mardi 11 juillet 2017

Algérie : Massacre d'Oran (5 juillet 1962) : génocide commandité par le FLN, de Gaulle laisse faire

Sommaire : 
- L'agonie d'Oran, 5 juillet 1962
- Oran, 5 juillet 1962 : un massacre d'Etat
- Guillaume Zeller, Oran, 5 juillet 1962 : un massacre oublié
- Leray, Massacre d'Oran : épuration ethnique
- Guillaume Pervillé, Oran, 5 juillet 1962 : Leçon d'histoire sur un massacre
- Jean Monneret, La tragédie dissimulée : Oran, 5 juillet 1962.

Oran, 5 juillet 1962: un massacre d’état! (Vidéo)

L'AGONIE D’ORAN, 5 JUILLET 1962
Beaucoup d’Oranais et surtout des femmes et des enfants avaient quitté la ville durant les trois mois précédents, mais on ne vide pas une ville de 400.000 habitants et de plus de nombreux habitants des bleds alentour s’y étaient réfugiés après l’abandon par l’armée française des villages et les exactions du FLN dans les fermes.
Du 1er juillet, date du vote de l’indépendance jusqu’au 4, il n’y eut en ville que quelques défilés de voitures surchargées d’arabes, hommes et femmes hurlant des slogans et des you-you, mais en sommes, plutôt bon enfant…
Le 5, ordre avait été donné par radio d’ouvrir les magasins, les bureaux et de reprendre le travail. Or une foule déferla des quartiers arabes vers les quartiers européens dés le matin, par la Place Kargentah vers la Place d’Armes ”pour un défilé pacifique.”
Comment, alors, expliquer que les hommes étaient presque tous armés, et que beaucoup de femmes dissimulaient un couteau sous leur voile ?
A 11 heures un coup de feu retentit sur la place d’Armes, un signal sans doute, des cris jaillirent : ” l’OAS, c’est l’OAS qui nous tire dessus ”
Tout le monde savait que les commandos avaient quitté la ville fin juin, et qui aurait été assez fou pour provoquer une foule déjà surexcitée ? En tout cas, ce fut le début de l’horrible carnage : une chasse à l’Européen commença, sauvage, systématique.
On égorgea, on tua au revolver ou à la mitraillette, on prit des rues en enfilade, tuant tout ce qui bougeait, on pénétra dans les restaurants, les magasins, les appartements, assassinant les pauvres gens avec des raffinements de cruauté, arrachant des yeux, coupant des membres. On vit même des femmes dépecer des vivants avec les dents. Les auxiliaires de l’armée algérienne, les A.T.O. emmenaient les Européens prisonniers par longs cortèges vers le commissariat central où ils étaient battus et tués, ou vers le Petit Lac, ou vers la Ville Nouvelle.
Pourtant dans cette folie sanguinaire, des arabes sauvèrent des européens, d’autres intervinrent, et permirent de délivrer des prisonniers.
Le général Katz avait donné l’ordre de ne pas bouger et les 18.000 soldats français qui se trouvaient à Oran, restèrent cantonnés dans les casernes sans intervenir.
Katz téléphona à De Gaulle pour l’informer de l’ampleur du massacre. Le chef de l’état répondit ” ne bougez pas .”
C’est le seul exemple dans l’histoire d’un massacre perpétré sur une communauté sans défense, en présence d’une armée qui laisse assassiner ses ressortissants sans intervenir.
La tuerie dura près de six heures. Lorsque à 17 heures les gendarmes français sortirent de leur trou à rats, le calme revint aussitôt.
Les cadavres jonchaient la ville, on en trouva pendus aux crocs des bouchers, dans des poubelles…
Dans la chaleur de juillet, la puanteur était horrible.
Les soldats français et algériens déversèrent par camions les cadavres dans le Petit Lac et les couvrirent de chaux vive. Nul ne sait le bilan exact de cette Saint Barthélémy.
On parlait dans les semaines qui suivirent de 3.000 morts et disparus…
C’est le chiffre que donna le sinistre De Broglie et que reprit le ministre André Santini.
Ce qui est sûr, c’est que le massacre était prémédité car les tueries commencèrent à la même heure aux quatre coins de la ville qui était vaste.
On peut presque dire que les morts eurent de la chance, car le sort des disparus qui furent signalés par des témoins dans les mines de l’Algérie, dans des prisons sordides, dans des maisons closes et des bars à soldats, traités en esclaves ou torturés fut sans nul doute pire encore.
La France vient de reconnaître le génocide des Arméniens par les Turcs. Elle nous doit de reconnaître la responsabilité de De Gaule et de son gouvernement dans le massacre des Oranais le 5 juillet 1962. Sans haine, sans amertume mais avec détermination nous demandons que soit proclamée la vérité.
Geneviève de Ternant

