lundi 7 août 2017

Trévidic, Terroristes : les sept piliers de la déraison (2014)

Qu’est-ce qui pousse Stéphane, seize ans, issu d’une famille ordinaire, à se convertir à l’islam et à se radicaliser ? 
Pourquoi Assya, élevée laïquement en France, décide-t-elle de porter le niqab et de s’inscrire sur un site de rencontres communautaires ? 
Que part chercher Abou Hamza dans les montagnes afghanes ?... 
Un juge, l’un des meilleurs spécialistes des filières islamistes, nous fait pénétrer au cœur du « Jihad individuel ». 
Illustrant ses propos théoriques par des récits, il se met dans la peau d’apprentis terroristes, pour tenter de comprendre leur progression insidieuse vers la déraison. 
Car les « petites histoires du terrorisme » nous en apprennent bien plus que tous les discours dogmatiques.

… le juge Trévidic a trouvé un habile subterfuge qui respecte à la fois le secret entourant la lutte antiterroriste et la nécessité d’édifier les foules. Le Nouvel Observateur.


Pourquoi ? De toutes les questions que nous nous posons sur le terrorisme, elle est la première qui vient à l'esprit quand un attentat se produit. Les victimes et leurs proches se la posent avec exigence, détermination, espoir et parfois résignation. La société française dans son ensemble se la pose également, en oubliant à quel point c'est un luxe de s'interroger encore ainsi. Dans des pays comme l'Irak ou le Waziristan, plus personne ne se demande pourquoi une bombe explose. C'est devenu aussi habituel que de voir la pluie tomber.

Pour tenter d'apporter quelques éléments de réponse à une interrogation aussi complexe, j'ai choisi de traiter sept thèmes qui m'ont paru éclairer l'actualité du terrorisme islamiste, en la replaçant dans l'évolution d'un phénomène débuté il y a maintenant plus de trente ans. Une approche théorique m'a cependant semblé insuffisante. Certes, quel que soit le désir de neutralité de l'auteur, il aborde nécessairement un tel sujet avec le prisme de la théorie. Il entre dans la grande histoire du terrorisme faite de géopolitique, de stratégies, de calculs, d'intérêts économiques et de luttes de pouvoir. Mais les petites histoires du terrorisme, celles faites de chair et de sang, nous en apprennent plus que les grands discours, surtout si l'on prend en compte le regard des différents acteurs. Le prisme unique est remplacé par un kaléidoscope. Les questions sont alors envisagées selon des points de vue différents, et le tableau d'ensemble est à la fois plus riche et moins abstrait.

Pour sortir d'une présentation dogmatique et désincarnée de l'évolution du terrorisme islamiste, j'ai donc tenté d'illustrer les thèmes abordés par des récits qui puisent leur source dans les petites histoires du terrorisme. Pour l'épilogue de ce livre, j'ai choisi de réduire la partie théorique à sa plus simple expression, car la nouvelle qui l'illustre constitue de loin la meilleure définition du terrorisme que j'aie jamais trouvée. 

Ils résistent à l'islamisme radical





Néonazis, extrême-droite

Un site néonazi pousse le Web américain à se questionner sur la liberté d'expression (22.08.2017) « Peut-on frapper un néonazi ? » :...