samedi 29 juillet 2017

Trafic de drogue, grand banditisme

Un lance-roquettes saisi dans un local à vélo à Saint-Denis (21.08.2017)
Saint-Denis: une cache d'armes découverte (20.08.2017)
Trois braqueurs français d'une horlogerie suisse arrêtés (14.08.2017)
Limoges : 67 kg de pâte d'amphétamine saisie (14.08.2017)
Saisie de 800 kg de cocaïne au Havre (31.07.2017)
Pays-Bas : arrestation de voleurs d'iPhone sur autoroute (31.07.2017)
Les gangs en scooter déferlent sur Londres (30.07.2017)
Rennes : une centaine d'armes à feu saisies (27.07.2017)
Grenoble «gangrénée par le trafic de drogue» (26.07.2017)
Opération mondiale contre le crime en ligne (20.07.2017)
Des millions de bitcoins, des drogues et des armes... la fin des sites de vente AlphaBay et Hansa (20.07.2017)
Deux sites de trafic du "dark web" fermés (20.07.2017)
800 millions d'euros de cocaïne saisies en Allemagne (20.07.2017)
2 tonnes de cannabis interceptées en Méditerranée (17.07.2017)
Afghanistan. L’armée reprend un district de l’opium aux talibans (17.07.2017)
Gard et Hérault. Des hommes encagoulés sèment la terreur sur les routes (17.07.2017)
La Fed s'inquiète de la consommation d'opiacés (13.07.2017)
Escroquerie aux allocations: 200.000 euros de préjudice (13.07.2017)
Jawad, le «logeur de Daech», ne sera pas jugé pour terrorisme (11.07.2017)
Essonne: 3 blessés, dont 2 policiers après une interpellation (06.07.2017)
Culture de cannabis à Tourcoing : 4 arrestations (06.07.2017)

Un lance-roquettes saisi dans un local à vélo à Saint-Denis (21.08.2017)

  • Publié le 21/08/2017 à 08:41
L'arme de guerre a été retrouvée jeudi 17 août avec des explosifs et plusieurs kilogrammes de cannabis. Alors que deux personnes ont été mises en examen, les élus locaux réclament plus de moyens.

À Saint-Denis en Seine-Saint-Denis, un impressionnant arsenal de guerre a été découvert dans la cité Jacques-Duclos jeudi 17 août: dans ce quartier dit difficile, les forces de l'ordre sont tombées sur un lance-roquettes, des explosifs, du matériel de police mais aussi plusieurs kilos de cannabis. Deux hommes de 30 et 40 ans ont été mis en examen et écroués pour trafic d'armes et de stupéfiants samedi à Paris, selon Le Parisien.

Dans la cache d'armes se trouvaient, avec le lance-roquettes anti-char, trois pains d'explosif tolite, deux fusils à pompe, des munitions de calibre 12 et 9 mm, 40 kg de résine de cannabis, de l'argent liquide, des gyrophares de police et des gilets pare-balles. D'après Stéphane Peu, le député (PCF-LFI) de la circonscription, témoignant auprès de l'Agence France Presse, cette saisie a eu lieu dans un local à vélo.

Un agent de la ville entendu

Deux suspects, surveillés depuis plusieurs semaines, ont été interpellés et placés en garde à vue lors de la saisie. D'après le quotidien, ils étaient connus des services de police. Lors des interrogatoires, les deux hommes de 30 et 40 ans ont reconnu être propriétaires des armes trouvées, sans pour autant préciser leur provenance.

«Plusieurs personnes ont été entendues», dont un gardien d'immeuble âgé de 40 ans et récemment recruté par Plaine commune habitat, a indiqué Stéphane Peu. De son côté, le bailleur souligne que «si des charges devaient être retenues contre lui, une procédure de licenciement serait immédiatement lancée». Plaine commune habitat, qui gère plus de 18.000 logements sur sept communes de Seine-Saint-Denis, a ajouté avoir alerté la préfecture à «maintes reprises» sur la «situation grave» de cette cité.

L'opération de jeudi est «l'arbre qui cache la forêt» à Saint-Denis où plusieurs cités sont «gangrenées» par le trafic, a regretté auprès de l'AFP Madjid Messaoudene. Cet élu de la ville en charge de la lutte contre les discriminations réclame des renforts policiers : «par rapport au nombre d'habitants, il manque 200 policiers à Saint-Denis si l'on compare avec Paris», a-t-il déploré.


La saisie de jeudi est la deuxième saisie d'importance en quelques mois sur la commune. En novembre, un camion transportant 500 kg de cannabis en provenance d'Espagne avait été intercepté par les douanes au moment où il entrait dans un local municipal de Saint-Denis. Trois hommes soupçonnés d'être impliqués dans ce trafic, et dont l'un travaillait pour la mairie, avaient été mis en examen et écroués.

En août 2015, un lance-roquettes avait également été aperçu lors d'un règlement de compte à Saint-Ouen, une ville voisine de Saint-Denis. Les forces de l'ordre avaient alors lancé un appel à témoin afin de retrouver l'arme de guerre, en vain.



Saint-Denis: une cache d'armes découverte (20.08.2017)

Par Le Figaro.fr - Mis à jour le 20/08/2017 à 14h52 | Publié le 20/08/2017 à 14h32

Deux hommes, de 30 et 40 ans, ont été mis en examen puis écroués samedi soir "pour tafic d'armes et de stupéfiants, a révélé Le Parisien.

Les suspects, déjà connu pour des faits de recel de vol, trafic de stupéfiants et trafic d'armes", sont soupçonnés d'alimenter les "nouveaux braqueurs des quartiers sensibles de la région parienne". 

Lance-roquettes antichar, explosif, résine de cannabis... 

Les enquêteurs ont interpellé les deux malfaiteurs jeudi matin dans les cités du Franc-Moisin et Jacques-Duclos. Lors d'une perquisition dans un local à vélo, les policiers découvrent la fameuse cache d'armes. "Un lance-roquettes antichar de marque américaine, trois pains de tolite, un explosif d’une grande puissance, des munitions de calibre 12 et 9 mm et deux fusils à pompe aux crosses et canons sciés. Ils ont également mis la main sur 40 kg de résine de cannabis, 10.000 €, et du matériel de police : gyrophares, gilets pare-balles etc...", rapporte le journal. 


Le principal suspect a reconnu les faits lors des interrogatoires. Mais il n'a pas communiqué le nom de ses fournisseurs ni de ses clients, a indiqué Le Parisien. Le second a déclaré aux enquêteurs qu'il était, plus ou moins, obligé d'aider son complice. L'enquête continue. 

Trois braqueurs français d'une horlogerie suisse arrêtés (14.08.2017)
  • Par Le Figaro.fr
  • Mis à jour le 14/08/2017 à 20:45
  • Publié le 14/08/2017 à 20:15
Trois Français, soupçonnés d'avoir braqué une horlogerie de Genève le 8 août, ont été arrêtés hier à Anvers, en Belgique, selon La Tribune de Genève.
Vers 18 heures, mardi dernier, deux individus armés s'étaient introduit dans un créateur horloger de luxe et s'étaient emparé d'une collection de 65 montres. Chacune valant plusieurs dizaines de milliers d'euros. «Une intense coopération entre les Ministères publics et services de police genevois, belges et français a permis la mise en œuvre d’une opération de police à Anvers, le dimanche 13 août. À son issue, trois individus de nationalité française ont été arrêtés et toutes les montres dérobées, soit 65 pièces, retrouvées», a annoncé aujourd'hui, dans un communiqué, le Ministère public. Une demande d’extradition des suspects va être demandée, «afin de déterminer leur degré d’implication dans le braquage».

Limoges : 67 kg de pâte d'amphétamine saisie (14.08.2017)
  • Par Le Figaro.fr avec AFP
  • Mis à jour le 14/08/2017 à 21:09
  • Publié le 14/08/2017 à 21:05
Plus de 67 kg de pâte d'amphétamines ont été saisis par la douane française dans la nuit du 8 au 9 août à Limoges, et deux personnes ont été condamnées aujourd'hui en comparution immédiate à de la prison ferme, indique un communiqué de la douane.

Cette saisie "représente à elle seule près de 30% des quantités d'amphétamines saisies par la douane française pour la totalité de l'année 2016", précise la douane. Cette prise a été effectuée vers 3h00, lors d'une opération nocturne associant des agents de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) et de la brigade des douanes de Limoges. La drogue a été découverte à l'intérieur d'une cache aménagée dans le coffre d'un véhicule conduit par un homme de nationalité néerlandaise, qui se rendait des Pays-Bas vers l'Espagne.

"Des investigations complémentaires ont pu mettre en évidence que le passeur effectuait le trajet escorté par un couple de nationalité espagnole, à bord d'un autre véhicule ouvreur", selon le communiqué de la douane. Ce véhicule a également pu être intercepté dans les minutes qui ont suivi la première interpellation.


Les deux chauffeurs ont été condamnés, à huit ans de prison ferme pour celui qui est considéré comme l'instigateur du trafic et à quatre ans de prison pour le second. La passagère, dont la culpabilité n'a pas été établie, a été laissée libre, précise la douane. Lors de l'audience, il a été indiqué que cette pâte d'amphétamines aurait pu être reconditionnée pour obtenir 270.000 cachets, soit un prix de 3 millions d'euros à la revente.

Saisie de 800 kg de cocaïne au Havre (31.07.2017)

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/07/31/97001-20170731FILWWW00227-saisie-de-800-kg-de-cocaine-au-havre.php
Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 31/07/2017 à 18:27 Publié le 31/07/2017 à 18:24

Un total de 800 kg de cocaïne ont été saisis au port du Havre (Seine-Maritime) et six personnes interpellées, dont un docker, dans le cadre d'une enquête menée depuis plusieurs mois, a-t-on appris aujourd'hui auprès du parquet du Havre.