3000 Européens massacrés sous les yeux du général Katz et sur ordre du chef de l’État français de l’époque, de Gaulle. Ce chiffre de plus de 3.000 morts et disparus a été enregistré par Mme Sallaberry, militaire de carrière en poste au bureau des exactions. Le colonel Fourcade a témoigné sous la foi du serment, déclarant avoir assisté en début de matinée, ce 5 juillet, à l’entretien téléphonique entre le général Katz, qui informait le chef de l’État que dans toute la ville se perpétrait un massacre au « faciès blanc », et de Gaulle, qui lui a donné l’ordre criminel le plus formel : « Surtout, ne bougez pas ! »
Le général Katz a décidé dans la matinée de survoler la ville en hélicoptère. Voici le témoignage du pilote : « Nous survolons la ville, partout des gens qui fuyaient et des cortèges de bras en l’air, escortés par des ATO (auxiliaires de l’armée nationale populaire) ou des civils en armes. Nous avons survolé le Petit Lac, là aussi une foule compacte bras en l’air, des gens qu’on faisait entrer dans l’eau et qu’on abattait froidement. J’ai hurlé : “Mon général, on abat des gens, je vois l’eau qui devient rouge de sang”. Le général m’a répondu : “Retour à la base”. »
Les Européens étaient escortés jusqu’au commissariat central, où ils étaient torturés et tués mais également vers le Petit Lac et la ville nouvelle. Ce massacre s’est poursuivi jusque vers 17 heures.
Ce 5 juillet, un jeune appelé qui montait la garde dans une guérite d’une caserne oranaise vit venir à lui un groupe de Français affolés, hommes, femmes et enfants, tous terrorisés, qui le suppliaient d’ouvrir les grilles fermées. Il n’avait pas les clés. Il a appelé, supplié qu’on ouvre les grilles d’urgence… Mais déjà les tueurs avaient rejoint le groupe. Ces gens, hommes, femmes, enfants, ont été égorgés sous ses yeux, alors qu’ils s’agrippaient aux grilles fermées à double tour. Il n’a pas pu utiliser son fusil non chargé pour leur porter secours. Cet homme a témoigné et fait ce récit horrible en pleurant… « Depuis, je ne peux plus passer une nuit sans me réveiller en tremblant, avec les cris et les râles de ces pauvres gens dans les oreilles… »
Le père de Laparre de Saint Sernin a témoigné dans un livre remarquable, Journal d’un prêtre en Algérie, dans lequel il relate plusieurs épisodes de l’agonie sans nom qui fut imposée aux Français d’Oran. Dans ce livre, cet homme d’Église relate avoir recueilli et soigné un malheureux Algérien frappé de terreur depuis qu’il avait, involontairement, assisté, au Petit Lac, à la décapitation à la hache d’un couple et de leur petit garçon d’environ cinq ans. Les appels au secours, les supplications et les prières à la Vierge de Santa Cruz de ce couple résonnaient encore aux oreilles de ce témoin. On est pris de frissons en lisant de telles monstruosités.
Et surtout, ce dernier souvenir, ce père qui a raconté avoir retrouvé son fils de 18 ans pendu à un crochet de boucher aux abattoires d’Oran, après avoir été torturé et égorgé.
Le lieutenant Rabah Kheliff fut le seul officier français qui a eu le courage de désobéir aux ordres criminels de sa hiérarchie en se portant au secours de Français pourchassés et massacrés. Il a sauvé des centaines de vies et son témoignage est accablant. Le général Katz l’a convoqué et sanctionné : « Si vous n’étiez pas un Arabe, je vous casserais. » Le lieutenant Kheliff a été sur le champ muté et rapatrié en métropole.
Cette déclaration du chef de l’État, de Gaulle, témoigne de sa complicité dans ce crime d’État
La France ne doit plus avoir aucune responsabilité dans le maintien de l’ordre après l’autodétermination. Elle aura le devoir d’assister les autorités algériennes, mais ce sera de l’assistance technique. Si les gens s’entre-massacrent, ce sera l’affaire des nouvelles autorités.
Sans être Nostradamus, voici l’oracle du maréchal Juin : “Que les Français, en grande majorité, aient, par référendum, confirmé, approuvé l’abandon de l’Algérie, ce morceau de la France, trahie et livrée à l’ennemi, qu’ils aient été ainsi complices du pillage, de la ruine et du massacre des Français d’Algérie, de leurs familles, de nos frères musulmans, de nos anciens soldats qui avaient une confiance totale en nous et ont été torturés, égorgés, dans des conditions abominables, sans que rien n’ait été fait pour les protéger, cela je ne le pardonnerai jamais à mes compatriotes. La France est en état de péché mortel, elle connaîtra un jour prochain son châtiment !”
Ce jour est-il arrivé ?
Témoignages recueillis par l’historienne Geneviève de Ternant et Anne Cazal, déléguée générale de « Véritas »
Manuel Gomez – Boulevard Voltaire
Guillaume Zeller, Oran, 5 juillet 1962 : un massacre oublié


