mardi 11 juillet 2017

Victimes des attentats terroristes

Pourquoi un jeune Chilien a voulu devenir français après l'attentat du Bataclan (06.07.2017)


Pourquoi un jeune Chilien a voulu devenir français après l'attentat du Bataclan (06.07.2017)
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/07/06/01016-20170706ARTFIG00019-pourquoi-un-jeune-chilien-a-voulu-devenir-francais-apres-l-attentat-du-bataclan.php
Publié le 06/07/2017 à 06:52

David Fritz Goeppinger, 25 ans, n'avait jamais souhaité obtenir la nationalité française. Jusqu'à l'attentat du 13 novembre 2015 et un bref échange avec l'un des terroristes. David participe, ce jeudi, à une cérémonie officielle au Panthéon.


Pour David Fritz Goeppinger, la France, avant, «c'était aller à la préfecture tous les ans, faire la queue pendant des heures après une nuit blanche» pour renouveler son titre de séjour. Arrivé avec ses parents du Chili en 1996, ce jeune homme de 25 ans, longs cheveux, barbe noir et look de métalleux, n'avait jamais souhaité devenir citoyen d'un pays qui ne lui avait apporté, selon lui, «que de la merde». Et puis il y a eu les attentats du 13 novembre 2015.

Ce soir-là, David se trouve, avec quatre amis, au Bataclan, dans le 11e arrondissement, où 1.500 personnes assistent au concert du groupe américain de rock Eagles of Death Metal. Trois djihadistes font irruption dans la salle de spectacle et ouvrent le feu sur le public, tuant 90 personnes et en blessant des dizaines d'autres avant l'assaut la BRI.

Dans une vidéo, prise lors de cette dramatique soirée, David Fritz Goeppinger apparaît suspendu dans le vide, se tenant aux barreaux d'une fenêtre qui donne sur une ruelle adjacente au Bataclan. Forcé de remonter par l'un des trois assaillants, il est pris en otage, avec une dizaine d'autres personnes, dans un couloir de la salle de spectacle.

Peu avant, le djihadiste Omar Ismaïl Mostefaï, l'avait interpellé:
- «Qu'est-ce que tu penses de François Hollande?
- Je pense rien, je suis pas Français.
- «Tu viens d'où?
- Je suis Chilien».
Le terroriste lui laisse alors la vie sauve… «J'ai senti un désintéressement, quelque chose qui s'est déconnecté dans son regard», se souvient David, encore troublé. Puis, lorsqu'un assaillant choisit David comme bouclier humain, Mostefaï désigne quelqu'un d'autre. David ignore encore pourquoi. Mais ces événements l'ont ébranlé et l'ont incité à «devenir français». «A Mostefaï, ça m'a fait mal de lui dire que j'étais chilien», analyse David, évoquant «quelque chose du domaine de l'histoire et de l'identité».

Des files d'attente de la préfecture au bureau du ministre

Décidé à demander sa naturalisation, David appelle une centaine de fois la préfecture de l'Essonne où il vit, mais ne se voit proposer un rendez-vous qu'un an après. Quelques mois plus tard, par l'intermédiaire de Caroline Langlade, présidente de Life for Paris - association de victimes créée après le 13 novembre 2015 -, il glisse une lettre sur le bureau de Juliette Méadel, secrétaire d'Etat à l'aide aux victimes - une fonction depuis supprimée du gouvernement d'Edouard Philippe. Il y écrit, aidé d'une amie écrivaine, «tout ce que la France (lui) a offert» en expliquant sa vie depuis son arrivée en 1996 et celle d'après le 13 novembre 2015.

«J'avais un peu honte de me servir de mon statut de victime»
David Fritz Goeppinger
La réponse ne tarde pas. Le ministère de l'Intérieur l'appelle et le met en contact avec la personne chargée des naturalisations. «J'avais un peu honte de me faire pistonner, de me servir de mon statut de victime, mais peut-être que c'est mon droit, justement, d'utiliser le secrétariat aux victimes», explique le jeune homme. En février, David reçoit un courrier lui annonçant qu'il est devenu français. Il exulte. «C'est un peu comme si je sortais du placard», sourit-il. Ce jeudi, David participera à une cérémonie de naturalisation, parmi 450 personnes. Pourtant, dit-il, «je ne suis personne pour être au Panthéon».

David qui a été photographe puis barman, ne travaille plus actuellement. Si le jeune homme a de nombreux projets - comme celui de se marier et de devenir père -, il reste «profondément marqué» par le soir du 13 novembre. «Il y a deux semaines, on m'a appris que je n'en suis pas sorti indemne.», explique-t-il. David se trouvait à un mètre à peine d'un des tueurs du Bataclan lorsqu'il s'est fait exploser. Il a été violemment projeté contre un mur. L'effet de souffle de la ceinture explosive le contraint aujourd'hui à prendre deux traitements, probablement à vie.

Le soir du 13 novembre restera gravé dans sa chair. Sur la peau de son bras, il a inscrit en chiffres romains la date et le chiffre 5, comme le nombre de copains, tous rescapés, qu'ils étaient ce soir-là.

La rédaction vous conseille

La question de l'indemnisation des victimes du terrorisme toujours en chantier
Cédric Rizzo, rescapé du Bataclan: «Je ne tournerai jamais la page»

Attentats du 13 novembre: les confessions du premier policier à être entré dans le Batac





Islamisme et politique 22.11.2017

Justine Augier: «Le printemps syrien ne peut être effacé» (22.11.2017) Par  Françoise Dargent Mis à jour le 22/11/2017 à 19h18 | Publié ...