"Globalement 800 kg, répartis en plusieurs colis, ont été saisis", a indiqué à l'AFP le procureur de la République du Havre François Gosselin, confirmant une information du quotidien Paris Normandie.

Parmi ces six personnes figure un docker, a-t-il précisé, les autres venant de l'extérieur du milieu portuaire. Parmi eux, certains étaient déjà connus pour trafic de drogue. Leur garde à vue peut durer 96 heures. Les interpellations ont eu lieu samedi matin, après plusieurs mois d'une enquête menée conjointement par le SRPJ de Rouen et les douanes.

L'introduction de la drogue a été effectuée selon la technique classique dite du "rip-off": la drogue est placée au dernier moment au bout du conteneur. Des complices sont informés et viennent prendre les sacs à l'ouverture des portes. On ignore encore d'où venait la drogue et à quels marchés elle était destinée.


L'opération représente, pour la France, une des plus grosses saisies de l'année. Le parquet devrait fournir plus de détails en milieu ou fin de semaine. Au total, en 2016, les saisies de cocaïne ont représenté 11,7 tonnes. Le port du Havre est une des principales plaques tournantes en France du trafic de drogue.

Pays-Bas : arrestation de voleurs d'iPhone sur autoroute (31.07.2017)
Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 31/07/2017 à 20:32 Publié le 31/07/2017 à 20:30

La police néerlandaise a annoncé aujourd'hui avoir démantelé un gang, apparemment roumain, de voleurs d'iPhone qui avaient pour méthode de grimper de leur voiture en marche dans des camions.

Cinq Roumains ont été arrêtés ce weekend dans un camp de vacances proche de la frontière allemande, après le vol d'iPhone pour une valeur de 500.000 euros, dérobés en passant par l'arrière d'un camion qui circulait sur l'autoroute A73, dans le sud-est des Pays-Bas, a indiqué la même source.
Dans la nuit du 24 au 25 juillet, un groupe d'hommes s'était approché du camion avec une voiture, et avaient été vus y pénétrant via le toit ouvrant de leur véhicule, a précisé la police dans un communiqué.

"L'un d'eux a réussi a ouvrir de force l'arrière du camion. Un des suspects a pénétré dans le camion et a commencé à sortir un grand nombre de boîtes contenant des iPhone, les passant à travers le toit ouvrant de la voiture", a-t-elle ajouté.

Au moins 17 vols similaires, concernant presque toujours des iPhone, ont été signalés ces dernières années en Europe, les enquêteurs parlant à ce sujet de "méthode roumaine".


Les cinq hommes arrêtés, âgés de 33 à 35 ans, devaient passer en jugement demain.

Les gangs en scooter déferlent sur Londres (30.07.2017)


 Par Florentin Collomp Mis à jour le 30/07/2017 à 21:32 Publié le 30/07/2017 à 20:42
Surveillance policière dans une rue de Londres.

Les vols et violences commis à bord de deux-roues ont triplé en un an et fait bondir les statistiques nationales de la criminalité.

Dany Pierce, 31 ans, sortait d'un club de jazz de Greenwhich, au sud de Londres, avec sa petite amie, samedi 15 juillet, lorsque deux hommes sur un scooter se sont mis en travers de lui et ont exigé qu'il leur donne sa Rolex. Alors qu'il refusait d'obtempérer, l'un des deux l'a poignardé plusieurs fois au cou avec un couteau de cuisine. Puis des coups de feu ont été tirés, avant que les assaillants ne disparaissent sur leur véhicule. La victime a succombé à ses blessures un peu plus tard dans la soirée.

Les agresseurs n'hésitent pas à brandir couteaux, marteaux, ...


Rennes : une centaine d'armes à feu saisies (27.07.2017)


Par Le Figaro.fr avec AFP

Mis à jour le 27/07/2017 à 16h31 | Publié le 27/07/2017 à 16h29

Cent armes à feu ont été saisies hier chez un homme de 56 ans résidant à Rennes, a indiqué aujourd'hui la direction départementale de la sécurité publique.

Au total, 76 fusils, 24 armes de poing ainsi que 11 armes blanches de type sabre japonais ont été saisis chez cet homme qui se présente comme "un amoureux des armes". La plupart sont des fusils de chasse, le reste sont des armes de tir. Les armes étaient détenues sans autorisation et n'étaient pas neutralisées. Quelques munitions ont également été retrouvées.


Les policiers avaient été alertés par un appel anonyme. Une enquête est en cours pour déterminer la provenance des armes.

Grenoble «gangrénée par le trafic de drogue» (26.07.2017)



Mis à jour le 26/07/2017 à 18h16 | Publié le 26/07/2017 à 18h13

Grenoble et son agglomération sont "gangrénées par le trafic de drogue" qui "n'épargne aucun quartier" et constitue la "réalité quotidienne" des habitants, a dénoncé aujourd'hui le procureur de la République de Grenoble, réitérant ses propos au quotidien Le Dauphiné Libéré.