5 juillet 1962 : l'Algérie est officiellement indépendante. Mais à Oran, la liesse et les défilés de voitures chargés de musulmans vont se transformer en un véritable massacre. Il suffira d'un coup de feu, encore sujet à polémiques (a-t-il été tiré par l'OAS ou par le FLN ?), pour que la chasse aux pieds-noirs s'ouvre dans toute la ville. On égorge, on tue au revolver ou à la mitraillette, on pénètre dans les magasins et les appartements. Ce massacre fera plusieurs centaines de morts et de disparus chez les civils européens, le bilan reste inconnu chez les musulmans. Après huit années de conflit, d'attentats, de tueries et de pressions psychologiques intenses menées par l'OAS, l'heure est venue de la vengeance. Ceux qui ne meurent pas lynchés sont conduits dans des centres d'exécutions de masse. Les 18 000 soldats français, cantonnés dans la ville, attendront de longues heures avant de recevoir enfin l'ordre d'intervenir. Lorsqu'ils sortent enfin de leurs casernes, les cadavres jonchent la ville... Le massacre du 5 juillet aurait fait près de 700 victimes, dont plusieurs centaines de disparus qui n'ont jamais été recherchés. Aujourd'hui, leurs familles n'espèrent plus mais souffrent toujours. 50 ans après ce drame, Guillaume Zeller livre enfin le récit inédit, impartial et précis des événements, en s'appuyant sur des témoignages exclusifs de survivants, de leurs familles, de témoins, et sur des archives inédites, en particulier celles de l'ambassade de France en Algérie. Il révèle tous les tenants et les aboutissants de cette tragédie méconnue.

Commentaire Leray : Épuration ethnique


Livre qui complète les livres de Monneret et Jordi...

