jeudi 11 janvier 2018

Violences conjugales: "La fleur et le flingue...", par Amada

La violence conjugale, ou violence domestique est un véritable problème de santé publique : elle concerne 1 femme sur 5 et a de nombreuses conséquences sur l'état de santé des femmes qui en sont victimes et de leurs enfants. Cela représente 4 millions de femmes en Europe.

La violence conjugale à l'encontre des femmes représente plus de 95 % des cas.
Dr H. Raybaud.

Mars 1999 : Au moins 2.000.000 de femmes victimes de violences conjugales en France. 400 meurent sous les coups de leur conjoint chaque année, soit plus d'une femme par jour…

Mais partout dans le monde, des femmes sont exploitées, humiliées, maltraitées, violées, prostituées de force, torturées, assassinées ou souffrent en silence sous l’oppression des machos, de la politique, de la religion, de la haine et de la bêtise. Il faut penser à elles et être solidaires. Elles n’ont pas notre chance de vivre en France ou en Europe.


La fleur et le flingue
Défense active des droits des femmes et de la femme dans le monde

Ca pourrait être le nom d'un programme, d'une association de défense des droits des femmes partout dans le monde. "La fleur et le flingue". De l’amour dans une main et la mort dans l'autre. Autrefois, l’église c’était le sabre et le goupillon. Des risques? De toute façon, on peut glisser sur une peau de banane dans la rue et se tuer d'une fracture du crâne...

On nous dit que la loi nous protège… Et ces 400 femmes qui sont assassinées chaque année, qui les a protégées ? La police ou la gendarmerie qui se terrent comme des rats dans leurs commissariats et leurs gendarmeries aux fenêtres soigneusement occultées et protégées par des barreaux épais, débordés qu’ils sont à taper avec un seul doigt des rapports stupides en 50 exemplaires qui ne seront jamais lus par personne… ?

Non, personne ne nous protège. Personne, croyez-moi.

Restons féminines, belles, séduisantes, douces et tendres pour tous ceux que nous aimons et qui nous aiment et devenons des ennemies mortelles et sans pitié pour tous les dangereux machos de ce monde. Je vous garantis que ça se saurait très vite et on nous respecterait beaucoup plus. Pas ni pute ni soumise, parce que l'alternative entre pute et soumise n'est pas celle que nous voulons. Nous voulons êtres des femmes libres et respectées. Et la force est le seul argument qui semble convaincre une grande majorité des hommes. Puisque la loi ne nous protège que très mollement, alors imposons notre loi.

Nous pouvons acheter des armes légales, Taser, pistolets à balles caoutchouc « Gom Cogn », matraques, spray lacrymogène à poivre, spray incapacitant, rouleaux à pâtisserie, etc…

Mais le mieux est de prendre soin de son corps, de faire de l’exercice et de la musculation et de prendre des cours de self défense.

Quand votre bourreau est dans les parages, imbibé d’alcool, énervé, énervant et agressif, gardez votre arme sur vous ou près de vous, à portée de main.

Mais le mieux c’est de le larguer si vous ne voulez pas entrer dans les statistiques de mortalité conjugale… Partez, décampez, disparaissez, cachez-vous, faites vous aider, portez plainte, appelez de l’aide dans votre famille, chez des amis ou des associations de soutien des femmes victimes des violences conjugales. Une fois morte, vous ne serez plus d’aucun secours à vos enfants, alors il faut vivre pour vous occuper d’eux.

Partout, les hommes se croient meilleurs et plus forts que nous, parce qu'ils ont un peu plus de muscles apparents et un niveau de testostérone parfois exagérément exacerbé. Cette force physique les perd le plus souvent. Ils ne se servent pas assez de leur cerveau. Partout, ils prétendent nous dominer, à la maison, au travail, dans le monde associatif, en politique, alors que les bases sur lesquelles repose leur arrogance ne sont que du vent. Les femmes doivent apprendre à rendre les coups, à ne plus se laisser faire ni écraser. Combien de femmes meurent chaque année sous les coups de leurs maris? Des milliers. C'est lamentable. Ils viennent pleurer pour coucher avec nous et nous disent qu'ils ne peuvent plus vivre sans nous et finissent par nous tuer et nos enfants avec, parfois. C'est insupportable. Les journaux sont remplis de ces « faits divers ».

Une fleur dans la main gauche, un flingue dans la main droite, une main qui ne tremble pas et qui dit respecte moi et je te respecterai.

Mettons fin au cycle de la violence conjugale (site .gouv)

SOS femmes

Fédération Nationale Solidarité Femmes

Statistiques violences conjugales

Une nation sans femmes est une nation sans âme
Par Thinkfree dans Accueil le 27 Septembre 2011 à 16:57

Une nation sans femmes est une nation sans âme (video)

Par Thinkfree dans Accueil le 7 Octobre 2011 à 18:29

"Président des riches" n'est pas qu'un slogan : c'est une réalité politique.

Thomas Guénolé a retweeté Juan Branco  ✊ A lire : anatomie fouillée de la coalition d'intérêts (notamment de milliardaires) qui a fab...