"Je n'ai jamais vu une ville de cette taille aussi pourrie et gangrénée par le trafic de drogue", a dit Jean-Yves Coquillat, qui a déjà été en poste à Lyon, Mâcon, Mulhouse, Besançon ou Clermont-Ferrand. Outre Grenoble, les principales villes théâtre de ces trafics sont les communes voisines d'Echirolles, Fontaine ou encore Saint-Martin-d'Hères, soit un ensemble de 250.000 habitants.

"C'est la triste réalité de cette ville et ce n'est pas une nouveauté. Le problème de drogue est une réalité quotidienne. Je ne connais pas de quartier épargné", a poursuivi le magistrat, parlant d'une "généralisation des points de vente, des bandes, des querelles de bandes et des règlements de comptes, pas toujours mortels".

Si les habitants "attendent que l'on fasse quelque chose", les moyens policiers et judiciaires ne sont pas extensibles. Il faut donc "que des gens parlent et collaborent". "On ne peut pas poursuivre sans preuve ; nous n'avons pas de boule de cristal qui nous dit 'Untel est trafiquant'", a poursuivi M. Coquillat.

Malgré les comparutions immédiates "toutes les semaines" pour les "dealers du jour" et les enquêtes au plus long cours pour démanteler les réseaux, "on déplace les problèmes et on fait tourner les protagonistes du marché", a estimé le magistrat, connu pour son franc-parler.

"On ne peut pas répondre à tout par la répression. Ce n'est pas adapté à un phénomène de cette ampleur. C'est vider l'océan avec une cuillère", a analysé le procureur, pour qui "la réponse à un tel phénomène ne peut pas être que policière ou judiciaire mais aussi politique et sociétale".

LIRE AUSSI :



Opération mondiale contre le crime en ligne (20.07.2017)


Par Elisa Braun  Publié le 20/07/2017 à 19:52

Capture d'écran du site Alphabay, l'une des principales places du marché noir sur Internet. La plateforme référençait 380.000 produits à la fin du mois dernier.

AlphaBay et Hansa, plaques tournantes de la drogue et des armes sur le Web, ont été fermées.
C'est une prise d'envergure dans la lutte contre la criminalité en ligne. Réunis à Washington lors d'une conférence de presse exceptionnelle, des représentants du FBI, de l'agence chargée de lutter contre le trafic de drogue, mais aussi d'Europol, ont annoncé la fermeture d'AlphaBay et Hansa. Durant plusieurs années, ces deux plateformes ont permis l'échange en toute impunité de drogues, d'armes, de logiciels et de services illégaux.

Selon le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, ces hypermarchés du crime seraient directement responsables d'une hausse de la consommation de drogue. À lui seul, AlphaBay référençait 380.000 produits à la fin du mois dernier et attirait près de 200.000 clients dans le monde. Plus d'un milliard de dollars de transactions y auraient été effectuées depuis sa création en 2014. «Le dark Web est devenu un havre de criminalité répandue, a déclaré pour ...

Des millions de bitcoins, des drogues et des armes... la fin des sites de vente AlphaBay et Hansa (20.07.2017)

Considérés comme deux supermarchés de la drogue sur le « dark Web », ils ont fait l’objet de vastes enquêtes coordonnées dans plusieurs pays.

LE MONDE | 20.07.2017 à 17h09 • Mis à jour le 20.07.2017 à 18h26

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/07/20/deux-importants-sites-de-vente-de-drogue-et-d-armes-en-ligne-fermes-a-la-suite-d-une-operation-d-ampleur-internationale_5163059_4408996.html

Le site AlphaBay était fermé depuis le début du mois de juillet.

La déclaration très officielle, depuis le ministère de la justice américain, est venue mettre un terme aux doutes de nombreux internautes. Le ministre Jeff Sessions, accompagné du FBI, de l’agence antidrogue américaine et d’Europol, a annoncé jeudi 20 juillet la fermeture de deux importants sites Internet du marché noir : AlphaBay et Hansa.

Les deux sites ont été fermés au cours de deux opérations coordonnant les autorités de plusieurs pays, dont la Thaïlande, les Pays-Bas, les Etats-Unis et l’Allemagne. Ces sites de vente en ligne, accessibles uniquement aux internautes connaissant l’adresse et munis du navigateur anonyme TOR, permettaient la vente et l’achat de drogue, d’armes, mais aussi de données confidentielles, comme des données de cartes de crédit.

« AlphaBay a rassemblé jusqu’à 200 000 utilisateurs et 40 000 vendeurs. Il y avait plus de 350 000 annonces pour des drogues illégales et des produits chimiques toxiques », précise le communiqué d’Europol.

Lire aussi :   Fermeture d’AlphaBay : qu’est-il arrivé au « supermarché de la drogue en ligne » ?

