jeudi 11 janvier 2018

Blog de Naibed (sauvegarde 1)

30 JUIN 2007

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (3)


PART 3. Expansion.
Partie 3. Expansion.
Diplomate arabe : …ok, alors nous nous disons au revoir et nous nous serrons la main, OK ?
Caméraman : Etes-vous prêts messieurs ?
Diplomate arabe : OK
Caméraman : Caméra ! Je filme.
Diplomate arabe (s’adressant à Tony Blair): Donc, en d’autres mots, vous voulez changer.. [il se reprend]. En d’autres mots, qui vous donne le droit de changer ou de renverser le gouvernement d’un autre pays ? .

Tony Blair : Ca ne devrait pas être à nous d’assembler le nouveau gouvernement. Ca devrait être au peuple afghan de le faire, en Afghanistan ; mais aussi ceux qui ont eu à fuir l’Afghanistan. Je crois que c’est la bonne manière de procéder.
Maintenant… Puis-je vous dire que j’ai beaucoup apprécié de faire cette interview avec vous, et que je pense que, quelques différences qu’il puisse y avoir entre nous, il est important que nous poursuivions ce dialogue. Peut-être que l’un des problèmes soulevés par tout cela est qu’il n’y a pas eu suffisamment de dialogue entre le monde Arabe et l’Occident, entre l’islam et les gens des autres religions. Et j’espère que nous puissions établir un vrai dialogue, et peut-être qu’un peu de bien pourra émerger des terribles événements du 11 septembre.
Diplomate arabe : Une question personnelle, Mr Blair, pour terminer – je sais que vous avez tellement de réunions, et que des gens attendent dehors, j’ai lu dans le Times, je crois, que vous lisez des choses sur l’islam. Que savez-vous de l’islam ?
Tony Blair : Et bien… je ne prétends nullement être un expert, mais je lis le mess…
Diplomate arabe : Que lisez-vous, qu’est-ce qui vous intéresse ?
Tony Blair : Je lis le message du Coran, dans la mesure où il peut être traduit, et je lis sur l’islam, et ça me plait de le faire. Et je pense qu’il y a …Vous savez, j’ai appris des choses sur le Coran que j’ignorais jusqu’alors, et je pense que beaucoup de chrétiens seraient intéressés, et c’est une des raisons pour lesquelles je vous dis cela. Ce serait bien si, après ceci, nous pouvions davantage dialoguer, et nous faire confiance, et la raison pour laquelle je dois vous quitter maintenant, c’est parce que je dois rencontrer certains leaders religieux, à la fois des musulmans, des chrétiens, et des juifs, ici à l’étage, pour discuter de la façon dont nous pouvons rapprocher les religions. Alors… Choukran al-Jazeera, et…
Diplomate arabe : Au revoir, Mr Blair ! Qu’avez-vous dit en arabe ?
Tony Blair : Choukran ‘l’ al-Jazeera
Diplomate arabe : Choukran ! Merci beaucoup !
Robert SPENCER : L’islam conçoit sa mission terrestre comme étant de répandre la loi d’Allah sur le monde par la force. Attention, c’est différent de répandre la religion par la force. Les musulmans démentent souvent avec indignation que l’islam ait été propagé par l’épée, selon la vieille expression, et que quiconque ait jamais été forcé de se convertir à l’islam.
Maintenant, bien sûr, les conversions forcées sont un élément constant de l’histoire islamique,mais elles sont théoriquement interdites par la loi islamique. Maintenant, l’idée en islam est que les musulmans doivent faire la guerre pour établir l’hégémonie de la loi islamique, tout le monde ne sera pas forcé de devenir musulman, mais les non-musulmans seront relégués à un statut de seconde classe, ils ne pourront pas vivre sur un pied d’égalité avec les musulmans.
Et il est de la responsabilité des musulmans dans le monde de combattre pour instituer ce type de société.
Sahih Al-Bukhari Vol 4 Book 53, Hadith 392 : Un jour que nous étions à al mosquée, l’Envoyé d’Allah sorti de chez lui et dit : « Allons chez les juifs ». Nous nous mîmes en route avec le prophète. Le prophète les interpella en ces termes : « Embrassez l’Islam et vous trouverez le salut. Sachez que la terre n’appartient qu’à Allah et à son Envoyé, et que je peux vous expulser du territoire que vous occupez. Que celui qui possède quelque bien le vende. Sinon, sachez bien que la terre n’appartient qu’à Allah et à son Envoyé. ».
Bat Ye'or : Les musulmans voient l’extension du jihad comme une guerre qui libérerait les infidèles de leur infidélité, et comme un privilège qui leur est accordé, celui d’avoir l’occasion d’entrer dans la religion islamique, et d’ainsi abandonner leurs croyances erronées. Donc, le jihad est vu comme une faveur qui est accordé à la population infidèle afin qu’ils puissent changer leurs coutumes et se convertir à la vraie religion : l’islam.
Coran 8:67 : Il n’appartient pas à un prophète de faire des captifs [et de les libérer contre rançon] avant qu’il ait prévalu [mis les infidèles hors de combat] sur la Terre. Vous voulez ce qu’offre ce monde [càd l’argent de la rançon des prisonniers], tandis qu’Allah veut [pour vous] l’au-delà. Allah est puissant et sage.
Walid SHOEBAT : Dans la pensée musulmane, dans la sharia musulmane, le monde est décrit comme étant composé de deux demeures. Elles se nomment Dar al-islam et Dar al-Harb. La « Maison de l’islam » et la « Maison de la Guerre ». Le monde entier fait donc partie de ces deux maisons. Si vous n’êtes pas musulmans, vous apaprtenez à la Maison de la guerre. Cependant, en Occident, les apologistes musulmans disent : « Non, ce n’est pas ça, c’est la maison de la trève et la Maison de l’islam, mais ce n’est pas correct en fait , si vous regardez les hadiths, si vous examinez ce qui est issu de la jurisprudence. Au Moyen-Orient, c’est ça qui est enseigné.
Homme1 : J’ai un fils. Je le prépare déjà au martyre, le mien ou bien le sien. Je lui raconte qu’Allah a créé un vaste paradis et qu’il s’y trouve des choses que l’œil n’a jamais vues et l’oreille jamais entendues, des choses qu’un homme ne peut même pas imaginer. Il me demande : « si j’exécute une opération et me fait exploser, est-ce qu’A1lah me donnera une voiture, ou un fusil pour tirer, ou des jouets ? Je lui réponds : tu obtiendra tout ce que tu voudras.
Homme2 : C’est une discussion que vous avez vraiment eue avec votre fils ?
Homme1 : Oui, ça s’est vraiment produit.
Imam (en blanc) : Rassemblons nos micros et demandons-nous quelle est la bonne réponse à donner à un enfant qui demande : « Ou est mon père ? » ou bien « où est ma mère ? » après que l’un d’entre eux ou les deux aient mené une opération - martyre ?
Homme2 : La réponse est, en bref, que lorsque Saïd a connu la mort d’un martyr, nous avons dit, il est un martyr. « Ne considérez pas ceux qui sont morts pour la cause d’Allah comme morts, mais comme vivants et comme nourris par Dieu. » et nous avons calmé les enfants. Lorsque la télévision est venue, la chaîne d’Abu Dhabi, je crois, ou une autre, nous leurs avons dit : « Nous sommes prêts à sacrifier nos quatre enfantse. Et alors, le benjamin (le cinquième) a dit : « [Et moi], pourquoi je peux pas ? »
[L’imam écoute un enfant.]
L’enfant : « Je souhaite devenir martyr pour la cause d’Allah, et tuer des juifs et des infidèles qui vénèrent d’autres dieux qu’Allah et son Prophète, et qui suivent une religion qu’Allah n’a pas autorisé et qui ne figure pas dans le Coran.
(l’imam esquisse un sourire – sans doute à cause de la formulation maladroite - et fait mine de vouloir rectifier, puis se ravise).
L’enfant : « j’ai 12 ans et je mémorise le Coran.
(l’imam sourit, attendri, et approuve)
L’imam : Qu’Allah te protège et fasse de toi un combattant dans le sentier d’Allah.
Bat Ye’or : Maintenant la population infidèle voit cette guerre comme une guerre de génocide, puisque décrite comme elle l'est, tant par les historiens musulmans du jihad que dans de très nombreuses sources chrétiennes. Cette guerre a été conduite avec une grande férocité, des villes entières furent livrées au massacre, des populations entières furent emmenées en esclavage ou massacrées.
Sahih Al-Bukhari Vol 4 Book 53, Hadith 386 :
Les compagnons du Prophète et le second calife Omar envoyèrent les musulmans combattre les païens dans les grands pays. Lorsque nous eûmes atteint le pays de l'ennemi, le représentant de Khosrau [le souverain perse] sortit avec 40.000 guerriers et un interprète s'avança et dit: "que l'un d'entre vous me parle. Al-Mughira répondit (...): "Notre Prophète Messager de notre Seigneur nous a ordonné de vous combattre jusqu'à ce que vous n'adoriez qu'Allah seul ou que vous payiez la Jizya (le tribut) et notre Prophète nous a informé que notre Seigneur a dit que quiconque d'entre nous qui est tué (en martyr) ira au Paradis pour y mener une vie si voluptueuse qu'il n'en a jamais connue de telle, et quiconque d'entre nous qui reste vivant deviendra votre maître."
Bat Ye’or : Il y a eu en fait deux grandes vagues de jihad. La vague arabe qui commença au VIIe siècle et qui en un siècle seulement islamisa d'énormes territoires, des territoires chrétiens dans l'ensemble du Portugal à l'Arménie, et qui islamisa également la Perse, (non pas chrétienne, mais principalement zoroastrienne à l'exception de l'Irak, qui était essentiellement chrétien au nord, juif et chrétien au sud).
La seconde vague d'islamisation débuta au XIe siècle avec les tribus turques ; toutes ces régions d'Europe de l'Est, la Grèce, l'Anatolie - qui est aujourd'hui la Turquie mais qui était alors au coeur de l'empire chrétien byzantin - ainsi que la Serbie, la Bulgarie, la Roumanie furent intégrées dans le Dar al-Islam, c'est-à-dire le territoire de l'islam.
Ainsi tous les pays bordant la Méditerranée qui à une époque furent chrétiens devinrent terres de l'empire islamique. Cette vague turque dura du XIe au XVIIe siècle, jusqu'à ce que les armées turques soient arrêtées devant les portes de Vienne en 1683.
THE CRUSADES (1095 – 1270 AD)
Les Croisades (1095 - 1270 ap. JC)
Serge TRIFKOVIC : Les Croisades ne sont pas vues très différemment dans le monde musulman contemporain de la façon dont elles sont vues par le monde académique occidental et dont elles sont traitées dans les discours de l'élite occidentale. Tous parlent des croisades comme d'agressives guerres de conquête menées par l'Europe chrétienne contre d'innocents et paisibles musulmans.
On peut toutefois se demander ce que ces musulmans faisaient en Terre Sainte d'abord !!
Et bien ce qui s'est passé c'est que Mahomet et ses successeurs ont menés une série de guerres de conquête et que lors de l'une de ces campagnes durant la quatrième décennie du VIIe siècle, la Terre Sainte - Palestine Israël - fut conquise par les musulmans.
Et donc lorsque les Turcs seldjoukides commencèrent à compromettre la possibilité que les pèlerins chrétiens avaient de faire le pèlerinage de se rendre à Jérusalem lorsque leur sécurité physique ne fut plus garantie, les chrétiens d'occident agirent non seulement en tant que re-conquérants de terres qui avaient un jour été leurs mais aussi, assez justement pourrait-on dire, en tant que protecteurs de leurs lieux saints.
Dans le cas des musulmans même une guerre défensive est une guerre de conquête parce qu'ils sont obligés de diffuser l'islam, mais une terre qui fut un jour musulmane doit particulièrement être re-conquise et le jihad est le nom légitime de cette guerre de reconquête.
Ils ne purent donc jamais accepter l'existence des Etats Croisés à Antioche et Jérusalem, parce qu'ils constituaient un Dar al-Harb rétabli dans le Dar al-Islam.
C'est un aspect que l'on retrouve dans le conflit israélo-palestinien aujourd'hui dont beaucoup d'Occidentaux ne sont pas pleinement conscients.
La même psychologie qui poussa Saladin et d'autres à combattre les Croisés anime maintenant le Hamas. Dans les deux cas ce n'est pas seulement une question de désir nationaliste d'Arabes qui voudraient expulser de nouveaux venus européens ou juifs, mais c'est aussi une obligation coranique qui enjoint à tout bon musulman de s'assurer qu'un territoire gouverné à une époque par des musulmans retombera sous leur autorité.
From the British historian Hilaire Belloc "The creat Heresies" - 1938
D'après l'historien britannique Hilaire Belloc dans "Les Grandes Hérésies" (1938)
« Il m'a toujours semblé possible et même probable qu'il y ait une résurrection de l'islam, et que nos enfants ou nos petits-enfants voient la reprise de cette formidable lutte entre la culture chrétienne et ce qui est depuis plus de 1000 ans son plus grand adversaire.
Suggérer que l'Islam puisse à nouveau se lever paraît inouï - mais ce n'est que parce que les hommes sont toujours puissamment influencés par le proche passé : on pourrait dire qu'ils sont aveuglés par lui. (...) Mais il n'y a pas si longtemps moins de cent ans avant la Déclaration d'Indépendance [américaine] (...) Vienne fut presque prise et ne fut sauvée que par l'armée chrétienne réunie sous la bannière du roi de Pologne (...) à une date qui devrait compter parmi les plus célèbres de l'Histoire - le 11 septembre 1683.
Robert SPENCER : Le 11 septembre 1683 le siège de Vienne fut brisé ; c'était l'apogée de l'expansion du jihad islamique en Europe. Après cela l'islam sombra dans le déclin et le monde islamique connut la colonisation et un affaiblissement radical.
Il semble très plausible, presque certain selon moi, qu'Oussama Ben Laden a choisi la date du 11 septembre en 2001 pour envoyer le signal que le déclin du monde islamique était terminé, et que les jihadistes étaient de retour, et qu'ils allaient reprendre au point où ils avaient été arrêtés à Vienne en 1683.
Serge TRIFKOVIC : Si nous examinons les plaques "tectoniques" entre le monde islamique" et non-islamique aujourd'hui, nous pouvons constater quelque chose de très intéressant, à savoir que même des sociétés islamiques très différentes, qu'il est difficile de réunir sous une seule étiquette civilisationnelle, ont quelque chose en commun : c'est la tendance à être en conflit avec leurs voisins.
Si vous regardez à l'extrémité sud-est des territoires atteints par l'islam, nous avons le Timor oriental où les musulmans indonésiens ont massacré un tiers de la population de cette ancienne colonie portugaise, qui en passant, est catholique. Au sud des Philippines, nous avons une rébellion islamique extrêmement violente, qui couve et se fait plus ou moins violente depuis des années. En Indonésie même, nous avons eu des conflits religieux dans les Moluques où la minorité chrétienne harcelée de toutes parts est en danger d'extinction, nous avons des mouvements islamiques très actifs à la fois en Thaïlande, et en Chine, au Xinjiang.
Dans le sous-continent indien l'histoire est carrément tragique, c'est là que l'holocauste indien a eu lieu à l'époque médiévale un épisode de l'histoire de l'islam que le monde occidental connaît peu, mais qui a laissé une profonde marque traumatique chez les peuples de cette région, et le conflit est toujours présent de manière latente dans la province du Cachemire.
En Afrique il y a une guerre constante au Soudan, qui trouve enfin une place au premier plan des préoccupations des cercles décisionnels occidentaux, mais qui se poursuit depuis vingt ans ; il est impossible d'estimer le nombre de vies qu'elle a fauchées, mais c'est certainement de l'ordre de plusieurs centaines de milliers. Il y a l'instabilité constante au Nigeria entre les états renaissants du Centre et du Nord, qui font de plus en plus pression sur le gouvernement de Lagos, pour qu'il accepte la loi islamique la charia en tant que loi nationale de ces provinces. Il y a bien sûr la Mauritanie où les musulmans combattent sans cesse les habitants non-musulmans du sud du pays ; puis il y a bien sûr le Caucase la Tchétchénie. Et en Europe même le conflit en ex-Yougoslavie entre les musulmans bosniaques et respectivement les Serbes et les Croates, et le conflit entre les Albanais et les Serbes et les Macédoniens. Et peut-être sous peu entre les Albanais et les Grecs.
Si nous éliminons ces conflits, si nous sortons de l'équation la Tchétchénie, les Balkans, le Soudan, ... le monde est relativement paisible. Si nous éliminions de l'équation terroriste les actes de terrorisme accomplis par les musulmans ces cinq dernières années, nous en viendrions à réaliser que la "Guerre contre le Terrorisme" n'est pas nécessaire, parce que la terreur ne serait pas un très grand problème.

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (4)


PART 4. WAR IS DECEIT.
Partie 4. La guerre est tromperie .
[Senateur Harry Reid (Nevada) Octobre 2001]
- Madame la présidente
- Sénateur du Nevada.
- J'ai déjà pris la parole dans le passé pour parler de l'islam, et de la grande religion qu'elle est. J'ai déjà dit auparavant et je répète que les principaux médecins de ma femme sont deux membres de la confession islamique - son spécialiste de médecine interne et celui qui l'a opérée. Je les connais bien ; j'ai été chez eux, m'en suis fait des amis, j'ai parlé de sujets très sérieux avec eux. Nous nous sommes mutuellement soutenus dans nos problèmes familiaux.
Je me suis rendu avec eux à la nouvelle mosquée à Las Vegas. Ce sont des gens merveilleux avec de belles familles. Et j'en suis venu à réaliser que l'islam est une bonne religion, une bonne façon de vivre ; ces gens ont une bonne hygiène de vie, comme le leur dicte leur religion, et ils ont de grandes valeurs spirituelles comme leur religion le leur dicte.

Et c'est dommage qu'il y ait quelques personnes mal renseignées dans le monde qui essayent de diminuer la valeur de cette très belle religion. Je pense qu'ils ne peuvent pas faire une mauvaise réputation à cette religion. Je pense que le pouvoir de cette religion, et le pouvoir des gens de cette religion, triomphera de ces gens malveillants qui se servent de cette belle religion pour commettre de mauvais actes envers des innocents.
Robert SPENCER : L'islam est une religion et un système politique qui dicte que l'on doit faire la guerre aux mécréants jusqu'à ce qu'ils se convertissent ou se soumettent. Et c'est ainsi que les terroristes de par le monde justifient leurs actes, et cette justification est basée sur des éléments centraux de la tradition islamique.
En conséquence il est très difficile pour des musulmans modérés paisibles de se lever au sein de la communauté islamique et de dire: ça ne fait pas partie de l'islam. Ce n'est que par duperie délibérée qu'ils font cela, dans l'intention d'induire en erreur les Occidentaux, en accord avec la doctrine islamique de la "Taqqiya", le "mensonge pieux". Ou alors, ils font cela tout simplement parce qu'ils ne sont pas conscients de ce que l'islam enseigne réellement.
Sahih Al-Bukhari Vol 4 Book 52, Hadith 269 :
Le Prophète a dit : "La guerre est tromperie."
En général mentir n'est pas permis en islam. Mais à la différence d'autres religions, il y a certaines circonstances dans lesquelles un musulman peut mentir et où c’est considéré comme acceptable, voire même encouragé. Ce concept est appelé "al Taqqiya". Al Taqqiya signifie "dissimulation préventive"; un musulman est autorisé à mentir pour se sauvegarder d'un mal qui pourrait lui arriver, à lui ou à l'islam.
Robert SPENCER : Lorsque quelqu'un est sous pression, il peut mentir afin de protéger la religion. Ca vient du Coran chapitre III verset 28 et chapitre XVI, verset 106.
Abdullah Al-ARABY : Il y a certaines clauses pour le mensonge. Ainsi, un musulman peut mentir pour la cause de l'islam, il peut mentir pour maintenir la paix dans sa famille , il peut donc mentir à sa femme. Un musulman peut mentir à ses coreligionnaires, afin de préserver la paix dans la société.
Mahomet lui-même ordonna à des gens de mentir. Lorsque des gens à qui il avait ordonné d'aller tuer quelqu'un lui dirent « Nous ne saurions pas le tuer si nous ne lui mentons pas », il leur répondit : « D'accord, c'est bon, mentez. »
The Life of Muhammad, p. 367 : l'Envoyé d'Allah a dit: ''Qui me débarrassera de Ka`b ibn Al-'Achraf (...) ?" Muhammad ibn Maslama frère des Bani Abdul-Ashal répondit " Ô Envoyé d'Allah je peux m'en occuper ; veux-tu que je le tue?''
"Certes oui, si tu peux'' répliqua le Prophète.
(...) Muhammad dit: "Ô Envoyé de Dieu nous aurons à raconter des mensonges."
Il répondit "Dites ce que vous voulez, vous êtes libres en la matière."
Présentation TV: L'Amérique est un pays de diversité et de service.
Je suis afro-américain. Mes ancêtres ont surmonté l'épreuve de l'esclavage.
Je suis amérindienne. Je suis journaliste épouse et mère.
Je suis d'ascendance européenne. Un de mes ancêtres fut membre de la première assemblée législative des USA.
Je suis hispano-américaine. Je pratique le scoutisme depuis mes six ans et je suis maintenant chef de troupe.
J'ai servi dans les forces armées de notre nation, comme beaucoup d'autres de ma famille.
Mon père a effectué deux séjours comme militaire au Vietnam.
Un autre [de mes ancêtres] s'est battu pour la liberté à Gettysburg.
Deux de mes oncles ont combattu pour notre pays lors de la guerre de Corée
…Et je suis un musulman américain.
…Et je suis une musulmane américaine.
…Et je suis un musulman américain.
…Je suis une musulmane américaine.
Conclusion « rassurante » du clip : Les musulmans font partie intégrante de ce grand pays qu’est Amérique et oeuvrent à construire une Amérique meilleure.
Serge TRIFKOVIC : Les porte-parole de l'islam dans le monde occidental savent comment jouer la partie. Ils savent comment présenter leur cause d'une façon qui soit non seulement considérée comme acceptable par le la majeure partie de la société, mais qui soit aussi considérée comme sensée et même pourrait-on dire juste. Ils feront appel aux institutions démocratiques, et aux Droits de l'Homme, tout en sachant très bien que s'ils en avaient le pouvoir ils aboliraient ces institutions et refuseraient ces droits aux autres.
Sahih Al-Bukhari Vol 7 Book 67, Hadith 427 : Le Prophète a dit "Par Allah et s'il plaît à Allah! Je ne ferai pas un serment et trouvant ensuite qu'il y a mieux à faire, sans que j'expie ce serment et fasse ce qu'il vaut mieux''.
Walid SHOEBAT : Lorsque je travaillais comme traducteur au Loop College à Chicago pour la collecte de fonds pour les mouvements jihadistes, pour l'Autorité Palestinienne - l'OLP à cette époque - nous faisions les traductions pour les annonces pour les tracts que nous distribuions ou que nous affichions sur les murs de l'université. Et je me souviens que la version arabe était au fond très factuelle : "Amenez vos amis, nous avons l'intention de collecter des fonds pour soutenir nos frères de jihad au Liban qui combattent dans le sud contre Israël..." ou quelque chose dans le genre
Et ensuite venait la partie en anglais. Dans la version anglaise c'était les trucs standards : « Nous organisons une fête culturelle moyen-orientale, vous êtes les bienvenus. Nous servirons de l'agneau et du baklava. ». Ainsi ce que l'Occident ne comprend pas, c'est que lorsque nous nous réunissons, nos conversations sont différentes. Dès qu'un Occidental arrive, la conversation change complètement. Elle devient "acceptable" pour un esprit occidental.
J'allais au travail par exemple durant la Guerre du Golfe, je travaillais dans une compagnie américaine. Et tout le monde traînait près du poste de télévision, dès qu'un SCUD tombait sur Riad ou quelque chose comme ça, tout le monde était angoissé, inquiet, qu'un SCUD soit tombé sur un camp américain. Et je me tenais au milieu de tous ces employés américains : " oh, c'est vraiment moche" ... vous savez, "oh, c'est trop moche... je suis désolé que nous ayons perdu des hommes... ".Et, …de frustration, frustré d'avoir à cacher ce que je ressentais vraiment, je baissais ma vitre sur l'autoroute en rentrant à la maison, et je criais à pleins poumons "Allah Ouakbar !" (Allah est grand). "Allah Ouakbar ! " parce que c'est ce que vous scandez lorsque l'ennemi est tué, lorsque vous gagnez.
Ainsi, si c'était une journée fructueuse pour les Irakiens, s'ils plaçaient un missile SCUD, c'était "Allah Ouakbar!" sur l'autoroute ; là où je savais que personne ne pouvait m'entendre.
Et lorsque j'arrivais à mon appartement, le reste des occupants du complexe étaient aussi des Arabes du Moyen-Orient : on se réunissait dans mon appartement pour regarder la Guerre du Golfe, et nous louions Allah à chaque fois que des Américains étaient tués dans quelque évènement.
Mais nous avions un autre visage lorsque nous étions dans un environnement américain.
Dans un environnement américain vous suiviez un autre scénario. Vous faisiez comme si vous étiez de leur côté. Il y a donc cette face tout entière qui est cachée de l'Occident : cette tactique grâce à laquelle les fondamentalistes musulmans qui veulent propager le jihad en Amérique peuvent agir publiquement.
Animateur TV : assistons-nous aujourd'hui à un "Choc des Civilisations"?" C'est la question que nous avons posée au célèbre intellectuel palestinien et professeur d'anglais et de littérature comparée à l'Université de Colombia le docteur Edward Saïd.
Edward Saïd : Non, je ne pense pas. Et je crois que cette théorie tout entière est quelque peu erronée, parce que tout d'abord les civilisations ne sont pas, vous savez, de petits paquets nettement séparés les uns des autres, elles sont toutes connectées d'une façon ou d'une autre et la soit-disant civilisation occidentale a beaucoup d'éléments qui sont islamiques, confucéens, latino-américains, russes, qui tous …[blah blah]
Bat Ye’or : La base, le prophète de cette nouvelle version de l'islam en tant que religion de paix et de tolérance, était Edward Saïd qui a établi dans toutes les universités et dans le monde académique cette vision islamique de la paix. Sur cette base, toute l'histoire de la dhimmitude et du jihad disparaît.
Robert SPENCER : Edward Saïd qui dans son livre "Orientalisme" postulait que la critique du monde islamique émanant d'occidentaux était raciste et impérialiste. Cette thèse [l'islam pacifique et tolérant] est diffusée afin de permettre de marquer des points politiques, d'habituer les Occidentaux à l'idée que les musulmans sont aux USA pour y rester, et qu'il ne faut pas mettre en doute leur loyauté aux structures laïques des sociétés occidentales aux Etats-Unis comme en Europe. Qu'il ne faut pas douter d'eux quant à cela, en dépit de la caractéristique politique historiquement liée à l'islam, parce que l'islam est une religion de paix. Et cette fiction s'est si bien implantée dans le débat public américain, qu'il est pratiquement impossible de la remettre en question, et que quiconque osant le faire est immédiatement étiqueté comme raciste, comme incitant à la haine comme sectaire.
Et c'est très efficace, dans un pays où le racisme est considéré comme un péché cardinal supérieur à tout autre, pour réduire au silence tout débat qui toucherait à l'attachement indéfectible des immigrants musulmans à la loi islamique et à leurs intentions envers le système laïque dans lequel ils vivent maintenant.

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (5)


PART 5. More than a religion.
Partie 5. Plus qu'une religion
Au parti démocrate : ... Il ne s'agit pas d'un affrontement avec l'islam ou les Arabes, il s'agit de liberté pas de culture. Il s'agit de travailler avec les gouvernements islamiques qui veulent aller de l'avant dans le monde moderne. Travailler avec les gouvernements islamiques qui considèrent leur religion comme une religion de paix et oeuvrer contre la violence et la terreur, et les gens qui cherchent à faire régresser le monde et qui cherchent à perturber la paix et la liberté des autres. Et c'est donc de cela qu'il s'agit pour nous.
La vraie confession islamique est, nous le pensons, une religion de paix, et nous avons l'intention de collaborer avec eux dans cette optique. La vraie confession islamique est, nous le pensons, une religion de paix...
« La vraie confession islamique est, nous le pensons, une religion de paix... »
Abdullah Al-ARABY : L'islam doit être perçu comme étant bien plus qu'une religion. L'idée que l'islam est une religion spirituelle, comme par exemple le christianisme, est complètement incorrecte.
Serge TRIFKOVIC : Il serait inexact de décrire l'islam comme étant principalement, sans même dire "seulement" une religion. Depuis ses tout débuts à l'époque de Mahomet, elle a également été un projet géopolitique, et un système de gouvernement ; une idéologie politique si vous voulez.
Robert SPENCER : Dès son commencement l'islam fut à la fois religion et système de gouvernance.Par exemple, le calendrier islamique ne prend pas son origine à la naissance de Mahomet ni à la date à laquelle Mahomet reçut sa première révélation divine, ce qui est, je pense, ce à quoi des Occidentaux s'attendraient, mais à la date à partir de laquelle Mahomet devint un chef militaire et un chef d'état, à Médine.
C'est là le point de départ du calendrier islamique, parce que, dans l'entendement islamique, l'islam est un système politique et social tout autant qu'une religion individuelle.
Serge TRIFKOVIC : En islam la séparation entre le pouvoir temporel, séculier, et le religieux n'est pas seulement impossible, il est une hérésie. Il n'y a qu'en mêlant complètement tous les aspects des activités humaines et tous les aspects des fonctions politiques et légales de l'Etat que l'on peut parvenir au Califat, l'état convenablement organisé qui plaît à Allah.
Walid SHOEBAT : Lorsque les Occidentaux pensent à la religion, que ce soit l'islam, le christianisme, le judaïsme, l'hindouisme, … et tous ces –ismes dans le monde, les Occidentaux pensent que c'est une question personnelle.
Un bouddhiste va au temple rend paisiblement culte à l'objet de sa vénération, médite, contemple; un juif va à sa synagogue et fait ses mitzvot, ses bonnes actions; un musulman va à la mosquée, paie la zakat (l'aumône), ou bien va en pèlerinage al-Hajj à La Mecque; ou un chrétien va à l'église le dimanche...
Ils pensent que c'est quelque chose de personnel, que la religion est une question privée. Et donc quand ils regardent l'islam, ils le considèrent de la manière dont ils envisagent la religion.
Et c'est la première erreur. L'islam n'est pas une religion à usage privé. L'islam, c'est la loi de la charia. L'islam est une forme de gouvernance du monde. D'abord !.
Et ensuite c'est une question d'application personnelle.
Ce n'est pas seulement la façon dont vous priez ou que vous priiez face à La Mecque, c'est la façon dont vous vous habillez - vous vous habillez à la mode arabe. Vous parlez arabe; vous ne pouvez accéder au Ciel si vous ne priez pas en arabe. Vous ne pouvez pas lire le Coran en anglais et espérer en recueillir un bon point pour aller au Ciel. Vous lisez le Coran en arabe.
Ca devient [peu à peu] un système impérialiste, où tout le monde doit parler en arabe, penser en arabe, pratiquer la religion en arabe, c'est une forme de loi, qui ne concerne pas seulement la façon dont vous mangez, mais aussi celle dont vous vous mariez, quelles sont vos relations avec votre gouvernement, les relations avec votre armée, comment vous vous occupez des jeunes, comment vous traitez les femmes, tous les aspects de votre vie deviennent islam.
Tout est islam.
Sahih Al-Bukhari Vol 2 Book 23, Hadith 413 : Les juifs amenèrent devant le prophète un homme et une femme des leurs, qui s'étaient rendu coupables de relations sexuelles illicites (adultère). Le prophète ordonna que les deux soient lapidés (à mort) près de l'endroit où l'on faisait les prières funéraires à côté de la mosquée.
Sahih Al-Bukhari Vol 7 Book 62, Hadith 88 : Le prophète passa [le contrat de mariage] avec Aïcha lorsqu'elle avait six ans, et consomma son mariage avec elle alors qu'elle en avait neuf, et elle resta à ses côtés durant neuf ans [c'est à dire jusqu'à sa mort]
Robert SPENCER : La charia islamique, la gouvernance islamique n'est en aucun cas compatible avec la conception que l'Occident a des Droits de l'Homme et de la Liberté de Conscience. L'islam traditionnel interdit la conversion hors de l'islam, interdit à quiconque de quitter l'islam. Il n'y a pas de sortie.
Et il interdit que musulmans et non-musulmans vivent sur pied d'égalité en société : il préconise le statut de deuxième classe pour les non-musulmans, en leur interdisant de détenir une quelconque autorité sur des musulmans, en leur interdisant par conséquent certaines positions professionnelles ; il a même par le passé édicté que les lieux de cultes des juifs et des chrétiens ne pouvaient être ni édifiés ni réparés, reléguant ces communautés à une condition déclinant sans cesse.
Coran 5:51 : "Ô vous qui croyez! Ne prenez point les Juifs et les Chrétiens pour auliya [amis,protecteurs, alliés]; ils sont auliya les uns avec les autres. Quiconque parmi vous les prendra pour auliya sera des leurs.
Serge TRIFKOVIC : il n'est pas possible pour un non-musulman, vivant dans une société musulmane, de faire appel à ses droits civiques, aux droits de l'homme, [des droits] qui seraient indépendants ou distincts des concepts de la charia.
Il est attendu de lui qu'il se soumette de son plein gré à la charia, et s'il accepte sa dhimmitude, sa position de dhimmi, sa personne sera protégée. Une personne "protégée" est en fait quelqu'un qui accepte complaisamment d'être le subordonné des suzerains musulmans.
The life of Muhammad p 368 : Nous saluâmes le prophète alors qu'il priait et il vint à nous, et nous lui dîmes que nous avions tué l'ennemi de Dieu. Il cracha sur les blessures de notre camarade puis nous rentrâmes chacun dans nos foyers.
Notre attaque contre l'ennemi de Dieu jeta la terreur chez les Juifs, et il n'y eût plus guère de Juif à Médine qui ne craignît pour sa vie.
Walid SHOEBAT : Les hadiths le disent très clairement, les hadiths, c'est-à-dire les paroles de Mahomet: « J'ai reçu l'ordre de combattre sans relâche jusqu'à ce que tous professent qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah et que Mahomet est l'Envoyé d'Allah ».
C'est ainsi que l'islam s'est répandu en Afrique du Nord, c'est ainsi que l'islam s'est propagé jusqu'à l'Indonésie, c'est ainsi que l'islam s'est diffusé au Moyen-Orient... La Syrie n'était pas un pays musulman; le Liban n'était pas musulman; même en Arabie Saoudite il y avait une multitude [de confessions].
A travers tout le Moyen-Orient l'islam s'est diffusé par l'épée. C'est pourquoi vous ne voyez aucune synagogue en Arabie Saoudite, vous ne voyez aucune église en Arabie Saoudite, le christianisme y est virtuellement non-existant. Même dans mon village de Bethléem, les musulmans prennent le dessus; il n'y reste que 20% de la population chrétienne.
Au Liban les Libanais chrétiens s'en vont par foules entières ; le Hezbollah y est très actif. Le Liban était auparavant une nation chrétienne ; maintenant tout d'un coup elle est en train d'être islamisée. Donc... l'islam est en marche.
Manifestation d’intimidation à NEW YORK CITY (2002)
[pancarte: Medias soyez responsables]
[pancarte: Masjid al-Salam veut dire mosquée de la paix ]
[chanté: il n'y a de Dieu qu'Allah]
[pancarte : Nous ne tolérerons pas les préjugés]
[chanté: il n'y a de Dieu qu'Allah - Mahomet est son Messager]
[pancarte : L'islam n'est pas le terrorisme]
[chanté: Mahomet est son Messager]
Lâ ilâha illâ Llâh [= il n'y a de dieu qu'Allah]
Jihad fi sabil'Allah [= jihad dans le Chemin d'Allah]
Pour Allah il commande
Pour le Saint Coran
Il n'y a de dieu qu'Allah
Mahomet est son Messager
Unissez-vous Musulmans de partout!
Allahou Akbar! Allahou Akbar! [=Allah est le plus grand]
Allahou Akbar! Allahou Akbar! Allahou Akbar! Allahou Akbar!
Robert SPENCER : Les musulmans qui viennent aux Etats-Unis et en Europe occidentale avec l'idée que la charia est la loi d'Allah, observent notre liberté de religion et ils constatent le fait que les non-musulmans sont au pouvoir, aux Etats-Unis et en Europe occidentale, qu'ils font les lois, et qu'ils ne font pas ces lois sur la base de la loi d'Allah mais sur base de consensus et d'élections libres.
Ils considèrent tout cela comme une manifestation de jâhiliyya, de mécréance durant la "période de l'ignorance" pré-islamique, qui est le nom employé pour désigner l'époque anté-islamique de l'histoire de toute nation. Ainsi le Pakistan, l'Iran, etc. font référence à la période de leur histoire précédant leur islamisation par l'expression "période de la jâhiliyya"."
Ils considèreront donc également que les USA et l'Europe de l'Ouest sont à l'heure actuelle dans des périodes de jâhiliyya. Et nombre de musulmans qui viennent aux Etats-Unis et en Europe de l'Ouest oeuvreront pour y établir des états islamiques, partant de l'idée qu'un état profane basé sur des élections n'a pas de légitimité. Vous ne tenez pas d'élections quant aux lois d'Allah, vous vous contentez d'obéir aux injonctions divines.
MANIFESTATION LONDON, ENGLAND (MAY 2005)
Lâ ilâha illâ Llâh [= il n'y a de dieu qu'Allah]
Lâ ilâha illâ Llâh, Lâ ilâha illâ Llâh, Lâ ilâha illâ Llâh, Lâ ilâha illâ Llâh
[affichette: Allah ne peut être vaincu ô Amérique!]
Mohamed rasul Allah [= Mahomet est Son Messager]
Lâ ilâha illâ Llâh, Lâ ilâha illâ Llâh
[pancarte: l'Islam dominera le monde]
Mohamed rasul Allah
[pancarte: Profanez aujourd'hui, affrontez l'armée d'Allah demain]
Ô Allah prie sur notre maître Mohamed!
Jihad! Jihad! Jihad! Jihad! Jihad!...
Imam : Il est grand temps que l'Occident tout entier réalise que l'islam est la Vérité et que ce n'est qu'une question de temps pour qu'il soit appliqué, et que le géant de l'Islam, et que le géant de l'état islamique va à nouveau se lever, et il va y avoir une alliance...
Foule : Allahou Akbar!
Imam : et il va y avoir réellement une vraie alliance... Regardez les musulmans en Egypte ils veulent un état islamique, regardez le jihad pour instaurer le Coran, regardez en Irak, regardez en Afghanistan, dans tout le Pakistan , au Baltistan [région du Cachemire], même en Europe les gens se mettent à dire "Lâ ilâha illâ Llâh Mohamed rasul Allah" [profession de foi islamique]. Ce n'est qu'une question de temps... Ce n'est qu'une question de temps pour que la charia soit appliquée et que l'oumma musulmane [communauté des croyants] s'unisse.

ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (6)


PART 6. The House of War. 
Partie 6. La Maison de la Guerre.
Robert SPENCER : La chose la plus importante que l'Occident doit savoir sur l'islam aujourd'hui, c'est qu'il a un caractère politique et que ce n'est pas simplement une religion, mais que c'est une religion, ou un système de croyances, qui donne mandat pour faire la guerre aux incroyants afin d'établir un modèle sociétal qui est absolument incompatible
avec la société occidentale.
Les Américains doivent savoir cela, et les Européens de l'Ouest doivent aussi savoir cela. Parce que les musulmans arrivent dans les pays occidentaux avec ces convictions et en ayant bien l'intention d'agir sur base de celles-ci. Ce sont les motivations [que l'on retrouve] derrière les activités terroristes modernes, et ce sont les objectifs de millions de musulmans aux Etats-Unis et dans le monde. Nous devons savoir cela afin de pouvoir nous protéger, mais malheureusement, à cause du "politiquement correct", et à cause de la réticence qu'ont les médias et les gouvernements à affronter les sources du terrorisme islamique, ces éléments restent largement inconnus.
Walid SHOEBAT Le fondamentalisme islamique est un agent dormant en Amérique.
Un bon exemple un bon exemple typique est l'histoire de Saladin. Saladin est un grand héros en islam. Saladin fut celui qui vainquit les croisés. Il y a un traité qui est censé avoir été passé entre les croisés et Saladin. Et le récit se déroule comme suit : le médiateur arabe va voir Saladin et lui dit: "Le Coran dit que s'ils acceptent la paix alors admets la."
Ce qui signifie si l'ennemi désire la paix faisons la paix. C'est un verset que vous pouvez trouver directement dans le Coran [8.61]. Et Saladin lui fait cette grande réponse : "Tu es un Arabe, et je suis un Kurde. Tu devrais connaître le Coran mieux que moi. N'oublie pas que le Coran dit aussi [47.35]: "N'appelez point à la paix alors que vous avez le dessus"
Vous trouvez les deux versets dans le Coran.
La paix... vous faites la paix lorsque vous êtes la partie la plus faible; c'est pourquoi l'on entend parler du terme "hudna". Hudna c'est un traité de paix, un cessez-le-feu. En Irak, Sadr a demandé la hudna parce qu'il se savait incapable de vaincre les Américains. Vous avez des hudnas un peu partout quand l'ennemi est plus fort que vous.
Mais dès lors que vous gagnez en force …vous ne concédez plus la paix !
C'est pour ça que le fondamentalisme islamiste en Occident présente "l'islam religion de paix" comme façade, parce qu'ils attendent qu'il y ait plus d'immigrants islamiques, que leur nombre ait augmenté que leur pouvoir politique se soit accru, et une fois que ce sera le cas alors attention... Vous verrez le vrai visage du fondamentalisme islamique ici en Amérique.

Extraits d'une vidéo de recrutement pour le jihad
Cette séquence montre quelqu’un en train de piéger un minibus avec quelques roquettes
Terroriste : Nous avons piégé cette voiture pour contrer les Américains, et et nous jurons par Allah tout puissant que notre cible, ce sont ces soldats mécréants et colonisateurs, et que nous ne voulons atteindre aucun civil car le sang d’un musulman est ce que nous considérons comme le plus précieux !
Robert SPENCER : C'est malheureux mais il n'y a pas de négociation [possible] avec les jihadistes. Il n'y a pas d'accord à conclure avec eux. La loi islamique est très claire là-dessus.
Et ici à nouveau, c'est un exemple du fait qu'il faut prendre l'islam au sérieux. La loi islamique ne permet pas les traités. Elle ne permet pas de solutions négociées entre états musulmans et non-musulmans. Tout ce qu'elle autorise c'est une période temporaire d'une durée, allant jusqu'à dix ans, de "hudna" ou ce qui est généralement traduit par "trève", pour permettre aux troupes islamiques de rassembler leurs forces.
Mais ce n'est pas la même chose que la "paix" comme nous l'entendons. Ce n'est pas la même chose que l'absence d'un état de guerre, ce n'est qu'un édit temporaire, dans une guerre dont les jihadistes considèrent qu'elle se poursuit depuis quatorze siècles, et qu'ils sont prêts à combattre quatorze siècles de plus.
Coran 47:4 : Quand donc vous rencontrerez [au combat dans le Jihad pour la cause d'Allah] ceux qui sont Infidèles, frappez au col jusqu'à ce que vous les réduisiez à merci ! [Alors] serrez les liens! [c'est-à-dire faites les prisonniers] (...) Il en est ainsi de par la volonté d'Allah [càd: Il vous ordonne de continuer à mener le jihad contre les Infidèles, jusqu'à ce qu'ils embrassent l'Islam - et soient sauvés du châtiment des feux de l'Enfer - ou jusqu'à ce qu'ils passent sous votre protection].
Si Allah voulait, il se vengerait lui-même contre eux mais [Il vous laisse combattre] pour vous éprouver les uns par les autres. Ceux qui seront tués dans le Chemin d'Allah, Allah ne rendra jamais vaines leurs actions.
Serge TRIFKOVIC : Dans la pensée islamique le monde est divisé en "Maison de l'Islam", là où la politique islamique a été instaurée, où Allah règne en maître, et en "Maison de la Guerre" c'est-à-dire le reste du monde.
Cette dichotomie rappelle d'autres idéologies totalitaires, et particulièrement le communisme.
Le communisme et l'islam cherchent tous deux la Fin de l'Histoire en ce bas-monde ; la Fin de l'Histoire adviendra ou bien lorsque notre planète toute entière sera devenue Dar al-Islam ou bien lorsque la révolution prolétarienne aura amené l'avant-garde de la classe ouvrière au pouvoir dans le monde entier ce qui signifiera la fin des états, la fin de l'argent, et la fin de l'oppression de classe.
Dans les deux cas il est possible de connaître une période de trêve. Il est possible d'obtenir ce que l'on nommerait de nos jours une "coexistence pacifique". Mais cette coexistence pacifique n'est qu'un stratagème tactique, et non une solution permanente.
Sahih Al-Bukhari Vol 4 Book 52, Hadith 196 : L'Envoyé d'Allah a dit "J'ai reçu l'ordre de combattre les gens jusqu'à ce qu'ils confessent qu'il n'y a pas d'autre divinité qu'Allah (...)"
Robert SPENCER : Si nous croyons que "si seulement nous changions notre politique envers Israël" et "si seulement nous changions de politique quant à l'Irak", ou si changions notre politique quant à autre chose. « Si seulement nous n'avions pas renversé le régime Mossadegh en Iran en 1953 » et d'autres choses [du genre] que les gens m'ont dites...
Ces idées sont ridicules. Elles sont basées sur une mécompréhension fondamentale des motivations et des objectifs des jihadistes.
Ce n'est pas un conflit qui a vu le jour avec la création de l'état d'Israël. Ni un conflit créé lorsque l'armée américaine a mis les pieds en Irak. Le Jihad planétaire s'est poursuivi sans interruption sans interruption notable depuis le VIIe siècle. Et il n'a jamais été en déclin en termes de force et d'activités qu'à des époques où le monde islamique était trop faible pour le poursuivre.
Bat Ye’or : La question que nous devons maintenant nous poser est: "Voulons-nous préserver nos valeurs judéo-chrétiennes et notre propre civilisation, ou voulons-nous choisissons-nous de nous diriger vers la dhimmitude ?" En Europe, une dhimmitude à grande échelle, qui engloutira l'Europe tout entière. Peut-être pas l'Amérique, mais l'Amérique sera isolée, parce qu'elle aura à traiter d'un point de vue géopolitique avec une Europe dhimmie, islamisée.
Et ce sont là des problèmes qui doivent être pris en compte par les Européens eux-mêmes dans les choix qui engagent leur identité et leur futur - la liberté ou la dhimmitude - et également par les Américains.
Afin de pouvoir se défendre des assauts du Jihad mondial, qui arrive dans le siècle à venir je n'ai aucun doute là-dessus, l'Occident devra se redéfinir et indiquer quel est exactement l'espace culturel et géographique à défendre et au nom de quoi.
Le défendre au nom de l'idéologie tiédasse du multiculturalisme est impossible. Le multiculturalisme et le libéralisme post-moderne ne valent pas que l'on meure pour eux. Ils ne constituent pas un motif pouvait inspirer les gens et les pousser à faire ce que leurs ancêtres ont fait à Poitiers ou devant les remparts de Vienne en 1683.
Ce que le Jihad planétaire a pour lui c'est l'engagement total de millions de gens, prêts à non seulement répandre leur religion, mais aussi à améliorer leur sort aux dépens des Infidèles ;
en premier lieu par l'immigration et par la suite par d'autres moyens si nécessaire.
Walid SHOEBAT : Ce que l'Occident doit comprendre à propos de l'islam, c'est que l'islam a le potentiel nécessaire pour remplacer les dangers dont nous venons tout juste en quelque sorte de nous débarrasser : le nazisme et le communisme. Comme pour le nazisme et comme pour le communisme, pour l'islamisme la fin justifie les moyens. Il n'y a pas de respect des frontières nationales, et toute son idéologie consiste à promouvoir sa façon de penser, et promouvoir sa façon de vivre dans le monde entier.
C'est ce qui est enseigné au Moyen-Orient, et c'est ce qui ressort de toute la jurisprudence à Al-Azhar en Arabie Saoudite et à travers le monde islamique tout entier : L'islam conquerra et continuera de conquérir jusqu'à ce qu'il triomphe, jusqu'à ce que tous les gens dans le monde disent "Il n'y a de dieu qu'Allah et Mahomet est Son Prophète".
Sermon du vendredi mosquée Abd al-Qader al-Kilani - Bagdad (Irak)
Imam : Je vous conseille, ô Amérique, Grande-Bretagne et vous dont Allah a dit que Sa colère était contre vous les Juifs ô fils de singes et de porcs, il n'y a pas de conflit sur la surface de la Terre que vous n'ayez allumé. A chaque fois qu'ils amorcent le feu d'un conflit Allah l'éteint.
Puisse Allah éteindre vos lumières et vos feux. Mais nous nous sommes les hommes qu'Allah a choisi et a voulu et il nous a rendu forts pour pouvoir cueillir vos têtes mûres pour la récolte qui se sont levées et ont agi avec tyrannie et arrogance. Nous serons ceux qui les cueillerons si Allah le veut.
Serge TRIFKOVIC : Il faut faire face à la particularité de l'islam, et il faut y faire face franchement et publiquement. A la différence des autres - et je dis ceci en sachant très bien à nouveau que cela heurtera certaines oreilles occidentales - à la différence des hindous, à la différence des confucéens, à la différence des animistes d'Afrique sub-saharienne, les musulmans ont une tendance inhérente à l'expansionnisme et à [vouloir] convertir le reste du monde non seulement à leur religion mais à leurs conceptions et à leur système moral et légal.
Ils ne déclareront pas cela ouvertement tant qu'ils sont une minorité d'immigrants, mais nous avons vu ceci à de nombreuses reprises déjà dans l'Histoire : une fois qu'ils atteindront le nombre nécessaire pour imposer leurs volontés, ils le feront.
Suite des vociférations du sermon de la mosquée
Ils sauront... !!
(et je ne veux pas mentionner leurs noms du haut de cette chaire), les Américains et leur président, et les Britanniques et leurs alliés, et les Sionistes, les enfants gâtés de cette entité
Allahou Akbar ! Si Allah le permet, Ô nation de Mahomet, même le rocher dira "Ô Musulman, un Juif se cache derrière moi viens et coupe-lui la tête. Et nous lui couperons la tête. Par Allah nous la couperons!Ô Juifs, Allahou Akbar! Allahou Akbar! Allahou Akbar !
Jihad dans le Chemin d'Allah! Jihad dans le Chemin d'Allah! Jihad dans le Chemin d'Allah!
Victoire à Allah! Allahou Akbar! Les Croyants [Musulmans] vont triompher!
Allahou Akbar! Allahou Akbar! Les Croyants [Musulmans] vont triompher!
Serge TRIFKOVIC : Les miracles existent. Je ne sais pas si ce sera une autre attaque terroriste, peut-être plus meurtrière encore, qui servira de catalyseur ou si ce sera une confrontation géopolitique au Moyen-Orient même, peut-être une crise qui verrait Israël sérieusement en danger, mais j'espère qu'une secousse ramènera dans l'esprit et le coeur des Occidentaux la conscience du besoin qu'il y a de se lever et de répondre présent.

[◄ PRECEDENT] - - - - - - [RETOUR AU RÉSUMÉ] - - - - - - [SUITE ►]

31 JANVIER 2007

Comment les médias français contribuent à entretenir l'Irénisme en France. (1)

L'affaire "Al Doura"


Media-Ratings est une agence connue pour le sérieux de ses analyses, et qui s'est donné pour objectif de faire un travail de veille systématique afin de repérer les dysfonctionnements médiatiques des principaux médias français, à l'aune de sept critères regroupés sour le vocable PHILTRE

Dans un article fouillé, publié sur son site le 22 novembre 2004, MR se livre à un examen minutieux des incohérences du document de France 2 à propos de la (soi-disant) mort de l’enfant (Mohamed Al Doura) au cours d'une «fusillade» dont toute une série d'éléments indiquent clairement que les images ne sont que le fruit d'une mise en scène (1) et établit que rien ne prouve la mort de l'enfant le 30 septembre 2000.

  • (1) cette mise en scène odieuse et ignoble est l'oeuvre d'un menteur et un manipulateur notoire, le caméraman palestinien Talal Abou Rahma , l'un des spécialistes de la manipulation d'images, dont l'unique souci n'est pas d'informer, mais seulement de diffamer l’Etat d’Israël. Fidèle à la stratégie de l’accusation en miroir, les nazislamistes palestiniens vont utiliser l'image insoutenable de l'enfant juif du Ghetto de Varsovie, marqué de l'étoile jaune, les bras levés, mis en joue par un SS" pour la pervertir et la retourner contre les israéliens, et accuser ceux-ci de perpétrer à leur tour un crime de type nazi.
    Mieux encore, la soi-disant mort du petit Mohammed Al-Dura permet d'évacuer la culpabilité de la Shoah et de laver, à bon compte le remords de l'Occident. Pari pleinement réussi ! Quelques jours à peine après la diffusion de Catherine Nay, journaliste à Europe 1, déclare, avec un cynisme révoltant : « avec la charge symbolique de cette photo, la mort de Muhamad annule, efface, celle de l'enfant Juif ».
    Comme le remarque avec justesse Emmanuel Brenner, dans l'imaginaire d'une Catherine Nay, et avec elle, de millions de ses semblables, cette mort "effaçait" celle de l'enfant du ghetto de Varsovie. « Enfin "ces gens-là" [les juifs] se conduisent aussi mal que nous. La honte de la Shoah n'a plus lieu d'être! La mort de Mohamed a supprimé l'enfant du ghetto.». On mesure la perversion diabolique du montage palestinien, et son impact sur la "psychologie" de l'occidental moyen !

Au terme de l'analyse, la conclusion de Media-Ratings tombe, implacable, pour France 2 : Arlette Chabot et Charles Enderlin doivent être démis de leurs fonctions immédiatement 

Peu avant le procès, le Figaro fut le seul média français à résumer les éléments de l'affaire sous le titre L'image choc de l'intifada en procès qui souligne le caractère modéré et dénué de tout aspect partisan de l'analyse du directeur de Media-Ratings. Il rapporte aussi l'avis du parquet, qui estimait que le prévenu présentait «des preuves relativement convaincantes» au terme d'une enquête «ni bâclée ni partiale» et que «le contexte autorise une certaine liberté de ton».

Pourtant, le 19 octobre 2006, malgré que le procureur de la République, Mme Alimi-Uzan ait requis la relaxe, MR est condamné, à la stupéfaction générale de ceux qui avaient suivi les débats, pour diffamation à l’encontre de France 2 et de Charles Enderlin par le tribunal, présidé par Joël Boyer.

Une caricature de jugement, dont la victime, Media-Ratings n'hésite pas à décortiquer impitoyablement les éléments dans un article au titre évocateur : peut-on encore faire confiance à la justice française ? Ce jugement inique et indigne (contre lequel MR s'est déjà porté en appel) reproche cyniquement à MR une prétendue unicité des sources(2), de se nourrir « d'affirmations péremptoires »(3) et, enfin, prétend (sans qu'aucun élément au dossier ne l'établisse) qu' «aucune autorité israélienne, ni l'armée, pourtant concernée au premier chef, ni la justice, n'ont jamais accordé le moindre crédit à ces affirmations » (4).

  • (2) contrairement au dossier, qui compte plusieurs témoignages, et de nombreuses pièces déposées par la défense, ce qui contraste d'ailleurs avec le fait que France 2 n’a apporté aucun témoignage sérieux et indépendant sur les faits, et n'a surtout pas fourni au tribunal l'intégralité des 27 mn de reportage qui confirmerait, selon elle, les propos de son caméraman et ceux de Charles Enderlin.


  • (3) affirmations péremptoires dont ce tribunal ne se prive pas, comble d'ironie, en tripatouillant les faits tout en leur faisant dire l'inverse de ce qu'ils veulent dire, au mépris de la plus élémentaire logique et de la plus élémentaire bonne foi, comme le démontre la partie défenderesse en passant au crible les mensonges plus évidents et plus navrant les uns que les autres de cette « justice » française qui, après les médias, se déconsidère.


  • (4) comme le signale un observateur sagace de la façon dont la France(mal)traite Israël, Mr Victor PEREZ, on se demande bien où le tribunal, sur le mois qui séparait l’audience du jugement aurait trouvé le temps d'accomplir les vérifications nécessaires auprès des autorités israéliennes, l'armée, la Justice, ou d'autres organes de l’état d’Israël, pour s'assurer que personne ne s'est intéressé « de près ou de loin, à ce qui s’est transformé, au fil du temps, en une étoile jaune portée par tout israélien, voire également par tout juif ? » (*)

A noter que Media-Ratings reconnaît ne jamais avoir reçu de soutien des autorités officielles israéliennes (ce dont elle se targue comme preuve d'indépendance).

Souci des officiels d'Israël de ne pas réactiver la polémique autour de ce reportage, quitte à renoncer à dénoncer une supercherie, tant l'effet de celle-ci avait été désastreux pour l’image d’Israël ? Souci de ménager la France (et sa télévision nationale) et de ne pas aggraver d'avantage les vives tensions qui règnent entre les deux pays ? Toujours est-il que, six ans après ce «reportage» bidonné, Israël a sans doute dû se rendre à l'évidence : sa retenue face aux mensonges de France 2 et des médias français en général ne lui a pas servi à grand chose, ...bien au contraire !

Aujourd'hui, de hauts responsables israéliens commencent à dénoncer cette ignoble supercherie médiatique de France 2, et semblent vouloir faire pression pour que la lumière soit faite sur les agissement de la chaîne. Vont-ils, comme l'espère Media-Rating, contribuer à faire éclater la vérité dans l’affaire Enderlin-France 2?

    NB : pour ne pas allonger exagérement ce fil, la suite, à partir du jugement de la cour d'Appel du Le 21 mai 2008, et de ses effets continue donc ici : Affaire Al-Dura : derniers développements.




    [ Dhimmitude ]: Brussels, Capital of the EUSSR



    DHIMMITUDE:

    Have had a good Birthday, 
    Big Fat Freddy Pig ?
    .


    --------------------------------------------------------------------------------------------
    Capital of the EUSSR 
    (The Brussels Journal, 11 september 2007)
    -------------------------------------------------------------------------------------------
    (Traduction intégrale par Naibed)


    Je rentre de la démonstration contre l’islamisation à Bruxelles. La police belge a pris a partie manifestants paisibles d’une manière que même la ‘télévision publique belge’ a qualifié d’ " extrêmement violente." Voici quelques images visuelles.
    [Voir la vidéo sur le site de The Brussels Journal ]
    L'homme à la chevelure grise que nous voyons d'abord maltraité par la police est Luk Van Nieuwenhuysen, vice-président du Parlement flamand. Peu après nous voyons la police maltraiter Frank Vanhecke, un membre du Parlement européen et chef du parti du Vlaams Belang. Nous voyons comment il est menotté et poussé dans la police un fourgon. Après nous voyons également la police "prendre soin" de Filip Dewinter, le chef de groupe de VB au Parlement flamand. Nous voyons comment son bras se fait attraper entre les portes de fermeture de l'autobus. Un MPE italien et un MPE français ont été également arrêtés. Les manifestants ont été maintenus dans les cellules pendant sept heures et ont libéré ce soir.
    Un de nos lecteurs qui veut rester anonyme nous a envoyé cette impression personnelle de la démonstration de SIOE : Un jour à Bruxelles, une vue à une cinquantaine de mètres de là.
    Vers 10:45, conduisant aux alentours du Luxembourg et du Berlaimont à Bruxelles, il est devenu évident que la démonstration était partie pour devenir « une grande agitation pour pas grand chose » . Difficile de dire s'il y avait 12 ou 15 douzaines de manifestants près des bâtiments du parlement Européen, aux environs de midi, ni combien étaient Place du Luxembourg ou sur le parcours. Mais ce qui était extrêmement clair, c’est que ces deux zones de Bruxelles étaient véritablement « en état de siège ».
    Bien que beaucoup de médias belges aient dépeint la démo de SIOE comme une manifestation anti-Islam, j'ai tenu à être présent parce que j'ai commencé à lire Coran il y a environ trois ans. Je défie n'importe qui, y compris tout adversaire raisonnable à cette démonstration de faire honnêtement le même exercice et de ne pas se sentir concerné par l’islamisation de l’Europe. Je me suis donc retrouvé à Bruxelles, parce que je me sentais personnellement concerné, indépendamment de l’impression profonde que m’ait laissé le 11 septembre, ce fameux jour où...
    J'ai donc voulu vérifier par moi-même comment les autorités réagiraient. Voir c’est se rendre compte ! Dès que j'ai pris conscience de l’ampleur des forces de police et des moyens déployés par les autorités dans toutes les communes avoisinantes, il était clair que la plupart des personnes qui auraient voulu être présentes, ont simplement décidé de faire demi-tour et de quitter cet enfer.
    A vue de nez, les effectifs de police dépassaient de 300% le nombre de manifestants. Un déploiement impressionnant de forces de police dans les environs, agissant de façon aussi discrète que des éléphants roses dans un magasin de porcelaine. Impressionnant aussi, le cordon policier mis en place (en ce compris le métro et les escaliers menant au rond point qui fait face au Berlaimont), les cars de police tous feux clignotants, les chevaux, les chiens, et la brigade anti-émeute qui occupaient le terrain. En ce compris les rues avoisinantes, parcourues en tous sens par des voitures anti-émeute, de façon visible et évidente. Sans compter les effectifs de police en tenue de combat, se tenant prêt à agir.
    Pourtant, il n’y avait pas de foule de dizaines de milliers de personnes, pas non plus beaucoup de bannières ou de pancartes, quelques drapeaux ici et là, et la majeure partie du temps, les manifestants étaient masqués par les cameras de presse filmant je ne sais trop quoi. La « foule » ne portait pas de tenues de combat, ni aucun bâtonni batte de base-ball. Les manifestants ne portaient pas de masques sur le visageils n'ont pas éventré de trottoirs, ni brisé de vitres, et aucun brasier n’a été allumé. Les cafés étaient ouverts et vendaient du café et des sandwichs comme à leur habitude. Des manifestant ont probablement exprimé des revendications, mais je ne peux dire en quoi elles consistaient, vu que je n'ai pu entendre aucune d'elles. Ils n’avaient pas de crânes rasés, ne portaient pas de djellabas, ou autres tenues grisâtres, ne vociféraient pas, ne brandissaient pas de poings rageurs vers le ciel, et ne fonçaient pas tête baissée contre les forces de l’ordre non plus....
    Et pourtant, hé oui, cette manif avait été interdite. Et pourtant, hé oui, il y a probablement des lois contre les manifestations illégale. Et pourtant, hé oui, tous ceux du milieu savaient probablement quoi faire, face à des débordements.
    Cependant... Sans raison ni motif, la police a cru devoir faire le forcing contre certains manifestants apparemment bien choisisisolant ceux-ci et les jetant violemment à terre, alors que, d’aucune façon, ceux-ci ne paraissaient « agressif »vu de mon poste d’observation situé pas loin de là. Et tous ceux qui ont été traité avec brutalité, qui ont subi la colère et la frustation d’une « police » hyper-adrénalinée qui cherchait visiblement à en découdre, et bien qu'ils se soient défendu contre l'assaut, n'avaient pas, en tant que tel, exercé la moindre attaque ni représailles..
    Alors que ces personnes n'ont pas opposé de véritable résistance à l’autorité, il serait bien difficile d’expliquer ce qui aurait pu justifier pareilles dérives policières, pourquoi ces personnes ont été brutalement jetées à terre, alors qu’elles voulaient simplement empêcher que leurs costumes trois pièces ne soient déchirés. Ni pourquoi ces personnes, quand elles ont exprimé leur désaccord avec la manière sont elles ont été traitées, ont été menottées... Quelques protestataires ont même involontairement fait connaissance avec des matraques qui se trouvaient justement être «dans le chemin».
    Il n’y avait nul besoin d’en venir à ça. Il n'y avait tout simplement aucun mouvement d’agitation justifiant cette réaction policière inutile, démesurée et complètement hors de propos. Si les forces de police n'avaient pas agi comme elles l’ont fait... rien ne se serait passé.
    Alors qu’ici, cette police « aux ordres » est perdante... et Bruxelles a perdu la face.
    Si on admet que quelqu’un puisse être traité comme l’ont été ces hommes politiques aujourd'hui alors qu’ils protestaient paisiblement contre une interdiction de manifester, alors il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond. Quelque chose indéniablement de mauvais qui pervertit notre démocratie.
    Par exemple, les Etats-Unis représentent une démocratie constitutionnelle, une véritable démocratie attachée au droit des individus, dont celui de manifester paisiblement pour faire connaître leurs griefs en matière sociale ou politique. Et qui garantit spécifiquement la liberté de se rassembler et d’exprimer des revendications. A Bruxelles, dans cette capitale de la « Nouvelle Europe » il est maintenant très clair que de tels droits sont refusés.
    Etant sur le côté, j’écoutais les commentaires de spectateurs français et anglais, et notamment une conversation entre une jeune femme bronzée et plutôt bouclée et ses amis. Du personnel étranger, probablement des eurocrates : "je ne pourrais pas être d'accord sur ce qu'ils font et disent, mais ce n'est pas une façon de traiter ces personnes, c’est une véritable honte".
    Voilà qui résume bien cette journée à Bruxelles... un jour mémorable.
    La manifestation en tant que telle était juste un petit caillou dans l’étang, mais elle fut on ne peut plus significative, à voir la façon dont des spectateurs neutres ont réagi face à cette démonstration de force ... devenant moins neutres et un peu plus concerné... au minimum.
    UPDATE 1 : Un autre apport, celui de Pistache qui donne un autre témoignage, depuis la place de Luxembourg, des manipulations policières (et des médias), ou comment discréditer la manifestation SIOE en tentant de la faire passer pour une manifestation d'extrême-doite ! 

    Extrait :

    « à quelque chose comme midi moins cinq, deux trois policiers s’adressent aux quelques skinheads qui sont près de moi, les “francophones du VB” dont je parlais ci-dessus, et leur demandent de rester là où ils sont. Ce qu’ils font. Et ils se retrouvent très vite entourés de plus d’une dizaine de flics, et de plus encore de journalistes leur tombant dessus comme des mouches sur un étron - la télé pourra montrer des crânes rasés en gros plan, c’est bien, on pourra parler de “manifestation noyautée par l’extrême droite” et de “méchants néo-nazis”.

    Et voilà comme nos nouvelles entités « flics + médias-autocenseurs » font - ensemble - l' « information » aujourd'hui ! (remarquons au passage le, hum ! « courage » de nos vaillants pandores (à crever de rire !) ) 
    UPDATE 2 : Un autre témoignage à chaud sur les événements, provenant du Brussels Journal , qui montre la veulerie de nos "politichiens" et notamment du bourgmestre-dhimmi de Bruxelles, Freddy Thielemans et de sa « police » :

    Extraits 
    (traduction par mes soins):
    La démonstration est en cours, et, contrairement aux rumeurs à l'avance, la police de Bruxelles ne permet pas aux participants de protester sans obstacle. Les gens sont traînés loin par la police et mis dans des autobus. Flyboy m’a ensuite téléphoné et m'a indiqué que la police anti-émeute a été déployée, et que des chiens et le canon de l'eau sont utilisés contre les manifestants. Il n'y a eu aucune violence excepté par la police. Je pourrais entendre les manifestants chanter et les chiens aboyant dans le fond. Paul Belien du Brussels Journal était la prochaine personne à me parler. Il dit qu'il y a peut-être 500 démonstrateurs dans la place de Schuman, et que beaucoup de ceux sont arrêtés et emportés. Il a vu des drapeaux danois, suédois, britanniques, américains, et canadiens.
    Tous ces gens venaient de loin pour manifester pour notre bien le plus cher, la liberté de penser, menacée par l'islamisation de l'Europe et n'avaient pour la plupart, rien à voir avec l'extrême-droite (par ailleurs toujours bien moins d'extrême-droite que l'islamisme). Par contre, Rond Point Schumann, ils ont laissé une poignée de Vlaams Belang parader, et s'approprier ce qui restait de la manifestation !!

    Voilà comment nos dhimmis politichiens et leurs cabots de flics sabotent systématiquement la liberté de penser, et discréditent la résistance à l'islamisation, en favorisant sciemment l'amalgame avec l'extrême-droite !!

    .

    11 SEPTEMBRE 2007


    [ Dhimmitude ]: Brussels, Capital of the EUSSR



    DHIMMITUDE:

    Have had a good Birthday, 
    Big Fat Freddy Pig ?
    .


    --------------------------------------------------------------------------------------------
    Capital of the EUSSR 
    (The Brussels Journal, 11 september 2007)
    -------------------------------------------------------------------------------------------
    (Traduction intégrale par Naibed)


    Je rentre de la démonstration contre l’islamisation à Bruxelles. La police belge a pris a partie manifestants paisibles d’une manière que même la ‘télévision publique belge’ a qualifié d’ " extrêmement violente." Voici quelques images visuelles.
    [Voir la vidéo sur le site de The Brussels Journal ]
    L'homme à la chevelure grise que nous voyons d'abord maltraité par la police est Luk Van Nieuwenhuysen, vice-président du Parlement flamand. Peu après nous voyons la police maltraiter Frank Vanhecke, un membre du Parlement européen et chef du parti du Vlaams Belang. Nous voyons comment il est menotté et poussé dans la police un fourgon. Après nous voyons également la police "prendre soin" de Filip Dewinter, le chef de groupe de VB au Parlement flamand. Nous voyons comment son bras se fait attraper entre les portes de fermeture de l'autobus. Un MPE italien et un MPE français ont été également arrêtés. Les manifestants ont été maintenus dans les cellules pendant sept heures et ont libéré ce soir.
    Un de nos lecteurs qui veut rester anonyme nous a envoyé cette impression personnelle de la démonstration de SIOE : Un jour à Bruxelles, une vue à une cinquantaine de mètres de là.
    Vers 10:45, conduisant aux alentours du Luxembourg et du Berlaimont à Bruxelles, il est devenu évident que la démonstration était partie pour devenir « une grande agitation pour pas grand chose » . Difficile de dire s'il y avait 12 ou 15 douzaines de manifestants près des bâtiments du parlement Européen, aux environs de midi, ni combien étaient Place du Luxembourg ou sur le parcours. Mais ce qui était extrêmement clair, c’est que ces deux zones de Bruxelles étaient véritablement « en état de siège ».
    Bien que beaucoup de médias belges aient dépeint la démo de SIOE comme une manifestation anti-Islam, j'ai tenu à être présent parce que j'ai commencé à lire Coran il y a environ trois ans. Je défie n'importe qui, y compris tout adversaire raisonnable à cette démonstration de faire honnêtement le même exercice et de ne pas se sentir concerné par l’islamisation de l’Europe. Je me suis donc retrouvé à Bruxelles, parce que je me sentais personnellement concerné, indépendamment de l’impression profonde que m’ait laissé le 11 septembre, ce fameux jour où...
    J'ai donc voulu vérifier par moi-même comment les autorités réagiraient. Voir c’est se rendre compte ! Dès que j'ai pris conscience de l’ampleur des forces de police et des moyens déployés par les autorités dans toutes les communes avoisinantes, il était clair que la plupart des personnes qui auraient voulu être présentes, ont simplement décidé de faire demi-tour et de quitter cet enfer.
    A vue de nez, les effectifs de police dépassaient de 300% le nombre de manifestants. Un déploiement impressionnant de forces de police dans les environs, agissant de façon aussi discrète que des éléphants roses dans un magasin de porcelaine. Impressionnant aussi, le cordon policier mis en place (en ce compris le métro et les escaliers menant au rond point qui fait face au Berlaimont), les cars de police tous feux clignotants, les chevaux, les chiens, et la brigade anti-émeute qui occupaient le terrain. En ce compris les rues avoisinantes, parcourues en tous sens par des voitures anti-émeute,de façon visible et évidente. Sans compter les effectifs de police en tenue de combat, se tenant prêt à agir.
    Pourtant, il n’y avait pas de foule de dizaines de milliers de personnes, pas non plus beaucoup de bannières ou de pancartes, quelques drapeaux ici et là, et la majeure partie du temps, les manifestants étaient masqués par les cameras de presse filmant je ne sais trop quoi. La « foule » ne portait pas de tenues de combat, ni aucun bâtonni batte de base-ball. Les manifestants ne portaient pas de masques sur le visageils n'ont pas éventré de trottoirs, ni brisé de vitres, et aucun brasier n’a été allumé. Les cafés étaient ouverts et vendaient du café et des sandwichs comme à leur habitude. Des manifestant ont probablement exprimé des revendications, mais je ne peux dire en quoi elles consistaient, vu que je n'ai pu entendre aucune d'elles. Ils n’avaient pas de crânes rasés, ne portaient pas de djellabas, ou autres tenues grisâtres, ne vociféraient pas, ne brandissaient pas de poings rageurs vers le ciel, et ne fonçaient pas tête baissée contre les forces de l’ordre non plus....
    Et pourtant, hé oui, cette manif avait été interdite. Et pourtant, hé oui, il y a probablement des lois contre les manifestations illégale. Et pourtant, hé oui,tous ceux du milieu savaient probablement quoi faire, face à des débordements.
    Cependant... Sans raison ni motif, la police a cru devoir faire le forcing contre certains manifestants apparemment bien choisisisolant ceux-ci et les jetant violemment à terre, alors que,d’aucune façon, ceux-ci ne paraissaient « agressif » vu de mon poste d’observation situé pas loin de là. Et tous ceux qui ont été traité avec brutalité, qui ont subi la colère et la frustation d’une « police » hyper-adrénalinée qui cherchait visiblement à en découdre, et bien qu'ils se soient défendu contre l'assaut, n'avaient pas, en tant que tel, exercé la moindre attaque ni représailles..
    Alors que ces personnes n'ont pas opposé de véritable résistance à l’autorité, il serait bien difficile d’expliquer ce qui aurait pu justifier pareilles dérives policières, pourquoi ces personnes ont été brutalement jetées à terre, alors qu’elles voulaient simplement empêcher que leurs costumes trois pièces ne soient déchirés. Ni pourquoi ces personnes, quand elles ont exprimé leur désaccord avec la manière sont elles ont été traitées, ont été menottées... Quelques protestataires ont même involontairement fait connaissance avec des matraques qui se trouvaient justement être «dans le chemin».
    Il n’y avait nul besoin d’en venir à ça. Il n'y avait tout simplement aucun mouvement d’agitation justifiant cette réaction policière inutile, démesurée et complètement hors de propos. Si les forces de police n'avaient pas agi comme elles l’ont fait... rien ne se serait passé.
    Alors qu’ici, cette police « aux ordres » est perdante... et Bruxelles a perdu la face.
    Si on admet que quelqu’un puisse être traité comme l’ont été ces hommes politiques aujourd'hui alors qu’ils protestaient paisiblement contre une interdiction de manifester, alors il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond. Quelque chose indéniablement de mauvais qui pervertit notre démocratie.
    Par exemple, les Etats-Unis représentent une démocratie constitutionnelle, une véritable démocratie attachée au droit des individus, dont celui de manifester paisiblement pour faire connaître leurs griefs en matière sociale ou politique. Et qui garantit spécifiquement la liberté de se rassembler et d’exprimer des revendications. A Bruxelles, dans cette capitale de la « Nouvelle Europe » il est maintenant très clair que de tels droits sont refusés.
    Etant sur le côté, j’écoutais les commentaires de spectateurs français et anglais, et notamment une conversation entre une jeune femme bronzée et plutôt bouclée et ses amis. Du personnel étranger, probablement des eurocrates : "je ne pourrais pas être d'accord sur ce qu'ils font et disent, mais ce n'est pas une façon de traiter ces personnes, c’est une véritable honte".
    Voilà qui résume bien cette journée à Bruxelles... un jour mémorable.
    La manifestation en tant que telle était juste un petit caillou dans l’étang, mais elle fut on ne peut plus significative, à voir la façon dont des spectateurs neutres ont réagi face à cette démonstration de force ... devenant moins neutres et un peu plus concerné... au minimum.
    UPDATE 1 : Un autre apport, celui de Pistache qui donne un autre témoignage, depuis la place de Luxembourg, des manipulations policières (et des médias), ou comment discréditer la manifestation SIOE en tentant de la faire passer pour une manifestation d'extrême-doite ! 

    Extrait :

    « à quelque chose comme midi moins cinq, deux trois policiers s’adressent aux quelques skinheads qui sont près de moi, les “francophones du VB” dont je parlais ci-dessus, et leur demandent de rester là où ils sont. Ce qu’ils font. Et ils se retrouvent très vite entourés de plus d’une dizaine de flics, et de plus encore de journalistes leur tombant dessus comme des mouches sur un étron - la télé pourra montrer des crânes rasés en gros plan, c’est bien, on pourra parler de “manifestation noyautée par l’extrême droite” et de “méchants néo-nazis”.

    Et voilà comme nos nouvelles entités « flics + médias-autocenseurs » font - ensemble - l' « information » aujourd'hui ! (remarquons au passage le, hum ! « courage » de nos vaillants pandores (à crever de rire !) ) 
    UPDATE 2 : Un autre témoignage à chaud sur les événements, provenant du Brussels Journal , qui montre la veulerie de nos "politichiens" et notamment du bourgmestre-dhimmi de Bruxelles, Freddy Thielemans et de sa « police » :

    Extraits 
    (traduction par mes soins):
    La démonstration est en cours, et, contrairement aux rumeurs à l'avance, la police de Bruxelles ne permet pas aux participants de protester sans obstacle. Les gens sont traînés loin par la police et mis dans des autobus. Flyboy m’a ensuite téléphoné et m'a indiqué que la police anti-émeute a été déployée, et que des chiens et le canon de l'eau sont utilisés contre les manifestants. Il n'y a eu aucune violence excepté par la police. Je pourrais entendre les manifestants chanter et les chiens aboyant dans le fond. Paul Belien du Brussels Journal était la prochaine personne à me parler. Il dit qu'il y a peut-être 500 démonstrateurs dans la place de Schuman, et que beaucoup de ceux sont arrêtés et emportés. Il a vu des drapeaux danois, suédois, britanniques, américains, et canadiens.
    Tous ces gens venaient de loin pour manifester pour notre bien le plus cher, la liberté de penser, menacée par l'islamisation de l'Europe et n'avaient pour la plupart, rien à voir avec l'extrême-droite (par ailleurs toujours bien moins d'extrême-droite que l'islamisme). Par contre, Rond Point Schumann, ils ont laissé une poignée de Vlaams Belang parader, et s'approprier ce qui restait de la manifestation !!

