mercredi 7 novembre 2018

Le statut de Dhimmi exigé aux Chrétiens d'Irak à Mossoul (19.07.2014)


Un contact de l'Observatoire, universitaire copte a reçu hier au soir un courriel du Père Anis Hanna, o.p., un dominicain irakien résidant en France, mais bien sûr toujours en contact avec ses confrères dans son pays. Voici ce qu'il nous rapporte du terrain :

Mardi 15 juillet 2014 : l’État islamique a décrété que les maisons des chrétiens appartiennent désormais à l’État islamique de l’Irak. Les maisons des chrétiens ont été marquées à l’extérieur par une signalisation : « Propriété de l’État islamique. »

Jeudi 17 juillet : le dirigeant de l’État islamique a convoqué les dirigeants de la communauté chrétienne de Mossoul, dans le but de définir le
statut des chrétiens dans l’État islamique. Aucun dirigeant de la communauté chrétienne n’était présent à cette convocation. Finalement un décret a été promulgué de la part de l’État islamique. Voici le décret.

« Nous avons informé les dirigeants des chrétiens de venir prendre connaissance de leur statut sous le régime de l’État du califat dans la province de Ninive. Ils ne se sont pas présentés au rendez-vous fixé. Nous avons prévu pour eux les trois choix suivants :

          1. Se convertir à l’islam ; 
          2. Accepter le statut de dhimmi ; 
          3. En cas de refus du premier ou du deuxième choix, ils seront exécutés par l’épée.

Le prince des croyants, le calife Ibrahim a généreusement laissé aux chrétiens le choix de s’exiler par eux-mêmes à l’extérieur des frontières de l’État islamique. Cela doit être fait avant le dernier délai prévu pour le samedi 19 juillet 2014 à midi. Après ce délai, il n’y aura que l’épée. »

Ce décret a été diffusé à Mossoul et remis à toutes les familles chrétiennes qui restaient encore à Mossoul. Il y avait à peu près 65 familles encore attachées à leur ville. Depuis jeudi après-midi, les familles chrétiennes commençaient à quitter la ville de Mossoul. Elles ont pris avec elles tout ce qu’elles pouvaient emporter : des objets de valeurs comme argent, bijoux, des documents, etc. Mais en quittant la ville, au point de contrôle, ces familles ont été complètement dépouillées de tout ce qu’elles avaient. Elles sont parties les mains vides ! La plupart de ces familles se sont trouvées de nouveau réfugiées à Qaraqosh. D’autres familles se sont dirigées vers Erbil, la capitale du Kurdistan. Actuellement aucune famille, aucun chrétien ne se trouve à Mossoul. Tous ont abandonné la ville. En outre, l’État islamique a coupé l’approvisionnement en eau potable des villes chrétiennes de Telkeif, Tellesqif, Batnaya. La peur et la panique ravagent le cœur des habitants de ces trois villes. Déjà, il y a un mois, la ville de Qaraqosh (ville de chrétienne de 45 000 habitants) a été sanctionnée pareillement par l’État Islamique. Les habitants de Qaraqosh ont trouvé une solution provisoire en creusant des puits d’eau potable. Le premier puits a été creusé et mis en fonction le samedi 12 juillet. On attend encore trois autres puits d’eau potable à creuser et à mettre en fonction."

Cette alternative de la Dhimma fixée depuis le 7ème siècle par le calife Omar : conversion, ou  impôt + interdiction de diffuser le christianisme, ou la mort, est écrit en toute lettre dans les traités de droit islamiques vendus actuellement dans les hypermarchés Carrefour ! Voir notre reportage.


http://www.islamisation.fr/archive/2014/07/19/le-statut-de-dhimmi-exige-aux-chretiens-d-irak-a-mossoul-5413405.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire