mercredi 26 juillet 2017

Kurdistan syrien ou Rojava, Kurdistan irakien, PKK turc

Amir Taaki, le guerrier anarchiste du Web (30.07.2017)
En Syrie, la périlleuse troisième voie kurde (10.07.2017)
Syrie : l'envoyé américain auprès de la coalition à Ankara (30.06.2017)
Vers un Kurdistan enfin indépendant? (29.06.2017)
Patrice Franceschi : «À Raqqa se joue aussi l'avenir du Kurdistan syrien» (08/06/2017)
Frédéric Tissot : « Je ne crois plus à un Kurdistan unifié » (23.10.2016)
Syrie : l'intervention turque contre Daech est un prétexte pour lutter contre les Kurdes (24.08.2016)
Les Kurdes acceptent de payer le prix du sang pour triompher de l'islamisme en Syrie (20/08/2016)

Résultats de recherche d'images pour « kurdistan syrien »
http://www.lesclesdumoyenorient.com/Kurdes-l-autre-visage-du-conflit.html

La situation en Syrie
http://www.liberation.fr/planete/2015/11/12/l-etat-islamique-sur-la-defensive_1412972


Amir Taaki, le guerrier anarchiste du Web (30.07.2017)


Rebelles high-tech (6/6). Après ses combats avec les Kurdes en Syrie, le codeur libertaire surdoué anglo-iranien, pionnier du bitcoin, veut créer un camp d’entraînement haut de gamme pour cyberactivistes.

LE MONDE | 29.07.2017 à 13h00 • Mis à jour le 30.07.2017 à 16h40 | Par Yves Eudes (Londres, envoyé spécial)

Amir Taaki, hackeur et révolutionnaire, dans la ville de Broadstairs (Angleterre) où il a grandi, le 19 juillet 2017.

Un vaste squat encombré et mal tenu abritant une vingtaine de personnes, dans le centre de Romford, une ville de la banlieue de Londres. Amir Taaki occupe une chambre exiguë au troisième étage. Fébrile, il rêve d’être ailleurs, loin, pour lancer un de ces projets ambitieux et radicaux dont il a le secret.

Amir Taaki, 29 ans, né au Royaume-Uni d’une mère anglaise et d’un père iranien, est une célébrité dans la communauté internationale des hackeurs. Codeur surdoué, militant du logiciel libre, développeur de jeux vidéo, il fut aussi un pionnier du bitcoin, la principale monnaie électronique en circulation sur Internet.

En 2014, il dirigea l’équipe de codeurs bénévoles qui créa Dark Wallet, un portefeuille de bitcoins sécurisé et anonyme. Grâce à une architecture complexe, Dark Wallet permet d’échanger des bitcoins en ne laissant aucune trace identifiable sur la blockchain, le registre mondial des transactions.

Pour cela, Amir parvint à faire travailler ensemble des hackeurs d’horizons différents, depuis les résidents des « colonies éco-industrielles post-capitalistes » de Catalogne, jusqu’à Cody Wilson, un Texan qui fabrique de véritables armes à feu chez lui avec une imprimante 3D.

Pour les hackeurs et les anarchistes, Dark Wallet est un instrument de liberté, permettant d’échapper à la surveillance des banques et des Etats. C’est aussi l’outil idéal pour frauder le fisc et se livrer à toutes sortes de trafics illicites – ce qui ne déplaît pas vraiment à Amir, anarchiste avant tout.

Système informatique de démocratie directe au Kurdistan

Fin 2014, alors qu’il termine la mise au point de Dark Wallet, il entend parler du Rojava (ou Kurdistan occidental), ce territoire du nord-est de la Syrie tenu par les Kurdes de l’YPG (les Unités de protection du peuple) grâce à l’aide militaire des Etats-Unis. Sur Internet, il découvre que, malgré la guerre, cette enclave serait administrée de façon égalitaire et...


En Syrie, la périlleuse troisième voie kurde (10.07.2017)


Par Georges Malbrunot
Publié le 10/07/2017 à 17h20

REPORTAGE - Dans le Nord, les Kurdes bâtissent une expérience originale d'autogestion, sans rompre avec Damas et quitte à s'attirer les foudres des rebelles arabes. Le modèle, inspiré du PKK, ne fait pas l'unanimité. Mais les combattants kurdes, épaulés par les Américains, sont indispensables contre les djihadistes.

Envoyé spécial à Qamishli (nord de la Syrie)

À Qamichli, les portraits d'Abdullah Öcalan, le leader kurde emprisonné en Turquie, ont remplacé ceux du président syrien Bachar el-Assad. Damas ne contrôle plus qu'un quartier de cette ville frontalière avec la Turquie, ainsi que son minuscule aéroport, le seul encore entre les mains du régime dans le Nord. Une emprise stratégique pour ses alliés iraniens qui acheminent armes et miliciens pour les batailles qui se jouent dans la vallée de l'Euphrate. Sur une bande de terre étirée le long de la frontière irakienne jusqu'à la Méditerranée, jadis grenier à blé de la Syrie, les Kurdes ont profité du départ des troupes loyalistes en 2012 pour mettre en place leur gouvernance. Un système original de «fédéralisme démocratique», mélange de maoïsme et d'utopie révolutionnaire version Chiapas oriental, qui attire des «progressistes» occidentaux, nostalgiques de Che Guevara, dont les portraits ornent certains «ministères». Voyage dans les «cantons» du Rojava, «troisième voie» en construction entre dictatures et islamistes.

«Dans quelques mois, nous organiserons des élections pour établir le fédéralisme», affirme Abdulkarim Abdullah, le «ministre des Affaires étrangères», qui nous conduit dans «une kommune», l'échelon le plus bas du modèle kurde d'autogestion. Chaque «kommune» porte un nom de martyr. Celle que nous visitons dans le quartier d'El-Alieh s'appelle «Shahid Orhan», un jeune Kurde de Qamishlo - le nom kurde de la ville - tué en 1994 en Turquie. Ferid Falit, gestionnaire de la «Maison du peuple», est flanqué d'une femme, car chez les Kurdes, tout poste de responsabilité est mixte. «On règle les disputes entre familles, explique-t-il, sous l'inévitable portrait d'Öcalan. On verse de l'argent aux pauvres, on distribue du pain et du mazout pour l'hiver. Et si quelqu'un veut travailler dans l'administration, on donne notre avis.» «Cela ressemble aux sections des sans-culottes de la Convention», note le chercheur Fabrice Balanche, qui s'est rendu chez les Kurdes au printemps.

Un système de fichage de la population

Protégée au fond d'une ruelle par des murs de sécurité, cette «kommune» d'une centaine de familles dispose de «comités»: savoir, santé, défense - avec une section de cours militaires - et même écologie. «Nous connaissons tout le monde, relève un administrateur volontaire. Quand le régime est parti, nous avons comblé le vide et organisé la société.» Un peu trop bien, même : depuis, un véritable système de fichage de la population s'est mis en place au profit du PYD, la branche syrienne du PKK - le Parti des travailleurs kurdes, ennemi juré d'Ankara, considéré comme terroriste par Washington et Bruxelles.

Le PYD est la colonne vertébrale de la gouvernance kurde, sur le plan politique, comme sur les terrains sécuritaire avec les «assayech» - la police - et militaire avec sa branche armée, les Unités de protection du peuple kurde (YPG). Fin 2013, le PYD s'est associé à trois formations kurdes pour créer le Tev-Dem, «Mouvement pour la société démocratique» qui gère les trois cantons du «Rojava» (Afrin, Kobané et Qamishlo) que les Kurdes rêvent de relier géographiquement. Depuis, d'autres partis exclus du Tev-Dem dénoncent la dérive hégémonique du PYD, qui ne représente que 40 % des Kurdes du Nord. «Le PYD parle de démocratie mais ne la pratique pas, car il refuse l'expression de toute opposition», martèle Naarin Matini du Conseil national kurde, dont les bureaux ont été fermés en mars par le PYD. «Le PYD doit libérer nos 40 responsables arrêtés», poursuit cette bidoun, littéralement «sans papiers» depuis qu'en 1961 Damas retira la nationalité à des dizaines de milliers de Kurdes. Après la révolte kurde de 2004, Bachar el-Assad promit de la leur restituer, mais ce n'est qu'au début du soulèvement, en 2011, qu'il honora partiellement son engagement.

Contrairement à leurs voisins irakiens, les Kurdes syriens ne veulent pas se séparer de l'État central, à court terme du moins. «Les Kurdes réclament une fédération avec Damas, mais si plus tard un État kurde voit le jour, la fédération kurde de Syrie se joindra alors à celle d'Irak et de Turquie», décrypte Haytham Manna, un opposant arabe syrien, associé un temps avec le PYD. Les Kurdes pourraient facilement bouter les partisans d'Assad, retranchés entre le souk et la frontière turque, dans le «quartier de sécurité» de Qamichli. Des murets en tracent la démarcation. Militaires et policiers kurdes n'y entrent pas, mais les civils peuvent passer d'un secteur à l'autre.

Malgré un lourd contentieux avec Damas qui poussa de nombreux Kurdes à s'exiler pour se fondre parmi les Arabes des centres urbains, le PYD n'a pas rompu avec le régime d'Assad. «L'aéroport de Qamishlo nous offre une porte de sortie pour nos 10.000 étudiants qui vont dans les universités à Alep ou Damas. Et puis, les médicaments viennent de la Syrie gouvernementale», fait valoir le chef de leur diplomatie. Depuis 2013, le Rojava est soumis à un blocus. Au nord, la Turquie a fermé sa frontière. Et à l'est, le parti kurde irakien dominant, le PDK de Massoud Barzani, est l'ennemi du PYD syrien. Pourtant, «beaucoup de jeunes Kurdes fuient en Irak pour échapper à la chape de plomb du PYD et à la conscription obligatoire», confie un intellectuel, soucieux de garder l'anonymat. La démographie n'est pas, non plus, de leur côté. Contrairement à l'Irak, les régions kurdes de Syrie ne sont peuplées que d'une moitié environ de Kurdes, mêlés aux Arabes et aux Assyriens chrétiens. Et un tiers des 3 millions de Kurdes syriens vit hors du Rojava. «Nous en avons près d'un million à Damas et ses banlieues», rappelle un proche d'Assad. Un moyen de pression, si jamais le PYD allait trop loin dans son émancipation.

Si les Américains ont ravalé leur hostilité envers ce faux nez du PKK auprès duquel 900 de leurs instructeurs ont été déployés, c'est que les combattants kurdes sont des alliés indispensables contre Daech. Mais devant les leaders du PYD, pas question d'évoquer les guerriers du PKK, venus des montagnes irakiennes de Qandil, où, depuis vingt ans, ils affrontent leurs ennemis turcs. «Notre organisation est différente», soutient Abdulkarim Abdullah, soucieux de dissimuler que ce sont des quasi-étrangers qui tiennent le Rojava.