    Voilà comment nos dhimmis politichiens et leurs cabots de flicssabotent systématiquement la liberté de penser, et discréditent la résistance à l'islamisation, en favorisant sciemment l'amalgame avec l'extrême-droite !!

    .

    12 JUILLET 2007


    ISLAM : une menace voilée



    Femme en NiqabISLAM: Femmes voilées et Terroristes sont les deux faces d'une même pièce de monnaie, une pièce de monnaie totalitaire..


    --------------------------------------------------------------------------------------------
    A Veiled Threat (The Wall Street Journal, July 3, 2007)
    The flip side of radical Islamic totalitarianism. 
    by BRET STEPHENS

    Une menace voilée. (The WSJ, 3 juillet 2007)
    L'autre aspect du totalitarisme islamique totalitaire
    -------------------------------------------------------------------------------------------
    (Traduction intégrale par Naibed)

    Fin octobre de l’année passée, Jack Straw, à l’époque chef de la Chambre des Communes et ancien ministre des affaires étrangères, a déchaîné un tollé en Grande-Bretagne quand il a suggéré que quelque chose allait de travers avec cette tendance croissante, parmi les femmes musulmanes, à porter cette toile qui couvre le visage, un vêtement qui couvre de la tête aux pieds, généralement connu sous le nom de niqab. "Indélicat et surprenant" a reniflé Simon Hughes, président du parti des démocrates libéraux, au sujet des remarques de M. Straw's. "Une doctrine dangereuse," a renchéri Oliver Letwin, du parti des conservateurs. Jack Straw a provoqué une tempête de réactions préjudiciables et une intense division," estime Madeleine Bunting, chroniqueuse dans le Guardian.

    Et quelle était cette chose dangereuse, peu délicate, préjudiciable et discriminante que l’honorable membre disait ? Il a dit que le port du voile avait "pour effet de rendre plus difficile l’établissement de bonnes relations entre les deux communautés." Il a dit qu'il "préfèrerait plutôt" que les femmes musulmanes abandonnent entièrement le niqab. Il a dit que "voir les visages des personnes est fondamental dans les rapports entre personnes" et il a demandé aux porteuses de niqab d’enlever leur voile en le rencontrant dans son bureau - une demande à laquelle elles avaient apparemment été heureuses de se conformer. Il a dit qu'il n'avait pas voulu être "prescriptif", que le port du voile était "une question de choix", mais que c’était néanmoins "important de mettre sur table un problème qui se présente de toute façon."

    Actuellement six hommes et une femme sont retenues en garde à vue par la police en liaison avec les attentats à la voiture piégée de la semaine dernière, à Londres et à Glasgow. La vitesse avec laquelle les arrestations ont été opérées n'étonne pas : Scotland Yard et le MI5, service de renseignement intérieur de la Grande-Bretagne, sont connus pour garder des fiches sur littéralement des milliers de radicaux musulmans. Mais ce qui est surprenant, c’ est l’incapacité d’une grande partie de l'établissement britannique de faire le lien entre les terroristes du Jihad (jihadis) dans la jeep cherokee et les femmes voilées dans la rue. Les premiers sont traités comme un problème qui concerne la sécurité ; les secondes comme un problème qui concerne les droits civiques. Alors qu’il ne s’agit que les deux faces d’une même pièce de monnaie, une pièce de monnaie totalitaire.


    Vu sous un angle étroit, il est facile de se prendre les pieds dans des noeuds en discutant de l'attitude correcte des sociétés occidentales envers le voile. Le libéral dit : les gens doivent généralement être autorisés à s'habiller comme ils le veulent. Mais le libéral ajoute aussi : voiler le visage d’une femme n'est pas simplement une expression de modestie sexuelle, mais aussi une oblitération de son identité publique et par conséquent une violation (même si elle est auto-imposée) de ses droits politiques. Le conservateur dit : si la liberté religieuse est élément fondamental des valeurs occidentales, et donc les droits accordés aux Amish ou aux juifs hassidiques de s'habiller comme ils le font s’applique également aux musulmans ultraconservateurs. Mais le conservateur ajoute également : les sociétés libérales ne peuvent pas permettre des pratiques intolérantes et discriminantes de s'épanouir sous la bannière du multiculturalisme, en particulier si ces pratiques sont souvent imposées par violence.


    Pourtant toutes ces considérations manquent l'élément tactique 
    fondamental du niqab. "C’est celui d'imposer une séparation" note un ancien fonctionnaire intérieur français du ministère de l’intérieur qui a aidé à l'ébauche de l'interdiction par son pays en 2004 du couvre-chef religieux dans des écoles publiques et dans les bâtiments du gouvernement. "On le comprend mieux comme une démonstration de force intra-Musulmans, une manière d'intimider leurs propres femmes, une manière d'intimider les infidèles, une manière de se rendre eux-mêmes plus visibles, une manière de s'assurer que personne n’ignore leur vision du monde."

    Dans l'Islam radical, la stratégie consiste à avancer selon deux axes : en menant une guerre pour la suprématie à l’intérieur de la communauté musulmane, et en menant une guerre pour la suprématie en dehors.


    Il est un peu futile de vouloir spéculer sur ce qui a précisément incité les jihadis à l’action en ce moment particulier : ce pourrait avoir été en réaction à l’anoblissement du romancier Salman Rushdie ; ce pourrait avoir été un adieu au caniche détesté de Bush, Tony Blair; ce pourrait avoir été une invitation au cabinet du premier ministre Gordon Brown – confronté aux opposants à la guerre en l'Irak et à celle d'Israel contre le Hezbollah - de tirer les mêmes leçons que les espagnols ont tirée des attentats à la bombe à Madrid et de retirer leurs forces d'Irak et d'Afghanistan. Quoi qu’il en soit, la motivation profonde est une haine généralisée envers une civilisation qui n’arrive pas à se décider sur quoi dire ou quoi penser à propos du niqab..


    Les Islamistes radicaux perdront presque certainement cette dernière guerre: la Grande-Bretagne a près de quatre décennies d'expérience dans la manière de combattre et de défaire, des terroristes autrement plus compétents. Mais le pays a les pieds bien plus fragiles, quand il s’agit de mener la première guerre contre l'Islam radical, la guerre interne.


    Considérons le cas de Hizb ut-Tahrir (Parti de libération). Ce dernier est interdit en
     Allemagne pour antisémitisme et dans la plupart des pays du Moyen-Orient et d'Asie centrale parce qu’il préconise le remplacement des gouvernements existants par un califat islamique, Hizb ut-Tahrir n'a néanmoins aucun lien avéré avec le terrorisme et ne figure pas sur la liste des organisations terroristes établie par le département d'État des États-Unis.

    En Grande-Bretagne « il dissémine ses pensées par la discussion avec les masses, des cercles d'étude, des conférences, la distribution de tracts," comme il l’explique sur son site Web, régulièrement mis à jour, hizb.org.uk1. Il ne voit aucune distinction entre l'Islam "politique" et "traditionnel".

    Sans surprise, il est au premier rang de l'opposition à limiter l'utilisation du voile. 
    Sans surprise non plus, la réaction du gouvernement britannique face à Hizb ut-Tahrir a été proche d’une paralysie totale. M. Blair a bien essayé de le faire interdire après les bombardements de juillet 2005, mais il a été repoussé par son propre gouvernement, qui ne trouvait aucune base juridique pour justifier cette interdiction et qui craignait que ce mouvement ne radicalise encore d’avantage ses membres. Ce parti (« Parti de Libération » – parti islamiste radical) s’est également facilité la vie en rejoignant les rangs de la coalition « Arrêter la Guerre », qui possède ses propres leviers dans le parti travailliste britannique.

    Et c’est ainsi que l'idéologie de l'Islam radical – qui préconise la destruction de l’État d'Israël et de douzaines de gouvernements musulmans, qui justifie le massacre de troupes britanniques en Irak et en Afghanistan au nom d’Allah, qui approuve les buts d'Al Qaeda même si il n'approuve pas explicitement les moyens , et qui utilise le vocabulaire de la liberté pour favoriser un totalitarisme théocratique - prend pied dans la vie politique britannique. Il fait tout ceci ouvertement et librement, parce que la seule menace que le gouvernement semble prendre au sérieux est celle qui accompagne du bruit d'une explosion. Mais il y a des menaces plus graves qui se cachent dans une vue plus large. Pour les voir, M. Brown et tout son gouvernement auraient besoin d’enlever le voile qu’ils ont devant leurs propres yeux.


    .

    30 JUIN 2007


    ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir

    ISLAM : What the West Needs to Know
    An examination of Islam, violence, and the fate of the non-Muslim world.Un examen de l'Islam, de sa violence, et du destin du monde non-musulman.
    Main Idea
    Virtually every major Western leader has over the past several years expressed the view that Islam is a peaceful religion and that those who commit violence in its name are fanatics who misinterpret its tenets. This claim, while widely circulated, rarely attracts serious public examination. Relying primarily on Islam’s own sources, this documentary demonstrates that Islam is a violent, expansionary ideology that seeks the destruction or subjugation of other faiths, cultures, and systems of government.

    Idée principale.
    P
    ratiquement chaque responsable occidental de quelque importance a défendu l’opinion, par le passé, que l'Islam était une religion paisible et que ceux qui commettent la violence en son nom sont des fanatiques qui interprètent mal ses principes. Cette assertion, bien que largement diffusée, a rarement fait l’objet d’un examen sérieux et public. Fondé principalement sur les propres sources de l'Islam, ce documentaire démontre au contraire que l'Islam est une idéologie violente et expansionniste qui vise à la destruction ou à l'assujettissement des autres religions, des autres cultures, et des autres systèmes de gouvernement.
    Content
    The documentary consists of original interviews, citations from Islamic texts, Islamic artwork, computer-animated maps, footage of Western leaders, and Islamic television broadcasts. Its tone is sober, methodical, and compelling.

    Contenu
    le documentaire se compose des interviews originales, des citations de textes islamiques, de reproductions de dessins islamiques, des cartes animées par ordinateur, d’enregistrement d’interventions de responsables occidentaux, et d’émissions de télévision islamique. Sa tonalité est sobre, méthodique, et irréfutable.
    Robert Spencer
    JihadWatch.org
    The Truth About Muhammad
    Walid ShoebatWhy I Left Jihad
    Bat Ye'orThe Decline of Eastern Christianity Under Islam
    Serge TrifkovicThe Sword of the Prophet
    Abdullah Al-ArabyThe Pen vs. Sword Publications
    Vidéo originale (anglais, sans sous-titres):
    http://www.whatthewestneedstoknow.com/about_the_project.asp
    Traduction française (vidéo complète - durée environ 1heure):
    http://video.google.com/googleplayer.swf?docId=-7524727529706125858
    NB: Ce même document vidéo, mais scindé, pour la commodité, en 7 parties (une intro + six chapitres) est consultable dans les parties détaillées de ce dossier (ou encore, ici )



    Outline of the Documentary

    Introduction
    We hear from prominent Western leaders that Islam is peaceful and that those who commit violence in its name are heterodox fanatics.

    IntroductionNous entendons des personnalités occidentales de premier plan nous affirmer que l'Islam est paisible et que ceux qui commettent la violence dans son nom sont des fanatiques hétérodoxes.
    Part 1: ‘There is no God but Allah and Muhammad is his Prophet’
    Our interviewees affirm their belief that Islamic violence is entirely orthodox behavior for Muslims and stems directly from the teachings and example of the Prophet Muhammad and the commands of the Koran. We learn that the example of Muhammad is one of a violent warlord who killed numerous people. The Koran – the verbatim words of Allah – prescribes violence against non-Muslims and Muhammad is the perfect example of the Koran in action.
    Partie 1 : « Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est Son Prophète »Nos interviewés affirment leur conviction que la violence islamique est comportement entièrement orthodoxe pour des musulmans et découlent directement des enseignements et de l’exemple du prophète Muhammad et des injonctions de Coran. Nous apprenons que l'exemple de Muhammad est celui d’un seigneur de guerre extrêmement violent, qui a tué de nombreuses personnes. Le Coran - les mots in extenso d'Allah - prescrit la violence contre les non-musulmans et Muhammad est l'exemple parfait du Coran en action.
    Part 2: The Struggle
    We learn that jihad, while literally meaning 'struggle', in fact denotes war fought against non-Muslims in order to bring the rule of Islamic law to the world. Violent death in jihad is, according to the Koran, the only assurance of salvation. One of our interviewees tells of his personal involvement in terrorism and his leaving Islam.

    Partie 2 : La lutte
    Nous apprenons que le jihad, tout en littéralement signifiant la 'lutte', désigne en fait la guerre, le combat contre les non-musulmans, afin d'imposer la règle de la loi islamique au monde.
    La mort violente dans le jihad est, selon Coran, la seule assurance du salut. Un de nos interviewés raconte sa participation personnelle dans le terrorisme et comment il a été amené à abandonner l’Islam.
    Part 3: Expansion
    Following the death of Muhammad, his 'rightly-guided' successors carried his wars to three continents, fighting, enslaving, and massacring countless Christians, Jews, Zoroastrians, Hindus, and others. Islam did not spread through evangelism or through its natural appeal, but through aggressive wars of conquest. The Crusades were largely a belated response on the part of Christian Europe to rescue Christians in the 
    Holy Land suffering under Muslim oppression. The Muslim world today, while no longer the unified empire of the Caliphs, is exceptional for being responsible for the vast majority of conflicts around the world and for almost all of international terrorism.
    Après la mort de Muhammad, ses successeurs, dans le droit fil de son action, ont étendu la guerre à trois continents, combattant et asservissant les chrétiens, les juifs, les zoroastriens, les hindous, tout en perpétrant d’innombrables massacres. L'Islam ne s’est pas développé par l'évangélisation ou par un attrait naturel de la religion, mais par des guerres agressives de conquête. Les croisades étaient en grande partie une réponse tardive de la part de l'Europe chrétienne pour délivrer les chrétiens souffrant en terre sainte de l'oppression musulmane.
    Le monde musulman d’aujourd'hui, bien que n’étant plus l'empire unifié des Califes, continue à être exceptionnellement violent, et est responsable de la grande majorité de conflits autour du monde et de presque de tout le terrorisme international.
    Part 4: ‘War is Deceit’
    A great problem with Western efforts to understand Islam is due to the Islamic principle of 'religious deception', which enjoins Muslims to deceive non-Muslims in order to advance the cause of Islam. Muslim groups today in the West employ deception and omission to give the impression that 'Islam is a religion of peace', an utter fiction.

    Partie 4 la guerre est tromperie
    Un sérieux problème entrave les efforts occidentaux de comprendre l'Islam, et il est dû au principe islamique de la ‘tromperie religieuse’, (al Taqqiya). Ce principe encourage les musulmans à tromper des non-musulmans pour faire avancer la cause de l'Islam. Les groupes musulmans aujourd'hui en occident utilisent la dissimulation et l'omission pour donner l'impression que l' Islam est une ‘religion de paix ‘, ce qui est une fiction totale.
    Part 5: More than a Religion
    The most important characteristic of Islam not understood by the West is that it is more a system of government than a personal religion. Throughout its history, Islam has never recognized a distinction between the religious and the secular/political. Islamic law governs every aspect of religious, political, and personal action, which amounts to a form of totalitarianism that is divinely enjoined to dominate the world, analogous in many ways to Communism.

    Partie 5 : Bien plus qu'une religion
    La caractéristique la plus importante de l'Islam, une caractéristique mal comprise de l'occident, est que l’islam est bien plus un système de gouvernement qu'une simple religion personnelle.
    Dans toute son histoire, l'Islam n'a jamais fait de distinction entre la sphère religieuse et la sphère laïque et politique. La loi islamique régit chaque aspect de l'action religieuse, de l'action politique, et de l'action personnelle, ce qui en fait une forme de totalitarisme d’ordre divin encouragé à dominer le monde ; et qui présente, de bien des manières, des analogies avec le communisme.
    Part 6: The House of War
    Islamic theology divides the world into two spheres locked in perpetual combat, dar al-Islam (House of Islam - where Islamic law predominates), and dar al-harb (House of War - the rest of the world). It is incumbent on dar al-Islam to fight and conquer dar al-harb and permanently assimilate it. Muslims in Western nations are called to subvert the secular regimes in which they now live in accordance with Allah's command. Due to political correctness and general government and media irresponsibility, the danger posed by observant Muslims in the West remains largely unappreciated.
    Partie 6 : La Maison de la GuerreLa théologie islamique divise le monde en deux sphères bien closes, et en combat perpétuel. Le Dar Al-Islam (la Maison de l'Islam) - où la loi islamique prédomine, et le dar Al-harb (la Maison de la guerre) - le reste du monde. Il incombe au Dar Al-Islam de combattre et de conquérir le Dar Al-harb, et de l'assimiler de manière permanente. Les musulmans vivant dans les nations occidentales sont appellé à renverser les régimes séculaires dans lesquels ils vivent actuellement, selon l’ordre d'Allah.
    Pour des raisons de « politiquement correct » et pour des raisons d'irresponsabilité de nos gouvernements et de nos médias, le danger posé par les musulmans pratiquant en occident reste, en grande partie, oblitéré.



    ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (Intro)


    Introduction
    Tony Blair : Pour finir, je souhaite rappeler, comme je l’ai déjà fait souvent, qu’il ne s’agit pas d’une guerre avec l’islam. Ce qui me met en colère, tout comme cela irrite une vaste majorité de musulmans, c’est que l’on décrive Ben Laden et ses associés comme des « terroristes islamiques » : ce ne sont que des terroristes, purement et simplement. L’islam est une religion pacifique et tolérante. Et les actes de ces gens sont tout à fait contraires aux enseignements du Coran
    G.W. Bush Je veux aussi, ce soir, m’adresser directement aux musulmans de par le monde. Nous respectons votre foi. Elle est pratiquée librement par des millions d’Américains, et par des millions d’autres dans des pays que l’Amérique compte parmi ses amis. Ses enseignements sont bons et pacifiques. Et ceux qui font le mal au nom d’Allah profanent le nom d’Allah, des terroristes
    Bill Clinton Je veux que vous compreniez, je veux que le monde comprenne, que nos actions aujourd’hui ne visaient pas l’islam, la religion de millions de bonnes gens, qui aiment la paix, de par le monde, y compris aux Etats-Unis. Aucune religion n’excuse le meurtre d’innocents, hommes, femmes ou enfants. Mais nos actions visaient les fanatiques et les assassins qui habillent le meurtre du manteau de la vertu et qui, en agissant ainsi, profanent la grande religion au nom de laquelle ils prétendent agir.
    [Kenneth Bigley]
    [Born England – 1942 ]
    [Kidnapped and Executed Iraq – 2004]
    Mon nom est Ken Bigley de Liverpool, du quartier de Walton.
    Je suis ici en Irak, et je pense que c’est peut-être ma dernière chance de parler à quelqu’un qui m’écoutera depuis l’Europe. J’ai besoin que vous soyez compatissant comme vous avez toujours dit que vous l’étiez et que vous m’aidiez […] Je ne veux pas mourir […]
    (suivent les vociférations du groupe musulman d’Abu Musab al-Zarqawi, psalmodiant le coran, avant d’égorger leur victime, Ken Bigley, aux cris de « Ouallah Akhbar », « Ouallah Akhbar»..)

    ISLAM : WHAT THE WEST NEEDS TO KNOW
    ( ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir )
    Serge TRIFKOVIC : La tendance qu’ont les dirigeants politiques occidentaux à nier le lien entre l’islam orthodoxe prédominant et la violence terroriste est reproduite dans les universités et dans les médias où que vous regardiez… A la fois en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord. Les membres de l’élite ont cette tendance à déclarer que l’islam - un islam mystérieux et « authentique » - est pacifiste et tolérant, et que ces musulmans enclins à la violence ne constituent qu’une frange aucunement représentative. J’apprécierais vraiment si les gens qui font de telles déclarations pouvaient ensuite expliquer la continuité de la violence depuis les premiers temps de l’islam, depuis les jours du Prophète et de se successeurs immédiats, à travers les quatorze siècles d’histoire attestée.
    Robert SPENCER : La question vraiment cruciale dans le monde d’aujourd’hui est : Est-ce que l’islam – et la civilisation islamique – approuvent réellement la violence que nous observons, perpétrée en son nom de par le monde. Et à cela, nous devons répondre, si nous voulons être honnêtes, par un « oui » sans réserves. Les sources islamiques, les textes islamiques, à commencer par le Coran, mais sans se limiter à lui, les textes islamiques, incluant les hadiths, la tradition islamique, la théologie islamique, le droit islamique, la tradition de l’interprétation du Coran à travers l’histoire, et l’histoire islamique elle-même, tous témoignent du fait que la doctrine, la théologie et la loi de l’islam autorisent l’usage [de la violence] contre les non-croyants.
    (BAT YE’OR, auteur de « The Dhimmi : Jews and Christians under Islam »)
    Bat Ye’or : Les origines se trouvent, bien entendu, dans le désir musulman d’imposer au monde entier la seule religion - la seule religion légitime – qui est l’islam. Et la suppression de toutes les autres religions afin d’instaurer le respect des règles d’Allah sur la planète toute entière. C’est un devoir religieux, qui incombe à la communauté toute entière, et que la communauté musulmane est obligée d’imposer, parce qu’ils sont obligés d’obéir aux ordres d’Allah et que c’est le désir d’Allah ainsi qu’il est exprimé dans la révélation coranique.
    Abdullah Al-ARABY : Je crois que ces terroristes qui veulent faire du mal aux autres appliquent le vrai islam, celui qui était pratiqué par Mahomet et ses compagnons dans les premiers temps de l’islam.


    [◄ PRECEDENT] - - - - - - [RETOUR AU RÉSUMÉ] - - - - - - [SUITE ►]

    ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (1)



    PART 1. « There is no God but Allah and Muhammad is his Prophet »
    Partie 1. « Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est Son Prophète »
    Dans la théologie islamique, le prophète Mahomet est considéré comme « al-insan al-kamil », c'est-à-dire l’Homme Parfait. Il est le modèle par excellence à imiter, il est la personne à qui plus un musulman ressemble, mieux cela vaut pour lui. Le prophète Mahomet est donc révéré, de nos jours, dans le monde islamique, en tant que principal modèle de comportement humain.
    (Walid SHOEBAT, Auteur de « Why I left Jihad »)
    Walid SHOEBAT : Mahomet, le prophète de l’islam, nettoya l’Arabie Saoudite de la présence juive ; il y avait trois tribus – les Banu Nadhir, les Banu Qorayza et les Banu Qaynoqa. Nous étudiions cela fièrement à l’école, la façon dont Mahomet, prophète de l’islam, avait ordonné la décapitation des hommes juifs des Banu Qorayza, et dont leurs femmes avaient été prises comme concubines. Un enfant qui présentait des poils pubiens était décapité. La population juive a donc été, selon le cas exilée, ou décapitée.
    L’histoire de Rabbi Kinana est une histoire bien connue et documentée en islam. Rabbi Kinana fut torturé sur ordre du prophète de l’islam lui-même. On lui arracha les yeux, on le brûla, pour lui faire avouer où la tribu juive cachait son or, son argent, etc. Ca vient tout droit des hadiths. Cela nous inspirait, nous les palestiniens, cela nous donnait l’inspiration pour mener le jihad contre les juifs, en Palestine
    AUTHORATIVE ISLAMIC HISTORY
    The Life of Muhammad / Sirat Rasul Allah
    By Muhammad bin Ishad (d 773 AD)
    Edited by Abdul Malik bin Hisham (d 840 AD)
    Translated by Prof Alfred Guillaume (1955)
    HISTOIRE ISLAMIQUE OFFICIELLE
    La vie de Mahomet (Sirat Rasul Allah)
    Par Mohammed ibn Ishâq (mort en 773 ap. JC)
    Edité par Abdul Malik ibn Hishâm (mort en 840 ap. JC)
    Traduit par le professeur Alfred Guillaume (1955)
    (traduction française basée sur celle de Wahib Atallah (2004) )
    Alors les Banu Qurayza (ou ‘Qorayza’) se rendirent, et le prophète les fit enfermer à Medine […].
    Il alla ensuite sur la place du marché de Médine, et y fit creuser des fossés. Puis il les fit venir et, par petits groupes, leur coupa la gorge sur le bord des fossés. Ils étaient 600 à 700 hommes, bien que certains disent même 800 ou 900.
    [Naibed] NB: pour trouver une source de documentation très complète sur les origines de l’Islam :
    http://www.islam-documents.org/
    http://www.islam-documents.org/chap11.html
    Robert SPENCER : un autre exemple, qui est peut-être encore plus terrifiant, de l’influence nocive qu’à le modèle de Mahomet sur le monde islamique, est celui, récent, de cet égyptien, leader d’un parti extrémiste musulman, qui a écrit tout récemment qu’il ne pouvait pas croire que les décapitations en Irak soient causes de protestations chez des musulmans. Ne savaient-ils pas que le prophète Mahomet lui-même avait décapité personnellement entre 600 et 900 hommes, des membres de la tribu des Qorayza en Arabie, après les avoir vaincus ? Ne réalisaient-ils pas que, si le prophète l’avait fait, alors c’était la bonne façon de se comporter.
    Et donc que les moudjahiddins qui décapitent des gens en Irak ne font que suivre l’exemple du prophète. Nous pouvons dès lors voir que puisque le prophète Mahomet a pris part lui-même à beaucoup de batailles et de raids, et qu’il a effectué ces décapitations, qu’il a ordonné l’assassinat de plusieurs de ses adversaires politiques, et qu’il se soit comporté de manière générale en chef de guerre typique du VII° siècle, le problème est que lorsque tout ceci est transféré au XXI° siècle, à un comportement dans le contexte du XXI° siècle, ce que vous obtenez, ce sont des terroristes.
    Le Coran occupe une place qui n’a pas de parallèle dans la civilisation occidentale. Le Coran est considéré par les musulmans et par la théologie islamique traditionnelle comme ayant été dicté mot à mot par Dieu, par Allah lui-même, via l’ange Gabriel au prophète Mahomet.
    En conséquence, chacun de ses mots est un mot de Dieu lui-même. Chaque mot du Coran, à moins qu’il ne soit annulé par un autre passage du Coran lui-même, est valable à jamais et ne peut pas être mis en doute, ne peut pas être réformé, ne peut pas être changé dans un contexte islamique. Ceci signifie que les musulmans modérés, les musulmans pacifiques, s’ils sont sincères, doivent rejeter entièrement le littéralisme coranique.
    Mais agir ainsi les place hors de la sphère de tout ce qui a jamais été considéré comme étant l’islam orthodoxe à travers les siècles. Parce qu’agir ainsi, c’est rejeter le principe de base même de l’islam, à savoir que ce livre a été dicté par Dieu, et qu’il est la copie parfaite d’un livre parfait – « Umm al-Kitâb », la « mère du livre » - qui existe depuis toujours auprès d’Allah dans les Cieux.
    THE NOBLE KORAN
    Translated with Parenthetical Notes by Dr Muhammad Taqi-ud-Din Al-Hitali
    Traduction française basée sur celles de Muhallad Hamidullah et de Regis Blachère.
    Coran Sourate 98, verset 6 : les infidèles [ceux qui n’auront pas cru à l’islam, au Coran et à Mahomet] parmi les gens du Livre [juifs et chrétiens], ainsi que les Associateurs [polythéistes] iront au feu de l’Enfer, pour y demeurer éternellement. De toutes les créatures, ce sont les pires.
    Serge TRIFKOVIC : Le Coran est donc simplement un ensemble d’ordres directs et de descriptions narratives de ce qui arrivera si ces ordres ne sont pas suivis, des descriptions parfois très déformées provenant du judaïsme et du christianisme. A cause de la nature normative de ces commandements, le deuxième corpus le plus important pour la jurisprudence et l’entité islamique est la Tradition prophétique, les hadiths.
    Robert SPENCER : Les hadiths sont indispensables pour donner un quelconque sens au Coran, parce que dans le Coran, Allah s’adresse à Mahomet et ils discutent d’incidents de la vie de Mahomet, mais ils ne disent pas ce dont il est question. Il faut donc aller chercher dans les hadiths, la tradition du prophète Mahomet, pour comprendre ce qui est dit dans le Coran et pourquoi.
    Les hadiths comprennent de très nombreux volumes de traditions liées au prophète. Différents érudits musulmans à partir du VIII° siècle, ce qui représente un temps considérable écoulé depuis la mort du prophète en 632, ont commencé à collecter ces traditions et à essayer par différents moyens, de séparer celles qui étaient authentiques de celles qui ne l’étaient pas.
    D’un point de vue islamique, si quelque chose que Mahomet a fait ou dit est enregistré dans l’un de ces livres, elle possède une autorité qui n’est inférieure qu’à celle du Coran. Et dans ces livres, il y a beaucoup de choses qui éclairent ce que dit le Coran, et comment il s’applique aux musulmans de nos jours.
    AUTHORATIVE TRADITIONS OF THE PROPHET MUHAMMAD
    The hadiths of SAHIH AL-BUKHARI
    Translated with Parenthetical Notes byDr Muhammad Muhsin Khan.
    TRADITIONS OFFICIELLES DU PROPHETE MAHOMET
    Les hadiths du SAHIH AL-BOUKHARI
    Traduction française basée sur Al-Bayan v2.0
    SAHIH AL-BOUKHARI Volume 4, livre 52, Hadith 53 : Le prophète a dit :
    « Il n’est point d’homme ayant obtenu auprès d’Allah une récompense [dans l’au-delà] qui se réjouirait à l’idée de revenir sur cette terre, obtînt-il même tout ce bas monde et ce qu’il contient. Il faut cependant faire une exception pour le martyr, qui, ayant vu la supériorité de son statut, se réjouirait de revenir sur terre pour être de nouveau tué (dans la voie d’Allah) ».
    Le prophète a dit : « Une matinée ou une soirée d’effort [de lutte] dans le sentier d’Allah vaut mieux que tout ce sur quoi le soleil se lève et se couche. »
    Serge TRIFKOVIC : Puisqu’il n’y a pas de notion de moralité naturelle en islam, vous devez aller dans le Coran ou dans les hadiths pour trouver ce qui est permis et ce qui n’est pas permis…
    Robert SPENCER : Et dans ces livres, nous avons des instructions très claires de la part du prophète Mahomet, disant qu’il est de la responsabilité des musulmans de rencontrer les non-croyants sur le champs de bataille, de les inviter à accepter ou l’islam, ou le statut de dhimmi, statut de citoyen de seconde classe dans l’état islamique. Et s’ils refusent ces deux options, alors de leur faire la guerre.
    Coran 9:29 Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit, et qui ne professent pas la religion de la vérité [l’islam], parmi ceux qui ont reçu le Livre [juifs et chrétiens], jusqu’à ce qu’ils versent la Jizyah [taxe de capitation] de leurs propres mains, et alors qu’ils sont humiliés.
    Walid SHOEBAT : Le Coran peut être décomposé en deux partie. L’une est appelée « Mekkiya », c'est-à-dire ce qui a été inspiré à Mahomet, prophète de l’islam, à La Mecque ; l’autre est nommée « Mediniya », ce qui a été inspiré au prophète de l’islam, à Médine (ou Yathrib). A la Mecque, vous trouvez la plupart des versets pacifiques ; Mahomet vivait alors en paix et en harmonie avec les communautés juives et chrétiennes, alors il y avait de nombreux versets dans le Coran qui [reflètent ça], les musulmans priaient même en se tournant vers Jérusalem ! Il y a alors beaucoup d’éléments qui montrent une unité entre les confessions juive, chrétienne et musulmane.
    Serge TRIFKOVIC : Il y a en effet quelques versets dans le Coran qui pourraient être qualifiés de pacifiques et tolérants ; notamment l’injonction contre l’utilisation de la contrainte en matière de religion. Ces versets datent presque toujours des débuts de la carrière prophétique de Mahomet dans sa ville natale de La Mecque, alors qu’il était sans pouvoir, qu’il commençait à peine à attirer des disciples.
    Abdullah Al-ARABY : Seuls quelques parents et amis avaient accepté la religion à cette époque, et il avait beaucoup d’ennemis, alors les révélations de cette époque étaient très pacifiques.
    Serge TRIFKOVIC : Et tout change avec l’instauration du petit état théocratique de Mahomet dans la ville de Médine. Il devient un seigneur de guerre, il devient le chef d’un état totalitaire, il devient très riche, très puissant, et très intolérant. Et alors, beaucoup de ces premiers versets sont en fait abrogés.
    Robert SPENCER : Dans le Coran, sourate 2, verset 106, il est dit, ou plutôt Allah dit que « Si nous abrogeons (« Nous », c’est Allah), si nous abrogeons un verset quelconque, nous en apportons un meilleur. »
    Coran 2:106 : Si nous abrogeons un verset quelconque ou que nous le fassions oublier, nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent ?
    Robert SPENCER : C’est la base, le fondement de la doctrine coranique du « naskh », c’est-à-dire de l’abrogation. L’idée est que, lorsque des versets sont contradictoires, ou semblent être contradictoires dans le Coran, celui qui a été révélé le plus tardivement, chronologiquement, est le meilleur, comme Allah l’a promis, et annule le premier.
    Walid SHOEBAT : C’est alors que la violence commença. A partir de là, il fallut choisir entre versets pacifiques et non pacifiques, et …le décret fut que les premiers étaient dès lors annulés.
    Serge TRIFKOVIC : C’est en effet un concept très curieux pour un non-musulman d’accepter l’idée que Dieu puisse changer d’avis sur certains sujets, et puisse émettre une injonction en 614 ap. JC …
    => Coran 2:256 : Nulle contrainte en religion !
    Serge TRIFKOVIC : …puis une autre, très différente en 627 ap. JC …
    =>
    Coran 9:5 : […] Tuez les infidèles où que vous les trouviez […].
    Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakat
    [càd : acceptent l’islam] alors laissez leur la voie libre.
    Serge TRIFKOVIC : mais c’est effectivement ce qui s’est passé en islam.
    Robert SPENCER : Il est très important de comprendre que le Coran n’est pas organisé chronologiquement, il est organisé simplement [selon la longueur des sourates], en commençant par le chapitre le plus long et en terminant par le plus court.
    Serge TRIFKOVIC : Vous trouverez donc dans le livre lui-même certains des versets les plus tolérants plus loin dans le livre que les plus intolérants, ceux qui prônent la violence et la subjugation des infidèles, mais ça ne veut pas dire qu’ils soient venus plus tard, c’est même plutôt le contraire. S’il y a jamais deux injonctions, celles qui ont été révélées plus tard à Médine sont celles qui restent valables, et les plus anciennes, datant de La Mecque, qui sont abrogées.
    Walid SHOEBAT : Les versets pacifiques furent rendus « mansukha », c'est-à-dire, nuls et non avenus, par des versets comme celui de l’Épée.
    Robert SPENCER : La théologie islamique traditionnelle affirme que le neuvième chapitre du Coran, la sourate 9, est la dernière révélée dans la carrière du prophète ; et c’est la seule à ne pas commencer par « Bismillah ar-rahman ar-rahim » (Au nom d’Allah, le clément, le miséricordieux). Certains ont dit que c’était parce qu’il n’y a ni clémence, ni miséricorde dans ce chapitre, et qu’il contient l’avis final du Coran sur le jihad et, en particulier, sur la façon dont les musulmans doivent se comporter vis-à-vis des non-croyants. C’est dans cette sourate que l’on trouve le célèbre « verset de l’Épée ».
    Walid SHOEBAT : Que dit le verset de l’Épée. C’est très clair. « Lorsque les mois sacrés sont écoulés, tuez les associateurs où que vous les trouviez, capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Tuez-les où que vous les trouviez ! »
    En fait, je me suis converti au christianisme. Mahomet a clairement déclaré qu’à la fin
    des temps, nombre de gens quitteront la foi pour une autre. « Tuez-les où que vous les trouviez »… Alors… c’est ce que l’Occident doit comprendre. Quelle partie de « Tuez » ne comprennent-ils pas ?


    ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (2)


    PART 2. The Struggle
    Partie 2. La lutte
    (The White House. Washington)
    Interview de Condoleeza Rice à la Maison Blanche. Washington)
    Journaliste : …vous dites que le Président a réitéré son message de tolérance, et l’importance du fait qu’il ne s’agit pas d’une campagne contre l’islam, ni contre les nations arabes en général. Est-ce que ça a été communiqué aux administrations des nations de cette partie du monde à laquelle vous avez récemment parlé, que c’est quelque chose d’absolument crucial qu’il faut que le Président fasse, non pas juste une fois, mais constamment ? Et si oui, pourquoi ?
    Condoleeza Rice : Nous sommes un pays qui estime les gens non pas selon leurs croyances religieuses, ni suivant leur couleur, mais selon le fait que nous sommes tous américains. C’était la première partie du message. La seconde partie du message, c’est que nous avons beaucoup d’amis de par le monde qui sont musulmans. Nous avons des pays qui sont amis de longue date des Etats-Unis et qui sont de confession islamique, et le Président voulait qu’il soit très clairement dit qu’il ne s’agit pas d’une « guerre de civilisations », que ce n’est pas une guerre contre l’islam. C’est une guerre contre des gens qui, de maintes façons, dénaturent ce que l’islam représente. L’islam soutient la paix, et soutient la non-violence, et il voulait que ce soit très clair. Oui. Bien sûr.
    Robert SPENCER : L’islam et la civilisation islamique sont uniques par leur position vis-à-vis des non-croyants ; l’islam est la seule religion qui ait développé une doctrine, une théologie et un droit qui donne mandat d’utiliser la violence contre les non-croyants.
    Il y a des musulmans pacifiques, des musulmans qui sont modérés de par le monde, qui vivent harmonieusement avec leurs voisins non-musulmans, et n’ont nulle intention de leur faire la guerre d’aucune façon. Mais le fait est qu’ils ne trouvent que de très minces justifications à leur propre tranquillité dans les sources islamiques elles-mêmes. Et s’ils veulent vivre en paix avec leurs voisins, ce n’est que parce qu’ils ignorent ce que l’islam préconise comme comportement aux musulmans envers les non-croyants, ou bien parce qu’ils ont explicitement, consciemment rejeté ces éléments de l’islam. En résumé, il y a des musulmans pacifiques et modérés, mais pas d’islam pacifique et modéré.
    Toutefois, l’idée que l’islam est une religion de paix est paradoxalement soutenue même par les plus violents et les plus extrémistes des musulmans. Saïd Qutb (1), le théoricien musulman égyptien, dont les écrits sont tenus en haute estime par les musulmans radicaux actuels, écrivait que l’islam était une religion de paix, et insistait là-dessus. Lorsqu’on étudie ses écrits, il devient clair que ce qu’il voulait dire, c’est que l’islam est destiné à établir l’hégémonie de la loi islamique sur le monde. Lorsque cette hégémonie sera établie, la paix règnera sur le monde. D’où : l’islam est une religion de paix.
    (1) Sayyid Qutb 1906 - 1966
    Walid SHOEBAT : Mais le problème est que les musulmans paisibles ne comprennent pas ce qui découle de la jurisprudence de l’islam. Si vous examinez l’interprétation de ces versets à l’université d’Al Azhar, dans les écoles enseignant la charia, à Jérusalem, en Jordanie, en Syrie, à Damas, à travers tout le Moyen-Orient, la jurisprudence de l’islam décrète clairement et énergiquement que le verset de l’Épée a annulé tous les versets pacifiques. Que dit le verset de l’Épée ?
    Coran 9:5 : Quand les mois sacrés seront expirés, tuez les Mouchrikoun [infidèles] où que vous les trouviez ! Capturez-les, assiégez-les et dressez pour eux des embuscades. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât [la prière islamique] et acquittent la Zakat [l’aumône], alors laissez leur la voie libre, car Allah est pardonneur et miséricordieux.
    Walid SHOEBAT : « Tuez-les où que vous les trouviez ! »… Il ne s’agit pas de tuer allégoriquement. C’est tuer littéralement. Ce sont les meurtres de Zarqaoui, face à la caméra, ce sont les lynchages que vous voyez à Ramallah, c’est le massacre de plus d’un million de soudanais au Soudan, c’est le fait de couper les mains et pieds opposés, et voilà le dilemme…
    Les versets pacifiques, même dans les versets pacifiques qui sont cités, même par Bush… voyez le verset suivant : « quiconque tuerait une personne sans que celle-ci ait tué ou semé le scandale sur la terre, [sera jugé] comme s’il avait tué tous les hommes ». Vous trouverez le même verset dans la tradition biblique judéo-chrétienne. Mais la plupart des occidentaux ne vont jamais voir la suite qui rend les choses très claires : « mais pour ceux qui sèment la corruption sur terre, alors, coupez leur la main et le pieds opposés, et crucifiez-les. »
    Littéralement.
    Et c’est ce que vous voyez. Ce qui se passait en Afghanistan. C’est ce que vous voyez se produire au Soudan. Une énorme quantité de crucifixions, de massacres, de décapitations. Et les amputations, et les assassinats en publics.
    Ils veulent vraiment revenir à l’islam tel qu’il était jadis. C’est pour cela que cela s’appelle le fondamentalisme islamique.
    Coran 5:33 « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, qu’ils soient tués ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment ».
    Sahih Al-Bukhari Vol 8 Book 82, Hadith 795 : le prophète ordonna de couper les mains et les pieds d’hommes appartenant à la tribu d’Urayna et de ne pas cautériser [leurs membres qui saignaient] jusqu’à ce qu’ils meurent »
    ABDULLAH Al-ARABY : Il n’y a aucune assurance de ce que l’on nomme dans le christianisme le salut, pas d’assurance d’être sauvé, ni de garantie d’aller au Ciel. Cependant, il y a des choses qui peuvent aider. Par exemple, si un musulman meurt alors qu’il exerce le jihad, il est censé aller au Paradis.
    Walid SHOEBAT : Dans la pensée islamique, l’assurance de votre salut est de mourir en martyr, en accord avec les versets du Coran : Wala tahsabanna allatheena qutiloo fee sabeeli Allahi amwatan bal ahyaon AAinda rabbihim yurzaqoona. « Et ne crois point que ceux qui ont été tués dans le Chemin d’Allah – dans le jihad – sont morts. Au contraire ! ils sont vivants… ». Ceci assure donc le salut.
    Robert SPENCER : C’est le calcul qu’il y a derrière les attentats-suicides modernes. Beaucoup de gens diront, les défenseurs contemporains de l’islam diront que l’islam interdit le suicide. Et c’est tout à fait malhonnête, aprce que tous ceux qui prônent, tous ceux qui défendent les attentats-suicides dans le monde islamique commencent par dire qu’il ne s’agit pas de suicide, l’intention de la personne n’est pas de se tuer elle-même, l’intention de la personne est d’en tuer d’autres, et ça, c’est approuvé, parce qu’il s’agit du jihad islamique. Et s’ils sont tués eux-mêmes dans l’opération, c’est une conséquence inévitable de leur action, pour laquelle ils seront récompensés en tant que martyrs au Paradis.
    Serge TRIFKOVIC : Le Coran est assez clair quand à la récompense céleste qui attend un jihadiste qui tombe en combattant dans le sentier d’Allah. Il se verra accorder l’accès immédiat au Paradis, et le paradis est un paradis extrêmement sensuel. Il est rempli de houris, des beautés aux yeux noirs qui attendent les martyrs, et la gratification qui s’ensuite est tout à fait inappropriée pour un public familial.
    Robert SPENCER : Le Coran ne contient aucune garantie d’accéder au Paradis, excepté pour ceux qui tuent et sont tués pour la cause d’Allah.
    Coran 9:111 : En vérité, Allah a acheté aux croyants leur personne et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le Chemin d’Allah. Ils tuent ou sont tués.
    […] Réjouissez-vous de l’allégeance que vous avez conclue avec Lui. C’est là l’Immense [le Suprème] Succès.
    Robert SPENCER : En d’autres mots, le Paradis n’est garanti que pour les gens qui sont tués tandis qu’ils tuent eux-mêmes pour établir l’hégémonie d’Allah ou de la Loi islamique dans le monde.
    ABDULLAH Al-ARABY : Le jihad en islam peut être spirituel ou physique. Le jihad spirituel, c’est s’évertuer à être un meilleur musulman. Mais il y a aussi la partie physique du jihad, que l’on ne peut éliminer de l’islam…
    Walid SHOEBAT : « Jihad », en islam, veut dire « lutte ». C’est la signification littérale du mot « lutte ». Mais c que l’Occident ne comprends pas, c’est que les hadiths, la compilation des traditions liées à Mahomet, prophète de l’islam, contiennent près d’une centaine de hadiths concernant le jihad ; et si vous les examinez, ils concernent tous le glaive, la guerre, ou un effort militaire.
    Et à la fin d’une expédition militaire, une expédition de jihad, il a dit « je retourne maintenant au jihad intérieur », à la lutte intérieure. En fait, j’ai eu cette conversation avec un islamiste un jour, qui m’a dit : « Allez, Walid, dit à l’Occident que jihad veut simplement dire lutte ». je lui ai dit : « Oui, ça veut dire ‘lutte personnelle’, tu as raison. Jihad veut dire ‘ lutte personnelle’ . Mais ‘ Mein Kampf’ aussi ! ‘ Mein Kampf’ veut dire ‘Mon combat’ ; et c’est ainsi que les islamistes voient le jihad.
    Serge TRIFKOVIC : C’est un élément très dangereux des enseignements islamiques parce que cette gratification immédiate qui récompense le martyr est un concept séduisant. Et, en passant, lorsque ces soi-disant opérations de martyre sont menées par le Hamas, ce qui est annoncé des minarets des mosquées, ce n’est pas la mort d’untel ou d’untel, qui a mené l’attaque, mais le mariage d’untel ou untel avec les houris. En d’autres mots, ils suggèrent immédiatement que, loin de devoir pleurer sa disparition, la fin de sa vie physique, ses parents devraient être heureux et célébrer, organiser une fête, parce que leur fils est maintenant non seulement au Ciel, mais y est accueilli par ces beautés voluptueuses.
    Walid SHOEBAT : Chahid… le mot « chahid » signifie « témoin ». « Témoigner », « attester ». Attester qu’il n’y a de Dieu qu’Allah et que Mahomet est son prophète. Et vous mourrez en chahid pour cette cause. Vous êtes un témoin, on vous considère comme un témoin, un « martyr ».
    Et un martyr, on lui rend gloire. Votre famille vous rendra gloire après votre mort.
    En tant que fondamentaliste vivant au Moyen-Orient, j’ai du être initié, je devais en gros ou tuer mon premier juif, ou détruire ma première infrastructure « sioniste ». Je devais prouver, sans l’ombre d’un doute, que j’étais méritant. Et il y a une grande quantité d’étudiants, d’adolescents, d’hommes, qui sont prêts à mourir en « martyrs », prêts à s’harnacher d’explosifs. La liste des candidatures au martyre est pleine. Il y a beaucoup de candidats. Il n’y a pas assez de bombes pour tous les candidats. Et pour obtenir l’une de ces missions, vous devez effectivement avoir été choisi. Vous devez avoir été très bon. Vous devez avoir été suffisamment violent, vous devez avoir été de toutes les manifestations, dans les rues de Jérusalem, ou de Bethléem, ou de votre village ; vous devez vous être montré digne d’une grande opération.
    Donc, …ce que je vous explique, je l’ai fait, et les gens de ma communauté l’ont vu, et j’ai été jugé digne. J’ai fini par me retrouver en prison, et j’ai été recruté. Et je me souviens de monsieur Mahmoud al-Mughrabi. Sa grande fierté était d’avoir posé quinze bombes, et tué beaucoup d’israéliens. Et on allait le libérer sous caution grâce à un avocat israélien juif ! Il retourna immédiatement dans la rue …
    Donc, vous trouvez la personne qui vous procure votre bombe, et vous posez votre candidature. Vous dites, écoutez, je veux participer, je veux effectuer une opération martyre, poser une bombe, peu importe, …et vous avez besoin de relations. Je trouve quelqu’un, j’ai rendez-vous avec lui, à Jérusalem, et il me fabrique cette charge explosive avec une minuterie dans une miche de pain, et je devais l’amener subrepticement depuis le Mont du Temple, sous les auspices du Waqf [autorité musulmane qui administre le Mont du Temple]. La police d’al-Waqf est une police islamique, nommée par le gouvernement, pour surveiller les lieux saints. Sachant très bien que j’avais des explosifs, ils m’ont fait passer clandestinement, pour que je puisse éviter les postes de contrôle. Ensuite, j’ai emporté ma charge explosive de Jérusalem jusqu’à la branche israélienne Leumi à Bethléem.
    J’étais censé déposer la bombe à exactement 18:00. J’étais censé avoir cette charge explosive dans mes mains à 18:00 précises. A six heures moins cinq, je vois des enfants arabes courir ça et là. Et je ne voulais pas tuer d’arabes. J’ai donc décidé de placer la charge explosive sur le toit ; je l’ai lancée sur le toit. A six heures, elle a explosé ; une grosse explosion. En regardant derrière moi, j’ai vu cette fumée épaisse et blanche sortir du bâtiment. Et j’ai commencé à courir. Et c’est à ce moment que j’ai entrevu pour la première fois ce que c’était vraiment de tuer. J’ai pensé « des gens sont morts ». Et je me souviens n’avoir pas dormi pendant trois jours entiers ; inquiet d’avoir tué quelqu’un.
    Même les terroristes sont ramenés à la réalité, au fait que vous tuez, ou que vous allez mourir. Vous pouvez le détecter. C’est pourquoi, en Israël, la façon de détecter des terroristes, des attaquants kamikazes, c’est de regarder leurs yeux. Ils auront ces yeux brillants, ils transpirent abondamment, ils ne font pas attention, parce que, dans leur esprit, ils seront bientôt partis. Et… vous considérez la réalité du fait que, maintenant, vous allez mourir.
    Plusieurs fois, j’ai été dans la situation où j’ai pensé que j’allais être tué – dans des fusillades, lorsque nous jetions des pierres aux israéliens, et qu’ils ripostaient en nous tirant dessus, ou des trucs comme ça – J’étais face à face avec la mort.
    Vous pensez que vous allez mourir, vous vous débattez entre les exigences de votre éducation islamique et la réalité qui vous pousse à accorder de la valeur à votre vie. Et, à un moment, l’un emporte sur l’autre. Et un fondamentaliste musulman choisira toujours la mort, choisira toujours e suicide. Mon cousin est mort alors qu’il allait [poser une bombe] rue Ben Yehuda. Il a été tué. Il est mort… Des gens de ma famille sont morts en combattant les israéliens. Et quand je regarde tout ça maintenant, je pense… quel gâchis. Quel gâchis de vies.

    12 JUILLET 2007


    ISLAM : une menace voilée



    Femme en NiqabISLAM: Femmes voilées et Terroristes sont les deux faces d'une même pièce de monnaie, une pièce de monnaie totalitaire..


    --------------------------------------------------------------------------------------------
    A Veiled Threat (The Wall Street Journal, July 3, 2007)
    The flip side of radical Islamic totalitarianism. 
    by BRET STEPHENS

    Une menace voilée. (The WSJ, 3 juillet 2007)
    L'autre aspect du totalitarisme islamique totalitaire
    -------------------------------------------------------------------------------------------
    (Traduction intégrale par Naibed)

    Fin octobre de l’année passée, Jack Straw, à l’époque chef de la Chambre des Communes et ancien ministre des affaires étrangères, a déchaîné un tollé en Grande-Bretagne quand il a suggéré que quelque chose allait de travers avec cette tendance croissante, parmi les femmes musulmanes, à porter cette toile qui couvre le visage, un vêtement qui couvre de la tête aux pieds, généralement connu sous le nom de niqab. "Indélicat et surprenant" a reniflé Simon Hughes, président du parti des démocrates libéraux, au sujet des remarques de M. Straw's. "Une doctrine dangereuse," a renchéri Oliver Letwin, du parti des conservateurs. Jack Straw a provoqué une tempête de réactions préjudiciables et une intense division," estime Madeleine Bunting, chroniqueuse dans le Guardian.

    Et quelle était cette chose dangereuse, peu délicate, préjudiciable et discriminante que l’honorable membre disait ? Il a dit que le port du voile avait "pour effet de rendre plus difficile l’établissement de bonnes relations entre les deux communautés." Il a dit qu'il "préfèrerait plutôt" que les femmes musulmanes abandonnent entièrement le niqab. Il a dit que "voir les visages des personnes est fondamental dans les rapports entre personnes" et il a demandé aux porteuses de niqab d’enlever leur voile en le rencontrant dans son bureau - une demande à laquelle elles avaient apparemment été heureuses de se conformer. Il a dit qu'il n'avait pas voulu être "prescriptif", que le port du voile était "une question de choix", mais que c’était néanmoins "important de mettre sur table un problème qui se présente de toute façon."

    Actuellement six hommes et une femme sont retenues en garde à vue par la police en liaison avec les attentats à la voiture piégée de la semaine dernière, à Londres et à Glasgow. La vitesse avec laquelle les arrestations ont été opérées n'étonne pas : Scotland Yard et le MI5, service de renseignement intérieur de la Grande-Bretagne, sont connus pour garder des fiches sur littéralement des milliers de radicaux musulmans. Mais ce qui est surprenant, c’ est l’incapacité d’une grande partie de l'établissement britannique de faire le lien entre les terroristes du Jihad (jihadis) dans la jeep cherokee et les femmes voilées dans la rue. Les premiers sont traités comme un problème qui concerne la sécurité ; les secondes comme un problème qui concerne les droits civiques. Alors qu’il ne s’agit que les deux faces d’une même pièce de monnaie, une pièce de monnaie totalitaire.


    Vu sous un angle étroit, il est facile de se prendre les pieds dans des noeuds en discutant de l'attitude correcte des sociétés occidentales envers le voile. Le libéral dit : les gens doivent généralement être autorisés à s'habiller comme ils le veulent. Mais le libéral ajoute aussi : voiler le visage d’une femme n'est pas simplement une expression de modestie sexuelle, mais aussi une oblitération de son identité publique et par conséquent une violation (même si elle est auto-imposée) de ses droits politiques. Le conservateur dit : si la liberté religieuse est élément fondamental des valeurs occidentales, et donc les droits accordés aux Amish ou aux juifs hassidiques de s'habiller comme ils le font s’applique également aux musulmans ultraconservateurs. Mais le conservateur ajoute également : les sociétés libérales ne peuvent pas permettre des pratiques intolérantes et discriminantes de s'épanouir sous la bannière du multiculturalisme, en particulier si ces pratiques sont souvent imposées par violence.


    Pourtant toutes ces considérations manquent l'élément tactique 
    fondamental du niqab."C’est celui d'imposer une séparation" note un ancien fonctionnaire intérieur français du ministère de l’intérieur qui a aidé à l'ébauche de l'interdiction par son pays en 2004 du couvre-chef religieux dans des écoles publiques et dans les bâtiments du gouvernement. "On le comprend mieux comme une démonstration de force intra-Musulmans, une manière d'intimider leurs propres femmes, une manière d'intimider les infidèles, une manière de se rendre eux-mêmes plus visibles, une manière de s'assurer que personne n’ignore leur vision du monde."

    Dans l'Islam radical, la stratégie consiste à avancer selon deux axes : en menant une guerre pour la suprématie à l’intérieur de la communauté musulmane, et en menant une guerre pour la suprématie en dehors.


    Il est un peu futile de vouloir spéculer sur ce qui a précisément incité les jihadis à l’action en ce moment particulier : ce pourrait avoir été en réaction à l’anoblissement du romancier Salman Rushdie ; ce pourrait avoir été un adieu au caniche détesté de Bush, Tony Blair; ce pourrait avoir été une invitation au cabinet du premier ministre Gordon Brown – confronté aux opposants à la guerre en l'Irak et à celle d'Israel contre le Hezbollah - de tirer les mêmes leçons que les espagnols ont tirée des attentats à la bombe à Madrid et de retirer leurs forces d'Irak et d'Afghanistan. Quoi qu’il en soit, la motivation profonde est une haine généralisée envers une civilisation qui n’arrive pas à se décider sur quoi dire ou quoi penser à propos du niqab..


    Les Islamistes radicaux perdront presque certainement cette dernière guerre: la Grande-Bretagne a près de quatre décennies d'expérience dans la manière de combattre et de défaire, des terroristes autrement plus compétents. Mais le pays a les pieds bien plus fragiles, quand il s’agit de mener la première guerre contre l'Islam radical, la guerre interne.


    Considérons le cas de Hizb ut-Tahrir (Parti de libération). Ce dernier est interdit en
     Allemagne pour antisémitisme et dans la plupart des pays du Moyen-Orient et d'Asie centrale parce qu’il préconise le remplacement des gouvernements existants par un califat islamique, Hizb ut-Tahrir n'a néanmoins aucun lien avéré avec le terrorisme et ne figure pas sur la liste des organisations terroristes établie par le département d'État des États-Unis.

    En Grande-Bretagne « il dissémine ses pensées par la discussion avec les masses, des cercles d'étude, des conférences, la distribution de tracts," comme il l’explique sur son site Web, régulièrement mis à jour, hizb.org.uk1. Il ne voit aucune distinction entre l'Islam "politique" et "traditionnel".

    Sans surprise, il est au premier rang de l'opposition à limiter l'utilisation du voile. 
    Sans surprise non plus, la réaction du gouvernement britannique face à Hizb ut-Tahrir a été proche d’une paralysie totale. M. Blair a bien essayé de le faire interdire après les bombardements de juillet 2005, mais il a été repoussé par son propre gouvernement, qui ne trouvait aucune base juridique pour justifier cette interdiction et qui craignait que ce mouvement ne radicalise encore d’avantage ses membres. Ce parti (« Parti de Libération » – parti islamiste radical) s’est également facilité la vie en rejoignant les rangs de la coalition « Arrêter la Guerre », qui possède ses propres leviers dans le parti travailliste britannique.

    Et c’est ainsi que l'idéologie de l'Islam radical – qui préconise la destruction de l’État d'Israël et de douzaines de gouvernements musulmans, qui justifie le massacre de troupes britanniques en Irak et en Afghanistan au nom d’Allah, qui approuve les buts d'Al Qaeda même si il n'approuve pas explicitement les moyens , et qui utilise le vocabulaire de la liberté pour favoriser un totalitarisme théocratique - prend pied dans la vie politique britannique. Il fait tout ceci ouvertement et librement, parce que la seule menace que le gouvernement semble prendre au sérieux est celle qui accompagne du bruit d'une explosion. Mais il y a des menaces plus graves qui se cachent dans une vue plus large. Pour les voir, M. Brown et tout son gouvernement auraient besoin d’enlever le voile qu’ils ont devant leurs propres yeux.


    .

    30 JUIN 2007


    ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir

    ISLAM : What the West Needs to Know
    An examination of Islam, violence, and the fate of the non-Muslim world.Un examen de l'Islam, de sa violence, et du destin du monde non-musulman.
    Main Idea
    Virtually every major Western leader has over the past several years expressed the view that Islam is a peaceful religion and that those who commit violence in its name are fanatics who misinterpret its tenets. This claim, while widely circulated, rarely attracts serious public examination. Relying primarily on Islam’s own sources, this documentary demonstrates that Islam is a violent, expansionary ideology that seeks the destruction or subjugation of other faiths, cultures, and systems of government.

    Idée principale.
    P
    ratiquement chaque responsable occidental de quelque importance a défendu l’opinion, par le passé, que l'Islam était une religion paisible et que ceux qui commettent la violence en son nom sont des fanatiques qui interprètent mal ses principes. Cette assertion, bien que largement diffusée, a rarement fait l’objet d’un examen sérieux et public. Fondé principalement sur les propres sources de l'Islam, ce documentaire démontre au contraire que l'Islam est une idéologie violente et expansionniste qui vise à la destruction ou à l'assujettissement des autres religions, des autres cultures, et des autres systèmes de gouvernement.
    Content
    The documentary consists of original interviews, citations from Islamic texts, Islamic artwork, computer-animated maps, footage of Western leaders, and Islamic television broadcasts. Its tone is sober, methodical, and compelling.

    Contenu
    le documentaire se compose des interviews originales, des citations de textes islamiques, de reproductions de dessins islamiques, des cartes animées par ordinateur, d’enregistrement d’interventions de responsables occidentaux, et d’émissions de télévision islamique. Sa tonalité est sobre, méthodique, et irréfutable.
    Robert Spencer
    JihadWatch.org
    The Truth About Muhammad
    Walid ShoebatWhy I Left Jihad
    Bat Ye'orThe Decline of Eastern Christianity Under Islam
    Serge TrifkovicThe Sword of the Prophet
    Abdullah Al-ArabyThe Pen vs. Sword Publications
    Vidéo originale (anglais, sans sous-titres):
    http://www.whatthewestneedstoknow.com/about_the_project.asp
    Traduction française (vidéo complète - durée environ 1heure):
    http://video.google.com/googleplayer.swf?docId=-7524727529706125858
    NB: Ce même document vidéo, mais scindé, pour la commodité, en 7 parties (une intro + six chapitres) est consultable dans les parties détaillées de ce dossier (ou encore, ici )



    Outline of the Documentary

    Introduction
    We hear from prominent Western leaders that Islam is peaceful and that those who commit violence in its name are heterodox fanatics.

    IntroductionNous entendons des personnalités occidentales de premier plan nous affirmer que l'Islam est paisible et que ceux qui commettent la violence dans son nom sont des fanatiques hétérodoxes.
    Part 1: ‘There is no God but Allah and Muhammad is his Prophet’
    Our interviewees affirm their belief that Islamic violence is entirely orthodox behavior for Muslims and stems directly from the teachings and example of the Prophet Muhammad and the commands of the Koran. We learn that the example of Muhammad is one of a violent warlord who killed numerous people. The Koran – the verbatim words of Allah – prescribes violence against non-Muslims and Muhammad is the perfect example of the Koran in action.
    Partie 1 : « Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est Son Prophète »Nos interviewés affirment leur conviction que la violence islamique est comportement entièrement orthodoxe pour des musulmans et découlent directement des enseignements et de l’exemple du prophète Muhammad et des injonctions de Coran. Nous apprenons que l'exemple de Muhammad est celui d’un seigneur de guerre extrêmement violent, qui a tué de nombreuses personnes. Le Coran - les mots in extenso d'Allah - prescrit la violence contre les non-musulmans et Muhammad est l'exemple parfait du Coran en action.
    Part 2: The Struggle
    We learn that jihad, while literally meaning 'struggle', in fact denotes war fought against non-Muslims in order to bring the rule of Islamic law to the world. Violent death in jihad is, according to the Koran, the only assurance of salvation. One of our interviewees tells of his personal involvement in terrorism and his leaving Islam.

    Partie 2 : La lutte
    Nous apprenons que le jihad, tout en littéralement signifiant la 'lutte', désigne en fait la guerre, le combat contre les non-musulmans, afin d'imposer la règle de la loi islamique au monde.
    La mort violente dans le jihad est, selon Coran, la seule assurance du salut. Un de nos interviewés raconte sa participation personnelle dans le terrorisme et comment il a été amené à abandonner l’Islam.
    Part 3: Expansion
    Following the death of Muhammad, his 'rightly-guided' successors carried his wars to three continents, fighting, enslaving, and massacring countless Christians, Jews, Zoroastrians, Hindus, and others. Islam did not spread through evangelism or through its natural appeal, but through aggressive wars of conquest. The Crusades were largely a belated response on the part of Christian Europe to rescue Christians in the 
    Holy Land suffering under Muslim oppression. The Muslim world today, while no longer the unified empire of the Caliphs, is exceptional for being responsible for the vast majority of conflicts around the world and for almost all of international terrorism.
    Après la mort de Muhammad, ses successeurs, dans le droit fil de son action, ont étendu la guerre à trois continents, combattant et asservissant les chrétiens, les juifs, les zoroastriens, les hindous, tout en perpétrant d’innombrables massacres. L'Islam ne s’est pas développé par l'évangélisation ou par un attrait naturel de la religion, mais par des guerres agressives de conquête. Les croisades étaient en grande partie une réponse tardive de la part de l'Europe chrétienne pour délivrer les chrétiens souffrant en terre sainte de l'oppression musulmane.
    Le monde musulman d’aujourd'hui, bien que n’étant plus l'empire unifié des Califes, continue à être exceptionnellement violent, et est responsable de la grande majorité de conflits autour du monde et de presque de tout le terrorisme international.
    Part 4: ‘War is Deceit’
    A great problem with Western efforts to understand Islam is due to the Islamic principle of 'religious deception', which enjoins Muslims to deceive non-Muslims in order to advance the cause of Islam. Muslim groups today in the West employ deception and omission to give the impression that 'Islam is a religion of peace', an utter fiction.

    Partie 4 la guerre est tromperie
    Un sérieux problème entrave les efforts occidentaux de comprendre l'Islam, et il est dû au principe islamique de la ‘tromperie religieuse’, (al Taqqiya). Ce principe encourage les musulmans à tromper des non-musulmans pour faire avancer la cause de l'Islam. Les groupes musulmans aujourd'hui en occident utilisent la dissimulation et l'omission pour donner l'impression que l' Islam est une ‘religion de paix ‘, ce qui est une fiction totale.
    Part 5: More than a Religion
    The most important characteristic of Islam not understood by the West is that it is more a system of government than a personal religion. Throughout its history, Islam has never recognized a distinction between the religious and the secular/political. Islamic law governs every aspect of religious, political, and personal action, which amounts to a form of totalitarianism that is divinely enjoined to dominate the world, analogous in many ways to Communism.

    Partie 5 : Bien plus qu'une religion
    La caractéristique la plus importante de l'Islam, une caractéristique mal comprise de l'occident, est que l’islam est bien plus un système de gouvernement qu'une simple religion personnelle.
    Dans toute son histoire, l'Islam n'a jamais fait de distinction entre la sphère religieuse et la sphère laïque et politique. La loi islamique régit chaque aspect de l'action religieuse, de l'action politique, et de l'action personnelle, ce qui en fait une forme de totalitarisme d’ordre divin encouragé à dominer le monde ; et qui présente, de bien des manières, des analogies avec le communisme.
    Part 6: The House of War
    Islamic theology divides the world into two spheres locked in perpetual combat, dar al-Islam(House of Islam - where Islamic law predominates), and dar al-harb (House of War - the rest of the world). It is incumbent on dar al-Islam to fight and conquer dar al-harb and permanently assimilate it. Muslims in Western nations are called to subvert the secular regimes in which they now live in accordance with Allah's command. Due to political correctness and general government and media irresponsibility, the danger posed by observant Muslims in the West remains largely unappreciated.
    Partie 6 : La Maison de la GuerreLa théologie islamique divise le monde en deux sphères bien closes, et en combat perpétuel. Le Dar Al-Islam (la Maison de l'Islam) - où la loi islamique prédomine, et le dar Al-harb (la Maison de la guerre) - le reste du monde. Il incombe au Dar Al-Islam de combattre et de conquérir le Dar Al-harb, et de l'assimiler de manière permanente. Les musulmans vivant dans les nations occidentales sont appellé à renverser les régimes séculaires dans lesquels ils vivent actuellement, selon l’ordre d'Allah.
    Pour des raisons de « politiquement correct » et pour des raisons d'irresponsabilité de nos gouvernements et de nos médias, le danger posé par les musulmans pratiquant en occident reste, en grande partie, oblitéré.



    ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (Intro)


    Introduction
    Tony Blair : Pour finir, je souhaite rappeler, comme je l’ai déjà fait souvent, qu’il ne s’agit pas d’une guerre avec l’islam. Ce qui me met en colère, tout comme cela irrite une vaste majorité de musulmans, c’est que l’on décrive Ben Laden et ses associés comme des « terroristes islamiques » : ce ne sont que des terroristes, purement et simplement. L’islam est une religion pacifique et tolérante. Et les actes de ces gens sont tout à fait contraires aux enseignements du Coran
    G.W. Bush Je veux aussi, ce soir, m’adresser directement aux musulmans de par le monde. Nous respectons votre foi. Elle est pratiquée librement par des millions d’Américains, et par des millions d’autres dans des pays que l’Amérique compte parmi ses amis. Ses enseignements sont bons et pacifiques. Et ceux qui font le mal au nom d’Allah profanent le nom d’Allah, des terroristes
    Bill Clinton Je veux que vous compreniez, je veux que le monde comprenne, que nos actions aujourd’hui ne visaient pas l’islam, la religion de millions de bonnes gens, qui aiment la paix, de par le monde, y compris aux Etats-Unis. Aucune religion n’excuse le meurtre d’innocents, hommes, femmes ou enfants. Mais nos actions visaient les fanatiques et les assassins qui habillent le meurtre du manteau de la vertu et qui, en agissant ainsi, profanent la grande religion au nom de laquelle ils prétendent agir.
    [Kenneth Bigley]
    [Born England – 1942 ]
    [Kidnapped and Executed Iraq – 2004]
    Mon nom est Ken Bigley de Liverpool, du quartier de Walton.
    Je suis ici en Irak, et je pense que c’est peut-être ma dernière chance de parler à quelqu’un qui m’écoutera depuis l’Europe. J’ai besoin que vous soyez compatissant comme vous avez toujours dit que vous l’étiez et que vous m’aidiez […] Je ne veux pas mourir […]
    (suivent les vociférations du groupe musulman d’Abu Musab al-Zarqawi, psalmodiant le coran, avant d’égorger leur victime, Ken Bigley, aux cris de « Ouallah Akhbar », « Ouallah Akhbar»..)

    ISLAM : WHAT THE WEST NEEDS TO KNOW
    ( ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir )
    Serge TRIFKOVIC : La tendance qu’ont les dirigeants politiques occidentaux à nier le lien entre l’islam orthodoxe prédominant et la violence terroriste est reproduite dans les universités et dans les médias où que vous regardiez… A la fois en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord. Les membres de l’élite ont cette tendance à déclarer que l’islam - un islam mystérieux et « authentique » - est pacifiste et tolérant, et que ces musulmans enclins à la violence ne constituent qu’une frange aucunement représentative. J’apprécierais vraiment si les gens qui font de telles déclarations pouvaient ensuite expliquer la continuité de la violence depuis les premiers temps de l’islam, depuis les jours du Prophète et de se successeurs immédiats, à travers les quatorze siècles d’histoire attestée.
    Robert SPENCER : La question vraiment cruciale dans le monde d’aujourd’hui est : Est-ce que l’islam – et la civilisation islamique – approuvent réellement la violence que nous observons, perpétrée en son nom de par le monde. Et à cela, nous devons répondre, si nous voulons être honnêtes, par un « oui » sans réserves. Les sources islamiques, les textes islamiques, à commencer par le Coran, mais sans se limiter à lui, les textes islamiques, incluant les hadiths, la tradition islamique, la théologie islamique, le droit islamique, la tradition de l’interprétation du Coran à travers l’histoire, et l’histoire islamique elle-même, tous témoignent du fait que la doctrine, la théologie et la loi de l’islam autorisent l’usage [de la violence] contre les non-croyants.
    (BAT YE’OR, auteur de « The Dhimmi : Jews and Christians under Islam »)
    Bat Ye’or : Les origines se trouvent, bien entendu, dans le désir musulman d’imposer au monde entier la seule religion - la seule religion légitime – qui est l’islam. Et la suppression de toutes les autres religions afin d’instaurer le respect des règles d’Allah sur la planète toute entière. C’est un devoir religieux, qui incombe à la communauté toute entière, et que la communauté musulmane est obligée d’imposer, parce qu’ils sont obligés d’obéir aux ordres d’Allah et que c’est le désir d’Allah ainsi qu’il est exprimé dans la révélation coranique.
    Abdullah Al-ARABY : Je crois que ces terroristes qui veulent faire du mal aux autres appliquent le vrai islam, celui qui était pratiqué par Mahomet et ses compagnons dans les premiers temps de l’islam.


    [◄ PRECEDENT] - - - - - - [RETOUR AU RÉSUMÉ] - - - - - - [SUITE ►]

    ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (1)



