolérance (sans doute s'est-il rendu compte que lepacifisme bêlant et la tolérance aveugle passent de plus en plus mal, depuis que le monde a compris de quel bois était fait l'islam et qu'il est devenu plus difficile de masquer le terrorisme et l'avalanche de crimes dont se rendent coupables les musulmans partout dans le monde (3)) et n'hésite pas à encenser l'irénisme, qui «serait», je cite, une :
« Attitude de compréhension qui permet d'apaiser les querelles religieuses, classiquement de rapprocher les chrétiens de différentes confessions par-delà leurs divergences»
  1. c'est le cas de le dire : j'aurais pu tomber de ma chaise, tellement j'ai été abasourdie par la déformation que l'on peut donner aux mots, quand on fait partie de cette catégorie qui pullule un peu partout, et que Georges Brassens appelait déjà « les braves gens » : faux-culs, trouillards, menteurs, malhonnêtes et mesquins!

  2. NB: celui qui s'est livré sans fausse honte à ce mensonge cauteleux teinté d'angélisme s'appelle Alain Horvilleur, et le texte incriminé est ici

  3. ainsi par exemple, les musulmans sont responsables de 80% des viols en occident - un phénomène longtemps tenu sous le boisseau par les "PC" - et sont impliqués dans 95% des actes de terrorisme !


Cette diarrhée gnangnan est évidement un contresens total qui aboutit à faire d'un vilain défaut une qualité ! L'irénismen'a rien à voir avec la compréhension normale que l'on peut avoir envers une religion non sectaire, c'est-à-dire qui respecte l'autre, et notamment l'individu qui n'adhère pas, voire combat cette religion. C'est une forme non de tolérance, mais bien de lâcheté teintée d'aveuglement et d'angélisme, comme tente de le lui rappeler Joël un de ses commentateurs.

Et que répond cyniquement cet imbécile merdeux, non sans impudeur ? :
« J'avais bien entendu trouvé cette référence et décidé de ne pas y faire allusion. »
Autrement dit, ce petit monsieur reconnaît cyniquement qu'il connaît le sens des mots, mais qu'il n'hésite pas à le détourner en pratiquant le « politiquement correct » le plus hypocrite et le plus glauque (le même que celui dont nous abreuvent nos médias à longueur de journées pour endormir le peuple, et lui cacher autant que possible la dangerosisté de l'islam et les exactions des membres de cette secte) sur l'air du "mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose", pour tenter de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Voici la réponse que je lui ai faite sur son blog ce 26 décembre, et que ce petit monsieur minable a bien sûr immédiatement effacée :

Mettons un peu d'ordre dans tout ce magma, et clarifions les choses : l'irénisme est, comme le pacifisme bêlant, le relativisme culturel, et l'autruchisme des lopettes spécialistes du «politiquement correct», une attitude faite de lâcheté intellectuelle, de pleutrerie bien physique (la peur de prendre des coups) et de bas calculs, par exemple face aux prix du pétrole quand il s’agit de remplir sa citerne à mazout.

Irénisme: Attitude d'esprit selon laquelle on tolère l'intolérable, par désir exagéré de paix et de conciliation

Et si le mot retrouve des couleurs aujourd'hui, c'est pour stigmatiser l'attitude poltronne de l'homme occidental quand il s'agit de dénoncer l'intolérable, l'islam, cette théocratie sectaire proche du nazisme, et qui puise sa substance dans le coran (un texte d’une violence hallucinante, qui, contrairement à ce que bêlent les adeptes du cinquante-cinquantisme, ne trouve pas son équivalent dans aucune autre religion), et qui étend sa violence épouvantable face à l'autre, la femme, l'homosexuel, le juif, le chrétien, l'athée, et pire que tout, l'apostat, celui qui ose briser la loi du silence et dénoncer cette «religion» pour ce qu'elle est vraiment : une secte. Et la plus effroyable de toutes.


Ce commentaire restera ici, pour montrer comment une lopette qui n'est pas un "garde-mots", mais seulement un minable garde-chiourme de la pensée, perpétue la grande tradition stalinienne de la censure la plus abjecte et la plus minable.

.

18 OCTOBRE 2006

Soutien à Robert Redeker.



Vous trouverez dans le lien ci-dessus, une pétition, visant à soutenir ce professeur qui, après l'écrivain Michel Houellebecq, le pape Benoït XIV , et bien d'autres,vient d'être inquiété, parce qu'il ose exercer son droit d'expression critique à propos de cette religion sectaire qu'estl'Islam, et de son texte de base criminel, infâme et névrogène, le Coran.
Photo BlueKing ©


J'ai signé cette pétition, en y ajoutant, pour ma part, le commentaire suivant :
Que ressentir à part la honte et l'indignation, face à nos politiques et à nos médias, qui cèdent de plus en plus aux intimidations, et qui, de plus en plus, bradent nos droits fondamentaux et nos libertés inaliénables, en se laissent gagner par l'islamisation des esprits, qui grignote, petit à petit, nos valeurs démocratiques.

L'islam est bel et bien une religion sectaire, et le Coran, un texte hallucinant de haine, de violence et de mépris envers l'autre, considéré comme moins que rien parce que femme, parce que homosexuel, parce que non-musulman, juif, chrétien, athée, et, pire que tout, parce que apostat (car l’islam interdit à tout musulman, sous peine de mort, de quitter la secte).

Un islam qui fait de l’Autre un moins que rien que l'on peut se permettre de soumettre ou d'humilier, de tuer, de réduire en esclavage ou en dhimmitude, etc.