Plusieurs interpellations, des clients identifiés

AlphaBay, considéré comme le plus grand site de vente illégal du « dark Web », a été fermé à la suite d’une opération conjointe du FBI et de l’agence américaine de lutte contre le trafic de drogue. L’administrateur présumé du site, décrit par Europol comme « un citoyen canadien vivant luxueusement en Thaïlande », a été arrêté le 5 juillet. Il aurait été retrouvé mort dans sa cellule quelques jours après, pendu avec une serviette. « Tous les indices poussent à croire qu’il s’agit d’un suicide », a déclaré la police thaïlandaise, selon l’Agence Française de Presse (AFP). L’équivalent d’un peu plus de 3 millions d’euros en bitcoins, une monnaie anonyme, ont également été gelés durant l’opération.

Le site Hansa, numéro trois de ce marché de la vente illégale, faisait quant à lui l’objet d’une enquête de la police néerlandaise depuis 2016. Les deux administrateurs présumés ont été interpellés en Allemagne, à une date non précisée, et les serveurs du site saisis dans plusieurs pays européens (Pays-Bas, Allemagne, Lituanie). La police néerlandaise a ainsi pu prendre le contrôle du site, se faisant passer pour ses administrateurs – et enregistrer les informations de connexion des acheteurs. Europol affirme détenir les adresses postales d’environ 10 000 acheteurs sur Hansa, qui feront l’objet de poursuites. De nombreux utilisateurs d’Alphabay s’étaient rabattus sur Hansa après la fermeture du premier site marchand illégal au monde.

Deux sites de trafic du "dark web" fermés (20.07.2017)

Mis à jour le 20/07/2017 à 17:21 Publié le 20/07/2017 à 16:25

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/07/20/97002-20170720FILWWW00220-deux-sites-de-trafic-du-dark-web-fermes.php

Les polices américaine et européennes ont annoncé aujourd'hui avoir fermé deux très importants sites de "l'internet opaque", où se trafiquaient de la drogue et des armes en toute discrétion.

Le ministre américain de la Justice Jeff Sessions a affirmé que ces deux sites du "dark web", Alphabay et Hansa, permettaient à des dizaines de milliers de revendeurs de drogues très puissantes, comme le Fentanyl et d'autres biens illégaux, de toucher quelque 200.000 clients partout dans le monde.

LIRE AUSSI :


800 millions d'euros de cocaïne saisies en Allemagne (20.07.2017)


Mis à jour le 20/07/2017 à 14:08

Les douanes allemandes ont annoncé, aujourd'hui, avoir réalisé une saisie record dans le port de Hambourg de 3,8 tonnes de cocaïne, provenant d'Amérique du Sud et d'une valeur marchande estimée à 800 millions d'euros.

Les précédentes grosses saisies ponctuelles de cocaïne en Allemagne concernaient des livraisons de "50 à 150 kg, maintenant les agents des douanes font face à des commandes d'une tonne ou plus", expliquent les services des douanes dans un communiqué.

Il s'agit "de la plus grosse saisie jamais réalisée en Allemagne", a souligné un haut responsable du ministère des Finances, qui chapeaute les douanes, Werner Gatzer.

Celle-ci s'est faite en plusieurs temps. En mars, les douaniers ont commencé par saisir 1,4 tonne de cocaïne, dissimulée à bord d'un cargo en provenance du Paraguay.

Le mois suivant, ils interceptent près de 1,6 tonne de poudre blanche toujours en provenance du Paraguay. En mai, 788 kilos expédiés cette fois-ci depuis l'Uruguay sont trouvés dans le port de Hambourg, le principal port marchand du pays.

La drogue était emballée dans des poches en plastique colorés, elles-mêmes rangées dans des sacs de sports voyageant au milieu d'autres marchandises dans des containers.

Les trafiquants ont utilisés la technique bien connue des agents de la lutte anti-drogues dite "à l'arrache": la drogue n'est pas soigneusement dissimulée, elle est placée au milieu d'autres marchandises et facilement accessible.

A l'arrivée dans un port, avant l'inspection des douanes, un complice brise les plombs scellant le container, exfiltre la marchandise et scelle de nouveau le container avec des plombs imitant les originaux.

Pour cette opération, qui n'a été rendue publique que aujourd'hui, les douanes allemandes ont eu recours à des "technologies de détection avancée", selon Gatzer. Les autorités n'ont pas indiqué ce qu'il en était d'éventuelles interpellations.


Cette saisie de drogue, dont la pureté a été évaluée à 85 ou 90%, a une valeur marchande de 800 millions d'euros sur le marché européen, selon les autorités.

2 tonnes de cannabis interceptées en Méditerranée (17.07.2017)

Mis à jour le 17/07/2017 à 15:03


Un total de 2,3 tonnes de résine de cannabis a été saisi début juillet par les douanes française et espagnole sur plusieurs "go-fast" de type Zodiac en Méditerranée, a annoncé, aujourd'hui, la douane française.

L'opération "Pascal 2017" a mobilisé du 3 au 17 juillet les moyens aériens, maritimes et terrestres des deux pays sur trois opérations de convoyage entre l'Afrique du Nord et l'Europe.

Le 7 juillet, après que des avions français et espagnols ont identifié "un transport de drogue sur un go-fast semi-rigide avec plusieurs dizaines de ballots à bord", la Garde civile espagnole a saisi 600 kg de résine de cannabis qui venaient d'être déchargées dans une camionnette à Algesiras (sud de l'Espagne) et arrêté le chauffeur, détaille la douane française dans un communiqué.

Le 10 juillet, "après plusieurs heures de traque en mer d'Alboran" (la partie occidentale de la Méditerranée), les forces françaises et espagnoles ont pris en chasse et intercepté un nouveau go-fast, un convoyage de drogue à vive allure, "alors qu'une partie de la cargaison (était) jetée en mer par les trafiquants". Les quatre membres d'équipage ont été arrêtés et 1,1 tonne saisie.


Le 14 juillet, un hélicoptère français a repéré une nouvelle embarcation "chargée de ballots de résine de cannabis". Après avoir assisté au débarquement de la marchandise sur une plage proche de Gibraltar, les forces de l'ordre ont "arrêté le chauffeur de la camionnette ayant récupéré 600 kg de résine de cannabis"

Afghanistan. L’armée reprend un district de l’opium aux talibans (17.07.2017)

Modifié le 17/07/2017 à 16:58 | Publié le 17/07/2017 à 16:58


Les forces de sécurité afghanes appuyées par des frappes aériennes américaines ont repris aux taliban un district de la province du Helmand, dans le sud du pays. | EPA/MAXPPP

Un district du Sud repris aux talibans en deux jours. Forte de ce succès, l’armée afghane, conseillée par les Marines américains, va poursuivre son offensive dans la province du Helmand, un des principaux centres de production d’opium au monde.

Les forces de sécurité afghanes appuyées par des frappes aériennes américaines ont repris aux talibans un district de la province du Helmand, dans le sud du pays, deux jours après le début de leur offensive, ont annoncé lundi des responsables du ministère de la Défense.


L’offensive a été lancée samedi pour reprendre le district de Nawa aux insurgés, affaiblir leurs positions dans le Helmand et les repousser jusqu’à Lashkar Gah, chef-lieu de la province.

Plus de cinquante bombes artisanales désactivées

Le général Dawlat Waziri, porte-parole du ministère de la défense a annoncé la mort de plus de 50 talibans ainsi que la destruction de véhicules et d’équipement militaire. Plus de 50 bombes artisanales ont été désactivées, a annoncé de son côté la Task Force Southwest, la mission d’assistance dirigée par les Marines américains dans le Helmand.


Les forces de sécurité devraient poursuivre l’opération plus au sud en empruntant la route principale jusqu’à la ville de Garmsir.

La reprise du district de Nawa, où les insurgés menaçaient Lashkar Gah, reflète le regain d’intérêt de l’armée afghane et de leurs conseillers américains pour la province du Helmand, d’où provient une grande part de l’opium produit dans le monde.

Gard et Hérault. Des hommes encagoulés sèment la terreur sur les routes (17.07.2017)

Modifié le 17/07/2017 à 15:47 | Publié le 17/07/2017 à 15:46
Au volant d’une voiture volée, plusieurs hommes encagoulés ont agressé des automobilistes dans le Gard et dans l’Hérault, sur des routes de Camargue et sur l'A9. Au volant d’une voiture volée, plusieurs hommes encagoulés ont agressé des automobilistes dans le Gard et dans l’Hérault, sur des routes de Camargue et sur l'A9. | Google StreetView

Au volant d’une voiture volée, plusieurs hommes encagoulés ont agressé des automobilistes dans le Gard et dans l’Hérault, sur des routes de Camargue et sur l'A9 afin de les dévaliser. Pris en chasse par la gendarmerie, ils ont réussi à s’enfuir.

Plusieurs automobilistes ont eu la peur de leur vie, dimanche matin dans le sud de la France. Tandis qu’ils circulaient sur la route près de La Grande-Motte (Hérault), au Grau-du-Roi ou à Estézargues (Gard), pour les uns, et sur l’autoroute A9 pour d’autres, une Renault Captur volée est venue les percuter ou leur faire des queues de poisson pour les forcer à s’arrêter.

Une fois le véhicule immobilisé, les malfaiteurs armés et encagoulés menaçaient les conducteurs et les passagers pour leur voler portables, sacs à main et affaires personnelles.


Les agresseurs ont été pris en chasse par la gendarmerie sur l’autoroute A9, au niveau de Nîmes. Mais ils ont réussi à s’enfuir et ont abandonné la Renault volée. Celle-ci a ensuite été retrouvée incendiée à Beaucaire. Une enquête a été ouverte.

La Fed s'inquiète de la consommation d'opiacés (13.07.2017)
Mis à jour le 13/07/2017 à 18:33


La patronne de la banque centrale américaine (Fed), Janet Yellen, s'est alarmée jeudi de l'épidémie d'abus d'opiacés aux Etats-Unis et de son impact sur l'emploi et la productivité de la jeune population masculine. 