    PART 1. « There is no God but Allah and Muhammad is his Prophet »
    Partie 1. « Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est Son Prophète »
    Dans la théologie islamique, le prophète Mahomet est considéré comme « al-insan al-kamil », c'est-à-dire l’Homme Parfait. Il est le modèle par excellence à imiter, il est la personne à qui plus un musulman ressemble, mieux cela vaut pour lui. Le prophète Mahomet est donc révéré, de nos jours, dans le monde islamique, en tant que principal modèle de comportement humain.
    (Walid SHOEBAT, Auteur de « Why I left Jihad »)
    Walid SHOEBAT : Mahomet, le prophète de l’islam, nettoya l’Arabie Saoudite de la présence juive ; il y avait trois tribus – les Banu Nadhir, les Banu Qorayza et les Banu Qaynoqa. Nous étudiions cela fièrement à l’école, la façon dont Mahomet, prophète de l’islam, avait ordonné la décapitation des hommes juifs des Banu Qorayza, et dont leurs femmes avaient été prises comme concubines. Un enfant qui présentait des poils pubiens était décapité. La population juive a donc été, selon le cas exilée, ou décapitée.
    L’histoire de Rabbi Kinana est une histoire bien connue et documentée en islam. Rabbi Kinana fut torturé sur ordre du prophète de l’islam lui-même. On lui arracha les yeux, on le brûla, pour lui faire avouer où la tribu juive cachait son or, son argent, etc. Ca vient tout droit des hadiths. Cela nous inspirait, nous les palestiniens, cela nous donnait l’inspiration pour mener le jihad contre les juifs, en Palestine
    AUTHORATIVE ISLAMIC HISTORY
    The Life of Muhammad / Sirat Rasul Allah
    By Muhammad bin Ishad (d 773 AD)
    Edited by Abdul Malik bin Hisham (d 840 AD)
    Translated by Prof Alfred Guillaume (1955)
    HISTOIRE ISLAMIQUE OFFICIELLE
    La vie de Mahomet (Sirat Rasul Allah)
    Par Mohammed ibn Ishâq (mort en 773 ap. JC)
    Edité par Abdul Malik ibn Hishâm (mort en 840 ap. JC)
    Traduit par le professeur Alfred Guillaume (1955)
    (traduction française basée sur celle de Wahib Atallah (2004) )
    Alors les Banu Qurayza (ou ‘Qorayza’) se rendirent, et le prophète les fit enfermer à Medine […].
    Il alla ensuite sur la place du marché de Médine, et y fit creuser des fossés. Puis il les fit venir et, par petits groupes, leur coupa la gorge sur le bord des fossés. Ils étaient 600 à 700 hommes, bien que certains disent même 800 ou 900.
    [Naibed] NB: pour trouver une source de documentation très complète sur les origines de l’Islam :
    http://www.islam-documents.org/
    http://www.islam-documents.org/chap11.html
    Robert SPENCER : un autre exemple, qui est peut-être encore plus terrifiant, de l’influence nocive qu’à le modèle de Mahomet sur le monde islamique, est celui, récent, de cet égyptien, leader d’un parti extrémiste musulman, qui a écrit tout récemment qu’il ne pouvait pas croire que les décapitations en Irak soient causes de protestations chez des musulmans. Ne savaient-ils pas que le prophète Mahomet lui-même avait décapité personnellement entre 600 et 900 hommes, des membres de la tribu des Qorayza en Arabie, après les avoir vaincus ? Ne réalisaient-ils pas que, si le prophète l’avait fait, alors c’était la bonne façon de se comporter.
    Et donc que les moudjahiddins qui décapitent des gens en Irak ne font que suivre l’exemple du prophète. Nous pouvons dès lors voir que puisque le prophète Mahomet a pris part lui-même à beaucoup de batailles et de raids, et qu’il a effectué ces décapitations, qu’il a ordonné l’assassinat de plusieurs de ses adversaires politiques, et qu’il se soit comporté de manière générale en chef de guerre typique du VII° siècle, le problème est que lorsque tout ceci est transféré au XXI° siècle, à un comportement dans le contexte du XXI° siècle, ce que vous obtenez, ce sont des terroristes.
    Le Coran occupe une place qui n’a pas de parallèle dans la civilisation occidentale. Le Coran est considéré par les musulmans et par la théologie islamique traditionnelle comme ayant été dicté mot à mot par Dieu, par Allah lui-même, via l’ange Gabriel au prophète Mahomet.
    En conséquence, chacun de ses mots est un mot de Dieu lui-même. Chaque mot du Coran, à moins qu’il ne soit annulé par un autre passage du Coran lui-même, est valable à jamais et ne peut pas être mis en doute, ne peut pas être réformé, ne peut pas être changé dans un contexte islamique. Ceci signifie que les musulmans modérés, les musulmans pacifiques, s’ils sont sincères, doivent rejeter entièrement le littéralisme coranique.
    Mais agir ainsi les place hors de la sphère de tout ce qui a jamais été considéré comme étant l’islam orthodoxe à travers les siècles. Parce qu’agir ainsi, c’est rejeter le principe de base même de l’islam, à savoir que ce livre a été dicté par Dieu, et qu’il est la copie parfaite d’un livre parfait – « Umm al-Kitâb », la « mère du livre » - qui existe depuis toujours auprès d’Allah dans les Cieux.
    THE NOBLE KORAN
    Translated with Parenthetical Notes by Dr Muhammad Taqi-ud-Din Al-Hitali
    Traduction française basée sur celles de Muhallad Hamidullah et de Regis Blachère.
    Coran Sourate 98, verset 6 : les infidèles [ceux qui n’auront pas cru à l’islam, au Coran et à Mahomet] parmi les gens du Livre [juifs et chrétiens], ainsi que les Associateurs [polythéistes] iront au feu de l’Enfer, pour y demeurer éternellement. De toutes les créatures, ce sont les pires.
    Serge TRIFKOVIC : Le Coran est donc simplement un ensemble d’ordres directs et de descriptions narratives de ce qui arrivera si ces ordres ne sont pas suivis, des descriptions parfois très déformées provenant du judaïsme et du christianisme. A cause de la nature normative de ces commandements, le deuxième corpus le plus important pour la jurisprudence et l’entité islamique est la Tradition prophétique, les hadiths.
    Robert SPENCER : Les hadiths sont indispensables pour donner un quelconque sens au Coran, parce que dans le Coran, Allah s’adresse à Mahomet et ils discutent d’incidents de la vie de Mahomet, mais ils ne disent pas ce dont il est question. Il faut donc aller chercher dans les hadiths, la tradition du prophète Mahomet, pour comprendre ce qui est dit dans le Coran et pourquoi.
    Les hadiths comprennent de très nombreux volumes de traditions liées au prophète. Différents érudits musulmans à partir du VIII° siècle, ce qui représente un temps considérable écoulé depuis la mort du prophète en 632, ont commencé à collecter ces traditions et à essayer par différents moyens, de séparer celles qui étaient authentiques de celles qui ne l’étaient pas.
    D’un point de vue islamique, si quelque chose que Mahomet a fait ou dit est enregistré dans l’un de ces livres, elle possède une autorité qui n’est inférieure qu’à celle du Coran. Et dans ces livres, il y a beaucoup de choses qui éclairent ce que dit le Coran, et comment il s’applique aux musulmans de nos jours.
    AUTHORATIVE TRADITIONS OF THE PROPHET MUHAMMAD
    The hadiths of SAHIH AL-BUKHARI
    Translated with Parenthetical Notes byDr Muhammad Muhsin Khan.
    TRADITIONS OFFICIELLES DU PROPHETE MAHOMET
    Les hadiths du SAHIH AL-BOUKHARI
    Traduction française basée sur Al-Bayan v2.0
    SAHIH AL-BOUKHARI Volume 4, livre 52, Hadith 53 : Le prophète a dit :
    « Il n’est point d’homme ayant obtenu auprès d’Allah une récompense [dans l’au-delà] qui se réjouirait à l’idée de revenir sur cette terre, obtînt-il même tout ce bas monde et ce qu’il contient. Il faut cependant faire une exception pour le martyr, qui, ayant vu la supériorité de son statut, se réjouirait de revenir sur terre pour être de nouveau tué (dans la voie d’Allah) ».
    Le prophète a dit : « Une matinée ou une soirée d’effort [de lutte] dans le sentier d’Allah vaut mieux que tout ce sur quoi le soleil se lève et se couche. »
    Serge TRIFKOVIC : Puisqu’il n’y a pas de notion de moralité naturelle en islam, vous devez aller dans le Coran ou dans les hadiths pour trouver ce qui est permis et ce qui n’est pas permis…
    Robert SPENCER : Et dans ces livres, nous avons des instructions très claires de la part du prophète Mahomet, disant qu’il est de la responsabilité des musulmans de rencontrer les non-croyants sur le champs de bataille, de les inviter à accepter ou l’islam, ou le statut de dhimmi, statut de citoyen de seconde classe dans l’état islamique. Et s’ils refusent ces deux options, alors de leur faire la guerre.
    Coran 9:29 Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit, et qui ne professent pas la religion de la vérité [l’islam],parmi ceux qui ont reçu le Livre [juifs et chrétiens], jusqu’à ce qu’ils versent la Jizyah [taxe de capitation] de leurs propres mains, et alors qu’ils sont humiliés.
    Walid SHOEBAT : Le Coran peut être décomposé en deux partie. L’une est appelée « Mekkiya », c'est-à-dire ce qui a été inspiré à Mahomet, prophète de l’islam, à La Mecque ; l’autre est nommée « Mediniya », ce qui a été inspiré au prophète de l’islam, à Médine (ou Yathrib). A la Mecque, vous trouvez la plupart des versets pacifiques ; Mahomet vivait alors en paix et en harmonie avec les communautés juives et chrétiennes, alors il y avait de nombreux versets dans le Coran qui [reflètent ça], les musulmans priaient même en se tournant vers Jérusalem ! Il y a alors beaucoup d’éléments qui montrent une unité entre les confessions juive, chrétienne et musulmane.
    Serge TRIFKOVIC : Il y a en effet quelques versets dans le Coran qui pourraient être qualifiés de pacifiques et tolérants ; notamment l’injonction contre l’utilisation de la contrainte en matière de religion. Ces versets datent presque toujours des débuts de la carrière prophétique de Mahomet dans sa ville natale de La Mecque, alors qu’il était sans pouvoir, qu’il commençait à peine à attirer des disciples.
    Abdullah Al-ARABY : Seuls quelques parents et amis avaient accepté la religion à cette époque, et il avait beaucoup d’ennemis, alors les révélations de cette époque étaient très pacifiques.
    Serge TRIFKOVIC : Et tout change avec l’instauration du petit état théocratique de Mahomet dans la ville de Médine. Il devient un seigneur de guerre, il devient le chef d’un état totalitaire, il devient très riche, très puissant, et très intolérant. Et alors, beaucoup de ces premiers versets sont en fait abrogés.
    Robert SPENCER : Dans le Coran, sourate 2, verset 106, il est dit, ou plutôt Allah dit que « Si nous abrogeons (« Nous », c’est Allah), si nous abrogeons un verset quelconque, nous en apportons un meilleur. »
    Coran 2:106 : Si nous abrogeons un verset quelconque ou que nous le fassions oublier, nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent ?
    Robert SPENCER : C’est la base, le fondement de la doctrine coranique du « naskh », c’est-à-dire de l’abrogation. L’idée est que, lorsque des versets sont contradictoires, ou semblent être contradictoires dans le Coran, celui qui a été révélé le plus tardivement, chronologiquement, est le meilleur, comme Allah l’a promis, et annule le premier.
    Walid SHOEBAT : C’est alors que la violence commença. A partir de là, il fallut choisir entre versets pacifiques et non pacifiques, et …le décret fut que les premiers étaient dès lors annulés.
    Serge TRIFKOVIC : C’est en effet un concept très curieux pour un non-musulman d’accepter l’idée que Dieu puisse changer d’avis sur certains sujets, et puisse émettre une injonction en 614 ap. JC …
    => Coran 2:256 : Nulle contrainte en religion !
    Serge TRIFKOVIC : …puis une autre, très différente en 627 ap. JC …
    =>
    Coran 9:5 : […] Tuez les infidèles où que vous les trouviez […].
    Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakat
    [càd : acceptent l’islam] alors laissez leur la voie libre.
    Serge TRIFKOVIC : mais c’est effectivement ce qui s’est passé en islam.
    Robert SPENCER : Il est très important de comprendre que le Coran n’est pas organisé chronologiquement, il est organisé simplement [selon la longueur des sourates], en commençant par le chapitre le plus long et en terminant par le plus court.
    Serge TRIFKOVIC : Vous trouverez donc dans le livre lui-même certains des versets les plus tolérants plus loin dans le livre que les plus intolérants, ceux qui prônent la violence et la subjugation des infidèles, mais ça ne veut pas dire qu’ils soient venus plus tard, c’est même plutôt le contraire. S’il y a jamais deux injonctions, celles qui ont été révélées plus tard à Médine sont celles qui restent valables, et les plus anciennes, datant de La Mecque, qui sont abrogées.
    Walid SHOEBAT : Les versets pacifiques furent rendus « mansukha », c'est-à-dire, nuls et non avenus, par des versets comme celui de l’Épée.
    Robert SPENCER : La théologie islamique traditionnelle affirme que le neuvième chapitre du Coran, la sourate 9, est la dernière révélée dans la carrière du prophète ; et c’est la seule à ne pas commencer par « Bismillah ar-rahman ar-rahim » (Au nom d’Allah, le clément, le miséricordieux). Certains ont dit que c’était parce qu’il n’y a ni clémence, ni miséricorde dans ce chapitre, et qu’il contient l’avis final du Coran sur le jihad et, en particulier, sur la façon dont les musulmans doivent se comporter vis-à-vis des non-croyants. C’est dans cette sourate que l’on trouve le célèbre « verset de l’Épée ».
    Walid SHOEBAT : Que dit le verset de l’Épée. C’est très clair. « Lorsque les mois sacrés sont écoulés, tuez les associateurs où que vous les trouviez, capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Tuez-les où que vous les trouviez ! »
    En fait, je me suis converti au christianisme. Mahomet a clairement déclaré qu’à la fin
    des temps, nombre de gens quitteront la foi pour une autre. « Tuez-les où que vous les trouviez »…Alors… c’est ce que l’Occident doit comprendre. Quelle partie de « Tuez » ne comprennent-ils pas ?


    ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir (2)


    PART 2. The Struggle
    Partie 2. La lutte
    (The White House. Washington)
    Interview de Condoleeza Rice à la Maison Blanche. Washington)
    Journaliste : …vous dites que le Président a réitéré son message de tolérance, et l’importance du fait qu’il ne s’agit pas d’une campagne contre l’islam, ni contre les nations arabes en général. Est-ce que ça a été communiqué aux administrations des nations de cette partie du monde à laquelle vous avez récemment parlé, que c’est quelque chose d’absolument crucial qu’il faut que le Président fasse, non pas juste une fois, mais constamment ? Et si oui, pourquoi ?
    Condoleeza Rice : Nous sommes un pays qui estime les gens non pas selon leurs croyances religieuses, ni suivant leur couleur, mais selon le fait que nous sommes tous américains. C’était la première partie du message. La seconde partie du message, c’est que nous avons beaucoup d’amis de par le monde qui sont musulmans. Nous avons des pays qui sont amis de longue date des Etats-Unis et qui sont de confession islamique, et le Président voulait qu’il soit très clairement dit qu’il ne s’agit pas d’une « guerre de civilisations », que ce n’est pas une guerre contre l’islam. C’est une guerre contre des gens qui, de maintes façons, dénaturent ce que l’islam représente. L’islam soutient la paix, et soutient la non-violence, et il voulait que ce soit très clair. Oui. Bien sûr.
    Robert SPENCER : L’islam et la civilisation islamique sont uniques par leur position vis-à-vis des non-croyants ; l’islam est la seule religion qui ait développé une doctrine, une théologie et un droit qui donne mandat d’utiliser la violence contre les non-croyants.
    Il y a des musulmans pacifiques, des musulmans qui sont modérés de par le monde, qui vivent harmonieusement avec leurs voisins non-musulmans, et n’ont nulle intention de leur faire la guerre d’aucune façon. Mais le fait est qu’ils ne trouvent que de très minces justifications à leur propre tranquillité dans les sources islamiques elles-mêmes. Et s’ils veulent vivre en paix avec leurs voisins, ce n’est que parce qu’ils ignorent ce que l’islam préconise comme comportement aux musulmans envers les non-croyants, ou bien parce qu’ils ont explicitement, consciemment rejeté ces éléments de l’islam. En résumé, il y a des musulmans pacifiques et modérés, mais pas d’islam pacifique et modéré.
    Toutefois, l’idée que l’islam est une religion de paix est paradoxalement soutenue même par les plus violents et les plus extrémistes des musulmans. Saïd Qutb (1), le théoricien musulman égyptien, dont les écrits sont tenus en haute estime par les musulmans radicaux actuels, écrivait que l’islam était une religion de paix, et insistait là-dessus. Lorsqu’on étudie ses écrits, il devient clair que ce qu’il voulait dire, c’est que l’islam est destiné à établir l’hégémonie de la loi islamique sur le monde. Lorsque cette hégémonie sera établie, la paix règnera sur le monde. D’où : l’islam est une religion de paix.
    (1) Sayyid Qutb 1906 - 1966
    Walid SHOEBAT : Mais le problème est que les musulmans paisibles ne comprennent pas ce qui découle de la jurisprudence de l’islam. Si vous examinez l’interprétation de ces versets à l’université d’Al Azhar, dans les écoles enseignant la charia, à Jérusalem, en Jordanie, en Syrie, à Damas, à travers tout le Moyen-Orient, la jurisprudence de l’islam décrète clairement et énergiquement que le verset de l’Épée a annulé tous les versets pacifiques. Que dit le verset de l’Épée ?
    Coran 9:5 : Quand les mois sacrés seront expirés, tuez les Mouchrikoun [infidèles] où que vous les trouviez ! Capturez-les, assiégez-les et dressez pour eux des embuscades. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât [la prière islamique] et acquittent la Zakat [l’aumône], alors laissez leur la voie libre, car Allah est pardonneur et miséricordieux.
    Walid SHOEBAT : « Tuez-les où que vous les trouviez ! »… Il ne s’agit pas de tuer allégoriquement. C’est tuer littéralement. Ce sont les meurtres de Zarqaoui, face à la caméra, ce sont les lynchages que vous voyez à Ramallah, c’est le massacre de plus d’un million de soudanais au Soudan, c’est le fait de couper les mains et pieds opposés, et voilà le dilemme…
    Les versets pacifiques, même dans les versets pacifiques qui sont cités, même par Bush… voyez le verset suivant : « quiconque tuerait une personne sans que celle-ci ait tué ou semé le scandale sur la terre, [sera jugé] comme s’il avait tué tous les hommes ». Vous trouverez le même verset dans la tradition biblique judéo-chrétienne. Mais la plupart des occidentaux ne vont jamais voir la suite qui rend les choses très claires : « mais pour ceux qui sèment la corruption sur terre, alors, coupez leur la main et le pieds opposés, et crucifiez-les. »
    Littéralement.
    Et c’est ce que vous voyez. Ce qui se passait en Afghanistan. C’est ce que vous voyez se produire au Soudan. Une énorme quantité de crucifixions, de massacres, de décapitations. Et les amputations, et les assassinats en publics.
    Ils veulent vraiment revenir à l’islam tel qu’il était jadis. C’est pour cela que cela s’appelle le fondamentalisme islamique.
    Coran 5:33 « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, qu’ils soient tués ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment ».
    Sahih Al-Bukhari Vol 8 Book 82, Hadith 795 : le prophète ordonna de couper les mains et les pieds d’hommes appartenant à la tribu d’Urayna et de ne pas cautériser [leurs membres qui saignaient] jusqu’à ce qu’ils meurent »
    ABDULLAH Al-ARABY : Il n’y a aucune assurance de ce que l’on nomme dans le christianisme le salut, pas d’assurance d’être sauvé, ni de garantie d’aller au Ciel. Cependant, il y a des choses qui peuvent aider. Par exemple, si un musulman meurt alors qu’il exerce le jihad, il est censé aller au Paradis.
    Walid SHOEBAT : Dans la pensée islamique, l’assurance de votre salut est de mourir en martyr, en accord avec les versets du Coran : Wala tahsabanna allatheena qutiloo fee sabeeli Allahi amwatan bal ahyaon AAinda rabbihim yurzaqoona. « Et ne crois point que ceux qui ont été tués dans le Chemin d’Allah – dans le jihad – sont morts. Au contraire ! ils sont vivants… ». Ceci assure donc le salut.
    Robert SPENCER : C’est le calcul qu’il y a derrière les attentats-suicides modernes. Beaucoup de gens diront, les défenseurs contemporains de l’islam diront que l’islam interdit le suicide. Et c’est tout à fait malhonnête, aprce que tous ceux qui prônent, tous ceux qui défendent les attentats-suicides dans le monde islamique commencent par dire qu’il ne s’agit pas de suicide, l’intention de la personne n’est pas de se tuer elle-même, l’intention de la personne est d’en tuer d’autres, et ça, c’est approuvé, parce qu’il s’agit du jihad islamique. Et s’ils sont tués eux-mêmes dans l’opération, c’est une conséquence inévitable de leur action, pour laquelle ils seront récompensés en tant que martyrs au Paradis.
    Serge TRIFKOVIC : Le Coran est assez clair quand à la récompense céleste qui attend un jihadiste qui tombe en combattant dans le sentier d’Allah. Il se verra accorder l’accès immédiat au Paradis, et le paradis est un paradis extrêmement sensuel. Il est rempli de houris, des beautés aux yeux noirs qui attendent les martyrs, et la gratification qui s’ensuite est tout à fait inappropriée pour un public familial.
    Robert SPENCER : Le Coran ne contient aucune garantie d’accéder au Paradis, excepté pour ceux qui tuent et sont tués pour la cause d’Allah.
    Coran 9:111 : En vérité, Allah a acheté aux croyants leur personne et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le Chemin d’Allah. Ils tuent ou sont tués.
    […] Réjouissez-vous de l’allégeance que vous avez conclue avec Lui. C’est là l’Immense [le Suprème] Succès.
    Robert SPENCER : En d’autres mots, le Paradis n’est garanti que pour les gens qui sont tuéstandis qu’ils tuent eux-mêmes pour établir l’hégémonie d’Allah ou de la Loi islamique dans le monde.
    ABDULLAH Al-ARABY : Le jihad en islam peut être spirituel ou physique. Le jihad spirituel, c’est s’évertuer à être un meilleur musulman. Mais il y a aussi la partie physique du jihad, que l’on ne peut éliminer de l’islam…
    Walid SHOEBAT : « Jihad », en islam, veut dire « lutte ». C’est la signification littérale du mot « lutte ». Mais c que l’Occident ne comprends pas, c’est que les hadiths, la compilation des traditions liées à Mahomet, prophète de l’islam, contiennent près d’une centaine de hadiths concernant le jihad ; et si vous les examinez, ils concernent tous le glaive, la guerre, ou un effort militaire.
    Et à la fin d’une expédition militaire, une expédition de jihad, il a dit « je retourne maintenant au jihad intérieur », à la lutte intérieure. En fait, j’ai eu cette conversation avec un islamiste un jour, qui m’a dit : « Allez, Walid, dit à l’Occident que jihad veut simplement dire lutte ». je lui ai dit : « Oui, ça veut dire ‘lutte personnelle’, tu as raison. Jihad veut dire ‘ lutte personnelle’ . Mais ‘ Mein Kampf’ aussi ! ‘ Mein Kampf’ veut dire ‘Mon combat’ ; et c’est ainsi que les islamistes voient le jihad.
    Serge TRIFKOVIC : C’est un élément très dangereux des enseignements islamiques parce que cette gratification immédiate qui récompense le martyr est un concept séduisant. Et, en passant, lorsque ces soi-disant opérations de martyre sont menées par le Hamas, ce qui est annoncé des minarets des mosquées, ce n’est pas la mort d’untel ou d’untel, qui a mené l’attaque, mais le mariage d’untel ou untel avec les houris. En d’autres mots, ils suggèrent immédiatement que, loin de devoir pleurer sa disparition, la fin de sa vie physique, ses parents devraient être heureux et célébrer, organiser une fête, parce que leur fils est maintenant non seulement au Ciel, mais y est accueilli par ces beautés voluptueuses.
    Walid SHOEBAT : Chahid… le mot « chahid » signifie « témoin ». « Témoigner », « attester ».Attester qu’il n’y a de Dieu qu’Allah et que Mahomet est son prophète. Et vous mourrez en chahid pour cette cause. Vous êtes un témoin, on vous considère comme un témoin, un « martyr ».
    Et un martyr, on lui rend gloire. Votre famille vous rendra gloire après votre mort.
    En tant que fondamentaliste vivant au Moyen-Orient, j’ai du être initié, je devais en gros ou tuer mon premier juif, ou détruire ma première infrastructure « sioniste ». Je devais prouver, sans l’ombre d’un doute, que j’étais méritant. Et il y a une grande quantité d’étudiants, d’adolescents, d’hommes, qui sont prêts à mourir en « martyrs », prêts à s’harnacher d’explosifs. La liste des candidatures au martyre est pleine. Il y a beaucoup de candidats. Il n’y a pas assez de bombes pour tous les candidats. Et pour obtenir l’une de ces missions, vous devez effectivement avoir été choisi. Vous devez avoir été très bon. Vous devez avoir été suffisamment violent, vous devez avoir été de toutes les manifestations, dans les rues de Jérusalem, ou de Bethléem, ou de votre village ; vous devez vous être montré digne d’une grande opération.
    Donc, …ce que je vous explique, je l’ai fait, et les gens de ma communauté l’ont vu, et j’ai été jugé digne. J’ai fini par me retrouver en prison, et j’ai été recruté. Et je me souviens de monsieur Mahmoud al-Mughrabi. Sa grande fierté était d’avoir posé quinze bombes, et tué beaucoup d’israéliens. Et on allait le libérer sous caution grâce à un avocat israélien juif ! Il retourna immédiatement dans la rue …
    Donc, vous trouvez la personne qui vous procure votre bombe, et vous posez votre candidature. Vous dites, écoutez, je veux participer, je veux effectuer une opération martyre, poser une bombe, peu importe, …et vous avez besoin de relations. Je trouve quelqu’un, j’ai rendez-vous avec lui, à Jérusalem, et il me fabrique cette charge explosive avec une minuterie dans une miche de pain, et je devais l’amener subrepticement depuis le Mont du Temple, sous les auspices du Waqf [autorité musulmane qui administre le Mont du Temple]. La police d’al-Waqf est une police islamique, nommée par le gouvernement, pour surveiller les lieux saints. Sachant très bien que j’avais des explosifs, ils m’ont fait passer clandestinement, pour que je puisse éviter les postes de contrôle. Ensuite, j’ai emporté ma charge explosive de Jérusalem jusqu’à la branche israélienne Leumi à Bethléem.
    J’étais censé déposer la bombe à exactement 18:00. J’étais censé avoir cette charge explosive dans mes mains à 18:00 précises. A six heures moins cinq, je vois des enfants arabes courir ça et là. Et je ne voulais pas tuer d’arabes. J’ai donc décidé de placer la charge explosive sur le toit ; je l’ai lancée sur le toit. A six heures, elle a explosé ; une grosse explosion. En regardant derrière moi, j’ai vu cette fumée épaisse et blanche sortir du bâtiment. Et j’ai commencé à courir. Et c’est à ce moment que j’ai entrevu pour la première fois ce que c’était vraiment de tuer. J’ai pensé « des gens sont morts ». Et je me souviens n’avoir pas dormi pendant trois jours entiers ; inquiet d’avoir tué quelqu’un.
    Même les terroristes sont ramenés à la réalité, au fait que vous tuez, ou que vous allez mourir. Vous pouvez le détecter. C’est pourquoi, en Israël, la façon de détecter des terroristes, des attaquants kamikazes, c’est de regarder leurs yeux. Ils auront ces yeux brillants, ils transpirent abondamment,ils ne font pas attention, parce que, dans leur esprit, ils seront bientôt partis. Et… vous considérez la réalité du fait que, maintenant, vous allez mourir.
    Plusieurs fois, j’ai été dans la situation où j’ai pensé que j’allais être tué – dans des fusillades, lorsque nous jetions des pierres aux israéliens, et qu’ils ripostaient en nous tirant dessus, ou des trucs comme ça – J’étais face à face avec la mort.
    Vous pensez que vous allez mourir, vous vous débattez entre les exigences de votre éducation islamique et la réalité qui vous pousse à accorder de la valeur à votre vie. Et, à un moment, l’un emporte sur l’autre. Et un fondamentaliste musulman choisira toujours la mort, choisira toujours e suicide. Mon cousin est mort alors qu’il allait [poser une bombe] rue Ben Yehuda. Il a été tué. Il est mort… Des gens de ma famille sont morts en combattant les israéliens. Et quand je regarde tout ça maintenant, je pense… quel gâchis. Quel gâchis de vies.

    Le procès absurde de Geert Wilders

    The absurd trial of Geert Wilders
    The Dutch state is prosecuting the platform of the country’s most popular opposition party

    By Mark Steyn on Thursday, February 18, 2010
    Traduction française par Naibed


    Le procès absurde de Geert Wilders
    L'État néerlandais tente de poursuivre pénalement le programme politique du parti d'opposition le plus populaire du pays


    À un certain niveau, le procès de Geert Wilders pour le crime d ' «insulte» au «groupe de l'islam» donne, une fois encore, une impression de «déjà vu». Car, comme le porte-parole du Openbaar Ministerie l'a dit, "Il importe peu que les témoins de Wilders puisse établir que les observations de Wilders soient correctes. Ce qui compte, c'est que ses observations sont illégales.

    Ah, oui, aux Pays-Bas, comme au Canada, la vérité n'est pas une défense.Mon néerlandais est un peu rouillé, mais je crois que le "Openbaar Ministerie" [NdN: le Ministère Public] se traduit en anglais par Ministry for Openly Barring People (ministère des personnes ouvertement exclues). Oups, erreur de ma part ! Il s'agit du Service des poursuites du ministère néerlandais de la Justice. Mais il partage avec les commissions des «droits de l'homme » au Canada ce même mépris institutionnel pour la vérité.

    Quant à la liste des 18 témoins proposés par Wilders, le tribunal d'Amsterdam en a rejeté pas moins de 15 [NdN: et entendra les 3 experts "survivants" à huis clos !]. Comme pour le commissaire MacNaughton et sa troïka de pseudo-juges pour le procès du magazine Maclean's en Colombie-Britannique, il est plus facile de tordre les règles lorsque que vous avancez seuls.

    Et à Amsterdam le verdict final n'a pas vraiment d'importance, pas plus qu'il n'en avait ici. Comme Khurrum Awan, marionnette en chef de Mohamed Elmasry, le coassa aux journaux canado-arabes, même si le Congrès islamique canadien a frappé à trois juridictions différentes pour tenter de criminaliser mes écrits, cela à couté à ce magazine (selon lui) deux millions de dollars et, partant, « a permis d'atteindre notre objectif stratégique d'accroître le coût de diffusion de matériels anti-islamiques ». De même, que Mijnheer Wilders soit déclaré coupable ou acquitté, beaucoup de politiciens, éditeurs, écrivains et cinéastes recevront le message: restez clairement en dehors de la question de l'islam, sauf si vous voulez qu'on vous empoisonne la vie.

    Mais ici se terminent les comparaisons. Si le CIC avait triomphé lors de notre procès à Vancouver, la peine légale en vertu du Code des « droits de l'homme » de la Colombie-Britannique aurait empêché Maclean's de publier quoi que ce soit sur l'islam, l'Europe, la démographie, le terrorisme et les questions connexes provenant de moi ou de quelqu'un d'une disposition similaire. Personnellement, j'aurais été rendu juridiquement impubliable au Canada à perpétuité. Mais alors quoi? Je suis un écrivain inconnu, et mon sort est périphérique à celle du Dominion lui-même.

    Geert Wilders, en revanche, est l'un des politiciens les plus populaires aux Pays-Bas, et son destin est au cœur du devenir de son royaume et de son continent. C'est un membre élu du Parlement, bien que toujours étiqueté «extrême droite» dans les compte-rendus de journaux, malgré le soutien dont il bénéficie: son parti est arrivé second aux élections de l'an dernier pour le Parlement européen, et un sondage de l'électorat néerlandais en décembre dernier le donnait en première place. En outre, si vous lisez l'acte d'accusation contre lui, vous constaterez, entre autres choses, que Wilders est poursuivi pour avoir avoir osé proposer de mettre un terme à l'immigration non-occidentale aux Pays-Bas: les propos incriminés ont été tenus en réponse à une question directe sur ce que son parti comptait faire dans ses premiers jours au pouvoir.

    Ainsi, l'État néerlandais poursuit-il explicitement la plate-forme politique du parti d'opposition le plus populaire dans le pays, tout en essayant de programmer le procès pour son propre avantage électoral. C'est le genre de magouilles que des sociétés libres laissent généralement à un Mobutu, un Ferdinand Marcos, ou au généralissime-à-vie de la semaine !

    Pour le dire en termes canadiens, c'est comme si la Couronne trainait Michael Ignatieff au tribunal. Eh bien, sauf pour le point d'être le politicien le plus populaire dans le pays et en avance dans les sondages et autres joyeusetés. Mais imaginez si Iggy était moins dur d'oreille et moins inepte et faisait des scores vraiment exceptionnels, et que le ministère de la Justice annonce qu'il a décidé de le poursuivre pour sa plate-forme politique. C'est ce qui se passe aux Pays-Bas.

    C'est même pire que ça. Le juge, dans sa grande sagesse, a décidé de refuser à l'accusé le niveau de sécurité qu'il à accordé à Mohammed Bouyeri, l'assassin de Theo van Gogh. Mr Geert Wilders vit sous escorte armée en raison des menaces de mort formulées explicitement contre lui par M. Bouyeri et d'autres musulmans. Mais c'est lui qui est mis en procès pour incitation à la haine. Son film sur l'islam, Fitna, est réputé être «incendiaire», alors qu'un nouveau film de Willem Stegeman, "De moord op Geert Wilders" (l'assassinat de Geert Wilders), est lui tellement peu incendiaire et tellement acceptable qu'il a été produit et promu par une station de radio financée par le gouvernement. Tout ceci donne l'impression, comme le suggéré par le site Gates of Vienna, que l'obsession de l'Etat néerlandais consiste surtout à imiter Henry II: «Qui me débarrassera de ce blond turbulent?" (1)


    (1) NDN (Note de Naibed) : allusion au meurtre sauvage, en 1170, de l’Archevêque Thomas Beckett dans le transept nord-est de la Cathédrale de Canterbury, par les soldats de Henri II, qui exécutèrent à la lettre, sa fameuse phrase “qui me débarassera de ce prêtre turbulent?”

    Il ne manque pas de volontaires. Dans les Pays-Bas, chaque fois que des gens cherchent à discuter de l'islam en dehors des limites très étroites du discours politique multiculturel, ils finissent soit interdit (Belgique Vlaams Blok), contraint à l'exil (Ayaan Hirsi Ali) ou tué (Pim Fortuyn).

    Il est remarquable de constater avec quelle rapidité « le pays le plus tolérant en Europe », dans un train d'apaisement coercitifs particulièrement répulsif, a adopté le «tirez sur le messager» comme médicament universel contre «l'islamophobie». Pour certains d'entre nous, les Pays-Bas évoquent les tulipes, les sabots, les moulins à vent, les doigts dans la digue. Pour d'autres, les cafés à marijuana, les soldats aux cheveux long, les putes légalisées, les doigts dans la digue...(2)

    (2) NdN : clin d'oeil à la légende populaire de Hans Brinker, un jeune Néerlandais qui sauve son pays en mettant son doigt dans une digue qui fuit. Le garçon restera toute la nuit, malgré le froid, jusqu'à ce que les adultes du village le trouvent et puissent faire les réparations nécessaires.
    Mais la réalité contemporaine est une politique de plus en plus incohérente où les gays sont brutalisés, les femmes découvertes huées, et vous ne pouvez pas jouer "Le Journal d'Anne Frank" comme pièce à l'école de peur que les patrouilles de la Gestapo soient accueillies par des cris de l'auditoire "Elle est dans le grenier ! Elle est dans le grenier !!"


    Parlant de bonne foi en tant que "dingue d'extrême-droite", l'étiquette me parait plutôt galvaudée en Hollande: Pim Fortuyn n'était pas «de droite», c'était un homosexuel hédoniste ; Theo van Gogh était nihiliste, renifleur de coke et anti-monarchiste; Ayaan Hirsi Ali est une féministe libérale et laïque; Geert Wilders dit qu'il est opposé à l'islam en raison de son hostilité à l'égalité des gays, alors que le rap habituel contre nous, extrémistes de droite, dit que nous voulons que les sodomites impies rôtissent en enfer.

    Ce n'est pas par ironie que le pays le plus libéral en Europe occidentale soit aujourd'hui le plus avancé dans sa descente dans un enfer profondément antilibéral. C'était entièrement prévisible. Geert Wilders n'énonce que des évidences: une société qui devient plus musulmane aura moins de gays. L'an dernier, le Rainbow Palace, anciennement l'homo-hôtel (relax, c'est le mot néerlandais ad hoc) le plus populaire d'Amsterdam a annoncé qu'il se renommait The Sharm et réorientait son activité vers le tourisme islamique. Ou comme le site allah.eu le dit plus platement : «L'Hôtel Gay vire musulman.»

    Une manchette de l'impeccable Spiegel que l'on ne peut suspecter d'extrême-droite se demande: «Combien d'Allah peut porter le Vieux Continent?» : C'est une question intéressante, même si c'est une question de plus en plus « verboten » (3). Le procès-spectacle Wilders est important car il permettra de déterminer si la question peut encore être discutée ouvertement par les politiciens traditionnels et des personnalités publiques, ou si elle sera obligée de se cacher et de se manifester de manière plus violente.


    (3) verboten = interdit, en néerlandais (NdN)

    Pourtant, malgré son importance, le procès a reçu une couverture relativement peu importante dans les médias occidentaux, en partie parce que, pour ceux qui ont un penchant multiculti, il n'y a pas de moyen facile de brouiller la réalité : à savoir qu'il s'agit d'un procès politique, effectué par une police de la pensée si bête qu'ils ne réalisent pas qu'ils sont en train de délégitimer les institutions mêmes de l'État. Pourtant, la BBC lui a donné leur meilleur audience, concluant leur rapport ainsi: «selon nos correspondants, son Parti de la liberté (PVV), qui compte neuf députés à la Chambre basse du parlement, a bâti en grande partie sa popularité en puisant dans la peur et le ressentiment envers les musulmans immigrants ».

    Gotcha ! Ce business de la démocratie, c'est très bien, mais regardons les choses en face, les gens sont paranos, béni-ouioui crédules, abrutis racistes, primates sans-gènes. Un-homme-un-vote est bien en théorie, mais après, vous avez des escrocs qui « puisent » dans « les peurs et les ressentiments » des abrutis et nettoient les urnes....

    C'est étrange comme on en revient toujours à un mépris pour le peuple. Chaque fois que le corps électoral se démarque de la piété de l'élite, que ce soit aux Pays-Bas ou dans le Massachusetts le mois dernier, c'est parce que certains démagogue rusé comme, euh, Scott Brown a joué sur les « peurs et les ressentiments » des culs-terreux impressionnables. Pour les intimidateurs étatistes de la commission des « droits de l'homme » au Canada, des pouvoirs leur sont nécessaires pour réguler la parole et prévenir des semeurs de haine comme moi de puiser dans les peurs et les ressentiments de millions de têtes-de-linottes du Dominion .

    Oui, ce pourrait être vous, M. et Mme Joe Schmoe du 22 Dufferin Gardens. Bien sûr, vous avez voté pour les libéraux (4) chaque année depuis l'Expo, mais voyons, dans votre cœur vous devez tout de même savoir que vous pourriez être ....sensibles ... impressionnables.


    (4) NdN: rien à voir avec nos libéraux européens, ou avec les libéraux conservateurs aux États-Unis : le parti libéral est un parti de libertaires-nihilistes (noborders, etc.), très à gauche aux États-Unis !

    Dans l'ancien temps béni – celui du droit divin des rois, et de la gouvernance de l'État par la noblesse patricienne, c'était plus facile. Mais l'establishment d'aujourd'hui est obligé de consentir, au moins du bout des lèvres, à la souveraineté populaire. Et donc, se comporter de façon plus artistique Vous aurez encore votre droit de vote, c'est juste que le gars auquel vous auriez voulu le donner a subi un procès, et que sa plate-forme politique a été criminalisée.

    Pour revenir à ce que nous disions au début, qu'est-ce que cela veut dire quand le ministère de la Justice déclare fièrement que la vérité n'est pas une défense? Quand la loi est en opposition explicite à la vérité, les peuples nés libres devraient se dresser contre la loi ! Parce que, comme Pat Condell, commentateur britannique l'a souligné : «Quand la vérité n'est pas une défense, il n'y a plus aucun moyen de défense » et ce que nous observons, c'est un procès en hérésie. La bonne nouvelle, c'est que l' « Openbaar Ministerie » fait un tellement bon boulot avec son programme-pilote de poursuites pour apostasie, que vous remarquerez à peine quand la charria sera officiellement adoptée.


    Lire aussi : Les juges dévoyés d’Amsterdam, par Pat Condell
    (traduction par "Allahdérive" :) pour Bivouac-ID)


    10 MARS 2010


    Les juges dévoyés d’Amsterdam


    L’inimitable Pat Condell ne pouvait rester indifférent devant le déni de justice que constitue le procès de Geert Wilders, mis en examen pour son film Fitna et ses propos courageux et réalistes sur la nature de l’islam et le processus d’islamisation que subissent les Pays-Bas (à l’instar du reste de l’Europe occidentale). Scandalisé par ce procès inique, le Britannique qui ne goûte pas le politiquement correct le fait savoir haut et fort dans une toute nouvelle vidéo.

    BIVOUAC-ID : PAT CONDELL RÉAGIT AU PROCÈS DE GEERT WILDERS, LA VIDÉO EN VERSION FRANÇAISE.



    Les juges dévoyés d’Amsterdam
    Traduction d’Allahdérive pour Bivouac-ID



    Cette semaine, une cour de justice d’Amsterdam est le théâtre du début de ce qui pourrait se révéler le procès du siècle et aussi le forfait du siècle. Nous ne sommes qu’en 2010 et déjà, c’est aux Pays-Bas que revient l’honneur d’ouvrir le bal de la dhimmitude. Par leur insistance à vouloir traîner devant la justice un parlementaire élu qui s’est rendu coupable de les mettre dans l’embarras en disant la vérité (sur l’islam), les autorités néerlandaises confirment leur allégeance à la « religion de paix » de la façon la plus éhontée qu’il nous ait été donné d’observer à ce jour en Europe, c’est dire…



    La ferveur idéologique qui sous-tend ce procès est d’une intensité pratiquement religieuse car, ne nous méprenons pas, il s’agit ni plus ni moins d’un procès en hérésie. Etant donné leur incapacité à réfuter les allégations de G. Wilders, les juges ont eu recours à une pitoyable argutie juridique, à peine digne d’un Mugabe ou autre dictateur du même acabit, afin de réduire au silence l’accusé. L’accusation lui reproche de nuire à la cohésion sociale et de tenir des propos de nature à provoquer la colère populaire. Oui, parfois la vérité peut diviser l’opinion et attiser les ressentiments si elle a été réprimée assez longtemps et est devenue suffisamment taboue, comme c’est clairement le cas aux Pays-Bas. Selon ses juges, que Wilders dise ou non la vérité est sans importance, ce qui importe c’est que ce qu’il dit est illégal.



    Un système judiciaire qui criminalise la vérité est un système judiciaire gravement maladeCar si on ne peut plus s’abriter derrière la vérité pour se défendre, le droit à la défense cesse d’exister, la loi perd son ancrage et devient susceptible d’être détournée au gré des impératifs politiques du moment. Et cette semaine, l’opportunisme politique s’exerce jusque dans cette cour de justice dévoyée d’Amsterdam, où va se jouer l’avenir même de la justice (en Occident), au mépris du principe de vérité qui est supposé en être la clé de voûte.



    Il s’agit là d’une tactique désespérée mise en place par des gens qui ont le dos au mur, et qui sont tellement englués dans leur culpabilité relativiste qu’ils sont devenus incapables d’accepter la vérité, et encore moins de l’affronter. Ils adoptent l’attitude de quelqu’un qui préférerait se trancher la main plutôt que d’être vu en public en train de se gratter le derrière. Et le comble, c’est qu’ils se cramponnent à quelque chose qui n’existe plus. Car la bulle multiculturelle a éclaté depuis longtemps, lorsqu’on a assassiné Pim Fortuyn et Theo Van Gogh, coupables tous deux de crime de liberté d’expression, dans ce qui est supposé être une des démocraties les plus libérales de la planète. C’est à l’occasion de ces meurtres que le peuple néerlandais, et l’Europe toute entière, ont vu le vrai visage du multiculturalisme et en ont compris les conséquences.