Mais la présentation est encore une fois à sens unique..
Le dernier OAS est parti de la ville le 26 juillet.... Le 29, le FLN a planifié le massacre... Le FLN qui n'a jamais respecté les accords d'Evian... Voir livre de Jordi et un autre historien Guy Pervillé qui démontre que l'OAS a des responsabilités mais que celles du pouvoir francais de l'époque et celles du FLN sont tout aussi importantes Et qu'à part une minorité d'extrême-droite, certains sont rentrés dans l'OAS par désespoir, pour sauver des harkis...

Le massacre d'Oran est une page honteuse de l'histoire des deux pays,comme le dit Benjamin Sora...Aujourd'hui on aurait appelé cela une épuration ethnique perpétrée contre des Européens, terme générique qui englobe les juifs et chrétiens d'Algerie et les musulmans anti-indépendandistes....On comprend le sentiment d'abandon éprouvé par les pieds noirs, leur rancœur ainsi que celle des harkis...

S'il fallait une preuve, ce massacre démontre que la guerre d'Algerie n'a pas pris fin le 19 mars...




On rappellera à toutes fins utiles que les juifs et chrétiens à Oran représentaient 52 pour cent de la population....


Guillaume Pervillé, Oran, 5 juillet 1962 : Leçon d'histoire sur un massacre

De tous les événements liés à la guerre d'Algérie, aucun n'a subi une occultation aussi complète que le massacre subi à Oran, le 5 juillet 1962, soit quelques mois après les accords d'Evian, par une partie de la population européenne de la ville. C'est pourtant celui dont le bilan est, de très loin, le plus lourd : en quelques heures, près de 700 personnes ont été tuées ou ont disparu sans laisser de traces. Qui a organisé ce massacre ? S'agit-il d'un mouvement de foule spontané, dans une ville ravagée depuis des mois par les attentats de l'OAS ? Ou d'un règlement de compte entre les diverses tendances du nationalisme algérien ? Et pourquoi l'armée française, pourtant dûment informée, est-elle restée des heures durant sans intervenir ? A Paris, le gouvernement était-il au courant et a-t-il délibérément laissé dégénérer une situation dont le règlement revenait désormais à l'Algérie indépendante ? Reprenant les témoignages, les ouvrages des journalistes et les travaux des historiens sur la question, Guy Pervillé propose ici une magistrale leçon d'histoire pour comprendre cet événement tragique, ainsi que le silence mémoriel qui l'entoure.

Jean Monneret, La tragédie dissimulée : Oran, 5 juillet 1962.


" Comme à l'accoutumée, le matin du 5 juillet 1962, J'entrepris ma tournée de ramassage... Il était environ 11 heures, j'étais sur le chemin du retour aux buanderies. Arrivé devant la morgue, je n'en crus pas mes yeux devant le carnage. Là, devant moi, une camionnette civile était chargée de corps d'Européens sans vie, empilés les uns sur les autres et ramassés en ville quelque temps auparavant. " Ainsi témoigne Antoine Romero. A Oran, le 5 juillet 1962, jour choisi pour célébrer dans la liesse l'indépendance de l'Algérie, des centaines d'Européens furent enlevés et tués. Et les troupes françaises, encore présentes dans la ville, sont restées l'arme au pied. Comme le leur avait ordonné le président De Gaulle. Cette journée poussera à l'exil des milliers de gens. Pourtant, pendant des décennies, l'événement sera occulté soigneusement des deux côtés de la Méditerranée. S'appuyant sur des archives militaires inédites, des documents internes de la Croix-Rouge et de nombreux récits de survivants, Jean Monneret révèle tous les tenants et les aboutissants de cette tragédie dissimulée.

Et si le prophète Mahomet n'avait pas été illettré ?

http://www.lepoint.fr/culture/et-si-le-prophete-mahomet-n-avait-pas-ete-illettre-19-09-2017-2158245_3.php Pour l'islam officiel, le...