lundi 26 février 2018

Charlie Hebdo : Penser et réfléchir avant de s'exprimer

Résultat de recherche d'images pour "charlie hebdo"
Ces derniers jours, le monde a été bouleversé par la tuerie de Charlie Hebdo et de l'épicerie Casher. La condamnation de ces crimes ne prête à aucune équivoque.
Cependant, et concernant le droit à la liberté d'expression qui est inaliénable, je voudrais faire une remarque qui me tient à cœur. On ne peut revendiquer le droit de s'exprimer que si on a quelque chose à dire. Et on ne peut dire que ce qui est le fruit de sa pensée, de sa réflexion, de ses sentiments. 


Si je reconnais à tout un chacun le droit d'être d'accord ou pas avec une philosophie, une religion ou une idéologie, il faudrait quand même faire la différence entre la critique, qui est le fruit de l'analyse et de la réflexion, et l'insulte, qui est de nature à blesser ceux qui adhèrent à l'objet critiqué. Dans ce blog, je ne cesse de critiquer directement ou au travers des écrits d'autres personnes, la religion islamique et les faits et paroles de son prophète. Mais à aucun moment je n'ai cherché à humilier ou ridiculiser qui que ce soit. Mon souci reste toujours d'inviter le lecteur musulman à une réflexion autour des thèmes de sa religion, avec lesquels je ne suis pas d'accord. Si je ne suis pas d'accord avec l'Islam, cela ne m'empêche pas d'avoir tout le respect pour les musulmans.
Or, me semble-t-il, Charlie Hebdo a fait l'impasse sur la réflexion. Jésus disait que la bouche n'exprime que ce qui est dans le coeur. Or, à l'évidence, Charlie ne faisait pas dans la critique de l'Islam et de l'oeuvre de son prophète, mais dans ce qui peut s'apparenter à de l'insulte. Sans tenir compte des sentiments de millions de musulmans qui se sont ainsi sentis agressés par les caricatures de l'hebdomadaire. Critiquer, c'est mettre des données et des faits sur la table et de les décortiquer, avec un esprit rationnel d'analyse. Caricaturer, c'est essayer de faire de l'humour, de la dérision et de rigolade. Soit, mais quand cette rigolade offense le vis-à vis, l'humilie et le met en colère, il faudrait savoir s'arrêter. Sans pour autant abandonner le droit à la liberté d'expression. Au lieu de cela, le musulman a besoin de compassion et de compréhension, afin d'être à même d'apprécier les critiques rationnelles qui sont faites autour de sa religion et de son prophète. En cela, Charlie a péché par son incapacité démontrée à faire une critique rationnelle, et par l'expression de son mépris envers les croyants de confession musulmane. En abusant de leur liberté d'expression, les chroniqueurs de Charlie Hebdo privent les musulmans de leur droit à l'amour et au respect. Valeurs qui sont bien plus élevées que la liberté d'expression si mal utilisée. Utiliser et abuser de cette valeur ne peut que se retourner contre soi. Au lieu d'attirer le musulman vers les valeurs de liberté et d'amour, on le pousse à réagir avec haine et rancune. La liberté de l'un ne s'est pas arrêtée la ou commence celle de l'autre. En celà, je ne peux être d'accord avec Charlie.

source : http://mahomet.over-blog.com/2015/01/penser-et-reflechir-avant-de-s-exprimer.html