    Le mot multiculturalisme est bien sympathique en apparence. Il évoque une société aux couleurs multiples et aux facettes culturelles propices à des enrichissements mutuels. Que rêver de mieux ? Mais la réalité n’a rien à voiret le but recherché est tout autre. S’ils avaient eu l’honnêteté, dès le départ, d’avouer que leur objectif est l’islamisation (des Pays-Bas), on ne les aurait pas laissé faire, et ils le savent bien. Mais les Hollandais commencent à comprendre que tout ce qu’ils récoltent, c’est l’islam. Et c’est pour cette raison que le Parti pour la Liberté caracole en tête des sondages aux Pays-Bas, alors qu’il était pratiquement inexistant il y a quelques années encore. Et c’est pour cela également que la classe dirigeante veut à tout prix mettre hors jeu Geert Wilders avant les prochaines élections, parce qu’elle sait que les opinions qu’il exprime trouvent chez les électeurs un écho tel qu’il est susceptible de changer le cours des choses, de mettre fin au mensonge multiculturaliste, et de rendre aux Hollandais leur patrie. Et c’est pour cela que G. Wilders est traîné devant la justice. J’ai le droit de dire ça ?



    Mais, peut-être n’est-ce pas si étonnant qu’on en soit arrivé là. Après tout, aux Pays-Bas, les gens ont pour coutume de s’acharner contre leurs politiciens les plus populaires. N’est-ce pas ce qui a rendu possible l’assassinat de Pim Fortuyn ? Un barjot gauchiste a pris la classe politique et la presse au mot lorsque ces dernières assuraient qu’il constituait une menace pour l’ordre public du fait de sa campagne contre l’islamisation. Et c’est à cause de cela qu’on l’a tué. Après le meurtre - sous le choc - les gens qui, la veille encore, le vouaient aux gémonies se sont soudain déclarés ses meilleurs amis. Comment une chose pareille avait-elle pu se produire ? En réalité, ils savent parfaitement comment cela a pu arriver. Le monde entier sait comment c’est arrivé. Et si ce n’était pas arrivé, le procès de Geert Wilders n’aurait pas lieu aujourd’hui, car l’islam ne serait pas le problème qu’il est devenu, et peut-être qu’Amsterdam serait encore l’une des cités les plus appréciées dans le monde et non pas un endroit où les homosexuels rasent les murs de peur d’être passés à tabac par des bandes de jeunes musulmans.



    La classe dirigeante des Pays-Bas a amplement démontré qu’elle est prête à toutes les bassesses, jusqu’à mettre en péril le fondement même de la civilisation occidentale - la liberté d’expression - pour faire allégeance à une idéologie putréfiée, qui n’est pas seulement défunte mais dont le cadavre pue à plein nez. Et nous connaissons tous cette odeur, c’est l’âcre puanteur composite de l’alliance entre le despotisme et la lâcheté, à laquelle, hélas, nous commençons à nous accoutumer. En tout cas, ici en Grande Bretagne, nous la connaissons bien, cela fait 12 ans que nous la respirons.



    Et quel scandale il y a un an, lorsque G. Wilders s’est fait refouler à la frontière du Royaume Uni, après que notre gouvernement se fut laissé menacer et intimider par les vociférations d’une poignée d’islamistes, qui avaient pris l’initiative d’essayer d’éradiquer la liberté d’expression dans ce pays libre, et qu’on a laissé faire de peur - mon Dieu, quelle perspective épouvantable ! - de les offenser. Pourquoi donc faudrait-il éviter à tout prix d’offenser les Musulmans ? Qui sont-ils donc pour justifier ce traitement de faveur, des bébés ? Personne n’a cure de nos sentiments à nous, occidentaux, lorsque notre culture est bafouée par un courant totalitaire religieux agressif, ni lorsqu’on nous met en demeure de ne pas protester. Et c’est pour cela que ce procès ne concerne pas que les Pays-Bas, il nous concerne tous.



    Les Hollandais jouissent d’une réputation méritée de tolérance et d’ouverture d’esprit. Et ce sont précisément ces qualités qui pourraient être à l’origine du désastre. Cela explique qu’ils sont déjà bien engagés sur le chemin de la dhimmitude multiculturelle, plus que d’autres pays, mais qu’on y prenne garde, c’est une pente qu’empruntent tous les pays occidentaux, et si l’on garde le cap, tous arriveront à la même funeste croisée des chemins, dans une autre cour de justice, dans un autre pays que la Hollande. C’est juste une question de temps.



    Seules les sociétés profondément névrosées et malhonnêtes craignent la liberté de parole, et c’est précisément dans ce genre de société que nous vivons actuellement. Partout en Occident, on peut faire le même pitoyable constat : nos gouvernements et les forces de police rampent devant l’islam et détricotent à tout-va nos libertés civiques pour s’adapter à cette religion. Nos médias n’ont même plus le droit de prononcer le mot islam dès qu’il s’agit d’une affaire de terrorisme, alors même qu’islam et terrorisme sont aussi inextricablement liés que des jumeaux siamois. Et dans le même temps, les médias ne se font pas prier pour cataloguer G. Wilders à l’extrême droite, afin de pouvoir le calomnier en toute quiétude, et ils font passer le tout pour du vrai journalisme. Et notre misérable BBC n’échappe pas à la règle, tellement attentive à conserver sa ligne politiquement correcte qu’elle ne s’est même pas donné la peine d’annoncer sur ses ondes ne serait-ce que l’existence même du procès Wilders.



    Quiconque n’est pas révolté et rouge de honte face à ce scandale ne mérite simplement pas de vivre dans une société libre. Ce procès a déjà laissé une trace aussi infamante dans l’histoire de la Hollande que le maccarthysme l’a fait dans l’histoire des Etats-Unis, et ça ne fera qu’empirer, parce que les juges malhonnêtes d’Amsterdam, non contents de récuser les témoins auxquels Geert Wilders souhaite faire appel pour assurer sa défense (ndt : 15 témoins récusés sur 18, les 3 témoins restant témoigneront à huis clos), ont délibérément fait coïncider le procès avec la campagne électorale, de sorte qu’il lui sera extrêmement difficile d’attirer l’attention de l’opinion publique sur le sort qui lui est fait.



    Cet homme est un héros, pas un criminel, et il est temps que nous nous manifestions tous pour le faire savoir, haut et clair, parce que l’enjeu est trop important pour s’offrir le luxe de rester poli, et parce que l’enjeu est tel que nous n’avons plus le droit d’avoir peur. Le terrorisme intellectuel doit cesser. Les droits que nous avons reçus à la naissance sont délibérément bradés en notre nom, par des gens qui n’en sont pas dépositaires, et qui font que nous sommes sur le point de laisser en héritage à nos enfants et petits-enfants une société dans laquelle nous-mêmes n’aurions jamais souhaité naîtreCela me semble être le comble de l’immoralité et de la lâcheté.



    Vous savez, en anglais on parle de “courage hollandais”. En fait, il ne s’agit pas de courage, bien au contraire, il s’agit de la bravoure de l’ivrogne. Nous avons maintenant une nouvelle expression : la « justice hollandaise ». Et celle-là, c’est une parodie de justice. C’est le genre de justice qu’on obtient lorsqu’une overdose de relativisme culturel vous transforme en chiffe molle incapable de réagir.



    Honte aux Pays-Bas ! Honte aux médias occidentaux pour leur silence assourdissant face à cette attaque lamentable contre notre liberté la plus essentielle ! Et honte aux juges dévoyés d’Amsterdam !



    J’ai oublié quelque chose ? Ah oui, paix ! Ce serait agréable pour tout le monde, n’est-ce pas ?




    29 SEPTEMBRE 2009


    L' « islamophobie » est-elle devenue une menace planétaire contre la liberté d'expression

    Titre original : Is 'Islamophobia' a Worldwide Free Speech Threat?

    Traduction : Naibed.






    Jeudi, Septembre 24, 2009

    COPENHAGUE, Danemark - La liberté d'expression dans le monde a été un symbole de la civilisation chrétienne, mais aujourd'hui il on est de moins en moins libre de critiquer l'Islam.
    Au Danemark, un jeune danois de 15 ans risque la prison pour avoir distribué des tracts avertissant que le pays pourrait devenir un jour une nation musulmane et qu'il pense que c'est une mauvaise chose. Un procureur danois a osé qualifier ces tracts de "discours de haine."
    Pourtant, de l'autre côté de l'eau, en Suède, il n'y avait pas de "discours de haine" quand un journal national a fait paraître, il ya quelques semaines, un article calomnieux prétendant que des soldats israéliens prélevaient et vendaient des organes prélevés sur des morts palestiniens. Certains disent que la plainte porte sur le libellé anti-sémite du sang juif, que les Juifs commettent des sacrifices humains sur des non-juifs.
    Le gouvernement suédois, qui défendait le journal, a dit que cela relevait ...de la liberté de parole !

    Liberté de parole versus discours de haine

    Bienvenue en Europe, où nombreux sont ceux qui remarquent que la différence entre liberté de parole et discours de haine est dictée par le politiquement correct gauchiste et la peur de l'islam.

    « La liberté d'expression est soumis à des pressions de plus en plus fortes aujourd'hui », a déclaré Lars Hedegaard, chef de la Société Internationale Free Press, à CBN News.
    Que la critique porte sur des faits avérés est considéré comme sans aucune importance.
    Par exemple, l'islam enseigne que lorsque Mahomet était agé de 52 ans, il a consommé son mariage avec une enfant de 9 ans. Mais quand Susanne Winter, un politicien autrichien, dit que dans le monde d'aujourd'hui Mohammed serait considéré comme un agresseur d'enfant, elle a été considérée comme coupable de propagande haineuse.
    Geert Wilders, membre du Parlement néerlandais est en attente de procès au motif d ' «incitation à la haine et la discrimination." » Dans un court métrage réalisé par Geert Wilders sur la violence islamique, "Fitna", il a simplement reproduit les versets violents du Coran lui-même et a complété sa vidéo de sermons radicaux et des photos montrant le terrorismeislamique .

    «Il est accusé d'incitation à la haine pour avoir répété dans un film ce que les imams radicaux et les chefs religieux ont déclaré à propos de leurs propres motivations et de leurs convictions », dit Hedegaard. « Eux ne sont pas poursuivis pour propos haineux. Mais lui est poursuivi pour les avoir raporté !».

    La censure de la critique de l'islam existe aussi en Amérique.

    Un nouveau livre sur la controverse de 2005 sur les caricatures danoises de Mahomet , The Cartoons that Shook the World (les caricatures qui ébranlèrent le monde) ne contient pas de représentation des caricatures de Mahomet. L'éditeur américain Yale University Press a décidé qu'il serait trop offensant pour les musulmans de montrer lesdites caricatures.

    Le «collectif» de la voix musulmane dans le monde.
    Mais il ya une autre force qui se cache derrière la pression pour censurer les critiques de l'islam - les 56 pays de l'Organisation de la Conférence islamique. Only the United Nations is larger. En tant qu'organisation internationale, seule l'ONU la dépasse en terme d'importance.

    « En 2008, l'Organisation de la Conférence islamique a défini un plan sur 10 ans pour la suppression de la liberté d'expression et pour l'introduction de lois permettant d'empêcher les critiques des religions et des textes de l'islam », a expliqué Hedegaard.

    L'OCI s'appelle lui-même la voix collective mondiale de la communauté ou de la nation musulmane. Elle a sa propre « déclaration » des « droits de l'homme », appelé la Déclaration du Caire. Ce document stipule que « tous les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration sont soumis à la charia islamique », qui est la stricte loi islamique.

    Marshall Sana, un expert islamique au Barnabas Fund, a déclaré que l'OCI « exerce actuellement une influence absolument énorme ». « Cela est devenu tout-à-fait évident ces dernières années, avec ce point numéro 1 à son agenda, qui est la lutte contre l '« islamophobie », comme ils l'appellent, ou encore, de la diffamation de la religion - lire : l'islam », a-t-il ajouté.

    L'OCI considère l'islamophobie comme « la pire forme de terrorisme » et une menace pour la paix mondiale.
    « L'un des projets de l'OCI a été de développer le concept d '« islamophobie » pour qualifier toute critique de Mahomet, du Coran, des fondements de l'islam, mais maintenant, il est - de plus - couplé avec le racisme », a précisé Sana.


    «Diffamation de la religion"
    L'Organisation de la conférence islamique est désormais une force majeure au sein de l'Organisation des Nations Unies. Quatre années consécutivement, l'ONU a adopté une résolution non contraignante de l'OCI interdisant la diffamation de la religion.
    Les observateurs estiment que le but ultime de l'OCI est d'obtenir de l'ONUune loi criminalisant toute critique ou blasphème de religion, même si Wilders a déclaré que, dans le monde musulman, le respect pour la religion ne va que dans un seul sens [la critique de l'islam].

    « Regardez comment les chrétiens sont traités aujourd'hui dans les pays où l'islam est dominant », dit-il. « Essayez d'acheter une Bible en Arabie saoudite. Essayez de visiter une église en Iran. Essayez de faire quoi que ce soit de chrétien dans un pays islamique. Ce sera admis nulle part : il n'y a pas de place pour le chrisitanisme. Ils sont intolérants. »

    Certains opposants à Wilders ont comparé ses attaques contre l'islam à hurler au feu dans un théâtre bondé, et disent que ce n'est pas protégé par la liberté de parole. « vous pouvez crier au feu si le théâtre est en feu, si le théatre brûle ! Et, malheureusement, nos sociétés brûlent » a rétorquéWilders. « La pression à l'islamisation est, malheureusement, devenue très forte ».

    Le procès de la Liberté de Parole ?
    Les partisans de Wilders soulignent que c'est la liberté d'expression elle-même qui est poursuivie, et que si Wilders perd, ce sera une capitulation définitive, religieuse, politiques et culturele du gouvernement néerlandais face à l'islam. Le cas de Wilders est juste un petit exemple d'un phénomène mondial en plein essor : la censure de tout discours visant à critiquer l'Islam.
    Hedegaard a averti les Américains : « Vous feriez mieux de faire attention, car il s'agit d'un cirque itinérant qui va venir également chez vous » .Wilders a approuvé en disant: « Ne pensez pas que cela n'arrivera pas chez vous. Ne croyez pas que ça n'arrivera pas aux Etats-Unis ».
    (*) Date originale de diffusion: 11 Septembre 2009.

    01 FÉVRIER 2009


    Bonne Haine, Mauvais Amour

    Good Hate, Bad Love - par Amil Imani - 31 Jan, 2009
    Adaptation française par Naibed, le 1 février 2009



    Clip de Pierre REHOV
    Si la haine du racisme, du sexisme ou des injustices est bonne,

    alors

    avoir la haine de l'islam,c'est bien, 

    aimer l'islam, c'est mal
    .


    Si la haine du racisme, du sexisme ou des injustices est bonne, alors avoir la haine de l'islam, c'est bien. Et aimer l'islam, c'est mal.

    "L"amour" est pensé comme une vertu, alors que "la haine" est considéré comme un vice. Pourtant, toutes les formes d'amour ne sont pas bonnes et toutes les haines ne sont pas mauvaises. Si vous aimez incendier les bâtiments, molester des enfants, ou voler, ce sont, de toute évidence, de mauvaises amours. Si vous détestez le racisme, le sexisme ou les injustices de toutes sortes, alors ce sont de bonnes haines.

    Encore et encore, en réponse à ma dénonciation de l'islam pour ce qu'il est, les islamistes rétorquent simplement en m'appelant un marchand de haine au lieu de réfuter mes affirmations.

    Par conséquent, je soumets mon cas au jugement d'un public juste et impartial. Je désapprouve beaucoup de choses sur l'islam : son fondateur, sa théologie, et les crimes qu'il a commis tout au long de son histoire, passée et présente.

    L'islam est la création d'un seul homme, Muhammad. L'homme a prétendu qu'il a été visité à plusieurs reprises par les djinns. Il a également affirmé que l'ange Gabriel lui a commandé d'être l'envoyé du Seigneur des seigneurs, le seul et unique créateur de tout l'univers, Allah.

    Muhammad a été ridiculisé pour avoir rapporté ses absurdes révélations (hallucinations) d'Allah, et traité comme un "poète démentiel". A la fin, son propre peuple, la tribu Qurish, les dépositaires de l'idolâtrie de la Mecque, ont fait de Muhammad la risée de la ville. Pourtant, l'analphabète Muhammad a persisté dans sa prétention, et a révélé le Coran par bribes et morceaux pendant une vingtaine d'années.

    Les règles de conduite de l'islam, telles que codifiées dans la charia sont fondés sur le Coran et la vie du Prophète lui-même. Même un examen superficiel du Coran montre clairement son verbiage confus, ses contradictions, et ses exigences primitives peuvent difficilement avoir été dictés mot pour mot par le seul et unique omniscient et omnipotent créateur de l'univers, comme l'affirmait Muhammad et et comme les musulmans le croient aveuglément. Le Coran et la charia ne sont rien de plus que les produits de la pensée et du mode de vie de la Péninsule arabique d'il y a longtemps, avec un saupoudrage de Torah et de Nouveau Testament.

    L'islam se considère comme la seule religion valable et définitive. Il permet juste un peu de tolérance pour les « peuples du livre », les juifs et les chrétiens, et aucun pour des milliards d'autres avec les différentes religions ou sans religion du tout.

    L'islam est une secte, et non une religion. Il se réunit tous les critères d'une secte en emprisonnant ses adhérents, en leur dictant les moindres détails de leur vie, et en condamnant à mort pour apostasie tout membre qui aurait l'audace de quitter son sein.

    Donc, voici une courte liste de croyances et de pratiques islamiques que j'ai en horreur. À mon avis, il est bon de les haïr et démoniaque d'éprouver de l'amour pour celles-ci.

    • L'islam a un système de castes avec l'homme croyant tout en haut, la femme croyante ensuite, suivie par l'homme esclave croyant et, enfin, la femme esclave croyante. [Note de Naibed: les non-musulmans étant considérés comme des êtres à peine humains, des singes et des porcs, que l'on peut asservir et exterminer]
      Je rejete simplement l'esclavage, ainsi que de stratifier les gens et je crois fermement en l'égalité pour tous.

    • L'islam est une secte misogyne, où les femmes sont des biens meubles. "Al-rejalo ghavamoon ala-alnesa," les hommes sont les dirigeants des femmes, affirme le Coran - l'une des centaines de décisions islamiques qui relèguent les femmes à la soumission par la vertu de leur sexe. Les hommes sont autorisés à disposer de quatre épouses et d'un nombre indéterminé d'épouses temporaires, alors que toute femme ayant liaison avec un autre homme est automatiquement condamné à mort par lapidation.

    • L'éducation est un péché pour les croyants, en particulier pour les femmes. C'est en voulant éradiquer ce péché que les Talibans, en Afghanistan et au Pakistan, ont systématiquement détruit des milliers d'écoles. Afin de maintenir les femmes en dehors de l'école, de vrais croyants ont rasé des écoles et aspergé d'acide le visage des femmes qui ont l'audace de vouloir aller à l'école.

    • La liberté sous toutes ses formes, très prisée par les gens libres, estun sujet tabou dans l'islam. Le devoir du vrai croyant est complètement soumettre son humanité et sa volonté à celle d'Allah, comme l'exige le Coran et comme le dicte son clergé.

    • Le système de justice de l'islam lui-même est criminel. Quelques exemples devraient suffire. Dans la cour de justice, le témoignage d'une femme est considéré comme valant la moitié de celui d'un homme, le procès est soit inexistant soit superficiel; les voleurs sont soumis à l'amputation de membres, les mineurs et les homosexuels sont exécutés; les adultères sont lapidées à mort ; les apostats sont exécutés et les familles des victimes sont obligées de payer pour les balles qui ont assassiné leurs proches.

    • Sous l'islam, la collusion entre la mosquée et l'Etat permet la déshumanisation de la population. Toutes formes d'opposition, qu'elles soient religieuses, politiques ou autres, sont brutalement réprimées. La République islamique d'Iran, par exemple, a procédé à l'exécution sommaire de dizaines de milliers d'opposant et jeté leurs corps dans des fosses communes à Khavaran, à l'extérieur de Téhéran, sans même permettre aux familles de la victime de procéder au rite de l'enterrement.

    • La guerre de l'Islam ne se limite pas à la vie [des musulmans]. Tout ce qui est non-islamique est systématiquement soumis à l'élimination et la destruction. Juste deux exemples: les statues de Bouddha à Bamyan ont été dynamitées par les talibans d'Afghanistan, tandis que les cimetières des bahaïs en Iran sont détruits au bulldozer par les voyous de la République islamique.

    • Les clercs islamiques croient qu'ils ont tous les droits : le droit d'exécuter des personnes qu'ils considèrent comme des hérétiques et de mettre à prix les têtes de ceux que leurs mains sanglantes ne peuvent pas atteindre. Salman Rushdie est l'un des cas les plus médiatisés.

    • L'islam esclavagiste ne se contente pas de limiter son système barbare et inhumains à son pays d'origine. Il a pénétré dans des millions d'adeptes à travers toute l'Europe, l'Amérique et une grande partie du monde. Beaucoup de nouveaux arrivants provenant des États islamiques corrompus et défaillants ne se rendent pas compte que c'est l'islam qui est la cause première de leurs siècles d'obscurantisme et de misère. Ces imprimés à partir de la naissance des musulmans sont des robots qui sont programmés pour faire tout ce qu'ils peuvent dans l'obéissance aux préceptes de Mein Kempf de Muhammad, le Coran (My Ummah).
    Les croyances [de l'islam] sont une incitation permanente aux agissements ci-dessus. La croyance islamique est la cause première de la misère qui s'abat sur les musulmans et les non-musulmans. Les dogmes de l'Islam sont une abomination pour toutes les dispositions de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Si vous aimez le manuel de terreur islamique, le Coran, et [les crimes] qu'il ordonne de perpétrer, c'est du mauvais amour. Mais si vous détestez les terribles choses que l'islam prône et exerce, c'est de la bonne haine.
    Les musulmans, partout dans le monde, doivent faire un effort herculéen pour se déprogrammer eux-mêmes de l'idéologie barbare de l'islam, les peuples libres doivent aider les musulmans dans cette entreprise et, ensemble, nous pourrons tous adopter les incitations à la bonne haine et rejeter les dictats du mauvais amour.

    11 JUIN 2008


    Chanson pacifiste (Give jihad a chance)

    La musique adoucit les mœurs parait-il. Bien ! Encore ne faut-il pas chanter n'importe quoi ! ...Et que la chanson ne ne soit pas tout simplement écrite pour nous abêtir et nous faire prendre des vessies pour des lanternes !!



    Aussi, pour vous désintoxiquer les oreilles d'une des plus bêtes chansons pacifistes due à deux parmi les plus nullards d'entre eux (John Lennon et Yoko Ono), je vous invite à écouter ce remake dû à l'ébouissante Michelle Malkin 
    (dont l'intelligence ne le cède en rien à la grâce et à la beauté)

    Give jihad a chance


    One two a one two three four

    [Peace laureate Betty Williams]
    Ev’rybody’s talking about
    terrorism Islamism patriotism hateriotism fascism bushism
    This-ism, That-ism, is-m, is-m, is-m
    All she is saying is give murder a chance,
    All she is saying is give murder a chance,

    [Peace laureate Yasser Arafat]
    Eveybody’s talking about martyrdom dirty bomb car bomb
    Fatah bomb Hamas bomb Al Aqsa bomb
    Bomb bomb child bomb
    All he was saying was give terror a chance
    All he was saying was give terror a chance

    [Peace laureate Jimmy Carter]
    Let me tell you now
    Negotiation hesitation mediation contemplation
    Flagellation United Nations Machinations Flatulations
    All he is saying is give appeasement a chance
    All he is saying is give appeasement a chance

    [“Peaceful” warriors for Islam]
    Everybody’s talking ‘bout
    Katyusha Hezbollah Syria Dawa Ahmedinijad Allah
    Allah Allah Allah
    All they are saying is give jihad a chance
    All they are saying is give jihad a chance
    All they are saying is give jihad a chance
    All they are saying is give jihad a chance


    NB : Publié le 26 juin 2006 sur Hot Air
    Enjoy !!


    19 MAI 2008


    Robert Spencer et Daniel Pipes expliquent le Jihad

    The Standftord Review – On Line Edition :
    Spencer and Pipes Explain Jihad
    by Jonathan Gelbart - Staff Writer
    (Traduction de Naibed)
    Au cours des dernières années, le vrai sens du mot «djihad» est devenu l’objet d'un intense débat. Certains disent que ce mot signifie en premier lieu une 'lutte intérieure', tandis que d'autres rejettent cette définition et soutiennent que, historiquement, djihad a toujours signifie 'guerre sainte', et que cela reste particulièrement vrai aujourd'hui.

    Tandis que les membres du réseau des étudiants musulmans (Muslim Student Awareness Network) préfèrent adopter la première définition, Robert Spencer et Daniel Pipes ont longuement expliqués, le 8 avril dernier, les raisons pour lesquelles ils estiment que la seconde est une définition autrement plus pertinente et plus précise.

    Spencer et Pipes avaient été invités à prendre la parole à Stanford par des étudiants pour une société ouverte (Students for an Open Society), dans le cadre d’un événement co-parrainé par The Stanford Review et le Stanford College Republicans. Avoir simultanément deux spécialistes universitaires éminents et controversés parler ensemble de l'islam à l'université de Stanford était une occasion rare, qui a rendu l'événement particulièrement important, mais également doublé la controverse qui entourait celui-ci. Robert Spencer et Daniel Pipes, en dépit de leurs décennies d'expérience à ce sujet, sont encore souvent rejetés hâtivement comme étant des sectaires "islamophobes" qui "ne savent rien au sujet de l'Islam".

    Spencer souligne que ce type d'attaque ad hominem est la seule chose que ses adversaires sont capable de lui opposer, car ils sont incapables de réfuter quoi que ce soit de ce qu'il dit dans ses livres et dans ses conférences. Bien qu’une telle rhétorique creuse ait été lancée dans les jours qui ont précédé la conférence, les étudiants qui ont assisté à celle-ci n’étaient pas ouvertement hostiles, et les protestations se sont limitées à deux étudiants qui distribuaient des tracts à l'extérieur.

    Spencer décrit l'histoire du jihad depuis les temps anciens jusqu'à nos jours, en expliquant que la définition du jihad comme "lutte intérieure" trouve son origine dans l'Inde au 19e siècle afin de tempérer la résistance contre ses responsables britanniques. Tandis qu'il souligne, a contrario, que les appels en faveur de la guerre contre les "infidèles" sont monnaie courante dans le Coran, et que les djihadistes modernes utilisent ces versets violents pour recruter de soi-disant "musulmans pacifiques" qui, autrement, n'auraient aucun intérêt de combattre et de mourir pour leur la religion. 

    Spencer estime que tant qu’une sorte de réforme de l’Islam n’arrivera à éliminer ou abroger ce genre de versets, les jihadistes continueront à les utiliser comme preuve que leur vision de l'islam est la seule valable. 

    Spencer a également commenté cette situation étonnante dans le monde d'aujourd'hui dans laquelle les personnes qui dénoncent l'incitation à la haine de certains groupes sont eux-mêmes accusés d'incitation à la haine. Il a donné comme exemple le nouveau film "fitna" du parlementaire néerlandais Geert Wilders . Ce film présente simplement des versets particulièrement violents du Coran et de discours prononcés par des jihadistes, exhortant à la violence contre les non-musulmans. Comment se fait-il, a demandé Spencer, que Wilders soit la seule personne a être accusé d'incitation à la haine, alors que ceux-là même qui appellent à tuer des personnes innocentes obtiennent un laissez-passer ? Spencer connaît bien ce type d'attaque, car il est souvent le destinataire de celles-ci.

    Au cours de la séance de questions-réponses, M. Pipes a abordé la question du manque de recherches objectives sur l’idéologie djihadiste effectuées par des universités à travers le monde. Il a mentionné les récentes donations aux universités de Georgetown, Harvard, Oxford de plusieurs millions de dollars par le prince saoudien Alwaleed bin Talal comme étant une des causes de cette pénurie d'enquêtes impartiales. Ces importantes donations sont particulièrement nocives, a expliqué Pipes, en raison du message qu'elles envoient aux universités qui n'ont pas reçu de tels cadeaux : "vous aussi, vous pouvez obtenir cet argent si vous aussi, adoptez un profil bas, et si vous aussi, vous ne posez pas certaines questions et n’approfondissez pas certains sujets. " 

    L’Association pour l’Etude du Moyen-Orient (Middle East Studies Association), a affirmé Spencer, est « complètement dominée par des gens d’un [certain] horizon politique qui n'ont aucun intérêt à parler de ces choses honnêtement ». C'est cette absence de débat honnête qui rend [la présence] de gens comme Spencer, qui sont en dehors du monde universitaire, particulièrement importante.

    Le point peut-être le plus important de toute la conférence, et sur lequel Spencer que Pipes s’accordent tous deux pleinement, est que l'idéologie djihadiste ne pourra, en aucun cas, être vaincue tant que l'Occident continuera à considérer cette idéologie comme sans importance, voire à l’ignorer délibérément, et tant que l'Occident continuera à tolérer que certains groupes puissent obscurcir le débat.

    La reconnaissance de la menace que pose cette idéologie à la civilisation occidentale est essentielle si celui-ci veut remporter la victoire [sur cette menace].

    Bien que les thèses de Pipes et de Spencer sur l'islam soient, c’est le moins qu’on puisse dire, impopulaires, il est toujours important, pour débattre de toute question, d'entendre les avis des deux bords opposés. Et l'islam radical, en dépit de son caractère controversé, ne doit pas faire exception. Les universités devraient être un lieu de dialogue ouvert, non un lieu de politique politicienne partisane où des vues considérées comme peu « orthodoxes » sont étouffées par réflexe et vilipendées comme étant soi-disant "racistes, xénophobes ou haineuses". A cet égard, des appels à "la tolérance" doit recouvrir autre chose qu’une rhétorique creuse et partisane.


    NB: la vidéo (en anglais) de la conférence est consultable ici

    27 MARS 2008


    Fitna

    depuis ce jeudi 27 mars 2008, Fitna,
    le film de Geert Wilders sur l'islam et le Coran est en ligne



    Het geluid dat u hoorde was een
    pagine uit het telefoonboek

    The sound you heard was a page
    being removed from the phonebook


    Want het is niet aan mij, maar aan moslim zelf
    om de haatdragende versen uit de koran te scheuren

    For it is not up me, but to Muslims themselves
    to tear out the hateful verses from the Quran


    Moslims willen dat u ruimte geeft aan de islma
    maar de islam biedt geen ruite aan u.

    Muslims want you to make way for Islam,
    but Islam does not make way for you.


    Van de overheid moet u respect hebben voor de islam,
    maar de islam heeft geen enkel respect voor u.

    The Government insists that you respect Islam
    But Islam has no respect for you


    De islam wil overheersen, onderwerpen en is uit op de 
    vernietiging van onze Westerse beschaving.

    Islam want to rule, submit, and seeks
    to destroy our western civilization.



    In 1945 werd in Europa het nazisme overwonnen.
    In 1989 werd in Europa het communisme overwonnen.

    In 1945, Nazism was defeated in Europe.
    In 1989, communism was defeated in Europe.

    Nu moet de islamitische ideologie worden overwonnen.

    Now, the islamic ideology has to be defeted.


    Stop de islamisering

    Stop Islamisation 


    Verdedig onze vrijheid 

    Defend our freedom

    FITNA
    FIN
    =====================================================

    21 JANVIER 2008


    Osama Ben Laden, c'est fini ?

    Osama Ben Laden, assassiné par un de ses proches ?



    [Ahmed] Omar [Saeed] Sheikh, "the man who murdered Osama bin Laden"

    Ce blog privilégie la réflexion de fond, et ne traite normalement pas d'actualité immédiate. J'ai néanmoins décidé de faire une exception ici, vu le silence quasi généralisé des médias (et, pour une fois, pas uniquement les médias francophones) sur cette étonnante affaire.

    L'interview du 2 novembre 2007.

    Pourtant, la nouvelle date déjà ! Le 2 novembre, Benazir Bhutto est interviewée par David Frost, à « Over the world », une émission en langue anglaise de Al Jazeera. Le mois précédent, à son retour au Pakistan, Benazir Bhutto échappe à un attentat qui avait fait 158 morts, mais qui n'entame pas sa détermination à poursuivre sa campagne pour l'élection présidentielle. Vous pouvez visualiser cette interview ici (version en anglais). A la sixième minute, et sans avoir l'air d'y toucher, Benazir parle d'Omar Sheikh, « the man who murdered Osama bin Laden ».



    (Note n° 1Omar Sheikh est un ancien membre de l'ISI (services secrets pakistanais), membre d'Al-Qaeda, et acoquiné avec la pire des mafias, dont la pègre indienne. Avec un patron de l'ISI, le général Mahmoud Ahmad , il est soupçonné d'être un des commanditaires de l'attentat du 11 septembre 2001. C'est e.a. lui qui transféra à Mohammad Atta cent mille dollars la veille de l'attentat du 11/9. Et c'est un des meurtriers de Daniel Pearl. C'est dans le cadre de cette affaire qu'il sera arrêté par la police pakistanaise en février 2002, et condamné à mort en juillet de la même année.
    Il croupit depuis dans une prison pakistanaise. Mahmoud Ahmad, lui, a été discrètement limogé de l'ISI).




    Il semble que Benazir Bhutto n'a même pas réalisé ce qu'elle avait dit. Frost, l'intervieweur, semble lui non plus, n'avoir rien remarqué, alors que cette nouvelle aurait dû faire l'effet d'une bombe. L'ancien Premier ministre désigne du doigt "l'homme qui a assassiné ben Laden".


    Est-ce un lapsus, est-ce un scoop ? Si c'est la seconde hypothèse, Al Jazeera tient peut-être là un scoop incroyable, mais son journaliste, David Frost, ne semble même pas s'en apercevoir : il n'interrompt pas Benazir Bhutto, ne pose aucune question, ne demande aucun éclaircissement !

    Ce qui est plus étonnant encore, c'est que, depuis deux mois, les médias se refusent à commenter cette nouvelle étonnante ! Celle-ci n'est ni démentie, ni confirmée, et nos journaux continuent à se concentrant sur des détails de la mort de Benazir Bhutto (est-elle morte d'une balle, ou en cherchant à s'extraire de la voiture, etc...) alors qu'un élément capital pourrait peut-être expliquer sa mort ! En savait-elle trop sur cette affaire ? Est-ce quelque chose qu'on ne lui aurait pas pardonné ?

    Scoop ou lapsus ?

    Soyons francs, la possibilité d’un lapsus n’est certainement pas à exclure. Elle est même la plus probable : sur la vidéo, Benazir Bhutto paraît dans « un état second », les yeux décavés, fatiguée et sans doute un peu ébranlée (n’oublions pas qu’elle a déjà échappé à un premier attentat gravissime, à peine rentrée au pays). Peut-être voulait-elle parler de Daniel Pearl, comme le suggèrent certains (j'ai lu quelque part que, le lendemain sur la chaîne américaine CNN1, elle disait que Ben Laden était en vie). Toujours est-il que ça ne dispensait pas la presse d’en parler, quitte à explorer les pistes qui pouvaient amener à cette conclusion.

    La dernière vidéo de Ben Laden.

    Celle-ci a été rendue publique sur Al-Jazira le vendredi 7 septembre 2007. C’est la première vidéo depuis octobre 2004. Ben Laden y apparaît, la barbe teintée au henné noir (signe de guerre, chez les salafistes, où les hommes évitent de se teinter par coquetterie), mais vieilli, le teint terreux, à bout de forces. Ce qui correspond à l’idée d’un homme qui a – à tout le moins – de sérieux problèmes rénaux, et de grosses difficultés, malgré les tonnes d'argent et les complicités dont il bénéficie, à se faire soigner correctement.
    Selon le renseignement américain, les analyses d’authentification permettent d’être quasiment sûrs que c’était bien ben Laden dans la vidéo, mais la datation reste incertaine : toutes les références faites des événements actuels (par exemple, l’élection de Sarkozy ou de Gordon Brown), sont énoncés quand l’image vidéo ne bouge pas. Ce problème « technique » pourrait servir à camoufler une bande son trafiquée.


    Or, dans l’hypothèse ou Benazir Butto n’aurait pas fait de lapsus *et* était correctement informée, cela voudrait effectivement dire que Osama Ben Laden serait mort depuis …fin 2001, début 2002 au plus tard, puisque son assassin présumé est en prison depuis cette date.
    Peu probable ! Non seulement un certain nombre de témoignages (dont ceux de soldats français) semblent prouver le contraire, mais il faudrait que toutes les vidéos de Ben Laden aient été enregistrées avant fin 2001, et surtout, il faudrait admettre que l'état de santé de Ben Laden (que l'on sait de celui-ci par rapport aux premières vidéos s'est fait en à peine quelques mois. Difficilement imaginable.

    Les mobiles pour lesquels Ben Laden aurait pu être assassiné par un autre musulman, ne manquent pas. En accélérant la perspective du rétablissement du Califat, il a aiguisé les appétits des responsables politiques et religieux musulmans. A commencer par ceux de tous les dirigeants de pays islamiques, sunnites ou chiites, et d’abord les principaux d'entre-eux: ceux dArabie Saoudite, du Pakistan, d'Iran., de Syrie, de Lybie, etc. .. mais aussi les challengers, les « free-lance » qui se profilent à la faveur du djihad mondial. A cet égard, la pseudo "laïcité" de certains pays et dirigeants arabes ne doit pas non plus faire illusion (Cf. Note n° 2). Ainsi, dans ce domaine comme dans d'autres, Saddam Hussein était un précurseur. En 1990, donc bien avant la première guerre du Golfe, il fait bâtir en Irak des mosquées pharaoniques et se fait appeler le nouveau Saladin du monde arabe, soutient les "martyrs" palestiniens, et s'empare du Koweit, non simplement pour une raison de frontières historiques, comme on le dit par erreur, mais comme première étape vers l'appropriation des lieux saints, base indispensable à l'établissement de « son » califat. Bien qu'il ait permit à des cellules sunnites d'AL Qaeda de s'entraîner en Irak en 2002/2003, Saddam Hussein, était bien, à ce titre, un rival (précoce) de Ben Laden.