Que ce soit en cédant au chantage, ou que ce soit en tentant de perpétuer le mensonge qu'il y aurait un «autre islam » non névrogène, on perpétue LE PIRE DES RACISMES, car on enferme une majorité de personnes d'origine musulmane dans un piège inextricable, coincés entre un communautarisme menaçant qui les happe comme une gangue, et une protection des libertés démocratiques qui va en s'effilochant et qui ne les protège plus.

Résultat, nombre d'entre eux n'osent même plus clamer ouvertement qu'ils ont pris leurs distances par rapport à cette secte névrogène, et n'osent même plus s'afficher comme des citoyens normaux, libres et critiques, épris de valeurs démocratiques. Terrorisés par l'islam, et sans aucune illusion sur la volonté des occidentaux de défendre encore vraiment les valeurs universelles qu'ils pronaient jusqu'il y a peu, ils sont condamné à rentrer dans le rang de la barbarie. Quand certains de ces occidentaux, comme dans la gauche obscurantiste, et compagnon de route de cette barbarie qu'est l'islam, ne se complaisent pas eux-mêmes dans un soi-disant multiculturalisme sournois et un relativisme culturel, qui présente l'indéfendable comme étant la norme.

Un relativisme culturel qui, comme l'explique très bien Valérie Toranian dans son excellent essai « Pour en finir avec la femme » paru aux éditions Grasset, « n'est rien d'autre qu'un racisme ripoliné aux couleurs de la tolérance. Si les républicains de gauche ou de droite, qui veulent faire vivre la laïcité et défendre les droits des femmes, sont des néocolonialistes, alors ceux qui renvoient les peuples ou les communautés à leur condition, sous prétexte de respecter leur différence et leur culture, sont des néoracistes. »
On ne saurait si bien dire !

06 AOÛT 2006

Conflit Israélo-arabe: les vraies raisons du conflit

Sur le fil Asexualité, le 04 août, 2006 19:40 Anonymous a dit:
Je suis cathastrophé par le conflit israélo-arabe.

Réponse de naibed:
Qui ne le serait pas ? Encore convient-il de comprendre les tenants et aboutissants de ce conflit (encore appelé "israélo-palestinien", bien qu'il soit plus large que cela) , et ne pas rejeter tout sur Israël, dont la réplique, certes forte et implacable, est à la mesure  de la guérilla implacable que lui mène l'extrémisme religieux, tant par le Hezbollah que par une majorité de palestiniens de l'intérieur. Qui s'appuient sur le coran, pour chercher, ni plus ni moins, que la destruction d'Israël, comme cela a toujours été clairement dit par Arafat, et mis en pratique par aussi bien par l’OLP et le Fatah (prétendument laïque) que par le Hamas, plus ouvertement extrémiste, et le Hezbollah, un groupe d’extrémistes financés par la Syrie et l’Iran, et qui bénéficie de la complicité hypocrite du Liban, qui n’a rien fait depuis le retrait des israéliens de la zone sud, il y a cinq ans. Au contraire, ce geste de bonne volonté d’Israël a été interprété comme une faiblesse, et le Hezbollah a perfectionné ses techniques de guérilla à l’extérieur, tandis que le Fatah et le Hamas le faisaient de l’intérieur des territoires occupés. Israël a donc décidé de répondre de la façon la plus dure, pour en terminer avec ce danger permanent.

Ce que les arabes et en particulier les palestiniens ont longtemps présenté aux occidentaux crédules comme une « guerre de libération » n’est rien d’autre qu’une « guerre de conquête religieuse » particulièrement infecte visant à supprimer les juifs pour mettre toute la région sous la tutelle musulmane, et préfigure ce qui attend les européens s’ils continuent de faire l’autruche en niant la nocivité intrinsèque de cette religion sectaire qu’est l’islam, dont le coran non seulement incite au mépris à la violence envers la femme et le non-musulman, qu’il soit juif, chrétien, ou athée, et surtout les apostats (comme Salman Rushdie), qui risquent la mort, parce qu’ils refusent d’encore adhérer à cette secte dangereuse, ou même parce qu’ils en contestent le prosélytisme guerrier et la logique de mort que draine l'islam .

Quant aux européens, et particulièrement les français, ils pratiquent depuis toujours un antisémitisme (1) plus ou moins larvé, combiné avec une complaisance opportuniste, veule et lâche, en faveur des arabes, entre autres, pour des raisons pétrolières, notamment.


(1) antisémitisme qui n’était pas qu’allemand, loin s’en faut ! un détail souvent caché de l’histoire, c’est que Hitler, avant d’envisager la solution finale, a proposé aux pays européens d’accepter chez eux les juifs qu’ils voulait expulser d’Allemagne. Ce que tous ceux-ci se sont empressé ...de refuser. 

Après la guerre, les européens ont voulu se dédouaner à bon compte, en permettant la création d’un état juif en Palestine, où vivaient quelques juifs qui n’avaient pas suivi l’exode, et quelques arabes et dont aucun ne se disaient « palestiniens» à l’époque. La Palestine n’était à l'époque qu’une division administrative d’une entité plus vaste qui a été longtemps sous le joug ottoman (turc), avant de passer sous protectorat anglais.

Par après, les arabes de Palestine ont habilement confisqué le terme de palestinien, pour revendiquer la totalité du territoire. Et camoufler leur guerre d'extermination religieuse sous les dehors d'une soi-disant "guerre de libération"

Acte I Police

Ma Vérité Politique ♦️MVP ✔ Voici l'appel à manifester des policiers pour le #20décembre ! #LREM vers l'implosion ? #Gilets...