S'exprimant devant une commission du Sénat, Mme Yellen a estimé que la crise des opiacés --de nombreux jeunes surtout dans l'est du pays deviennent dépendants à de puissants médicaments antidouleurs avant, parfois de se tourner vers l'héroïne-- "est liée à un déclin de la participation à l'emploi des travailleurs dans la force de l'âge". "Je ne sais pas si c'est la cause" d'une baisse de la participation à l'emploi ou "si c'en est un symptôme", a ajouté Mme Yellen. 

"Beaucoup d'individus avec peu de qualification ont des difficultés à trouver des emplois à revenus moyens, ce qui s'est peut-être intensifié pendant la récession", a-t-elle expliqué. "Mais cela dure vraiment. Nous voyons maintenant que c'est hélas probablement lié à la crise des opiacés", a poursuivi Mme Yellen, mentionnant aussi un accroissement "des décès dus au désespoir, aux suicides et aux drogues". "Nous observons une hausse du nombre de morts qui est particulièrement inhabituelle", s'est encore alarmée la présidente de la Fed. 

"Je crois que les Etats-Unis sont le seul pays développé où nous voyons une augmentation des décès dans ce type de population, spécialement parmi les jeunes hommes avec peu de formation", a-t-elle affirmé ajoutant: "C'est un problème très grave".

Plus de 33.000 personnes sont mortes en 2015 après une overdose d'opiacés, dont 20.000 par médicaments sur ordonnance, un record et quatre fois plus qu'en 1999, selon les derniers chiffre des Centres de contrôles de la santé (CDC).

LIRE AUSSI


Escroquerie aux allocations: 200.000 euros de préjudice (13.07.2017)

Mis à jour le 13/07/2017 à 14:45


Un vaste réseau d'escroquerie aux allocations versées aux adultes handicapés a été démantelé par la Police de l'air et des frontières (PAF) de Toulouse et cinq personnes ont été mises en examen et écrouées, a indiqué, aujourd'hui, la PAF.

Depuis le début de la fraude il y a un an, le préjudice subi par les allocations familiales s'élève à environ 200.000 euros. Tous les versements irréguliers, dans plusieurs département du sud de la France, ont été stoppés, a indiqué la même source.

L'affaire a débuté par un banal contrôle à l'aéroport de Toulouse-Blagnac d'un couple âgé d'une trentaine d'années, de nationalité algérienne, en provenance d'Alger. Dans leurs bagages, les policiers ont été intrigués par des documents liés à des prestations sociales, qui semblaient faux.

L'enquête a rapidement montré que le couple convoyait d'Algérie vers la France des documents permettant de recevoir des allocations, essentiellement des aides versées aux adultes handicapés. Le couple devait ensuite remettre ces faux au chef du réseau.

Le parquet de Toulouse a ouvert une information judiciaire pour "escroquerie en bande organisée", "faux et usage de faux", "obtention frauduleuse de prestations sociales" et "aide aux séjours irréguliers". Le couple a été mis en examen et place en détention provisoire.

Le chef du réseau, un Franco-Algérien, et ses deux complices ont été arrêtés lundi matin dans le centre de Marseille, selon la PAF de Toulouse.

Jawad, le «logeur de Daech», ne sera pas jugé pour terrorisme (11.07.2017)
Les images de Jawad Bendaoud, diffusées sur BFMTV, le 18 novembre 2015.

Par Anne Jouan
Publié le 11/07/2017 à 18h52
INFO LE FIGARO - Il comparaîtra à la rentrée pour recel de malfaiteurs. Il encourt trois ans de prison.

Il a peut-être été la catharsis et la risée de tout un pays, il n'empêche. Jawad Bendaoud, 31 ans dont une dizaine d'années derrière les barreaux, va s'en tirer plutôt bien. Celui que la France entière connaît comme le «logeur de Daech», après son passage surréaliste en direct sur BFMTV cinq jours après les attentats du 13 novembre 2015, ne comparaîtra pas pour terrorisme.

Selon nos informations, le parquet de Paris vient de demander la requalification des faits visant Jawad Bendaoud en recel de malfaiteurs. Il sera jugé à la rentrée. La peine encourue passe ainsi de vingt ans pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteintes aux personnes», à trois ans. Une décision qui ne fait pas l'unanimité chez les magistrats du pôle antiterroriste. Comme il a déjà passé deux années en détention préventive, il devrait sortir d'ici à un an.