    ( Note n° 2. Comme l'explique très bien, Lucien-Samir Oulahbib dans un remarquable article intitulé "Nationalisme Arabe et Islamisme: les deux faces d'une même médaille",la prétendue opposition entre islamisme et nationalisme arabe relève d'une conception occidentale parfaitement erronée : si le nationalisme arabe a certes prétendu moderniser l’islam, il n’a jamais cherché à se séparer du religieux, ni de la notion de Oumma (Communauté des croyants) pensée comme d'une "Essence" immuable. Entre le nationalisme arabe et l'islamisme, il n'y a donc pas d'opposition sur les objectif de fond, à savoir la résurgence de la grandeur d’autrefois, le Califat, mais seulement sur les moyens d’y parvenir : la renaissance (‘Nahda’) pour le premier en s’inspirant des efforts de modernisation prônée au début du XIXe siècle par certains intellectuels installés en Europe; et le retour à l’imitation des pieux ancêtres (‘al-salaf al-salih’ qui donna le mot salafisme) pour le second. L'islam se définissant comme LA religion même, il était totalement exclu que le nationalisme arabe (ou sa variante socialiste) prenne pour socle une idéologie distincte de - et, a fortiori, en opposition avec - ce dernier. Même Mustafa Kemal, dit Atatürk, celui qui aura été le plus loin en matière de « laïcité », n’osera jamais franchir la ligne rouge, précisant toujours que le kémalisme n’était pas une idéologie.
    En conclusion : nationalisme ou socialisme arabe ne peuvent prétendre qu’à moderniser superficiellement la façade institutionnelle et sociétale de l'islam, mais certainement pas son contenu. Voilà qui pose clairement les limites de la soi-disant « laïcité » en pays musulman, et le refus catégorique de nos soi-disant laïques, en ce compris, malgré le mythe, Atatürk (*)d’épouser vraiment les valeurs de la modernité, que ce soit au plan politique comme au plan des libertés individuelles.
    (*) pour une compilation de fait, de 1923 à 2003, illustrant cette "laïcité" à la turque :Liberté religieuse: Retour sur la laïcité à la turque


    Saddam Hussein était donc un rival « laïque », ou, plus exactement islamo-laïque de Ben Laden, tout comme l'était, (et l'est encore, dans l'hypothèse improbable ou Ben Laden serait encore en vie) Pervez Musharraf , l'actuel président du Pakistan, un autre candidat « laïque » au titre de Calife. Ou encore, Recep Tayyip Erdoğan, actuel président de la Turquie.
    Dans un tout autre style, son adversaire (et un autre candidat au titre de Calife), Akbar (Hachemi Bahrémani) Rafsandjani, le véritable patron (*)de la mollacratie iranienne, est lui, un islamo-mollah version khomeynistequi mise, lui sur la tradition chiite revisitée par le khomeynisme pour arriver à ses fins). Mais on en trouve bien d’autres. A commencer par les islamistes traditionnels, chiites ou sunnites. Comme, par exemple, l’islamo-royaliste sunnite Abdallah d'Arabie Saoudite, qui inonde l'occident de pétrodollars pour consolider le wahhabisme en occident. Et, bien entendu la kyrielle de petits islamo-mondialistes que Ben Laden a inspiré, et qui sont tellement pressés d’en découdre directement avec l’Occident, dans un grand djihad mondial, qu’ils ne prennent même plus la peine de commencer par le passage obligé : le renforcement de l’islam au sein de nations arabes (et des nations vassales noires d’Afrique) qu’elles soient islamo-nationalistes ou islamo-royalistes, d’obédience shiite ou sunnite.

    (*) mollacratie ou théocratie des mollahs, sous les dehors d’une « république islamique » dont, contrairement à ce que nous disent les médias désinformateurs, le président Ahmadinejad n’a qu’une fonction symbolique, destiné justifier l’appellation « république », et n’est qu’une marionnettecomme une autre dans le spectacle de Grand Guignol que nous joue en permanence celui qui déteint les vraies clés du pouvoir en Iran, Rafsandjani.
    Bref, qu'ils soient islamo-laïques, islamo-nationalistes, islamo-socialistes, islamo-traditionnalistes, (version royaliste sunnite ou version « république » des mollahs shiites comme Rafsandjani), ou encore d’autres islamo-internationalistes comme Ben Laden lui-même, ils sont tous engagés dans une guerre intra-musulmans qui a pour enjeu pour la suprématie de leur faction, dans la perspective du rétablissement du Califat, une guerre féroce, qui ne fait pas de quartiers.


    La carcasse de Ben Laden pourrit sans doute quelque part...
    Ben Laden, à la recherche de qui Benazir Bhutto prétendait partir lors d’une interview, est sans doute mort depuis un bout de temps déjà. Souffrant d’importants problèmes rénaux nécessitant des dialyses, constamment contraint de mener une vie cachée, tant pour échapper aux américains qu’aux chasseurs de primes et surtout, à ses coreligionnaires, motivés tant par la perspective de faire main basse sur sa fortune, que par celle de prendre sa place, les chances qu’il ait pu se faire soigner correctement pendant ces sept années sont minces. La dernière vidéo, qui nous montre un homme en état de délabrement physique avancé (et non pas « en bonne santé » comme le prétend l’Agence de Falsification de Presse AFP, qui, décidément, n’aura jamais les yeux en face des trous) en apporte l’éclatante confirmation. A moins qu’il n’ait été assassiné par un autre musulman. Un autre musulman islamo-internationaliste adepte du djihad mondial comme lui, comme semblait le penser Benazir Bhutto. Ou un musulman islamo-laïque, un musulman islamo-nationaliste, un musulman islamo-socialiste, un musulman islamo-agent secret de l’ISI, un musulman islamo-traditionnel Sunnite, un musulman islamo-traditionnel Chiite, un musulman islamo-quelque chose, (bref un autre musulman quoi !) pour de sourdes raisons de luttes intestines et/ou de racket.


    Benazir Bhutto avait-elle la moindre chance en revenant au Pakistan ? ...
    Certes, en s’intéressant de trop près aux islamistes (ici dans le sens de : musulmans engagés dans le djihad mondial), mais aussi à un certain nombre de secrets de l’ISI, (dont les membres sont eux-mêmes intriqués dans les diverses factions, à vocation nationaliste (au sens large : pseudo-laïques ou pas) ou internationalistes de l’islam (et portent parfois plusieurs casquettes), Benazir Bhutto n’améliorait pas ses chances de survie. Sa volonté de pourchasser les islamistes, avec l’aide des Etats-Unis si nécessaire, lui a valu bien des ennemis, y compris chez les fils de Ben Laden. Et elle s’en fait d’autres en demandant à la communauté internationale de cesser de soutenir le président Musharraf et en réclamant sa démission. Après avoir échappé le 18 octobre 2007, le jour même de son retour au Pakistan à un attentat, elle sera assassinée deux mois et demi plus tard, le 27 décembre.
    Mais même en faisant l’impasse sur ses imprudences (et la campagne de calomnie dont elle a fait, en partie injustement, l'objet) une femme pouvait-elle encore penser sérieusement pouvoir diriger un pays islamiste aujourd'hui ? des musulmans pourraient-ils encore s’enorgueillir, dans un désir de fierté, un désir mimétique de copier l’occident dans sa modernité, de mettre à sa tête une femme ?
    Répondre par l’affirmative serait oublier qu’aujourd’hui, ce ne sont plus seulement quelques zones tribales à la frontière de l’Afghanistan qui sont incontrôlées, mais de très larges pans du territoire. Ce serait oublier l’affaire révélatrice de la Mosquée Rouge, ce serait oublier que ce pays (qui dispose d’un arsenal nucléaire) est gangréné à un niveau inouï par le djihadisme, qui a pénétré profondément toutes ses institutions, et jusqu'à ses services secrets, rouage essentiel de la sécurité d'un pays qui dispose du feu nucléaire, et menace le pays d’implosion. Et ce serait oublier que cette fragile modernité que représentait encore le nationalisme (*) au Pakistan il y a encore une dizaine d’années a volé en éclat sous les coups de boutoir du fanatisme de l’islam le plus archaïque, déchaînant le barbarisme des masses aveugles.

    (*) même si nous avons vu que, bien qu’en situation concurrente, le nationalisme et l’islamisme sont, en terre d’islam, des réalités non pas antinomiques mais idéologiquement liées, comme nous la remarquablement montré Lucien-Samir Oulahbib, et que le nationalisme arabe (mais aussi pakistanais, etc.) n’est en réalité qu’un islamo-nationalisme.
    Non, décidément, Benazir Bhutto, pourtant deux fois premier ministre du Pakistan (du 29 mai 1988 au 6 décembre 1990, et du 19 octobre 1993 au 5 novembre 1996) n’avait aucune chance de devenir présidente ! Et encore moins de le rester !



    For the times they are a-changing, chantait autrefois Bob Dylan.
    ...Il n'imaginait sans doute pas à quel point les temps allaient changer !
    .

    01 JANVIER 2008


    Mes voeux pour 2008

    Pour que le Monde Libre se réveille enfin en 2008, face au péril de l'Islam et de l'horreur de la barbarie musulmane


    (attention les yeux ! Tartuffes, "balais-dans l'culet autres "politiquement correct" s'abstenir)

    Tous mes Voeux de réussite pour les gens courageux et de bonne volonté, et qui ont donc décidé de ne plus se laisser faire, ni céder un pouce de terrain, face à l'abjection musulmane, et à cette secte totalitaire qu'est l'islam.

    Mes Meilleurs voeux pour votre santé, celle de votre famille, et de vos amis. N'oubliez pas de prendre du bon temps, de vous occuper de vos proches, et de cueillir le bonheur là où il se présente, à chaque fois que vous en aurez l'occasion.

    Naibed,

    22 NOVEMBRE 2007


    Concentré de vérités sur l’islam



    Ci-après, un résumé de la conférence de Robert Spencer lors du Sommet Anti-Djihad de Bruxelles, le 18 octobre 2007 dont vous pouvez voir la vidéo ci-dessus, ainsi que sur l'excellent site d'Ajm ici ou celui du Cochon Hallal ici
    [Vous pouvez également consulter le DOSSIER COMPLET SUR L'ISLAM ci-après]

    ISLAM : Ce que l’Occident doit savoir



    Ce qu'il est interdit de révéler: la racine du problème, c'est l'islam

    L'an dernier, il y a eu une arrestation à Toronto d'un grand nombre de jeunes musulmans qui voulaient faire sauter le Parlement Canadien, des monuments canadiens et d'autres lieux symboliques. Et c'était tous des jeunes hommes musulmans.
    Et le Toronto Globe & Mail, qui est le plus grand journal canadien, a publié un article qui disait :
    « C'est une énigme pour la police ». Elle ne comprend pas ce qui a pu rassembler tous ces gens différents... (rires dans la salle)
    Ils sont d'âges différents, de professions différentes, ils viennent de pays différents, certains sont nés au Canada... Et la police n'arrive pas à deviner ce qui a pu les pousser à se regrouper. (rires)
    Nous en rions, mais je suis sérieux. Cet article existe. Vous pouvez le trouver en cherchant sur Internet. Bien sûr, cela n'a rien de bien surprenant. Et c'est cela, l'élément clé qui nous marginalise, qui fait de tous les gens présent ici un raciste d'extrême-droite, intolérant et islamophobe, c'est que nous disons que quelque chose dans l'islam est à la racine de ce problème.

    Et c'est une chose qui ne PEUT PAS être admise, n'est pas admise, et ne sera peut-être jamais admise, par les élites dirigeantes, par les médias conventionnels, en Europe et aux USA, ou par les hommes politiques. Et pourtant, comme nous l'avons vu, il n'y a rien de plus évident.

    L'islam est d'abord politique

    L'islam, dès sa fondation n'est pas qu'une religion au sens occidental. Et certainement pas une religion qui accepte la séparation du spirituel et du temporel, qui définit, depuis plusieurs siècles, les sociétés et les gouvernements européens et américains. L'islam est bien plus que cela. Dès l'origine, c'est un système à la fois politique et social.

    Je voyage souvent aux Etats-Unis et je demande aux gens :
    • "Vous savez que nous sommes en 1428" (calendrier islamique)
      Que c'est-il passé il y a 1428 années ? "

    Autrement dit, qu'est-ce qui marque le début du calendrier islamique ?
    Et les gens répondent
    • "Ce doit être quand Mahomet est né. "
    • "Quand Mahomet est mort ? "
    • "Quand il est devenu prophète ? "

    Aucune de ces réponses n'est correcte. Le début du calendrier islamique, c'est l'année de l'Hégire, quand Mahomet a fui la Mecque pour aller à Medine.

    Qu'y a-t-il de si important dans ce changement de lieu, qu'il en est devenu, par le biais du calendrier islamique, par cette convention majeure de l'islam traditionnel, la sacralisation du véritable début de l'islam, et qui fait que tout, dans l'islam, est daté de ce moment ? Pourquoi est-ce si important ? A Médine, Mahomet est devenu, pour la première fois, non seulement un prédicateur religieux, mais un chef militaire et politique. Pour la première fois, l'islam devenait un régime politique, un état.


    L'islam, c'est donc d'abord un régime politique totalitaire
    Et c'est un élément essentiel dans la façon dont l'islam se définit : il se perçoit comme un système étatique, qui a le pouvoir. Et cet état n'est ni pluraliste, ni démocratique. "L'islam, dit Mahomet, doit dominer et ne doit pas être dominé. " Mahomet dit à ses disciples : "Quand vous rencontrerez des incroyants, invitez-les d'abord à accepter l'islam. "
    Les musulmans prennent-ils cela au sérieux ? Que dit Ben laden dans sa dernière video ? Il invite les Américains à accepter l'islam. Que dit Ahmadinejad dans sa lettre à George Bush l'an dernier ? Il invite les Américains à accepter l'islam. C'est très clair : ils agissent ainsi car ce sont des musulmans pieux. Ils croient aux paroles de Mahomet et c'est ainsi qu'ils doivent procéder face à des incroyants.
    Que se passe-t'il ensuite ? Il dit : "S'ils acceptent, ne les combattez pas. Retenez votre bras. Mais s'ils refusent, demandez leur de payer la jeziah". La jeziah est un impôt (le mot veut dire impôt en arabe). Le Coran dit (s9:29) "Les musulmans doivent combattre les gens du livre " (ce qui désigne, dans le Coran, les Juifs et les Chrétiens). "Combattez les gens du Livre jusqu'à ce qu'ils payent la jeziah de leurs propres mains après s'être humiliés. "



    La discrimination institutionnelle basée sur la foi (ou l'oppression du non-musulman)
    Et c'est devenu, vous en êtes conscient, la base légale et sociale d'une discrimination institutionnelleLes non-musulmans, soumis à la loi de l'état islamique sont constamment remis devant le fait qu'ils sont des renégats, qu'ils sont mauvais parce qu'ils ont rejeté Mahomet.
    Et "il y aura la haine et l'hostilité ", dit le Coran, entre croyants et incroyants, parce que les incroyants sont si acharnés à rejeter Mahomet. Il y a dans la tradition islamique le récit d'un groupe de chrétiens venant de Najrân, au Yemen, et qui rend visite à Mahomet. L'histoire dit que, durant le voyage, leur chef dit au groupe : "Nous savons que Mahomet est l'envoyé de Dieu. Mais nous recevons de l'argent des byzantins. Ils nous financent. S'ils découvrent ce que nous pensons, ils vont nous couper les vivres. Donc, discutons avec Mahomet, mais n'acceptons rien de ce qu'il dit."
    C'est sur cette base que l'islam traditionnel appréhende le non-musulman : il est de mauvaise foi. Il SAIT que Mahomet est le prophète. Et il SAIT que l'islam est la vraie religion. Mais il refuse de l'admettre, parce que ça lui poserait des problèmes, parce que cela comporte certains désavantages matériels. Donc il refuse.
    Et je le vois tout le temps. Je reçois des mails de musulmans tous les jours. Et ils me disent sans cesse que je SAIS que je suis un menteur, que je suis de mauvaise foi, que je SAIS que l'islam est la vraie religion et que Mahomet est le prophète. D'autant qu'ils voient que j'ai étudié le Coran, la sunna... Je DOIS être mauvais...
    (rires dans la salle)
    ... la preuve !
    (re-rires)
    Comprenez bien qu'il ne s'agit pas uniquement de moi. Cela vous concerne tous, et tous les gens qui ne sont pas gouvernés par la loi islamique, ou qui n'ont pas accepté la "vérité" de l'islam. Comment pourraient-ils consentir à vivre en paix, alors que l'islam doit dominer et ne pas être dominé, alors que les "incroyants sont les pires êtres sur terre " (s98:6) et que les musulmans sont "la meilleure communauté "? (s3:110)


    D'un côté les meilleurs, de l'autre les pires, les êtres les plus vils. 
    Les musulmans ont le devoir de combattre jusqu'à ce que règne la religion d'Allah. Mahomet dit qu'il a été missionné pour se battre jsuqu'à ce que Allah soit reconnu comme le seul dieu et que Mahomet est son prophète.

    Les commentateurs ont été plus généreux. Ils ont dit que les non-musulmans ne sont pas obligés d'accepter mahomet comme le prophète, mais ils doivent au minimum se soumettre à la loi islamique comme loi divine, et accepter la soumission, leur statut inférieur, en raison de leur refus de croire, pour rappeler leur culpabilité.

    L'idéologie religieuse et politique ne sont pas séparables en islam, elles sont étroitement associées.


    Le véritable Islam, c'est celui des djihadistes
    Revenons au problème. Est-ce l'islam le problème ? Tout le suggère en effet. Quand on lit ce qu'écrivent les djihadistes, quand on les écoute, ils invoquent constamment ces éléments. Lisez les déclarations de Ben Laden. Il cite le coran en permanence, il n'arrête pas.
    Et régulièrement, sur mon site, je demande aux musulmans : voici les versets que cite Ben Laden. Expliquez-moi en quoi il les interprète mal, en quoi, il les détourne ? Et bien sûr, je n'ai jamais de réponse. Il ne peut pas y en avoir.

    La base de l'attrait qu'il exerce, c'est la pureté islamique. La base de la séduction jihadiste, c'est la pureté de l'islam. Ce sont les salafs, les vrais musulmans, les purs. Et ils en appellent aux musulmans qui ont un oublié cela. Ils leur expliquent : voilà l'islam véritable. Voilà ce que dit le coran. Voilà ce que dit Mahomet et les écoles juridiques, voilà votre devoir de musulman, vous l'avez oublié. L'un des livres qui circulent le plus dans le monde musulman s'appelle « Djihad, l'obligation oubliée. »

    Il n'est pas toujours facile d'y voir clair. Les gens pensent : "puisqu'on ne voyait pas tout ça il y a 50 ans, en tout cas, pas autant, puisqu'on ne voyait pas cela il y a 75 ou 100 ans... (on le voyait, mais on n'y faisait pas attention comme maintenant - et ce n'était pas à un tel point !) donc les gens pensent que c'est nouveau, que c'est une hérésie de l'islam, que la grande majorité des musulmans déteste tout ça et le rejette.

    C'est faux. Je ne dis pas qu'ils y travaillent tous activement, mais l'étendue de la croyance, de la connaissance dans l'islam est la même que dans tout système de croyance, religieux ou non. Autrement dit, il y a des gens que se disent musulmans, mais qui ne connaissent rien de l'islam, ou n'agissent pas comme tels. Certains, qui se disent musulmans, veulent juste gagner leur vie, avoir une existence confortable. Il y a des gens qui se disent chrétiens, juifs, ou bouddistes, qui se fichent totalement de la religion. Leur intérêt est ailleurs.

    Mais il y a toujours la tentation de la pureté islamique. Il est là, le problème ! Et c'est pour cela que notre message passe si mal. Le courant dominant, les analystes, les experts vous disent : si vous dites que c'est l'islam qui pose problème, vous condamnez tous les musulmans. Vous déclarez la guerre à 1.3, ou 1.5 ou 2.6 ou 10 milliards de personnes...




    « Islamophobie » ou l'interdiction de présenter l'islam pour ce qu'il est vraiment

    Aux USA, il y a une émission qui s'appelle "Hannity & Colmes".
    C'est un peu comme au cirque : Hannity est de droite, Colmes de gauche... En fait, ils disent à peu près la même chose...

    L'autre jour, Colmes interviewait Emerson, le grand spécialiste du terrorisme islamique, et il lui disait :
    • "vous parlez d'islamo-faschisme. C'est offensant, c'est raciste. Vous condamnez toute la religion.".

    Et Emerson a été merveilleux. Il a répondu :
    • "Et comment voulez-vous les appeler ? Que diriez-vous ?".
    • "Je dirais des fachistes".
    • "Et pour les distinguer des fscistes italiens, allemands, etc....? ".
    • "Je ne sais pas. Mais on ne doit pas dire islamique. Parce que ça condamne la religion toute entière".
    Emerson a dit :
    • "Vous savez qu'il y a des groupes terroristes qui s'appellent Islamic Djihad ?"
      "...Il ne faudrait pas employer les mots qu'ils utilisent eux ?".
    (rires)

    C'est ça, le problème. Il y a des vérités admises, par tout le monde. L'union européenne, vous le savez, organise des séminaires sur l'islamophobie, intitulés "Comment lutter contre l'islamophobie grandissante ?" (en fait, c'est facile : arrêter de jeter de l'huile sur le feu...)
    (rires dans la salle)

    Mais il n'y aurait pas d'islamophobie et personne ne lierait l'islam au terrorisme, à la volonté de domination, et de destruction de l'occident, si les musulmans eux-mêmes ne l'avaient pas fait.Nous n'en sommes pas responsables.
    Alan Colmes, et tous ceux qui pensent comme lui, la gauche, la droite, les medias conventionnels, l'ONU, l'Union Européenne, présentent toujours les choses comme si nous avions monté tout cela.
    Il existe des terroristes, il se trouve qu'ils sont musulmans, mais l'islam n'aurait rien à voir avec ce qu'ils font ! Ce serait nous, animés par l'intolérance, le racisme, et la haine, qui aurions forgé le concept de terrorisme islamique. Tout cela est absurde. C'est dans l'islam.
    Exemple : l'ambassade d'Arabie saoudite à Washington, deux ans après le 11 septembre, les amis et alliés des Etats-unis, l'Arabie Saoudite, publiait cette déclaration sur son site : "Le devoir des musulmans est de dresser la bannière du djihad afin que la parole d'Alah domine le monde".C'est moi qui ai écrit cela ? C'est vous ? (rires)
    Les Saoudiens l'ont écrit. C'était là, sur leur site internet. Ce n'est pas nous qui associons islam et terrorisme.


    L'Islam, un programme très clair.
    Tous ces gens suivent à la lettre un programme très clair. Ils ont clairement exposé leurs intentions, leurs motivations, leurs buts. Ils ne l'ont jamais dissimulé. De notre côté, c'est l'un des principes de base de la guerre, on ne peut vaincre un ennemi sans savoir ce qu'il cherche à faire, et comment.
    Or, quand nous lisons le coran et l'analysons, c'est nous qui devenons coupables. C'est par racisme intolérance ou haine.Mais quand les djihadistes utilisent le coran et la sunna pour justifier leurs actes ou recruter de paisibles musulmans, on n'entend pas un mot des défenseurs de l'islam en Europe ou aux USA.
    A t'on entendu des voix s'élever contre la lettre de Ben laden aux pakistanais, dans laquelle il appelle au djihad pour renverser Musharaf ? Il cite 10 versets du coran, il les explique, et il invoque l'exemple de Mahomet. Il utilise les principes de l'islam pour démontrer l'illégitimité du régime de Musharaf.
    A t'on entendu des associations occidentales protester ? A t'on entendu des associations musulmanes, aux USA ou en Europe, expliquer que Ben laden déformait le coran ou la tradition islamique et que tout était faux ?
    Non bien sûr ! Et si on allait demander à un leader musulman "Pourquoi n'avez vous rien dit ?", il répondrait "Nous en parlons tout le temps, mais la presse n'en parle pas".
    Un mensonge d'un rare culot ! Car la presse adore les "musulmans modérés".
    La presse est avide de trouver des musulmans qui ne font pas sauter de bombes, pour les mettre à la une des journaux et des émissions télé. Quand aux dirigeants de tous nos pays, ils croient qu'un musulman qui ne prépare pas un attentat, ah, ça c'est un modéré... (rires)

    Donc. Quand les djihadistes invoquent l'islam traditionnel, pas de réaction.
    Mais quand des NON-musulmans utilisent ces arguments, Oh ! C'est la levée de boucliers pour condamner le basphème, pour protéger les musulmans de ces viles accusations, et l'on entend les appels contre l'intolérance, l'ignorance et la haine !


    La licorne (ou la recherche de l'introuvable Islam pacifique).
    C'est Ok ! ...je confesse mon ignorance. Une chose que j'ignore, c'est : "où est cet islam pacifique ?". Je ne parle pas de musulmans pacifiques, je parle de l'islam pacifique. Il y a des musulmans pacifiques, mais où est l'islam théorique, théologique, qui n'appelle pas à la domination et à la soumission des incroyants ? Ca n'existe pas.
    Montrez-le nous ! Où est-il ?
    Il n'a jamais existé. C'est la licorne que nul n'a jamais vue, mais dont tout le monde admet l'existence.

    La grande vulnérabilité des musulmans qui mènent une vie tranquille, c'est qu'ils n'ont aucune réponse islamique à opposer au message salafiste ou aux djihadistes qui disent : "Nous sommes les vrais musulmans, voilà l'islam véritable".
    S'ils veulent vraiment réformer leur religion, c'est cela qu'ils doivent faire. Il n'y a aucune autre méthode possible.



    Pourquoi ne peut on évoquer la vraie nature de l'islam ?

    Quel est le but de tout ceci ? Pourquoi est-il devenu pratiquement impossible de décrire la véritable nature de cette idéologie, dans les médias, que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis ? Et qu'est ce qui fait que nous sommes marginalisés, classés à l'extrême-droite, du seul fait que nous estimons qu'il y a un problème dans l'islam ? De toute évidence, les forces non-musulmanes qui défendent l'islam et qui interdisent toute discussion sur les éléments de l'islam que les musulmans eux-mêmes utilisent pour justifier leur violence, et propager leur idéologie de domination, ont sciemment décidé d'étouffer la discussion. Et ils escomptent avantages politiques et financiers du compromis passé avec le monde musulman. Cela crève les yeux. Je ne suis pas en train de dire qu'il y a un " "complot". Je ne dis pas qu'il y a eu une décision délibérée à ce sujet. Ou peut-être que si.
    Mais les effets sont les mêmes. Que ce soit par intérêt personnel à court terme, ou par calcul politique cynique, ils ne veulent pas empêcher la progression de l'islamIls ne veulent pas empêcher l'islamisation de l'Europe. Et le pouvoir est entre leurs mains.
    Ai-je tort ? Peut-être veulent-ils l'empêcher, mais je ne vois rien. Ces gens ne sont pas des imbéciles. Ou peut-être certains le sont-ils... George Bush cite sans arrêt la sourate 5:33 du coran,
    "Quiconque tue un innocent, c'est comme s'il tuait tous les hommes". Mais il ne cite jamais le verset suivant, il n'a jamais vu le verset s5:34 "Ceux qui se battent contre Allah et son prophète seront châtiés par la crucifixion, ou l'amputation des membres opposés".
    Qui est celui qui a montré ce verset à Bush, mais pas la suite ? Celui-là doit bien savoir ce qu'il y a juste après, et ce qu'il y a dans le reste du livre. Il doit savoir que toutes les écoles juridiques islamiques, toutes, toutes étant perçues comme orthodoxes dans le monde islamique, considèrent qu'il est de la responsabilité des musulmans dans le monde entier, de soumettre les incroyants, par la guerre si c'est nécessaire, tant mieux si c'est par d'autres moyens. Mais l'important est de les oumettre à la loi islamique.
    Maududi, l'islamiste du pakistan, a déclaré : "Les incroyants n'ont strictement aucun droit de détenir le pouvoir où que ce soit sur la terre". "Et s'ils ont le pouvoir les musulmans ont le devoir de les évincer du pouvoir par tous les moyens possibles".

    Et c'est le programme qu'ils entendent appliquer. Qu'est-ce qui empêcher donc George Bush, Tony Blair, Gordon Brown, et tous les autres, de reconnaître ces faits et de les admettre ? Ils ont bien un intérêt à ce statut-quo. Ils ont avantage à préserver les choses telles qu'elles sont.C'est pour cela que notre message ne passe pas. Il n'y a pas de presse libre en Europe, ou aux Etats-Unis.



    le double visage de l'islam
    D'un point de vue musulman et des impératifs du djihad, nous avons évoqué la tromperie qui trouve son origine dans le coran. La sourate 3:25 dit bien qu'un croyant "ne doit pas prendre pour alliés des infidèles" ...à moins que ce soit pour "se protéger d'eux".

    "Que les croyants ne prennent pas pour alliés des infidèles, sauf pour se protéger d'eux...".
    Quel sens cela a t'il? C'est une expression étrange, qui pourrait être ambigüe. Allons voir les commentateurs et ce que les musulmans en disent eux-mêmes. Voyons Ibn Kathir, l'un des grands
    commentateurs du coran. Il est du XV° siècles, ses écrits sont toujours lus aujourd'hui, et publiés par des saoudiens. Et il écrit : "La tromperie est autorisée quand les musulmans sont vulnérables ou en position de faiblesse. Ils peuvent tromper les infidèles, faire semblant d'être amis avec eux. Et il cite la tradition : "Nous leur sourions par devant, mais par derrière, nous les maudissons.".


    Le but de la tromperie coranique (Al taqqiyya) :
    Sourire et maudire.
    La partie "sourire", c'est la vitrine officielle d'aujourd'hui :l'islam "religion de paix", l'islam "tolérant".
    "Nous sommes des citoyens belges, néerlandais, anglais, américains...".
    Une campagne a été lançée récemment, l'avez-vous vue ? La campagne "L'islam, c'est la paix" en Grande-Bretagne, sur les bus, les transports publics, avec ces grands panneaux. "L'islam, c'est la paix. Fier d'être un musulman britannique." et des spots télévisés avec tous ces beaux visages souriants qui disent "Je suis un musulman britannique" ...
    Et quel est le premier des 5 points de cette campagne ? Je vous pose la question : si vous étiez un musulman pacifique, que vous détestiez l'idée de la domination de l'islam et de la soumission des incroyants, que vous désiriez réellement vivre à égalité et en paix, et que vous vous dites : « j'ai de l'argent pour une campagne « L'islam, c'est la paix », quel serait le premier point ?
    Je vais vous dire ce que je ferais moi : 1°) je dénoncerais les musulmans qui commettent des attentats au nom de l'islam et je m'opposerais à eux. Je leur dirais que ce qu'ils font est mal. Et si je n'ai pas de réponse islamique à leur opposer, je le ferais au nom de la simple conscience morale.
    Mais le premier point de la campagne "L'islam, c'est la paix" est de combattre ..l'islamophobie !
    C'est encore notre faute. C'est nous qui associons l'islam au terrorisme.



    La lutte contre l'islam, un impératif démocratique et civisationnel

    Nous devons d'abord rappeler à nos concitoyens et à tous ceux que l'on peut, que nous nous battons pour certaines valeurs et pour une certaine civilisation qui est supérieure sans concession. Personne n'hésitait (en fait si, beaucoup ont hésité), beaucoup de gens n'hésitaient pas à dire pendant la guerre froide que le modèle occidental était supérieur au modèle soviétique. Mais bien sûr, l'islam étant une "religion de paix", il est tout à fait déplacé de demander à un musulman qui postule pour un emploi : "Que pensez-vous de tout cela, où vous situez-vous. .. concernant la domination de l'islam ?" Les gens ignorent même les bonnes questions à poser.
    Nous défendons une civilisation supérieure, mais comme c'est religieux, il est interdit de dire ça comme on l'a fait pour le communisme. Parce que c'est une civilisation religieuse, on considère qu'il est déraisonnable de parler de supériorité. Intolérance !
    Mais, nous défendons la dignité de l'homme, dignité issue de la tradition judéo-chrétienne de l'homme à l'image de Dieu , et en raison de la dignité de la personne humaine que l'occident considère comme acquise aujourd'hui et que le reste du monde considère comme acquis, et que nous soyons croyant ou non ne compte pas, en tout cas dans ce contexte.
    Je pense donc que nous devrions miser auprès de nos compatriotes, égarés par les mensonges des élites, sur le fait que nous défendons ces valeurs supérieures : liberté de conscience, égalité homme-femme, égalité des droits, plutôt que la discrimination institutionnelle basée sur la foi. Et nous défendons ces valeurs particulières issues de l'occident.



    L'islam, ennemi irréductible des droits de l'homme
    Nous avons évoqué la Déclaration universelle des droits de l'homme.Un porte-parole iranien a dit à ce sujet : "la Déclaration des droits de l'homme est une manifestation des valeurs judeo-chrétiennes et nous, musulmans, nous les rejetons". Et ils ont signifié ce rejet par la Déclaration des droits de l'homme du Caire, qui stipule que toutes les lois sont soumises à ...la sharia coranique.
    Malgré les défauts de la Déclaration des droits de l'Homme (je ne suis pas d'accord pour que ces droits soient accordés par l'état), il est significatif que les valeurs contenues dans ce texte, et approuvées partout à l'exception du monde musulman, viennent des principes de la civilisation occidentale. Et nous devrions avoir le courage et la conscience d'en appeler aux musulmans sur cette base en disant : "c'est un meilleur modèle pour la société que celui que vous proposez".


    (Commentaire de Naibed : ....et c'est bien le moins que l'on puisse dire ! )
    .

    Mes voeux de Noël et d'Hanoucca, à l'aube d'une année 2015 placée sous le signe de l'eschatologie!

    En cette veille de Noël, je souhaite, avec un peu de retard,  une joyeuse fête d'Hanoucca à mes amis juifs (enfin... s'il m'en reste! :-P ), et une Sainte fête de Noël à mes amis chrétiens.

    Si Israël fait l'objet d'une campagne de dénigrement, de diffamation  et de diabolisation sans précédent de la part des médias occidentaux et des z'«élites» qui soutiennent massivement l'envahisseur musulman, rebaptisé «palestinien», il reste que ce pays se défend plutôt bien jusqu'à présent ! Espérons que ça dure!!! Quant à la situation des juifs dans le monde, elle n'est certes pas très enviable, et elle commence à devenir précaire, même dans des pays occidentaux comme la France inféodée au Qatar.  Mais la situation est infiniment pire pour ces chrétiens d'Orient, qui souffrent et meurent par dizaines de milliers actuellement, sous les coups de butoir de l'islam, et qui, malgré tout, trouvent ce courage remarquable de fêter Noël, la fête de la Nativité.

    Quant aux musulmans, qui sont complices, ou qui commettent eux-mêmes les horreurs les plus abominables que nous découvrons, jour après jour, dans nos journaux,  ils sont au service du Père du Mensonge, Allah-Mahomet,  et j'espère que ces  mahométans sataniques se retrouveront bientôt près de lui en Enfers!!!   Je n'ai pas de mots pour crier ma révolte et mon désir de vengeance, face à l'humiliation, la désolation, la cruauté épouvantable, voire la mort atroce que subissent ces Chrétiens d'Orient, leurs femmes et leurs enfants... Je pense, entre-autres, à ces femmes chrétiennes méprisées et considérées comme de vulgaires objets, qui sont violées et vendues sur des marchés comme esclaves sexuelles...

    Les occidentaux qui se rendent coupables de collusion avec des régimes musulmans, quels qu'ils soient mais aussi ceux qui minimisent ces faits, ou simplement se taisent comme le «Pape "Normal" 1er» sont également coupables!  Les apprentis-sorciers (principalement des américains, mais aussi européens et israéliens) qui sont impliqués depuis des années dans les opérations de «Printemps arabe-Hiver islamique», comme dans le soutien discret, mais réel et constant à la "République islamique" des mollahs d'Iran - alors que la majorité du peuple perse rejette massivement  ceux-ci (et ne veut même plus entendre parler d'islam) et ne demande qu'à changer de régime - ne valent pas mieux que les pions islamiques qu'ils manipulent, mais aussi ceux qu'ils veulent installer pour leur propre compte! Notamment pour leurs propres guerres pétrolières (dont celles contre la Russie, la Chine, mais aussi ....contre l'Angleterre, qui reste la première puissance pétrolière dans la région d'Asie centrale, une puissance pétrolière que les USA aimerait évincer à leur propre profit, comme ils l'ont déjà fait avec la France et Total).

    Quant à tous ces gens de gauche, tous ces athégristes, ces laïcards, ces franc-macs, ces droitdelhommistes, ces "antiracistes" gramsciens,  et autres adorateurs du Big Other et/ou adeptes d'un (illusoire) nouvel ordre mondial, qui profitent de la situation, non pas pour combattre ces musulmans qui ont juré notre perte, mais pour se déchaîner contre les vestiges de la culture, de la religion et de la civilisation occidentale qui se meurt, inutile de dire que je les abomine et que je les enverrais volontiers également en Enfers!!!

    Bref, l'humanité n'a jamais été plus mal qu'aujourd'hui! Pas seulement d'un point de vue spirituel, mais même du simple point de vue de la morale élémentaire... Plus de la moitié de la population mondiale ne mérite probablement même pas l'air qu'ils respirent, et nombre de prédictions que l'on pouvait lire dans l'eschatologie juive, mais aussi et même surtout chrétienne, décrivent cette période, qui commence avec la restauration d'Israël. Restauration d'Israël selon la chair, d'un côté; restauration d'Israël selon l'Esprit, de l'autre!


    • Restauration d'Israël selon la chair, d'abord. Celle-ci passe par la restauration physique de l'ancien Etat d'Israël disparu en 70 après Jésus Christ, lorsque Jérusalem avait été détruite par les romains. L'événement déclencheur en fut la lourde défaite de la Turquie Ottomane, face à la Russie en 1878! Et qu'elle fut  réduite à accepter les (dures) conditions du traité de San Stefano. Un traité révisé la même année, à la demande de nations européennes, comme l'Angleterre, pour prévoir que la Turquie pourait être affranchie et rendue indépendante sous certaines conditions, l'une d'entre elles étant qu'elle accorderait aux Juifs les droits civils et religieux dans son empire (qui comprenait la Palestine). Restauration qui intervint, finalement, 70 ans plus tard, après nombre d'événements, dont deux guerres mondiales, en 1948, le 14 mai, le jour même où s'achevait le mandat britannique sur la Palestine, sur un morceau sans cesse amputé de celle-ci.

    • Restauration d'Israël selon l'Esprit, ensuite. Nombreux sont les chrétiens qui, par inadvertance, se sont faussement approprié beaucoup de précieuses promesses qui ne leur appartenaient pas, ou pas entièrement. Le dispensationalisme  corrige, à ce propos, les errements de la théologie de la substitution. Les dispensationalistes pensent que l’Eglise n’a pas remplacé Israël dans le plan de Dieu et que les promesses vétérotestamentaires faite à Israël n’ont pas été transférées à l’Eglise. Ils pensent, entre autres, que les promesses que Dieu a faites à Israël (une terre, une descendance nombreuse et la bénédiction) dans l’Ancien Testament se réaliseront en fin de compte durant le règne de 1000 ans prédit dans Apocalypse 20


    Quoi qu'il en soit, si ces deux restaurations doivent intervenir, elles n'iront pas de soi - ni l'une, ni l'autre! - et ne se feront que dans les douleurs de l'enfantement. Nombreuses, en effet, sont les prophéties qui doivent encore se réaliser, selon les récits eschatologiques.  Parmi ces récits,  une place particulière (et même centrale) doit être réservée à Aποκάλυψις,  l'Apocalypse de Saint-Jean, qui se veut une révélation  complète sur la fin du monde et sur l'instauration du Royaume de Dieu. Ce texte prophétique, qui fait allusion à nombre de prophéties antérieures de la bible hébraïque (Tanakh), qu'il reprend et complète, a fait l'objet de nombreuses études (qui peuvent parfois, dans une certaine mesure , être combinées). On distinguera:  une  thèse idéaliste (ou symbolique), une thèse prétériste (de praeter : avant), une thèse présentiste , et enfin, une  thèsefuturiste (une prophétie globale). Cette dernière est de plus en plus retenue, à cause du nombre de prophéties qui sont devenues, aujourd'hui, des réalités, voire des évidences! Et elle confère un aspect déroutant aux événements que nous vivons au présent, y compris pour une exégète neutre, comme moi!

    En tout cas, s'il y a une chose est sûre, c'est que l'humanité marche sur la tête, actuellement! Et on peut penser que ceux, juifs ou chrétiens, qui mettent toute leur foi dans un Sauveur, qui viendra selon les uns, ou reviendra, selon les autres, ces prochaines années seront peut-être décisives, et que l'on saura enfin qui avait raison.  Wait and see... !!!