La cinquantaine, une épaisse moustache noire, Aldar Khalil dissipe tout de suite l'écran de fumée. «Les militants de Qandil sont arrivés pendant la bataille de Kobané en 2013, dit-il depuis son bureau d'Amoudah. Un autre groupe est venu de Diyarbakir, en Turquie. Jusqu'à la fin de nos jours, nous aurons une dette envers eux.» Syrien, Aldar Khalil est lui-même un «ancien de Qandil». Il n'a plus qu'un bras, séquelle de ses années de combat en Irak. «C'est lui, le vrai leader politique du Rojava», confie Haytham Manna, qui connaît tous les chefs kurdes. «Effectivement, beaucoup de nos jeunes sont allés dans les années 1990 lutter à Qandil, fait valoir l'ex-guérillero, et sont revenus en Syrie en 2011 au début de la révolution.»

Une «kurdisation» qui passe mal

Mais les combattants ont gardé les vieux réflexes de la guérilla clandestine, installant, derrière la vitrine du PYD, une structure militaire secrète de cinq membres - tous de Qandil. Selon nos informations, deux ont été assassinés, et les trois autres, dispersés dans le Rojava, ne se réunissent jamais, pour des raisons de sécurité. Les cadres de Qandil trustent également la chaîne de commandement des Forces démocratiques syriennes, la coalition arabo-kurde en pointe dans la bataille pour expulser Daech de Raqqa. C'est encore le trésor de guerre du PKK en Irak qui alimente le budget de certaines villes reprises à Daech, comme Manbidj. Qu'en sera-t-il pour Raqqa ? Nul ne le sait. Idem pour Tabqa, ville reprise il y a deux mois, où tout est à reconstruire.

Dans le Nord syrien, la greffe des «anciens de Qandil» ne s'est pas faite sans heurts, entre Kurdes d'abord, mais surtout à l'égard de la population arabe. À Tall al-Abyad, que les Kurdes ont reprise à Daech en 2015, des milliers d'Arabes ont été expulsés de villages avoisinants. Les rapports d'ONG, tel Human Rights Watch, sont accablants. «Nous avons tiré les leçons des échecs», promet Abdulkarim Abdullah. La «kurdisation» a du mal à passer, notamment dans l'enseignement. «Entre 2012 et 2016, nous avons pris le contrôle de toutes les écoles primaires du Rojava, explique un fonctionnaire. En septembre, nous étendrons le curriculum kurde aux collèges. Et dans les lycées, nous prendrons l'administration, mais nous garderons les cours du régime pour que les élèves puissent aller dans les universités de Damas et d'Alep, en attendant que les nôtres soient ouvertes.»

Le père Saliba

Dans son église orthodoxe située dans le secteur kurde de Qamichli, le père Saliba Abdallah fait de la résistance. «On refuse que les Kurdes remplacent le gouvernement, jure-t-il sous un portrait d'Assad. Nous avons rejeté leur cursus dans nos écoles et nous rejetons leurs tribunaux. Les Kurdes forcent nos jeunes à aller combattre avec eux et font pression sur nos commerçants pour qu'ils s'enregistrent auprès de leur administration.» En janvier 2016, des violences ont éclaté entre miliciens chrétiens et policiers kurdes de Qamichli. Il y eut des morts. «Les Russes nous ont convoqués dans une base pour qu'on négocie avec le régime l'arrêt des hostilités», reconnaît Aldar Khalil.

Aux nombreuses critiques, les responsables kurdes répondent que les différentes minorités du Rojava ont accepté leur projet fédéral dans la mesure où elles ont ratifié «le contrat social» qui codifie la gouvernance kurde. Son article 15 stipule tout de même que la police et la défense sont du seul ressort des Kurdes du PYD. Bref, pas de quoi rassurer les autres. «Nous répétons aux Kurdes qu'après les avoir exploités contre Daech, les Américains les laisseront tomber, une fois Raqqa reconquise», prévient le père Saliba. La «troisième voie» kurde s'annonce, pour longtemps encore, parsemée d'embûches.

La rédaction vous conseille :


Syrie : l'envoyé américain auprès de la coalition à Ankara (30.06.2017)
Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 30/06/2017 à 13:24 Publié le 30/06/2017 à 13:07

L'envoyé américain auprès de la coalition internationale combattant le groupe Etat islamique (EI), Brett McGurk, effectuait aujourd'hui une visite à Ankara, qui voit d'un mauvais œil ses relations avec les milices kurdes de Syrie, selon des sources diplomatiques.

McGurk devait rencontrer un responsable du ministère des Affaires étrangères, a affirmé un responsable de la diplomatie turque sous couvert de l'anonymat, sans plus de précision sur l'ordre du jour des discussions prévues. Les médias turcs ont rapporté que l'envoyé américain rencontrerait également des responsables du ministère de la Défense.


Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu avait appelé le 18 mai au départ de M. McGurk, l'accusant de soutenir les milices kurdes syriennes et les séparatistes kurdes turcs que la Turquie considère comme "terroristes". Washington avait répliqué en réitérant son soutien à son émissaire.

Les Etats-Unis considèrent les milices kurdes syriennes des YPG comme les seules forces locales capables de lutter au sol contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et leur fournit des armes, au grand dam de la Turquie pour qui ces groupes ne sont qu'une émanation des du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) classé comme une organisation terroriste par Ankara et ses allés occidentaux.

Brett McGurk était en visite mercredi et hier dans le nord de la Syrie, où il a rencontré des membres du Conseil civil de Tabqa, qui administre les affaires quotidiennes de la ville, et de Raqa, l'organe qui devrait gérer ce bastion de l'EI une fois chassés les jihadistes.


Vers un Kurdistan enfin indépendant? (29.06.2017)
Par Kendal Nezan, Président de l’Institut kurde de Paris — 29 juin 2017 à 17:06
Massoud Barzani (portrait) président du gouvernement régional du Kurdistan irakien jusqu’en 2015. Photo Safin Hamed. AFP 
Annoncé de longue date et ajourné à plusieurs reprises en raison notamment de la guerre contre l’Etat islamique, le référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien se tiendra le 25 septembre.


  Vers un Kurdistan enfin indépendant?
Dans trois mois, environ 3,5 millions d’électeurs kurdes auront à répondre par oui ou non à la question de l’indépendance du Kurdistan irakien. En 2003, après la chute de la dictature irakienne, le Parlement du Kurdistan, à la demande de la coalition anglo-américaine, a consenti à la participation des Kurdes dans les nouvelles institutions irakiennes dans l’espoir de bâtir un Irak nouveau, démocratique et fédéral, respectueux de l’identité et des droits de ses multiples composantes nationales, linguistiques et religieuses. Ces principes ont inspiré la nouvelle Constitution irakienne adoptée en 2005 par référendum par plus de 80 % des électeurs.

L’une des dispositions essentielles de cette Constitution, stipule que le gouvernement central devait organiser, avant le 31 décembre 2007, un référendum dans les territoires dits «disputés» (encore rattachés à Bagdad mais peuplés majoritairement de Kurdes, comme dans la région de Kirkouk) afin que les populations concernées puissent librement décider de leur rattachement ou non à la région du Kurdistan. Le gouvernement de Bagdad n’a pas respecté cette obligation constitutionnelle, pas plus qu’il n’a laissé les Arabes sunnites décider par référendum d'ériger leur province en une région fédérée. Leurs droits constitutionnels ont été bafoués, leurs manifestations pacifiques écrasées dans le sang. Ce déni de droit a poussé une bonne partie des Arabes sunnites vers les mouvements islamistes radicaux, dont Daech est l’avatar ultime et le plus sanguinaire. Les Kurdes, de leur côté, ont perdu toutes leurs illusions sur la possibilité d’un Irak uni, démocratique et inclusif. L’un des derniers liens qui les attachaient à Bagdad était la dotation financière allouée à la région du Kurdistan représentant 17 % du budget irakien. Elle ne leur est plus versée depuis janvier 2014.

Ainsi, l’Irak finance les milices chiites encadrées par l’Iran mais refuse de payer les soldes des peshmergas kurdes ; il verse leurs salaires aux employés et fonctionnaires irakiens restés dans les zones sous occupation de Daech mais n’a pas de budget pour l’administration du Kurdistan. Celle-ci a refusé de se plier au diktat du Premier ministre irakien chiite Maliki et a développé ses propres exportations pétrolières pour assurer son financement.

Début 2014, le couple kurdo-irakien était déjà au bord de la rupture. Le gouvernement du Kurdistan prévoyait alors d’organiser un référendum pour consacrer et légitimer le divorce d’avec Bagdad. La déferlante de Daech a bouleversé la donne. Les Kurdes ont dû se mobiliser pour défendre leur territoire. Malgré une sévère crise financière, causée par la suppression par Bagdad de leur dotation budgétaire, ils ont accueilli généreusement environ 1,8 million de réfugiés et déplacés dont une grande majorité d’Arabes sunnites qui, en dépit de leur nationalisme panarabe, ont préféré chercher asile chez les Kurdes plutôt que dans les provinces arabes chiites du Sud.

Les Kurdes veulent gérer leurs affaires dans leur propre pays, qui est aussi celui des Assyro-Chaldéens, des Turkmènes et des Arabes installés de longue date. Ils n’ont aucune convoitise sur les terres de leurs voisins. Depuis 1991, ils ont transformé un pays dévasté, où 90 % des villages, une vingtaine de villes et l’économie agro-pastorale avaient été détruits par la terrible dictature irakienne, en un Etat de facto doté d’institutions démocratiques, d’aéroports, de forces armées et de police, d’infrastructures économiques et éducatives modernes. Ce pays de 5,5 millions d’habitants (7,7 millions si l’on y inclut les territoires disputés) compte désormais 30 universités dont trois enseignant en anglais. Près de la moitié des étudiants sont des filles. Le pluralisme politique et religieux est assuré. C’est le seul pays du Proche-Orient où on ne déplore aucun prisonnier politique, aucun journaliste en prison. La situation économique, affectée par la crise financière, par le lourd tribut de la guerre contre Daech et par le poids de l’accueil massif de réfugiés et déplacés, reste difficile mais supportable. Elle devrait s’améliorer d’ici à la fin 2017 grâce à l’augmentation substantielle des exportations pétrolières et du gaz. Enfin, la guerre contre Daech a contraint les Kurdes à moderniser leur armée de peshmergas grâce au soutien en matériel et en formation de la coalition alliée où la France joue un rôle majeur.

