vendredi 13 octobre 2017

L'esclavage des noirs au Maroc dans les années 30


Antoine de Saint-Exupéry écrit dans Terre des hommes, publié en 1939 :

“Tous les esclaves s’appellent Bark ; il s’appelait donc Bark. Malgré quatre années de captivité, il ne s’était pas résigné encore : il se souvenait d’avoir été roi.

« Que faisais-tu, Bark, à Marrakech ? »

À Marrakech, où sa femme et ses trois enfants vivaient sans doute encore, il avait exercé un métier magnifique :

« J’étais conducteur de troupeaux, et je m’appelais Mohammed ! »


Les caïds, là-bas, le convoquaient :

« J’ai des bœufs à vendre, Mohammed. Va les chercher dans la montagne. »

Ou bien :

« J’ai mille moutons dans la plaine, conduis-les plus haut vers les pâturages.

Et Bark, armé d’un sceptre d’olivier, gouvernait leur exode. Seul responsable d’un peuple de brebis, ralentissant les plus agiles à cause des agneaux à naître, et secouant un peu les paresseuses, il marchait dans la confiance et l’obéissance de tous. Seul à connaître vers quelles terres promises ils montaient, seul à lire sa route dans les astres, lourd d’une science qui n’est point partagée aux brebis, il décidait seul, dans sa sagesse, l’heure du repos, l’heure des fontaines. Et debout, la nuit, dans leur sommeil, pris de tendresse pour tant de faiblesse ignorante, et baigné de laine jusqu’aux genoux, Bark, médecin, prophète et roi, priait pour son peuple.

Un jour, des Arabes l’avaient abordé :

« Viens avec nous chercher des bêtes dans le Sud. »

On l’avait fait marcher longtemps, et quand, après trois jours, il fut bien engagé dans un chemin creux de montagne, aux confins de la dissidence, on lui mit simplement la main sur l’épaule, on le baptisa Bark et on le vendit.


[…]

Bark, captif noir, était le premier que je connus qui ait résisté. […]

« C’est demain le courrier. Tu me caches dans l’avion pour Agadir.

– Pauvre vieux Bark ! »

Car nous vivions en dissidence, comment l’eussions-nous aidé à fuir ? Les Maures, le lendemain, auraient vengé par Dieu sait quel massacre le vol et l’injure. J’avais bien tenté de l’acheter, aidé par les mécaniciens de l’escale, Laubergue, Marchal, Abgrall, mais les Maures ne rencontrent pas tous les jours des Européens en quête d’un esclave. Ils en abusent.

« C’est vingt mille francs.

– Tu te fous de nous ?

– Regarde-moi ces bras forts qu’il a. »

Et des mois passèrent ainsi.

Enfin les prétentions des Maures baissèrent, et, aidé par des amis de France auxquels j’avais écrit, je me vis en mesure d’acheter le vieux Bark.

Ce furent de beaux pourparlers. Ils durèrent huit jours. Nous les passions, assis en rond, sur le sable, quinze Maures et moi. Un ami du propriétaire et qui était aussi le mien, Zin Ould Rhattari, un brigand, m’aidait en secret :

« Vends-le, tu le perdras quand même, lui disait-il sur mes conseils. Il est malade. Le mal ne se voit pas d’abord, mais il est dedans. Un jour vient, tout à coup, où l’on gonfle. Vends-le vite au Français. »

J’avais promis une commission à un autre bandit, Raggi, s’il m’aidait à conclure l’achat, et Raggi tentait le propriétaire :

« Avec l’argent tu achèteras des chameaux, des fusils et des balles. Tu pourras ainsi partir en rezzou et faire la guerre aux Français. Ainsi, tu ramèneras d’Atar trois ou quatre esclaves tout neufs. Liquide ce vieux-là. »

Et l’on me vendit Bark. Je l’enfermai à clef pour six jours dans notre baraque, car s’il avait erré au-dehors avant le passage de l’avion, les Maures l’eussent repris et revendu plus loin.

Mais je le libérai de son état d’esclave. Ce fut encore une belle cérémonie. Le marabout vint, l’ancien propriétaire et Ibrahim, le caïd de Juby. Ces trois pirates, qui lui eussent volontiers coupé la tête, à vingt mètres du mur du fort, pour le seul plaisir de me jouer un tour, l’embrassèrent chaudement, et signèrent un acte officiel.

« Maintenant, tu es notre fils. »

C’était aussi le mien, selon la loi.

Et Bark embrassa tous ses pères.

Il vécut dans notre baraque une douce captivité jusqu’à l’heure du départ. Il se faisait décrire vingt fois par jour le facile voyage : il descendrait d’avion à Agadir, et on lui remettrait, dans cette escale, un billet d’autocar pour Marrakech. Bark jouait à l’homme libre, comme un enfant joue à l’explorateur : cette démarche vers la vie, cet autocar, ces foules, ces villes qu’il allait revoir.

