dimanche 26 janvier 2020

La Bible est-elle aussi violente que le Coran ?

ISWT
« Eh bien, maintenant, tuez tous les garçons et tuez toutes les femmes qui ont connu un homme dans l’étreinte conjugale. Mais toutes les fillettes qui n’ont pas connu l’étreinte conjugale, gardez-les en vie pour vous. »

Mickaël
Le totalitarisme islamique/l’islam est si je puis dire, irréformable, « involutif » pour reprendre le terme de René Marchand, car verrouillé de l’intérieur par la théorie du « Coran incréé » - imposée par l’école hanbalite (une des quatre écoles sunnites). Selon cette théorie qui a valeur de dogme, le Coran est la Parole littérale, éternelle d’Allah, existante depuis toujours, mais révélée progressivement au Prophète Mohammed… donc intouchable, indiscutable, irréfutable.


Pour mieux saisir la différence, le Coran est la Parole littérale d’Allah tandis que la Bible est écrite par des hommes dans un temps historique précis, est une compilation de récits et de textes aux auteurs multiples et qui par ses qualités et ses imperfections laissent un espace à l’interprétation.

L’effort d’interprétation spécifique au judaïsme (Midrash, etc.) ou l’exégèse du christianisme ne sont aucunement comparables à celui de l’islam (Tasfîr). Le Coran n’a pas vocation à être interprété mais seulement à être appliqué. En effet, dans toutes les « variétés » de l’islam, l’exercice d’interprétation est assimilé à de l’innovation (bid’a). Cette dernière est proscrite et assimilée au blasphème.

Quant à l’exégèse scientifique du Coran, elle n’est pratiquée et publiée qu’en Occident pour une raison évidente : elle désacralise la prétendue œuvre divine, le Coran, «le Livre qui ne doit pas être mis en doute» (sourate 2, 2). La seconde raison, est celle de la sécurité des auteurs qui se livrent à l’exégèse scientifique du Coran, très loin d’être garantie en terre musulmane…

De toute façon, on ne trouve pas dans l’Ancien Testament, même si ce dernier peut contenir des passages violents, et encore moins dans le Nouveau Testament, des passages aussi explicites invitant à tuer et massacrer son prochain s’il s’obstine à refuser de se convertir. Seul le Coran exhorte le musulman à le faire.

Si l’Ancien Testament contient son lot d’atrocités, ces récits sont descriptifs, et non prescriptifs, ce qui change tout !!! Pour le dire différemment, si les Européens, de confession chrétienne, ont conquis les Amériques une épée dans la main droite et une Bible dans la main gauche, ceux-ci l’ont fait en parfaite contradiction avec le message de leur Texte le plus sacré (Nouveau Testament).

En revanche, les musulmans, en conquérant, par exemple l’Afrique du nord berbère de confession chrétienne, juive et païenne aux VIIe –VIIIe siècles en massacrant et convertissant les peuples soumis « à l’ombre des épées », l’ont fait en étant en totale conformité avec leur texte sacré : le Coran.

« L’islam est la seule religion au monde qui prétende imposer par la violence sa foi au monde entier…. Lorsque les chrétiens agissaient par la violence et convertissaient par force, ils allaient à l’inverse de toute la Bible, et particulièrement des Évangiles. Ils faisaient le contraire des commandements de Jésus, alors que lorsque les musulmans conquièrent par la guerre des peuples qu’ils contraignent à l’Islam sous peine de mort, ils obéissent à l’ordre de Mahomet. Le djihad est la première obligation du croyant. Et le monde entier doit entrer, par tous les moyens, dans la communauté islamique. »
Jacques Ellul, juriste, sociologue et historien, (1912-1994) dans « Réforme » en 1989.
À propos du mot « religion » pour désigner l’islam : 
Personnellement, je définis cette idéologie qu’est l’islam, comme un totalitarisme politico-juridique suprémaciste, à fondement religieux et non comme une religion. Le politique, le juridique et le religieux sont insécables en islam. Ce qui évidemment est très problématique de notre point de vue civilisationnel… Considérer l’islam comme une religion, c’est fausser et réduire ce qu’il est. C’est une vision ethnocentriste. Nous bricolons l’analyse d’une civilisation avec des signifiants empruntés à une autre. Comprendre qu’elle n’est pas une religion, dans le sens que nous accordons à ce mot en Occident, est très important.

source : Commentaires à https://ripostelaique.com/vive-le-coran-larme-absolue-contre-lislam.html

Réponse de iswt au paragraphe 2 :
L’interprétation comme : « Tuez les tous Dieu reconnaîtra les siens » ?

Julien Martel :
C’est une interprétation de qui pour quel passage ? Ce n’est pas une interprétation.

Si on appelle interprétation tout et n’importe quoi, on ne s’en sort plus.

Par exemple, pour l’islam, on ne va prendre comme interprétation potable du Coran que les hadiths et la sira et les commentateurs les plus solidement reconnus et qui font autorité comme al-tabari ou ibn kathir, pas le musulman lambda.

Pour l’église chrétienne, il faut prendre saint-Augustin et d’autres pères de l’église qui font autorité, des religieux, pas des soldats ou des rois lorrsqu’ils haranguent des foules.

Alors certes, ici, il s’agirait d’un abbé, mais 1) ce n’est pas une référence reconnue comme Augustin et 2) on n »est même pas sûr qu’il ait prononcé cette phrase 3) s’il l’a fait c’est en opposition avec les préceptes de Jésus Christ.

Cette expression «Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens !», est généralement attribuée à Arnaud Amalric, abbé de Cîteaux et légat du Pape Innocent III, et aurait été prononcée le 22 juillet 1209 lors de la prise de Béziers, dans l’Hérault.

Mais elle semble n’apparaître dans les ouvrages qu’à compter du XVIIe siècle, ce qui fait planer un certain doute sur sa réelle origine.

De plus, on sort du sujet qui est l’islam. Même si on trouvait quelque chose d’aussi bête et cruel que l’islam, cela enlèverait-il la bêtise et la cruauté de l’islam ?

– Georges, tu as tapé Jean, je te punis.
– Maîtresse, Jacques aussi a tapé Jean.
– Très bien, Georges, alors je ne te punis pas, puisque tout le monde tape ici.

Logique…

------------------------------------------------------------------------------
ISWT
« Le serviteur qui, ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups. »

Zohra Nedaa-Amal
@ISWT : Tout musulman cherche à justifier sa propre barbarie par une prétendue barbarie des autres !!! Jamais un musulman ne reconnaîtra sa propre barbarie : c’est l’esclavagiste Mahomet et sa divinité sanguinaire, qui apprennent aux musulmans que l’esclavage, y compris l’esclavage sexuel, sont des bonnes actions, qui sont rendues licites dans le Coran.
Tu cites un passage que tu a extrais de son contexte dans la Bible. Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt.
Le passage est tiré d’une parabole. Il n’a rien d’un commandement comme tu le laisses entendre.
Mais, la manipulation, le mensonge et la falsification font partie intégrante de l’islam et de ceux qui le soutiennent.

Source : Commentaires à https://ripostelaique.com/lesclavage-et-le-racisme-sont-dans-ladn-de-lislam.html


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire