mardi 13 novembre 2018

Macron : Tuer l'opposition démocratique


Vous vous rappelez l'affaire du fichage des opposants pendant le #BenallaGate ?
Les Gilets Jaunes sont nés sur Facebook. Macron flippe !!
Le rêve pour un dictateur, c'est de tuer l'opposition démocratique :
Et hop, bigbrother !



La France et Facebook vont collaborer pour lutter contre la haine sur le réseau social
Emmanuel Macron a annoncé lundi, lors d’un discours au Forum sur la gouvernance de l’Internet, la création d’un groupe de travail composé d’employés de Facebook et de membres issus d’autorités françaises. Une première.

Par Martin Untersinger et Alexandre Piquard Publié hier à 16h24, mis à jour à 06h30

Temps de Lecture 5 min.

 Mark Zuckerberg et Emmanuel Macron à l’Elysée, le 23 mai.
Mark Zuckerberg et Emmanuel Macron à l’Elysée, le 23 mai. POOL NEW / EPA-EFE
La France veut franchir un nouveau palier dans sa lutte contre les discours haineux sur les réseaux sociaux. Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé, lundi 12 novembre, dans un discours au Forum sur la gouvernance de l’Internet, la mise en place d’un groupe de travail commun avec Facebook. Le groupe de Mark Zuckerberg a donné son accord à une expérience de six mois, début 2019, dans laquelle des représentants des autorités françaises devraient pouvoir accéder aux outils, aux méthodes et au personnel du réseau social chargés de faire la chasse aux contenus racistes, antisémites, homophobes ou sexistes. « C’est une première. Et une démarche expérimentale très innovante, qui illustre la méthode coopérative que je prône », a expliqué M. Macron.

Ce groupe, d’une petite dizaine de personnes, sera composé pour moitié de salariés de Facebook. Et pour l’autre moitié de membres – ingénieurs, juristes… – sélectionnés par le secrétariat d’Etat au numérique, et issus d’autorités et ministères français : l’Arcep, chargé des télécoms et de la régulation technique de l’Internet ; le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), responsable notamment des contenus des télévisions et des radios ; la Dinsic, direction interministérielle des systèmes d’information et de communication…

Lire aussi  Macron invite géants du Web et gouvernements à « réguler ensemble » Internet
Un fonctionnement qui reste flou
Pour l’Elysée, l’expérience sera un moyen d’« attester ou non si l’entreprise est de bonne foi et fait les efforts nécessaires » pour lutter contre les contenus haineux. Cette « expérience pilote » doit permettre d’initier un dialogue permanent et approfondi entre le géant de l’Internet et les autorités, dont les discussions sont jusqu’ici complexes et intermittentes. L’entourage d’Emmanuel Macron cite comme inspiration la régulation des secteurs bancaire ou nucléaire, où des agents publics vérifient les process des entreprises concernées.

Des questions de respect du secret des affaires ou de la vie privée pourraient se poser

Toutefois, l’instauration de ce groupe pose de nombreuses questions. Egalement en discussion avec l’Elysée, Google a d’ailleurs jugé prématuré de s’engager dès maintenant dans la même démarche. Le fonctionnement du groupe créé avec Facebook reste flou à ce stade : son programme de travail sera précisé lors de ses premières réunions. Il ne disposera pas de pouvoirs de réquisition et le périmètre exact des informations internes auquel il aura accès dépendra de la bonne volonté du réseau social. Des questions de respect du secret des affaires ou de la vie privée pourraient se poser. D’une manière générale, il est encore difficile de prédire si le projet donnera des résultats intéressants.

Chez Facebook, on assure que les membres pourront, si besoin, se rendre en Irlande, à Dublin, au siège européen de l’entreprise, ou aux Etats-Unis, dans la Silicon Valley, au quartier général de Menlo Park. Par ailleurs, on peut se demander si la démarche pourrait inspirer d’autres Etats à demander le même accès aux infrastructures de l’entreprise californienne.

Bonne volonté
Selon l’Elysée comme Facebook, la genèse de ce groupe de travail remonte à la discussion du mois de mai tenue entre le PDG Mark Zuckerberg et Emmanuel Macron, lors du sommet Tech for Good, à Paris. Le chef de l’Etat a expliqué au patron du réseau social qu’il vaudrait mieux collaborer pour éviter le vote d’un texte comme la loi mise en place début 2018 par l’Allemagne : celle-ci expose les plates-formes à d’importantes amendes si elles ne suppriment pas très rapidement les contenus violents.

De son côté, le patron de Facebook trouve un intérêt dans la démarche du président français, explique Nick Clegg, son nouveau vice-président des affaires globales, dans un communiqué :

« Comme le dit Mark Zuckerberg, nous croyons qu’avec l’importance croissante prise par Internet dans la vie des gens il y aura besoin d’une régulation. La meilleure façon de s’assurer qu’une régulation soit intelligente et efficace pour les gens est d’amener les gouvernements, les régulateurs et les entreprises à travailler ensemble, en apprenant les uns des autres et en explorant de nouvelles idées. Nous sommes reconnaissants envers le gouvernement français pour son leadership dans cette approche de corégulation. »

Réguler les contenus partagés par plus de deux milliards d’utilisateurs

Facebook espère que ce groupe de travail lui permettra de faire saisir à la France l’ampleur de la tâche qui consiste à réguler les contenus partagés par plus de deux milliards d’utilisateurs du monde entier. Cet argument de la complexité est souvent évoqué par le réseau social, qui fait régulièrement face à des polémiques sur des contenus maintenus en ligne malgré leur caractère violent ou raciste. Autrefois plus désinvolte, la compagnie américaine veut convaincre les Etats de sa bonne volonté.

Mais c’est aussi pour éviter une réglementation lourde, à l’allemande, que Facebook entrouvre ses portes à la France. Les cadres de la société ne cachent pas leurs critiques de l’initiative de Berlin, qui pénaliserait la liberté d’expression en forçant les entreprises à dépublier de nombreux contenus pour éviter des amendes.

« La puissance publique n’est pas au niveau »
Du côté de l’Elysée, l’initiative avec Facebook est un moyen de se poser en défenseur d’une voie médiane plus souple, entre le laisser-faire et le vote d’une loi « rigide ». L’équipe de M. Macron ne souhaite pas « laisser aux plates-formes numériques le soin de définir les limites de la liberté d’expression », car cela « revient à leur confier un pouvoir quasi jurisprudentiel ». Mais la présidence de la République estime aussi que, « sur les sujets techniques, la puissance publique n’est pas au niveau de Google, Facebook ou Amazon ». Ce test serait un moyen de combler ce fossé.

Plus largement, Emmanuel Macron cherche à montrer qu’il n’est pas inactif face aux géants du numérique, dans la perspective des élections européennes de mai 2019 : le groupe de travail avec Facebook est vu comme un prolongement des sommets élyséens Tech for Good et Choose France, qui, selon nos informations, seront reconduits en 2019, en mai et en janvier. L’initiative est aussi présentée comme une extension du projet français de taxation des grandes plates-formes, de la loi française sur la manipulation de l’information, du règlement européen sur les données personnelles ou de la récente directive européenne sur les droits d’auteur.

L’Elysée comme Facebook espèrent que l’expérimentation contribuera à faire émerger un « nouveau schéma de régulation ». Les deux parties n’excluent pas qu’elle puisse être élargie à d’autres types de thèmes ou à d’autres pays.

Rapport Avia
Ce test s’inscrit aussi dans une offensive plus vaste, menée à Paris ou à Bruxelles, pour réguler les contenus en ligne en changeant les règles établies depuis 2000 par la directive sur le commerce électronique, qui distingue les statuts d’éditeur, responsable des contenus et celui d’hébergeur. « Il faudra faire évoluer le cadre légal », a expliqué Emmanuel Macron, prônant, comme le récent rapport de la députée La République en marche de Paris, Laetitia Avia, la création d’un « tiers statut » appelé « accélérateur de contenus » : celui-ci concernerait les réseaux sociaux et les moteurs de recherche comme Facebook, YouTube ou Google, qui ne produisent pas leurs contenus mais les « éditorialisent » en les classant, notamment via des algorithmes.

Cette nouvelle réglementation pourrait aussi, pour le gouvernement, être l’occasion de bousculer l’architecture des régulateurs français, dont aucun n’est aujourd’hui dédié aux contenus du Web. Le rapport Avia préconise ainsi de créer un régulateur dédié au racisme et à la haine sur Internet ou d’étendre les pouvoirs du CSA, de longue date demandeur d’avoir autorité sur les contenus en ligne.

Martin Untersinger et Alexandre Piquard

Acte I Police

Ma Vérité Politique ♦️MVP ✔ Voici l'appel à manifester des policiers pour le #20décembre ! #LREM vers l'implosion ? #Gilets...