Agissant dans un environnement régional compliqué, conflictuel, voire chaotique, le Kurdistan a fait mieux que survivre. Il a su développer des relations de voisinage et de coopération économique apaisées avec la Turquie et l’Iran. Partenaire stratégique de Washington dans la lutte d’abord contre Al-Qaeda, puis de Daech, il est en excellents termes avec tous les pays européens dont la France, l’Allemagne, l’Italie, mais aussi le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suède. Le Canada, l’Australie, le Japon, la Corée du Sud, et, plus récemment, l’Inde ont noué de solides relations avec le Kurdistan. La Russie est allée plus loin encore en autorisant sa société Rosneft à acheter massivement du pétrole kurde au terminal turc de Ceyhan pour le raffiner dans ses raffineries d’Allemagne. Cet accord va assurer des ressources régulières et sécurisées à l’économie kurde. Enfin, le Kurdistan entretient des relations suivies avec les pays arabes dont plusieurs - Egypte, Arabie Saoudite, Jordanie, Emirats arabes unis (EAU) - ont ouvert des consulats dans la capitale kurde Erbil. Après avoir longtemps espéré le rétablissement à Bagdad d’un pouvoir sunnite fort, ces pays ne verraient pas nécessairement d’un mauvais œil l’émergence d’un Kurdistan indépendant, réduisant la puissance d’un Irak chiite allié à l’Iran.

L’issue du scrutin ne fait pas de doute. Lors d’une consultation informelle, organisée en 2005 par la société civile kurde, 98 % des électeurs s’étaient prononcés en faveur de l’indépendance du Kurdistan. En dépit de certains tiraillements et tensions internes et nonobstant les manœuvres de certains États voisins, le référendum du 25 septembre devrait donner une légitimité démocratique massive aux aspirations à l’indépendance du peuple du Kurdistan. Les autorités kurdes engageront alors des négociations avec Bagdad pour un divorce à l’amiable pacifique.

C’est pourquoi nos démocraties devraient soutenir et accompagner la démarche pacifique et démocratique du Kurdistan irakien vers son indépendance. La France, qui a des liens forts avec le peuple kurde et des responsabilités historiques dans son sort, s’honorerait à prendre l’initiative d’une diplomatie préventive et inventive pour convaincre ses partenaires et alliés que l’émergence d’un Kurdistan indépendant comme Etat tampon neutre entre les mondes chiite et sunnite contribuerait à la stabilité régionale, et rendra enfin justice à une partie du peuple kurde qui a été si malmené depuis plus d’un siècle.


Kendal Nezan Président de l’Institut kurde de Paris


Patrice Franceschi : «À Raqqa se joue aussi l'avenir du Kurdistan syrien» (08/06/2017)

Par Alexis Feertchak Mis à jour le 08/06/2017 à 17:58 Publié le 08/06/2017 à 17:30

Photo de Patrice Franceschi prise par des combattants kurdes.
Photo de Patrice Franceschi prise par des combattants kurdes.

INTERVIEW - L'écrivain et voyageur raconte comment la bataille de Raqqa, à laquelle participent les Kurdes, est déterminante pour l'élimination de Daech, mais aussi pour la viabilité d'un futur Kurdistan autonome en Syrie.

Engagé depuis trente ans pour la cause kurde, l'écrivain et voyageur Patrice Franceschi accompagne les Kurdes de Syrie dans leur combat contre Daech depuis le début de la guerre. Il a notamment publié Mourir pour Kobané (éd. des Équateurs, 2015).

LE FIGARO. - Quelle place les Kurdes occupent-ils dans la bataille de Raqqa ?

Patrice FRANCESCHI. - Ce sont les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde, qui sont engagées contre Daech. Le commandement des FDS, ce sont indubitablement les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG en kurde). Mais, à la différence de la bataille de Manbij dans le nord-ouest de la Syrie l'été dernier, les Arabes sont aujourd'hui en première ligne et majoritaires, autour de 80% des combattants, car Raqqa est une ville proprement arabe. Il y a aussi quelques chrétiens, notamment syriaques. Pour les Kurdes, ce choix a tous les avantages, à commencer par celui d'épargner leurs hommes. Dans le nom même de cette coalition, l'appellation kurde n'apparaît pas. À la grande satisfaction des Arabes!

Depuis le siège de Kobané en 2014, les Kurdes sont devenus en Syrie le meilleur rempart contre Daech. Comment expliquez-vous leur détermination?

Jusqu'à Kobané, tout le monde me disait qu'ils allaient être balayés. Je savais que non, parce que les raisons pour lesquelles ils veulent créer de façon révolutionnaire leur Kurdistan dans le nord de la Syrie avec l'égalité hommes-femmes, la démocratie et la laïcité, s'accompagnent d'une ferveur incroyable. Je savais, pour les accompagner depuis le début de la guerre, que si les Occidentaux leur donnaient un coup de main militaire, non seulement ils résisteraient, mais ils pourraient gagner contre tous les autres mouvements islamistes et djihadistes. Ils ont une puissance intérieure supérieure à tous les autres.

Les Kurdes ont compris à Kobané qu'en allant jusqu'au bout, jusqu'au sacrifice, ils pourraient démontrer ainsi leur capacité auprès des Occidentaux. Leur rencontre avec François Hollande en janvier 2015 à Paris a été le moment de bascule. L'alliance avec les pays occidentaux, notamment avec Washington, commence alors vraiment. En deux ans et demi, leur avancée a été constante. S'ils vont à Raqqa aujourd'hui, c'est parce qu'ils ne pourront jamais vaincre l'État islamique sans que la capitale de celui-ci tombe définitivement.

Les Kurdes et le régime de Damas se sont jusqu'ici largement épargnés. L'avancée des FDS à Raqqa peut-elle changer la donne ?

Les Kurdes détestent le régime de Damas, mais sont capables de passer de manière pragmatique des accords de non-agression avec lui, mais il ne s'agit pas d'une alliance idéologique. Les négociations avec les Russes sont très difficiles parce qu'ils sont ensemble, avec les Kurdes et le régime syrien, dans la poche d'Afrin, au Nord, pour contenir les pressions turques, mais, en même temps, Moscou ne veut pas que les FDS, soutenues par Washington, avancent dans la région de Raqqa, voire aillent jusqu'à Deir Ezzor [ville de l'est syrien, partiellement tenue par le régime, mais assiégée par Daech]. Je pense néanmoins que les Russes, les Américains et les Kurdes sauront s'entendre pour délimiter l'avancée respective des FDS et du régime.

Les Kurdes sont très habiles pour ne pas aller trop loin. À l'automne, la bataille de Raqqa sera probablement gagnée, peut-être même avant. La dimension diplomatique du conflit pourra reprendre afin de décider de l'avenir du Rojava comme entité kurde autonome au nord de la Syrie. Ce sera une zone tampon pour les Occidentaux, débarrassée de tout islamisme. Il existe, en revanche, un risque réel que Recep Erdogan, isolé diplomatiquement, ne supporte pas cette poussée kurde en Syrie et tente une nouvelle intervention dans le nord de la Syrie. Moscou et Washington s'y opposeraient, mais cela pourrait faire durer la crise plus longtemps.

Après la Première Guerre mondiale, un État avait déjà été promis aux Kurdes qui s'étaient battus contre l'Empire ottoman. Mais avec le traité de Lausanne en 1923, le Kurdistan a été enterré. Les Kurdes ont-ils aujourd'hui des garanties ?

Ils s'en souviennent de cette époque... Ils ont toujours été trahis, savent bien qu'ils peuvent l'être à nouveau et essaient d'obtenir des contreparties pour préparer l'avenir. Ils prennent notamment des précautions territoriales en allant plus loin que le territoire kurde pour pouvoir le négocier ensuite. Surtout, ils savent que Daech va disparaître en tant qu'État mais pas comme mouvement idéologique. Les Occidentaux n'auront pas intérêt à les lâcher après sa chute car, sinon, tout sera à recommencer l'année suivante. Construire un Rojava autonome est le meilleur moyen d'endiguer l'islamisme dans cette région.

Dans quel état se trouve aujourd'hui le Rojava ? Les Kurdes du PKK en Turquie ne sont pas connus pour leur fonctionnement démocratique...

Ceux qui pensent cela ne connaissent pas la situation dans la Turquie de Recep Erdogan, où l'on est soit idéologiquement opposé à lui, soit avec lui. Par ailleurs, les Kurdes syriens du Parti de l'union démocratique (PYD) et les Kurdes turcs du PKK, ce n'est pas la même chose. Si le PYD est bien une émanation historique du PKK, leurs agendas sont différents. Qu'ils soient alliés, bien sûr, les Kurdes n'ont aucun intérêt à être en bisbille entre eux.

Les Kurdes syriens ont pris leur autonomie et administrent le Rojava par eux-mêmes. À l'échelle de la démocratie locale, ils sont très horizontaux dans leur gestion. Il y a partout des comités de village. C'est du communalisme et c'est tout à fait inédit, surtout au Moyen-Orient. Si toutes les frontières de Rojava sont en guerre, les trois à quatre millions d'habitants vivent en paix, certes dans une certaine pauvreté, mais moins qu'il y a un an, parce qu'ils ont redéveloppé une part de l'économie, ainsi que l'agriculture - on est dans le croissant fertile. Au fond, ils bâtissent un État, qui fait trois fois la taille du Liban.

Comment les Kurdes du Rojava agissent-ils vis-à-vis des minorités ethniques et religieuses ?

Les Kurdes partent du principe qu'il y a deux choix. Soit on combat les minorités, soit on les intègre. Ils ont joué le jeu de l'intégration. C'est pour ça qu'il y a aujourd'hui les FDS. Les Arabes combattent avec les Kurdes. Quel exploit ! Normalement c'est à feu et à sang dans ces pays-là.

Certes, ils imposent de nombreuses règles, mais dans des sociétés patriarcales et conservatrices, ils n'ont pas le choix pour mettre fin à la polygamie et appliquer la parité. Partout, il y a un homme et une femme pour diriger. Les cafés sont ouverts, les filles sont en jupe. Ils ont recréé un service militaire, mais nous aussi, autrefois, quand la patrie était en danger, il y avait la mobilisation générale. Les déserteurs pouvaient être fusillés. En matière militaire, ils ont une verticalité du commandement. Un chef à l'Est donne un ordre à l'Ouest, il est exécuté tout de suite. Ils ont la conscience collective d'être dans une guerre existentielle. S'ils n'agissent pas ainsi, ils perdront face à des États et des groupes terroristes infiniment plus riches et nombreux qu'eux. Je n'ai vu à aucun moment un abus d'autorité de quelque sorte.

Les Kurdes commencent à toucher les dividendes de cet effort collectif et de cette intelligence des situations. On oublie souvent qu'au-delà des aspects militaires comme aujourd'hui à Raqqa, il faut aussi qu'il y ait les structures d'un État durable. En Irak, quand Mossoul sera définitivement libéré, on n'est pas du tout certain du résultat parce que rien ne dit que les Irakiens, divisés, pourront reconstruire politiquement la région.

La rédaction vous conseille


Frédéric Tissot : « Je ne crois plus à un Kurdistan unifié » (23.10.2016)

Frédéric Tissot qui fut l'un des pionniers des «raids» audacieux lancés au Kurdistan et en Afghanistan par Aide médicale internationale.
Par Thierry Oberlé
Publié le 23/10/2016 à 17h17

INTERVIEW - L'ancien French doctor, qui a été consul de France à Erbil, évoque sa passion pour le peuple kurde mais s'interroge sur l'avenir de la région après la chute de Daech.
Sa vie est un roman. Il vient d'en faire le récit dans un livre, L'Homme debout (avec Marine de Tilly, Éditions Stock, octobre 2016). Frédéric Tissot fut une figure des French doctors mais, en 2006, a été victime en Haïti d'un accident qui l'a cloué dans une chaise roulante. En 2007, le baroudeur humanitaire a été nommé premier consul de France au Kurdistan irakien avant de rentrer en France il y a deux ans.

