mercredi 17 avril 2019

Drapeaux à têtes de maures



Adopté en 1755 par Pascal Paoli comme emblème de la Corse, l’origine de la tête de Maure est l’objet de discussions chez les historiens. À l’époque où l’emblème fut adopté, il était considéré que la tête était celle d’un sarrasin du nom de Mansour Ben Ismaïl, suivant la légende rapportée dans les Légendes du pays corse, de J-A. Giustiniani
 :
« Une jeune corse d'Aleria, Diana, enlevée par des corsaires, avait été vendue comme esclave au roi de Grenade. Mais son fiancé, Paolo, réussit à la délivrer et, après avoir erré trois jours à travers les rochers de la Sierra Nevada, les fugitifs, ayant atteint la côte, se trouvèrent une embarcation qui leur permit de gagner la Corse. Plein de courroux, le roi Mohamed chargea son lieutenant Mansour de lui ramener sa captive morte ou vive. Une flotille fit aussitôt voile pour Cyrnos. Mansour et ses hommes débarquèrent à Piana, traversèrent la région de Vico, pillant et massacrant tout sur leur passage, et parvinrent enfin à Aléria. Aux portes de la cité, Paolo et ses amis attendaient l'ennemi : la bataille fut terrible. On se battit d'abord à distance, se lançant des deux côtés des fléches et des pierres. Mais les Maures plus nombreux ayant le dessus, Paolo fit avancer ses partisans sous une pluie de projectiles et, bientôt, ce fut une mêlée effroyable où l'on se battit corps à corps, à coups de lance et de poignard. Quand la nuit vint la lune se leva sanglante, éclairant le champ de bataille où gisaient pêle-mêle deux mille cadavres au dessus desquels tournoyaient, d'un vol sinistre, les nocturnes oiseaux au bec crochu, fait pour déchirer la chair. Au milieu, une longue perche était plantée surmontée d'une tête hideuse, ceint d'un ruban rouge (avant il était blanc, les maures qui étaient gradés portaient un ruban blanc), la tête de Mansour que le fiancé de Diana avait tranchée. Ce trophée sanglant fut promené de village en village, d'un bout à l'autre de l'île. La tradition a transmis de siècle en siècle le souvenir de cet événement. Et voilà pourquoi, cinq cents ans plus tard, dans une Consulte, il fut décidé que désormais une tête de Maure ornerait, comme un épouvantail, la bannière blanche autour de laquelle se ralliaient, dans les combats, les fils indomptés de la vieille Cyrnos. »
Toutefois, les historiens actuels semblent privilégier l’hypothèse d’une origine aragonaise de la tête de Maure1, le symbole apparaissant pour la première fois en 1281 sur un sceau du roi Pierre III d'Aragon.
La tête de Maure se serait ainsi imposée comme emblème en Sardaigne (4 têtes) et en Corse à la suite de la domination du roi d’Aragon1,3. Certains remarquent toutefois que la domination ayant été de courte durée, il est possible que l’ajout soit postérieur4.


 Blason d'Aragon représentant quatre têtes de Maures décapités autour d'une croix de saint Georges.

Blason d'aragon. En bas à gauche, 4 têtes de Maures décapités.

Drapeau de la Corse (version originale)


Drapeau de la Sardaigne (version originale)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Panique climatique : "J'ai peur, maman, on va tous mourir !"

"Pitié, maman, paie la taxe carbone, achète une voiture électrique, emmène-moi à la crèche en vélo, ne me fais pas une petite sœur ...