Laubergue vint me trouver au nom de Marchal et d’Abgrall. Il ne fallait pas que Bark crevât de faim en débarquant. Ils me donnaient mille francs pour lui ; Bark pourrait ainsi chercher du travail.

[…]

L’avion vibrait, prêt à partir. Bark se penchait une dernière fois vers l’immense désolation de Cap Juby. Devant l’avion deux cents Maures s’étaient groupés pour bien voir quel visage prend un esclave aux portes de la vie. Ils le récupéreraient un peu plus loin en cas de panne.

Et nous faisions des signes d’adieu à notre nouveau-né de cinquante ans, un peu troublés de le hasarder vers le monde.

« Adieu, Bark !

– Non.

– Comment : non ?

– Non. Je suis Mohammed ben Lhaoussin. »

Nous eûmes pour la dernière fois des nouvelles de lui par l’Arabe Abdallah, qui, sur notre demande, assista Bark à Agadir.

L’autocar partait le soir seulement, Bark disposait ainsi d’une journée. Il erra d’abord si longtemps, et sans dire un mot, dans la petite ville, qu’Abdallah le devina inquiet et s’émut :

« Qu’y a-t-il ?

– Rien. »

Bark, trop au large dans ses vacances soudaines, ne sentait pas encore sa résurrection. Il éprouvait bien un bonheur sourd, mais il n’y avait guère de différence, hormis ce bonheur, entre le Bark d’hier et le Bark d’aujourd’hui. Il partageait pourtant désormais, à égalité, ce soleil avec les autres hommes, et le droit de s’asseoir ici, sous cette tonnelle de café arabe. Il s’y assit. Il commanda du thé pour Abdallah et lui. C’était son premier geste de seigneur ; son pouvoir eût dû le transfigurer. Mais le serveur lui versa le thé sans surprise, comme si le geste était ordinaire. Il ne sentait pas, en versant ce thé, qu’il glorifiait un homme libre.

« Allons ailleurs », dit Bark.

Ils montèrent vers la Kasbah, qui domine Agadir.


Les petites danseuses berbères vinrent à eux. Elles montraient tant de douceur apprivoisée que Bark crut qu’il allait revivre : c’étaient elles qui, sans le savoir, l’accueilleraient dans la vie. L’ayant pris par la main, elles lui offrirent donc le thé, gentiment, mais comme elles l’eussent offert à tout autre. Bark voulut raconter sa résurrection. Elles rirent doucement. Elles étaient contentes pour lui, puisqu’il était content. Il ajouta pour les émerveiller : « Je suis Mohammed ben Lhaoussin. » Mais cela ne les surprit guère. Tous les hommes ont un nom, et beaucoup reviennent de tellement loin. »












Racisme au Maroc : "Oui, je me fais traiter d’esclave et de sale Noir'"


Jugée raciste par certains, provocatrice par d’autres, la une de l’hebdomadaire "Maroc Hebdo" aura au moins eu le mérite de lever le voile sur le quotidien des personnes d’origine subsaharienne vivant au Maroc.

"Le péril noir". Ce titre en une du magazine "Maroc Hebdo" publié la semaine dernière a suscité un vif débat au sein du royaume chérifien. L’hebdomadaire consacrait un dossier à l’accroissement du nombre d’immigrés issus d’Afrique subsaharienne, qui voit dans le Maroc un point de départ pour rejoindre l’Europe depuis les enclaves espagnoles de Ceuta ou Melilla. Souvent refoulés, ils restent dans le pays et se retrouvent dans des situations précaires, contraints de s’adonner à divers trafics. Ils seraient 10 000 selon le ministère de l’Intérieur, 15 000 selon la société civile.

Les immigrés subsahariens font par ailleurs face au durcissement des autorités de Rabat, lesquelles expulsent sans ménagement ceux qui n’ont pas de carte de séjour. À l’instar de l’Association marocaine des droits humains, l’ambassadeur de l’Union européenne, Eneko Landaburu, s’est récemment inquiété du traitement de ces immigrés, le qualifiant de "problématique". Et ce alors que le ministre marocain de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Abdelouahed Souhail,a désigné les immigrés subsahariens comme étant en partie responsables de la crise de l’emploi dans le pays.

L’Organisation internationale des migrations [OIM] a lancé début octobre un appel de fonds de 620 000 euros pour faciliter le retour de 1 000 migrants subsahariens clandestins.
"Je me suis fait frapper plusieurs fois par des jeunes Marocains, gratuitement"

Joseph (pseudonyme) est Guinéen et étudiant en informatique à Casablanca depuis quatre ans.