    ---------------------------------------

    Quoi qu'il en soit, en cette veille de Noël, et au nom des nombreux chrétiens qui souffrent, partout dans le monde et sont persécutés au nom de leur foi, je voulais proposer la chanson de Noël bien connue, «Little Drummer Boy», interprétée par d'innombrables interprètes, dont  Nana Mouskouri (qui prête sa voix fabuleuse à L´enfant au tambour), mais aussi de nombreuses chorales (dont Cantamus Choir - Little Drummer Boy).

    Déjà en 1977, Bing Corsby proposait sa propre version  intitulée «Peace on Earth/Little Drummer Boy», une version que je possède, mais que je ne l'ai pas trouvée sur youtube. Mais je suis tombée sur cette étonnante - et talentueuse! - interprétation à deux voix avec David Bowie.



    NB: c'est la version officielle  : elle est un peu plus longue (4:23), avec un peu moins de deux minutes de dialogue au début, mais de très bonne qualité. Les plus pressés, qui souhaitent entendre uniquement la chanson (qui démarre en 1:46) peuvent clicker ici
    Come they told me...          pa-ra-pam-pam-pam
    A new-born King to see...  pa-ra-pam-pam-pam
    Our finest gifts we bring... pa-ra-pam-pam-pam
    Ra-pa-pam-pam, ra-pa-pam-pam
    Peace on earth, can it be?
    Years from now, perhaps we'll see
    See the day of Glory
    See the day, when men of good will
    Live in peace, live in peace again!
    Peace on earth, can it be?
    Every child must be made aware
    Every child must be made to care
    Care enough for his fellow man
    To give all the love that he can 
    I pray my wish will come true
    For my child and your child too
    He'll see the day of Glory
    See the day when men of good will
    Live in peace, live in peace again
    Peace on earth, can it be?
    Qui que soit ce "new-born King", s'Il existe, c'est et ça reste un formidable message d'espoir pour mes amis juifs et chrétiens, et tous ceux qui espèrent encore en la paix dans ce monde....

    Élisa Naibed

    07 JUIN 2014


    Les antiracistes ...de si «braves gens» du parti du «Bien» et du «Progrès»!

    De si bons dhimmis compassés dans leurs robes de "juges" de l'InJustice Frönçaise, de si bons collabos, pires encore que les racailles et les terroristes qu'ils servent et qu'ils protègent (à l'instar de la Taubira, leur «garde des sots») en rendant ce qui n'est qu'une parodie de «Justice» et un retour camouflé à la Terreur de la première république!

    Peuple de France, réveille-toi avant qu'il ne soit trop tard, ouvre les yeux avant que ton remplacement ne devienne définitif!!! Tes soi-disant «élites» autoproclamées, tes «représentants» politiques, ton «président», tes «ministres», ton «gouvernement», ta «justice», tes magistrats, ta «police» t'ont déclaré la *guerre*, une guerre totale! une guerre à outrance!!!

    Voir la vidéo ici:
    ==>  Pierre Cassen condamné à 20 000 euros pour "racisme"

    On notera que ce sont les mêmes «braves gens» du parti du «Bien» et du «Progrès» qui utilisent la fonction [Signaler] omniprésente sur Facebook, où je suis empêchée d'intervenir pendant un mois pour des raisons bassement politiques (voir ici: Censure: Facebook complice de François Hollande et des caciques du PS ???), qui, pendant ce temps, signalent à tout-va ce qui ne leur plaisent pas! Notamment quand ils voient - Ô horreur! - le mot 'tapettement incorrect'!

    Pendant que des  modos complètement dénués d'humour et d'intelligence entrent dans ce jeu, et accumulent sanction sur sanction dans leur système liberticide, alors que je suis déjà bloquée par ce système kafkaïen, paranoïaque et délirant qu'est Facebook!....


    Je suis de plus en plus profondément dégoûtée...
    Élisa,

    Censure: Facebook complice de François Hollande et des caciques du PS ???

    Je viens d'être bloquée pour un mois sur Facebook suite à un article que j'avais posté il y a une dizaine de jours, et qui a sans doute été dénoncé par des socialistes français!  Manifestement, cet article les a gratté là où ça fait mal!
    Bonjour à tous et à toutes. 
    Je souhaite, exceptionnellement, vous entretenir d'un article du Parisien publié le 9 avril 2014 à 07h00, et intitulé «Violent braquage au tabac presse». Vous trouverez le lien vers celui-ci dans le premier commentaire!

    Ce qui m'a interpellée, c'est le télescopage involontaire de ce journal entre:
    1.  d'une part, cette nouvelle qui frappe un gagne-petit, un libraire du Blanc-Mesnil, qui tente de survivre, impitoyablement frappé par les taxes nouvelles de Hollande et du Parti Socialiste! Ce dernier a été attaqué hier soir [1] par trois petits chéris de Christine Taubira, trois malfrats qui attendaient ce travailleur besogneux derrière la porte. Notons que c'est un confrère de Marie Neige Sardin, libraire dans la commune voisine du Bourget où elle-même a connu un nombre énorme d'agressions en tout genres et de toutes gravités (en ce compris, un viol en tournante!) qu'elle détaille dans un livre courageux, que je vous convie à acheter: «Celle qui dit Non!» 

    2.  et d'autre part, une photo montrant une bande de quadra rigolards et apparemment sans gros soucis, en tout cas financiers. Disons.... le genre fils et filles à papa qui ont grandi dans les beaux quartiers, bien à l'abri du besoin, grâce aux fortunes de leurs parents soixante-huitards, vivant (probablement) de généreuses prébendes socialistes! [2]

    On se prend parfois à espérer que la racaille musulmane aille, de temps en temps, commettre ses forfaits et ses crimes dans les beaux quartiers remplis d'une telle insouciance!!! Ça soulagerait un peu l'enfer de ceux qui travaillent durement, pour des salaires de misère de plus en plus ponctionnés par le Fisc, dans les quartiers dits «sensibles»! [comprendre: à hauts risques!]

    Mais ça ne risque pas d'arriver de sitôt! Si la police du matamore Manuel Valls délaisse les quartiers sensibles où elle risque de prendre de coups, c'est pour mieux s'occuper, 
    • d'une part, de gazer les familles catholiques qui manifestent contre la dénaturation du mariage lors des "manifestations pour tous". 
    • Et d'autre part, pour protéger les quartiers cossus de ses messieurs-dames et de leurs progénitures gâtées!
    Si vous aussi, vous en avez assez de ce «deux poids, deux mesures» du PS, qui pourrit vos vies, et menace celle de vos enfants.... Partagez ce billet!!!

    ------------------------------------------------------------------------------------------------[1] Résumé de l'article 1 : «Violent braquage au tabac presse.» :
    Un commerçant s'est fait agresser, lundi soir, rue Pierre-Sémard, au Blanc-Mesnil. D'après le récit fourni aux policiers, trois malfaiteurs l'attendaient derrière la porte arrière. Au moment où il est sorti, le comité d'accueil lui a asséné plusieurs coups...

    [2] Résumé de l'article 2 «Société : être quadra, quelle chance !» :
    Élevés dans le « tout est possible » de Mai-68, les quadragénaires ont connu la crise dès 1992, mais gardent le moral. Politique, travail, amour… nous avons radiographié la dernière génération d’enfants gâtés.

    Par contre, comme d'habitude, Facebook se retranche derrière une explication kafkaïenne  :
    Vous avez publié à plusieurs reprises des contenus non autorisés [1] sur Facebook. Veuillez vous reporter aux Standards de la communauté Facebook pour savoir quels sont les types de publications autorisés sur Facebook.

     [1] c'est vrai que, la dernière fois, j'avais posté une photo humoristique d'une femme dépoitraillée, mais qui avait - code de la route oblige! - mis sa ceinture de sécurité! Facebook applique apparemment les normes puritaines américaines (on se souviendra du scandale du nipplegate qu'avait provoqué l'apparition inopinée du sein de Janet Jackson en 2004 lors de la coupe de SuperBowl! Toute l'Amérique pudibonde avait été traumatisée!!! :-P )


    Pas moyen donc  de savoir ce qui a dérangé le censeur atrabilaire de Facebook
    • Serait-ce les mots «racaille musulmane»?  Pourtant, aucune autre religion ne promeut le brigandage et les exactions envers ce que l'islam appelle «infidèles» et qu'il s'agit de déloger pour établir de nouvelles zones de non-droit? ?! Est-ce politiquement incorrect de le rappeler? Ou alors, serait-ce de rappeler que ce sont les «petits chéris» de Christine Taubira, elle qui n'arrête pas de détricoter l'arsenal répressif du code judiciaire, pour que ceux-ci puissent poursuivres leurs crimes, leurs exactions, et leurs délis de toutes sortes sans être inquiétés?
    • Serait-ce le fait que je qualifie Manuel Valls de «Matamore»?Pourtant, n'est-ce pas la posture qu'il prend depuis deux ans, laissant les administrés à l'abandon, et choyant ses amis, tout en persécutant tous ceux qui osent lui tenir tête au moyen de pratiques minables?
    • ... ou alors, serait-ce le fait que je suggère à ladite racaille d'aller exercer ses talents de nuisance dans les beaux quartiers des soixante-huitards socialistes, qui  sont les seuls à être protégé par "sa" police, pourtant payée par l'ensemble des contribuables pour assurer la sécurité partout    Ces beaux messieurs socialistes s'inquiéteraient-ils que de leur propre confort et de leur propre sécurité, à eux et à leur entourage, eux qui laissent le reste de la population française aux  vols, viols, cabriolages, raquets, etc. qui sont le lot commun des zones de non droit dont parle, avec beaucoup de justesse, le livre France Orange mécanique [dont vous pouvez télécharger le PDF sur le lien qui précède]  de Laurent Obertone  ? 

    Je vous laisse deviner....


    07 AOÛT 2013


    La nocence de nos pseudo intellectuels et de nos pseudo élites parasitaires qui préparent le Grand Remplacement!

    Un texte assez ancien [1], mais absolument *majeur* de Renaud Camus sur ce qu'il appelle la «nocence» (du latin 'nocere' : nuire). Dans la locution latine bien connue, «primum non nocere» que l'on trouve dans le traité des Épidémies (I, 5) d'Hippocrate (-460 à -370 av. J.-C), qui définit ainsi le but de la médecine : « Avoir, dans les maladies, deux choses en vue : être utile ou du moins ne pas nuire»


    Renaud Camus : La Nocence, instrument du Grand Remplacement 



    Cinq siècles avant notre ère, les latins étaient donc déjà très conscient du «principe de malfaisance» qui dérive de cette sentence, et qu'il est parfois préférable de s'abstenir que de risquer de faire plus de mal que de bien. Renaud Camus constate que ce principe va beaucoup plus loin, qu'il est un «principe de nuisance généralisée» (qu'il appelle la nocence) - contrairement à ce mensonge insupportable que les humanistes de prisunic - que J.J. Rousseau appelait déjà avec mépris la «tourbe philosophesque» voudraient nous faire croire [2]- préexiste à tout et qu'on la retrouve partout.

    [2] c'est moi qui précise.

    Selon ses propres mots, «la nocence, c’est-à-dire la nuisance, le fait de nuire, d’attenter à la vie ou de la gâcher, de la salir, de la rendre insupportable, que la nocence, donc, est première, qu’elle est toujours déjà là, qu’elle est ce contre quoi il convient de lutter, en nous et en dehors de nous».

    Le théologien, lui, parlerait plutôt du «principe du Mal», un principe qui es aussi ancien que le monde lui-même,  un principe qui en est, en quelque sorte, le «péché originel». J'irai même plus loin: dès que la première lueur, la plus petite lueur d'intelligence a traversé le cerveau de ce macaque pensant que nous appelons pompeusement «homme», celui-ci l'a utilisée pour mal faire...

    Au nom de l'humanisme de prisunic et de la démocrassie des droits (sans obligation de devoirsde l'homme, ces véritables termites de la civilisation que sont nos z'élites autoproclamées et leurs valets intellectuels, ces balais-dans-l'cul politiquement corrects, ces tartufes antiracistes (à-sens-unique) et autres multicuculs - pour qui, plus on est méchant, sale, bête, laid et vicieux, plus on a «de droits» - organisent depuis près d'un demi-siècle le plus discret et le plus perfide des génocides, celui du remplacement de la race blanche et de sa brillante civilisation!

    Un Grand Remplacement commis avec la complicité active de ces soi-disant "intellectuels" (mais vrais nains-tellectuels) et cessoi-disant "élites"  parasitaires qui, qu'elles soient juives, chrétiennes ou athées d'ailleurs, n'ont pour seul élitisme que l'élitisme de la corruption et de la tromperie! Des parasites et des criminels qui ne savent que dénigrer, brimer, et opprimer les peuples européens légitimes  et salir leur culture, leur histoire  et leur civilisation, pour pouvoir mieux les remplacer - sans leur demander aucunement leur avis - par d'autres peuples qui n'ont aucune légitimité à être là, et dont on ne peut que constater à quel point ils n'ont jamais rompu le moins du monde avec la barbarie et l'ensauvagement de leurs coutumes ancestrales, ni avec leur volonté de nous envahir! Des peuples barbares et arriérés qui sont tout entiers animés par cette volonté de nuisance (nocence), qui, avec cette abjection totalitaire construite sur les pires aspects du judaïsme nazaréen (sans en retenir les meilleurs, qui modèrent ces aspects) qu'est l'islam, est leur principal instrument de conquête et de destruction massive...

    Décès prochain de Marie Neige Sardin, la dernière libraire du Bourget, d'une grève de la faim, dans l'indifférence générale..

    Aujourd'hui, vendredi 28 juin 2013, *douzième* jour de grève de la faim de Marie Neige,  la dernière libraire du Bourget, qui se meurt lentement, dans l'indifférence générale...  J'anticipe peut-être, mais si tout continue comme aujourd'hui, il faut s'attendre au décès prochain de Marie Neige Sardinla dernière libraire du Bourget (dans le 9-3)


    Marie Neige Sardin est une Française qui vit au quotidien, depuis une bonne dizaine d'années, tout ce que peut représenter l'enfer du 9-3: outre plusieurs cambriolages et tentatives de cambriolages, le bris de vitrine (qui fait toute la longueur du magasin), Marie Neige Sardin a été violée en réunion, victime de diverses tentatives d'étranglement et d'étouffement, voire d'égorgement... sans compter  les innombrables «incivilités» (euphémisme dans la novlangue, pour désigner pudiquement les nombreuses injures, insultes racistes, et autres agressions verbales dont sont victimes les Français qui osent encore s'afficher comme tels) ...
    Mais Marie Neige Sardin, comme dans Astérix le Gaulois, résiste, encore et toujours à ses agresseurs, en prétendant continuer à exercer son métier, qui est d'informer et de dispenser la culturedans cet endroit acculturé ou déculturé qu'est devenu Le Bourget!  Ce qui est considéré, bien entendu, comme un affront par ses agresseurs, qui n'admettent pas qu'une femme,  une non-musulmane, blanche de surcroît, ne leur résiste!!! Et qui, en conséquence, s'acharnent sur elle de plus belle!!! Résultat,  la vie de Marie Neige Sardin n'est plus, depuis une bonne dizaine d'années, qu'une crainte incessante de que lui réserve chaque journée passée à [sur]vivre...  


    Aussi, après la 34-ième agression, malgré ses appels incessants auprès des autorités sourdes, pour assurer sa protection, Marie Neige a décidé de dire STOP!!!  Le 17 juin 2013, jour de l'ouverture du cinquantième salon de l'aéronautique et de l'espace du Bourget, Marie-Neige a entamé une grève de la faim!! Depuis, jour après jour, Marie Neige se meurt lentement, dans l'indifférence générale... 


    Marie Neige Sardin se meurt, pour commencer, à cause de l'indifférence de Vincent CAPO-CANELLAS, le maire de la ville, qui n'a jamais rien fait de concret pour lui permettre d'exercer son métier (continuer à promouvoir la culture dans un environnement de plus en plus acculturé) sans être en permanence victime d'agressions de toutes sortes! Ainsi que de toutes les [non-]autorités et leurs soi-disant «élites», qui ont depuis longtemps, démissionné en France de toutes leurs responsabilités (mais pas de leur fonctions, ni de leur(s) salaire(s) exorbitant(s)!).


    Plus concrètement, Marie Neige Sardin se meurt aussi à cause de l'indifférence du commissaire et de ses flics peureux (quand ils ne sont pas complices), qui se gardent bien de faire ce qui devrait être leur boulot: assurer  la sécurité  et de la tranquillité dans la commune, de sorte que les habitants normaux, les bons citoyens qui travaillent, qui paient leurs impôts,  puissent vivre paisiblement et jouir tranquillement du produit de leur labeur, et élever leurs enfants dans ce qui faisait, autrefois, le charme et l'attrait de la France d'hier: sa culture et son art de vivre.  


    Et pas pour que ces honnêtes citoyens, ces habitants normaux,  comme Marie-Neige, aient à faire face, seuls et démunis, aux agressions multiples et incessantes des habitants «anormaux», venus envahir leurs quartiers dans le seul but de se faire entretenir par leurs impôts, tout en leur empoisonnant la vie, par leurs agressions multiples et incessantes. Pas pour que les honnêtes citoyens comme Marie-Neige aient à faire face, seuls et démunis, à des individus animés par une haine épouvantable de la France et un non-moinsépouvantable racisme anti-blancanti-français et anti non-musulmans! Des individus qui n'auront de cesse de menacer, de voler, de violer, de détruire, de brûler, de caillasser.... jusqu'à ce que les citoyens normaux, du moins ceux qui le peuvent, se résignent à être chassés de leur cadre de vie! De celui qui, bien souvent, les a vu naître, celui de leurs parents, celui de leurs ancêtres! Celui de toutes ces villes et villages charmants qui avaient fait la fierté du peuple de France, et qui sont devenues des zones de non-droit où règne la loi des gangs et la barbarie. 

    Mais Marie Neige, la dernière libraire du Bourget, fort affaiblie, résiste et reste obstinée et résolue à faire valoir ses droits élémentaires, coûte que coûte, et en appelle au respect de ceux-ci, dans ce pays qui se prétend la «Patrie des droits de l'homme». Mais son incessant combat, qui devrait être relayé par une presse indignée unanime, n'intéresse nullement  les médias honteux!!! Pour nombre des grattes-papier de ces journaux de gauche subventionnés, il y a longtemps que cette France là, cette France des valeurs, cette France nationale, cette France chrétienne, ils la détestent  - car, comme Taubira et Valls, ils n'aiment que la France qui s'exprime au travers de la racaille et de la barbarie, au nom des soi-disant peuples «z'opprimés» autoproclamés! Et il y a longtemps que cette France des droits de l'Homme et du Citoyen a disparu de leur horizon mental de journaleux borgnes et idéologisés.

    En tant que Belge, je suis littéralement atterrée (pour ne pas dire révulsée), chers amis Français, par le triste spectacle de cette «France» là!!!

                                                                                                                                                                                                                                                                        
    Amis français, vous les *vrais* Français: ne permettez pas que Marie Neige Sardin continue à se mourir, au travers de cette longue et terrible agonie que représente la mort par la faim!Manifestez votre indignation face à cette terrible souffrance dont se moquent éperdument les salopards qui vous gouvernent et les salopards qui vous [dés]informent!!! 

    Aussi, ne les laissez pas tranquille et ne leur laissez pas une minute de repos! ... Emmerdez-les par vos lettres, vos questions, vos rappels à l'ordre ... AGISSEZ !!! Agissez auprès des "autorités" absentes, n'hésitez pas à leur rappeler leurs devoirs, dont le premier est celui de PROTÉGER la population! Et - en particulier, rappelez-leur leur devoir d'assistance à personne en danger, conformément à l'Art. 223-6 du code pénal (1). Agissez auprès des médias, n'hésitez pas aussi à leur rappeler leurs devoir d'INFORMER!!!


    POUR TOUT LE MONDE :



    1) si ce n'est déjà fait, commencez par signez la pétition ci-après 


    NB: parfois (c'est mon cas), le mail de confirmation n'arrive pas (si en dehors de la France?). Dans ce cas, après un certain temps, vérifiez (en clickant sur [Voir les signataires]). C'est ainsi que j'ai  pu constater que mon soutien avait néanmoins été enregistré.  


    1bis) si vous êtes sur Facebook, affichez votre adhésion à la page de soutien à Marie Neige, en clickant sur [J'aime], pour sortir son combat de l'anonymat! 



    2) n'hésitez pas à contactez vos journaux, agissez auprès de vos connaissances et de vos relais dans la presse ou dans les cercles de pouvoir, si vous en avez... Faites leur part de votre inquiétude sur le sort de Marie Neige Sardin, dernière libraire du Bourget, et de votre indignation face à l'inaction des autorités. Indignez vous aussi du silence des médias, qui n'informent pas le public de cette tragédie, comme ils devraient le faire! 



    EN PARTICULIER, SI VOUS HABITEZ EN FRANCE : 



    a) Appelez le n° du répondeur pour les urgences du secrétariat du préfet du 93: 0800 006928


    b) contactez le cabinet du Maire (Vincent CAPO-CANELLAS), par mail ou par téléphone!
    cabinet@ville-lebourget.fr 
    Direction Générale des Services 
    Tél : 01 48 38 82 46 / 01 48 38 82 13


    c) contactez l'Hôtel de Ville, par lettre où par téléphone! 
    65 avenue de la Division Leclerc - 93350 Le Bourget 
    Tel : 01 48 38 82 82 Fax : 01 48 38 82 47


                                                                                                                                       
    (1) Article 223-6 du Code Pénal [Modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 - art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002]


    Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende.


    Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

    11 AVRIL 2013


    [Censure de Facebook]: Affaire Gilles Bernheim


    Ci après un de mes billets du 10 avril dernier, qui a été supprimé par Facebook [*]. Comme vous pourrez le constater, ce billet est modéré dans ses critiques et il ne comporte aucune malveillance ni aucune diffamation du Grand Rabin de France. Il en va de même pour les commentaires des participants! Ce billet (ainsi que les commentaires)  a été la victime du comportement communautaire liberticide de certains juifs, qui n'ont aucun respect pour la liberté d'expression d'autrui, et qui ont fait un usage massif et abusif de la fonction «signaler»



    Résultat, il a été froidement supprimé par un modérateur, qui ne s'est visiblement pas posé de question à propos de la légitimité du contenu. 

    [*]
     il s'agit de la copie en cache, que j'ai récupérée au moment où j'ai constaté que je ne pouvais pas envoyer le dernier message.



    Elisa Naibed · 293 abonnés mercredi 10 avril 2013, 10:44 ·
    Bon... voilà mon avis de goye: faut pas non plus donner à cette affaire plus d'importance qu'elle n'en a, et comparer avec l'affaire Cahuzak et la bande de malfrats qui gouvernent la France! Ce n'est ici qu'une *petite* affaire, même si elle tombe rudement mal, et que c'est malgré tout une grosse déception: on attendait, indiscutablement, plus de rigueur morale d'un membre aussi éminent de la communauté juive. Faux titre d'agrégé de philosophie, publication via un nègre, plagiat de textes (1), ... Le moins aurait été qu'il se retire spontanément, après une faute comme celle-ci, et non qu'il persiste à s'accrocher à son poste. Et je comprends qu'un certain nombre de mes amis Juifs demandent maintenant sa destitution. Difficile, effectivement, d'encore se présenter comme le «*Grand* rabbin de France» sans faire rire tout le monde! Et sans jeter le discrédit sur une communauté qui n'a pas besoin de ça, déjà qu'elle est souvent attaquée de toute part...
    (1) dont des textes catholiques (rires)....
    Video: Gilles Bernheim, une imposture morale
    [NB: le lien pointe vers un message d'erreur. En effet, cette vidéo, qui présentait simplement l'intervention de GB lors d'une séance de dédicace de "son" livre «Quarante méditations juives» a été purement et simplement supprimée par Facebook. Ci après, la copie du commentaire de cette vidéo]
    Il est tres impressionnant de le voir parler avec conviction dans cette video de son "besoin d'ecriture" (le 23 mars 2012) soit un an avant la revelation de son plagiat et de son negre - lisez son "mea culpa" sous forme de communique ecrit ci-dessous.

    "Déclaration de Gilles Bernheim Jérusalem, le 2 avril 2013, 22h00. 
    Pour le livre "Quarante méditations juives", je me suis appuyé, par manque de temps, sur un étudiant dont je tairai le nom et à qui j’ai confié des travaux de recherche et de rédaction. C’est la seule et unique fois que je me suis livré à un tel arrangement, dans un contexte, en 2011, où ma charge de travail et mes obligations ne me permettaient pas de porter toute l’attention nécessaire à la rédaction d’un livre. Ce fut une terrible erreur.
    Ma confiance a été trahie. Les plagiats démasqués sur Internet sont avérés. Il y aurait, dans ce livre, d’autres plagiats qui n’ont pas été identifiés à ce stade. J’ai été trompé. Pour autant, je suis responsable. 
     Je demande pardon aux auteurs dont des textes ont été copiés, aux personnes qui ont lu ces "méditations", ainsi qu’à mon éditeur qui n’était pas informé de l’existence d’un tiers. Le 19 mars 2013, ma réaction devant la première évidence de plagiat a été émotionnelle, précipitée et maladroite. Je l’analyse rétrospectivement comme du déni. Aujourd’hui, je la regrette. Dès mon retour à Paris, j’écrirai, demain, à Dolores Lyotard et à Elisabeth Weber pour leur présenter mes excuses et leur dire le respect et l’admiration que je porte à Jean-François Lyotard. Je demande à mon éditeur de retirer "Quarante méditations juives" des librairies et de ma bibliographie." 
    Durée : 2:16





    Elisa Naibed Quarante méditations juives, plagiées ailleurs, et notamment ...dans des textes catholiques! (j'en connais qui vont être contents!  :D  :D :D )
    mercredi 10 avril 2013, 10:51 · J’aime · 1 


    Elisa Naibed  Aveux publics du rabbin Gilles Bernheim
    Le grand rabbin de France Gilles Bernheim s'est exprimé sur Radio Shalom avec la complicité de Pierre Gandus le 9 avril 2013. "Oui, j'ai menti. Oui, j'ai triché. Non, je ne démissione pas." Gilles Bernheim. Il exclut la démission et évoque sa destitution par le Consistoire.
    Durée : 9:00
    mercredi 10 avril 2013, 11:04 · J’aime · Supprimer l’aperçu 


    Rose Fhal c un con j'espere qu'il va se barrer
    mercredi 10 avril 2013, 11:26 · Modifié · J’aime 


    Elisa Naibed  Reconnaissons lui une chose, ses aveux ont une autre allure que les aveux stéréotypés des DSK, Cahuzak et consorts, qu'on dirait plagiés, justement de ceux de Bill Clinton. Reste que dire que démissionner sur une initiative personnelle relèverait d'une désertion, c'est un peu gros. En appeler à une décision collégiale, c'est mettre le Consistoire devant une tâche délicate: s'il le destitue (à supposer que les règles le permettent), c'est sanctionner et désavouer gravement un de leurs membres. S'il ne le fait pas, cette affaire restera comme une tâche indélébile, qui entamera gravement et pour longtemps la crédibilité de la fonction. Gilles Bernheim devrait se retirer, sans attendre que la situation ne dégénère. Dans son intérêt et dans l'intérêt de tous.
    mercredi 10 avril 2013, 11:28 · J’aime · 2 


    Thierry Pirmez  j'espère qu'il est Juif, au moins !!! mdr !
    mercredi 10 avril 2013, 11:42 · Je n’aime plus · 3 


    Albert Kessous Elisa d'accord mais goye non! goy, goya , soyons sérieux je veux bien etre solidaire avec lui, mais l'est il avec les autres juifs qui se voit trainé dans son sillage, nos lois religieuses ont prévu quoi faire , (nature humaine) à lui de le faire. un juif a péché, pas tous.mais il y a d'autres sujets plus important comme celui ci qui me met hors de moi: 
    Selon l’ONU: « des centaines de milliers d’esclaves au Liban, en Jordanie, au Qatar et en Arabie Saoudite - jssnews.com

    L’Organisation internationale du Travail (un organisme lié à l’ONU) vient de publier un rapport sur la situation des travailleurs étrangers au Moyen-Orient. Le document montre qu’au moins 600.000 personnes vivent aujourd’hui dans cette région, avec pour seule condition cette d’esclave.
    mercredi 10 avril 2013, 12:41 via mobile · Modifié · J’aime · Supprimer l’aperçu 


    Elisa Naibed  D'accord, la goya vous remercie pour cette précision!  Je suis d'accord avec vous: tous n'ont pas à payer pour la faute d'un seul. C'est la raison pour laquelle je souhaite qu'il démissionne au plus vite: on ne peut à la fois assurer la fonction de Grand Rabbin de France (ce qui suppose d'être le représentant, sinon le garant, de la loi et de l’éthique juive) d'une part, et être pris en flagrant délit de plagiat(s) et d’usurpation de titre d'autre part. Sinon, c'est toute la communauté qui sera discréditée. 

    J'ai encore le souvenir des manifestations de support - pour des raisons claniques - d'une partie de la communauté juive (dont celle de Finkielkraut) à Roman Polanski, délinquant sexuel auteur d'un viol sur mineure (droguée par lui) de 13 ans, en fuite depuis 33 ans, et qui n'a cessé depuis de se soustraire depuis aux demandes répétées de la Justice américaine de comparaître. Ou celle à un autre délinquant sexuel notoire, DSK, dont les innombrables frasques étaient bien connues dans son cercle d'amis et d'obligés. 

    Certes, loin de moi l'idée de comparer Gilles Bernheim aux deux saligauds en question. Je ferai mienne - car elle me convient tout-à-fait - la conclusion d'une intervention de Luc Rosenzweig: «Cela me navre d’autant plus que ceux qui connaissent mes interventions publiques actuelles peuvent constater que sur nombre de sujets (mariage gay, Israël) je suis en parfait accord avec les prises de position du Grand Rabbin…»
    mercredi 10 avril 2013, 13:52 · Modifié · J’aime · 1


    Elisa Naibed @Albert Kessous:  la question de la perpétuation de l'esclavage en islam est - en effet - effarante (je viens de relayer votre article sur 'Interdire le Coran'). Mais elle ne doit pas nous empêcher de nous pencher sur d'autres sujets, même s'ils sont dérangeants, y compris pour nos amis Juifs, et qui sont aussi nos alliés dans la lutte contre l'islamisation. Celle-ci - si Guy Bernehiem n'y met pas rapidement un terme, pourrait déboucher sur une de ces luttes fratricides (des comités de soutien à GB se mettent en place) - qui fragilisent cette communauté.
    mercredi 10 avril 2013, 13:57 · J’aime 


    Elisa Naibed Hélas, le plagiat ne se limite pas aux Quarante méditations juives...
    Le sujet est traité en profondeur sur le site «Archéologie du "copier-coller"» de Jean-Noël Darde :

    NON, JEAN-FRANÇOIS LYOTARD N’ÉTAIT PAS UN PLAGIAIRE !
    Gilles BERNHEIM, la bible, le tragique, et le plagiat de Jean-Marie DOMENACH
    [3] DOLORES LYOTARD : HUIT CENTS MOTS, MOT À MOT
    [4] Le témoignage d’Élisabeth WEBER, éditrice et co-auteur du livre d’entretiens « Questions au judaïsme »
    GILLES BERNHEIM, L’AVEU
    Gilles BERNHEIM, un second mensonge, un souci et sa source
    L’ESSAI DE GILLES BERNHEIM : CE QUI A PLU AU PAPE BENOIT XVI
    [8] Le souci des autres : quand Gilles Berheim faisait chanter un haute-contre
    [9] Du nouveau sur le site Theoria : Jankélévitch ? c’est du Bernheim…
    Ma conclusion: il est urgent d'arrêter le massacre!
    mercredi 10 avril 2013, 14:09 · J’aime · Supprimer l’aperçu


    Albert Kessous  tout à fait d'accord avec ton opinion qui,je le sais pour te suivre sur d'autres sujets, est sans ambiguités.mais avant de continuer, une précision le GRF est un poste politique institue par Napoléon 1er ou le gouvernement à son mot à dire puisqu'il peut refuser une proposition du consistoire (composé des rabbins consistoriaux , des comités consistoriaux et des tribunaux rabbiniques consistoriaux (qui gérent mariages, divorces, le kacher...).ils existent d'autres rabbins, orthodoxes, liberaux, independents .. qui ne participent pas à l'élection et qui ne sont pas éligible. DONC le GRF ne représente pas Tous les juifs français mais la majorité.
    De gaulle a refusé le GR de Lyon Jean KLING pour remplacer le GRF Kaplan suite à son opposition du "sure et dominateur".
    L'autorité religieuse au niveau français est le Rav Kahen, qui a succédé au Rav rebbibo décèdé, qui était une autorité mondiale au niveau du judaïsme.Pour moi, il devrait démissionner mais s'il reste je m'en fout sauf pour l'image.....( j'ai remarqué sur FB que de nombreux juifs n'étaient pas au courant du fonctionnement de nos institutions!)
    personnellement ,je n'ai jamais défendu une personne non défendable (DSK et autres y compris juge rabbinique que j'ai mené devant Tribunal Rabbinique et j'ai gagné! ) donc nos institutions fonctionnent laissons les fonctionner!
    mercredi 10 avril 2013, 15:09 via mobile · Modifié · J’aime


    Albert Kessous  derniere minute: de Abouaf Bernard - Conseil extraordinaire du Consistoire demain. Des cadres veulent licencier Bernheim pour faute grave, les statuts le permettent.
    Son porte-parole, Moshe Lewin vient d'annoncer sa démission.

    les institutions fonctionneront elles?
    mercredi 10 avril 2013, 15:30 via mobile · Je n’aime plus · 1


    Elisa Naibed  Merci pour ces précisions. Pour être claire, abstraction faite des fautes commises, j'ai souvent apprécié les prises de position de Gilles Bernheim (1). Fautes qui ne sont *en rien* comparables à la gravité de celles des deux délinquants sexuels que j'évoque, ou encore, aux magouilles des oligarches socialistes cyniques, dont Cahuzak et Augier sont deux exemples...

    Mais je sais que quand le responsable d'une institution est mis en cause et que sa responsabilité est vraisemblable (voire, comme ici, avérée), il faut agir vite, sous peine que l'institution ne soit entraînée avec l'individu. Vous me dites, Albert Kessous, que ces institutions fonctionnent assez *bien*. Je veux bien le croire... Mais je doute qu'elles ne fonctionnent assez *vite* en l’occurrence. 

    C'est pourquoi, je pense que le mieux est que Gilles Bernheim démissionne maintenant. Certes, il y aura des inconvénients (comme la vacance du pouvoir un certain temps), mais ceux-ci ne sont rien comparés à ceux qui s'annoncent s'il ne se retire pas. Aussi, je pense que le plus tôt sera le mieux!

    ----------------------------------------
    (1) Contrairement à DSK, que j'ai rencontré une fois il y a bien longtemps, et qui m'inspirait déjà un dégoût instinctif, sans compter ses «connaissances en économie» (a), dont j'ai pu avoir un aperçu lors de la conférence! Et contrairement à Roman Polanski, dont je ne conteste pas le talent certain du point de vue cinématographique, mais qui m'a toujours paru dénué de toute morale. 

    (a) connaissances en économie qui seraient soi-disant «énormes», à entendre ses amis socialistes au motif qu'il a été président du FMI (oubliant que c'est surtout une fonction politique, chasse gardée des français qui plus est. Et que celle qui lui succède, Christine Lagarde, est d'abord une juriste, dont les connaissances en économie sont tout aussi banales que celles de DSK!
    mercredi 10 avril 2013, 16:02 · J’aime · 1


    Elisa Naibed  Apparemment, le rabbin Moché Lewin, bras droit de Gilles Bernheim est du même avis: 

    Démission du rabbin Moché Lewin, porte-parole du Grand rabbin de France Gilles Bernheim | Alyaexpres
    alyaexpress-news.com
    L'intervention du Grand Rabbin de France fut un ultime espoir de calmer les tensions au seins de la communauté juive, qui se trouve en ce moment au sein
    mercredi 10 avril 2013, 16:05 · J’aime · 1 · Supprimer l’aperçu


    Elisa Naibed  Pour les joueurs d'échecs, GB se trouve en position de Zeitnot (de l'allemand Zeit = temps et Not = pénurie, détresse, urgence) .
    mercredi 10 avril 2013, 16:13 · J’aime · 1


    Elisa Naibed  Je trouve cela vraiment dramatique! Autant j'ai apprécié ses aveux, qui me paraissent assez sincères, autant GB aurait dû annoncer immédiatement sa démission dans la foulée, pour en tirer un avantage: celui d'épargner à la communauté juive un débat inutilement déchirant. Et de s’épargner à lui-même le prolongement de son humiliation.
    mercredi 10 avril 2013, 16:27 · J’aime · 1


    James Ntaf  Votre position , Elisa , est la plus réaliste que j'ai lue sur le sujet (et paradoxalement la plus nuancée!)
    mercredi 10 avril 2013, 19:00 · Je n’aime plus · 1


    Elisa Naibed Merci, James Ntaf! 
    Mais il est vrai aussi qu'il est plus aisé de prendre de la hauteur par rapport à un drame quand on n'est pas soi-même directement impliqué dans celui-ci. 
    mercredi 10 avril 2013, 23:09 · J’aime


    Elisa Naibed  Bon, comme je le pensais, il a finalement démissionné. Qu'a-t-il gagné à traîner?
    Réponse: ...rien! Tout le monde aura bien perçu qu'il a été poussé vers la sortie!
    jeudi 11 avril 2013, 14:24 · J’aime


    Francine Bettancourt  Le Consistoire n'a surtout jamais supporté cet homme intelligent, brillant et ouvert. Le Consistoire se gave sur la cacherout et refuse d'assouplir les lois du guelt. Un gang de machistes, fossilisés dans une ultra-orthodoxie. L'enseignement de Hillel, sa bonté , ont été ici oubliés. C'est lamentable.
    jeudi 11 avril 2013, 14:25 · J’aime


    Elisa Naibed Faute de connaissances suffisantes en la matière, je ne me prononcerai pas sur le consistoire. Mais je suis d'accord avec vous, Francine Bettancourt?, sur le point suivant: Gilles Bernheim est certainement quelqu'un d'intelligent, de brillant et peut-être même d'assez ouvert  (quoique... uniquement sur certaines choses: pas la liberté de voter pour le FN, par exemple!!!).  C'est même ce qui rend si difficile à accepter sa forfaiture. 

    Je pense que, s'il en avait eu le temps, il aurait peut-être pu écrire lui-même le (ou les?) livre(s) qu'il a fait écrire par d'autres. Et - peut-être aussi - éviter les nombreux plagiats, qui ne concernent pas que le livre «Quarante méditations "juives"», hélas! Je sais... on aimerait parfois mener plusieurs vies en parallèles: celle d'un homme de pouvoir - voire d'actions. Et, en même temps, celle d'un homme d'étude et de recueillement! Mais il faut choisir: on ne peut mener l'une ...et acheter l'autre! 

    Et la bonté (ou la «bonnerie») n'a rien à voir là-dedans!
    Impossible de publier ce commentaire. Veuillez réessayer




    Acte I Police

    Ma Vérité Politique ♦️MVP ✔ Voici l'appel à manifester des policiers pour le #20décembre ! #LREM vers l'implosion ? #Gilets...