LE FIGARO. - Vous êtes une légende vivante  au Kurdistan. À Erbil, vos admirateurs vous saluent en vous baisant la main. Comment expliquez-vous cette incroyable notoriété?

Frédéric TISSOT. - J'ai commencé à arpenter les montagnes du Kurdistan au début des années 1980. Tous les combattants pechmergas et les cadres politiques des guérillas kurdes me connaissaient. Abdulrahman Ghassemlou, le chef de l'insurrection assassiné par le régime de Khomeini, était mon ami. Je parlais kurde, j'étais habillé en kurde, j'étais devenu kurde. Je soignais des blessés, j'accouchais des femmes. J'étais un docteur parmi eux quand Saddam a attaqué. Les gens savent que j'étais dans les avions français en 1991 pour larguer des vivres aux réfugiés, que je me suis battu avec Bernard Kouchner pour obtenir des Nations unies le vote de la résolution 688 instaurant une zone d'exclusion aérienne qui a stoppé les bombardements irakiens. Quand une personne me salue en me disant «Vous avez sauvé mon père», elle raconte une histoire qui devient une légende. Comme ce vieux pechmerga de Mahabad en Iran venu au consulat de France à Erbil au Kurdistan irakien me montrer des photos vieilles de trente ans de notre hôpital souterrain. J'ai toujours été animé d'une espèce de passion pour ce peuple.

Vous avez été nommé en 2007 consul de France  à Erbil. Comment l'anticonformiste que vous êtes s'est-il mué en diplomate?

J'étais très disponible. Je circulais dans mon fauteuil roulant dans les rues et mon consulat était ouvert malgré les obligations de sécurité. J'ai essayé de favoriser l'émergence d'une vraie démocratie dans cette région, même si ce n'est pas facile en raison du poids historique des clans. Je n'avais pas d'instruction de Paris pour cela, mais l'influence française ce n'est pas seulement le commerce, les armes et la francophonie. Quand on est diplomate français, on ne va pas pousser à la dictature. Il faut parler, aider, éduquer à tous les niveaux. J'étais sans doute le seul diplomate de la place à pouvoir m'entretenir aussi librement avec les politiques, les hommes d'affaires, les gens de culture. Parfois, cela irritait un peu…

Vous êtes partisan de l'indépendance du Kurdistan?

Je ne crois plus depuis plus de trente ans à cette espèce de rêverie d'un Kurdistan unifié. Le temps a fait ses effets depuis les traités de Sèvres et de Lausanne et la chute de l'Empire ottoman. Les Kurdes se sont retrouvés dans des pays différents avec des langues et des cultures qui les ont imprégnés. De même, qu'il existe plusieurs Kurdistan, il y a plusieurs pays arabes. C'est ainsi. Les Kurdes peuvent faire part de leur envie d'indépendance, mais c'est à eux de l'obtenir. Personne ne va l'offrir sur un plateau parce que dans le fond le monde s'en fout. Au Kurdistan irakien, la région kurde qui bénéficie de la plus grande autonomie, certains ne souhaitent pas que le président Barzani soit le chef historique de l'indépendance. Et en Turquie, le marxiste Abdullah Ocalan, chef du PKK, voit d'un mauvais œil ce «petit» Barzani ancien chef féodal reçu par les chefs d'État obtenir avant lui ce qu'il cherche en Turquie et en Syrie.

Vous défendez aussi les chrétiens d'Orient  et les yazidis.

J'ai dénoncé dès le premier jour la tentative de génocide des yazidis engagée par l'État islamique à partir d'août 2014. Les chrétiens d'Irak qui ont toujours vécu dans ce pays ont été contraints à l'exode. Ils ont le droit de vouloir vivre dans un pays où ils seraient enfin tranquilles. Par exemple, dans la plaine de la Ninive, une province administrativement homogène mais géographiquement dispersée. C'est compliqué mais pourquoi pas? Arrêtons d'imposer aux hommes de cultures différentes des systèmes et des organisations qui ne correspondent absolument pas à leurs souhaits.

Comment voyez-vous l'avenir de la région?  Quel rôle va jouer la Turquie?


Ankara fera tout pour s'installer à Mossoul à la chute de Daech, pour y assurer la sécurité «au nom» du camp occidental. Mais surtout pour recréer de facto le vilayet de Mossoul (Mossoul-Erbil-Kirkouk-Khanakin) de l'Empire ottoman. Son allié tout trouvé sur place est le président kurde, Massoud Barzani. Et personne ne pourra trouver à y redire. En Syrie, l'objectif est identique pour Raqqa: assurer un rôle de «police» dans toute la zone, tout en empêchant les velléités du PKK-PYD de créer une zone kurde. La Turquie permettra bien sûr à Bachar de rester au pouvoir dans la Syrie utile, respectant ainsi les vœux de Moscou et de Téhéran. Ainsi Ankara restera fermement sur ces positions, avec ses chars, ses avions et ses milliers de soldats jusqu'à ce que la «future Conférence internationale» devant régler la problématique de cette partie du monde ait effectivement trouvé des solutions acceptées par «tous» et validées par l'ONU. Ce processus peut durer une dizaine d'années, voire beaucoup plus. La Turquie aura gagné son nouveau sultan et la profondeur stratégique qu'elle a perdue avec la fin de l'empire…

Syrie : l'intervention turque contre Daech est un prétexte pour lutter contre les Kurdes (24.08.2016)

Par Alexis Feertchak
Publié le 24/08/2016 à 18h15

FIGAROVOX/ENTRETIEN - L'armée turque est intervenue en Syrie à Jarablos, ville tenue par Daech. Pour Gérard Chaliand, il s'agit d'abord pour Erdogan d'empêcher la création d'un Kurdistan syrien sur fond de rapprochement tactique entre Moscou, Ankara et Damas.


Gérard Chaliand est un universitaire et écrivain, spécialiste des conflits armés et des relations internationales et stratégiques. Il a enseigné à l'ENA, à l'École de Guerre ainsi qu'à Harvard, à Berkeley et à Singapour. Auteur de nombreux ouvrages, traduits dans un douzaine de langues, dont l'anglais pour une vingtaine d'entre eux, il a publié dernièrement Pourquoi perd-on la guerre? Un nouvel art occidental (éd. Odile Jacob, mars 2016).

FIGAROVOX. - L'Armée turque est intervenue au Nord de la Syrie pour reprendre à Daech la ville de Jarablos, l'un des derniers points de passage de l'Etat islamique entre la Syrie et la Turquie. Pourquoi la Turquie intervient-elle aujourd'hui ?

Gérard CHALIAND. - A Jarablos en Syrie, Erdogan intervient moins pour détruire l'Etat islamique que pour contrer l'avancée des Kurdes. En effet, Jarablos se trouve dans cette zone de Daech prise en tenaille entre les deux régions kurdes d'Afrin et de Kobané. Les Kurdes continuent d'avancer face à Daech et souhaitent faire se rejoindre ces deux régions. Cette jonction était en train de se faire depuis que les Kurdes de Syrie avaient pu se rendre maître de la ville de Manbij il y a quelques semaines. Pour Erdogan, un territoire d'un seul tenant entre les mains des Kurdes de Syrie est une chose absolument non négociable, car ceci signifierait qu'il n'y aurait plus la possibilité d'un passage directe entre la Turquie et la Syrie. C'est donc un prétexte si Erdogan attaque aujourd'hui Daech, alors qu'en réalité c'est un mouvement qu'il a aidé pendant très longtemps. Depuis, il a envoyé dans cette région d'autres troupes islamistes, formées directement en Turquie, notamment des Turkmènes. Le président turc veut empêcher à tout prix cette jonction kurde et, à cette fin, envoie son armée et d'autres troupes syriennes islamistes contre Daech.

Dans quelle mesure cette intervention est-elle liée au récent rapprochement entre Recep Erdogan et Vladimir Poutine?

Jusqu'à présent, l'Armée turque n'était pas intervenue au sol et s'était contentée de tirer au mortier parce qu'elle craignait que la Russie ne la bombarde. L'Etat-major à Ankara avait parfaitement conscience que les troupes turques ne pouvaient pas franchir la frontière au risque de se retrouver en position de faiblesse. Recep Erdogan a rendu visite au président Poutine et a obtenu que la Russie ne procède pas à un tel bombardement. En échange, Recep Erdogan reconnaît finalement que le régime de Damas ne tombera pas et que Bachar el-Assad demeurera en fonction, au moins provisoirement. C'est un prêté pour un rendu, un accord tactique, qui arrange Moscou, Ankara et Damas.

Comment le régime de Damas observe-t-il cette intervention de la Turquie contre Daech et, en réalité, contre les Kurdes?

Jusqu'à présent, le régime de Damas était relativement neutre à l'égard des Kurdes de Syrie dans la mesure où ceux-ci ne l'attaquaient pas. Entre Bachar el-Assad et les Kurdes, il y avait une sorte d'accord tacite : «tu ne m'attaques pas, je ne t'attaque pas». Ceci pouvait s'entendre dans la mesure où les islamistes (membres ou non de Daech) sont l'ennemi principal du gouvernement de Damas.

Maintenant que le régime s'est renforcé, surtout depuis l'accord russo-turc, Bachar el-Assad ne veut pas non plus que les Kurdes de Syrie deviennent trop importants. Il partage cette position avec Recep Erdogan. C'est la raison pour laquelle le régime de Damas a attaqué Hassaké au Nord-Est de la Syrie. Cette ville était en partie contrôlée par les troupes de Bachar el-Assad mais se trouve en plein dans la région de Syrie contrôlée par les Kurdes. Sur la question du bombardement d'Hassaké, n'oublions pas ce sont les troupes américaines qui ont aussi directement attaqué les troupes de Bachar. Ils l'ont fait pour permettre aux Kurdes de Syrie de ne pas être bousculés dans cette ville. On est donc dans un imbroglio extrêmement complexe !

Sur le point précis des Kurdes en revanche, Recep Erdogan et Bachar el-Assad ont bien des intérêts en partie convergents. La politique d'Erdogan est une politique extrêmement rapide et vive qui passe d'une alliance circonstancielle à une autre de façon à conserver la main quelles que soient les difficultés. Pour lui, la seule chose non négociable, ce sont les Kurdes de Syrie qui ont partie liée avec les Kurdes turcs du PKK et, de ce côté-là, il a raison.

Avec l'intervention turque, les Kurdes ont-ils militairement la possibilité, après la reprise de Manbij, de continuer d'avancer contre Daech pour unifier entièrement leur territoire tout le long de la frontière Nord de la Syrie?

Ils ont très peu de temps! Il va falloir qu'ils aillent vite. Leur but n'est plus tellement de prendre Jarablos parce que se heurter aux troupes turques serait une erreur énorme. En passant plus au Sud de Jarablos, ils vont chercher à interdire le passage entre la Turquie et la Syrie et à unifier entièrement les différents territoires kurdes, notamment entre les cantons d'Afrin et de Kobané. S'ils y arrivent, on ne pourra plus passer impunément de Syrie en Turquie. Est-ce que les troupes turques vont avoir l'ordre d'aller plus au Sud pour empêcher ce projet kurde d'un «Rojava» (nom du Kurdistan syrien, ndlr.) unifié? Je n'en sais rien, mais, pour les Kurdes de Syrie, il y a encore une foule de difficultés. Tout le territoire dont il est question - comme la Djézireh, j'y étais l'année dernière - est un terrain absolument plat comme la main. C'est absolument indéfendable ! On n'est pas du tout dans la configuration montagnarde qui est celle des Kurdes en Irak ou des kurdes de la région de Hakkari en Turquie.

Cet étonnant rapprochement entre Damas et Ankara sur la question kurde peut-il changer la donne à Alep, capitale économique de la Syrie qui est coupée en deux entre d'un côté le régime, soutenu par la Russie et l'Iran, et de l'autre les rebelles islamistes, soutenus par la Turquie?

Les troupes que les Américains appellent les rebelles « modérés » peuvent remplir trois hôtels ! Il n'y a pas de mouvement démocratique.

Non, on reste dans le cas de la bataille d'Alep dans une configuration complètement différente. Le régime de Damas qui est appuyé par l'Iran depuis le tout début du conflit n'a absolument pas les mêmes intérêts que la Turquie qui n'a jamais cessé d'appuyer les islamistes. A terme, l'intérêt de la Turquie demeure la chute du régime de Bachar el-Assad et la victoire des islamistes. Car qui sont les «rebelles» soutenus par la Turquie? C'est l'ex Front al-Nosra qui s'est rebaptisé Front Fath al-Sham, c'est le Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), c'est Ahrar al-Sham, autrement dit tous les mouvements islamistes qui composent la constellation des islamistes de Syrie. En réalité, les troupes que les Américains appellent les rebelles «modérés» peuvent remplir trois hôtels! Il n'y a pas de mouvement démocratique proprement dit dans ce pays.

Après cinq ans de guerre en Syrie, assiste-on à un début de compromis entre les grandes puissances régionales ? Comment se positionnent les Etats-Unis qui soutiennent les Kurdes au sein du Front démocratique syrien tout en se rapprochant des Russes et en se déliant des islamistes ?

Il n'y a aucun compromis régional car il n'y a aucune solution en vue pour la Syrie! Il y a certes quelques avancées. Aujourd'hui, les Russes et les Américains sont d'accord pour être opposés aux islamistes. Ils sont aussi globalement d'accord pour être les soutiens des Kurdes de Syrie, à l'exception de l'accord par lequel Moscou reconnaît que les troupes turques peuvent pénétrer à Jarablos sans être bombardées.

Pour le reste, les Etats-Unis vont continuer à avoir la même politique, c'est-à-dire ne pas rompre avec la Turquie, qui reste un allié important à terme. La situation est certes tendue aujourd'hui, mais ceci ne devrait pas remettre en cause l'équilibre général. Un exemple de ces tensions : les Américains pourraient avoir retiré leurs armes nucléaires de la base turque d'Incirlik qu'ils utilisent depuis la Guerre froide et qui est un lieu extrêmement stratégique. Du côté turc, il y a une véritable campagne qui vise à désigner les Américains comme étant derrière le coup d'Etat manqué de juillet. D'une façon générale, les théories du complot plaisent beaucoup au Moyen-Orient ! A mon avis, dans le cas précis de la tentative de coup d'Etat, les Etats-Unis n'ont pas été mêlés à cette affaire. Ceci dit, il est vrai que les Etats-Unis ont manifesté de l'hostilité à l'égard de la politique d'Erdogan. Ainsi, quand ce dernier s'est rendu aux Etats-Unis pour rendre hommage à Mohamed Ali, lors de ses funérailles, la famille du boxeur a «interdit» au président turc de prendre la parole. Personne ne va nous faire croire que la famille a pu prendre, sans l'accord de Washington, la décision d'interdire à un chef d'Etat de prononcer quelques mots. Un message a été clairement adressé par les Etats-Unis à Recep Erdogan : Washington n'apprécie pas du tout la politique qu'il pratique !

Les Turcs sont très forts ! Il faut reconnaître que M. Erdogan quoi qu'on puisse en penser par ailleurs est un chef d'Etat qui a beaucoup de talent.

Depuis deux ou trois ans, les agendas de l'Arabie Saoudite et de la Turquie ne suivent plus du tout celui de Washington. Il y a des alliances dont on peut dire - pour rester mesuré - qu'elles sont très ambiguës. En Syrie, on est dans un imbroglio complet où vos soi-disant alliés sont aussi vos adversaires. La Turquie virevolte d'un acteur à l'autre. En quelques années, les Turcs sont passés d'un antisionisme prononcé à des rapports cordiaux avec l'Etat hébreu, d'antagonismes virulents avec la Russie à des excuses officielles pour l'avion qu'ils ont abattu et à un rapprochement avec Moscou, d'une condamnation totale du régime de Damas - après l'avoir soutenu pendant de longues années - à un abandon du départ de Bachar el-Assad comme préalable à toute négociation. Tout ça, c'est de la tactique diplomatique. Les Turcs sont très forts ! Il faut reconnaître que M. Erdogan - quoi qu'on puisse en penser par ailleurs - est un chef d'Etat qui a beaucoup de talent.

La rédaction vous conseille :
Commentaires : 

Paul Meirion :
Il est toujours délicat de comparer un personnage à Hitler, tant le personnage était méprisable.
Dans le cas Erdogan, on peut, ne serait-ce que parce qu'il a clamé qu'il admire les méthodes d'Hitler. Même le pacte turco-russe a un air de déjà-vu.
En sus, il ne faut pas oublier que la Turquie a un passé expansionnistes, belliciste, impérialiste et génocidaire.
L'invasion actuelle n'est que la continuation d'une série qui comprend l'invasion, l'occupation et la colonisation de la moitié de Chypre.
Sachant que les "rebelles modérés" sont pratiquement une vue de l'esprit, Erdogan est en train d'implanter un régime islamiste qui ne bloquera absolument pas le bizness entre la Turquie et l'EI., ni l'arrivée de "combattants" et de pétrodollars.
Ce régime islamiste ne sera pas une barrière, mais un pont entre la Turquie et les territoires des barbares de l'EI.

Bernard Durand :
Bien sur que l'objectif prioritaire pour erdogan est d'essayer de barrer la route aux kurdes,sinon il serait intervenu plus tot,c'est bien l'avancée des kurdes qui l'y a poussé.D'ailleur quelle perte a été infligée a DAESH? DAESH s'est retiré sans combattre,comme s'ils avaient été prévenu de cette attaque.Comment le savaient-ils?Pourquoi n'y a-t-il pas eu d'effet surprise? erdogan continue manifestement de lutter mollement contre les islamistes

Jacques Pin :
Parmi les dirigeants Occidentaux, Obama et Hollande en tête, tous savent pertinemment que la cible de l'armée Turque ce sont d'abord les combattants kurdes, bien avant ceux de l'EI. Mais ils ne disent rien, se faisant ainsi complice d'une infamie.

Silverfox83 :
je vais souvent en TURQUIE pour mon travail et ceci m'amene a frequenter tous les milieux, je suis abasourdi par l'absence de clairvoyance de nos gouvernements sur Erdogan ..personne ne voit, ou plutot, NE VEUT VOIR , que ce dictateur est le futur HITLER du moyen orient. on sait ce que coûte cette politique de l'Autruche à la Chamberlain et Daladier... ca finit, hélas, toujours mal !!!

Rebellio
Seuls les naïfs, ou ceux qui font semblant de l’être,( c'est à dire les politiques occidentaux dont c'est devenu le métier), ont cru que la Turquie volait au secours des kurdes et indirectement des chrétiens.
Car Erdogan , de fait, soutient les islamistes les plus radicaux. . .

Allo ou à l’huile :
Encore une belle histoire inventée de toutes pièces. L'armée Turque intervient dans cette localité, parce que c'est là que sont principalement entreposés les stocks d'armes que les occidentaux fournissent à tous les opposants au régime. Aucun rebelle n'a participé à l'opération, vue que le but est clairement de détruire ces armes, et non de les ramener, notamment tous les missiles antichar et les missiles sol air portables. Et par ailleurs, l'attaque n'a jamais été coordonnée avec les américains, qui se sont incrustés dans l'opération sans jamais y avoir été un seul instant conviés. La zone est clairement sous contrôle Kurde pro Bashar, et les seuls rebelles qui soient dans le coin, ce sont eux et les terroristes de Daesh/Al Nusra. Les Kurdes du Nord Ouest de la Syrie sont ceux qui ont défait les extrémistes Turcmènes, et sont soutenus par la Russie. Alors que les Turcs du Nord est de la Syrie sont soutenus par les américains, et toujours dans le but de s'emparer illégalement de territoires en vue de créer un Kurdistan, et d'y faire passer le pipeline mixte Nabucco depuis les royaumes du golfe. Sauf que cela n'aura jamais lieu, car aussi bien l'Iran, la Russie, la Chine, et même l'Inde, ne les laisseront faire...

Micraph :
C'est cousu de fils blancs et de la part d'une Turquie habitué aux génocides et éliminations de masse, il n'y a rien d'étonnant. Encore une fois le monde dit civilisé et l'ONU ferme les yeux et restent cois. Erdogan se débarrasse par la force de la laïcité avec l'aide aujourd'hui de la majorité Musulmane. Demain ces gens qui vivent dans une relative liberté intellectuelle grâce à la laïcité, seront les premiers à pleurer, quand un pouvoir type Iranien ou Saoudien les mettra au bout d'une corde parce qu'ils n'ont pas été à la prière.

Sensi :
Quelques faits :
"CIA operatives and U.S. special operations troops have trained and armed nearly 10,000 rebel fighters at a cost of $1 billion a year since 2012." (wikipedia, Syrian_Civil_War#Foreign_involvement)

"Joe Biden let the cat out of the bag when he told an audience at Harvard’s Kennedy School last October: “our allies in the region were our largest problem in Syria … the Saudis, the emirates, etc., what were they doing? They were so determined to take down Assad and essentially have a proxy Sunni-Shia war, what did they do? They poured hundreds of millions of dollars and tens of thousands of tons of military weapons into anyone who would fight against Assad, except the people who were being supplied were Al Nusra and Al Qaeda and the extremist elements of jihadis coming from other parts of the world.” (youtube, watch?v=dcKVCtg5dxM&t=53m20s)

"The Independent reported that [US ally] Saudi Arabia and [US ally, NATO's member] Turkey "are focusing their backing for the Syrian rebels on the combined Jaish al-Fatah, or the Army of Conquest, a command structure for jihadist groups in Syria that includes [al Qaeda-affiliated] Jabhat al-Nusra." (wikipedia, Al-Nusra_Front#External_support)



Les Kurdes acceptent de payer le prix du sang pour triompher de l'islamisme en Syrie (20/08/2016)
Par Alexis Feertchak Mis à jour le 20/08/2016 à 13:35 Publié le 19/08/2016 à 20:50

Patrice Franceschi auprès des combattantes kurdes des YPJ - Crédits Photo: DR.
FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Dans un entretien fleuve, l'écrivain-voyageur Patrice Franceschi, grand défenseur de la cause kurde depuis trente ans, révèle les ressorts de ce peuple héroïque qui, en Syrie plus qu'en Irak, combat avec une énergie inégalée l'État islamique.

Patrice Franceschi est un écrivain français. Il est également cinéaste, aviateur, marin et officier de réserve. Il a reçu en 2015 le prix Goncourt de la nouvelle pour son livre Première personne au singulier. Militant de la cause kurde depuis près de trente ans, il se rend en Syrie auprès d'eux depuis le début du conflit. Auteur de Mourir pour Kobané (éd. des Equateurs, 2015), il est à l'origine du projet de création d'un Centre culturel français au Rojava, le territoire kurde au Nord de la Syrie, aujourd'hui largement autonome, qui combat en première ligne l'État islamique.

FIGAROVOX. - À partir du début de la Guerre civile syrienne en 2011, vous vous rendez régulièrement dans les cantons kurdes du Nord du pays. Vous avez pu suivre la bataille de Kobané, à la frontière turque, qui a duré de septembre 2014 à juin 2015. Non seulement les Kurdes ont réussi à tenir ce bastion face aux djihadistes, mais ils ne cessent depuis d'avancer face à Daech, avec notamment la reprise récente de la ville de Manbij. D'où vient l'énergie des combattant(e)s kurdes ?

Patrice FRANCESCHI. - Kobané a vraiment été le Stalingrad des Kurdes, le moment de basculement de leur propre histoire. Entre sa libération et maintenant, ils ont incroyablement progressé sur le terrain militaire contre les islamistes. La bataille de Manbij a été le dernier moment, véritablement homérique, de cette guerre puisque cette ville du Nord du pays est le principal verrou des djihadistes. Elle barre en effet la jonction entre la capitale de Daech, Raqqa, et les territoires qu'ils tiennent dans la poche aujourd'hui encerclée du canton d'Afrin. C'est une défaite majeure pour eux. Cette bataille a été sanglante, d'une extrême dureté. Les Kurdes ont payé le prix du sang : en deux mois, plus de 1000 combattants ont été tués ou blessés. De l'autre côté, 3000 djihadistes sont morts et l'on compte le double de blessés.

L'énergie des combattants des Unités de protection du peuple (YPG en kurde) et des combattantes des Unités de protection de la femme (YPJ) vient d'une chose relativement simple. Ils savent pertinemment pourquoi ils se battent et acceptent pour cela de souffrir et de mourir. Ils se battent pour leur liberté afin d'en finir avec des siècles d'oppression arabe, ils se battent pour la démocratie, l'égalité entre les hommes et les femmes, la laïcité et le respect des minorités. Ce sont des points d'incandescence pour les djihadistes ! Leur énergie provient aussi d'une jeunesse qui refuse de migrer. Les jeunes Kurdes veulent se battre et s'investissent complètement dans la construction d'un nouvel État qui sera un exemple pour le Moyen-Orient.

Dans un village qui venait d'être libéré autour de Manbij, je voyais des slogans de Daech écrits en arabe: «Nous ne voulons pas de la démocratie des mécréants, ni de leur laïcité maligne, nous voulons vivre sous la gouvernance d'Allah». Les Kurdes à côté avaient écrit : «Je ne migrerai pas, je n'abandonnerai pas mon pays à l'ennemi». Voilà ce qui les motive. Le combat est idéologique. Les Kurdes, c'est la démocratie contre la théocratie, la laïcité contre les religieux, le Code civil contre la charia. Ils mènent une guerre existentielle.

En mars 2016, le parti kurde de l'union démocratique (PYD) a proclamé une entité fédérale sous le nom de «Rojava» qui comprend une grande partie des territoires historiquement kurdes du Nord de la Syrie. À quoi ressemble aujourd'hui ce Rojava ?

Les Kurdes mettent en place un véritable État. Il ne s'agit pas d'un proto-État contrairement à ce que j'entends souvent. Dans les territoires contrôlés, l'État fonctionne certes avec de maigres moyens, mais il rouvre les écoles et dispose d'une administration, avec une police, une armée, une justice. En quatre ans, ils ont fait un travail prodigieux et sont portés par un véritable état de grâce. Pourquoi? Parce que leur foi dans la démocratie et dans les valeurs qu'ils portent est plus forte que celle des islamistes radicaux qui les combattent. Ils nous démontrent que c'est possible, à condition d'être prêt à payer le prix fort.

Et justement, sur le front militaire?

Au combat, leurs unités sont extrêmement organisées, disciplinées et opérationnelles. Pour la prise de Manbij par exemple, il y a eu énormément de combats rapprochés à la grenade. On ne pouvait pas faire appel à l'aviation alliée parce que les djihadistes se servaient des 20 000 civils comme de boucliers humains. Il a donc fallu se battre rue par rue, maison par maison, pendant deux mois. Et finalement, sur le terrain, le fanatisme religieux s'est révélé inférieur à la défense kurde de la démocratie.

Ce qui m'a frappé, c'est qu'il n'y avait aucun journaliste étranger pendant la bataille de Manbij. Une telle bataille était un enjeu majeur de civilisation en plus d'être un objectif stratégique considérable - la prise d'une ville de 100 000 habitants par encerclement. Ce tournant de la guerre aurait mérité un récit au quotidien. Si les djihadistes avaient gagné, le verrou vers leur capitale, Raqqa, n'aurait pas sauté. Avec la perte de Manbij, ils ont perdu et leur capitale finira par tomber.

Comment les populations arabes sunnites des régions contrôlées par les Kurdes considèrent la création de ce Rojava ?

La question nécessite d'abord de connaître l'histoire. Dans les trois cantons historiquement kurdes du Nord de la Syrie, les populations arabes sont parfois extrêmement nombreuses, comme dans la zone de Manbij, mais leur implantation est récente. La politique d'arabisation de Bachar el-Assad et de son père Hafez depuis une cinquantaine d'années a consisté à coloniser les zones kurdes avec des centaines de milliers d'arabes. Le régime de Damas confisquait les terres d'un village kurde et bâtissait en face une colonie arabe. Il faut avoir cette politique de colonisation à l'esprit quand on se demande ce qu'en pensent les arabes du coin. Les colons arabes sont des illégaux qui ont confisqué les terres des Kurdes.

Malgré cela, les Kurdes se refusent à les exproprier en récupérant leurs actes de propriété parce que le respect des minorités fait partie de leur constitution. Ils sont néanmoins bien embarrassés. Dans la population arabe, il y a deux catégories distinctes. D'un côté, il y a ceux qui sont très violemment anti-islamistes et qui ont rejoint depuis longtemps les Kurdes parce que ces derniers sont les seuls capables de les défendre. Les Chrétiens, notamment syriaques, font le même raisonnement. De l'autre côté, il y a ceux qui ne sont pas forcément islamistes, mais qui refusent le fait que les Kurdes, leurs anciens soumis, leurs valets qu'ils méprisaient, puissent gagner et diriger demain un État. Ceci leur est même insupportable. Les Kurdes font des efforts considérables pour les convaincre qu'ils ne seront pas des minorités opprimées dans leur État du Rojava. Le vice-Premier ministre est un arabe, le co-préfet de Djézireh est un arabe. Partout les Kurdes placent des arabes dans les administrations en leur proposant de participer à la nouvelle société qu'ils créent. Ce système fonctionne plutôt bien, mais des frictions demeurent dans certaines zones où les arabes se disent : effectivement, on ne voulait pas des djihadistes, franchement, c'était trop de se faire égorger en place publique, de se faire bastonner parce que l'on fume, etc. mais on aurait préféré finalement être libéré par Bachar el-Assad plutôt que par des Kurdes.

Quelles sont les relations du Kurdistan syrien de facto autonome avec le régime de Damas ?

On raconte souvent qu'il y a des collusions entre les Kurdes de Rojava et le régime de Damas. C'est là encore oublier l'histoire. La plupart des chefs politiques et militaires kurdes ont été en prison sous Bachar el-Assad. Ils détestent profondément le régime. Mais les combattants des YPG sont des gens pragmatiques. Ils savent très bien qu'ils ne peuvent pas mener de front deux batailles en même temps, à la fois contre Bachar el-Assad et contre les djihadistes. Ils passent là où il le faut, momentanément, tactiquement, des sortes d'accords de gentleman agreement avec le régime parce que l'intérêt commun est de faire front contre les djihadistes. Partout où il y a une faiblesse du régime - comme à Hassaké -, les Kurdes réattaquent le régime de Bachar el-Assad pour petit à petit le faire disparaître du territoire de Rojava.

Qamishli et Hassaké sont les deux derniers territoires du régime de Damas sur le territoire kurde. Très régulièrement, les Iraniens qui sont pro-Bachar tentent de fomenter des émeutes des arabes du coin contre les Kurdes pour les déstabiliser. L'objectif final de Bachar el-Assad sera de revenir au statu quo ante bellum, ce que les Kurdes savent très bien. Quand j'étais à Qamishli, je voyais les gens de Bachar tenter depuis leur petit réduit de sortir dans la ville pour f....e le b….l ! Penser qu'il y a une collusion entre les Kurdes et Bachar est une erreur grave. La réalité est qu'il s'agit seulement de moments tactiques.

Le Rojava est composé des trois cantons historiquement kurdes d'Afrin, de Kobané et de Djézireh (d'Ouest en Est) au Nord de la Syrie. Mais il y a encore une zone entre Afrin et Kobané près de Manbij que les Kurdes ne contrôlent pas. D'ici quelques mois, les Kurdes syriens pourront-ils réunifier ces trois cantons ?

Absolument. Pour réunifier le Rojava, il reste notamment à libérer le verrou d'Al-Bab sur la route d'Afrin, aujourd'hui aux mains de l'État islamique. L'objectif officiel de l'État-major kurde est de poursuivre l'offensive vers Al-Bab pour faire se rejoindre Afrin et Kobané. En même temps, cet objectif vital pour le Kurdistan syrien aura pour avantage de couper entièrement la route de ravitaillement des djihadistes vers la Turquie. Raqqa tombera après. Ce sont les plans à quelques mois de l'Etat-major kurde. Ils sont éminemment favorables aux Occidentaux puisque faire tomber Raqqa, la capitale de l'État islamique en Syrie, portera le coup final au Califat dans cette région.