Je suis venu étudier l’informatique à Casablanca grâce à une bourse accordée par mon pays. Cela fait quatre ans que je suis ici, et cela fait quatre ans que je suis victime de racisme, tout le temps, à n’importe quelle occasion.

L’histoire la plus significative s’est produite à l‘aéroport. J’accompagnais ma tante qui devait embarquer pour Conakry et qui avait beaucoup de bagages. D’autres Subsahariens sont venus pour l’aider à les porter, mais le chef d’escale les en a empêchés, en nous disant qu’elle devait se débrouiller toute seule parce qu’elle était noire. J’ai protesté, et il nous a conduits à la police et un agent a commencé à m’insulter. Je lui ai répondu en arabe, et en retour il m’a frappé à la tête. J’ai dit que j’allais porter plainte et il m’a renvoyé, ironiquement : "C’est ça, va te plaindre chez le roi !". Du coup, je n’ai jamais déposé de plainte.

Quand je marche dans la rue, il est fréquent qu’on me traite de sale Noir ou d'esclave. Je me suis fait frapper plusieurs fois par des jeunes Marocains, gratuitement, et les témoins de la scène ne font jamais rien pour m’aider. Tous mes amis issus d’Afrique noire racontent la même chose, même les filles se font insulter. Maintenant, pour essayer d’éviter ça, j’essaye de ne pas répondre quand on m’interpelle, mais si on commence à me molester, qu’est-ce que je dois faire ? Il faut bien que je me défende.

Dans deux ans, j’aurai fini mes études, et je ne compte sûrement pas rester au Maroc pour travailler. Même si on me propose un emploi ici, je préfèrerais rentrer en Guinée.

En 2005, un hebdomadaire régional du nord du pays avait déjà consacré sa une à l'immigration subsaharienne, avec un titre qui avait aussi fait polémique : "Les criquets noirs envahissent le nord du Maroc".

Mounir Bensalah est ingénieur à Casablanca et activisite pour les droits de l'Homme. Il a posté ce commentaire sur son blog "Contre le racisme et le' journacisme'".

Il faut malheureusement admettre qu’on voit monter un sentiment raciste dans une partie de la population marocaine mais cela reste une minorité selon moi. J’y vois plusieurs explications.

D'une part cette immigration est récente, elle a commencé il y a 10 ou 15 ans, et donc le Maroc ne sait pas comment gérer ces questions. Ensuite, quand les immigrés sont refoulés de Ceuta ou Melilla, beaucoup essayent de s’intégrer mais ils sont peu qualifiés, vivent de petits boulots, résident dans les zones les plus populaires… Ils travaillent en fait pour gagner de quoi se repayer un passeur vers l’Europe. Les Marocains associent donc les Noirs à la précarité et cela alimente un sentiment de défiance à leur égard.

Ce sentiment est d’autant plus fort dans les villes frontalières comme Tanger, Nabor ou Oujda, car toutes sortes de trafics s’y développent : drogue, contrebande, etc... Et les Subsahariens sont souvent liés, directement ou indirectement, à ces trafics. Certaines mafias se servent d'eux pour mener des activités illégales, en échange d’un passeur. En conséquence, certains Marocains les identifient en bloc à des délinquants. Et ces préjugés sont renforcés par le comportement de la police : quand elle fait des descentes dans les camps de migrants autour de Tanger ou Oujda par exemple, elle les arrête tous d’un coup, délinquants ou pas.

"Beaucoup de Marocains sont solidaires des migrants qu’ils identifient à leurs enfants partis en Europe"

Néanmoins, il ne faut pas croire que tous les Marocains sont racistes. L’association de droits humains pour laquelle je travaille est en contact avec de nombreux immigrés qui font l'objet d'un élan de solidarité de la part de certains Marocains. Beaucoup les identifient à leurs enfants partis tenter leur chance en Europe.

Pour autant, concernant la une de "Maroc Hebdo", pour moi c’est clair, elle est raciste. Mais je tiens à dire que le dossier est présenté de façon plutôt respectable : les articles posent la question du racisme des Marocains, se demandent de quoi souffrent les Subsahariens, comment ils sont arrivés là… Je crois que "Maroc Hebdo" a surtout voulu faire une une racoleuse pour faire décoller ses ventes.

La situation des immigrés subsahariens résulte pour moi d’une responsabilité partagée entre le Maroc, les États d’origine des immigrés mais aussi des pays européens : je comprends que l’Europe ne veuille pas accueillir toute l’Afrique, mais il y a de tels dispositifs mis en place pour empêcher l’immigration africaine que beaucoup sont amenés à rester au Maroc dans des conditions déplorables.