Oui, Jawad Bendaoud a bien loué un squat de la rue du Corbillon, en plein cœur de Saint-Denis, à Abdelhamid Abaaoud, accusé d'être le commandant opérationnel des attentats de novembre 2015 et qui a directement participé au mitraillage des terrasses. Le djihadiste est décédé lors de l'opération policière du 18 novembre 2015 à Saint-Denis, lorsque son complice Chakib Akrouh se fait sauter avec une ceinture d'explosifs. Mais Jawad, le petit vendeur de crack hâbleur, n'était pas au courant de leurs motivations terroristes. Le 13 novembre s'arrête donc là pour lui. Le 18 novembre 2015, Jawad Bendaoud était apparu sur les écrans de télévision de BFMTV. L'inconnu vantard au blouson de cuir et cheveux gominés répondait aux questions d'un journaliste avant d'être interpellé en direct par la police. Il devient l'exutoire national sur les réseaux sociaux, qui se déchaînent.

Treize condamnations

Jawad Bendaoud, 31 ans, d'origine marocaine, est né à Épinay-sur-Seine. En 2008, il est condamné à huit ans d'emprisonnement par lacour d'assises de Seine-Saint-Denis, pour avoir tué «accidentellement», à coups de hachoir, son meilleur ami, âgé de 16 ans. À l'origine, une dispute pour un téléphone portable qui aurait mal tourné. Depuis, il vivait de trafics de drogue et a cumulé pas moins de treize condamnations pour des faits liés aux stupéfiants, détention d'armes aggravée en réunion, faux et usage de faux, conduite en état d'ivresse, violences conjugales ou encore violences aggravées en réunion. En décembre 2015, depuis la prison de Villepinte où il était détenu, Jawad Bendaoud avait écrit au juge d'instruction. Il lui disait ne pas vouloir devenir le «bouquet missaire» (bouc émissaire, NDLR) du 13 novembre. Il ne le sera pas.

La rédaction vous conseille :


Essonne: 3 blessés, dont 2 policiers après une interpellation (06.07.2017)
Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 06/07/2017 à 20:46 Publié le 06/07/2017 à 20:41

Deux enquêtes, dont une de la police des polices, ont été ouvertes, aujourd'hui, après une interpellation mouvementée en Essonne lors de laquelle un policier a été traîné par la voiture d'un individu soupçonné d'être lié à un trafic de drogue, a indiqué le parquet d'Evry.


Dans la matinée, des fonctionnaires de police de la brigade des stupéfiants de Paris, agissant dans le cadre d'une affaire instruite à Bobigny, ont voulu interpeller à Arpajon le conducteur d'un véhicule faisant l'objet d'une surveillance, selon un communiqué du parquet. Alors que le véhicule était immobilisé dans le trafic, un policier a brisé une vitre pour maîtriser l'individu au volant, mais celui-ci a démarré pour se soustraire à l'interpellation, "entraînant le fonctionnaire de police sur plusieurs mètres", précise la même source.

Selon les témoignages des policiers sur place, cinq d'entre eux ont "fait usage de leur arme en direction du véhicule", tirant à une dizaine de reprises. Le conducteur, blessé à un mollet, a pu être interpellé alors qu'il prenait la fuite à pied. Un second fonctionnaire de police a été blessé à un bras en enjambant un parapet. Les trois blessés ont été hospitalisés.


Le parquet d'Evry a ouvert une enquête pour tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique et dégradations de biens privés et publics, qui a été confiée au commissariat d'Arpajon. La seconde enquête, règlementaire, a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale, les fonctionnaires ayant fait usage de leur arme.

Culture de cannabis à Tourcoing : 4 arrestations (06.07.2017)

Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 06/07/2017 à 17:20 Publié le 06/07/2017 à 17:19
Quatre personnes soupçonnées d'avoir créé un important centre de production de cannabis indoor à Tourcoing ont été interpellées mardi, a indiqué aujourd'hui la Sûreté départementale de Lille.
Environ 800 pieds de cannabis - d'une valeur marchande potentielle de 320.000 euros - et "plusieurs centaines de milliers d'euros" d'avoirs criminels (voitures, biens immobiliers, comptes courants) ont été saisis lors de cette opération.


Les quatre hommes, âgés d'une trentaine d'années et déjà poursuivis dans des affaires de trafic de stupéfiants, ont été déférés jeudi matin devant le parquet de Lille.

Le bâtiment "de type industriel" où était organisée la culture était équipé "pour permettre une production beaucoup plus importante à celle saisie", destinée à l'agglomération lilloise, a précisé la Sûreté départementale, qui a mené l'enquête.

Les suspects intervenaient déjà dans l'importation d'herbe pour le marché lillois, mais auraient décidé de "produire eux-même" en indoor, une activité "très rentable". "Sur 1 m2, on peut planter 10 pieds, et chaque pied a une valeur marchande potentielle de 400 euros", souligne-t-on de même source.


Ce type de production quasiment industrielle est particulièrement développée dans la région lilloise, notamment en raison de la proximité avec la Belgique et les Pays-Bas où le matériel nécessaire est en vente libre, et de nombreux locaux appropriés vacants, de type hangars.

Et si le prophète Mahomet n'avait pas été illettré ?

http://www.lepoint.fr/culture/et-si-le-prophete-mahomet-n-avait-pas-ete-illettre-19-09-2017-2158245_3.php Pour l'islam officiel, le...