Aujourd'hui, les combattants kurdes des YPG dominent le «Front démocratique syrien» qui regroupe également des combattants arabes et syriaques. Cette coalition pourrait-elle reprendre elle-même la ville de Raqqa, historiquement arabe, sans présence kurde ? Les FDS pourront-ils arriver à Raqqa avant l'Armée syrienne du régime de Damas ?

Les FDS - et pour parler franc les Kurdes - veulent prendre Raqqa. En 1944, les Alliés sont arrivés à Strasbourg. La France était entièrement libérée. Qu'ont fait les Français ? Ils sont allés jusqu'à Berlin! Les Kurdes savent très bien que s'ils s'arrêtent à la frontière du Rojava, face à un ennemi qui a voulu leur disparition, ils le laisseront se renforcer et Daech les réattaquera après. Pour les Kurdes, il est vital que Raqqa tombe, comme Berlin. Après, Raqqa est une vraie ville arabe, ce n'est pas une ville kurde colonisée par les arabes comme Manbij. Les Kurdes sont intelligents et le Front démocratique syrien va les servir car celui-ci, avec ses éléments arabes, va attaquer Raqqa. Ce ne sont pas directement les YPG kurdes qui attaqueront la capitale de Daech. Quand Raqqa sera tombé, les Kurdes laisseront les arabes qui les ont rejoints diriger la ville et la tenir pour eux. Raqqa deviendra une zone tampon pour protéger le Rojava kurde.

Pour répondre à votre deuxième question sur la course à Raqqa entre les FDS et le régime, il y a plusieurs choses. La priorité des Kurdes aujourd'hui est de contrôler entièrement la poche entre Afrin et Kobané pour réunifier le Rojava. Ce n'est donc pas dit qu'ils arrivent les premiers à Raqqa, même si, comme nous le voyions à Alep, les forces de Bachar el-Assad sont beaucoup moins efficaces que les Kurdes, et ce malgré l'appui russe et iranien.

La chute de Raqqa pourrait donc advenir dans les prochains mois. Mais les Kurdes sont très inquiets des grandes négociations qui ont lieu en ce moment entre la Syrie, la Turquie, la Russie et l'Iran. Ils se méfient de ces tractations qui pourraient leur voler leur victoire militaire.

Il y a des Kurdes au Nord-Ouest de l'Iran, qui sont proches du PKK turc. Quel rôle joue Téhéran vis-à-vis du Rojava ?

Téhéran soutient Bachar el-Assad, qui ne soutient pas vraiment les Kurdes de Syrie. Les Kurdes se méfient comme de la peste de l'Iran, comme de la Turquie ou des Arabes d'ailleurs. Ils ne connaissent pas encore très bien les implications du rapprochement des Occidentaux avec les Iraniens, mais aussi du rapprochement de l'Iran avec la Russie et la Turquie. Ils craignent de faire partie du festin…

Quel est le jeu de la Russie justement ? Historiquement, l'URSS était proche du PKK turc pour endiguer une Turquie membre de l'OTAN. Ils ont été les premiers par ailleurs à ouvrir un bureau de représentation du Rojava, à Moscou, dès l'automne 2015…

Il y a effectivement ce contexte historique qui remonte à l'époque de la Guerre froide. Mais aujourd'hui, surtout depuis le réchauffement entre Moscou et Ankara, il y a les contraintes immédiates qui sont pour les Russes la sauvegarde de Bachar el-Assad. Celle-ci pourrait se faire sur le dos des Kurdes si les Turcs parvenaient à convaincre les Russes d'un accord politique possible qui soit donnant/donnant. N'oublions pas que ce sont les Turcs qui financent les groupes rebelles contre Bachar el-Assad. Les enjeux actuels des négociations font craindre aux Kurdes qu'ils soient les dindons de la farce et que leur victoire militaire sur le terrain, qu'ils paient réellement du prix du sang, se transforme demain en échec politique. Les grandes nations pourraient détourner les yeux et laisser faire les nations régionales pour régler le problème kurde et l'éliminer définitivement. Les Kurdes ont déjà connu ça dans leur histoire !

Vous pensez au traité de Sèvres qui prévoyait en 1920 la création d'un État kurde ?

Effectivement. Les Kurdes avaient joué le jeu d'être avec les pays de l'Entente contre l'Empire ottoman et les Allemands en 1914. Ils leur avaient promis ce qu'ils méritent : un État-nation de 40 millions d'habitants qui n'est ni arabe ni ottoman, ni perse. Cette promesse d'un Kurdistan a été signée lors du traité de Sèvres de 1920 découpant en plusieurs États les restes de l'Empire ottoman. Mais ces accords n'ont jamais été appliqués et les accords de Lausanne de 1923 ont renié cette promesse d'un Kurdistan. Les Kurdes savent bien que la politique peut trahir leurs victoires militaires. Ils sont donc très inquiets pour la suite, d'autant plus que, depuis des mois, le Rojava est victime d'un blocus total, par les Turcs au Nord, au Sud et à l'Ouest par l'État islamique ou par Bachar el-Assad, mais aussi maintenant à l'Est par l'Irak. Contrairement aux années précédentes, entre le moment où j'ai voulu sortir de Rojava et le moment où j'y suis revenu, il s'est écoulé quatre semaines pour trouver une solution clandestine pour passer de nuit avec les chefs kurdes. Tout est fait actuellement pour empêcher les mouvements des chefs à l'étranger, aucun blessé - et il y en a des milliers - ne peut être évacué vers l'extérieur dans des hôpitaux corrects. Aucune aide humanitaire ne passe. Aucun journaliste et aucune ONG ne sont présents. Et malgré cette asphyxie, les Kurdes se battent et ils gagnent même. Je peux vous dire que ce n'était pas gagné d'avance !

Puisque vous parlez de l'Irak, quand on pense aux Kurdes, on pense plus souvent aux Kurdes d'Irak qu'à ceux de Syrie. Après l'intervention américaine de 2003, la Constitution irakienne de 2005 a reconnu la création d'un Kurdistan autonome au Nord du pays. Ce Kurdistan irakien avec ses «peshmergas» participe aux côtés de l'armée irakienne et de la coalition internationale à la lutte contre l'État islamique en Irak, notamment pour reprendre Mossoul, l'autre capitale régionale de Daech. Quels sont les liens entre le Kurdistan syrien et le Kurdistan irakien ?

Depuis qu'il est autonome, le Kurdistan irakien est divisé en deux. Au Nord, c'est le clan de Massoud Barzani, au Sud, celui de Jalal Talabani. Au Nord, Barzani, qui a le pétrole, est dans les mains des Turcs. Ils font des pressions colossales sur lui. Quand il n'obéit pas, les Turcs referment le robinet et il n'y a plus d'argent. Barzani ferme donc la frontière avec le Kurdistan syrien et ne soutient d'aucune manière le Rojava. Au Sud, et c'est par là qu'on peut passer, le clan de Jalal Talabani, leader de l'Union Patriotique du Kurdistan (UPK), est moins dans les mains des Turcs. Il soutient les gens du Rojava syrien et parvient à les alimenter. Ça fait un peu d'oxygène qui passe. Mais c'est très peu ! Les Turcs font des pressions colossales que même les Américains n'arrivent pas à lever réellement pour que les Kurdes d'Irak ne soutiennent pas ceux de Syrie, pour les asphyxier.

Je les connais bien pour aller depuis de longues années au Kurdistan irakien et je suis très déçu de leur part. Les «barzanistes» jouent le jeu de la Turquie et, de surcroît, ne font absolument pas ce qu'il faut contre l'ennemi commun qu'est l'État islamique. Je suis aussi souvent du côté irakien près de Mossoul et franchement les Kurdes irakiens ne se battent pas.

C'est ce qu'on avait dit en 2014, qu'ils avaient déguerpi et qu'ils n'avaient pas soutenu les Yazidis et les Chrétiens qui fuyaient Daech, quand ils n'avaient pas directement été massacrés par les djihadistes…

Ce sont les YPG syriens et le PKK turc qui ont sauvé les Chrétiens et les Yazidis, pas les peshmergas irakiens ! Les articles de presse sur les peshmergas de Barzani qui combattent les djihadistes sont à mourir de rire. Une poignée de soldats du Califat isolés dans des masures parviennent à tenir en respect un bataillon entier de peshmergas pendant une journée. Alors évidemment qu'à la fin de la journée, ces malheureux djihadistes sont morts! L'inverse serait inquiétant. Je connais bien les Peshmergas irakiens, ils ont pris vingt kilos en vingt ans de confort.

Les peshmergas de Barzani font la Une des médias parce que tout est organisé sur le terrain pour les médias. Ils ont des «fixeurs», qu'il suffit de payer 500 dollars la journée, pour accompagner les journalistes . Mais sur le terrain, c'est de la rigolade : en deux ans face à Mossoul, ils n'ont pas avancé d'un mètre. Alors, oui, il serait temps qu'ils s'y mettent un petit peu ! Les Américains leur ont fourni des blindés, des Humvee (blindés légers de l'Armée américaine, ndlr.) et quantité d'armements. À l'inverse, en deux ans, les YPG en Syrie ont conquis un territoire qui est grand comme trois fois le Liban et ce contre une armée djihadiste infiniment plus puissante, à la fois en nombre d'hommes et en matériel.

Quelle est la position des États-Unis vis-à-vis du Rojava syrien ? Ils sont bien à l'origine de la création du Front démocratique syrien…

Ce n'est pas comme ça que je dirais les choses. C'est une vision vue sous un angle trop occidental. À un moment donné, pour arriver dans les zones colonisées par les arabes, les Kurdes eux-mêmes ont réfléchi au fait qu'il était possible de réunir dans un même ensemble militaire tous les colons arabes qui les soutenaient et qui partageaient leur anti-islamisme. C'est ainsi que les YPG kurdes ont pensé à la création du Front démocratique syrien (FDS) regroupant des arabes et des syriaques. Une fois que ceci a été fait par les Kurdes, les Américains ont donné leur aval et depuis les soutiennent. Voilà comment ça s'est passé. Ce n'est pas l'inverse. Je peux vous assurer que sur le terrain, quand vous êtes avec les chefs politiques et militaires kurdes, ils ne s'en laissent pas conter. Ils sont prêts à payer le prix de leur indépendance et de leur autonomie.

Les Américains ont envoyé officiellement des forces spéciales, des «conseillers militaires» et appuient l'avancée des FDS avec des frappes aériennes. Comment se passe cette coordination entre les Kurdes et les Américains ?

Les forces spéciales sont effectivement présentes sur le terrain. C'est officiel et les frappes aériennes ont été efficaces. Mais dans la bataille très précise de Manbij, du fait que les djihadistes se sont immédiatement emparés des populations civiles pour en faire des boucliers humains, les frappes étaient impossibles, en tout cas à l'intérieur du théâtre d'opérations. Les frappes à l'extérieur servaient à empêcher le constant ravitaillement des djihadistes en hommes et en munitions. N'oublions pas que des renforts arrivaient tous les jours de Turquie !

