mardi 8 août 2017

Prières de rue

À Lagny-sur-Marne, tensions autour des prières de rue (07.08.2017)


À Lagny-sur-Marne, tensions autour des prières de rue (07.08.2017)


Par Angélique Négroni - Publié le 07/08/2017 à 20h20

Après la fermeture par l'État en 2015 de la mosquée de Lagny-sur-Marne qui était devenue un «foyer d'idéologie radicale», cette commune de Seine-et-Marne fait de nouveau parler d'elle. Des cocktails Molotov ont été lancés vendredi dernier contre des tentes dressées sur son territoire et abritant les prières de dizaines de musulmans. Vite maîtrisé, le feu qui avait pris sur quelques tapis de l'un des deux barnums installés illégalement sur un terrain appartenant à l'État, n'a provoqué aucun dégât important et n'a fait aucun blessé.


Cette agression, pour laquelle une plainte a été déposée, met au jour une situation complexe pour cette ville de quelque 20.000 habitants. Depuis qu'il a été décidé de clore les portes de la mosquée, toujours interdite d'accès aujourd'hui, la municipalité doit faire face à des rassemblements de prières illicites dans ses rues. Entre d'autres lieux de cultes voisins également fermés pour radicalisation, comme c'est le cas à Torcy, et ceux toujours ouverts mais aux capacités d'accueil insuffisantes, les fidèles se recueillent désormais sur le macadam. En toute illégalité, des dizaines de croyants se sont ainsi rassemblés durant des mois sur une place située au cœur d'une de cités de Lagny, Orly Parc, l'un des 1500 quartiers prioritaires de la politique de la ville en France. À cette occasion des plaintes de la commune et du bailleur social ont été déposées pour occupation illicite des espaces privés et publics.
Puis, peu avant le ramadan, les musulmans avaient déménagé leurs tapis de prière et les avaient installés un peu loin, sur un terrain habitué aux occupations illicites et théâtre de l'agression de la semaine dernière. Appartenant à l'État, qui y avait installé son ancienne DDE (direction départementale de l'équipement), ces 4000 m2 ont été successivement occupés par les gens du voyage, puis par les Roms avant que ces derniers ne soient délogés. Mais sitôt évacués, ces derniers ont donc été remplacés. Deux barnums de 40 m2 carrés chacun environ ont été dressés depuis mi-mai dernier sans autorisation. «La mise en place de ces tentes n'a pas soulevé d'opposition de la part de l'État car elle a permis aux musulmans, pendant la période du ramadan et de l'Aïd el Fitr, d'exercer leur culte», explique cependant la préfecture.

La ville interpelle à nouveau l'État

Pour la commune, ces jets de cocktails Molotov pourraient être liés à la volonté de certaines communautés de vouloir reprendre possession de ce terrain et d'y chasser ces nouveaux occupants. Pour Manuel Turiault, qui préside la nouvelle association cultuelle musulmane de la ville, le mobile de l'attaque est aujourd'hui parfaitement inconnu. «Nous n'avions reçu jusqu'alors aucune menace», dit-il.

«De Paris, on décide de fermer une mosquée, mais ensuite on se lave les mains de la situation et des conséquences»
Pierre Tebaldini, directeur de cabinet du maire de la ville

Mais pour la ville, il est temps que l'État agisse. «De Paris, on décide de fermer une mosquée, mais ensuite on se lave les mains de la situation et des conséquences. Toutes ces occupations non autorisées ne sont tolérables pour personne», signale Pierre Tebaldini, le directeur de cabinet du maire de la ville. Des lettres d'indignation de la part des habitants d'Orly Parc ont ainsi été adressées au maire. De leur côté, les musulmans réclament un lieu de recueillement digne de ce nom. «Il faut tenir compte des centaines de pratiquants privés de salle de prière», souligne encore Pierre Tebaldini.

Depuis deux ans, la ville interpelle les locataires successifs de la Place Beauvau pour réfléchir ensemble à un redémarrage de la vie cultuelle sur Lagny. «Nous voulons savoir notamment par le biais des services de l'État si du côté des représentants de la communauté musulmane, nos interlocuteurs offrent toutes les garanties nécessaires», explique Pierre Tebaldini. Pour ce dernier, la solution passe aussi par la réouverture de la mosquée mais avec un fonctionnement nouveau, en toute transparence, avec, dit-il «caméras et surveillance des lieux».


Pour l'heure, l'État botte en touche, renvoyant la balle dans le camp de la ville. Dans divers courriers, celui-ci indique qu'il appartient à cette dernière de mettre à disposition un local. «Mais Beauvau fixe des conditions qui rendent impossible cette piste», souligne le fonctionnaire de Lagny. Quant aux prières de rue, l'État a fait valoir qu'il n'y avait «aucune nuisance excessive» et que la place qui était occupée un temps demeurait «accessible aux locataires pendant les prières». «Cette situation relève de problématiques locales», fait-on aujourd'hui valoir par écrit au cabinet de l'actuel ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, en demandant à la préfecture de s'emparer du dossier. «Nous ne devrions pas laisser cette situation perdurer», met en garde Pierre Tebaldini. Car celle-ci est propice, selon lui, à la victimisation, véritable marchepied au repli communautaire et à la radicalisation.

Coran : Contradiction et abrogation

Le coran est un imbroglio de versets et de sourates qui s'annulent selon leur révélation. Un musulman peut lui faire dire ce qu'...