mardi 11 juillet 2017

Le sanglot de l'homme blanc (Pascal Bruckner, 1983)


Pascal Bruckner s’attaque avec vigueur au malaise qui consume les sociétés occidentales : le « tiers-mondisme » qui repose surtout, derrière la solidarité affichée, sur la haine de soi. Cette idéologie oppose un Sud radieux, peuplé d’agneaux et de martyrs, à un Nord rapace, habité de loups et de nantis. Une vision trop simpliste et culpabilisante qui trouve ici un lumineux contrepoint.

Né en 1948, Pascal Bruckner a écrit de nombreux romans et essais, dont La Tentation de l’innocence (prix Médicis de l’essai 1995) et Les Voleurs de beauté (prix Renaudot 1997). Il est également l’auteur de Lunes de fiel et co-auteur de La Plus Belle Histoire de l’amour, disponibles en Points.

http://www.seuil.com/ouvrage/le-sanglot-de-l-homme-blanc-tiers-monde-culpabilite-haine-de-soi-pascal-bruckner/9782020064910


Feuilleter des extraits.










"Le Sanglot de l'homme blanc", par Philippe Bernard
A quelques pages près, ce traité de la culpabilité occidentale se parcourt à la fois comme une oeuvre prémonitoire et comme un livre d'actualité.

LE MONDE | 14.08.2008 à 13h42 • Mis à jour le 14.08.2008 à 13h42 | Par Philippe Bernard
Abonnez vous à partir de 1 €  Réagir AjouterPartager (18)Tweeter
C'était un autre siècle. Pierre Mauroy gouvernait la France, Mobutu régnait à Kinshasa et l'éphémère Iouri Andropov dirigeait l'URSS, lorsque Pascal Bruckner, "nouveau philosophe" de 35 ans, lança dans la mare de la gauche majoritaire, sa charge contre la mauvaise conscience occidentale, pièce maîtresse d'un tiers-mondisme alors bien-pensant. " L'homme blanc est méchant" : tel était le dogme de la religion qu'il dénonçait, vouée à l'expiation des crimes négriers et coloniaux. Alliés en repentance, gauchistes et chrétiens constituaient les piliers de cette Eglise dont Jean-Paul Sartre aurait été le pape. La " dépréciation du message européen" universaliste et son corollaire, l'antiaméricanisme, en étaient le credo.

Un quart de siècle après, (re)lire Le Sanglot de l'homme blanc (Seuil, 1983) est une expérience fascinante. A quelques pages près, ce traité de la culpabilité occidentale se parcourt à la fois comme une oeuvre prémonitoire et comme un livre d'actualité. Droit à la différence contre égalité, autodénigrement postcolonial contre refus de la repentance, et bien sûr, Sanglot de l'homme blanc contre responsabilisation des pays du Sud : les principaux débats qui agitent la société française, et singulièrement la gauche, depuis vingt-cinq ans sont non seulement annoncés, mais décortiqués et tranchés.

Signe de son influence sur l'évolution des idées, le livre, qui avait scandalisé une partie de la gauche, ne provoquerait plus pareil émoi. Sa principale cible, le tiers-mondisme bêlant, a pratiquement disparu. Les reportages militants sur l'émergence d'un "homme nouveau" en Chine ou à Cuba ne se vendent plus. Aucune ONG n'ordonne plus aux Occidentaux repus de manger moins de viande pour lutter contre la faim en Afrique.

De même, la description comique des hippies venus se ressourcer au contact de cultures lointaines qui ne les intéressent que comme miroir et mise en valeur d'eux-mêmes date. L'on pense alors néanmoins à la vogue actuelle pour le bouddhisme et la cause tibétaine. Et lorsque Pascal Bruckner brocarde les âmes généreuses professant que, pour sauver les pauvres, "il faut faire quelque chose et plutôt n'importe quoi que rien", l'évocation de la récente équipée au Tchad de l'Arche de Zoé paraît limpide.