Mais imaginer que les Kurdes de Syrie sont instrumentalisés par les Américains, c'est franchement une erreur d'appréciation. C'est incompatible avec la psychologie, la mentalité et la détermination des YPG. En réalité, la concordance des intérêts a fait que chacun a joué son rôle dans une autonomie extrêmement sourcilleuse. Je vais vous donner un exemple : A la fin de la bataille de Manbij, des négociations ont commencé avec les Kurdes et les 300 derniers djihadistes qui étaient encore présents dans la ville, avec leurs familles et 400 blessés. Mais ils retenaient encore en otage plusieurs milliers de civils. Les Kurdes ont réussi à les convaincre de quitter la ville et leur ont promis de ne pas leur tirer dessus s'ils abandonnaient leurs armes lourdes et tout le reste. Les djihadistes étaient d'accord, mais craignaient que les Américains les attendent de l'autre côté et, une fois dans la campagne vers la Turquie, les massacrent tous. Ils exigeaient donc comme condition que les Américains ne les attaquent pas une fois leur départ de Manbij. Les Kurdes ont obtenu cela des Américains. Sinon, la bataille continuait et les 20 000 civils n'auraient pas été sauvés. Les Kurdes me disaient récemment: «vous voulez qu'on explique à nos filles et à nos garçons qu'ils perdent leur vie pour vous, pour des choses qui ne sont pas l'intérêt de notre patrie ? Jamais !». Ce sont des durs à cuire. Ils ne sont pas instrumentalisés, ils cherchent des alliances et ils les passent d'égal à égal.

Quelles sont les relations du PYD syrien avec le PKK turc ?

Elles sont bonnes. Et heureusement qu'elles sont bonnes. Là encore, on dit souvent que le PYD syrien est une annexe du PKK. C'est faux. Comme disent les Kurdes de Syrie : « Nous, c'est nous, eux, c'est eux. Mais eux, ce sont vraiment nos frères ». Les relations sont donc excellentes, mais les Kurdes de Syrie jouent leur propre partition et leur propre agenda. Ce ne sont pas non plus des instruments du PKK même si, à l'origine, le PYD est une émanation du PKK turc. Le parti kurde syrien, en accord avec les Kurdes turcs, a ensuite pris son indépendance, conformément à un contexte syrien qui était différent. Hormis cela, le PYD peut compter en permanence sur le PKK, mais il dirige sa propre partition militaire et politique. Le PKK turc a joué un grand rôle pendant la bataille de Kobané pour sauver les Kurdes syriens, assiégés par Daech.

Pendant la Guerre froide, Hafez el-Assad entretenait des relations cordiales avec le PKK turc et mettait à sa disposition des bases d'entraînement au Nord de la Syrie pour endiguer la Turquie otanienne …

C'est tout à fait exact, mais il faut ajouter que Hafez el-Assad aidait effectivement le PKK turc … tout en oppressant les Kurdes de Syrie ! C'est précisément là que vous comprenez que les Kurdes syriens jouent leur propre partition. J'ai vécu cette situation paradoxale dans les années 1980. Vous aviez Hafez el-Assad qui opprimait les Kurdes de Syrie au point que 300 000 d'entre eux n'avaient pas de papiers d'identité. Ils étaient des apatrides dans leur propre pays. Ils étaient emprisonnés, comme le chef du PYD, Salih Muslim. Mais en même temps, Hafez el-Assad accueillait Abdullah Öcalan (le chef du PKK turc, ndlr) et lui fournissait des armes pour attaquer la Turquie. D'où l'animosité des Turcs aujourd'hui. Imaginez les relations qu'il pouvait y avoir entre les Kurdes turcs qui étaient aidés par Hafez el-Assad et les Kurdes de Syrie qui étaient oppressés par lui. On comprend mieux dès lors pourquoi les Kurdes syriens, même s'ils sont les frères des Kurdes turcs, ont leur propre agenda politique.

Abdullah Öcalan, le leader idéologique du PKK turc, a théorisé la doctrine du «confédéralisme démocratique», mêlant économie collectiviste, démocratie directe, écologie sociale, féminisme paritaire, laïcité et modèle d'autogestion presque anarchiste. Sur le terrain en Syrie, quelle forme prend ce confédéralisme démocratique au Rojava ?

Toutes les zones libérées vivent en paix et sont administrées. Un exemple de confédéralisme démocratique. Tout le monde peut se constituer en association ou en comité et ça fonctionne plutôt bien avec une sorte de foisonnement tropical. Parfois, on ne s'y retrouve plus ! S'il y a effectivement une forme d'autogestion, les administrations existent bien, ce n'est pas un proto-Etat. Comme je vous le disais en introduction, les écoles ont rouvert, les services publics comme la police, la justice ou les hôpitaux fonctionnent malgré de maigres moyens.

Il faut absolument leur laisser mener cette expérience. Pour l'instant, ils sont capables de faire fonctionner l'État du Rojava à leur manière et - croyez-moi - le Moyen-Orient a bien besoin de cette expérience politique démocratique. Je remarque notamment que, malgré l'état de guerre, la démocratie a été installée dans tous les territoires libérés. Quand vous voyez que dans toutes les mairies, toutes les préfectures, d'un seul coup, un homme et une femme commandent, et en plus souvent un arabe et une kurde (ou l'inverse), c'est extraordinaire. En plus, la polygamie a été immédiatement abolie parce que la laïcité est imposée. Évidemment dans les populations un peu conservatrices, ça a un peu de mal à passer. Mais les Kurdes font tout ce qu'il faut, avec toute la pommade nécessaire : on ne contraint personne, mais c'est le chemin à prendre.

Il y a quelque chose d'étonnant dans ce nouveau modèle de société. Je connais les Kurdes depuis Abdullah Öcalan. Il s'est passé trente ans. Les nouvelles générations sont montées, ont évolué, sont devenues plus pragmatiques. On peut dire aujourd'hui que c'est un mélange étonnant entre de vieilles idées de gauche plus ou moins marxistes, mâtinées de morale chrétienne et d'esprit des Lumières. Vous n'avez même pas idée combien ceci compte et on l'oublie trop souvent. Ce mélange provient d'influences diverses, mais aussi de leur francophilie. Les Kurdes citent Rousseau en permanence.

Les combattants ont par exemple des cours de morale. Quand on écoute ces cours, on a l'impression d'entendre le Nouveau Testament ! On ne se bat pas pour la vengeance, on ne se bat pas pour la revanche, on ne torture pas les prisonniers, etc. On se dit : heureusement qu'il y a des cours de morale pour que les combattants ne se comportent pas comme les djihadistes. Parce que l'envie de venger les camarades décapités, ça peut très vite dégénérer. Je connais bien les cellules où sont emprisonnés les prisonniers. Ce ne sont pas des chambres du Hilton, mais enfin, ce ne sont pas les geôles du régime de Bachar el-Assad. Ils les traitent humainement. Le modèle kurde, d'origine marxiste, mâtiné de différentes influences, n'a pas d'équivalent.

Depuis le début du conflit, la France a surtout pris le parti des «rebelles modérés», dont on sait aujourd'hui qu'ils sont pour la plupart islamistes ? Quel regard porte la diplomatie française sur la question du Rojava ?

Franchement, le Quai d'Orsay, pro-turc, a tout fait pour empêcher la France d'aider les Kurdes. Ce qui est intéressant, c'est l'Elysée. Du côté de François Hollande, depuis sa réception en janvier 2015 des combattants de Kobané, la position de la présidence a franchement évolué dans le bon sens. L'Elysée a pris conscience, contre l'avis du ministère des Affaires étrangères, que ceux qu'il fallait défendre dans notre intérêt commun étaient les Kurdes syriens. La France a dès lors commencé à mener des frappes aériennes et à déployer des forces spéciales auprès du Front démocratique syrien. On peut évidemment considérer que ce n'est pas assez, mais, au moins, la France a été en pointe sur le dossier kurde, avec les États-Unis. L'Elysée a simplement compris à un moment donné qu'il s'agissait d'une guerre existentielle. Quand Daech frappe notre territoire et menace nos femmes et nos enfants, le seul moyen de mettre un terme au problème, c'est d'attaquer le mal à la racine en Syrie et en Irak. Les Kurdes de Syrie sont nos meilleurs alliés. En plus, ce sont des alliés qui ne pourront jamais se retourner contre nous parce que tous les peuples qui les entourent veulent leur disparition : les Perses, les Ottomans et les Arabes. Donc, pour les Kurdes, il n'y a pas de jeu d'alliance. Ce n'est pas : «un jour avec toi, un jour contre toi». Ils sont seuls, mais sont formidablement efficaces. La politique française a changé. Mais contre l'avis du ministère des Affaires étrangères ! Ça, c'est clair. Après la Russie, la Suède et l'Allemagne, la France est ainsi le quatrième pays à avoir ouvert le 23 mai dernier un bureau de représentation du Rojava.

Vous êtes à l'origine du projet de création d'un Centre culturel français au Rojava. Quels sont les objectifs de ce lieu de culture qui verrait le jour dans un territoire dévasté par la guerre ? Où en est le projet ?

Ce projet fait partie de tout ce qu'un petit groupe de Français - dont Bernard Kouchner, Gérard Chaliand et moi - fait pour aider les Kurdes. Avec le Centre culturel français, nous nous battons dans un autre domaine, qui est celui des idées. Les Kurdes ont bien compris qu'il s'agissait d'une guerre existentielle : la part militaire n'est qu'un élément parmi d'autres. Ce sont les Kurdes qui m'ont demandé d'aller ouvrir un centre culturel francophone à Rojava pour aller combattre Daech sur le plan des idées, au Kurdistan même et en lien avec le peuple français. Compte tenu de l'immense propagande de Daech, la bataille des idées ne doit pas être menée après la guerre, mais au même moment. Pour les Kurdes, cette dimension est aussi importante que les aspects militaires et diplomatiques. Et en plus de ça, comme ils le répètent, le siècle des Lumières français est la souche de leur nouveau modèle de société. Ils sont très francophiles. Ils se souviennent tous qu'à l'époque du mandat français en Syrie, les Français les protégeaient contre les arabes. La France a la cote auprès des Kurdes. Les idées françaises encore plus. Pourquoi dès lors ne pas ouvrir un centre culturel francophone à Rojava ? Réapprendre le français, réapprendre les idées des Lumières pour notre jeunesse, aider le peuple de Rojava et l'utiliser en même temps pour créer des liens entre les Français et les Kurdes. Le centre culturel français du Rojava est un instrument de combat par les idées.

La rédaction vous conseille


Et si le prophète Mahomet n'avait pas été illettré ?

http://www.lepoint.fr/culture/et-si-le-prophete-mahomet-n-avait-pas-ete-illettre-19-09-2017-2158245_3.php Pour l'islam officiel, le...