jeudi 13 juillet 2017

Terroriste Salah Abdeslam

À Fleury-Mérogis, le détenu Abdeslam est surveillé de près (04.05.2016)

À Fleury-Mérogis, le détenu Abdeslam est surveillé de près (04.05.2016)

Les heures de promenade de Salah Abdeslam sont décalées par rapport aux autres détenus (photo d'illustration).

Par Paule Gonzalès
Mis à jour le 04/05/2016 à 16h07 | Publié le 03/05/2016 à 19h24
Dans sa cellule filmée 24h/24, le terroriste présumé a le droit de lire et de rencontrer l'imam. Il restera probablement à l'isolement plusieurs années.
Envoyée spéciale
La banalité du mal. «Salah Abdeslam est un détenu lambda surveillé 24 heures sur 24, dans des conditions exceptionnelles. Il faudra qu'il retourne très vite à l'oubli et au mépris d'où il n'aurait jamais dû sortir.» Ainsi le rappelle Guillaume Larrivé. Le député LR de l'Yonne a fait valoir mardi son droit de visite de parlementaire pour se rendre à Fleury-Mérogis, où est incarcéré le seul terroriste vivant des attentats du 13 novembre. Nadine Piquet, la directrice de la plus grande maison d'arrêt d'Europe, opine du chef. C'est sur ses épaules que pèsent les contraintes d'une détention sous haute pression médiatique. «Il faut en effet qu'il soit un peu oublié», soupire celle qui dirige cette maison d'arrêt de 4500 détenus. Aux abords du bâtiment D3, le passage du député et du petit groupe de journalistes qui l'accompagne est salué par des cris et les traditionnelles insultes qui émaillent l'arrivée de toute personnalité étrangère au monde de la détention. «Salah Abdeslam!» hurlent des voix sans visages derrière les barreaux obscurs. «Il est arrivé, vous venez pour lui, il est là… Nous aussi, on veut la télé.» Des longs rubans de tissu et de plastique qui servent à passer des objets en tout genre d'une cellule à l'autre, flottent comme des haubans le long du bâtiment. Ce dernier abrite les condamnés pour courtes peines, mais aussi le quartier d'isolement et les deux fameuses unités dédiées aux détenus radicaux et aux détenus particulièrement surveillés. À cet étage, 32 agents se relaient. Parmi eux, 24 ont été formés à la problématique des détenus islamistes.
Avec le temps, Salah Abdeslam devrait avoir le droit de faire du sport. Contrairement à ce qui a été dit, il n'est pas équipé d'un kit anti-suicide
Au sein du quartier d'isolement, seules une dizaine de cellules sur une trentaine sont occupées. Salah Abdeslam n'a pas de voisin direct, ni à côté ni en face de sa cellule. Tout a été fait pour empêcher toute proximité avec d'autres détenus. Et ses heures de promenade solitaire sont décalées par rapport aux autres détenus. «Un classique. De toute façon, je ne suis pas certaine qu'il ne lui arriverait rien s'il se retrouvait dans une cour de promenade classique», souligne Nadine Piquet, qui entend bien faire entrer Salah Abdeslam dans le droit commun de la détention. Le temps sera de son côté. Il est fort probable, en effet, qu'aucun procès n'ait lieu avant quatre ans. Il est aussi fort probable que, durant toutes ces années, Salah Abdeslam reste à l'isolement. Cela ne l'empêchera pas d'avoir accès aux mêmes droits que les autres détenus. Des livres lui ont déjà été proposés. Un seul orne la table scellée de sa cellule: le Coran. Comme le droit pénitentiaire l'y autorise, il a déjà demandé à rencontrer l'imam. Ce qui lui a été accordé. Avec le temps, il devrait avoir le droit de faire du sport.
Le député LR de l'Yonne, Guillaume Larrivé (accompagné de la directrice de l'établissement Nadine Piquet) a fait valoir son droit de visite de parlementaire pour se rendre à la prison de Fleury-Mérogis.
Le député LR de l'Yonne, Guillaume Larrivé (accompagné de la directrice de l'établissement Nadine Piquet) a fait valoir son droit de visite de parlementaire pour se rendre à la prison de Fleury-Mérogis. - Crédits photo : FRANCOIS BOUCHON
Contrairement à ce qui a été dit, Salah Abdeslam n'est pas équipé d'un kit anti-suicide. La seule particularité est la vidéosurveillance 24 heures sur 24 qui, pour l'instant, permet de constater que le détenu est calme et mange de bon appétit. «Il est important pour les victimes comme pour le prévenu que le procès se tienne et qu'il ait droit à un procès équitable», continue Nadine Piquet. Pour Guillaume Larrivé, «la problématique demeure la mise hors d'état de nuire de cet individu. Il est essentiel d'assurer la transformation sécuritaire de la pénitentiaire au même titre que la police ou la gendarmerie», affirme le député qui n'hésite plus à se prononcer «en faveur d'un rattachement de l'Administration pénitentiaire au ministère de l'Intérieur». Et de considérer que «l'Administration pénitentiaire a trop longtemps été la grande oubliée du gouvernement. Il faut assumer le financement de grandes missions régaliennes quitte à renoncer à d'autres missions de service public», affirme celui qui, responsable du budget de la pénitentiaire à l'Assemblée nationale, s'apprête par ailleurs à défendre le retour des fouilles intégrales en prison.
Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 04/05/2016. Accédez à sa version PDF en cliquant ici
La rédaction vous conseille :
Salah Abdeslam: le risque du poker menteur
Salah Abdeslam, un détenu particulièrement surveillé
Abdeslam enfin sous les verrous en France

Attentats de Paris: Abdeslam mis en examen et incarcéré en France

Guerre en Syrie

Syrie: Trump suspend un programme de soutien aux rebelles (20.07.2017) Syrie : 30 civils tués dans des frappes anti-EI (19.07...