Récemment, l'émergence de la Chine, de l'Inde et du Brésil a brisé l'image d'un tiers-monde voué à la pauvreté par l'impérialisme occidental. La foi dans les vertus rédemptrices des pauvres et l'espoir d'un salut du Nord par le Sud se sont aussi heurtés aux sanglantes désillusions postcoloniales et, en France, à la dramatique conduite des affaires africaines par la gauche. Porteurs d'espoir, les persécutés ont perdu leur innocence en se transformant en bourreaux.
Qui aujourd'hui, après le génocide rwandais ou la mainmise des talibans en Afghanistan, pourrait ériger a priori le tiers-monde en Terre promise vouée au ressourcement et au repentir d'un Occident prédateur ?

L'irruption d'une Chine sans complexes en Afrique, impensable en 1983, bouleverse les données du problème. Si le tiers-mondisme n'est plus ce qu'il était, la rhétorique occidentale de la haine de soi, au centre du Sanglot de Pascal Bruckner, n'a cessé de baliser le débat intellectuel. Les clivages se sont exacerbés après le 11-Septembre. Attitude offensive ou examen de conscience occidental ?

CULPABILITÉ POSTCOLONIALE

En 2003, Pascal Bruckner a répondu en défendant la guerre en Irak. La problématique de la culpabilité postcoloniale n'a cessé de traverser le débat politique. De l'attitude à l'égard des immigrés sans papiers aux émeutes de banlieues, du foulard islamique à la repentance à l'égard de l'Algérie ou à la loi sur le "rôle positif" de la colonisation, les larmes moquées par Pascal Bruckner ont imprégné la plupart des grandes controverses hexagonales de ce dernier quart de siècle.

Le plus récent discours inspiré par Le Sanglot est sans doute celui prononcé en juillet 2007 à Dakar par le chef de l'Etat français. M. Sarkozy y qualifie de " crime" la traite négrière et de " faute" la colonisation, mais il exclut la repentance et appelle l'Afrique à se prendre en main pour "entrer dans l'histoire". La droite, et singulièrement Nicolas Sarkozy, très "brucknérien" ont su exploiter la lassitude suscitée par les vaines pleurnicheries tiers-mondistes et la répugnance des Français à tirer des leçons dérangeantes de leur histoire. Prompte à ironiser sur la "victimisation" des peuples du Sud par la gauche, la droite s'est pourtant lancée dans une croisade en faveur des victimes de l'insécurité devenues l'alpha et l'oméga des politiques policières et judiciaires.
De son côté, la gauche est restée prisonnière de ses vieilles contradictions. Les "progressistes" d'aujourd'hui, partagés entre leurs combats anticolonialistes et la conviction d'être porteurs de valeurs émancipatrices universelles, entre le droit à la différence et la lutte pour l'égalité républicaine, sont sortis divisés de ces débats. La reconstruction de la gauche passe par une clarification sur ces sujets cruciaux.

Deux thèmes majeurs étaient absents du cri poussé en 1983 par Pascal Bruckner. La mondialisation exacerbée des migrations et la prise de conscience environnementale obligent à admettre que Nord et Sud se trouvent de fait solidairement responsables. Les menaces que fait peser le sous-développement par des migrations incontrôlées et une gestion anarchique des ressources naturelles donnent un coup de vieux à la problématique de la culpabilité postcoloniale. La lutte contre la pauvreté apparaît comme une cause planétaire. Déjà, certaines élites africaines savent que la mauvaise conscience occidentale a trop longtemps permis d'exonérer les responsabilités locales. D'ailleurs, les nations asiatiques émergentes qui aujourd'hui, prétendent "aider" le tiers-monde à se développer, ne souffrent, elles, d'aucun complexe de l'homme blanc.
Le Sanglot de l'homme blanc, Pascal Bruckner
Seuil, 2002, 300 pages, 7,50 €


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2008/08/14/le-sanglot-de-l-homme-blanc-par-philippe-bernard_1083679_3232.html#PwhATiWV65y6fMDW.99

Et si le prophète Mahomet n'avait pas été illettré ?

http://www.lepoint.fr/culture/et-si-le-prophete-mahomet-n-avait-pas-ete-illettre-19-09-2017-2158245_3.php Pour l'islam officiel, le...